AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marry me, marry me...

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 38
Localisation : New-York

MessageSujet: Marry me, marry me...   Mer 26 Mai - 17:52

J’avais demandé à Katarina de m’épouser il y a de ça sept mois déjà…. Sept mois… et nous n’étions toujours pas mariés. Parce que quand je lui avais demandé, nous nous étions séparés à nouveau peu de temps après. Et ensuite j’étais parti un mois et demi. Et quand j’étais revenu, Katarina m’avait dit qu’elle ne voulait pas de moi auprès d’elle. Mais elle était enceinte…..Et quand les choses étaient redevenues normales entre nous, nous étions bien plus préoccupés par le fait d’être parents dans un monde aussi chaotique plutôt que de penser à la façon dont nous pourrions nous marier.

Bien sûr, nous avions toujours autant envie d’être maris et femmes aux yeux de la loi. Mais désormais la loi n’existait plus vraiment. Dans la communauté, c’était Alexander qui était l’autorité centrale. Et puis, dans nos cœurs, nous étions déjà unis pour la vie. Avec tout les devoirs que le mariage implique. Mais je voulais offrir à Katarina une cérémonie et surtout une alliance….

Je savais qu’elle y tenait sans doute plus que tout autre chose. Moi, ce n’est pas que je ne voulais pas, mais je n’avais pas besoin de ça pour savoir que j’étais lié à elle, que je l’aimais et l’aimerai toujours. Seulement trouver une alliance dans le New York d’aujourd’hui, c’était tout simplement insensé, et d’un luxe presque ostentatoire…. J’avais longuement réfléchi et je ne savais toujours pas comment faire….

Un soir où Katarina avait rapidement sombré dans le sommeil, et que je tournais en rond dans notre lit, j’ai fini par abandonner, et j’ai saisi ma guitare et je suis sorti… L’horloge du couloir indiquait qu’il était 23heures…. Je n’étais pas d’un naturel insomniaque, mais depuis une semaine je le devenais. J’étais tellement inquiet. Je n’avais pas de réelle raison, cela devait être dans ma nature tout simplement. Je m’inquiétais toujours. Pour tout et n’importe quoi. Et la façon que j’avais trouvé pour m’échapper, c’était de jouer de la guitare. Alors encore une fois je m’étais retrouvé dans le salon. Mais comme souvent, il n’était pas vide. Liam avait sans doute eu la même envie que moi. Liam était un ami. Je le considérais comme tel. Il était serviable, poli, travailleur, et surtout nous avions énormément de points communs. C’était un peu lui mon compagnon d’expédition. Sauf que je n’étais plus sorti depuis presque deux mois.

Sans un mot, je me suis assis, et nous avons joué tous les deux pendant deux heures. Disons plutôt que nous improvisions. En silence. On pouvait seulement entendre le bruit des cordes pincées. Et puis au bout de deux heures, Liam a posé sa guitare prés de lui et m’a regardé assez sérieusement.

-Alors Ethan. Que me vaut cette insomnie ?

Je ne savais pas trop quoi lui répondre. Je ne pensais pas avoir une raison particulière avant qu’il ne me le demande. Et je lui ai répondu tout naturellement.

-J’ai demandé sa main à Katarina il y a sept mois…mais…..elle aimerait une bague. Une alliance je veux dire. Elle y tient…. Je ne sais pas pourquoi mais elle y tient… Et très franchement, je doute de pouvoir le lui offrir.

Liam m’écoutait sans rien dire. Mais je voyais bien qu’il était extrêmement attentif a ce que je lui disais.

-Pour moi, elle est déjà ma femme. Mais j’aimerais qu’elle le soit aux yeux de tous. Et pas seulement parce que j’ai décidé de la considérer comme telle. On va être parents bientôt et c’est peut être vieux jeu mais j’aimerais que notre fille sache que ses deux parents sont mariés.

Liam m’a souri. De ce sourire sincère qu’il avait presque toujours. Et puis, après une minute de réflexion il m’a posé une question à laquelle je ne m’étais pas attendu.

-Tu connais sa taille ?

Sa taille ? Sa taille de quoi ? Je suis resté la bouche ouverte, preuve que je ne comprenais rien à ce qu’il me disait.

-Oui la taille de son annulaire. Tu sais quand même que les doigts aussi ont une taille ?

Et il a explosé de rire en voyant mon visage se décomposer. Non je ne savais pas…

-Bon, bha va vérifier, et reviens.

Je ne savais pas pourquoi il me disait ça, mais je me suis exécuté….. Je suis allé dans la chambre et j’ai pensé à aller chercher la boite ou Katarina avait conservé des bijoux de sa mère. Comme je ne savais pas comment calculer la taille, j’ai ramené la bague au salon. Liam avait déserté les lieux. Mais avant que je ne rebrousse chemin vers notre chambre, il est arrivé avec un grand sourire.

Je lui ai tendu la bague de Katarina, et il l’a superposé avec une bague. Et puis, il m’a rendu les deux.

-He bien voilà tu l’as ton alliance. Félicitations mec !

Et il a fait demi tour….. Je suis resté à regarder la bague qu’il m’avait tendue. Il s’agissait d’une belle alliance en or, fine, et orné de diamants tout le long. Je suis allé tout droit dans la chambre de Liam pour lui demander des explications. En guise d’explications, j’ai eu le droit à « Ne pose pas de questions. Je suis ravi de vous permettre de vous marier. »Et il m’a gentiment renvoyé me coucher. J’ai replacé la bague de Katarina dans la boîte et j’ai caché la mienne dans le berceau de Lena.

Et puis je me suis déshabillé, et j’ai rejoint Katarina. Elle dormait profondément, et la régularité de sa respiration a eu le même effet qu’une berceuse. Je me suis rapidement endormi. Le lendemain, j’avais presque oublié l’histoire de l’alliance. Et puis, quand je me suis souvenu de ma soirée d’hier, j’ai repensé à l’alliance, et j’ai profité d’un moment d’inattention de Katarina pour la récupérer dans le berceau de notre fille. Je l’ai vite mise dans ma poche en attendant de faire ma demande.

Nous étions sur le chemin de la salle à manger quand m’est venu l’idée du siècle. Même si elle avait déjà dit oui, je voulais le lui demander devant tous. Je voulais réitérer ma demande.

La salle à manger était comble, il ne restait plus qu’une chaise, alors je l’ai laissée à Katarina. Et je me suis éclairci la gorge avant de réclamer le silence. Je me suis alors approché de Katarina, j’ai posé un genou à terre, et j’ai pris sa main dans la mienne. De l’autre j’ai sorti l’alliance de ma poche, et j’ai posé LA question.

-Katarina Kuryenko, acceptez-vous de devenir ma femme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Mer 26 Mai - 19:36

J'allais mieux. Nettement mieux. La nouvelle « décoration » de notre chambre m'avait mis du baume au cœur. C'était comme un petit bout de chez moi dans notre cocon. Ça me faisait du bien, et ce paysage me calmait au besoin. Pourtant, je m'étais débrouillée à mon tour pour trouver un peu de peinture rouge et un bleu plus foncé. Je voulais absolument qu'on peigne aussi les drapeaux de nos pays. Et j'avais aussi insisté pour qu'Ethan accroche certaines de ses photos. Il avait protesté, mais j'avais réussi à le faire plier. Cette chambre était aussi la sienne après tout. Je voulais qu'il se sente chez lui comme je me sentais maintenant chez moi. C'était important. Nous devions passer pour des originaux avec nos envies de décoration, mais cela nous permettait de nous détendre et de ne pas penser qu'à l'horreur de notre situation. Et puis au moins, notre chambre ressemblait à une chambre. Notre bébé aurait un environnement confortable et accueillant. Je ne savais toujours pas comment il s'était débrouillé pour trouver un berceau pareil... Il était quasiment neuf, et n'avait certainement jamais servi... C'était presque plus parfait que si nous avions vécu dans un grand appartement avec une chambre exprès pour le bébé. J'avais l'impression que notre relation était plus fusionnelle que ce qu'elle aurait été normalement. Tellement de choses nous « forçaient » à nous rapprocher...

Depuis quelque temps, je sentais qu'Ethan était un peu nerveux. Enfin nerveux, le mot était un peu fort peut-être. Préoccupé disons. Mais je n'avais pas cherché à comprendre, je savais que l'arrivée prochaine du bébé et son manque d'expérience l'angoissaient. Alors qu'il n'y avait pas de quoi selon moi. C'était un bébé, pas un ordinateur avec des boutons partout. Et puis un bébé ne demande pas grand chose. Je lui apprendrais rapidement les gestes importants... Et puis quand Ethan voulait apprendre quelque chose, il y arrivait au bout du compte. Il y arriverait... J'avais aussi remarqué qu'il dormait peu, ou très mal. Alors que moi c'était tout le contraire. Je n'avais jamais dormi aussi bien depuis très longtemps. Ça me rassurait d'être entre ses bras. Je m'y sentais réellement en sécurité maintenant. C'était drôle, plus j'avançais dans ma grossesse et plus j'avais besoin de me sentir protégée. Je n'étais pas idiote, je savais bien que j'étais vulnérable. J'étais enceinte, j'étais fragile. Et le petit être au chaud dans mon ventre l'était plus encore...

Ce jour là, Ethan m'avait laissé dormir presque toute la matinée. Mathilda ne disait plus rien parce que je n'étais pas à l'heure à l'infirmerie. Elle aussi elle savait que j'étais un peu plus fatiguée... Et puis elle savait gérer les urgences... J'avais à peine eu le temps de me lever qu'Ethan était venu me chercher pour aller déjeuner. Ah, pas de petit déjeuner... Peu importe, j'avais déjà si peu faim... Il y avait déjà du monde quand nous sommes arrivés. Je me rendais vraiment compte que nous avions de plus en plus de monde... Il faudrait bientôt faire non pas deux services, mais trois... Peut-être qu'Ethan avait raison finalement. Peut-être que nous ne pouvions plus accueillir tout le monde... Ou alors il faudrait agrandir les locaux de la communauté, et pour le moment cela paraissait difficile, voir impossible. Pourtant, je ne nous voyait pas rejeter ceux qui étaient dans le besoin... Je suis allée m'asseoir, à côté de Lilly et en face des jumeaux. À côté d'eux, Liam, l'ami d'Ethan essayait de calmer Lucas, qui semblait décidé à se faire la cape de superman avec sa serviette.

Je n'ai pas vraiment fait attention à Ethan, pensant qu'il allait faire comme d'habitude. C'est à dire s'asseoir à côté de moi, passer un bras autour de moi, manger en quatrième vitesse... Résultat j'ai relevé le tête avec un air franchement étonné quand il a réclamé le silence dans la pièce. J'ai tourné la tête ( enfin je l'ai baissé plutôt ) vers lui. Quand il s'est agenouillé et qu'il m'a pris la main je n'ai pas pu m'empêcher de lâcher ma fourchette. Oh mon dieu... On peut dire que je ne l'avais pas vue arriver celle là. Je ne sais pas trop si je suis devenue toute rouge ou toute blanche. J'ai jeté un coup d'œil autour de moi. La plupart des gens souriaient... A moins que je sois la seule ? J'ai dû ouvrir de grands yeux étonnés quand Ethan a sorti une bague de sa poche. Et mon cœur a loupé un battement quand il m'a posé LA question. Bon d'accord, il me l'avait déjà posée, mais là... C'était différent. C'était devant tout le monde, il s'était agenouillé et il m'avait trouvé une bague... Je ne savais pas comment il avait fait...

Bon, il fallait que je bouge, parce qu'ils allaient finir par croire que j'allais lui dire non.

« Bien sûr que je veux t'épouser... enfin... oui ! Oui, Ethan Jones, je veux devenir votre femme. »

J'ai eu un sourire béat. Totalement béat. Mais je n'étais pas la seule. Ça a été plus fort que moi, je me suis jetée dans ses bras en riant. Enfin, jetée, c'était un bien grand mot. Disons que je m'étais arrangée pour atterrir dans ses bras.

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 38
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Ven 28 Mai - 11:12

Elle m’avait dit oui une fois déjà. Mais c’était il y a maintenant bien longtemps. Enfin pour moi, j’avais l’impression que ça faisait un siècle. J’avais l’impression d’avoir tellement changé que quand je pensais à cette époque, je ne me reconnaissais pas. J’étais égoïste, capricieux, immature. Comment avait elle supporté cela pendant tant de temps ? Bien sur je savais qu’elle m’aimait, mais il en fallait du courage pour vivre avec un homme comme celui que j’avais été. Je regrettais vraiment le mal que je lui avais fait, mais je ne pouvais malheureusement pas revenir en arrière. Et le voulais-je vraiment ? Après tout sans tous ces moments difficiles, nous n’en serions pas là aujourd’hui non ?

Ma première demande en mariage datait d’il y a huit mois, et depuis nous en avions reparlé, mais les choses étaient restées comme elles l’étaient depuis le début. Elle était encore Katarina Kuryenko…et même si j’avais été prêt à prendre son nom à elle pour qu’elle sente toujours ce lien avec son pays, j’avoue que j’avais vraiment envie qu’elle porte mon nom. Je voulais qu’on nous reconnaisse comme mari et femme. Et même si je savais que nous en pourrions pas nous marier religieusement, et que Katarina n’était pas croyante pour un sou, j’avais envie que Dieu soit témoin de notre union. Et j’espérais dans un petit coin de mon cœur que mes parents, où qu’ils soient, puissent voir ce moment magique.

Et puis, depuis que j’avais cette bague, c'est-à-dire quelques heures, je ne pouvais pas attendre. Je ne voulais pas attendre. Et je ne me voyais pas lui donner la bague comme on donne un vulgaire objet en lui disant « Voilà une alliance, on se marie quand ? ». Non, non….je voulais refaire ma demande. Et quoi de plus romantique que de le faire aux yeux de tous. Si New York avait encore été debout, j’aurais sans doute fait ma demande en louant un espace publicitaire sur Times Square.

Nous étions le point de mire de toute la tablée, mais moi je ne voyais qu’une seule personne. : Katarina. J’avais l’impression que les secondes étaient des minutes entières. J’avais presque peur qu’elle me dise non…

« Bien sûr que je veux t'épouser... enfin... oui ! Oui, Ethan Jones, je veux devenir votre femme. »

Elle n’avait pas dit non !! C’était un réel soulagement quelque part. Même si je l’avais mise au centre de toutes les attentions en lui faisant une demande publique, et même si je savais qu’elle détestait par-dessus tout qu’on la remarque, elle me souriait. Et quand elle me souriait comme ça, c’était comme si j’étais la huitième merveille du monde. Je me sentais….je n’avais pas de mots pour dire ce que je ressentais….

La pièce était comble, mais à cet instant là je ne voyais qu’elle, ne respirait qu’elle. Et cela s’est intensifié quand je me suis relevé et qu’elle m’a sauté dans les bras. J’étais au comble du bonheur. J’ai plongé ma tête dans son cou, je sentais les larmes monter. Des larmes de bonheur, de joie. Et dans un murmure pour nous seuls, je lui ai dit ce qui me brulait les lèvres. L’unique chose que j’aurais aimé lui dire pour le reste de mes jours.

-Je t’aime.

Et puis après une longue étreinte, je l’ai finalement relâchée et nous nous sommes installés à table. Nous avons reçu évidemment les félicitations de tout le monde. Mais nous étions sur un nuage, alors nous avons souris à tout le monde en les remerciant sans vraiment savoir ce qu’on nous disait.

La salle s’est vidée au bout d’une heure, et pendant que nous regagnions notre chambre, où Katarina allait se reposer comme chaque après midi, je n’ai pas pu m’empêcher de repenser à ma demande. Etait ce vraiment la demande en mariage romantique qu’elle méritait ? Après tout, je l’avais déjà demandé en mariage une première fois de manière originale. Alors peut être que ma nouvelle demande lui semblait un peu trop niaise, un peu trop…ou pas assez justement….

-Tu m’en veux mon ange ?
Apres tout elle avait le droit de me faire des reproches. Elle n’avait peut être pas envie que tout le monde sache que nous allions nous marier. Ou peut être s’était elle sentie tellement gênée qu’elle n’avait pas su me dire non. J’aurais du être certain de nos sentiments, mais l’espace d’un instant, je suis redevenu l’Ethan d’avant. Celui qui doute de tout et de tous. Même de celle qui partage sa vie. Et je m’en voulais, car c’était ainsi que je l’avais perdu tant de fois.

-Pour ma défense, je voulais dire que…..que….que….que je ne regrette pas d’avoir fait une demande en public. Au moins maintenant tout le monde sait que tu es à moi, rien qu’à moi.

Ca pouvait paraitre idiot, mais j’aurai aimé le dire au monde entier. Et surtout j’aurais tant aimé lui offrir un mariage de rêve. Mais nous savions que nous n’aurions le droit qu’a une petite cérémonie….Et finalement notre amour était tout ce qui comptait non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Ven 28 Mai - 14:57

On aurait pu croire que je commençais à avoir l'habitude d'être demandée en mariage, mais en fait, non. C'était un peu comme quand il me disait qu'il m'aimait. On ne s'habitue pas vraiment à ce genre de choses, même si on a l'habitude de les entendre. Personnellement, cela me touchait à chaque fois de la même façon. Pourquoi, c'était une bonne question. Et puis, il valait mieux que je n'en lasse jamais, non ? Le contraire voudrait dire que je ne l'aimais plus, ou plus assez. Et franchement, je doutais que ce soit un jour le cas. Il faudrait sans doute que je devienne amnésique pour ne plus l'aimer... En y repensant bien, cela faisait un sacré bout de temps qu'il m'avait demandé ma main pour la première fois. À ce moment là je ne savais même pas que j'étais enceinte. Et je ne m'en serais probablement jamais douté. J'avais accepté, même si les choses étaient bien différentes. À cette époque, tout allait de travers, même si nous ne en rendions pas vraiment compte. En y repensant, je comprenais que nous nous étions violé la face, tous les deux. Je l'avais laissé se reposer sur moi trop longtemps, et il n'avait pas cherché de lui même à équilibrer la balance, se complaisant dans cette situation... J'avais maintenant l'impression que nous étions deux personnes complètement différentes. Ou plutôt nous étions à ce qui aurait dû être notre place depuis le début.

Je n'avais jamais reçu autant de félicitations en si peu de temps. Et je dois dire qu'à part dire merci, je ne savais pas quoi faire ou dire. c'était à la fois terriblement gênant et terriblement appréciable. J'avais presque l'impression que nous étions au milieu d'un groupe d'amis, dans un endroit tout à fait convenable pour des fiançailles. Pas dans les souterrains d'une ville réduite en miettes par des bombes. Mais finalement, le lieu m'important peu. C'était bien accessoire par rapport au reste. N'importe quoi aurait été accessoire. Ce qui importait, c'était que j'allais vraiment épouser Ethan. Bizarrement, cela avait l'air très officiel tout à coup. D'autant plus qu'il m'avait trouvé une alliance. Je ne savais pas comment il avait fait, d'autant plus que ce n'était pas une simple bague. Mon petit doigt me disait qu'elle devait couter une petite fortune. Sans compter qu'elle m'allait parfaitement. J'ai à peine pu manger tellement j'étais bouleversée. Ma gorge était serrée et je souriais comme une bienheureuse. Ce que j'étais très certainement au bout du compte.

Au bout d'un petit moment nous sommes retournés dans notre chambre. J'avoue que je n'avais pas très envie de me reposer. J'étais trop heureuse, trop excitée. Trop tout, en fait. Je suis allée m'asseoir sur le lit, en tailleur. J'étais sur un petit nuage. Du coup j'avais que je n'ai strictement rien compris quand il m'a demandé si je lui en voulais. Je me suis contentée de le regarder et tout ce que j'ai pu faire c'est lâcher un petit « hein ? » particulièrement stupide. Alors soit j'avais loupé quelque chose, soit il y avait quelque chose de vraiment pas net chez lui. J'ai haussé un sourcil interrogateur. Pourquoi est-ce que j'aurais dû lui en vouloir pour quoi que ce soit ? Il m'avait demandé si je voulais l'épouser, il ne m'avait pas dit qu'il comptait me quitter. Je l'ai attrapé par la manche de son t-shirt et je l'ai attiré à moi, avant de le forcer à s'asseoir à côté de moi.

« Tu crois que je vais t'en vouloir parce que tu m'as demandé ma main en public ? Non mais franchement, Ethan... Il faudrait que je sois timbrée pour t'en vouloir pour ça ! »

Pour ne pas dire carrément conne, vous excuserez la vulgarité. Comme si j'allais me plaindre parce qu'il montrait aux gens qu'il m'aimait et que – comme il le disait si bien, j'étais à lui. La folie et la bêtise n'étaient pas des traits de mon caractère. Je ne dis pas que je n'avais pas quelques accès de stupidité, mais disons que je savais au moins reconnaitre quand quelque chose était important. J'ai eu un petit soupir en secouant la tête. Parfois je me demandais à quoi il pouvait bien penser... Je suis allée poser ma tête sur ses genoux, et je me suis étendue sur toute la longueur du lit. J'ai posé mes deux mains à plat sur mon ventre. J'ai eu un sursaut quand le bébé m'a donné un coup de pied, assez fort. J'ai attrapé la main d'Ethan et je l'ai mise sur mon ventre. Et j'ai eu un soupir.

« Parfois, j'ai vraiment l'impression d'être un ballon de football... »

Il y avait vraiment des moments où cela me faisait mal. Mais je ne disais rien, parce que ce n'était pas important. Le plus important, c'était la santé du bébé. Et si il confondait mon ventre avec un punching-ball, c'est qu'il devait aller bien. Je ne demandais pas mieux. Un bébé en bonne santé, ce n'était pas demander la lune, non ? Il fallait qu'il parte dans la vie avec de bonnes bases. Parce que les choses ne seraient certainement pas aussi faciles que ce qu'elles auraient dû être. Il y aurait certainement tout un tas d'obstacles à surmonter. Mais si Alex et Gaby s'en sortaient bien, nous pouvions le faire aussi. Emma était née après la guerre, et pourtant c'était une petite fille en pleine forme, joyeuse et qui ne manquait de rien.

« Je peux te poser une question ? »

Je n'ai pas attendu sa réponse et j'ai continué dans ma lancée.

« Où est-ce que tu as trouvé cette bague ? Elle est vraiment magnifique. Je n'en demandais pas tant tu sais... »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 38
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Sam 29 Mai - 10:30

Katarina paraissait vraiment surprise que je craigne sa réaction. Pourtant, elle savait que j’avais toujours le souci extrême de lui faire plaisir, et que j’avais toujours peur de faire mal. Je n’osais pas relever la tête, si bien que je n’ai pas anticipé le geste de ma future femme. Elle s’est agrippée à ma manche et m’a attiré brusquement à elle, ne me laissant pas le choix. Je me suis alors assis à côté d’elle.

« Tu crois que je vais t'en vouloir parce que tu m'as demandé ma main en public ? Non mais franchement, Ethan... Il faudrait que je sois timbrée pour t'en vouloir pour ça ! »

Oui elle aurait pu m’en vouloir….Parce que je la connaissais parfaitement. Je savais que Katarina était d’un naturel discret. Elle n’aimait pas les gens qui se donnent en spectacle, ou qui sont trop exubérants. Alors oui j’avais peur qu’elle m’en veuille. Parce qu’elle avait été le point de mire de toute l’attention alors qu’elle avait tout simplement horreur de ca.

-Bha on ne sait jamais…. Je sais que tu n’aimes pas trop être le centre d’intérêt, alors tu aurais pu ne pas apprécier…

Mais ses yeux parlaient pour elle. Elle ne m’en voulait pas et elle voulait que j’arrête de penser qu’elle puisse m’en vouloir. Alors j’ai abdiqué. D’accord….elle ne m’en voulait pas. Elle semblait même heureuse que je l’ai fait. Alors je me suis détendu. Beaucoup plus d’ailleurs quand elle a posé sa tête sur mes genoux. La position ne devait pas etre des plus confortables puisqu’elle a fini par s’allonger totalement. Il est vrai que je la préférais couchée et prête à se reposer, d’autant plus qu’elle avait entamé le dernier trimestre de grossesse. Sa tête sur mes cuisses, elle a posé ses mains autour de son ventre et elle a eu un sursaut. J’ai sans doute eu le même, et j’ai eu peur qu’il s’agisse d’une contraction. Mais quand elle a pris ma main et l’a posé sur son ventre, j’ai compris que fort heureusement ce n’était pas ce a quoi j’avais pensé.

« Parfois, j'ai vraiment l'impression d'être un ballon de football... »

J’ai presque ri en imaginant Lena dans le ventre de sa mère en train de jouer au football. J’ai du sourire comme un idiot. Mais j’étais simplement aux anges. Tout allait bien. Nous allions nous marier et allions être parents. La vie nous souriait enfin…

-Elle bouge beaucoup ? J’espère que ce n’est pas le signe que je me trompe, et qu’en fait notre enfant soit un garçon. J’aimerais tellement une fille.

Sans doute…et maintenant elle entendait nos voix…Rien que de penser qu’elle puisse nous entendre, c’était merveilleux. Cela signifiait aussi que dans trois mois au maximum elle serait à nos côtés, vraiment…. Nous pourrions enfin la regarder, la toucher, l’embrasser. Et j’avais tellement hâte…..J’aurais aimé que nous adoptions un orphelin de la communauté aussi, mais Katarina semblait hermétique à cette idée. Pour l’instant disait –elle….Mais j’avais tellement envie que nous ayons une grande famille. Mais je comprenais qu’elle puisse ne vouloir que sa fille.

« Je peux te poser une question ? »

Je n’ai même pas eu le temps d’hocher la tête qu’elle me la posait cette question.

« Où est-ce que tu as trouvé cette bague ? Elle est vraiment magnifique. Je n'en demandais pas tant tu sais... »

Elle avait visiblement changé de sujet. De notre fille, nous étions passés à cette bague. Elle m’amusait régulièrement a passer ainsi du coq à l’âne. Katarina était d’une telle vivacité d’esprit, que souvent je me sentais perdu. Et dans ces moments là, je passais sans doute pour un idiot.

-Je ne l’ai pas trouvée….on me l’a donnée….

Je ne voulais pas qu’elle pense que j’étais sorti, ou alors que je possédais cette alliance depuis un moment, et que je ne la lui donnais que maintenant. Et je voulais tout lui dire, ne rien lui cacher. Et puis, je devais bien à Liam d’avoir son heure de gloire. Parce que je savais qu’après l’avoir mise au courant, Katarina irait rapidement remercier Liam. Et il le méritait.

-La nuit dernière , je n’arrivais pas à dormir. Alors, je suis allé jouer un peu de guitare dans le salon et je suis tombé nez a nez avec Liam. On a discuté, et je lui ai parlé de notre envie de nous marier. Et quand je lui ai dit que tu voulais une alliance, et que je ne savais pas du tout où j’allais trouver ça. Il a filé Dieu ne sait où et il m’a ramené cette alliance. Ne me demande pas d’où il la tient, je n’en sais vraiment rien.

Il n’avait pas voulu me le dire…et vu le regard qu’il m’avait lancé, je n’avais pas insisté. Nos relations étaient amicales, nous semblions avoir le même caractère, alors je respectais son vœu de silence. Et je doutais qu’il le dise à Katarina, même si je ne doutais pas de sa force de persuasion.

-Je lui serais toujours reconnaissant….

Liam était vraiment un ami fidèle, discret et serviable. J’étais fier de le compter parmi mes amis. J’avais confiance en lui comme un frère.

J’ai fini par prendre la main de Katarina et j’ai encore une fois admiré la bague. Elle semblait avoir été crée pour elle sur mesure. Elle était tout ce que Katarina était à mes yeux : simple, précieuse, divine.

-Et c’est vrai qu’elle est magnifique. Comme toi mon ange….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Sam 29 Mai - 12:14

Si elle bougeait beaucoup ? Ah ça, oui, et c'était même un euphémisme. Mais au moins, cela voulait dire qu'elle allait bien. Même si elle me réveillait en plein milieu de la nuit. Enfin, de toute façon ce serait aussi le cas quand elle serait née, à moins d'être extrêmement sage... Dans tous les cas les premières semaines seraient certainement épuisantes. Quoique j'en venais à me demander si Ethan ne serait pas heureux de se lever en plein milieu de la nuit pour lui donner son biberon. Parce que non, je n'avais pas vraiment changé d'avis, je n'envisageais pas vraiment de l'allaiter. D'abord parce que je n'étais pas certaine d'en avoir la force, après une grossesse fatiguante, quoi que je puisse en dire. Ensuite parce que je savais qu'Ethan voudrait être près du bébé tout de suite. Ce ne serait qu'à moitié possible si je la gardais tout le temps avec moi pour l'allaiter. Pourtant je m'attendais à revoir surgir le sujet de conversation à un moment où à un autre. Mais là, j'étais bien déterminée à avoir le dernier mot. Enfin... Je crois... C'était drôle, parce qu'en position allongée, je voyais mon ventre bouger légèrement. Ça faisait un drôle d'effet. J'avais du mal à me dire que nous avions créé ce petit être de toutes pièces. Rien que nous deux. J'avais été très loin de m'imaginer que je tomberais enceinte si rapidement. Et surtout alors que nous étions séparés...

« Ce sera une fille, j'en suis certaine. Ne me demande pas comment, mais je le sais. »

J'ai souri. J'étais certaine de savoir le sexe du bébé. Mon sixième sens maternel peut-être ? Je ne me voyais pas attendre un garçon. Non pas que l'idée me dérange, évidemment. Et je serais certainement très heureuse de mettre au monde un petit gars. Mais comme Ethan, j'avais envie d'une petite princesse. Je ne m'étais jamais imaginée maman avant de tomber enceinte, mais maintenant c'était tout le contraire. J'étais maman. Je l'avais été dès le moment où je m'étais rendue compte que j'étais enceinte. On disait que les hommes étaient père dès le moment où le bébé est né... Je n'étais pas d'accord. Ethan était déjà père. Il suffisait de voir comment il s'inquiétait pour nous deux dès que j'avais la moindre petite grimace. Et je savais déjà qu'il passerait son temps à s'inquiéter pour elle. Est-ce qu'elle a mangé ? Est-ce qu'elle a froid ? Est-ce qu'elle va bien ?... Ce n'était pas très difficile d'imaginer; puisque j'avais droit aux mêmes questions tous les jours.

Je me suis bêtement demandée où il avait trouvé la bague. J'étais curieuse de savoir où il avait bien pu la trouver, parce que je doutais qu'il y ait encore une bijouterie en état dans la ville. C'était un petit mystère que j'avais très envie d'élucider. Enfin, si Ethan voulait bien répondre à ma question, évidemment. J'ai haussé un sourcil quand il m'a dit qu'on la lui avait donné. Ah bon ? Il y avait quelqu'un ici capable de faire un cadeau pareil ? J'étais étonnée. J'ai dû paraître doublement étonnée quand il m'a dit qui la lui avait donné. Liam ? Je savais que lui et Ethan s'entendaient très bien, mais de là à ce qu'il se débrouille pour lui trouver une alliance... Décidément, les gens m'étonneraient toujours.

« C'est adorable de sa part... Il faudra que je pense à aller le remercier. Je ne crois pas que beaucoup de personnes feraient un geste pareil. »

Ethan a pris ma main pour jeter un coup d'oeil à la bague. Je n'osais même pas imaginer son prix à l'époque où l'argent avait encore de la valeur. Sans compter qu'elle était magnifique. Et elle symbolisait beaucoup de choses. Nous étions vraiment une famille désormais. Je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir un soupir quand Ethan a assimilé la beauté de la bague à la mienne. Ah ah, très drôle. Il en faisait toujours des tonnes... Mais je n'ai rien dit, parce qu'il allait encore protester. J'ai passé mon bras autour de son cou et je me suis redressée, pour mieux m'asseoir sur ses genoux. J'ai passé ma main sous son t-shirt, comme pour l'enlacer plus étroitement.

« Et si tu restais là avec moi ? Juste pour cet après midi... Tu crois qu'Alex dirait quelque chose, si je te retiens ici de force ? »

J'ai eu un sourire, avant de l'embrasser tendrement.

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 38
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Sam 29 Mai - 18:40

Plus l’échéance approchait, plus j’avais effectivement peur que notre enfant soit un garçon… Je n’aurais pas été déçu et aurait été heureux bien sur. Mais je voulais tellement une fille. Je voulais que mon premier enfant soit une fille, après j’avoue que j’aurais une préférence pour un garçon. Mais si nous n’avions que des filles, je serai le plus heureux des pères. Tant que mes enfants étaient en bonne santé, je me fichais bien du reste. Et pour le moment notre fille semblait l’être. Oui notre fille !! Même Katarina semblait convaincue que ce serait une petite fille. Alors si elle ressentait cela comme une évidence, je m’en contentais.

Je me rangeais presque toujours de son avis. Presque toujours oui….Parce que quand ça ne me convenait pas, je lui faisais savoir. Et donc, le peu de fois où nous étions en désaccord, j’essayais toujours de la faire plier. Sans utiliser la force, mais quand j’avais une idée en tête je n’abandonnai jamais. J’attendais peut être un peu, mais je revenais toujours à la charge. Notre seul sujet de désaccord depuis un long moment c’était le fait que je veuille qu’elle allaite. Nous n’en avions pas parlé depuis quinze jours sans doute, mais je comptais bien remettre le sujet sur le tapis à un moment ou à un autre.

Mais pour l’instant nous parlions de la bague. Katarina avait enfin l’alliance qu’elle souhaitait. Et elle a paru très étonnée quand je lui ai raconté la façon dont je m’étais procuré cette bague. C’est vrai que c’était assez surprenant.

« C'est adorable de sa part... Il faudra que je pense à aller le remercier. Je ne crois pas que beaucoup de personnes feraient un geste pareil. »

J’ai acquiescé. J’aurai pu confirmer, mais à quoi cela servait il vraiment ? a rien sans doute. Oui, Liam avait été d’une générosité sans bornes. J’avais déjà une amitié sincère pour lui, mais ce geste, jamais je ne l’oublierais. Ce mariage n’aurait sans doute jamais eu lieu avant longtemps s’il ne nous avait pas donné un coup de main.

Katarina m’a enlacé et nous sommes restés un moment comme ça. Jusqu'à ce que je repense à Liam, et évidemment aux jumeaux.

-Liam est un type bien oui ! Il n’y a qu’à voir la façon dont il s’occupe des jumeaux…
Il les avait recueillis et il semblait les aimer énormément. J’aimais aussi beaucoup ces deux garnements, surtout Lucy. Je commençais à imaginer ce que serait notre vie quand Lena serait là, et un sourire est venu naitre entre mes lèvres. Katarina se collait à moi, cherchant sans doute une position idéale. Et j’ai frissonné quand j’ai senti la chaleur de sa peau contre la mienne.

« Et si tu restais là avec moi ? Juste pour cet après midi... Tu crois qu'Alex dirait quelque chose, si je te retiens ici de force ? »

Elle a plongé ses yeux dans les miens, et elle est venue lentement m’embrasser. Sans doute pensait elle ainsi m’amadouer….J’ai profité de sa confusion pour lui rendre son baiser. Jamais elle ne me retiendrait auprès d’elle, j’étais prisonnier volontaire. Et très franchement, je ne comptais pas la quitter aujourd’hui, je voulais rester avec elle le reste de la journée. Je n’avais même pas pensé à aller retrouver Aaron ou Alexander. Je ne voulais qu’elle. Et je me fichais pas mal de ce que pourrait en penser Alexander dans un sens.

-Je pense qu’il râlera encore une fois….Mais je n’ai pas envie de te dire non….J’ai envie de passer du temps avec toi….Tu es…. Vous êtes….toutes les deux ma priorité.

Aujourd’hui et demain. Je savais que j’avais des devoirs envers la communauté, et qu’en tant que leader, je devais penser avant tout aux autres. Mais ça ne me ressemblait pas. Dans ma tête, ma famille passait avant. Et je ne voyais vraiment pas le mal qu’il puisse y avoir à rester avec ma femme enceinte.

-Repose-toi mon ange. Je reste là, je ne bougerai pas c’est promis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Dim 30 Mai - 12:15

Il est vrai que Liam semblait être quelqu'un de vraiment adorable. Il était arrivé un peu avant Ethan, avec Lucy et Lucas. Je l'appréciais beaucoup, même si nos relations étaient plus cordiales qu'amicales. Il semblait être quelqu'un d'assez réservé et assez discret. Mais il s'occupait très bien des jumeaux, comme de ses propres enfants. Et les petits étaient souvent collés à lui. Je les aimais beaucoup tous les deux, c'étaient d'adorables bambins, même si Lucas avait tendance à courir partout. Il faudrait vraiment que j'aille voir Liam. Déjà pour le remercier, ensuite pour voir si le stade de notre relation pouvait évoluer. Je savais qu'Ethan et lui étaient de très bons amis. Ils avaient l'air de se ressembler sur de nombreux points. Et puis à entendre Ethan, il avait l'air d'avoir tout un tas de qualités. Ça changeait un peu du genre d'individu qui ne pense qu'à lui... C'était malheureux à dire, mais j'avais l'impression que plus le temps passait, et moins les gens supportaient de vivre ensemble. Il y avait un regain d'égoïsme assez inquiétant. Je savais qu'Alex, Aaron et Ethan travaillaient là dessus, mais quelque chose me disait que le problème ne se règlerait pas de si tôt.

Voilà pourquoi c'était si rassurant d'avoir une vraie famille autour de soi. C'était tout bête, mais savoir qu'Ethan et moi étions « mariés », ça me faisait quelque chose. Cela représentait vraiment notre relation telle qu'elle était. Je n'étais pas sa petite amie, j'étais sa femme. C'était beaucoup plus fort, beaucoup plus important. Je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que mon père aurait certainement été très fier de voir sa fille mariée. Il m'avait toujours dit qu'il n'attendait que ça : un joli mariage avec plein de petits-enfants. Je crois que j'avais réalisé son souhait... C'était simplement dommage qu'il ne soit pas là pour le voir de ses propres yeux. Je n'étais pas croyante, alors je ne pouvais même pas me dire qu'il me voyait de là où il était. Tout ça, c'était arrivé trop tard pour qu'il puisse en être le témoin. Avec un soupir, j'ai chassé ces pensées déprimantes loin de mon esprit. Inutile de gâcher un moment pareil avec ça. J'en avais eu assez de ma nostalgie, hors de question de recommencer. J'étais bien décidée à me tourner vers l'avenir maintenant. Et ça signifiait se tourner vers Ethan, notre fille, notre famille. Et rien d'autre. Absolument rien d'autre.

Même si ce n'était pas raisonnable, je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander de rester avec moi, avant de l'embrasser. Je me disais qu'il pourrait bien rester avec moi juste cet après midi, pour célébrer nos... fiançailles ? Notre mariage ? Je ne savais pas trop... Je me demandais si il voulait que cette demande représente vraiment notre mariage. Parce que nous ne pourrions certainement jamais nous marier de façon officielle. Je ne savais même pas qui pourrait être en mesure de nous marier. Il faudrait que je lui demande comment il voyait les choses... Mais pas maintenant. J'avais juste envie de passer un moment agréable avec lui. J'ai eu un petit rire quand il a accepté. Oh oui, Alexander râlerait très certainement. Mais j'irais le voir, pour excuser l'attitude quelque peu... rêveuse d'Ethan ces derniers temps. Mais Ethan m'avait mis en numéro un sur sa liste des priorités. Parce que j'étais sa femme, parce que j'étais enceinte.

« Il faudra que tu fasses quand même attention aux devoirs que tu as... Sinon Alex va finir par nous tuer tous les deux... »

J'ai souri tout en l'embrassant encore une fois. Je savais bien qu'Ethan ne négligeait pas ses devoirs volontairement. C'était simplement qu'il s'inquiétait et angoissait par rapport à ma grossesse. J'imagine que c'était dû aux problèmes que sa mère avait eu pendant sa grossesse et à son accouchement. Parce que moi, s'il y avait le moindre problème... Je préférais ne pas y penser. J'ai passé mes bras atour de lui et j'ai posé ma tête sur son épaule.

« Me reposer ? Oh, Ethan, ne me demande pas de jouer les marmottes alors que je peux un peu profiter de toi... »

A tous les coups, il allait protester et me dire que j'avais besoin de repos... Je me reposerais... Plus tard. J'ai jeté un coup d'œil à ma main gauche. C'était étrange, d'avoir une bague au doigt... Une alliance même. J'ai froncé les sourcils et je me suis écartée d'Ethan un peu brusquement. J'ai pris ses mains dans les miennes, et je les ai examinées avec un attention. Ah, ça n'allait pas ça. Je me suis levé doucement et je suis allée ouvrir notre armoire. J'en ai sorti la petite boite en bois où je rangeais les quelques bijoux que j'avais pensé à récupérer chez moi, avant de partir en courant, au sens propre du terme. Je suis retournée m'asseoir à côté d'Ethan, en tailleur sur le lit. J'ai vidé la boite sur le lit, sans plus de cérémonie. Je cherchais quelque chose. Quelque chose de précis. J'ai fini par trouver ce que je cherchais. J'ai alors attrapé la main d'Ethan, et je lui ai donné ce que je venais de trouver au milieu de tous un tas de choses avec plus ou moins de valeur. J'ai rapidement remis les bijoux dans leur boite, je l'ai refermée et écartée, puis j'ai posé mes deux mains sur mon ventre. J'ai eu un petit sourire, presque timide et gêné.

« C'était l'alliance de mon père... Il me l'a donnée il y a quelques années... J'ignore si c'est ta taille, mais si c'est le cas... Tu accepterais de la porter ? Ce serait bête que je sois la seule à avoir une alliance. Enfin... je crois. »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 38
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Mar 1 Juin - 17:46

Je ne voyais vraiment pas pourquoi je l’aurai laissé faire une sieste seule. Je n’avais rien à faire qui soit urgent ou important. Ce qui était important dans ma vie se tenait dans mes bras.

« Il faudra que tu fasses quand même attention aux devoirs que tu as... Sinon Alex va finir par nous tuer tous les deux... »

Je faisais assez attention comme ça à ne pas oublier mes devoirs. Je pouvais bien m’accorder une après midi de relâche pour profiter de ma petite famille. Je doute qu’Alex soit du genre à me reprocher cela. Il aimait aussi sa famille, alors il pouvait comprendre. Il devait comprendre.

-Mes devoirs les plus importants sont ceux que j’ai envers toi et Lena, mon ange. Et puis, je pense que j’agis assez pour le bien de la communauté comme ça.

Tout ce que je voulais c’était profiter de ma femme, et qu’elle se repose. Je savais qu’elle était de plus en plus fatiguée, quoiqu’elle puisse dire. Je voyais bien qu’elle dormait plus tard le matin. Les règles avaient été assouplies pour elle. Elle avait un traitement de faveur et j’en étais vraiment heureux. Je voulais qu’elle vive sa grossesse le mieux possible, et je préférais me disputer avec Aaron plutôt que de risquer un accouchement prématuré parce que ma femme s’était levée comme avant alors qu’elle était épuisée.

Elle m’a rendu mon sourire, et c’était encore une fois comme si une flèche me transperçait le cœur. J’adorais la voir me sourire ainsi, je me sentais beau et important. Elle avait réussi à me redonner confiance en moi. Elle a posé sa tête sur mon épaule et j’ai caressé son bras, en essayant timidement de la forcer à se coucher. Mais elle résistait.

« Me reposer ? Oh, Ethan, ne me demande pas de jouer les marmottes alors que je peux un peu profiter de toi... »

Je n’ai pas pu m’empêcher de rire. Elle était déterminée a ne pas dormir. Ca me rendait dingue….Parce que je savais qu’il lui fallait du sommeil. Et puis je ne lui demandais pas grand-chose. Juste de s’allonger et de fermer les yeux. Si elle s’endormait, même une demie heure, ce serait déjà ça. Elle avait besoin de repos quoiqu’elle en dise. Et je comptais bien rester prés d’elle. D’ordinaire j’attendais qu’elle s’endorme et je partais faire ce que j’avais à faire. Mais là j’allais rester.

-Je ne vais pas m’envoler Katarina !

Mais elle résistait….J’ai soupiré….Elle n’avait visiblement pas l’intention d’être obéissante et raisonnable. Elle m’a repoussé brusquement, et je n’ai pas eu le temps de la retenir par le bras qu’elle s’est précipitée dans notre armoire. Qu’est ce qu’l lui prenait ? Je l’ai su rapidement…elle a sorti la boite qui contenait ses bijoux. Et est venue se rasseoir sur le lit. Sa démarche était de plus en plus significative de celle d’une femme enceinte. Ca m’impressionnait toujours de voir qu’elle changeait si vite. Je savais que j’aurais sans doute du mal à ne plus voir ce petit ventre dans quelques mois. Mais au moins Lena serait là….J’ai posé une main sur son ventre tandis qu’elle fouillait dans tous ses bijoux étalés sur ses genoux. J’ai poussé ma main quand elle a caressé son ventre. Sans doute se passait-il quelque chose ? Lena était peut être stressée, et Katarina essayait de la calmer. J’avais remarqué plusieurs fois que Katarina parlait à Lena en lui disant qu’elle était là, et qu’il fallait qu’elle se calme.

Et puis, d’un regard elle m’a désigné la bague qu’elle n’avait pas rangée.

« C'était l'alliance de mon père... Il me l'a donnée il y a quelques années... J'ignore si c'est ta taille, mais si c'est le cas... Tu accepterais de la porter ? Ce serait bête que je sois la seule à avoir une alliance. Enfin... je crois. »

L’alliance de son père…..Je savais ce que ça signifiait pour elle. Elle y tenait énormément. C’était tout ce qui lui restait de son père. Alors je ne savais pas si j’avais le droit de la porter. Je pouvais attendre…le temps de trouver une alliance. Et puis même si je n’en porterais jamais, ca ne changerait rien. A mes yeux, j’étais son mari. Dans les bons jours et dans les mauvais. Non pas que je ne voulais pas porter d’alliance. Mais j’estimais ne pas avoir besoin de porter d’alliance pour me sentir marié.

-Kat….je n’ai pas besoin d’une alliance pour savoir que je t’aime et que je veux rester avec toi toute ma vie. Et puis….tu es sûre ? Je veux dire c’est l’alliance de ton père….

La façon dont elle me regardait me faisait mal. Elle semblait y tenir. Et je voyais bien qu’elle risquait de me faire une crise, et de me dire que je ne pouvais pas d’elle. C’était juste que je ne voulais pas qu’elle se sente forcée de me voir porter l’alliance de son père. Mais finalement j’étais assez fier qu’elle veuille que je la porte. Et après tout, je pouvais comprendre qu’elle tienne à ce que j’en porte une. Moi-même je tenais à ce qu’elle porte une alliance. Alors…

-Oui mon ange, j’accepte de la porter. Bien sûr que j’accepte…

J’ai pris l’alliance et je l’ai passé à mon doigt. Le premier dans lequel j’arrivais à la faire rentrer en fait. Ca faisait une sensation bizarre. Mais j’aimais ça. Nous appartenions enfin l’un à l’autre maintenant. J’ai déposé un baiser dans son cou, et à nouveau j’ai fait pression très légèrement sur elle pour qu’elle s’allonge.

-S’il te plaît mon amour, ferme les yeux et repose-toi. Je ne bouge pas d’ici. C’est notre journée à nous trois, Madame Jones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   Mar 1 Juin - 19:10

J'ai eu un soupir. Évidemment qu'il n'allait pas s'envoler. Mais même si je le savais, je n'avais pas pour autant envie de me reposer. Ce n'était pas le moment. Pour une fois que je pouvais un peu profiter de lui en journée...Enfin, je le connaissais assez bien pour savoir qu'il allait revenir à la charge, un petit moment plus tard. Il était coriace, je le savais. Mais je savais aussi que je pouvais être pire que lui quand je le voulais. Enfin, je n'avais pas envie que nous nous disputions encore une fois. S'il insistait, j'allais céder. Pour lui faire plaisir. Et puis après tout, cela me ferait certainement du bien, au final. Au début je trouvais ces siestes imposées ridicules, mais en fin de compte je réalisais que cela me faisait du bien. J'étais bientôt enceinte de sept mois, autant mettre toutes les chances de mon côté pour que tout se passe bien. Je ne voulais ni d'un accouchement prématuré, ni de complications le jour J. Et c'était certainement pour les mêmes raisons qu'Ethan faisait si attention à moi. Parfois c'était lui le plus raisonnable des deux...

C'était un peu idiot, mais j'avais moi aussi envie de le voir porter une alliance. C'était peut-être simplement symbolique, mais ça comptait pour moi, même si je ne lui avais rien dit. Parce que je n'étais pas croyante, et que ce n'était pas sensé compter. Mais c'était le cas. Je trouvais que le symbole était assez fort. Il était à moi, j'étais à lui. Même si c'était déjà le cas, j'avais envie que cela se voit. Parce que ce n'était pas marqué sur nos fronts. Encore que, parfois... La seule alliance pour lui que j'avais à portée de main, c'était celle de mon père. Oh ça n'avait rien de faramineux... C'était une alliance en or toute simple. C'était ma mère qui avait voulu des alliances simples. Mon père m'avait également donné la sienne. Elle était aussi simple, simplement ornée d'un diamant blanc. Il ne m'avait jamais dit pourquoi il voulait que je les garde. Mais je les avais gardé toujours très précieusement. Un peu comme mes bijoux de bébé... Ces choses n'avaient qu'une valeur sentimentale. Une grande valeur sentimentale.

« Oui, je suis absolument sûre. Et connaissant mon père, il aurait été fier que quelqu'un comme toi la porte, Ethan. »

Fier que sa fille ait trouvé chaussure à son pied, fier qu'elle ne soit plus sur le marche des célibataires, fier qu'elle soit... heureuse ? Mon père avait toujours souhaité me rendre heureuse. Même si cela le blessait lui. Je me rendais compte aujourd'hui combien il avait été peiné de me voir quitter la Russie. Il aurait préféré que je reste, mais il n'avait rien fait pour m'empêcher de partir. Et pourtant, la dernière chose que je lui avais dit, c'était « je veux rentrer à la maison »... Je regrettais de ne pas l'avoir remercié pour tout ce qu'il avait fait pour moi. Je n'en avais pas eu le temps... Et je n'en aurais plus jamais l'occasion. J'ai eu un petit soupir en relevant les yeux vers Ethan. Ça m'a fait chaud au cœur quand il a enfilé l'alliance. Voilà, c'était fait, c'était vraiment fait.

Ethan s'est avancé vers moi pour m'embrasser, et il en a profité pour m'embrasser. Je l'ai regardé d'un air faussement outré, avant de me laisser aller. Il avait gagné. Un – zéro, pour monsieur Jones. J'ai eu un grand sourire quand il m'a appelé par son nom. Voilà, ça aussi c'était fait. Mon nom avait changé, et je n'en étais pas mécontente. Je me suis blottie dans ses bras et j'ai fermé les yeux une fois qu'il eut passé ses bras autour de moi. Et ça n'a pas loupé, je me suis endormie très rapidement. Soit parce que je me sentais en sécurité dans ses bras, soit parce que j'étais fatiguée. Et deux - zéro, toujours pour Ethan...

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marry me, marry me...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marry me, marry me...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ▬ little girl i want to marry you...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York survivants-
Sauter vers: