AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Jeu 20 Mai - 17:13

J’avais enfin pu voir un médecin et rapidement, le verdict était tombé : PNEUMONIE !!

Non mais…je me demandai vraiment comment j’avais réussi à me choper une pneumonie. Je veux dire, j’’étais pas en contact avec des malades (enfin pas a ma connaissance quoi) et puis je vivais dans des conditions assez bonnes étant donné la gueule qu’avait New York maintenant.

Et j’étais vraiment tombé sur la bonne personne. Pas le médecin hein ! Quoique….

Non, non, non James !

Même s’il m’avait coincée avec son deal (enfin je m’étais coincée toute seule vu c’était moi qui avait proposé de faire le tapin pour lui en échange d’une consultation), je savais que j’aurais toujours une dette envers lui. Enfin pas qu’envers lui en fait….

On était tombés sur son boss à peine arrivés à l’endroit où James vivait. Et disons que mon arrivée avait fait sensation. Je lui avais vomi sur les pompes. Pas qu’un peu, et pas proprement non…. Si James n’avait pas parlé à son boss de notre deal, j’aurais sans doute fini mes jours plus tôt que prévu et pas de la plus belle façon qui soit. Mais par chance, Armando Venezzio m’avait jaugé et avait approuvé la décision de son employé ou peu importe ce que James était.

On m’avait donc emmenée dans une espèce de cagibi. Pour moi ça ressemblait à un cagibi. ? J’étais habituée au luxe, à l’espace et là je me retrouvais confinée dans une pièce de 5m2 à tout casser, tout juste la place de mettre un lit simple avec des draps et des couvertures miteuses, et rien d’autre. Par chance on pouvait quand même circuler autour du lit. Franchement même si j’étais dans un piteux état, je savais pas si je devais rire ou pleurer. J’étais vraiment tombée bien bas. Et mes illusions, mes beaux discours je venais carrément de les foutre au placard. J’étais plus prisonnière que je ne l’avais jamais été. Sauf que, allez….j’étais vernie….j’étais pas contrainte de foutre un truc pour cacher mon visage, mes jambes, mes bras, mes mains….. Ca limite on me préférait sans aucune fringues sur le dos….Mais une prison reste une prison. Et pour moi l’endroit où je me trouvais c’était une prison. Et le plus dur à avaler c’est que c’était moi qui m’étais porté prisonnière….

En général j’évitais d’y penser parce que ca me foutait dans une rage pas possible. Bon le point positif dans l’histoire c’est que j’avais vu un médecin et qu’il m’avait soigné. J’étais restée quatre jours au lit, clouée par le traitement de choc qu’on m’avait filé. Bha oui….plus vite je serais sur pied, plus vite je leur rapporterais du fric. Armando était venu me voir, et je l’avais envoyé sur les roses. J’avais un peu plus de patience avec James, allez savoir pourquoi….Je pensais que j’allais pouvoir sortir à ma guise mais apparemment ils n’avaient pas la même vision du truc que moi. Armando m’avait rapidement expliqué ce qu’il avait en tête. Oui rapidement, parce que je n’étais sans doute pas assez bien pour lui. S’il savait qui j’étais, je doute qu’il m’aurait traité comme ca. Connard va…

Donc selon lui, je lui devais de l’argent. Beaucoup d’argent…..Parce que monsieur exigeait des intérêts…. Putain mais là à la limite j’aurais préféré crever. Mais non….

La conversation avait duré dix minutes tout au plus, parce que j’avais coupé court. En lui balançant mon plateau dans la gueule. Pas besoin qu’il vienne fanfaronner devant moi en me parlant de dette, d’intérêt etc….J’étais pas conne j’avais compris…. J’étais dans la merde. J’allais devoir faire le tapin. Enfin pas vraiment…. J’aurai pas besoin de sortir racoler des mecs. Trop dangereux….non j’aurai le droit à une chambre pour « travailler ». Les mecs viendraient à moi…..Et j’avais plutôt intérêt à les faire rester le plus possible….c’est ce que ce connard de James m’avait dit plus tard.

Ils en voulaient pour leur argent quoi….

Trois jours plus tard, le médecin était revenu. Et il m’avait déclaré en bonne santé. Le traitement de cheval qu’il m’avait filé avait porté ses fruits. J’avais alors attendu James. Il venait me voir tous les jours. N’y voyez pas une trace de gentillesse hein. Il venait juste vérifier l’avancée de mon rétablissement. Et il se gênait pas pour me toucher un peu. Monsieur prétendait qu’il voulait tester la marchandise qu’il mettait sur le marché. Je dis pas que j’aimais pas ça, m’envoyer en l’air n’était pas ce qui me dérangeait. Mais j’aimais pas qu’on me touche. Pas depuis ces deux types qui avaient essayé de me violer. La seule personne dont j’aurais aimé la compagnie c’était Nathaniel.

Même si c’était difficile de l’avouer, je m’étais attachée a cet abruti. Mais je devais être lucide, il était pas là. Il l’avait pas été quand ca n’allait pas….alors il fallait que je le haïsse. Et j’y arrivais assez bien….

J’avais persuadé mon gardien. Parce que oui, ma chambre était gardée. Nuit et jour en plus. J’avais donc persuadé mon gorille de m’accompagner (bha oui, il voulait pas me laisser seule) dans le bureau d’Armando. J’avais à lui parler. Lui dire déjà que j’étais guérie selon le médecin. Mais surtout lui imposer mes conditions. Maintenant que j’allais mieux, j’étais redevenue moi-même. Et j’avais des conditions à poser. Et il n’aurait pas d’autres choix que de les accepter.

Je n’ai pas frappé, je me fichais pas mal des conventions et de ce que James avait pu me dire sur son boss. Moi il ne m’impressionnait pas !


Dernière édition par Sarah El Af Aoui le Jeu 1 Juil - 21:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Jeu 20 Mai - 21:05

Enfin un peu de calme et de détente.

Rares étaient les fois où je pouvais être vraiment tranquille, dans mon bureau, sans personne pour venir m'emmerder. J'avais même été jusqu'à retirer ma veste, retirer ma cravatte et ouvrir les premiers boutons de ma chemise. J'avais posé les pieds sur mon bureau et je savourais un bon cigare accompagné d'un verre de Scotch pur malt. James avait réussi à m'en trouver une caisse pleine et en bon état. C'était ce genre de bonnes surprises qui faisaient pencher la balance en sa faveur quand il y avait à l'inverse des mauvaises surprises, comme cette femme qu'il avait ramenée une semaine auparavant.

Comme entrée en matière, elle avait fait fort : Elle avait gerbé ses boyaux sur mes chaussures. Heureusement pour elle et pour James, ce dernier s'était expliqué assez rapidement. Elle était malade à crever et en échange de soins, elle allait faire le tapin et ramener de l'argent. A supposer qu'elle soit encore en état de faire quoi que ce soit vu qu'elle avait l'air d'être en train de crever... Mais bon, grand seigneur que je suis, j'avais décidé de tenter le coup. Le médecin avait décelé une pneumonie assez avancée mais avec un traitement de choc, elle pouvait s'en sortir et être sur pieds très vite : Parfait. Non parce que mine de rien, elle était bandante cette nana. Enfin, pas quand elle était malade à crever mais bon... J'ai justement pu m'en apercevoir en allant la voir alors qu'elle se rétablissait : Elle allait pouvoir en ramener du fric.

Bref.

Ce qui m'avait aussi intéressé c'était la façon dont elle avait réagi quand j'avais été la voir. Elle m'avait envoyé chier : C'est qu'elle en avait du caractère. Bon, en général, je déteste qu'on me tienne tête mais c'est une règle qui s'applique plutôt aux hommes. A l'inverse, j'apprécie quand les femmes me tiennent tête : Ca me donne des idées. Enfin, j'apprécie... Dans la limite du raisonnable bien sûr. Ne croyez pas que j'ai des scrupules envers les femmes : Les tuer ne me dérange pas. Certains vous diraient "ni femmes, ni enfants" : Ce sont des faibles, tout simplement. Ce côté chez Sarah avait donc tendance à m'intéresser peut-être même à me plaire, mais il y avait des limites à ne pas franchir, et j'allais devoir l'éduquer en ce sens.

Tiens, en parlant de la demoiselle...

Elle débarqua tout feu, tout flammes dans mon bureau sans même frapper alors que j'étais en plein moment de détente : Oh oui, j'allais vraiment devoir employer les grands moyens pour l'éduquer. Dans la seconde qui a suivi son entrée fracassante, j'ai pris le flingue qui était posé sur mon bureau, j'ai visé, et j'ai tiré une balle dans le mur. Cette balle a frôlé Sarah de très, très près. Un boum caractéristique d'un corps qui tombe à terre s'est fait entendre. Je me suis redressé pour pouvoir regarder et j'ai aperçu dans le couloir derrière Sarah le type que j'avais désigné pour la garder : Il était à terre, mort.

-Bon.

Le canon de mon flingue était encore fumant. Je l'ai braqué sur Sarah.

-Tu entres, tu fermes la porte et tu t'assois.

Et je l'ai bien gardée dans ma ligne de mire et ce, même une fois qu'elle avait posé son cul sur la chaise la plus proche.

-La prochaine fois, tu frappes ou la balle, c'est dans ta tête que je la mets. J'attends un minimum de respect et de correction.

J'ai fini par reposer mon arme mais je l'ai reposée sur ma cuisse. Hors de question de le poser sur le bureau en sa présence : Elle était tellement vive qu'elle risquait de vouloir l'utiliser.

-Tu as l'air d'aller de mieux en mieux, c'est bien.

Un sombre rictus a étiré mes lèvres : Si elle allait mieux, elle allait pouvoir se mettre à bosser et ramener du fric.

-J'imagine que tu es venue jusqu'ici pour une raison. Je t'écoute.

Même si elle ne s'en rendait probablement pas compte, elle avait énormément de chance que je sois prêt à écouter ce qu'elle avait à me dire. Ce n'était pas dans mes habitudes et ce, encore moins quand on me forçait la main comme elle venait de le faire. Cela dit, elle avait du cranc et j'aimais ça : J'allais sans doute aller de surprises en surprises avec cette femme. Mieux valait pour elle qu'elles soient bonnes les surprises...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Ven 21 Mai - 10:11

J’avais à peine ouvert en grand la porte que j’ai entendu un grand boum. Je n’avais pas entendu la balle siffler et le canon du flingue détonner. Tout ce que j’avais entendu c’était le corps du gorille s’écrouler au sol. Je l’ai regardé, peu étonnée. Ouais il était mort….C’était peut être son destin…..

Une autre fille aurait sans doute poussé des cris hystériques, aurait fondu en larmes, ou je ne sais quelle autre réaction débile. Pas moi….J’ai juste enjambé le corps en faisant une remarque à voix basse.

-Bon débarras….

J’ai tourné mon regard vers l’intérieur du bureau et j’ai vu Armando qui me regardait, le visage un peu fermé. Pas souriant le mec…..

-Bon….

Surtout qu’il venait maintenant de pointer son flingue sur moi. S’il croyait que ça allait m’impressionner. Et si je lui disais qu’il n’était pas le premier à braquer un flingue sur moi, vous croyez qu’il allait mal le prendre ?

-Tu entres, tu fermes la porte et tu t'assois.

J’ai juste haussé les épaules. Et j’ai obéi. Oui je sais, ça ne me ressemblait pas. Mais j’étais pas non plus suicidaire. Je n’avais pas peur de lui, mais je n’allais pas jouer avec le feu non plus. Ma folie avait ses limites…. J’ai pris la première chaise que j’ai trouvée et je me suis assise. J’ai hésité une seconde ou deux sur mon attitude et j’ai opté pour une tentative de séduction. J’avais capté l’interet qu’il portait à mon physique alors j’allais en jouer. Après tout boss ou pas, il était avant tout un homme. Et aucun homme ne savait me résister. Aucun….

-La prochaine fois, tu frappes ou la balle, c'est dans ta tête que je la mets. J'attends un minimum de respect et de correction.

J’ai juste haussé les sourcils. Même si c’était vrai, et je l’en croyais et savais capable vous faites pas de bile pour ça, je savais aussi que mon attitude ne serait pas longtemps un probléme. J’allais aussi lui faire comprendre que le respect marche dans les deux sens. Et puis, je ne vois pas où il était question de respect et de correction. Oui j’avais pas frappé et alors ? C’était la faute du gorille. C’était à lui de le faire….Lui il connaissait la maison et le patron. Moi j’étais juste une pauvre jeune fille sans défense, ignorante de tout….

Je l’ai vu reposer son arme sur sa cuisse, après avoir hésite juste une seconde. Pour certains, l’hésitation aurait été imperceptible, mais moi j’avais bien vu le petit éclat dans ses yeux, et le geste avorté. Finalement il était pas si idiot, pour un mec qui agit et réfléchit ensuite (si tant est qu’il réfléchissait en fait), il avait du comprendre que je pouvais avoir en tête de le buter. Ouais mais voilà mon grand, tu me connais mal…. Je bute pas les gens moi….je dis pas que j’en ai quelque chose à faire de voir un macchabée mais je tue personne. Le meurtre est un péché mortel monsieur !

-Tu as l'air d'aller de mieux en mieux, c'est bien.

Et en disant ça, il a souri de ce sourire mauvais qu’ont tous les macs de cette planète. Inutile d’être devin pour savoir ce a quoi il pensait. J’allais mieux oui, donc j’allais pouvoir commencer à bosser et payer ma dette.

-Ouais merci….

Je me suis contenté de ça. J’allais pas non plus me jeter à ses pieds en le remerciant pendant des heures. Un merci suffisait. Fallait pas abuser non plus…. C’était pas cet acte de fausse générosité qui allait expier ses péchés et le conduire au paradis. Parce que de toute façon je me doutais qu’il préférait l’enfer et le vice au paradis et a la vertu.

-J'imagine que tu es venue jusqu'ici pour une raison. Je t'écoute.

Bon il avait compris que j’étais pas venue pour qu’il me raconte une histoire, ni pour le remercier pendant 107 ans. C’était déjà ca….il remontait dans mon estime. Alors je me suis penchée en avant, dévoilant bien entendu ma poitrine magnifiquement mise en valeur par un soutien gorge. De parfaits atouts pour s’adresser à un mec comme lui. J’avais croisé mes jambes, dévoilant mes cuisses. J’étais juste vêtue d’une robe plutôt courte que James m’avait ramenée. Pour m’habituer comme il m’avait dit.

Et j’ai balancé la sauce….

-Bon….je vais être directe ! J’ai bien compris le truc. Je resterais là pendant que j’aurais pas payé ma dette….

Je doutais sincèrement qu’il me fasse une ristourne. Alors j’ai levé une main pour lui signifier de se taire et de me laisser continuer. Il allait pas commencer à me sortir le sempiternel « on doit honorer ses dettes » ou je ne sais quoi d’autre….

-Pas la peine de me dire combien je vous dois. Parce que déjà je m’en fous, et ensuite parce que je sais que vous allez grossir la somme, juste pour me garder plus longtemps….

Fallait pas non plus être idiote. On savait tous les deux que j’allais sans doute lui rapporter plus que quiconque. Et même s’il m’avait collé des intérêts de merde (Intérêts de quoi d’ailleurs ?), je savais qu’il était capable de grossir la note de base.

-Non je m’en fous d’être ici et de faire la pute….Coucher sans sentiments c’est pas un souci pour moi. Non non c’est pas ça.

Que les choses soient claires quoi….. Moi j’allais sans doute prendre mon pied, et lui il empocherait du pognon. On serait contents tous les deux.

-Alors voilà…je compte pas partir, ni m’échapper….mais soyons honnêtes. Je peux vous rapporter un max de fric. Et je sais que c’est ça qui vous intéresse. Moi je prends mon pied, et vous vous empochez le pognon…. Jusque là je suis ok… Sauf que mon joli….maintenant je pose mes conditions.

Et j’allais en poser des conditions, j’allais pas me gêner. J’allais pas non plus vivre dans une pièce miteuse, à bouffer la merde que personne ne voulait bouffer et à sortir de ma chambre juste pour aller bosser. Non, non….pute ok….mais de luxe !!

-Je veux une immense chambre avec tout le confort….non parce que votre cagibi miteux merci bien…je veux tout ce que je veux : bouffe, fringues, divertissements….et je veux choisir mes passes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Ven 28 Mai - 8:40

Il est clair que les hommes sont très vite déconcentrés quand une femme leur parle en dévoilant ses atouts physiques. Ou pas. Je suis un homme certes, mais je ne suis pas de ceux-là. La femme qui me fera tourner la tête et détournera mon attention avec son physique n'est pas encore née. Et Sarah, même si elle était magnifique n'échapait pas à cette règle.

Quand elle se pencha en avant pour dévoiler sa poitrine et croisa les jambes pour mieux me faire voir ses cuisses, j'ai bien sûr profité de la vue pendant quelques instants : James avait su voir le potentiel de cette fille. Finalement, encore une fois, il ne m'avait pas déçu. Il savait toujours comment se rattraper : Il était vraiment doué. Donc, après avoir profité quelques instants, je reportai mon regard sur le visage de Sarah et plongeai mon regard sombre dans le sien. Là, elle se mit à parler, à parler, à parler... Je m'adossai contre mon fauteuil, sentant que ça allait être horriblement long. C'était bien les femmes ça : Toujours à parler, encore et encore. Certes, elle était directe et allait droit au but mais bordel, c'était long quand même.

Je hochai la tête de temps à autres, puis vint le moment où elle voulut imposer ses conditions.

Je me redressai sur mon fauteuil et mon visage qui, quelques secondes auparavant laissait transparaître mon ennui mortel se figea dans une expression glaciale et se ferma. Ah elle voulait poser des conditions? J'étais curieux d'entendre ça. Curieux, mais aussi furieux. Elle expliqua donc ce qu'elle voulait : Une grande chambre avec tout le confort, manger ce qu'elle voulait, porter les fringues qu'elle voulait et... Choisir ses passes? Alors celle-ci, elle était énorme! Quelques secondes passèrent pendant lesquelles on aurait pu entendre les mouches voler, puis, d'un seul coup, j'éclatai de rire. Pas d'un rire jovial, enthousiaste. Non, c'était plutôt un rire ironique et surtout, horriblement froid.

-Tu es incroyable! Vraiment...

Mon rire cessa bien vite et si mon visage resta fermé, il n'en demeura pas moins un sombre sourire sur mes lèvres. Je me redressai, rangeai mon flingue dans mon holster puis je vins m'assoir sur le bord du bureau. Je croisai alors mes mains sur mes genoux.

-On va remettre les choses à leur place.

Je plongeai mon regard noir de colère dans le sien.

-Je sais que tu peux me rapporter beaucoup d'argent, mais je déteste les gens capricieux. Je n'ai pas de temps à perdre avec une nana qui prend ses rêves pour des réalités. Tu n'es pas en position de force ma chère, loin de là. Tu ne décides rien : Tu obéis, sinon tu crèves. Et au cas où tu en douterais, oui, je peux me débarasser de toi si tu m'insupportes. Source de revenus, ou pas, je peux te tuer si tu deviens gênante. Cela dit...

Mon sombre sourire s'étira davantage.

-J'aime assez cette fougue, ce foutu caractère. Et parce que tu as des trippes pour oser me balancer tout ça sans même ciller, on peut négocier certaines choses.

Je posai mes mains sur le bureau et réfléchit un instant avant de reprendre.

-Pour ce qui est du confort, je peux te mettre dans une autre chambre où tu seras mieux mais n'imagines pas que tu vas vivre dans le luxe. Ce n'est pas un hôtel quatre étoiles ici. Ta chambre sera assez spacieuse et il y aura même une petite salle d'eau. Tu n'auras pas mieux. Pour ce qui est de la nourriture, tu feras avec ce qu'on a. Tu n'auras pas de traitement de faveur de ce côté-là. Pour les fringues, je peux peut-être faire quelque chose. Pour être sincère, je n'aime pas la robe que tu portes. C'est trop vulgaire. J'aime la classe chez une femme, même si elle se prostitue.

Et c'était vrai. Habillée comme ça, elle ressemblait à toutes ces nanas qui faisaient le trottoir mais je voulais qu'elle soit différente. Cette vulgarité qui souvent, caractérisait les prostituées, ne me convenait pas.

Bon, maintenant, on en venait au point sur lequel il était hors de question de négocier.

-Par contre, pour les passes, tu n'auras pas le loisir de choisir. C'est pas un self-service où tu choisis ce qui te plaît le plus. Tu couches avec ceux que je t'amène, ceux qui peuvent bien sûr rapporter le plus. Cependant, tu auras des réguliers : Je n'aime pas trop les étrangers.

Et tout dans mon corps, dans mon regard, dans mon ton lui faisait comprendre que c'était catégorique et non négociable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Lun 31 Mai - 14:25

J’en avais fini avec mes conditions. Et franchement c’était vraiment pas grand-chose. Ils avaient des moyens insoupçonnables ici niveau locaux et bouffe. Mieux que moi quand j’habitais seule. Et puis….son cagibi c’était bon pour les chiens. Mais pas pour moi…. Alors finalement je lui laissais pas le choix.

Armando m’a regardé pendant trente bonnes secondes. Droit dans les yeux, le regard figé, les traits immobiles. Et il s’est mis à exploser de rire. Et ca n’avait rien d’amusant. Non, le rire de ce type était limite flippant. Un espèce de son rauque, mauvais, démoniaque. Ca me glaçait le sang. Je commençais un peu à prendre la pleine mesure de ce type. Armando Venezzio était un parrain….pas un vulgaire malfrat.

-Tu es incroyable! Vraiment...

Oui bon c’est bon hein… si j’avais été déterminée et sûre de moi et de ce que je faisais il y cinq minutes : là il venait de me faire perdre tous mes moyens. Je me sentais vexée. Il se foutait de moi en fait….et pas qu’un peu. Il a du estimer que sa petite crise de fou rire avait assez duré assez longtemps, d’autant plus qu’il avait pas l’air d’être habitué à rire le coco….alors il a repris un visage impassible. Seul subsistait un petit sourire ironique sur le coin des lèvres. Il s’est levé de son fauteuil, a rangé son flingue et il est venu s’asseoir un peu plus prés de moi sur le coin de son bureau.

-On va remettre les choses à leur place.

Je lui lançais un regard aussi noir que celui qu’il me lançait. Fini le temps de la rigolade. J’étais vexée et furieuse, mais pour l’instant je me contenais. De toute façon j’avais pas peur de ce type. J’avais peur de personne.

-Je sais que tu peux me rapporter beaucoup d'argent, mais je déteste les gens capricieux. Je n'ai pas de temps à perdre avec une nana qui prend ses rêves pour des réalités. Tu n'es pas en position de force ma chère, loin de là. Tu ne décides rien : Tu obéis, sinon tu crèves. Et au cas où tu en douterais, oui, je peux me débarrasser de toi si tu m'insupportes. Source de revenus, ou pas, je peux te tuer si tu deviens gênante. Cela dit...

Il était tellement sûr de lui, sûr que ses menaces me feraient paniquer qu’il m’a souri de cet air mauvais qu’il avait la plupart du temps. Il confondait les choses : j’étais pas un oiseau apeuré, j’étais une lionne enragée.

-J'aime assez cette fougue, ce foutu caractère. Et parce que tu as des trippes pour oser me balancer tout ça sans même ciller, on peut négocier certaines choses.

Au moins, il avait compris à qui il avait affaire sur ce point là.

-Pour ce qui est du confort, je peux te mettre dans une autre chambre où tu seras mieux mais n'imagines pas que tu vas vivre dans le luxe. Ce n'est pas un hôtel quatre étoiles ici. Ta chambre sera assez spacieuse et il y aura même une petite salle d'eau. Tu n'auras pas mieux. Pour ce qui est de la nourriture, tu feras avec ce qu'on a. Tu n'auras pas de traitement de faveur de ce côté-là. Pour les fringues, je peux peut-être faire quelque chose. Pour être sincère, je n'aime pas la robe que tu portes. C'est trop vulgaire. J'aime la classe chez une femme, même si elle se prostitue.

Ca c’était l’hôpital qui se foutait de la charité…S’il croyait que porter une robe moulante en cuir rouge, qui cachait à peine mes fesses était mon style vestimentaire. J’avais été habituée au luxe. Malgré le voile et le niqab, nous n’étions pas nues dans mon pays. Nous portions des vêtements de couturiers….Alors des vêtements bons marché n’étaient pas ce que j’affectionnais le plus. Et puis, j’avais des manières….
Au moins on semblait d’accord sur deux ou trois petites choses. Ce serait pas le Pérou mais c’était déjà mieux que ce que j’aurais eu si je m’étais écrasée.

-Par contre, pour les passes, tu n'auras pas le loisir de choisir. C'est pas un self-service où tu choisis ce qui te plaît le plus. Tu couches avec ceux que je t'amène, ceux qui peuvent bien sûr rapporter le plus. Cependant, tu auras des réguliers : Je n'aime pas trop les étrangers.

Alors là c’était fort !!! J’ai commencé à respirer de plus en plus fort. Et pourquoi j’aurai pas le droit de choisir mes passes ? Non mais il avait craqué le parrain de la mafia new yorkaise….Mais son regard n’avait rien de « on peut en discuter », alors je me suis calmée. J’allais pas lâcher l’affaire, mais j’allais la jouer plus fine. Il savait vraiment pas à qui il avait affaire. Alors j’ai commencé à lui passer de la pommade.

-Heureuse que nous nous soyons mis d’accord patron….

J’étais sûre que cette petite remarque allait lui plaire… L’appeler patron…il devait adorer ça ! Et j’avais dit ça d’un ton suave et doucereux. J’essayais de mettre du charme dans ma voix et mes expressions. Apres tout, avant d’être Armando Venezzio, il était avant tout un homme comme les autres. Et je savais comment faire plier un homme.

-Ceci dit…..

J’ai tendu mon pied, et j’ai retiré mon escarpin. Et tout naturellement j’ai tendu ma jambe vers lui, et le bout de mon pied est venu commencer à caresser sa cuisse.

-…je suis sûre qu’avec une longue….très longue discussion…

Tout en avançant vers son entrejambe, je le regardais avec des yeux gourmands. Je lui souriais carrément, et m’amusait même à mordiller ma lèvre inferieure dans une attitude plus que suggestive.

-…on peut arriver à un terrain d’entente concernant les passes…

J’avais atteint son entrejambe que je m’amusais à caresser avec le bout de mon pied. Ma voix se faisait de plus en plus caressante, attendant de sa part qu’il cède. J’espérais qu’en lui montrant ainsi mes talents, et en proposant une petite partie de jambes en l’air en échange de ce service, j’arriverais à obtenir que toutes mes conditions soient acceptées.

-Ne soyez pas si dur….en affaire….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Sam 5 Juin - 19:48

Patron.

Hum, intéressant mais en même temps, étrange. Elle qui était si impulsive, si "rebelle", voilà qu'elle m'appelait patron aussi rapidement? Non, ça cachait quelque chose. Bon, je ne vais pas mentir, entendre ce mot dans sa bouche m'était très agréable mais j'étais toujours méfiant, et ça n'allait pas changer parce qu'elle me parlait comme ça. Je me rendis rapidement compte qu'elle était à présent passée en mode "charme". Son regard, son ton suave et sensuel : Elle essayait de me mettre dans sa poche.

Elle semblait décidée et poursuivit sur sa lancée en retirant son escarpin et en posant son pied sur ma cuisse. Elle commença alors à me caresser doucement. Si en surface je restais de marbre, glacial même, à l'intérieur c'était différent et cela me dérangeait. D'ordinaire, les femmes me faisaient de l'effet, bien sûr, mais il fallait qu'elles soient vraiment très douées car j'étais très difficile. J'avais du mal à croire que mon corps réagissait simplement parce qu'elle me caressait la cuisse avec son pied. Je fronçai les sourcils, contrarié : Par elle, et surtout par moi...

Bref, elle souhaitait négocier et pour se faire, elle voulait utiliser ses propres armes : Belle, sensuelle et maligne. Un peu trop peut-être...

Son pied remonta vers une partie beaucoup plus sensible de mon anatomie et croyez-moi : Ce fut au prix d'un effort assez conséquent que je parvins à garder un visage impassible. Cela dit, mon corps commençait à réclamer des choses, des choses qui allaient à l'opposé de ce que me disait mon esprit. C'était mauvais. Très, très mauvais. Elle me regarda avec des yeux gourmands et alla même jusqu'à mordiller sa lèvre inférieure. Je serrai la mâchoire : C'était dur de lui résister. James avait vraiment eu une bonne intuition : Elle était très douée. Sa dernière phrase était plus que suggestive et je vais faire l'impasse sur ce qui me passa par la tête à ce moment-là, histoire d'épargner les âmes sensibles et chastes.

Je devais me reprendre.

D'une main ferme, je saisis sa cheville et retirai son pied d'un geste rapide.

-Du calme. C'est pas avec moi que tu dois faire tes preuves.

Je me redressai alors et la regardai de toute ma hauteur. Je portai ma main à ma chemise et la déboutonnai de deux boutons : Il faisait chaud dans ce bureau. Enfin, il faisait chaud depuis quelques secondes en fait...

-En tout cas, tu as l'air de savoir ce que tu fais : Tant mieux.

J'aurais dû retourner m'assoir sur mon fauteuil et mettre une distance raisonnable histoire de calmer les ardeurs qu'elle venait de réveiller en moi, mais non : Je restai là, à la regarder. Ce que je lui disais sortait tout seul, d'une façon très mécanique, et ce que j'avais vraiment en tête n'avait rien à voir avec les affaires. Oh non, c'était bien loin des affaires. J'eus de nouveaux flashs : Elle et moi, sur mon bureau qui se trouvait juste derrière. J'eus même un regard pour ce dernier avant de reporter mon attention sur Sarah. Dans ma tête, c'était un véritable combat : Je ne voulais pas céder parce que je refusais de lui donner cette importance, mais j'avais vraiment envie de prendre du temps avec elle. Oui, avec elle en particulier. Si au départ elle m'avait dégoûté (normal, vu l'état dans lequel elle était), à présent, j'étais tout sauf dégoûté. Alors quoi? Je devais la foutre dehors et me soulager tout seul? Oui, ça aurait été mieux. Parce qu'en allant jusqu'au bout de ce que j'avais envie de faire là, tout de suite, j'allais forcément lui accorder plus d'écoute et négocier avec elle : Je n'aurais pas le choix et...

Oh et puis merde!

Je me baissai un peu vers elle et posai ma main sur sa cuisse avant de la caresser doucement. Mon regard avait changé : Avant, l'Antartique et maintenant, le Sahara.

-On peut négocier oui... Mais il va falloir me convaincre.

Je ne pouvais pas être plus clair. Je me baissai encore plus et approchai mon visage de son cou avant de prendre une grande inspiration et de respirer son odeur : Bon sang! Elle me faisait un effet... C'était carrément incompréhensible! Cela dit, c'était un peu mort pour la réfléxion et les questions là... Je retirai ma main de sa cuisse, reculai un peu mon visage et n'en pouvant plus, entourai sa nuque de mes mains avant de l'embrasser sauvagement : Quoi?! Elle m'avait cherché, et elle m'avait trouvé!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Dim 6 Juin - 9:06

Autant dire qu’il était très réceptif à mes caresses. Je sentais déjà que son pantalon devait le serrer. Ca présageait tout de même de nombreuses possibilités. Et toutes à mon avantage. Au moins je m’y prenais vraiment très bien avec les hommes, j’en avais la preuve. Il lui a tout de même fallu bien deux minutes pour réagir. Et quand il a pris ma cheville pour écarter mon pied, je n’ai pas pu m’empêcher d’émettre un petit rire. Je ne le laissais pas indifférent, c’était clair.

-Du calme. C'est pas avec moi que tu dois faire tes preuves.

Je souriais, mais pas timidement ou ironiquement. Je souriais d’une façon assez claire : j’avais gagné. Et il aurait beau dire ce qu’il voulait, je savais ! Quels que soient ses attitudes, ses remarques, il avait apprécié ma toute petite prestation. Parce que franchement s’il était déjà dans un tel état pour une simple caresse bien placée, je n’ose imaginer tout ce que je pourrais obtenir avec une bonne partie de jambes en l’air.

Il a fini par se redresser, et à essayer de reprendre contenance. Il essayait de convaincre qui là ? Si c’était moi c’était franchement raté…. J’avais à peine effleuré son entrejambe que j’avais tout de suite senti son engin réagir et prendre ses aises dans son pantalon. Et quand il a passé une main fébrile à sa poitrine et a déboutonné sa chemise d’un ou deux boutons, j’ai souri encore plus largement.

-En tout cas, tu as l'air de savoir ce que tu fais : Tant mieux.

Sa gêne et son excitation auraient sans doute été imperceptibles pour quelqu’un d’autre. Mais moi je n’étais pas dupe. Je l’avais charmé. Comment je le savais ? Ca j’en sais rien….c’était une sorte de don, c’était inné chez moi….Finalement un parrain tel que lui avait beau dire, et faire, il n’en restait pas moins un homme. Si faible par rapport à la chaire…..C’en était même trop facile…Au moins, Nathaniel m’avait accordé plus de résistances. Nathaniel…finalement à la réflexion il était sans doute le seul avec qui j’accepterais de partager mon lit, et que je serais heureuse de voir dans mon lit au petit matin. J’avoue que ce qui allait le plus manquer de ma vie de liberté, c’était les moments que je passais avec lui. Il n’y en avait pas eu tant que ça pourtant mais….qu’on baise ou non, j’aimais bien être avec lui. Il m’énervait souvent mais il avait cette capacité à m’apaiser….J’étais perdue dans mes pensées, qui me ramenaient au beau blond quand Al Capone m’a ramené à la réalité.

Il s’est baissé vers moi, penché sur mon décolleté. Il a plongé un instant ses yeux dans mon décolleté, et ses yeux brûlaient de désir. Et pour couronner le tout, il a commencé à caresser ma cuisse. Assez efficacement d’ailleurs.

-On peut négocier oui... Mais il va falloir me convaincre.

J’aurai presque éclaté de rire si je n’avais pas senti que la situation pouvait m’échapper a tout moment. Si je me mettais à rire, il allait le prendre assez mal je le savais. Et ce n’était pas ce que je voulais. Il fallait qu’il me mange dans la main pour que je puisse imposer ma dernière condition : je refusais de me faire baiser par des types dont je ne voulais pas. Je me suis donc assez facilement retenue, j’avais l’habitude de réfréner mes colères quand j’étais encore chez moi….Combien de fois j’avais serré les dents en silence et cachée sous ce voile…

Encore un peu de patience Sarah…

Et puis il a fini par ne plus pouvoir se retenir sans doute, parce que ses caresses ont cessé et de manière assez fougueuse je dois dire, il a posé ses mains sur ma nuque et m’a embrassé. Pas un baiser chaste ou tendre. Non….et de toute façon ca n’aurait pas collé au personnage. Non, ce baiser là avait un gout sauvage. J’aurais pu me laisser aller, parce que c’est tout ce que j’aimais. Mais je ne voulais pas céder tant que je n’avais pas ce que je voulais. Si lui se laissait facilement avoir, et cédait au plaisir en oubliant tout ce qui lui était cher ; moi j’étais pas de ce genre là. J’avais un but, et pas même la perspective de me faire baiser par un type qui avait l’âge de mon père, et qui par conséquent avait une sacré expérience des femmes, et qui donc par conséquent devait baiser comme un Dieu ne pouvait réussir à me le faire oublier. Je l’ai donc gentiment repoussé, en prenant soin de lui agripper les cheveux comme s’il s’agissait d’un quelconque jeu sexuel. Bon ok ca pouvait l’être aussi. Mais que voulez vous j’aimais ca….

-Hééé pas si vite, pas si vite….

Mon regard était assez peu équivoque : j’étais déterminé a ce qu’il me cède, mais je n’allais pas le laisser en plan quand j’aurai obtenu ce que je voulais. Non je n’étais pas une allumeuse, qui attise le feu et éteint d’un seul coup toutes les ardeurs qu’elle a suscité. Déjà parce que je trouvais ça particulièrement inhumain, et puis aussi et surtout parce que j’en étais incapable. C’est pas que je disais toujours oui, mais je disais rarement non….

-Je veux bien vous faire une démonstration de mes ….talents, histoire que vous voyez ce dont je suis capable. Mais avant…

Je m’étais rapprochée de lui, baissant sa tête pour qu’elle soit presque à la hauteur de mes seins. Et je ponctuais mes phrases de légers soupirs. Je le tenais fermement, mais je lui laissais quand même la possibilité de faire basculer la situation à son avantage à n’importe quel moment. Je jouais aussi bien avec ses nerfs qu’avec sa queue.

-Je veux qu’on se mette d’accord.

J’ai fini par le relâcher et j’ai passé mes mains sur sa chemise, de bas en haut, exerçant de petites pressions sur sa poitrine pour finalement atteindre l’endroit dénudé. J’ai à nouveau caressé son torse, mais cette fois ce n’était plus le tissu que je caressais, c’était sa peau. Je me suis alors levée, et je me suis débrouillée pour le faire reculer jusqu'à son fauteuil. Je le dévorais du regard, je l’embrasais. Il ne disait rien pour le moment, mais je voyais bien ses pupilles se dilater, son souffle se faire plus rauque. Il était tendu par l’excitation qui montait en lui.

-Un petit effort….de votre part….et tout ira bien….

Et là, je l’ai carrément jeté dans son fauteuil. J’ai écarté ses cuisses pour pouvoir me tenir devant lui et j’ai baissé une première bretelle de ma robe le long de mon épaule en lui offrant mon regard de braise et un sourire carrément coquin. Bien sûr je n’en perdais pas mon but : lui faire accepter un deal. Je savais qu’il ne me laisserait pas choisir mes passes sans que je ne lui offre rien en retour. Et franchement, à part mon corps qu’est ce que j’avais bien a offrir a un homme ? Et je savais qu’un homme d’affaires tel que lui n’accepterait pas un tel « sacrifice « pour une unique démonstration de mes talents sexuels. Il voudrait plus…. Alors autant que je lui propose directement au lieu de passer trois plombes a faire semblant de négocier. J’aimais pas les gens qui enrobent les choses pendant des heures…. Moi je voulais que les choses soient claires, cashs !

-Je choisis mes passes et en échange je vous offre de petites parties de plaisirs quand vous voulez.

Et c’est ce qu’était mon deal. Je m’offrais sans retenue, quand il le voulait tant que je décidais avec qui je baisais. C’était aussi une façon de pas perdre ma liberté. Enfin pas totalement. Et j’ai fait tomber une deuxième bretelle et commencer à descendre ma robe.

-Et faites pas celui qui n’est pas intéressé, car je sais que vous l’êtes Armando….

Et comme pour le lui prouver j’ai fait glisser ma robe le long de mes jambes et je l’ai envoyé valser à l’autre bout du bureau du pied. J’étais à moitié nue devant mon patron, la porte n’était sans doute pas verrouillée et on pouvait entrer à n’importe quel moment. Mais si vous croyez que c’est ce qui allait m’arrêter, vous vous fourrez un doigt dans l’œil. J’étais carrément chaude et prête pour une bonne partie de baise comme je les aime. Et franchement, je savais que ça commençait….maintenant….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Dim 27 Juin - 19:31

Spoiler:
 


Dernière édition par Armando Venezzio le Jeu 1 Juil - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Mer 30 Juin - 17:10

Spoiler:
 


Dernière édition par Sarah El Af Aoui le Jeu 1 Juil - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Jeu 1 Juil - 21:18

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Ven 2 Juil - 14:56

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Ven 2 Juil - 19:20

(C'est court, désolée ^^]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Sam 3 Juil - 14:51

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Dim 4 Juil - 12:56

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Mar 6 Juil - 16:52

Il m’a retourné au bout de longues minutes. Tout naturellement son engin avait fini par ramollir et j’avais eu une grimace quand il avait quitté mon intimité. C’est le genre de truc qu’une femme apprécie peu après un orgasme d’enfer : quand elle se sent plus remplie. Mais bon c’était comme ça…… Et puis là il m’avait fatigué alors j’avais besoin d’un peu de repos. Je me suis retrouvée en face de lui, les fesses reposant sur le rebord du bureau. Et il m’a embrassé.

C’était plus du tout bestial. N’allez pas croire non plus que c’était un bisou amoureux et tendre non… quoique ce baiser était quand même tendre. Mais pas de la même tendresse qu’une fille s’attend à être embrassé. Et sa langue jouant habilement avec la mienne, j’ai passé ma main dans sa nuque pour approfondir la chose. Oui on dit qu’une pute ne doit pas embrasser, pour pas s’attacher…. Mais avec moi, pas de souci…. Je m’étais jamais attaché ! Pourtant j’en avais roulé des pelles. Mais non je m’étais jamais attaché….

Oui je mentais et alors ? On s’en fout non ? De toute façon il était jamais revenu après ce jour là….alors je devais arrêter de lui faire le plaisir de le regretter.

Armando était particulièrement doux .Et c’était marrant de voir le changement. Y’a dix minutes c’était une vraie brute .Et là je dis pas qu’il était doux comme un agneau mais il était assez attentif. Il a poussé une mèche de cheveux qui me barrait le front avec un petit sourire.

-Tu es absolument incroyable... Je risque d'en redemander souvent, je te préviens.
Bha c’était le but non ? Lui montrer ce que je pouvais lui faire pour le faire plier. Et j’étais super contente d’avoir reussi. Maintenant je dis pas qu’il me mangerait dans la main. Mais je connaissais son point faible : il aimait le sexe. Alors je comptais bien en profiter. Bien sur j’étais pas conne, j’allais pas non plus demain lui redemander des choses. Sinon il verrait trop clair dans mon jeu. J’attendrais quelques semaines. Apres tout, j’avais tout mon temps maintenant que je povuais choisir mes passes.

Il m’a attiré à lui alors qu’il s’asseyait dans son fauteuil en cuir et autoritairement il ma assis sur ses genoux. Quelle perversité. Il avait plus du double de mon âge….Mais on s’en foutait. S’il voulait jouer au papa et à la maman, et si ca l’excitait tant mieux….

Il perdait pas le nord Papi…il me caressait encore les fesses. Bientôt je sentais que ce seraient mes seins. Mais j’allais pas non plus dire non. Il était assez habile.

-Je vais te montrer ta nouvelle chambre. Elle a une douche.

Gagné ! Ca c’était royal. Franchement qui pouvait se vanter maintenant d’avoir une chambre avec une douche ? Surtout qu’avec un peu de chance y’aurait l’eau courante, et de l’eau chaude….. Oui je suis une fille intéressée, et alors ? C’était de toute façon la seule solution pour survivre.

-Une douche ? Ha oui….

J’imaginais déjà l’eau ruisseler sur mon corps, j’imaginais déjà l’eau chaude me détendre les muscles. Rha qu’est ce que c’était bon rien que d’y penser. Et puis….ce serait sympa d’avoir une douche dans ma chambre. J’imaginais que les passes se passeraient dans ma chambre non ? Et puis j’adorais me faire du bien toute seule dans mon bain quand j’habitais seule alors sous une douche….

Et puis maintenant que j’étais devenue son amante, j’étais sure qu’il viendrait de temps en temps demander son du…..Je savais pas comment allait se passer cette histoire, mais rien que d’y penser la main d’Armando sur mes fesses je l’aurais préféré un peu plus…enfin voilà quoi.

-Je parie que ça vous excite rien que d’y penser….

Je doutais vraiment que ce soit pas le cas. Vu le regard pervers, et la façon dont il m’avait sauté, il devait être assez cochon….et sans doute que faire ça dans la douche était un de ses fantasmes. Déjà assouvis ou non je m’en foutais.

Sa main sur mes fesses m’avait à nouveau excitée si vous voulez tout savoir. Oui j’étais toujours en demande de sexe. Encore plus maintenant qu’il m’avait donné un super apercu de ce qui m’attendait maintenant.

-On peut y aller tout de suite si vous voulez…. J’aurai bien besoin d’une douche après notre petit arrangement…

C’était clair non ? Je voulais qu’on l’essaye cette douche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Mar 13 Juil - 15:56

Sentir Sarah sur mes jambes, mes mains sur ses fesses... Non, vraiment, les sensations étaient très agréables. De son côté, elle semblait particulièrement ravie à l'idée d'avoir une vraie chambre avec une vraie douche ce qui, à notre époque, était quand même un luxe. D'ailleurs, en l'observant je me rendis compte que plus elle était satisfaite plus elle était "ouverte" : Elle était donc bel et bien intéressée mais après tout, qu'est-ce que j'en avais à foutre? Du moment qu'on y trouvait tous les deux notre compte, c'était parfait. Elle parla de la douche en particulier et elle se rendit rapidement compte que j'étais excité à l'idée de me retrouver dans cette douche avec elle. Elle connaissait les hommes, leurs corps, leurs regards, et mon regard, en cet instant, ne trompait pas. En fait, son regard à elle aussi ne trompait pas. Mes mains continuèrent à caresser ses fesses et un sourire se dessina sur mes lèvres quand elle proposa d'aller tout de suite dans la douche. Donc, elle était prête pour une nouvelle séance de baise et pour être tout à fait franc, je l'étais moi aussi. Mes mains quittèrent ses fesses pour glisser sur sa taille, puis sur son ventre avant de remonter vers ses seins. Doucement, je commençai à les caresser et passai ma langue sur mes lèvres. Elle voulait essayer la douche? On allait l'essayer. En long, en large, et en travers.

-Allons-y...

Ma voix était à nouveau rauque : Oui, le désir était déjà là et il n'allait pas tarder à se manifester à travers mon corps. Mes mains quittèrent ses seins et je la fis descendre de mes genoux avant de me relever et de me rhabiller : Il était hors de question de traverser les couloirs à poil. Pendant que j'enfilai mon pantalon, je l'observai se rhabiller : Elle était vraiment délicieuse. Quelques minutes plus tard, nous quittâmes mon bureau. Elle marchait derrière moi et le peu de personnes que nous croisâmes baissèrent le regard en nous voyant passer. J'avais l'habitude de ces comportements, Sarah moins, mais j'étais persuadé qu'elle allait aimer ça. C'est toujours jouissif de voir les autres baisser le regard et nous craindre... Nous arrivâmes jusqu'à la chambre libre où Sarah allait s'installer et une fois entrés, je fermai la porte avant de poser ma veste sur un tabouret. La chambre n'était pas très grande mais c'était beaucoup mieux que son placard à balais. Il y avait un lit pour deux personnes, une petit meuble pour ranger des affaires, un tabouret et surtout, une petite salle de bain. Je vis Sarah faire le tour de la pièce et s'arrêter devant la salle de bain avant de regarder à l'intérieur. Il y avait un lavabo, une douche et même des toilettes. En clair, elle avait un confort dont peu de personnes pouvaient se vanter à notre époque. Qui plus est, même si la chambre avait un côté très spartiate à cause du manque de décoration, elle était propre et fonctionnelle.

En voyant Sarah devant la salle de bain, un sourire se dessina sur mon visage : Je l'imaginais déjà dedans. Je m'avançai vers elle et d'un mouvement vif et rapide, refermai mes bras autour d'elle avant d'écraser ma bouche sur la sienne. Je l'entraînai dans la salle de bain et entre deux baiser retirai ses vêtements -enfin, le peu qu'elle portait du moins- avant de retirer les miens. Nous nous retrouvâmes très rapidement nus et déjà, mon engin se faisait plus dur. Après avoir à nouveau embrassé Sarah de manière assez bestiale, je me reculai, la laissant pantelante avant de me glisser dans la douche. Je mis les jets d'eau en marche et très vite, la châleur envahit la pièce. L'eau était chaude sans être bouillante : Une température parfaite. Cependant, l'eau chaude n'était pas illimitée aussi, il ne fallait pas perdre de temps si nous voulions en profiter. Alors, je m'avançai juste assez, tendis le bras et attrapai Sarah par le poignet avant de l'entraîner sous l'eau chaude avec moi. Ma bouche trouva la sienne avant de glisser dans son cou. Ma main droite trouva les fesses de Sarah pour les caresser et je saisis sa main droite afin de la poser sur mon sexe déjà dressé. Je plantai mon regard décidé dans le sien : C'était reparti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Jeu 15 Juil - 13:47

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Mer 21 Juil - 21:28

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Sam 24 Juil - 10:14

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   Jeu 5 Aoû - 8:25

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))   

Revenir en haut Aller en bas
 
Make a wish , witch...(Armando) ( Forbidden under 21!! Warning: some scenes could be very hard to read...))
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Astuce] Astuce pour les yeux de Witch Doctor
» Make-up
» Charmed - Shadow Paladin "Witch"
» [BOARDGAME] - Forbidden Stars - FFG
» Etape par étape d'un make up (Elfdoll Sian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York Hors-la-Loi-
Sauter vers: