AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 One night to remember... { ETHAN }

Aller en bas 
AuteurMessage
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: One night to remember... { ETHAN }   Jeu 7 Jan - 18:08

Une heure... Deux heures... Trois heures.

Les heures passaient et je continuais à me retourner dans mon lit. J'étais épuisée, et pourtant je n'arrivais pas à m'endormir. Depuis plusieurs semaines, je vivais un véritable enfer. Je ne parvenais plus à dormir. Il me fallait souvent des heures pour trouver le sommeil. Quand je le trouvais. Cette fois-ci, quelque chose me disait que je ne parviendrais pas à le trouver... Et pourtant, dieu sait que j'avais besoin de sommeil ! Mais je ne pouvais définitivement plus dormir toute seule. Je m'étais trop habituée à la présence d'Ethan. J'avais pris l'habitude de m'endormir dans ses bras, et j'avais pris l'habitude de le retrouver dans mes bras à mon réveil... Sauf qu'il m'avait quittée. Il n'était plus là. J'étais désormais toute seule dans mon lit et je mourrais de froid. Une fois de plus, j'ai capitulé... Avec un soupir, je suis sortie du lit. J'ai frissonné, avant d'allumer ce qui me servait de lampe. C'est à dire pas grand chose. Je me suis rhabillée en vitesse. J'ai enfilé un jean, un débardeur et un petit pull rapidement. Je me suis passée une main dans les cheveux. Je n'avais pas besoin de jeter un coup d'œil dans le miroir, je savais déjà à quoi je ressemblais... Et ça n'était pas beau à voir.

J'ai ouvert la porte de ma chambre tout doucement. Cette maudite porte grinçait et je n'avais envie de réveiller personne. Surtout pas Riley. Sa chambre n'était pas loin de la mienne. Mais avec un peu de chance il aurait trouvé une fille avec qui passer la nuit et il ne se demanderait pas pourquoi je sortais à une heure pareille... D'ailleurs, quelle heure était-il ? Certainement très tard... Je ne croiserais probablement personne. Cela me convenait très bien, en fin de compte. J'en avais assez qu'on me demande comment j'allais, ou si j'allais bien... Ma réponse ne pouvait qu'être hypocrite. Cela dit, la question n'était pas très intelligente non plus. Non, je n'allais pas bien et tout le monde le savait. Tout le monde n'avait pas la même délicatesse...

Il fallait que je trouve quelque chose à faire. Je détestais ne rien faire. Et puis quand je n'avais aucune activité, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à Ethan, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à ce que nous avions vécu tous les deux... Et, immanquablement, je déprimais et mettais à pleurer. À chaque fois. Cela m'énervait et je me trouvais ridicule. C'était idiot. D'autant plus que je savais bien qu'il ne reviendrait pas... Pendant une seconde, j'ai pensé à aller me poser dans ce qui nous servait de salon un moment. Mais j'ai vite changer d'avis. À part m'asseoir, ou lire quelque chose... Je me suis dit que je pourrais aller ranger l'infirmerie. Mathilda se plaignait toujours et disait que rien n'était rangé... Tout ranger de A à Z semblait être une bonne idée. Je me suis donc dirigée lentement vers l'infirmerie. J'ai marqué un temps d'arrêt devant la porte. De la lumière filtrait par dessous et cela n'était pas normal. Mathilda n'avait pas l'habitude de faire des heures supplémentaires et je ne voyais pas qui pourrait être là... Une petite voix me disait que j'allais passer une nuit encore pire que ce que j'avais prévu... Note à moi même : l'écouter plus souvent.

Après avoir hésité encore une seconde, j'ouvrais la porte... Et là... Là, j'aurais probablement préféré me prendre une bonne gifle. J'ai ouvert de grands yeux ronds. Et je me suis figée. J'aurais adoré pouvoir parler. Ou juste pouvoir me mettre en colère. Pendant une petite seconde, je me suis demandée si mes yeux me jouaient des tours. Malheureusement non... J'ai secoué la tête doucement.

« Oh non, Ethan... »

Je n'aurais jamais pensé qu'il puisse faire ça. Je l'ai fixé, avant de poser mes yeux sur la petite bouteille de morphine qu'il avait sorti du placard. Et là, c'est un peu comme si la colère avait surgi brusquement. J'ai secoué la tête de nouveau avant de claquer la porte. J'étais blessée. J'avais passé des semaines et des semaines à m'occuper de lui, à le désintoxiquer. Tout ça pour le retrouver là, prêt à se droguer à la morphine. Je lui ai jeté un regard noir. L'idiot ! Il ne savait pas à quel point la morphine était dangereuse ! Et s'il en prenait trop, hein ? Je n'avais pas envie de ramasser son cadavre ! J'aurais aimé le gifler. Mais je n'ai pas pu, bien évidemment. Je me suis dirigée vers lui, en évitant de croiser son regard. J'avais compris ce qu'il cherchait. J'ai ouvert un tiroir sans hésitation, et en ai sorti une seringue. J'ai déchiré l'emballage et je l'ai posé devant lui, bien en évidence. J'ai attrapé la morphine et l'ai posée juste à côté de la seringue. Et puis, sans ménagement, j'ai attrapé son bras. J'ai remonté sa manche rapidement, avant de relever les yeux vers lui. Je n'avais pas besoin de regarder son bras. Je savais très bien à quoi il ressemblait. Ses veines étaient complètement bousillées.

« Allez vas-y, pique toi. »

J'avais été un peu plus dure que ce que je n'aurais voulu... Mais la simple idée qu'il puisse retomber là dedans me révoltait complètement. Et puis en faisant ça, il foutrait en l'air tous ses efforts, tous mes efforts. Je ne l'avais pas sorti de sa dépendance pour qu'il y replonge si vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Sam 9 Jan - 6:40

Je fixais le plafond de ma chambre depuis deux bonnes heures, allongé sur mon lit. Dés que je fermais les yeux, je revoyais inmanquablement le visage de mon ange. Et à chaque fois, c'était la même chose je me laissais aller à pleurer. Silencieusement.
Depuis sept semaines, deux jours, vingt heures et quarante et une minutes exactement.
D'un seul coup, la roue avait encore tourné. J'étais heureux comme je ne l'avais jamais été depuis six ans que le destin venait à nouveau s'acharner sur moi. J'aurais pu tout encaisser si je n'avais pas fait de mal à Katarina. Mais je l'avais blessé. Et ça m'était intolérable. Elle ne méritait pas ça.

Je voyais bien qu'elle avait changé depuis que je l'avais quitté. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas le voir. Et même si en apparence je l'évitais. En réalité je la surveillais. Je l'épiais presque. Parce que je voulais m'assurer qu'elle ne tombe pas dans les bras de Riley déjà mais surtout parce que j'avais besoin de la voir pour vivre. Mais au bout du compte, cela ne me suffisait plus vraiment. J'avais besoin de la toucher, de la sentir. Et ça je ne pouvais pas, je ne devais pas.

Si je l'avais quitté c'était pour une trés bonne raison. C'était pour elle, pour qu'elle vive. Pour qu'on ne me l'arrache pas comme on m'avait déjà arraché mes parents. Car si cela devait se produire, je sais que cette fois-ci je ne me raterais pas. Je ne me raterais plus.

Depuis une semaine, je recommençais à avoir une idée fixe. Comme avant...avant que je n'arrive dans la communauté d'Alexander. Avant que je réussisse peu à peu à me sevrer, à sortir de ce cercle vicieux qu'est la drogue. J'avais désespérement besoin d'oublier, ou d'essayer au moins. L'oublier elle. Oublier que la vie sans elle n'était pas une vie, à peine une survie. Oublier qu'elle allait aussi mal que moi, si ce n'est plus.
Je suffoquais....J'avais besoin de quelque chose. Désespérément. Cela devenait une idée fixe.
Si bien que je finis par céder. Faible que j'étais, faible que j'étais devenu.

Je n'étais pas vraiment sûr mais je me doutais qu'à l'infirmerie il y aurait sans doute quelque chose pour m'aider. Bien sûr il n'y aurait pas d'héroine. Mais il y aurait sans doute quelque chose. Il le fallait. Cette envie était devenue bien plus forte que tout le reste. Si je voulais supporter ma vie sans mon ange, il fallait que je m'aide. Et il n'y avait que cette solution je le savais.

Alors, je sortis de ma chambre. Je ne croisai personne et me faufilai à travers les couloirs. L'nfirmerie me semblait loin pour une fois. Sans doute parce que l'envie était bien trop forte. Je l'ouvris doucement, alluma ce qui servait de point de lumiére d'appoint. Une lampe à pétrole. Et commençai à fouiller dans les armoires.

Je trouvai enfin ce que je cherchais.

La morphine ferait l'affaire. Pour cette fois au moins. Et de toute façon je n'avais pas trop le choix. J'avais à peine pris le flacon dans mes mains que la porte s'ouvrit doucement et que la voix que j'aimais tant. Une voix si douce teintée d'un léger accent russe arriva à mes oreilles.

« Oh non, Ethan... »

Je me retournai alors pour lui faire face. Surpris. Pris en faute.
J'aurai tant aimé qu'elle ne voit pas ça. Elle avait tant fait pour moi....et moi je rechutais.
Elle referma violemment la porte derriére elle, et la fureur la prit au vol. Elle est passé prés de moi, me frôlant presque mais évitant mon regard. Si elle l'avait vu, elle y aurait sans doute vu de la honte, mais surtout elle aurait vu à quel point je l'aimais, et à quel point je souffrais de vivre sans elle. Elle fouilla dans un tiroir et en sortit une seringue. Elle posa la seringue sur la table avec le flacon qu'elle m'arracha des mains. Et violemment elle me tira la manche pour mettre à nu mes bras. Mes bras qui portaient encore un peu la marque de ma vie passée.

Puis depuis que je l'avais quitté, je croisais enfin son regard. Je pus y lire toute la haine qu'elle avait pour moi et ce que j'allais faire avant qu'elle n'arrive. Puis elle me parla si cruellement. Je l'avais rarement vue comme ça. A part avec Riley....et encore...

« Allez vas-y, pique toi. »

Je ne pus m'empêcher de lever mes yeux sur elle et de la fixer. Complétement interdit. Puis les larmes sont arrivées par surprise. Sans que je ne le veuille, je me suis mis à sangloter et à hurler dans l'infirmerie. Je ne pensais même pas que je pouvais réveiller tout le monde. Tout ce que je ressentais en cet instant c'était de la honte. Une honte terrible.

-Pardonne-moi. Je t'en prie pardonne -moi.... Je....je....je suis qu'un idiot....

Puis comme si cela ne suffisait pas à ce qu'elle me haisse, je me jetai dans ses bras. Je n'ai même pas pensé à ce qu'elle pourrait faire, tout ce que je voulais c'était la serrer contre moi. Retrouver cette force qu'elle m'avait insufflé une premiere fois. J'en oubliais presque que je l'avais quitté et pourquoi je l'avais fait. Je savais juste qu'à ce moment là j'avais terriblement besoin d'elle.


Dernière édition par Ethan Jones le Dim 7 Fév - 12:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Sam 9 Jan - 17:07

Cela faisait un moment que je n'avais pas été aussi en colère... Ce n'était pas dans mes habitudes d'être en colère de toute façon. Simplement, cela faisait plusieurs semaines que j'étais sur les nerfs. Le manque de sommeil, la solitude... un rien me rendait odieuse. Je détestais être ainsi. J'étais complètement à bout de force. Là, c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. J'aurais probablement dû faire demi tour, retourner dans ma chambre. Mais j'en avais été bien incapable. Au lieu de cela, je m'étais attaquée directement à la cause de mon malheur. Quelle idiote ! Comme si cela aurait pu me soulager... Je m'étais approchée d'Ethan, et j'avais été à deux doigts de lui préparer sa dose complètement. Finalement, j'avais préféré tout poser à côté de lui, avant de le mettre au défi de se droguer à nouveau. Le simple fait qu'il ait pu y penser me blessait profondément. Tous mes efforts pour le sortir de là comptaient finalement si peu à ses yeux ? J'avais passé des heures à le garder contre moi, j'avais passé des nuits entières à le veiller... Et tout ça pour rien ? J'étais pratiquement certaine qu'il se serait drogué si je n'étais pas arrivée à l'improviste.

J'ai soutenu son regard sans flancher. Si je n'avais pas été si en colère, j'aurais probablement craqué devant son air malheureux. Mais pas cette fois. J'étais tellement focalisée sur ma propre souffrance que j'en oubliais la sienne. J'aurais dû la voir, j'aurais dû la sentir... Il y a encore deux mois, je ne supportais pas de le voir avoir mal... Mais entre hier et aujourd'hui, tout avait changé. Il m'avait quittée, abandonnée... Et ça, je ne pouvais pas l'oublier. Cependant, mon petit moment d'égoïsme n'a pas duré longtemps. Et ma colère est retombée d'un coup quand il s'est mis à pleurer. J'ai lâché son bras rapidement. J'ai pâli quand il s'est mis à hurler. J'ai cligné des yeux plusieurs fois, tandis que mon cœur avait des ratés. Ce serait un euphémisme que de dire que je ne m'étais pas attendue à ça. En réalité c'était la dernière chose à laquelle je m'étais attendue. C'était comme si mon cœur venait de se briser une deuxième fois. S'il y avait une chose que je ne supportais pas, c'était sa souffrance...

J'ai sursauté quand il s'est jeté dans mes bras. En toute logique, j'aurais dû le repousser. Mais je ne le fis pas. J'ai fait ce que j'avais toujours fait avec lui lorsqu'il était dans cet état. Je l'ai serré contre moi. J'ai passé un bras autour de son cou, un autre autour de sa taille. Tout ce que je voulais, c'était le calmer. Qu'est-ce que je pouvais faire d'autre ? Le repousser et le gifler ? Quelque chose me disait que cela ne ferait que l'achever. Je suis restée silencieuse. Je ne savais pas quoi lui dire. Les mots restés bloqués dans ma gorge. Une foule d'émotions diverses et variées m'assaillait. J'étais partagée entre mon désir pour lui et ma rancune. J'étais toujours folle amoureuse de lui. Mais je lui en voulais de m'avoir quittée sans un mot. De quel droit venait-il sangloter dans mes bras ?

Ma tête me disait de le repousser et de m'en aller en silence. Mon cœur, lui me disait de le serrer plus fort et de ne surtout pas le laisser partir une fois encore. J'ai glissé mon bras autour de sa taille. Et puis je l'ai repoussé. Mais pour une toute autre raison... Je me suis écartée de lui, les yeux et la bouche grand ouverts. J'ai secoué la tête doucement.

« Mais depuis quand est-ce que tu n'as pas mangé ? Depuis quand est-ce que tu n'as pas dormi, ou depuis quand ne t'es tu pas reposé ? »

Je me suis passé une main dans les cheveux, avant de fermer les yeux une seconde. J'ai inspiré à fond avant d'oser le regarder. Je l'ai regardé de haut en bas.

« Regarde toi... Bientôt je serais plus épaisse que toi... Mais à quoi est-ce que tu joues ? Tu veux te tuer ou quoi ? »

J'ai secoué la tête une fois encore. Mon angoisse était palpable. Il savait très bien que je ne supporterais pas qu'il se fasse du mal. J'ai croisé mes bras sous ma poitrine.

« Il faut que tu arrêtes ça, Ethan. Il faut que tu sortes la tête de l'eau. Sinon, tu ne passeras pas l'hiver. »

Ma colère était retombée comme un mauvais soufflet et elle avait laissé place à l'angoisse, à la crainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Sam 9 Jan - 18:27

Elle a semblé hésiter pendant quelques secondes lorsque je me suis jeté dans ses bras et que je l'ai serré trés fort contre moi. Mais, elle a rapidement fait ce qu'elle avait toujours fait. Elle m'a serré à son tour contre elle, passant un bras autour de mon cou et un autre autour de ma taille. Comme on serre un enfant qui a besoin de réconfort. Comme elle l'avait fait quand elle avait essayé de m'aider à me sevrer. Comme...avant. Avant que je ne lui fasse du mal.

Comment un être humain pouvait être doté d'autant de bonté, de gentillesse, de don de soi, d'humanité....?
Et comment avait-je fait pour quitter une femme comme ça?

Les raisons qui m'avaient poussé à la quitter me parurent tout à coup un peu floues. Et si je me trompais....Et si je faisais fausse route? Et si, et si?

Tout ce dont j'avais besoin était là...et je voyais les choses différemment. Je la touchais puisque je la serrais dans mes bras et que pour le moment elle ne me repoussait pas et qu'elle me serrit contre elle aussi. Et je pouvais la sentir puisque j'avais posé ma tête sur son épaule pour pleurer. Pour évacuer....la honte, le désespoir, et le manque d'elle.

Mon ange....

Katarina....

Mon ange...

Et puis elle finit par me repousser un petit peu. Mais doucement. Délicatement.
Ma vision était brouillée par les larmes qui ruissellaient le long de mes joues. On dit qu'un homme ne doit pas pleurer, mais je pense le contraire. Une femme elle ne doit pas pleurer, on ne doit pas lui en donner l'opportunité. Surtout mon ange. Je préférais pleurer des torrents plutôt que de voir son doux visage dévasté par un océan de larmes salées. Et je n'avais pas cette vanité masculine de me croire supérieur à la femme. Peut-être mon éducation je ne sais pas. Mais mon pére ne m'avait jamais dit " Un homme ne pleure pas mon fils". Au contraire quand une fois à onze ans j'avais pleuré parce que mon lapin nain était mort de vieillesse, mon pére m'avait dit quelque chose dont je me souviens encore: "Pleure Ethan....ça soulage....et c'est la meilleure maniére de rendre hommage à quelqu'un qu'on aime et qu'on a perdu". Quand mes parents étaient morts, je n'avais pas eu honte de pleurer. Et je l'avais fait pendant des semaines entiéres...

J'étais à présent séparé de mon ange de quelques centimétres et je pus voir à travers mes larmes qu'elle me jaugeait. Ses yeux me scannaient, me détaillant de la tête au pied. Sa voix semblait lasse. Puis elle a secoué la tête lentement, et j'ai chassé les larmes qui m'aveuglaient en passant mes doigts sur mes yeux, écrasant au passage une larme qui perlait.

« Mais depuis quand est-ce que tu n'as pas mangé ? Depuis quand est-ce que tu n'as pas dormi, ou depuis quand ne t'es tu pas reposé ? »

Depuis quand je n'avais pas mangé? Je ne savais pas exactement. Hier? Avant-hier? Je me souvenais plus....Je n'avais plus d'appétit depuis des semaines. Depuis quand je n'avais pas dormi? Ca non plus je ne savais pas vraiment. J'arrivais à fermer les yeux et à sommeiller pendant trois ou quatre heures, mais je ne me reposais jamais. Je n'arrvais pas à me laisser aller. J'avais besoin de quelque chose pour dormir sereinement. Et ce quelque chose c'était la présence de mon ange à mes côtés. Présence réconfortante. Mais cela je ne pouvais plus...alors je ne dormais plus vraiment.

Je l'ai regardé comme un idiot regarde son interlocuteur. Comme si elle parlait un autre langage.
Je n'avais aucune réponse à lui offir, alors je me suis contenté de passer une main dans mes cheveux pour lui faire comprendre que je ne savais pas, que je ne pouvais pas lui répondre.

Puis elle a aussi fait le même geste que moi tout en fermant une seconde les yeux. Et elle m'a posé à nouveau quelques questions.

« Regarde toi... Bientôt je serais plus épaisse que toi... Mais à quoi est-ce que tu joues ? Tu veux te tuer ou quoi ? »

Je l'ai regardé, contemplé. Elle était si belle. Même si on voyait qu'elle avait changé depuis quelques temps, elle était toujours aussi belle. Elle avait toujours ce qui faisait d'elle la femme que j'aimais plus que tout au monde. Et puis je me suis regardé dans le miroir qui me faisait face, au dessus du lavabo. Et je vis ce que j'avais toujours vu pendant ces six derniéres années. Un mec paumé, à faire peur....Une ombre....
J'étais pâles, mes traits étaient tirés et creusés, j'étais mal rasé, mal coiffé. Je faisais peine à voir.... Mais ce n'était que le reflet de ce que j'étais à l'intérieur. Complétement dévasté.

J'ai alors fait un pas vers elle. Je n'avais pas non plus de réponse à ses interrogations. Tout ce que je savais c'est que je me laissais aller. Parce que j'avais l'impression que j'avais tout perdu dans la vie.

Son visage a semblé se durcir alors j'ai stoppé net mon avancée pour le moment. Et elle a croisé les bras sur sa poitrine comme une mére le fait quand elle va gronder son enfant parce qu'il est sur une pente descendante.

« Il faut que tu arrêtes ça, Ethan. Il faut que tu sortes la tête de l'eau. Sinon, tu ne passeras pas l'hiver. »

Je l'ai alors regardé, puis j'ai fermé les yeux pendant plusieurs longues secondes. Aprés tout ce que je lui avais fait, elle s'inquiétait pour moi.
Mon coeur fit alors un bond dans ma poitrine avant de se serrer.

Je fis alors un second pas en avant, puis un troisiéme, puis un quatriéme.

Et je me retrouvais alors en face d'elle. Je savais que je n'aurai pas du faire ce que je fis, mais le coeur a été plus fort que la raison cette fois. La preuve que j'étais faible.
J'ai pris son visage entre mes mains, je l'ai caressé. Je ne pouvais plus faire autre chose.

Et aprés un long soupir, j'ai fait pire. Mes lévres se sont approchées. J'ai embrassé son front, ses joues, sa mâchoire, son cou et j'ai fini par poser mes lévres sur les siennes. Et j'ai fait ce que me dictait mon coeur. Je l'ai embrassé.

Et entre deux baisers, je lui ai murmuré frénétiquement.

-Je n'ai aucune réponse à te donner mon an....Katarina. Je ne sais pas. Je ne sais plus.

Et puis, comme si cela ne suffisait pas, je me suis serré contre elle. Et je l'ai lentement poussé contre un mur, passant mes mains derriére sa tête pour qu'elle ne se fasse pas mal.

Je n'arrivais pas à quitter ses lévres. J'avais encore plus envie de l'embrasser à chaque seconde qui s'écoulait.


Dernière édition par Ethan Jones le Dim 7 Fév - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Sam 9 Jan - 19:53

Il ne me répondait pas. Alors l'espace d'un instant, je me suis demandée si, en n'y prêtant pas garde, je n'avais pas parlé russe. Je chassai cependant cette éventualité très rapidement. Cela ne m'était jamais arrivé auparavant. Et je ne voyais pas pourquoi cela me serait arrivé maintenant. Mais je l'avoue, sur le moment, je l'ai cru. Il faut dire que je n'étais pas vraiment dans mon état normal. Finalement, j'ai compris pourquoi il ne me répondait pas. Il ne me répondait pas parce qu'il n'avait aucune réponse à me fournir. Je ne pus m'empêcher de soupirer. Bon sang, pourquoi faisait-il une chose pareille ? Il allait finir par bousiller sa santé, ou pire, il allait finir par se tuer. Cette idée m'arracha un frisson. Il ne fallait pas qu'il en arrive là. Et puis d'ailleurs, que lui arrivait-il ? Je ne voyais pas pourquoi il se faisait du mal. Il m'avait quittée. Moi j'avais une bonne raison pour me laisser aller. J'avais l'impression de faire face à un pantin. Je pouvais toujours poser toutes les questions que je voudrais, je n'aurais aucune réponse pour autant. C'était frustrant, désolant et effrayant. Tout ce que je voulais, c'était l'aider... Mais voilà, nous n'étions plus ensemble. Je devais tourner la page, je devais arrêter de m'inquiéter pour la personne qui me faisait souffrir.

Et pourtant j'étais morte de peur à l'idée qu'il puisse lui arriver quoi que ce soit. Parce que je l'aimais toujours, parce qu'il comptait toujours pour moi. On aurait beau de dire de passer à autre chose, on aurait beau me dire de l'oublier... Je n'y arrivais pas. J'ai relevé les yeux et j'ai croisé les bras au moment où il avançait. J'en ai remis une couche. J'essayais de l'avertir que son corps risquait de ne pas supporter encore longtemps le manque de nourriture et de sommeil. Il avait besoin de manger, et il avait besoin de dormir. Je le voyais bien. Ses yeux étaient cernés et il avait perdu beaucoup de poids. Bizarrement, on aurait dit qu'il avait encore plus mal que moi. Mais il faut dire que je me forçais à manger, à défaut de pouvoir dormir. Certaines personnes avaient besoin de moi, et je ne pouvais pas me permettre de les laisser tomber. Et puis si je laissais tomber mon travail, il ne me resterait plus rien à quoi me raccrocher... Et ça, ça ne serait pas une bonne chose. Du tout.

Je me suis figée quand j'ai réalisé qu'il s'était de nouveau avancé vers moi. Allez savoir pourquoi, j'avais un très mauvais pressentiment. J'ai eu un léger sursaut quand il a pris mon visage entre ses mains. Elles avaient beau être glacées, ce n'est pas ce qui m'a fait frissonner. J'ai ouvert de grands yeux étonnés quand sa main a glissé sur ma joue. Cette simple caresse me rappelait beaucoup trop de choses. J'aurais voulu prendre mes jambes à mon cou. Mais je n'ai pas pu, c'était comme si j'avais été collée au sol. J'étais complètement à sa merci. Mon pauvre coeur avait de plus en plus de mal à suivre ce qu'il se passait. Il s'emballait, s'affolait, ne savait plus où il en était. Mon cerveau aussi avait abandonné la partie. Il avait beau transmettre des ordres à mes membres, ces derniers ne répondaient pas, comme s'ils étaient déconnectés. Je crois qu'ils l'étaient, en réalité.

Je voulais reculer. Je devais reculer. Il le fallait. Il fallait que j'échappe à son emprise, sans quoi les choses risquaient d'aller beaucoup plus loin que je ne l'aurais voulu. Je me suis raidie lorsqu'il a embrassé mon front. J'ai bien essayé de tourner la tête quand il a embrassé mes joues. J'ai reculé la tête lorsqu'il a embrassé ma mâchoire. Et j'ai soupiré quand il a embrassé mon cou. Encore un peu et je ne répondrais plus de rien. Il m'a embrassé pour de bon. Je n'ai pas bougé, je me suis laissée faire. Toute volonté m'avait quitté. Je n'avais qu'une envie : me laisser aller. J'avais deviné depuis longtemps qu'il n'avait pas de réponse. Du coup, je n'ai pas fait attention à ce qu'il me disait.

Puisque j'étais incapable de bouger, Ethan s'est chargé de me faire bouger. Je me suis rendue compte que j'étais collée au mur après coup. Sur le moment cela importait peu. C'est à peu près à ce moment là que j'ai craqué. Je me suis laissée aller à l'embrasser, comme si c'était la dernière fois. J'ai passé mes bras autour de lui. J'ai glissé une main dans ses cheveux, j'ai caressé son visage...

Je suis redescendue sur terre plus vite que prévu.

Je me suis rendue compte que j'avais passé une main sous son pull pour caresser sa peau. Non pas que c'était désagréable... Mais il ne fallait pas. J'ai plaqué mes mains à plat sur son torse et je l'ai repoussé autant que possible.

« Arrête ça, Ethan, arrête ça tout de suite. »

J'ai fermé les yeux et j'ai détourné la tête. J'ai mis quelques secondes à reprendre mes esprits. Je tremblais comme une feuille. Je me suis écartée de lui. J'ai essayé de m'écarter de lui.

« Tu n'as pas le droit de faire ça. Tu n'as pas le droit, tu entends ? Tu as perdu ce droit quand tu m'as quittée. Je ne suis pas ton jouet. »

Non, certainement pas... J'ai inspiré à fond, tandis que les larmes se mettaient à couler doucement. Je les ai chassé avant de rouvrir les yeux.

« Ne me touche plus, Ethan. Ne me touche plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Sam 9 Jan - 20:59

Je venais enfin de comprendre ce que j'étais venu chercher à l'infirmerie. Ce n'était pas de la morphine... Ce n'était pas d'un shoot que mon corps avait besoin. LA drogue que mon corps réclamait c'était Katarina.

Elle ne me repoussa pas. Contre toute attente, elle fit même le contraire. Elle m'étreignit et me rendit avec autant de fougue mon baiser. Elle alla même jusqu'à passer une main dans mes cheveux.
L'embrasser me rappelait tout ce que j'aimais chez elle, tous ces moments passés ensemble. Je ne savais pas m'arrêter. Ma raison m'avait abandonné. Seul mon coeur répondait. Et il me criait à corps et à cris que j'aimais cet ange russe.

Mon coeur fit un bond dans ma poitrine, et le désir monta rapidement en moi lorsque je sentis sa main se glisser sous mon tee-shirt.
C'est comme si j'avais pris une dose d'héroine, je ne réagissais pas, je n'agissais pas correctement. Mais comme aprés un trip, il fallait redescendre.
Et là, la chute fut bien plus douloureuse que tout ce que j'avais connu avant.

Katarina posa ses deux mains à plat sur mon torse et me repoussa.

« Arrête ça, Ethan, arrête ça tout de suite. »

Je mis quelques secondes avant de comprendre. Elle ne voulait pas de moi, elle me repoussait. Et j'eus l'impression qu'on m'arrachait le coeur à la petite cuiller.
Je restai bouche bée devant elle, mes mains glissant pour retomber mollement.

Je la voyais sans la voir. Je ne revenais pas de ce que j'avais fait. J'avais l'impression de l'avoir violée. La façon qu'elle avait de me demander d'arrêter me donna cette sensation.

Je l'ai vue trembler, et ma raison me dicta de ne pas me précipiter sur elle. Pourtant mon coeur me criait de la prendre dans mes bras. J'étais littéralement tiraillé entre la raison et le coeur.

« Tu n'as pas le droit de faire ça. Tu n'as pas le droit, tu entends ? Tu as perdu ce droit quand tu m'as quittée. Je ne suis pas ton jouet. »

Elle avait raison. Je n'avais pas le droit de l'embrasser. Je l'avais quitté. Mais je ne l'avais pas fait de gaieté de coeur. Bien au contraire. La quitter a été la chose la plus horrible que j'ai jamais faite de toute ma vie. Je ne sais même pas comment j'ai eu la force de le faire. Mais je savais que c'était l'unique solution pour qu'il ne lui arrive rien. Mais cela elle ne le savait pas, parce que je ne lui avais pas dit. Je savais que si je le lui avais dit, elle aurait trouvé milles raisons de me convaincre que ce n'était pas la bonne solution. Pourtant je n'en voyais aucune autre. J'avais beau retourner le probléme dans tous les sens. C'était la seule solution.

Alors, la colére est montée rapidement. J'étais peu habitué à cela. Mais la colére était souvent ce qui suivait chez moi lorsque la drogue n'agissait plus.

« Ne me touche plus, Ethan. Ne me touche plus. »

J'étais tellement aveuglé par ma colére, que sur le coup je ne vis pas mon ange pleurer. C'est alors que je laissais exprimer ma rage, mon impuissance.

-Tu crois que je l'ai fait par plaisir Katarina? Tu ne peux pas comprendre!!! Si je t'ai quitté c'est pour toi!!!!

Je me suis alors approché d'elle à nouveau et j'ai pris une fois de plus son visage entre mes mains. Mais cette fois -ci le geste n'était pas tendre, pas amoureux. Il était celui d'un homme complétement perdu entre son devoir et ses envies. Un homme rongé par la jalousie aussi.

-Tu ne veux pas que je te touche parce que tu préféres que ce soit Riley c'est ça?

Je ne me contrôlais plus. Je n'étais plus vraiment moi-même. Le pensais-je vraiment? Impossible de le savoir. Mais en cet instant, je le pensais sans doute. Je l'avais quitté, et Riley lui tournait autour. Elle pouvait trés bien aller se réfugier dans ses bras. Lui ne demandait que cela.

Je me mis alors à descendre mes mains sur ses épaules et à la secouer.

-Tu aurais préféré que ce soit Riley qui t'embrasse n'est-ce pas?

Et sans attendre une réponse de sa part, j'hurlais à nouveau.

-Dis-le!! Bon sang Kat, dis-le!!!!


Dernière édition par Ethan Jones le Dim 7 Fév - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Sam 9 Jan - 21:50

Mon père avait l'habitude de me répéter que dans chaque rêve, il y a toujours une part de cauchemar.

Il faut toujours se méfier... Même de ce qu'on connait et de ce qu'on aime. Encore une fois, j'aurais dû écouter mon père... Je tremblais de tout mon être. J'étais incapable de contrôler les tremblements. J'essayais pourtant. Mais il n'y avait rien à faire. Mon corps protestait énergiquement contre mon malêtre. J'aurais vraiment dû rester dans ma chambre ce soir. La prochaine fois que l'envie me prendrait d'aller faire un tour, j'attraperais une paire de menottes et je m'attacherais à mon lit. Je risquerais moins de souffrir comme ça... J'avais du mal à reprendre mon souffle. J'avais presque l'impression d'étouffer. Et puis mon coeur ne se calmait pas. J'étais véritablement en train de faire une crise de nerfs. Ethan m'avait poussée à bout cette fois. Et quelque chose me disait que les choses n'étaient pas prêtes de se calmer. La nuit risquait d'être très, très longue... J'en étais malade d'avance. Tout ça... C'était de la torture pure et dure.

J'ai sursauté violemment quand il s'est mis à me crier dessus. C'était la première fois qu'il le faisait. Et je ne m'attendais pas à ce qu'il soit si... effrayant ? C'était le mot, oui. Il y avait quelque chose dans ses yeux qui me glaçait jusqu'à la moelle. J'ai ouvert la bouche, mais j'ai été bien incapable de dire quoi que ce soit. Je ne comprenais pas ce qu'il me disait. En effet, je ne pouvais pas comprendre... Il m'avait quittée comme ça... Même pas du jour au lendemain. Cela avait été pire. Une heure il m'aimait, l'heure d'après il ne m'aimait plus. Comment voulez vous que je comprenne une chose pareille ? Même si je n'étais pas idiote, le pourquoi du comment m'échappait...

Je n'ai pas pu m'empêcher d'essayer de me débattre quand il a pris mon visage entre ses mains. Cette fois-ci, ça n'avait rien de tendre... Il avait bien plus de force que ce à quoi je m'étais attendue. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences... J'étais incapable de soutenir son regard. Mais j'ai eu un hoquet de surprise quand il m'a parlé de Riley. Je mis un moment à comprendre qu'il était en train de me faire une crise de jalousie. J'ai écarquillé les yeux de surprise. Non, mais c'était la meilleure celle là... J'avais beau me débattre, il ne me lâchait pas. Il voulait que je lui dise quelque chose que je ne pensais pas... Plutôt mourir que de lui mentir. J'ai hurlé. Je l'ai repoussé avec le peu de force qu'il me restait et je me suis éloignée de quelques pas. Les larmes me brulaient les yeux. Et là, je l'ai giflé aussi fort que possible. J'aurais pu me briser le poignet que cela m'aurait été égal.

« Est-ce que tu t'entends ? Mais est-ce que tu t'entends ?! »

J'ai enroulé mes bras autour de ma taille pour me calmer. Pour essayer, au moins.

« Comment oses-tu me dire des choses pareilles ? Tu n'as pas le droit d'être jaloux, tu n'as pas le droit ! Tu m'as quitté ! Tu m'as abandonné, tu m'as laissé toute seule ! Toute seule ! Alors qu'est-ce que cela pourrait bien te faire que je couche avec Riley ? Au moins, lui ne me promet pas le paradis avant de m'expédier en enfer ! Toi tu... tu... »

Les mots sont restés bloqués dans ma gorge. Je n'arrivais plus à parler. À bout de force, j'ai éclaté en sanglots. Même quand il m'avait quittée je n'avais pas pleuré aussi fort. J'ai voulu m'éloigner, mais mes jambes ont cédé sous mon poids. Je me suis effondrée. Le sol de l'infirmerie était froid. Je me suis recroquevillée sur moi-même, ramenant mes jambes contre ma poitrine. Les larmes coulaient à flots. J'avais l'impression de suffoquer. De gros sanglots secouaient ma poitrine. J'aurais voulu mourir dans l'instant. Je rendais les armes. Je craquais, je n'en pouvais plus.

« Tu n'avais pas le droit... Tu n'avais pas le droit... »

Ma voix ne ressemblait plus à rien. Elle était trop aigüe, et elle n'était qu'un mélange effroyable de gémissements et de couinement étouffés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Dim 10 Jan - 9:35

J'étais tellement aveuglé par la colére et mû par ma jalousie que je ne vis pas mon ange pleurer et je ne la sentis pas se débattre. Ce n'est que quand j'entendis sa voix hurler que j'ai commencé à redevenir moi-même.
J'étais sous le choc! Je l'avais violenté, je lui avais hurlé dessus. Je lui avais fait ça, à ELLE! Mais qu'est-ce qui m'arrivait bon sang? Je devenais dingue. Je me savais jaloux, mais je ne me savais pas violent.

Je suis resté pétrifié sur place lorsqu'elle m'a giflé. Je méritais bien plus. Je n'ai pu que la regarder, le visage bien plus décomposé que le mien sans doute.
Je voulais m'enfuir, la laisser là mais je n'y arrivais pas. Je me sentais cloué sur place par la surprise. Pourtant c'est ce que j'aurais du faire. Je ne méritais pas d'être dans la même piéce qu'elle. J'avais l'impression de l'avoir souillé.

J'avais l'impression que depuis que j'étais arrivé dans la communauté, je n'avais fait que la souiller, elle qui était pourtant si pure. Elle né méritait pas tout ça.

« Est-ce que tu t'entends ? Mais est-ce que tu t'entends ?! »

Maintenant oui, mon ange. Mais sur le coup, je n'ai pensé qu'à une chose: j'étais malheureux sans elle. Je le serais toujours mais je savais maintenant que je préférais être malheureux plutôt que de la briser et de la salir davantage.

« Comment oses-tu me dire des choses pareilles ? Tu n'as pas le droit d'être jaloux, tu n'as pas le droit ! Tu m'as quitté ! Tu m'as abandonné, tu m'as laissé toute seule ! Toute seule ! Alors qu'est-ce que cela pourrait bien te faire que je couche avec Riley ? Au moins, lui ne me promet pas le paradis avant de m'expédier en enfer ! Toi tu... tu... »

Elle avait raison dans tout ce qu'elle disait. Je n'avais pas le droit de lui dire tout ça. Je l'avais quitté. Et je lui avais fait mal. Il fallait que ça cesse....Il fallait qu'elle soit heureuse. Sans moi. Je ne voyais alors qu'une seule solution. Partir. M'éloigner.

Mais en aurais-je la force? J'en doutais fortement. J'étais faible. Je savais que même si je partais, mon coeur finirait par me dire de la chercher. Juste pour la voir. Alors cette situation était inutile. Elle ne servirait pas à grand chose sur le long terme. Nous étions dans une impasse.

Comment réparer ce que j'avais fait aussi?

Je n'eus pas le temps de réléchir davantage qu'elle a éclaté en sanglots et avant que je ne comprenne quoi que ce soit, elle s'est écroulée au sol.
Mon ange!!!
Katarina!!!
Jamais je ne l'avais vu comme ça. Jamais.

Bon sang mais qu'est-ce que j'avais fait?

Elle gémissait. Et mon coeur se tordait.

« Tu n'avais pas le droit... Tu n'avais pas le droit... »

J'eus une ou deux secondes où je me suis demandé ce qu'il fallait que je fasse. Mais mon coeur l'emporta. Je m'agenouillai en face d'elle et je la pris dans mes bras. Je savais qu'elle se débattrait peut-être, mais il fallait que je le fasse.
Je l'ai enserré délicatement pendant quelques minutes sans un mot. Puis j'ai passé une main sous ses genoux et une autre dans son dos et je l'ai prise dans mes bras avant de nous relever. Elle semblait se laisser faire alors je lui ai caressé tendrement les cheveux avant de me laisser totalement aller.
Je redevenais celui que j'avais toujours été.

-Pardonne-moi mon ange. Essaie de me pardonner.

Je savais ce qu'il fallait que je fasse. Et cela commençait par la ramener dans sa chambre. Elle avait besoin de repos. S'il le fallait je m'assoierais par terre à ses côtés pour la veiller. Mais elle avait besoin de dormir.

Elle était dans mes bras et je la berçais tout doucement.

-Je t'aime mon ange.

Les mots sont sortis tout seuls. Ca faisait un bien fou de les dire à voix haute, de les lui dire. J'avais l'impression d'étre soulagé.

-Je ne peux pas t'expliquer pourquoi je t'ai quitté, mais je veux juste que tu saches que je ne l'ai pas fait de mon plein gré. Pardonne-moi mais c'est la seule solution. Mon ange...

Ma voix se perdit dans des trémolos, et à mon tour je fondis en larmes. Ma tête posée contre la sienne.


Dernière édition par Ethan Jones le Dim 7 Fév - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Dim 10 Jan - 11:00

Je me sentais misérable. Je n'avais jamais été dans un état pareil. Même quand j'avais appris que ma mère était morte, que mon père était mort... Même quand Ethan m'avait quitté je n'avais pas fait une crise pareille. Mais là, la fatigue jouait un rôle non négligeable. J'avais épuisé mes dernières forces. J'aurais voulu me relever et m'en aller, mais je n'y arrivais pas. Mon corps n'y arrivait pas. Je me serais volontiers laissée mourir là. Je n'en avais plus à rien faire qu'Ethan me voit dans cet état. Et puis après tout, c'était de sa faute, non ? Je savais bien qu'il était jaloux, mais à ce point là... Non, je ne le savais pas. Et puis je me demandais ce que cela pourrait bien lui faire, si je céder à Riley. Non pas que j'en avais envie. Au contraire même, Riley pourrait bien être le dernier homme sur terre, je préfèrerais mille fois mourir plutôt que de finir dans ses bras. Il était à l'opposé de mon homme idéal... Quoique je n'étais plus certaine d'avoir un homme idéal. Plus maintenant que ce dernier m'avait arraché le cœur une seconde fois. Qu'il puisse croire que je pourrais aller me réfugier chez Riley me blessait plus qu'il n'aurait pu le penser. Si j'avais voulu le faire, je l'aurais fait depuis longtemps. Il savait pourtant que je n'étais pas femme à coucher avec n'importe qui.

J'ai sursauté brusquement lorsqu'il m'a touché. Je lui avais pourtant demandé de ne plus le faire. Il y a quelques semaines, j'aurais vendu mon âme au diable pour qu'il effleure simplement ma peau. Aujourd'hui je l'aurais vendue pour qu'il me laisse tranquille, pour qu'il s'en aille. J'ai tenté de le repousser, mais sans succès. Après tout, je n'étais rien d'autre qu'une faible femme... Je me suis contentée de gémir avant de me mordre la lèvre. Et j'ai abandonné. Je me suis laissée faire. Je tremblais comme une feuille. J'avais froid, j'étais épuisée et je ne voulais plus de lui. Je ne voulais plus de lui ! Comment pouvais-je penser une telle chose ? Je ne voulais plus de la personne que j'aimais le plus au monde...

« Lâche moi, Ethan... Je t'en prie, lâche moi. »

Soit il ne m'a pas entendue, soit il n'a juste pas voulu m'écouter. J'ai définitivement rendu les armes, et je me suis laissée aller contre lui. J'étais complètement perdue. Je ne savais pas pourquoi il me serrait dans ses bras, je ne savais pas pourquoi il caressait mes cheveux doucement, tendrement. Il faisait toujours cela quand j'avais du mal à m'endormir. Et cela marchait à chaque fois... Mais la situation était bien différente. J'ai secoué la tête quand il m'a demandé de le pardonner. J'ai secoué la tête parce que je ne savais pas ce que je devais lui pardonner. Et j'ai secoué la tête parce que pour le moment... J'étais incapable de lui pardonner quoi que ce soit.

« Je ne peux pas te pardonner. Je ne veux pas te pardonner. »

Et puis, est-ce qu'il le méritait ? Pour le moment, non. Il ne me donnait toujours pas d'explications. J'ai essayé de le repousser, encore une fois. Sans succès. Je ne me suis même pas rendue compte que nous avions quitté l'infirmerie. Pas plus que je ne me suis rendue compte qu'il m'avait ramenée dans ma chambre. Je n'ai réagi que lorsqu'il m'a déposée sur mon lit. Évidemment il n'est pas parti. Je ne pensais même plus à protester. Je l'ai laissé me bercer doucement. Je crois que je commençais à me laisser aller au sommeil... J'ai fermé les yeux. Avant de les rouvrir brusquement. Est-ce que j'avais rêvé ? Je me suis écartée et je l'ai regardé avec un air ahuri. Non mais, il voulait vraiment me tuer ! Je devais être plus pâle que jamais. J'ai essuyé mes yeux larmoyants d'un revers de manche. Je ne comprenais pas... Je n'ai pas bougé quand il a posé sa tête contre la mienne pour pleurer. J'étais pétrifiée... J'ai fini par soupirer.

« Je n'en peux plus, Ethan. Il faut que tout cela cesse. Tu ne peux pas me quitter sans un mot pour me dire ensuite que tu m'aimes. On est ensemble, ou on ne l'est pas. »

Une situation comme celle là ne pouvait pas durer. Nous ne pouvions pas être sans cesse partagés. Nous ne pouvions pas vivre comme ça. J'ai soupiré de nouveau. J'ai posé mes mains sur ses épaules, avant de l'écarter doucement de moi. J'ai pris son visage entre mes mains et j'ai essuyé ses larmes doucement. J'avais toujours été folle de ses yeux. J'ai secoué doucement la tête.

« Oh, mais que nous est-il arrivé...? »

Je n'en avais aucune idée. Et là, tout de suite, je m'en fichais. J'ai caressé sa joue tendrement. Et puis sans réfléchir, je l'ai embrassé. Mes pensées n'étaient plus cohérentes. Je le voulais, je ne le voulais plus... Tout était embrouillé dans ma tête. Mais finalement, c'est mon désir pour lui qui a balayé tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Dim 10 Jan - 13:04

Je pleurais contre elle. Je n'avais pas entendu ses suppliques. Je n'avais pas entendu non plus quand elle m'avait dit qu'elle ne pardonnait pas . J'étais trop focalisé sur le fait qu'elle se soit écroulée devant moi, et que je l'avais blessé. Je voulais tellement me racheter, j'avais tellement honte que je ne faisais même pas attention à elle.

Je n'étais qu'un égoiste. Pourtant je l'aimais. Comme un fou. Mais j'étais perdu. Tiraillé par ce que j'avais envie de faire, et par ce que je devais faire.
Je savais qu'il valait mieux que je la laisse, que je fasse ce qu'elle me disait. Mais je n'en avais pas envie. J'avais besoin d'elle et je m'accrochais à elle en pleurant comme un enfant.

Mon ange, mon amour....

« Je n'en peux plus, Ethan. Il faut que tout cela cesse. Tu ne peux pas me quitter sans un mot pour me dire ensuite que tu m'aimes. On est ensemble, ou on ne l'est pas. »

Et moi donc...Je n'en pouvais plus non plus. J'allais devenir dingue, je le devenais. Le comportement que j'avais eu envers elle dans l'infirmerie en était la preuve. Je ne savais plus du tout à quel saint me vouer.
Je n'avais plus aucune force. Je n'étais que pure faiblesse.

Ses mains se sont posées sur mes épaules, et je me suis dit qu'elle allait me repousser. Qu'elle allait me demander de partir, qu'elle allait me supplier de ne plus la toucher. Et même si cela me crevait le coeur, je le ferais. Je devais recommencer à penser à elle. A penser à son bien à elle. Et son bonheur ne passait sans doute pas par moi. Je n'étais pas assez bien pour elle, je ne faisais que la faire souffrir. Pourtant je ne le voulais pas, mais je le faisais.

J'ai sursauté quand sa main s'est posée sur mon visage et qu'elle m'a caressé tendrement comme la nuit où Alexander m'avait receuilli. Elle avait cette même douceur dans les gestes quand elle a essuyé les larmes qui coulaient le long de mes joues. Et je n'ai pu que la regarder. Elle était tellement belle, ses yeux reflétaient son âme.

« Oh, mais que nous est-il arrivé...? »

Je ne savais pas quoi lui répondre. J'aurais voulu lui expliquer mais je ne pouvais pas. Elle ne devait pas savoir. Pour sa sécurité, il ne fallait pas qu'elle sache.
J'allais lui dire qu'il valait mieux que je parte lorsqu'elle m'a caressé la joue et qu'elle m'a embrassé.

Au moment où elle a posé ses lévres sur les miennes, j'ai tout oublié. Ce pourquoi je l'avais quitté surtout. Je me suis laissé aller à son baiser. Je l'avais embrassé tout à l'heure mais là c'était différents, c'était elle qui avait pris l'initiative. Et ça changeait tout. Je n'avais pas l'impression de la violer.

Je me suis relevé sans quitter ses lévres et l'envie d'elle m'a surpris. Je me suis alors écarté d'elle. Je ne pouvais pas faire ça. Je n'avais pas le droit même si j'en mouais d'envie. Je ne pouvais pas lui faire croire que tout pouvait recommencer comme avant.

-Katarina...je ne peux pas...

Pourtant j'avais terriblement envie d'elle. Le désir me cosumait littéralement.

Je fis les cent pas dans la chambre pendant de longues minutes, cherchant quelque chose à lui dire, ou à faire. Il fallait que je prenne une décision. Je ne pouvais pas la quitter, j'étais trop faible pour cela et je l'aimais trop pour m'éloigner d'elle.
Et si je lui racontais pourquoi je l'avais quitté je la mettais en danger. Et ça je ne voulais pas.

Il me vint alors une idée....Pourtant elle aurait été follé d'accepter. Aussi folle que moi de lui proposer cela.

Je me suis alors précipité à ses pieds, j'ai pris ses mains dans les miennes et j'ai plongé mon regard dans le sien.

-Mon ange...je ne peux pas t"expliquer pourquoi je t'ai quitté. Mais il le fallait. Pour ta vie, il le fallait.

C'était tout ce que je pouvais lui dire. Je l'avais fait pour elle. Pas pour moi.

-On ne peut pas être ensemble à nouveau. Pas comme avant....Mais je ne peux pas vivre sans toi...Alors...

Je ne savais pas comment lui présenter la chose. Alors je me suis jeté à l'eau, prenant le risque qu'elle me gifle à nouveau.

-On peut dormir ensemble comme avant, et vivre comme avant. Mais personne ne doit le savoir....Mon ange....devant les autres, on ne peut pas....je ne peux te proposer que la clandestinité.

Je ne voyais que cette solution pour que l'on arrête de se détruire.


Dernière édition par Ethan Jones le Dim 7 Fév - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Dim 10 Jan - 16:01

Oui, que nous était-il arrivé ? Il y a peu de temps encore, nous nagions dans le bonheur. J'avais réussi à me reconstruire grâce à lui, et moi je m'étais occupée à lui sortir la tête de l'eau. Ça n'avait pas été facile, mais nous avions amélioré nos vies respectives. Et nous avions vécu six mois ensemble. Six mois parfaits. Sans compter les quelques semaines où nous nous étions simplement tournés autour... Tout ça pour nous retrouver à nous regarder en chien de faïence aujourd'hui. Il me manquait un des éléments du puzzle. La pièce la plus importante, si j'ose dire. La pièce centrale. Je savais qu'il m'aimait toujours, il venait de me le dire... Ce que je ne savais pas, c'était pourquoi nous nous étions séparés. Je n'irais pas mieux tant que je ne comprendrais pas. J'en étais certaine. Malheureusement, je n'obtiendrais pas de réponse. Ni maintenant, ni plus tard. Pour autant, je ne me résignais pas. Qu'il le veuille ou non, il finirait par me dire ce qui l'avait poussé à ma quitter.

C'est bien malgré moi que je l'embrassai. J'avais cédé à mon désir. Il me manquait. Terriblement. Maintenant, je savais ce que cela faisait d'être en manque. C'était une sensation monstrueuse et désagréable au possible. Pendant une seconde, je me suis demandée si manquer d'amour c'était pire que manquer de drogue. C'est que je n'avais aucun élément de comparaison, moi. Et vu que j'étais une fille respectueuse et discrète, je ne me risquerais certainement pas à poser la question à Ethan. C'était probablement la dernière chose dont il aurait eu besoin. Et puis sur le moment, la réponse m'importait peu. Tout ce que voulais, c'était l'embrasser, encore et encore. J'avais envie de mettre fin à cette sensation de manque. Non, ce n'était pas raisonnable, mais tant pis. Je voulais que tout redevienne comme avant. Je voulais retrouver la chaleur de ses bras, je voulais retrouver sa tendresse, sa douceur... C'était loin d'être une bonne idée, mais j'avais envie de passer la nuit avec lui. Pas pour dormir sagement... Je le voulais pleinement, entièrement. Je n'avais pas l'habitude d'être égoïste. Mais avec Ethan tout était différent. Je voulais qu'il soit à moi seule. J'aurais pu être très jalouse, j'imagine. Mais personne ne m'avait encore donné de raison pour être jalouse.

J'ai essayé de le retenir quand j'ai senti qu'il s'éloignait. Je l'ai regardé avec étonnement quand il s'est écarté. Je n'ai pas pu m'empêcher de soupirer. Mais c'est qu'il m'énervait à faire la girouette ! Un coup oui, un coup non...

« Tu ne peux pas ou tu ne veux pas ? Tu ne te faisais pas prier, avant. »

Vous me direz, moi non plus. Là, s'il ne s'était pas reculé, je crois que j'aurais pu céder sans opposer une once de résistance. Quand je dis qu'il me manque, c'est dans tous les sens du termes. J'ai passé une main dans mes cheveux. Mais où allions nous, où allions nous ? Plus rien n'était logique, plus rien n'avait de sens. Je suis restée silencieuse tandis qu'il faisait des aller-retours dans la pièce. Son comportement m'échappait totalement. Je l'ai regardé revenir vers moi, je l'ai laissé prendre mes mains dans les siennes. Toujours sans rien dire. Ça a été plus fort que moi, je n'ai pas pu m'empêcher de lever les yeux au ciel et de secouer la tête.

« Arrête de parler comme ça Ethan ! Quand tu parles comme ça j'ai l'impression que ma tête a été mise à prix ! Une fois pour toutes, dis moi pourquoi tu es parti ! Soit tu as une bonne raison, soit tu n'en as pas, c'est aussi simple que ça. »

Je ne comprenais vraiment plus rien. Il aurait pu me parler dans une langue étrangère, je n'aurais pas été bien plus avancée. S'il ne pouvait pas vivre sans moi, qu'est-ce qu'il le retenait de revenir, alors ? De ce que je savais, il n'était pas enchainé à quoi que ce soit, ou à qui que ce soit. La surprise m'a fait ouvrir la bouche comme un poisson. J'ai mis un moment à comprendre ses paroles. J'ai retiré mes mains des siennes en une seconde. Je me suis levée d'un bond, presque furieuse.

« Non, c'est hors de question. Hors de question. Tu crois que tu peux t'en aller sans explications et me faire ensuite une proposition pareille ? Tu crois que cela pourrait me suffire, tu crois que cela pourrait nous suffire ? Oh bon sang... Tu nous imagines nous ignorer toute la journée, faire comme si de rien n'était, pour oser à peine se retrouver quand tout le monde est couché ? Quelques heures, par ci, par là, cela ne sera jamais assez et tu le sais. Tu le sais très bien. »

La réponse était donc non. Je préférais être complètement malheureuse plutôt qu'à moitié heureuse. Il y a des choses qui ne peuvent pas être coupées en deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   Dim 10 Jan - 17:45

J'espérais qu'elle dise oui, qu'elle accepter l'unique solution qui s'offrait à nous. Celle de vivre notre amour caché.
Je me retenais de ne pas l'embrasser, de ne pas la déshabiller, de ne pas lui faire l'amour.
Je ne pouvais pas faire ça. Pas encore au moins.

Et puis quand je me suis approché d'elle, elle m'a lancé des choses au visage. Des choses qui font mal.

« Arrête de parler comme ça Ethan ! Quand tu parles comme ça j'ai l'impression que ma tête a été mise à prix ! Une fois pour toutes, dis moi pourquoi tu es parti ! Soit tu as une bonne raison, soit tu n'en as pas, c'est aussi simple que ça. »

Si elle savait...oui sa vie en dépendait. Et la mienne par la même occasion. Parce que si elle mourait, je ferait tout pour la rejoindre. Tout!! Mais je ne pouvais pas lui dire. Je savais que si je la mettais au courant, elle me convaincrait et il ne fallait pas. Et si elle savait, elle irait voir Alan...et ça...c'était pire que tout.
Je ne voulais pas qu'il puisse arriver quoi que ce soit à mon ange.

Et elle a réagit immédiatement à ma proposition. Mais ce n'était pas la réaction que j'aurais aimé, ce n'était pas celle que j'avais attendue.

« Non, c'est hors de question. Hors de question. Tu crois que tu peux t'en aller sans explications et me faire ensuite une proposition pareille ? Tu crois que cela pourrait me suffire, tu crois que cela pourrait nous suffire ? Oh bon sang... Tu nous imagines nous ignorer toute la journée, faire comme si de rien n'était, pour oser à peine se retrouver quand tout le monde est couché ? Quelques heures, par ci, par là, cela ne sera jamais assez et tu le sais. Tu le sais très bien. »

Pourtant elle avait raison. Cela ne nous suffirait pas. Si je goûtais à nouveau à l'amour avec elle, je ne pourrais pas faire semblant devant les autres. Ce n'était pas moi....Et ce n'était pas elle.
Je ne savais déjà pas comment nous allions nous comporter le lendemain devant la communauté alors que nous avions échangé deux baisers.
Alors je n'osais penser ce qu'il en serait si nous faisions l'amour, si nous dormions ensemble.

Non... elle avait raison. Je n'avais pas le droit de lui proposer cela. C'était parfaitement indgne d'elle.
Elle méritait mieux. Mieux que ce que je lui proposais. Mieux que la vie que je pouvais lui offrir.

Alors je me suis levé, je l'ai regardé pendant de longues minutes. Et j'ai pris son visage entre mes mains en allant caresser ses cheveux.

-Tu as raison. Cela ne nous suffirait pas...Je suis désolée mon ange, je ne peux pas te dire pourquoi je t'ai quitté. Et je ne veux pas non plus. Je préfére que tu m'en veuilles.

J'ai fini par l'embrasser en me disant que j'avais besoin de l'embrasser une derniére fois.

-Tu mérites mieux que moi, mieux que ce que j'ai à t'offrir. Mais s'il te plaît pas Riley. Pas lui Katarina.

Je me suis alors détaché d'elle, et j'avais l'impression qu'on m'arrachait le coeur.

-Essaie de dormir mon ange. Essaie de m'oublier. Adieu!

J'allais essayer de vivre ma vie sans elle, mais je savais que je n'y arriverais pas. Mais je n'avais pas le choix. Si je me laissais aller, je mourrais. Et je ne pourrais plus veiller sur elle. Et je devais veiller sur elle.

Je lui ai jeté un dernier regard et je suis sorti de sa chambre. Je ne suis pas allé à l'infirmerie. Ce n'était pas de drogue que j'avais besoin, c'était d'elle.
Je ne suis pas allé non plus dans ma chambre, je savais que je ne trouverais pas le sommeil.

Alors je suis allé dans notre sale commune, et je me suis assis par terre et j'ai pleuré. Je me fichais pas mal que quelqu'un puisse me trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One night to remember... { ETHAN }   

Revenir en haut Aller en bas
 
One night to remember... { ETHAN }
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation Dark Night
» Remember Gordon!
» [Paris by night] Duchesse Élisabeth de Northfolk et Angie Patricks
» [Paris by night] Manuela de la Vega + Elise de Rochebrune
» [Paris By night] Abel - personnage de Jeremy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York survivants-
Sauter vers: