AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 T'aurais pas du voir ça... [Kay]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Ven 14 Mai - 14:29

Putain d’après midi de merde ! Il fait le genre de temps qu’on rêve de ne pas voir…Pluvieux, gris, sombre, froid et vraiment merdique. Et pourtant je suis de sortis… pourquoi ? Parce que j’avais toujours un petit différent avec Tony, bien que maintenant ce soit réglé… ce dealeur la allait avoir du mal à écouler sa cam il n’en avait donc plus réellement besoin. Je regarde son cadavre désarticulé au milieu des débris de verre de sa table basse… ou du moins de ce qu’il en reste.

Essuyant le couteux sur sa chemise, je prends le temps de le ranger dans son étui sur mon mollet et de glisser la main dans ma poche pour prendre le paquet de cigarette qui s’y trouve. Je prends une clope et me la colle dans le bec, puis range le paquet à sa place. Viens le tour du briquet à sortir d’une poche intérieur d’un magnifique costard gris anthracite et gris plus clair. J’allume la cancerette et en prend une ample bouffé avant de fermer les yeux et recracher l’air en rangeant le briquet.

Ça t’apprendra Tony a pas m’écouter… je t’avais prévenue pauvre con que jouer avec moi c’était pas un bon plan. Mais non… t’en avais jamais assez hein. Cette fois, on peut dire que t’aura eu ton compte. Mais alors que je me détends avec ma clope, la porte d’entrée s’ouvre et se ferme. Puis, quelqu’un pénètre dans le couloir… ce que cette personne peut voir en arrivant dans le Salon, c’est moi, debout devant un cadavre à peine reconnaissable. Mes cheveux son plaqué sur mon front, trempé par la pluie, mon visage est serein et j’ai toujours ma clope entre mes lèvres. Mon costard me tombe parfaitement bien et mais on peut remarquer que mes épaules sont mouillés. Ma chemise blanche elle, ne l’est plus totalement, une trace de sang y est visible. Des chaussures ciré Gucci, noir et impeccable mais elle aussi marqué par quelques traces d’eau.

Je réagis enfin quand je la vois dans mon champ de vision, écarquillant les yeux de surprise. Mais Qui c’est cette nana ?! Qu’est ce qu’elle fou la ?! Pas le temps de réfléchir d’avantage, je m’élance pour venir à elle, la rattraper avant qu’elle ne passe la porte et n’arrive dehors. Bordel ! Il devait n’y avoir personne ! Et merde !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Ven 14 Mai - 16:19

J'étais sortie plus ou moins en douce. Direction, le Bronx. Je n'avais pas le choix, si je ne voulais pas que l'on me surprenne en pleine crise de manque, j'avais plutôt intérêt à y faire régulièrement un tour. A cause de cet hiver glacial, j'avais mis un jean délavé et un débardeur blanc simple sur lequel je portais une veste noire épaisse et je m'étais chaussée de mes inséparables Rangers noirs. Avant de m'en aller, je pris mon flingue et un autre chargeur. A l'extérieur, il pleuvait des cordes. A une époque, j'aurais fait attention à mes cheveux, à ne pas les mouiller, pour qu'il ne prenne pas n'importe quelle forme. Mais désormais, je me contrefoutais totalement de l'apparence de ceux-ci. Je mis une vingtaine de minutes pour arriver jusqu'au Bronx. A l'entrée du quartier, je sortais mon flingue de l'intérieur de ma veste. Ici mis à part les toxicos comme moi, tout ceux qui traînaient étaient bien loin d'être fréquentables et corrects. Je me disais que ma petite sœur avait du se faire tuer par un de ces nombreux salopards, et si c'était en mon pouvoir, je leur mettrai tous une balle dans la tête.

C'est avec les cheveux dégoulinant d'eau que je rentrais dans l'immeuble en claquant la porte. Le dealer m'avait assuré qu'il n'y aurait personne d'autre que lui et moi. C'était un peu flippant sur le coup. Je rangeais mon flingue à l'intérieur de ma veste et montais les marches qui menaient à l'étage. L’endroit était à moitié en ruine : fenêtres explosées, portes rares... Je me demandais pourquoi le dealer n'avait pas voulu que l'on se rejoigne dans une rue, comme à l'habitude. J'allais au fond du couloir, comme il me l'avait indiqué. Au moment où je poussais un léger soupir et que je me retrouvais sur le seuil de la porte, j'aperçus le corps de Tony par terre, un homme debout devant lui et donc, face à moi. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine et j'eus l'impression qu'il allait déchirer mon thorax tellement il cognait fort alors que les traits de mon visage se déformait en une grimace horrifiée. Je revis Logan mort, baignant dans son sang. L'homme qui se tenait debout arborait beaucoup de classe : magnifique costard, chaussures cirées... je trouvais qu'il avait beaucoup de charme et était même très beau malgré ses cheveux mouillés. Seulement il était devant le corps de Tony qu'il avait massacré puisque j'avais remarqué sa chemise tachée. Ce qui m'étonna, c'était que malgré la guerre il y avait encore des règlements de comptes... Clope au bec, il était très serein alors qu'il venait de tuer celui qui me fournissait. Il avait probablement dû connaitre mon dealer mais pas amicalement. J'étais tombée au mauvais endroit, au mauvais moment.

Je ne réfléchis pas une seconde de plus, et m'élançais vers les escaliers pour sortir du bâtiment. Je l’entendis s’élancer à ma poursuite. L'adrénaline montait alors que je sentais mon coeur cogner encore plus fort qu'auparavant.

* Bouges-toi, bouges-toi si tu veux vivre... *

J'avais notée mentalement qu'il était très grand, environnant le mètre quatre-vingt-dix. Grand signifiait qu'il avait de grandes jambes donc qu'il courait vite. Et moi, de mon petit mètre soixante trois, même si on m'avait souvent dis que j'étais assez rapide, il m'était impossible de l’égaliser. J'avais très peu de chance de m'en sortir. Arrivée en bas des escaliers, j'aperçus la porte qui menait à l'extérieur tout au bout du couloir. Au milieu du corridor, me disant que j'allais pouvoir sortir de ce foutu merdier, je le sentis m'attraper par la veste et me tirer en arrière, m'éloignant de la porte de sortie. Il avait une force que j'étais loin d'imaginer et d'avoir. Je la sentis lorsqu'il me plaqua contre le mur et qu'une douleur (temporaire) se fit ressentir le long mon dos. Je commençais à hurler par pure instinct même si je savais que les seules personnes qui étaient susceptibles de rappliquer étaient des trafiquants en tout genre. Puis l'idée de me saisir de mon flingue me traversa l'esprit mais disons que j'étais un peu trop coincée entre le mur et cet homme déjà que le couloir était plus long que large... N'ayant aucune issue, je levais les yeux vers son visage et aperçus une lueur machiavélique dans son regard.


Dernière édition par Kaylhen Leighton le Sam 22 Mai - 12:31, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Ven 14 Mai - 17:05

Bien sur elle se met à courir… je m’y attendais ! Sans tenir compte de mes fringues ou de ma tenue je me jette à sa poursuite, sortant de l’appartement. L’escalier se présente devant moi et je la voit continuer, descendant… et merde ! Tout a mon élan, je saute les marches, plaquant mon épaule contre le mur en face, encaissant le choc sans broncher, une brulure désagréable me tiraillant l’épaule. Mais pas le temps de m’arrêter, je reprends ma course poursuite comme si de rien était. Je donne tout ce qu’il est possible de donner, usant de ma taille et de mon corps pour me donner une chance de pas avoir de témoins. Je gagne du terrain mais la sortit est proche… beaucoup trop a mon gout !

On arrive en bas, la porte est a porté de vu et je donne une dernière impulsion. J’attrape sa veste d’une main puissante, puis je tire un grand coup, l’attirant le plus loin possible de la porte et la plaquant au mur, maintenant ensuite ses poignets de mes paumes en la regardant droit dans les yeux. Mais la voila qui se met à hurler, ou du moins ouvre la bouche pour, ni une ni deux, je prends ses deux poignets d’une main puissante et assurée et plaque l’autre contre ses lèvres, me collant totalement a elle et immobilisant ses jambes en les entremêlant aux miennes. N’importe qui passant dans le coin croira a une scène de couple… ça m’arrange bien.

Un film de sueur perle parmi les gouttes d’eaux sur mon front. Ma chemise colle à ma peau, tout comme mes cheveux agglutiné sur mon visage. Ma respiration est rapide, tout comme la sienne d’ailleurs et j’observe son regard terrifier… elle a peur de moi. Un sourire macabre se peint sur mes lèvres alors que je fais un léger non de la tête. Puis, gardant mon regard plongé dans le sien, gardant donc la tête baissé pour la voir correctement, j’articule quelques consignes des plus élémentaires.

« Je vais enlever ma main, et tu ne criera pas. Ensuite, on remontera tranquillement à l’appartement, on s’expliquera et on verra ce qu’on fera de toi. Je crois être assez clair… dans le cas contraire, je briserai ta nuque comme on brise une brindille. Et tu sais que j’en suis capable, tu a bien vue l’état de ce pauvre Tony pas vrai ?»

J’enlève donc ma main de ses lèvres, cherchant une arme, n’importe quoi… passant donc ma main sur ses hanches, dans son dos, sur ses fesses ou même au niveau de sa poitrine, ma main tenant toujours ses bras de manière a évité ses représailles qui, je me doute, viendrons a la moindre erreur de ma part. Une fois dénuée d’arme, je la lâche progressivement.

« Maintenant, soit gentille, monte donc devant. »


Dernière édition par O'connell Dick le Dim 16 Mai - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Ven 14 Mai - 19:19

Alors qu'il m'avait plaqué contre le mur, d'une main il tenait fermement mes poignets -trop fermement qu'il me faisait mal- alors que de l'autre, il me faisait taire. Malgré la situation, je remarquais qu'il avait la peau chaude alors qu'il faisait assez froid. Je me disais que je pouvais toujours lui donner un bon coup dans les parties avec l'un de mes deux genoux mais il m'immobilisa étrangement les jambes en les entremêlant aux siennes. J'avais peur. J'avais toujours su m'en tirer sans trop de blessures mais cette fois-ci, j'avais l'impression qu'une certaine mort n'allait pas tarder à m'aspirer. Réalisant vraiment cela, j'essayais de me débattre ce qui donnait uniquement quelques mouvements des bras et des doigts. Je doutais qu'il ait pu remarquer mon opposition, je n'avais aucune force par rapport à lui. Quelqu’un passant par là aurait pu croire à une scène obscène. Il était proche de moi, trop proche de moi. Si bien que je pouvais sentir tout son corps contre le mien, et je ne pouvais pas agir pour l'écarter. Il devait sentir le flingue à l'intérieur de ma veste. Comme il était collé contre moi, je sentais mon arme à feu s'enfoncer dans ma peau. Je sentais sa chemise trempée qui mouillait ma veste. Je remarquais aussi une légère odeur de transpiration. La mienne ou la sienne ? Peut-être bien les deux. Je percevais les mouvements de son thorax lorsqu'il inspirait et expirait et sentais son souffle rapide sur mon visage. Puis il fit un mouvement de la tête, ce qui m'apeura un peu plus. Son visage n'était qu'à quelques centimètres du mien si bien que je pouvais correctement l'admirer. Il avait de beaux yeux sombres reflétant une expression que je détestais. Barbe mal rasée et lèvres bien dessinées, il était très... sexy. Il avait un visage doux seulement sa personnalité n'y était pas du tout. Les apparences étaient trompeuses.

Me fixant droit dans les yeux, il dicta les consignes d'une voix calme et posée qui était rassurante. Mais vu la situation, cela prenait une tout autre tournure. Au départ, ce qu'il disait me faisait ruminer. J'étais remplie de colère, et ce que je désirais le plus à ce moment là, c'était de le martyriser jusqu'à ce que mort s'en suive. Seulement lorsqu'il passa aux menaces, je me tétanisais. Comme si on m’injectait quelque chose pour faire en sorte que je me tienne tranquille, seulement lui avait eu besoin que de simples paroles. Lorsqu’il conclut sa phrase, je baissais les yeux me remémorant la scène à laquelle j’avais assisté. Il ôta sa main de ma bouche, et je pris une grande bouffée d’air. Seulement, il passa sa main sur tout mon corps et même sur les endroits les plus personnels. Je relevais de nouveau le visage. Ses yeux suivaient le geste. Comme je le maudissais. Je ne pouvais même pas me défendre. En temps normal, je me serais débrouillée pour lui faire manger le mur. Mais en temps normal, je n’avais pas à faire à des gars qui avaient la taille d’un basketteur, ni une force peu comparable. Il passa la main sur l’ensemble de mon torse et stoppa son geste lorsqu’il sentit l’arme à feu. Il ouvrit ma veste et prit le pistolet puis me lâcha doucement prêt à me replaquer si je tentais de faire quoi que ce soit.

*Et si je voulais être méchante, imbécile…*

Je m’adossais un petit instant au mur pour me calmer. Je jetais un coup d’œil à la porte, complètement inaccessible désormais. J’avais loupé ma chance et j’allais le regretter. Il se mit en travers du couloir de manière à ce que j’avance dans le sens qu’il voulait, c’est-à-dire à l’étage où se trouvait le corps du dealer. Je commençais à aller vers les escaliers lorsque je me retournais d’un coup. Je ne voulais pas retourner en haut. J’avais peur de ce qui m’y attendait. Il avait mon flingue, et je ne risquais pas de parler. Je ne voulais pas terminer comme Tony. Mais il fallait que je trouve d’urgence quelqu’un d’autre pour me fournir. Il m’en restait juste assez pour une seule injection. Alors je tentais de négocier du mieux que je pouvais.

« Je suis sur, ça ne va pas te plaire mais je m'en fous. Tu as mon flingue, ok. Et j’ai vu ce dont tu es capable de faire. Je ne parlerais pas, je peux te l’assurer. Je tiens un minimum à la vie. »

Je laissais un temps, le dévisageant.

« Laisses-moi partir. S’te plait. »

J’avais pris le ton le plus doux pour m’adresser à lui mais ce qui n'empêchait pas que j'étais complètement folle de faire ça. Je devais surtout vite me casser pour aller acheter ma drogue et pour le fuir. Je ne savais pas trop quand est-ce que j’allais faire une crise de manque, mais probablement avant le milieu de la soirée.


Dernière édition par Kaylhen Leighton le Dim 16 Mai - 15:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Ven 14 Mai - 20:37

Elle était intelligente, elle ne criait pas, elle ne cherchait pas a fuir et je n’avais donc nullement besoin de la calmer en faisant usage de la violence. Je m’écartais et elle s’apaisait, respirant sans bouger, jetant juste un coup d’œil vers la porte. Mais avec moi dans le passage, elle était aussi inaccessible que le ciel lui-même. Une fois remis elle se mit à marcher dans la direction indiquée… l’étage. Avant même d’avoir le pied posé sur la première marche, elle se tournait vers moi, me parlant d’une manière presque désespéré… et me… non … si ! Me suppliant de la laisser vivre ! Et bien, c’étais déjà culoté pour elle de se retourner, mais maintenant elle me demandait de la laisser partir sans la tuer.

Au premier abord, je fus surpris, écarquillant les yeux en soulevant un sourcil, sans trop, croire ce que j’avais entendu… puis je me mis à rire, d’une voix grave et masculine. Elle en avait une sacrée paire de cette petite ! Me reprenant finalement je gardais un étrange sourire doux, j’appréciai sa façon de survivre mais je n’aimais pas qu’on me donne un ordre… c’est ce que trahissait mes yeux, une Certaine colère contenue.

« Tu crois que ce que tu dira changera quelque chose à ma décision ? Tu ne sais même pas ce que je compte faire de toi. Tu ne sais rien gamine… rien du tout. Maintenant si c’est la vue d’un cadavre qui te fais flipper a sa point… comment veux tu aller chercher ta dose ma jolie ? »


Mon sourire se fait prédateur avant de s’adoucir. Bien sur que j’avais vu ses pupilles légèrement plus dilaté que la moyenne, je n’avais pas non plus loupé la légère teinte rose du bord de ses narines ou encore la quelques taches a peine rosé dans l’œil. N’importe quel type qui côtoyait pas de junkie pouvait se tromper… mais pas moi, pas quand je vie ici depuis que cette guerre de merde a tout envoyer péter !

« Si le mort te dérange trop, suffira de le jeter dans un coin plus discret … mais je préfère en parler en haut. Si ça peux te rassurer, je n’ai pas envie de te crever brunette. Tu as eu des bourses de me faire face et j’avoue que ça me prouve que t’en a dans le jean’s. Mais pour le moment … »


Je vins caresser sa joue, comme n’importe quel type gentil.

« … Monte ! »

Pas de menace, pas besoin… je range l’arme dans le bord de mon pantalon et referme un peu ma veste pour cacher le sang.


Dernière édition par O'connell Dick le Dim 16 Mai - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Ven 14 Mai - 22:20

Je m'appuyais contre le mur, debout sur une marche ce qui me permettait d'être un peu plus grande. Il réagit plutôt calmement ce qui me rassura. Cependant, son rire me glaça le sang.

*Macho de première...*

Son regard s'était adouci. Pendant quelques secondes, il ressemblait à quelqu'un de gentil. Il aurait pu l'être. Il aurait pu être un survivant, il aurait pu être gentil et j'aurais pu l'apprécier. Mais il était probablement trop sadique pour penser à cela. Je sentais quelque chose de pas très claire derrière sa réaction. J'étais tout de même mal à l'aise. Il rigolait avec décontraction. C'est sur qu'il n'était pas la victime. Mais si un jour je réussissais à le chopper et si je maintenais les rennes, je n'allais pas me gêner. Il avait un regard qui avait de quoi me donner envie de creuser ma tombe et de m'enterrer six pieds sous terre pour ne plus voir ce regard mais son sourire était en parfaite contradiction avec l'expression de ces yeux. Vil manipulateur qu'il était... Je me passais une main dans les cheveux pour les ramener en arrière avant qu'il ne prenne la parole. J'avais fait un effort pour ne pas passer rapidement sous ses jambes et courir jusqu'à la porte. Et j'étais presque certaine que ce que j'avais dis n'allait servir à rien. J'aurais du tenter je n'avais rien à perdre. Et je n'étais pas prête de sortir d'ici, alors pourquoi pas... Lorsqu'il m'appela "gamine", cela m'agaça mais je contins mon énervement. J'appréciais ces surnoms amicales que lorsqu'il sortait de la bouche de quelqu'un qui n'était pas mon ennemi et envers qui j'avais une vision plutôt positive. Et ce n'était pas le cas. Il continuait à parler alors que je détournais légèrement la tête.

« ...Maintenant si c’est la vue d’un cadavre qui te fais flipper à ce point… comment veux tu aller chercher ta dose ma jolie ? »

Des cadavres, j'en voyais tous les jours. Mais ce qu'il avait fini par dire me révolta. Me narguer parce que lui ne se droguer pas, et moi si ! Et pendant combien de temps encore allait-il continuer à me donner des surnoms ? Je relevais la tête et le transperçais de mes yeux bleus. Si j'avais eu des flingues à la place des orbites, ce crétin pas fini serait déjà mort. Je finis par exploser. Je le poussais le plus violemment possible (ce qui ne le fit que vaguement bouger) et m'écriais :

« Non mais pour qui tu te prends !! Parce que t'as un flingue et que t'as réussi à tuer Tony, tu te crois en droit de dire ce que tu veux ! Ouais, ce cadavre me fait flipper. Pas parce qu'il est complètement amoché mais parce que c'est toi qui l'as tué ! Et que t'es en face de moi et que je suis encore vivante ! Non, je ne veux pas monter là-haut et je n'y monterai pas !! Parce que j'veux pas savoir ce qui m'y attends ! Parce que t'es flippant comme mec, t'es un de ces connards de timbrés de Hors-la-loi ! Et tu ne... Ne parles pas de ma toxicomanie comme ça ! Et oublies ces putains de petits surnoms à deux balles que tu t'amuses à me donner ! »

J'avais péter une énorme crise. Mon cœur battait la chamade, j'avais la bouche sèche et j'avais de nouveau peur. Il avait facilement pu deviner que j’étais une junkie. Déjà, parce que j’étais venue voir Tony. Quoi que j’aurais tout aussi bien pu rentrer dans l’immeuble pour m’abriter de la pluie. Et aussi à cause de ma corpulence plutôt fébrile.
Je me demandais si ma petite sœur avait été tuée par un gars comme lui. Manipulateur, vicieux… J’espérais tellement que ce ne fusse pas le cas. Que si elle avait quitté notre monde, c’était de froid. Ainsi elle n’aurait pas senti de douleur. Elle se serait probablement endormie paisiblement pour ne plus jamais se réveiller. Le grand crétin me ramena à la réalité.

« Si le mort te dérange trop, suffira de le jeter dans un coin plus discret … mais je préfère en parler en haut. Si ça peux te rassurer, je n’ai pas envie de te crever brunette. Tu as eu des bourses de me faire face et j’avoue que ça me prouve que t’en a dans le jean’s. Mais pour le moment … »

L'image de transporter le corps de Tony me répugna. Ce que je ne comprenais vraiment pas, c’était qu’il voulait monter en haut alors que nous étions que tout les deux dans tout le bâtiment. En plus, il recommençait avec les surnoms.

Il se pencha vers moi et posa sa main sur ma joue en me donnant l’ordre de monter. Déjà, je n’aimais pas recevoir d’ordre particulièrement lorsque ça venait d’un inconnu. Ok, il était loin d’être moche mais ça ne lui donnait pas le droit d’avoir des gestes déplacés. Et il était loin d’avoir le ''pouvoir'' sur moi. J'étais assez têtue. Lui également. Ça me foutait dans une mauvaise situation. Je lui tapais la main pour qu'il l'ôte de ma joue en le passant au rayon X. Je croisais les bras comme une gamine qui boudait ou qui faisait un caprice. Peut-être n'avait-il pas totalement tord en m'appelant gamine... J'avais dis auparavant que je ne monterai pas, et s'il voulait qu'on aille là-haut, il allait devoir le faire de force.


Dernière édition par Kaylhen Leighton le Sam 22 Mai - 12:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Ven 14 Mai - 22:46

Elle abusait clairement de ma gentillesse avec son pétage de câble a deux dollars… mais j’en faisais fit. Pourtant de la voir comme ça, les bras croisé devant l’escalier a attendre que je me fâche comme un père avec sa fille, me tiraillait entre une envie d’exploser sa jolie gueule contre un mur pour ensuite lui montrer qui était le mâle des lieux… et l’envie de lui montrer qu’elle allait pas crever cette conne. Bon, bah je n’avais pas le choix on dirait.

« Je vois le genre, t’es pas une gamine mais tu boude comme tel… Les femmes vous n’êtes pas possible. Je t’ai déjà dit que je ne comptais pas te crever, que j’allais aller chercher ta dose la haut et qu’on discuterait des termes de ta libération. Mais si tu préfère on va chez moi, tu nous fais une petite crise de manque, tu me claque dans les doigts et je ramène ton cadavre aux survivants en leur disant : désolés les gars, ce n’est pas une des miens, je vous la rends des fois quoi. Ho et si elle a claquée comme une merde, c’est parce que j’avais buté le pauvre type qui lui vendait sa dop ! Mais je ne suis pas vraiment coupable, il avait cherché à me couper le service trois pièces parce que j’ai sauté sa fille et qu’elle n’était pas contre. »


Je lui attrape la mâchoire entre les doigts, m’approchant d’avantage de son visage.

« Tu crois qu’il en dirons quoi ? »

Je la relâche, m’écartant un peu d’elle.

« Si les petits noms te dérange, tu attends quoi pour me donner le tiens ? Hein ? »

Je me penche a nouveau, venant murmurer a son oreille le miens.

« Dick… Juge Dick pour les gens d’ici. Tu vois, je suis comme qui dirait la loi ici… donc je te buterais pas sans raison. Maintenant ce que je te propose, c’est que ont aille chercher la drogue, que je t’oblige pas à rester avec ce type légèrement refroidit, on va chez moi ensuite pour boire un coupe de champagne et discuter de ce que tu veux en échange de ton silence et qu’est ce que MOI je veux en échange de ta vie… ça te vas ou faut que je redevienne violent ? »


Tiens, d’ailleurs j’avais paumé ma clope dans la course poursuite, prenant le paquet j’en sors une avant de la tendre à la miss.

« T’en veux une ? »

Après tout, je n’avais pas trop peur qu’elle me file entre les doigts la.


Dernière édition par O'connell Dick le Dim 16 Mai - 11:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Ven 14 Mai - 23:47

Il réagit encore de manière inattendue. Il se lança dans un discours aussi long que ma crise. Discours qui eut l'effet de me calmer même s'il n'avait pas hurlé comme je l'avais fait précédemment. Les hypothétiques circonstances de mon caractère me donnèrent des frissons. Il disait qu'il ne me tuerait pas mais il n'imaginait pas à quel point il pouvait être flippant. Ils n'étaient pas encore au courant que je me droguais, c'était hors de question que je leurs dise. J'avais un peu peur de leurs réactions et puis après, on allait plus me regarder de la même manière. Puis il m'expliqua, dans la foulée, les causes de la mort de Tony. Mais c'est qu'il était vraiment pas intelligent, c'était un peu normal que l'autre réagisse de cette manière. Quelle idée d'aller se taper sa fille aussi...

Je m'apprêtais à lui sortir une phrase dans le genre lorsqu'il me choppa, assez violemment, la mâchoire étant de nouveau nez à nez. Un peu plus de force et il la réduisait en miette. Je ne répondais rien, préférant me taire et trouvant que j'avais déjà fait assez de conneries comme ça. Il s'écarta en me relâchant alors que je me massais la mâchoire.

« Enchantée, Kaylhen. Ravie de te connaître dans de telles conditions. »

Bien sur, ce que je venais de dire était ironique. J'eus un mouvement de recul lorsqu'il s'approcha de moi pour murmurer à mon oreille. Lui, juge... Wahou, j'étais impressionnée. Il devait être vachement respecté d'où sa nature à diriger. Cependant, j'étais prête à monter lorsqu'il mentionna la came. Le reste je m'en foutais pas mal, mis à part que le champagne me plaisait bien, je n'étais pas trop rassurée de me retrouver chez lui. Mais il avait insisté sur le fait qu'il n'allait pas me tuer comme sur le fait que c'était lui qui allait donner les ordres en quelque sorte. Je me tordais la bouche et réfléchissais à tout ce qu'il venait de dire puis dis un petit :

« Ok... »

Il me tendit une cigarette. Mon regard fit des vas-et-viens entre l'objet et Dick. Je m'en emparais ainsi que du briquet. Je le lui rendis délicatement. Je me collais la clope au bec en montant pas trop vite les escaliers. Je ne pensais à rien juste au fait que j'allais enfin avoir ma drogue et que j'allais survivre en bon état. J'avais compris que Dick ne me voulait pas de mal, juste peut-être dealer avec moi. Arrivés en haut, je m'arrêtais sur le pas de la porte. Je me mis la main sur le nez et me retournais vers Dick en le regardant d'un air un peu suppliant. C'était dégueulasse et ça puait. Heureusement que l'odeur de la clope compensait un peu la putréfaction de Tony. Je pris soin de ne pas mettre les pieds dans son sang et traversais la pièce presque en courant pour aller me pencher à la fenêtre et respirer l'air un peu plus pure. Derrière moi, j'entendais Dick en train de faire je ne sais trop quoi mais je m'en foutais. Je fumais un coup puis me retournais vers lui en lançant :

« Fais vite. C'est vraiment dégueulasse. »

Dehors ce n'était pas pareil. J'avais le loisir de pourvoir m'éloigner des corps des victimes de la guerre. Je respirais l'oxygène qui ne puait pas puis lui dis :

«Ah et... est-ce que ça serait possible que tu me rendes mon flingue tout à l'heure ? Je voudrais arriver entière à la communauté. »

Je me retournais encore vers l'extérieur et laissais balancer mes bras en dehors de la fenêtre. Quelques gouttes de pluie glissaient sur ceux-ci, j'allais de nouveau être toute mouillée mais je n'y prêtais que très peu d'attention.


Dernière édition par Kaylhen Leighton le Dim 16 Mai - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Sam 15 Mai - 11:39

Elle prend le paquet que je lui propose et prend une cigarette, puis le briquet pour l’allumer, j’allume ensuite ma propre clope pour en inspira une bouffé et la recraché dans une volute de fumé blanchâtre. Elle m’avait dit son prénom, ironiquement avant vanté le plaisir de me connaitre… bien sur ma jolie, j’allais te croire tiens ! Nous montions donc les marches, comme un condamné traine son boulet, visiblement elle n’avait pas hâte d’être dans la même pièce que Tony, ce que je pouvais comprendre.

Pourtant, une fois arrivé devant l’appart elle hésite, elle s’arrête, se cachant le visage dans sa main. Inutile en soit, mais passons. A peine rentré, elle fonce comme une véritable furie vers la fenêtre, sous mes yeux étonnés. Tony est pas mort depuis longtemps, l’odeur du sang n’est pas si gênante que ça, ça me donne un petit gout métallique dans la bouche a chacune de mes respirations, rien de plus… surtout, rien à voir avec l’odeur de mort et de pourriture du Queens… Enfin, elle avait sans aucun doute l’estomac fragile la pauvre chérie.

« Dégelasse ? Ça ? »

Un coup de pied dans les cotes du mort, qui offraient pour toute réponse un craquement sinistre.

« Il n’est pas de première fraicheur, mais j’ai connue pire…»

Je me tournais vers la chaine hifi, inutile pour n’importe qui, mais pour un dealeur… Je prenais mon couteau, écoutant d’une oreille lointaine les paroles de la jeune femme alors que j’ouvrais le dessus de l’appareil. Un sourire narquois se peint sur mes lèvres a la vue du « butin ». Je regardais autour de moi, avisant un sac de sport pour venir y mettre la drogue… de quoi faire pâlir n’importe quel toxico.

Une fois le sac pleins, je refermais la cachette vide et mit le sac près de la porte, avant de venir rejoindre la jolie Kay… non parce que maintenant que je pouvais la regarder avec calme, je devais avouer qu’elle était pas mal foutue. Un vrai gâchis de lui tirer une balle entre les yeux… Venant dans son dos, me mit collait, glissant ma main sur son ventre pour remettre son flingue la ou je l’avais trouvé.

« J’ai tout, maintenant si tu veux bien, que dirais tu de… se casser ?»


Je passe ma main sur son épaule et me tourne, venant chercher le sac, qui pèse une tonne… Bah, ça me fera faire un peu de musc, voyons le bon coté des choses. Vous me trouvez sans doute suicidaire de lui tourner le dos alors qu’elle a une arme ? Non, parce que si elle s’en sert, elle aura intérêt a pas me louper… parce que je la louperai pas personnellement. Je me rendais vers la porte et l’ouvrit, lui laissant la voie libre pour passer devant moi de manière on ne peut plus galante… le genre de geste que la guerre avait souvent fait disparaitre.


Dernière édition par O'connell Dick le Dim 16 Mai - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Sam 15 Mai - 15:35

Je me retournais vers Dick lorsque je le vis donner un coup de pied dans la dépouille de Tony. Je dévisageais l'ex dealer en faisant une mou dégouté. Ce n'est pas parce qu'il était mort et qu'il était un salaud qu'il fallait faire ça. Quoi que...

« On a tous connu pire c'est sur, mais tu l'as complètement désarticulé. C'est inhumain. »

Je jetais un coup d'œil au corps de mon ancien dealer mais détournais vite la tête sous peine de vomir. Je regardais le ''paysage'' de New-York en fumant ma cigarette. On avait tout détruit. On s'était tous entretués, toujours en train de rapporter la faute sur le pays voisin. Des familles avaient été détruites, tout ce que nous avions réussis à construire avait disparu en fumer. Au final, il y avait moins de la moitié des humains qui avaient survécu à ces conneries.

Je tirais une bouffée de ma clope en poussant un soupir. Au moment où je voulais recracher la fumée, je me redressais en m'immobilisant. Je sentais Dick qui s'était de nouveau collé à moi.

*Qu'est-ce qui fout...*

Je sentis sa main glisser sur mon ventre. J'eus quelques frissons, peut-être plus de peur qu'autre chose. Je m'attendais à beaucoup mais pas à ça. Lorsque je baissais la tête, je m'aperçus qu'il venait de déposer mon flingue là où il l'avait trouvé tout à l'heure, à l'intérieur de ma veste. Je relevais les sourcils par surprise. Je tournais la tête vers lui -que de très peu puisqu'il était juste derrière moi- et lui adressais un sourire de remerciement. Il devait avoir un minimum confiance en moi pour me rendre mon flingue maintenant. Mais si j'essayais de lui coller une balle dans la tête, je n'avais pas intérêt de me louper. Seulement je n'avais plus aucune raison de le faire. Il ne me donnais plus de surnoms ni quoi que ce soit d'autre. En gros, il était devenu gentil.

« J’ai tout, maintenant si tu veux bien, que dirais tu de… se casser ? »

Il posa une main sur mon épaule et, sans hésiter, je sortis de la pièce. D'ailleurs, il me tenait la porte. Un soudain élan de galanterie ? Ça faisait tellement longtemps qu'on ne voyait plus cela et que ça ne m'était par arrivée. De nos jours, les Hors-la-loi, du moins ceux que j'avais rencontré, avait plutôt tendance à vous coller une balle dans le crâne plutôt qu'à vous tenir une porte. Je me tournais vers lui et avec un grand sourire, lui tapotais la poitrine. C'était une manière de remercier. Entre temps, j'avais écrasé ma cigarette contre le mur. Une fois dans le couloir, je me retournai et lui pris son paquet qui se trouvait dans la poche intérieur de son costard anthracite. Je l'allumais et fourrais le briquet dans la poche arrière de mon jean. Mon regard bloqua sur le gros sac de sport qu'il portait et qui me paraissait bien rempli. Surement de drogue. Un vague sourire passa sur mon visage lorsque j’eus l’image de moi en train de lui piquer le sac et de me barrer en courant. Combien y avait-t-il de kilo là-dedans ? Probablement beaucoup. De quoi être tranquille bien longtemps. Je me retournais et partis en direction de la sortie. Lorsque nous arrivions à la porte de sortie que j’avais tant voulu passer auparavant, il pleuvait toujours autant. J’éteignis ma cigarette contre le mur puis la jetai par terre. Nous partîmes chez lui. Moi, je me contentais de le suivre. On avait déjà tourné dans deux rues et je me sentais complètement perdue.

J’étais trempée jusqu’au os et j'avais froid. Mes cheveux dégoulinaient d'eau. Je claquais presque des dents. J'observais Dick et je trouvais que lui se sentait plutôt... à son aise. On arriva chez lui ; le bâtiment n'était vraiment pas super. Mais ça ce n'était que d'un point de vue extérieur. Une fois rentré, je trouvais que c'était plutôt sympa, voir même classe par rapport à tout ce que j'avais vu jusqu'à présent. Je me demandais comment il avait pu conserver ou trouver tous ces meubles.

« Vraiment pas mal. Comment est-ce que tu as fait pour conserver tout ça ? »

Je faisais un peu le tour du salon mais vérifié quand même du coin de l'œil l'endroit où il avait déposé le sac. Mais j'avais une manie dont je n'avais jamais réussi à m'en débarrasser. Lorsque j'arrive chez quelqu'un, je touche à tout. Ça faisait rire mes amis à l'époque lorsqu'ils étaient encore de ce monde. Si bien que je commençais à ouvrir les tiroirs, à prendre des objets les regarder puis les reposer. Je me doutais bien que ce n'était pas conseillé de faire cela surtout que je venais tout juste rencontrer et pas dans les meilleures conditions.


Dernière édition par Kaylhen Leighton le Sam 22 Mai - 13:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Sam 15 Mai - 16:12

On sortait de l’appart de se porc que j’avais saigné avec autant de compassion que l’animal, mais pendant que je tenais la porte, elle me flatta de la main, la posant sur mon torse en souriant… Un remerciement ? A n’en point douter. Je la regardai sortir et en profita pour baisser les yeux sur ses reins… Et la voila qui se retourne, m’arrêtant net. Elle nous fait quoi la ? Ha elle me fouille pour trouver le paquet de tiges. Je la laisse le prendre, allumer sa clope et me le rendre, sans le briquet bien sur, sinon c’est moins drôle. Je penserais à aller le chercher plus tard la ou elle venait de le mettre.

Nous descendions sans vraiment nous presser et sans nous menacer pour une fois, ça avait un je ne sais quoi étrange. Pourtant, c’étais plus normale que la façon dont on s’était rencontré au final. Une fois en bas, je regardais l’extérieur, il pleuvait toujours autant bien sur. Je lui tenais une nouvelle fois la porte, faisant fit de l’air fraie qui fit des ravages sur mon corps déjà trempé. Une fois dehors, nous nous dirigions chez moi, sous une pluie proche de torrentiel. Je regardais devant moi, restant calme, mais je crevais de froids. Une rue, puis deux… puis cinq et nous y voila. L’immeuble n’était pas plus beau que les autres, mais il y avait un étrange avec un appart ou les vitres n’avaient pas volé en éclat… une chance, ou plutôt une histoire de bricolage et de remplacement en prenant celle qui avait survécu ailleurs. L’avantage de tous ses immeubles clones…

J’ouvrais la porte avec une clé, puis entrait et la laissait passer pour refermer la porte a clé… inutile de tenter les gens dehors a venir me défoncer la gueule pour se payer la part du lion. Une fois la porte close a clé, je me tournais pour voir Kay mater un peu tout et rien et farfouiller. Décidément, elle ne manquait pas de culot la gamine ! Pendant qu’elle regardait en posant une question, je virais mon paquet de tige de huit de ma poche intérieur et le déposait sur une étagère de métal noir. Puis j’enlevais la veste pour la déposer proprement sur un cintre et la mettre derrière la porte de l’appart, maintenue par un clou.

« J’ai récupéré certain truc de mon ancienne vie, d’autre d’ici et d’ailleurs… mais la plupart son des cadeaux pour m’inciter à aider tel ou el camp dans un différent. »

Tout en parlant, j’enlevais ma chemise, qui bien sur, blanche comme elle était totalement transparente et me donnait la chair de poule puisque glacé. Passant dans le coin de la pièce, je pris le temps de mettre en marche un radiateur à essence. C’était une des choses les plus pratiques au monde pour pas gelé…

« Déshabille toi, je vais chercher une serviette et un truc a te mettre sur le dos. »


Sur ses mots je montais a l’étage, une mezzanine juste au dessus du salon donnant sur… la chambre, au du moins un lit et des rideaux, et des piles de fringues posé sur des étagères dépareillé aligné. Je redescendais avec une serviette pour elle, j’avais déjà la mienne sur les épaules et une chemise pour elle… immense bien sur.

« Met ça, tu te sentiras plus a l’aise je pense. »

Et me voila qui la laissait tranquille, m’occupant de sécher mes cheveux pour enfin venir m’asseoir dans le sofa.

« Je suppose que tu préfère qu’on aille dans le vif du sujet… Alors que m’offre tu en échange du fait que je te filerais ta drogue régulièrement sans que te ne court aucun risque ? Parce que vois tu… tout ce que contient ce sac est à toi… mais que me propose tu ?»


Dernière édition par O'connell Dick le Dim 16 Mai - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Sam 15 Mai - 19:14

Je poussais un petit soupir puis me retournais pour le découvrir sans chemise, torse nu. Ça se voyait qu'il était vraiment chez lui, il était bien à l'aise. J'admirais son corps pendant une dizaine de secondes alors qu'il allumait le chauffage. Qu'il était musclé, il avait des épaules et de ces pectoraux... S'en était à tomber par terre, et j'étais subjuguée par ce corps, prête à m'écrouler au moindre geste trop brusque. Je clignais plusieurs fois des yeux pour sortir de cette extase. Lorsqu'il me parla, je m'efforçais de le regarder droit dans les yeux et de ne pas baissais mon regard sur son torse de rêve.

« Que... quoi ? »

Me déshabiller. Il rêvait vraiment. J'avais qu'à me foutre à poil et faire un streap-tise sur la table pendant qu'il y était. Il alla chercher des affaires pour que je puisse me changer. Ça c'était sympa, une fois de plus... Il redescendit avec seulement une serviette et une chemise blanche, très large. Pas de pantalon, pas étonnant. Je lui jetais un regard léger en disant :

« La prochaine fois, files-moi un caleçon. »

Je lui lançais un clin d'œil et rigolai avant de monter à mon tour pour me changer. Je me demandais vraiment comment est-ce que j'avais pu avoir peur de lui. En même temps lorsqu'il m'avait choppé contre le mur, il m'avait fait super peur. En cherchant bien, on pouvait trouver une petite once de gentillesse chez lui. Sa chambre était simplement composée d'un lit et de quelques étagères. Je m'allongeais tranquillement sur le lit et restais ainsi trois petites minutes. Ça faisait du bien de s'allonger après une fin d'après-midi aussi éprouvante. Je me serais bien endormie là, mais Dick m'attendait pour discuter de mes putains de termes de libération. J'enfilais la chemise qu'il m'avait refilé. Effectivement, c'était très court et je nageais dedans. Comme mon jean était trempé, je l'enlevais aussi. Je pris toutes mes affaires et les déposais à proximité du radiateur que Dick venait d'allumer. Il avait parler d'être à l'aise et j'avais l'impression d'être à poil ; juste une chemise et une culotte. Et j'étais pieds nus.

Il était en train de se sécher les cheveux et se diriger vers le sofa alors que j'aperçus le sac près de la porte d'entrée. Je m'approchais de celui-ci, s'en oublier de jeter des coups d'œil fréquent à Dick, j'ouvris le sac et eus un hoquet de surprise devant la quantité. J'en restais scotcher. Ce connard de Tony avait tout ça en sa possession et me vendait une minuscule quantité pour un prix exorbitant. Je me relevais, sourire aux lèvres et alla le rejoindre sur le divan. Je m'asseyais en tailleur en face de lui. Je laissais mon regard glissé un laps de temps sur son torse. Sourire en coin, je me mordais la lèvre en l'écoutant.

« Attends, quand tu dis tout le sac... C'est vraiment TOUT le sac ? Non parce que je veux pas dire mais... tu peux te faire un max de fric. J'dois pas être la seule toxico survivante. Enfin moi je dis ça, je dis rien hein... »

Tout pour moi. Mais c'est qu'il devenait trop généreux. Moi ça ne me posait pas de problème... J'avais les yeux pétillants : j'imaginais tout le contenu de ce sac en ma possession. Le paradis pour une junkie. Je me redressais puis lui dis :

« J'ai soif. »

Je sais, ça n'avait absolument aucun rapport avec le sujet. Mais, j'avais vraiment la bouche sèche et puis c'était une manière pour gagner du temps. En me dirigeant vers le frigo, je lui dis sans me retourner :

« Dick, tout ce que je trouve à te donner c'est de l'argent ou bien même des trucs que je pourrais réussir à récupérer ici et là. »

Je doutais que cela lui plaise, mais le monde était détruit alors pour trouver un truc à lui offrir en échange de la drogue, ça allait être compliqué... J'ouvris le frigo et farfouillais à la recherche de boisson. Je finis par tomber sur deux bières fraiche. En les sortant, je poursuivais :

« Ou sinon, des tâches ménagères ou des conneries dans le genre... Je sais vraiment pas quoi te dire. »

Si ça continuait comme ça, j'allais me retrouver dehors sans came et sous la pluie. Génial...


Dernière édition par Kaylhen Leighton le Dim 16 Mai - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Sam 15 Mai - 19:36

Quand elle revint dans le salon, c’était avec ma chemise… un simple regard et je pouvais déjà sentir une boule enserrer ma gorge. Mes yeux détaillaient ses jambes, la courbe du bas de sa fesse qui se devinait à peine… je ne pu que déglutir discrètement en tentant de ne pas terminer avec la mâchoire au niveau des genoux. Suivant ses mouvements je décide finalement de regarder ailleurs, vers la fenêtre. J’en profite pour entrer dans le vif du sujet et obtiens une réponse qui me fait pivoter la tête dans sa direction… Soif ?

« Prend ce que tu veux dans…Je vois que tu as trouvé. »

Dans le frigo, ce n’était même pas nécessaire de la guider chez moi. La regarder se penché fit avoir un tressaut a mon cœur et pas que lui d’ailleurs. Je sentais mon pantalon rétrécir a vue d’œil et fit mine de rien quand elle se redressa. Chacune de ses paroles me disait qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait m’offrir… moi étrangement, depuis cinq minutes j’en avais au moins mille idées… mais toute dans la même ligné.

« Je ne veux ni argent, ni babiole… Je vais te proposer un marché. Je te donne tout, un paquet chaque mois… en échange de toi. »

Par toi j’étais encore un peu trop vaste, au vue de ton visage se décomposant a vue de nez.

« Soyons plus clair, je veux un paiement en nature. Tu me plais. J’avais pas prévue ça au départ, mais la c’est clair et net, je ne veux aucune autre forme de transaction. C’est ça ou rien. »

A toi de choisir, quoi qu’il en soit, je n’avais pas bougé, toujours installé confortablement ans mon divan, tendant la main pour accueillir ma bière.


Dernière édition par O'connell Dick le Dim 16 Mai - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Sam 15 Mai - 21:48

Je décapsulais les deux bières et laissais les bouchons sur le sol. Je commençais à venir vers le sofa pour rejoindre Dick. Un peu de rangement, ça allait l'occuper. Cependant alors que je m'approchais de lui, il me sortit une phrase qui me désarçonna. En échange de moi. De moi... Je ne comprenais pas tellement cette phrase. Je n'étais pas à vendre, il n'avait pas l'air de comprendre ça. Je compris lorsqu'il reprit la parole.

« Soyons plus clair, je veux un paiement en nature. Tu me plais. J’avais pas prévue ça au départ, mais la c’est clair et net, je ne veux aucune autre forme de transaction. C’est ça ou rien. »

Un nœud se forma au creux de mon ventre alors que mon visage changeait d'expression. Je restais plantée au milieu du salon avec mes deux bières dans les mains. J'étais sous le choc. Certes le « Tu me plais » me flatta mais que pendant un cours moment. Un paiement en nature... Le salaud. J'avais encore des limites. Tout ce que je m'étais dis sur lui juste avant, qu'il était sympa et je ne sais plus trop quoi s'évapora subitement. Il était dans ma ligne de mire. En parlant de ligne de mire, mon joli flingue m'attendait en haut. Je n'avais qu'à courir, le sortir rapidement, viser son crâne et appuyer sur la détente. Il n'y aurait plus de Dick et moi j'aurais le sac entier rien que pour moi, et je n'aurais rien à donner en échange. Mais je ne me sentais pas capable de faire ça. Habituellement si mais là, non et j'ignorais pourquoi. De toute manière, j'étais incapable de bouger, totalement pétrifiée.

Lorsque je repris à peu près le contrôle de mes membres, je dévisageais Dick. J'allai poser les deux bières sur un comptoir et me dirigeais en direction du radiateur pour récupérer mes affaires et me changer. Arrivée devant, j'hésitais. C'était une belle occasion ; autant de drogue sans payer. Je me retournais et le toisais du regard. S'il croyait que j'allais coucher avec lui, il pouvait toujours courir. Alors autant le convaincre, j'étais certaine que j'en étais capable. Je récupérais une seule bière et laissa la sienne sur le comptoir puis m'installa sur le sofa, de nouveau en tailleur. Il fallait que je garde la tête froide.

« Depuis quand les juges demandent à coucher, comme s'ils se payaient des prostituées ? »

Je me tortillais sur moi-même, puis repris lui jetant un regard froid :

« Est-ce que j'ai l'air d'une prostituée, franchement ?! »

Je l'aurais bien fait à sa manière : violent, chopper la mâchoire... Mais ça serait comme si une mouche s'était poser sur lui.

« Je ne tapines pas, Dick. »

Je bus une gorgée et tentai de rester le plus calme possible :

« Parce que là, ce que tu me proposes c'est presque pareil. Tu ne payes pas avec de l'argent mais avec de la drogue et forcément tu es assez intelligent pour te dire que la drogue, me concernant, a plus de valeur que l'argent. Bien que normalement sans argent on a pas de drogue. »

Je me penchais vers lui et dis dans un léger chuchotement :

« Parce qu'il est nécessaire que tu saches que je ne coucherai jamais avec toi si je ne ressens rien pour toi. Alors il va falloir que tu trouves un autre terrain d'entente... »


Je lui souris puis lui dis dans un dernier chuchoti :

«Que veux-tu, je suis une fille...»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Sam 15 Mai - 22:24

Naturellement, elle laisse ma bière sur le comptoir… tant pis. Je l’écoute, ne lâchant pas son regards, fixant ses prunelles des miennes tendis qu’elle me répond avec une franchise déconcertante. Le tapin ? Elle pensait que je la prenais pour une pute ? Comme elle se trompait, les prostituer ici, c’est elle qui me payaient pour avoir une protection, pas l’inverse. Un sourire amusé prend place sur mes lèvres pendant que je l’écoute déblatérer son monologue, jugeant ma façon de lui présenter les choses sans même chercher à comprendre mon point de vue. Sans un mot je me levais, approchant de ma bière et la prenant, pesant bien mes paroles tout comme mes mots.

« Prostitution ? Je n’ai jamais rien offert a une pute… elles me font des « cadeaux » pour avoir l’avantage d’une protection … »

Puis je me retournai, te regardant en approchant, déposant ma bière sur la table basse et venant me pencher au dessus de toi, mettant mon visage non loin du tiens pour enfin prendre la parole.

« Avant cette guerre de merde… les hommes offraient des fleurs, des bijoux, ou encore le resto ou le ciné. Pourtant, la moitié des présent ne plaisait pas, mais les femmes remerciait et couchait avec ses hommes… certains d’un soir. Est-ce que tu m’aurais traité de salaud de te proposer un bijou à la place de dop ? La je suis au moins certains que mon cadeaux te plaira et te sera utile. »

Je prenais appuie sur un seul bras a présent, relevant ma main vers son visage pour laisser mon doigts caresser le bord de sa lèvre inférieur.

« Mais si c’est ton cœur que je dois atteindre pour t’avoir, je vais devoir te revoir régulièrement… Donc, il va falloir que j’ouvre les paquets pour en sortir les sachets plus petits… et ne te donner qu’un sachet à la fois, histoire d’être sur que tu ne m’oublie pas plus d’une journée. »

Je m’approchais, comme pour déposer mes lèvres contre les tiennes et dérivait au dernier moment pour frôler de ma joue la tienne et murmurer a ton oreille.

« Tu vois, ça n’as rien à voir avec la drogue… je te veux et je t’aurais Kay, même si pour ça je dois me damner, l’enfer nous y somme déjà. »

Je m’écartais ensuite, me redressant pour prendre ma bière et porter le goulot a ma bouche. Quelques gorgés glissaient sur ma langue, me désaltérant alors que je déglutissais. Une fois fait, je me laissait retomber a mon ancienne place, totalement décontracté, mais le regard bleu sombre plongé dans les abysses du tiens, y cherchant une réponse avant même que tu ne pique une crise ou ne cherche a m’évincer ou a m’enlever de la tête l’idée saugrenue de t’avoir.


Dernière édition par O'connell Dick le Dim 16 Mai - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Sam 15 Mai - 23:58

J'avais repris ma place alors que lui se levait en souriant comme si de rien n'était. Ça s'était le genre de comportement qui me foutais en rogne. On me filait une batte de base-ball, je l'assommais, le ligotais et filais.

A la fois, ex-juge et proxénète ? C'était contradictoire. Mais lorsqu'il me fixa en approchant comme un lion ayant coincé sa proie, je me tassais dans le sofa en repliant les jambes. Mes yeux suivaient le moindre de ses gestes mais lorsqu'il se pencha sur moi tout alla trop vite. J'eus un violent étourdissement et clignais des yeux pour reprendre mes esprits alors qu'il me regardait droit dans ceux-ci. Cependant, je ne compris que la moitié des choses qu'il venait de dire. J'étais pas habituée à un rapprochement aussi physique entre un aussi beau gars que Dick et moi. Il ne me laissa pas le temps de répondre et se rapprocha encore un peu plus de mon visage. Mon cœur explosa dans ma poitrine, je respirais de plus en plus rapidement et mes mains tremblaient. Mais ces tremblements n'étaient pas dû à une crise de manque. Oh non loin de là... Mais avec son doigt sur ma lèvre qui faisait des va-et-viens et son regard super séduisant, j'étais achevée.

*Recules, recules...*

Je crois bien que j'avais surtout peur de tomber dans les pommes et j'étais même plus consentante à poser mes lèvres sur les siennes plutôt que de prendre mes jambes à mon cou. Mais ce qu'il était en train de me dire était vraiment surprenant. Puis il se pencha un peu plus comme pour m'embrasser et à l'instant même où nos lèvres allaient se toucher et où mon cœur accélérait ses battements, il se pencha vers mon oreille et me murmura :

« Tu vois, ça n’as rien à voir avec la drogue… je te veux et je t’aurais Kay, même si pour ça je dois me damner, l’enfer nous y somme déjà. »

A partir du moment où il avait prononcé ces quelques mots, j'avais eu toutes les raisons de me jeter sur lui et de l'embrasser. N'importe quelle fille se serait jetée dans ses bras si elle avait entendu cela. Il avait déjà repris sa place alors que je le regardais une dernière fois avant de jeter la tête en arrière. J'ignorais à partir de quel moment mais j'avais coupé ma respiration. Et je sentais mes mains qui tremblaient ce qui me força à me redresser et à déposer ma bouteille sur la table. Je les observais un instant avant de les cacher au creux de mon ventre. C'était pas la crise de manque ça, c'était l'émotion. Parce que j'avais ressenti quelque chose. Je fermais les yeux et fronçais les sourcils en posant la tête sur mes genoux. Il fallait que je réfléchisse. Je me levais et repartis vers le frigo, je dénichais la bouteille de champagne dont il m'avait parlé et revint sur le canapé en posant la bouteille sur la table basse.

Un homme séduisant s'était penché sur moi.
Il était probablement plus âgé que moi (au moins cinq ans de plus).
Il me disait qu'il me voulait.
Mon cerveau s'était retourné.
J'étais perdue.

Mais qu'est-ce qui se passait ? C'était déjà le chaos sur Terre et Dick venait de rajouter sa -grosse- touche personnelle. Si j'avais bien compris, la came remplaçait les bijoux donc c'était son moyen à lui de me séduire. Je le regardais et remarquai bien qu'il me détaillait.

« Putain, tu te plaignais que t'allais me ramener morte chez les survivants à cause d'une crise de manque mais là, j'étais à deux doigts de claquer. »


Je soufflais un bon coup puis me relevai et m'avançais vers lui en disant :

« Tu veux m'avoir ? Parfait... »

Mais brusquement, je me stoppais et me rasseyais sur le sofa, cette fois-ci à côté de lui. Ce n'était pas possible, et j'avais été à deux doigts de l'embrasser juste à l'instant. On ne pouvait pas être ensemble.

« Mais Dick... ce...ce n'est pas... »


Je fermais les yeux pour me concentrer et faire le tri entre ce que devais dire et les mots qui devaient rester dans ma tête. Je le regardais à moitié alarmée :

« C'est impossible ! On ne peut pas, tu es un Hors-la-loi je suis dans la communauté des survivants, et que depuis quatre jours. Rien que cela, ça fait déjà de nous deux des opposés. Et en plus tu... tu es beaucoup plus vieux que moi et je n'suis pas encore majeur. »

J'attrapais ma bière, et d'un très terminais tout le contenu.

« En plus, tout ce que tu viens de me dire c'est... Wahou. Je... Puis après un temps de réflexion : On aurait dit une déclaration. J'ai l'impression que s'en était une. S'en était une ? »

Je me rendis compte peu après que ça, je ne devais pas le dire. En fait, c'était une pensée à voix haute mais je décidais de passer la-dessus. Puis en le montrant de la main, je lui dis :

« Puis regardes-toi, t'es carrément sexy. C'est sur que je reviendrais souvent... »


Je soupirais puis quelque chose me frappa subitement.

« Et qui sait si tu ne jouerais pas simplement avec mes sentiments pour que je ME retrouve dans TON lit ? »

J'avais toujours eu ce côté pessimiste qui me disait « Attention ! » pour la moindre chose. Et la, c'était carrément alerte rouge même si mon cœur me disait qu'il fallait que je me jette sur lui.


Dernière édition par Kaylhen Leighton le Dim 16 Mai - 15:06, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Dim 16 Mai - 8:48

Je l’avais comme qui dirait perturbé la petite brunette. J’avais sentit son souffle chaud bruler mes lèvres, puis mon oreille. J’avais presque pu entendre le battement frénétique et chaotique de son cœur dans sa poitrine. Puis je m’étais éloigné pour boire ma bière, histoire de refroidir mes propres ardeurs. Je suis sur a quatre vingt dix pour-cent que si d’aventure je me retournais et me jetait sur son corps maintenant, c’est elle qui m’arracherais mon pantalon… et c’est que j’y tenais !

Pendant que je la laissais de remettre de ses émotions forte et reprendre contenance, j’eu un sourire amusé a la pensée que le radiateur était sans doute moins brulant qu’elle a cet instant. Je revenais m’asseoir, enfin plutôt me détendre, dans le sofa a ses cotés, observant la jeune femme avec un regard si pensant qu’il aurait sans doute pu atteindre les méandres de son âme tourmenté. Finalement elle se décida a me répondre…

« Putain, tu te plaignais que t' allait me ramener morte chez les survivants à cause d'une crise de manque mais là, j'étais à deux doigts de claquer. »


Bien sur a cette accusation, je ne pu que me mettre à rire, fermant a demi les paupières sur mes prunelles océan.

« Désolé, je saurais pour l’avenir qu’il me faudra ménager ton cœur et te rappeler de respirer régulièrement. »

Je me moquais d’elle, l’ironie pointant sous chacune de mes paroles. Finalement elle souffla amplement, réhabituant ses poumons à recevoir leur valeur en air sans doute. Mais quand elle se tourna vers moi j’étais presque surpris de l’entendre parler et de s’approcher de moi avec cette lueur de… désir ?... dans les yeux. Mais cette lueur fit rapidement place a une gêne ou une panique, j’avais du mal à décrypter chacune de ses émotions tant elle paraissait bouleversé et soudainement paumé… enfin, le terme paumé pour un junkie qui viens de voir son dealeur mort et qui se retrouve chez un tueur peux être plutôt bien trouvé.

J’écoutais ses faibles protestations alors qu’elle t’entait de se convaincre elle-même plus que moi quand a l’incompatibilité dont nous étions, somme toute évidente de son point de vue. Elle commença par exposer la différence de communauté, ce dont que me foutais comme d’une guigne à dire vraie. J’étais chez les hors la loi par dépits… impossible de vivre chez les survivants de part mon caractère manipulateur et mon besoin de pouvoir. Je n’étais ni proxénète, ni dealeur, enfin je ne l’étais pas jusqu’as aujourd’hui… J’avais tué certes, j’avais volé aussi… mais je doute qu’au finale la communauté vive vraiment différemment. Ce n’était au final qu’un berger pour les brebis égaré… un peu d’espoir la ou il n’y en a plus. N’ayant aucun besoin d’être protégé ou rassuré, j’avais fais le choix qui me donnerai la possibilité de vivre au mieux et n’étais un hors la loi que parce que je n’avais pas ma place nul par ailleurs au final.

Puis elle prétexta mon âge… quoi ? Je ne suis pas non plus un vieux croulant gamin ! J’avais bien envie de l’envoyer chier sur le coup, mais je comprenais parfaitement le cheminement de son esprit. Elle avait besoin de se rassurer en trouvant des raisons de me rejeter, soit. Tout en la regardant boire, je ne disais rien, j’avais a cœur de la laisser s’exprimer jusqu’au bout, jusqu'à ce qu’elle soit suffisamment mal a l’aise pour attendre la moindre réaction de ma part.

Elle s’interroge sur le sens de mes paroles, est-ce une déclaration ? Ou non… elle hésite, cherche une réponse dans mes yeux et dans ma voix, mais enchaine, visiblement la question ne devait pas être posée toute haute. Après m’avoir dit que j’étais vieux, la voila qui m’annonce me trouver sexy ? En tant normale j’aurais aussi les épaules d’un air de dire ‘’Je sais’’. Mais la non, j’eu un léger sourire en coin alors qu’elle m’annonçait revenir pour se détail somme toute important.

Un soupir plus tard, La voila qui s’accroche a nouveau a son besoin de me repousser, de se sentir rassurer a l’idée que je suis le connard qui allait la tuer au moindre geste… et dans le cas actuel, qui voulait juste la sauter. D’un certain point de vue, elle n’avait pas totalement tord, mais sur d’autre point, elle se plantait royalement. Comme toute les femmes après tout, mais j’en avais connue suffisamment pour être capable de gérer se genre de doute et de l’apaiser. Si je voulais vraiment d’elle pour tirer mon coup a l’arrache, je l’aurais déjà prise sur la table basse, avec ou sans son consentement.

« Je tiens déjà à t’assurer d’un truc, si jamais des flics déboule ici pour m’arrêter pour détournement de mineur, je plaiderais la folie. »

J’eu un sourire amusé, avant de continuer a venant me placer bien face a elle.

« Hors la loi, communautaire… en quoi ça a une réel importance ? Si tu tenais tellement à la communauté, tu ne serais pas venue chercher de la drogue et tu ne m’aurais pas rencontré. Ne cherche pas des excuses la ou il n’y en a pas. »

Je pris un air plus sérieux quand vint le tour de mon état de vieillesse.

« En ce qui concerne mon Age, si cela peux également te rassurer, combien de grand homme, connue ou non, ont aimé des femmes qui avait la moitié du leur ? Et on a l’âge que l’on veut bien se donner, j’ai 36 ans, et tu sais quoi ? J’en ai rien à foutre… le seul avantage que j’en tire c’est que je serais capable de te faire crier mon nom et te faire te tordre de plaisir sans te prendre. Et oui, y a aussi des avantages à flirter avec un type mature. Ha et en physique, on t’apprend qu’un homme peux avoir une activité sexuel jusqu'à plus de 80 ans… ce qui n’est pas toujours le cas des femmes.»

Je ne la lâchais pas du regard, j’avais besoin d’y lire tout ce que je pouvais y lire pour guider le fil de mes réponses.

« De toute façon, notre âge, notre groupe, qu’est ce qu’on en a à foutre ? This is The Hell… here and now ! Y a plus de loi pour te dire que tu es trop jeune et moi trop vieux. Plus personne pour les expliquer, donc réfléchit bien a ce qui vaut vraiment la peine que tu te prennes la tête ou non. »

Je finissais a mon tour ma bière, avant de la poser et de me tourner vers Kay, venant passer ma paume contre sa joue.

« Et si je t’avais voulue, je t’aurais prise il y a longtemps… mais j’ai une pointe de respect pour ta fougue et ta façon de me tenir tête… je trouve ça… intéressant. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Dim 16 Mai - 14:38

J'étais perdue et lui, il rigolait. Il savait déjà ce qu'il voulait. Dieu, qu'il était beau quand il rigolait. Je me demandais s'il se rendait vraiment compte de son charme. Mon regard dérailla sur son corps mais je me repris rapidement. Je ne devais pas le détailler, là maintenant je devais réfléchir et écouter ce qu'il me disait.

« Ne crois pas si bien dire, Dick. Ce n'est pas toi le junkie. Une fois tombé là-dedans, c'est vraiment difficile d'en sortir. »

De toute façon, je n'aurais jamais la force de me sortir de la drogue. Puis bizarrement, c'est comme si je n'imaginais plus ma vie sans. C'était devenu quelque chose de quotidien et d'habituel, même si je savais que ça me détruisait à petit feu. Quoi que, j'étais la toxico et plein de personne honnête n'ayant jamais touché à un milligramme de drogue avait péri. Puis je disais à voix plus basse :

« On s'en tape, c'est pas le sujet... »

36 ans, il ne les faisait pas. Mais 20 ans d'écart, c'était pas mal. C'est vrai qu'auparavant, on aurait appelé ça du détournement de mineur mais désormais, il n'y avait plus rien ni personne pour nous surveiller. Je me réjouit qu'un petit instant puisqu'il venait de me sortir quelque chose avec beaucoup trop de naturel.

« ... Le seul avantage que j’en tire c’est que je serais capable de te faire crier mon nom et te faire te tordre de plaisir sans te prendre. Et oui, y a aussi des avantages à flirter avec un type mature. Ha et en physique, on t’apprend qu’un homme peux avoir une activité sexuel jusqu'à plus de 80 ans… ce qui n’est pas toujours le cas des femmes. »

Je le dévisageais avec des yeux ronds. Mais j'étais partagée entre rigoler ou rester choquée. J'étais même à deux doigts de lui répondre ironiquement mais me retins. S'il le prenait aux pieds de la lettre, je risquais de me retrouver sur la table basse.

« De toute façon, sans les femmes vous ne pouvez pas faire grand chose... Alors l'activité sexuelle jusqu'à tes 80 ans, elle est pas utile à grand chose. »

Il réussissait à me convaincre. Et je me laissais aller dans son sens. Je n'avais plus aucuns arguments pour refuser de tomber dans ses bras. Il avait raison sur presque tout. Presque...

« Dick, le prob... »

*Ayyyaaaaaaa !*

Ça s'était mon cri d'alerte mental. Parce que sans que je m'y attende, il s'était approché de moi et avait posé sa main chaude sur ma joue. J'écoutais vaguement ce qu'il me disait trop concentrée à le détailler. Et pour ne pas l'embrasser, je lui adressai un petit sourire avant de m'enlevais précipitamment du sofa et me mis debout pour pouvoir parler sans être totalement déconcentrée.

« Tu ne... attends, tu me laisses parler et après tu fais ce que tu veux mais... En plus tu vois très bien que tu me déconcentres lorsque tu t'approches autant de moi. »

Même si des contacts aussi proches ne me dérangeaient pas, il fallait que je réussisse à en placer une.

« Avoues quand même que c'est assez problématique que tu fasses parti des Hors-la-loi et moi, de la communauté des survivants. De manière normale et globale, nous sommes des ennemis. »

Et il avait fallu que j'aille chercher du mauvais côté. Même si de ce côté là, la marchandise était pas mal du tout. Mais j'en avais marre de me prendre la tête ! Et malgré ça, je continuais... Je devais être chiante, mais il me supportait. Puis la petite clochette de mon cerveau retentit lorsque les paroles qu'il venait de dire me firent réagir. L'expression de mon visage changeait au fur et à mesure. Un sourire en coin se peignait sur mes lèvres et mes yeux se plissaient légèrement alors que je me tortillais les jambes. Je lui jetais un regard malicieux et dis joyeusement :

« Vraiment ? Tu aimes les femmes qui te tiennent tête... Puis un peu plus bas : Tu vas pas être déçu. »

Il me semblait assez macho mais il aimait également, d'une certaine manière, se faire diriger un peu mais pas trop. Difficile à décrire... Mais justement, parce que je n'arrivais pas à totalement le percer à jour, ça avait (beaucoup) tendance à m'attirer vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Dim 16 Mai - 15:28

Sa répartit me fit rire à nouveau, alors que je prenais soin d’ajouter quelques petits mots quand aux hommes incapable de faire quoi que se soit sans les femmes… elle n’avait pas totalement faux.

« Ho mais j’espère être vert a quatre vingt balais et encore être capable de plaire a des jeunes femmes ayant moins de la moitié de mon âge… quoique la moitié de 80 ans… Je doute qu’une femme de 40 ans peut être considérée comme une jeune fille… »


Après quelques mots, quelques phrases, me voila qui m’approche pour venir caresser sa joue, appréciant le contacte doux du satin de sa peau juvénile. Il y avait quelque chose d’attirant dans ses prunelles, sans doute parce qu’a jouer ainsi avec elle, une pointe de désir grosse comme un building se lisait dans ses yeux. Mais mon geste la perturbait, trop sans l’ombre d’un doute, puisqu’elle ne pu pas finir sa phrase et s’échappa. Elle se mit a distance honorable, ou plutôt a la distance qui l’assurait l’absence de contacte physique entre nous.

M’installant a sa place, je la regarde debout devant moi, l’écoutant m’expliquer qu’elle avait des choses a dires, qu’ensuite je ferais ce que je voudrais, mais pas tout de suite. Information retenue Kay, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! Pas plus que le moment ou elle m’avoue ne pas réussir à se concentrer quand je suis proche, très proche physiquement, d’elle. Ça aussi c’est noté ! Je m’approche, son cerveau se met en veille. J’aime assez le concept. Haussant les épaules et mettant mes mains, paume vers le haut, bras replier, à la même hauteur.

« Ok, je vois le concept, je reste loin tant que tu veux discuter. Je t’en pris, continue. »

J’écoutais sa façon de voir les choses, de concevoir notre différence de… clan ? Bon, c’était logique, très logique, trop sans doute. Mais cette façon qu’avais les gens de nous croire opposer en tout me semblait un peu trop idéaliste. Comme sire qu’il n’y avait que le Noir et le Blanc… Le nombre de gris étaient infinie pourtant… J’étais un gris sombre certes, mais certainement pas noir, puisque j’avais quelques rares bons cotés. Tout comme elle n’était pas toute blanche la miss, puisque c’était une junkie… et pas une petite ! Croisant les jambes, je regardais la jeune femme calmement avant de m’expliquer sur ma propre façon de voir les choses.

« D’accord, j’ai compris le truc, tu es une communautaire, je suis un hors la loi, donc on doit se foutre sur la gueule… si tu veux je peux encore aller chercher nos flingues et voir lequel de nous deux vas s’en sortir vivant… mais dans un appart comme celui la, on risque surtout de s’entre tuer… et j’ai assez envie de profiter de ma vieillesse. »

Je ris calmement, me redressant pour aller chercher une clope et me souvenant que mon briquet est dans son pantalon… et merde ! Tant pis, je me détourne et reviens vers elle tout en parlant.

« Tu ne pense pas que de me haïr parce que j’ai rejoint un groupe ce n’est pas un peu démodé ? Je veux dire, je suis un homme, tu es une femme… »

En disant cela, je laissais mon regarde descendre et remonté le long de ses jambes, de ses hanches, de sa tailles, de sa poitrine, jusqu'à revenir a son visage et déglutir.

« … Ho oui, bref, tu ne peux pas nier que je t’attire et moi non plus. Je ne vais pas te mentir, je suis un fumier, un connard et une véritable enflure… je n’ai aucune pitié et j’adore les pots de vins. Pourtant, la ce que je t’offre, c’est un truc qui ne se reproduira pas, et je ne parle pas de s’envoyer en l’air. Je parle de flirter avec toi… ton caractère me plait, tu m’étonne a chaque minute et tu n’as pas peur de moi. Tu ne me demande rien, n’abuse pas de tes charmes pour obtenir quoi que se soit… et pourtant, si tu me demandais, je crois que je ne pourrai pas te refuser grand-chose. Alors pitié, laisse cette putain d’histoire de gangs ennemis aux chiottes et profite de la vie ! Si étais pour vivre comme des curé qu’on nous avait laissé en vie, des gens comme toi et moi ne seraient pas présent pour parler aujourd’hui. Et surtout ne pas parler de drogue, de sexe hors mariage et de détournement de mineur. »


Le temps de déclamer tout mon petit speech, me voila près d’elle, elle dos au mur, puisque Mlle avait reculé au fur et a mesure… mais maintenant impossible d’aller plus loin. M’approchant encore, je viens coller mon corps au sien pour en épouser la forme, pliant légèrement mes genoux pour me mettre a sa hauteur et passer ma main se son fond pour repousser ses cheveux. La serviette toujours sur mes épaules, je me penchais vers elle, avant de déposer un baiser chaste sur son front, puis sa pommette, son œil, le bout de son nez, sa joue, son menton, puis ses lèvres… Enfin la pulpe rosé des miennes, viens agresser de manière fougueuse leurs jumelles légèrement terne.

Une sensation humide, chaude, agréable, comme un courant électrique s’engouffrant dans ma poitrine jusqu'à attendre mon ventre. Une impulsion qui donna suite à un mouvement, léger, puis plus vif et agréable… plus langoureux aussi. Ma main quitta son front pour son dos, sa nuque, ses cheveux… l’autre était appuyé au mur, paume à plat. Quand je la sentis suffisamment détendu, les lèvres s’entrouvrir. J’engouffrai alors la mutine a la rencontre de sa semblable et la caressai, l’enlaçai, tournait autour… une véritable symphonie de sensualité qui me laissa dans un état brulant. Pourtant, je m’écartais doucement, rouvrant mes paupières et dévoila des iris dilaté, ce qui était on ne peut plus normale bien que je ne suis pas un utilisateur de drogue…

« Je suis toujours ton ennemi ? »


Dernière édition par O'connell Dick le Lun 31 Mai - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Dim 16 Mai - 18:22

Il me fit rire lorsqu'il me proposa d'aller chercher nos flingues. Nous entretuer, Ah ! Il fallait quand même être un peu sadomasochiste pour rigoler de cela... Ce que j'étais visiblement. Ça me rappela que j'avais essayé de m'opposer à lui et ça n'avait absolument rien donné. Alors me battre avec lui, encore moins... Peut-être que je devrais penser à acquérir plus de force.

« Ah bon ? J'aurais plutôt tendance à dire que c'est mieux de profiter de sa jeunesse. Et tu atteins la quarantaine... »

Je rigolais et lui tirais la langue pour le taquiner. Je le vis se lever et fis un petit pas en arrière pour le laisser passer. Je regardais à droite et à gauche. S'il voulait aller chercher le champagne, c'était déjà sur la table. Je le regardais toujours avec de grands yeux pétillants et lui souriais lorsqu'il reprit la parole. Je m'apprêtais à répondre mais la manière dont il me regardait m'interloquait. Je fronçais les sourcils et le regardais le plus méchamment possible. Chose assez difficile à faire, puisque l'homme en question venait tout juste de me sortir bon nombre de phrases à me faire tomber par terre. Au fur et à mesure qu'il parlait, je le voyais se rapprocher petit à petit de moi alors que moi, je reculais. Et alors qu'il parlait, je remuais lentement la tête d'un signe négatif. Signe qui concernait plus les actions que les paroles. Je pointais un doigt accusateur sur lui, pour lui faire comprendre de ne pas bouger. Mais de toute façon, il ne m'écouta pas. Pas bien étonnant... Si j'étais restée assise sur le canapé, ça ne serait pas arrivé. Quoique, peut-être bien que si au final... J'esquissais un grand sourire lorsqu'il me dit que je l'étonnais un peu plus à chaque instant. Abuser de mon physique pour obtenir ce que je désirais, j'allais y songer.

Je commençais à être parcouru de quelques frissons mais me maudissais intérieurement lorsque je me retrouvais de nouveau contre le mur. Il ne s'arrêta pas, il avança jusqu'à moi venant coller son corps de dieu au mien. Je posais une main sur ses reins alors que l'autre se logeait au niveau de son cou. Je lui lançais un regard empli de désir. Puis il déposa ses lèvres sur mon front, ma pommette... Je fermais les yeux. Chacun de ses baisers étaient comme une trace de brulure sur ma peau. Mais je m'efforçais de résister même si mes mains se remettaient à trembler. Puis je sentis ses lèvres se déposaient sur les miennes. Et là, ce fut comme si tout mon être intérieur explosait. Un courant d'air chaud envahissait la totalité de mon corps. A quoi bon résister ? Avec ce baiser, je découvris que c'était lui que je voulais et pas un autre. Je finis par totalement me détendre, le laissant faire ce qu'il voulait de moi. Le baiser devenait de plus en plus langoureux, de plus en plus sensuel. Tout mon corps brûlait de plaisir. Puis il s'écarta pour y mettre fin. Trop rapidement à mon goût d'ailleurs. Même si j'avais pleinement savouré ce moment, je m'y serais bien éternisée. Mon cœur battait la chamade. J'ouvris les yeux et le couvais du regard. Non, finalement c'était très bien que j'eus quitté le canapé.

J'adorais ce mec. Même s'il disait qu'il était un vrai connard, j'avais réussi à percer le peu de gentillesse qu'il y avait en lui. Et il avait réussi à me séduire. Mais tout mon plan sur la-fille-qui-fait-patienter-le-gars-sur-qui-elle-a-envie-de-sauter était tombé à l'eau. Du moins, pour le baiser. Tant pis, il allait attendre pour autre chose et pendant longtemps. Je voulais me faire désirer et surtout le faire patienter. Je l'écartais légèrement de moi.

« Non tu ne l'es plus. Mais je parlais d'un point de vue global, et toi tu n'en fais pas parti. »

Je lui lançais mon plus beau sourire et m'approchais de lui. Je me collais contre son corps et m'accrochais à sa serviette pour me hisser jusqu'au niveau de ses lèvres. Je le frôlais et disais dans un chuchotement :

« On ne peut pas totalement oublier que nous faisons partis de deux clans différents. Un peu, mais pas entièrement.Tu dis que tu es le plus grand des connard et pourtant, tu viens de me rouler un... super patin, et m'a séduite, et je porte ta chemise. Mais je suis quand même un peu sûre que tu veux t'envoyer en l'air avec moi mais bon je te pardonne, tu es un homme... Et je vais chopper l'occasion... »

Je le tenais, j'allais pas le lâcher.

« Et si je te disais que j'en avais rien à foutre que tu sois un connard ou même que j'aime ça... »

Il fallait l'avouer : Dick embrassait superbement bien. J'approchais mon visage et l'embrassais d'un baiser fougueux mais pas aussi langoureux qu'il l'avait fait. Je me reculais une dizaine de secondes après. Je voulais partir et je ne pouvais me permettre de m'éterniser dans ses bras même si j'aimais énormément ça. Mais je l'avais dit que j'allais me faire désirer... Je partis en direction de mes affaires et commençais à me changer directement dans la salon cette fois-ci en lui disant :

« Je sais que je passe du coq à l'âne mais, il se fait tard et si je ne rentre pas ils vont s'inquiéter. Je ne veux pas me faire remarquer dès le premier jour. Mais je te promet que je reviendrais, il n'y a pas de quoi t'inquiéter de toute manière tu as toute la drogue. »


Dernière édition par Kaylhen Leighton le Dim 23 Mai - 21:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Dim 16 Mai - 20:08

Visiblement le baiser lui avait autant retourné les méninges qu’as moi. J’avais envie de la serrer dans mes bras et ne plus la lâcher, me noyer dans la fragrance de la peau, dans l’océan de ses cheveux ou encore dans la chaleur de ses bras. J’en voulais plus tout en sachant que je ne pouvais pas l’avoir. J’étais ni stupide ni un de ses petits ados surexcité ayant envie de perdre a tout prix son pucelage et vite. J’étais a mon âge plutôt du genre « vieux prédateur », patient et tenace. Je lui demandai d’une voix chose si elle pensait toujours à moi comme a un adversaire… et étrangement, non.

Mais le pire, c’est que la voila qui reviens trouver refuge dans mes bras, son corps épousant la forme du mien. Je l’y accueillais sans broncher, me penchant un peu quand elle tira sur la serviette et la laissant frôler mes lèvres à chacune de ses paroles, m’enivrant de son souffle. J’écoutais de manière distraite chacune de ses paroles, n’en retenant que des brides, le minimum pour en comprendre le sens et la signification.

« Je te dirais que tu es folle … et j’aime ça.»

Retrouvant ses lèvres comme un assoiffé, je faisais d’elle mon oasis aux milieux du désert de ce monde. Mes mains cherchaient ses hanches, l’attirant d’avantage, comme si c’était possible. J’espérais pouvoir retenir le gout sucré de ses lèvres un peu plus longtemps, mais la voila qui s’éloigne de moi, pour me dire des mots digne d’une douche froide… il se faisait tare, elle devait partir. Je la regardais se changer, parlant tranquillement pendant que je laissai mes yeux courir sur sa peau dénudé.

« Ouai, ne tarde pas trop, on ne sait pas sur qui tu peux tomber… »

Je venais derrière elle pour agrafer son soutiens gorge d’un geste vif et précise, force de l’habitude dira t’on.

« Tu avait raison, finalement on ne peux pas oublier qu’on viens de deux monde différent, mais on peux toujours essayer. »

La laissant se rhabiller, j’approche du sac contenant la fameuse drogue et en prend une pochette complète. Je la soupèse et soupir avant de me tourner vers toi.

« Prend ça… tu auras un moyen de la planquer. Mais ne tarde pas a revenir, t’as de la marge mais j’ai besoin d’un autre genre de drogue. »

Déposant mes lèvres sur son front, je lui enfourne le paquet dans la poche.

« Et oui faudra que tu revienne me rendre mon briquet… parce que je croit que tu vas partir avec. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   Lun 17 Mai - 20:50

Alors que je me rhabillais, il se rapprocha pour agrafer mon soutien-gorge. Assez rapidement, étrange... Pourtant c'était bien connu que les hommes avaient des difficultés avec. Je me retournais en rigolant.

« Ooh ça va, je sais y a plus personne dans les rues. Mais je me répète, je ne veux pas me faire remarquer dès mon arrivée. »

Il alla au fameux sac alors que je le suivais en sautillant pour essayer de mettre une de mes Rangers. Je me retrouvais devant lui, et il m'embrassa sur le front. Ca faisait tellement de bien qu'il m'embrasse. Depuis combien de temps n'étais-je pas sortie avec un garçon ? Je me souviens que le dernier daté de la guerre et que lorsque celle-ci avait explosé, j'avais perdu toutes traces du garçon en question. Mais ce n'est pas comme si j'avais ressenti des sentiments pour lui, bien que j'avais une légère compassion envers mon petit ami de l'époque qui devait être mort désormais.

J'inspirais un grand coup puis en lui souriant je lui dis.

« Ouais, je vois le genre de ta drogue. C'est presque comme la mienne : tu deviens facilement accro mais on utilise pas les même... choses. »

Il me fourra le paquet dans la poche de ma veste. J'avais enfin récupérer ce que j'étais venue chercher. Je retournais au radiateur et enfilai mon autre chaussure. Je revins vers lui et posai le briquet entre ses mains.

« Merci »

Je le regardais quelques secondes puis décidant de le faire attendre, partis à la porte, lui adressai un dernier clin d'œil et sortis. Il n'avait pas eu de bisou d'au revoir, ce n'est pas ça qui allait le tuer. Du moins, j'espérais qu'il n'irait pas voir ailleurs... Je sortais de chez lui dans un état second, dans un petit paradis. Pas le paradis de ma drogue, ni l'état second qui était du à celle-ci... C'était grâce à Dick. Sur le chemin du retour, je tâtais le joli petit -enfin pas si petit que ça finalement- paquet qu'il avait fourré dans ma poche. Je souriais, le devinant assez gros, je me disais que ça allait probablement me faire tenir longtemps... Il allait pas me revoir avant deux jours, le pauvre. J'accélérais le pas pour arriver plus rapidement alors que je me retrouvais une fois de plus sous la pluie, totalement trempée en l'espace de deux minutes. J'ouvris légèrement ma veste et posais ma main sur mon flingue qui se trouvait à l'intérieur, sait-on jamais...

Rp clos
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: T'aurais pas du voir ça... [Kay]   

Revenir en haut Aller en bas
 
T'aurais pas du voir ça... [Kay]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lamedefond, pandawa eau lvl 127 à voir et à revoir =)
» Films à voir !
» Comment voir le texte du message ??
» Astuce: voir l'année des messages
» [Astuce] Voir des caméra en direct ( parking , ville, ...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: Parias-
Sauter vers: