AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Lun 31 Mai - 8:17

Depuis plusieurs jours Ava était à Staten Island pour tenter d'y refourguer un peu de drogue histoire de trouver de nouveaux clients, elle n'y était pas venue seule bien entendu mais ce n'était pas James qui l'avait accompagné trop occupé avec le grand patron. Alors se trouvait avec un type bien plus chiant que James, lui au moins lui foutait la paix sur certains trucs, comme le fait qu'elle n'arrêtait pas d'avoir des nausées et des vomissements depuis quelques heures, elle avait surement manger un truc pas clair ou alors il devait y avoir un virus dans l'air. Quoi qu'il en soit Dick la força à aller voir le toubib qui soit disant se trouvait dans le coin.
Ava l'avait jamais vu et n'avait aucune envie de se faire mâter par un homme, si c'était une femme à la limite elle n'aurait trop rien dit bien que si on la regardait bien on finirait pas se rendre compte qu'elle se piquait et donc qu'elle piquait dans le stock du patron.

Ava devait trouver un moyen d'être vu sans pour autant devoir se déshabiller, déjà que le type qui était avec elle n'arrêtait pas de la suivre, c'était difficile pour elle d'être un peu seule et donc impossible de prendre un peu de drogue depuis son départ du QG.

Ava se sentait déjà mieux depuis qu'elle avait l'estomac complètement vide, elle avait même trouvé le courage de boire un peu d'eau et de mâcher un chewing gum qu'elle avait encore dans son stock de machin indispensable, souvenir du passé, et bien sur c'était James qui lui en avait trouvé alors elle faisait bien attention à ne pas les gâcher, en prenant un quart à chaque fois histoire qu'ils durent plus longtemps. Le mentol, c'était agréable comme gout dans la bouche et sa changeait pas mal de la cigarette qu'elle ne pouvait pas fumer depuis qu'elle avait ses nausées, rien que l'odeur la rendait malade.

Dick l'accompagna donc jusqu'à un bâtiment qui ressemblait à une ancienne banque vu ce qu'il restait de la devanture et la conduisit dans le fond, contournant des débris et gravas, après plusieurs minutes de marches ils arrivèrent dans une pièce fermée par une porte et Ava sentit le stresse s'emparer d'elle, fallait qu'elle trouve un truc pour qu'il la regarde pas et ça n'allait pas être facile.

Dick frappa à la porte et attendit qu'il lui dise d'entrer, prenant Ava par le bras afin qu'elle s'approche de la porte, sentant qu'elle allait lui filer entre les doigts.


"Avance ! il va pas te bouffer !"

"J'aime pas les toubibs."

Baissant les yeux elle tenta de montrer à quel point cette situation était gênante.

"Ouais, ben tant pis, tu vas pas nous ramener un fichu microbe au QG, t'as compris !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Lun 31 Mai - 20:59

Voila près de deux jours que je suis ici et la situation avance plutôt bien. J’avoue avoir été furax quand on m’a dit que j’étais envoyé ici, mais finalement avec le boulot qu’il y a faire, j’ai vite oublié tout ça pour me concentrer sur ma tâche. Maintenant que Staten Island était aux mains des Hors-la-loi, il fallait préparer le terrain pour une installation définitive. Le tout a commencé par des barricades, afin de pouvoir défendre le quartier où nous nous sommes installés, puis trouver un endroit idéal pour servir d’entrepôt. Vinrent après les différents apparts habitables, se limitant à quatre immeubles pour le moment. On agrandissait le terrain au fur et à mesure, suivant les effectifs présent sur l’île. Faudrait pas qu’on ait à protéger un terrain beaucoup trop grand pour nos moyens. Des gardes surveillent les abords de l’île, histoire de voir si des intrus tenteraient pas de pénétrer sur l’île via le ferry ou par un autre moyen.

Pour ma part j’ai été envoyé ici pour créer un hôpital, ou quelque chose s’en approchant. Avec le temps on finirait bien par trouver un autre médecin, si bien que l’un de nous deux s’installera ici pour soigner ceux résidant sur l’île. Ils ne pouvaient pas toujours les ramener jusqu’au QG vu la distance, aussi avoir quelqu’un qui puisse s’occuper d’eux était une bonne idée. Voila aussi une autre des raisons qui m’ont conduit ici : soigner tous les Hors-la-loi de Staten Island. Autant dire que j’avais pas le temps de chômer.

Nous avions convenu d’installer l’hôpital dans une banque. Le devant était resté intact, mais l’arrière, les bureaux et tout le bataclan avaient été vidés pour installer des lits et entreposés des médicaments. J’avais investis le bureau du directeur pour y faire mon cabinet de consultation, se serait plus pratique pour ausculter les patients. C’était la première chose qui avait été terminée. La seule chose qui manquait c’était l’eau courante, sinon j’étais plutôt satisfait du résultat. Il m’aura fallut deux jours entiers pour le finir. J’avais tenu à le faire seul, tandis que les autres s’occupaient d’installer des lits et des rideaux de séparation. Le plus dur serait de créer une salle d’opération. Faudra sans doute s’installer dans la salle des coffres pour ça. Mais bonjour pour tout aseptiser.

On frappe à la porte, et je soupire. Hé bien, il semble que l’inauguration de ma salle est arrivé. Je prend ma blouse de médecin que je mets par-dessus ma chemise et ma cravate, et m’assoit à mon bureau.

« Entrez ! »

La porte s’ouvre sur une jeune femme avec des valises sous les yeux, et un des hommes de mains que l’on a attribué à la défense de l’île. Vu leur attitude à tous deux, j’ai tendance à croire qu’elle n’est pas là de son plein gré et qu’il fait tout pour l’empêcher de fuir.

« -Une patiente Doc !
-Je vois ça. Tu peux nous laisser c’est bon. »


Une fois la jeune femme à l’intérieur, Dick (je crois que c’est son nom) ferma la porte nous laissant tous les deux. Toutefois je suis prêt à parier qu’il attend dehors pour éviter qu’elle sorte de son plein gré. Je lui désigne le fauteuil et dit :

« Je vous en prie, asseyez-vous. »

Je croise les mains et les place sous mon menton, observant la jeune femme.

« Alors… Qu’est-ce qui vous arrive ? »

Vu sa tête, pas besoin d’être devin pour savoir que c’est une junkie. Je vois pratiquement que ça chez moi. Leur système immunitaire est plus faible que chez les personnes saines, aussi c’est le champ libre à toutes sortes de maladies et d’infections.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Mar 1 Juin - 7:27

Le Docteur ne fut pas long à répondre et cela n'arrangea pas les affaires d'Ava, elle qui n'avait pas envie de se faire ausculter en ce moment. Bref, elle n'eut pas réellement le choix et fut pousser à l'intérieur lorsque la porte s'ouvrit et que Dick y pénétra.

"Une patiente Doc !"

Ava avait toujours la tête baisser et elle avançait en regardant ses pieds, n'ayant aucune envie de voir la tête du Docteur, un sadique ou un truc du genre. Rien qu'à la voix elle l'avait sentit plutôt agréable mais elle savait qu'il ne fallait se fier à ça.
Le docteur invita gentiment Dick à quitter la pièce mais celui-ci jeta un dernier regard à Ava puis sortit comme l'avait demandé le docteur sauf qu'elle savait qu'il n'était pas loin voulant s'assurer qu'elle se ferait bien ausculter par le docteur et qu'elle ne trouverait pas un stratagème pour passer outre cette petite visite.
Elle jeta un coup d'oeil rapide au docteur lorsque celui-ci lui demanda de s'assoir, elle n'en avait pas envie et resta debout, bras au niveau du ventre à mâcher son chewing gum le regardant par en dessous, ce n'était pas de la provocation juste une sorte de peur qu'elle essayait de cacher. Elle fut longue avant de répondre à la question du docteur.


"J'avais pas le choix il m'a obligé à venir. J'ai rien de grave, j'ai juste du manger un truc avarié. J'ai mal au ventre et j'ai des nausées depuis ce matin et j'ai vomi plusieurs fois..."

Ava se doutait de ce qu'elle pouvait avoir à moins qu'il lui annonce qu'elle soit enceinte mais de toute façon elle ne pouvait pas l'être les junkies sont rarement enceintes ou alors on lui avait raconter des bobards et comme elle était naïve elle y avait cru sans trop sourciller, bien que elle se posait quand même souvent la question vu ce qui lui était arrivé et le fait qu'elle couche un peu à droite à gauche lorsqu'elle y était obligé, un jour ce genre de pépin lui tomberait dessus. Et pourtant elle ne pensait pas à cela comme un pépin mais peu être sa chance, celle de changer de vie, bien que maintenant c'était trop tard pour ça.

"Je préférerais que vous me disiez ce que j'ai sans être obligé que vous m'auscultiez, j'aime pas quand des inconnues s'approchent trop près de moi."

Ava avait de plus en plus de mal à laisser quelqu'un d'autre que James s'approcher d'elle ou la toucher à moins que ce soit elle qui en ait fait le choix et qui ait prit cette décision. Rien que le fait qu'on la touche maintenant la faisait sursauter et parfois même crier, c'était difficile pour elle, sa peur, ses angoisses, tout ça faisait qu'elle devenait de plus en plus étrange et son comportement semblait du à son état de junki mais en fait ça n'avait rien à voir du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Mar 1 Juin - 16:45

Ca commence bien, voila qu’elle refuse de s’assoir. Visiblement tout ce qui l’intéresse c’est sortir d’ici au plus vite. Je sens que cette auscultation va être longue.

« Je suis le Dr Stokes. Et vous, comment vous appelez-vous ? »

Essayons de l’amadouer, de l’amener à me faire confiance, sinon je n’arriverais à rien. Elle me fait l’effet d’un animal aux abois, cherchant à s’enfuir par tous les moyens et à mordre si elle ne voit pas d’autres solutions. Etant donné l’hygiène de vie de tous ces gens, je préfèrerais ne pas avoir à être mordu.

Vu que la jeune femme ne veut toujours pas s’assoir, je lui demande alors de quoi elle souffre. Mal de ventre, nausées, régurgitations… Effectivement ça pourrait être quelque chose qu’elle mal digérée… Si elle était en pleine forme. Seulement vu sa tête de défoncée, ça pouvait être n’importe quoi.

Et puis la voila qui m’annonce qu’elle veut que je l’ausculte sans la toucher. Ben voyons ! Elle aime pas que les inconnus s’approchent d’elles ? Est-ce qu’elle aurait été violée ? C’est un réflexe courant chez les victimes de ne plus vouloir que quiconque les approchent. Toutefois je n’aborde pas le sujet. A la place je hausse un sourcil avant de baisser les yeux et de jouer avec un stylo.

« Une auscultation à distance ? C’est ça que vous voulez ? »

Je continue de jouer un moment avec mon stylo avant d’arrêter de relève la tête pour la regarder dans les yeux.

« Non mais vous me prenez pour qui ? Le Dr House ? S’il m’était possible de diagnostiquer une maladie à distance, vous croyez vraiment qu’on m’aurait envoyé ici ? »

Je jette le stylo sur la table et m’enfonce dans mon siège en croisant les bras.

« Ausculter les personnes à distance ça ne marche que dans les films. Du peu que vous m’avez dit, j’ai au minimum cinq possibilités quand à ce qui vous arrive. Si je vous touche pas, je ne pourrais jamais déterminer ce que c’est et vous soigner correctement. Alors vous avez le choix : ou vous allez vous assoir sur la table derrière moi, ou vous restez sur cette île le temps que vous soyez redevenue raisonnable. Dans tous les cas, tant que je ne saurais pas ce que vous avez, vous ne partirez de Staten Island. »

Je me redresse et pose mes coudes sur le bureau.

« Alors ? Que décidez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Mar 1 Juin - 19:03

Ses yeux se posèrent sur le docteur, ce type avec la blouse blanche et elle l'observa un instant. Il avait l'air sur de lui, surement un bon docteur, un type avec plein de diplôme ce n'était pas un docteur improvisé il n'y avait qu'à voir l'air qu'il avait en lui parlant et en annonçant qui il était.

"Moi, c'est Ava."

Elle n'ajouta pas qu'elle était enchanté de le connaitre puisque ce n'était pas le cas du tout.
Elle s'attendait un peu à une réaction telle que celle qui était en train d'avoir mais peu être pas à ce point là quand même, surtout qu'il donnait l'impression d'être cynique vu la manière dont il répondit avec l'interrogatif comme s'il voulait qu'il lui confirme une fois encore ce qu'elle venait de dire. Il paru agacé même vu ce qu'il ajouta et Ava leva la tête pour le regarder histoire de bien voir comment il prenait la chose. Il paraissait en colère maintenant et elle se demandait s'il allait aussi la frapper comme certain faisaient avec elle, en plus il parla d'un docteur qui lui était totalement inconnu. S'il bossait au quartier général elle n'allait jamais vu ce docteur là et ce n'est qu'après qu'elle compris de quoi elle voulait parler même si elle ne regardait pas se genre de série lorsqu'elle était en suède.


"Y'a pas moyen de s'arranger doc ? J'ai froid et j'ai pas envie de retirer mes vêtements et puis de toute façon même si c'est un virus je vais pas en mourir et les autres non plus."

Là c'est ce qu'elle croyait, vu l'état de faiblesse de certains un petit virus de ce genre là pourrait en laisser plus d'un sur le carreau, au moins sa ferait de la place pour les autres. Ava baissa presque aussitôt la tête imaginant déjà qu'il allait la foutre dehors après ce qu'elle venait de dire et donc sans vraiment le contrôler elle recommença à ronger ses ongles commençant par ceux de la main droite.

Mais ses derniers mots raisonnèrent dans sa tête,
"tant que je ne saurais pas ce que vous avez, vous ne partirez de Staten Island", chose qu'elle ne voulait pas, rester ici plus longtemps cela laissait penser qu'elle finirait par être en manque et ferait une grosse crise alors elle se mit à marcher nerveusement dans la pièce tout en restant assez loin du docteur, réfléchissant à ce qu'elle devait faire pour se sortir de cette situation vu qu'il avait l'air têtu.

Après plusieurs longues minutes elle cessa doucement sa marche nerveuse dans la pièce, releva les yeux vers le docteur et arrêta de ronger ses ongles, elle avait terminé la main droite et le regarda montrant bien à quel point cette décision n'avait pas été simple pour elle.


"D'accord. Je vais le faire mais vous me jurer que rien ne sortira d'ici, vous ne direz jamais rien au patron. J'veux votre parole sinon j'suis morte."

Bien sur il devait se demander de quoi elle voulait parler, parce qu'on voyait bien qu'elle était une junkie mais Armando ignorait qu'elle se fournissait à ses dépends et donc qu'elle avait des traces de piqures un peu partout derrière les genoux et sur les bras, au niveau des genoux parce qu'il faut bien cacher les traces des piqures et sur les bras c'était parce qu'elle avait trop mal et qu'elle était trop en manque, sans compter ce qu'elle prenait par le nez aussi. Et donc s'il apprenait qu'elle était autant accro que ça il ferait le rapprochement et elle le payerait de sa vie probablement ou alors il la punirait tellement fort qu'elle en garderait des séquelles.

Ava se rapprocha et alla s'assoir docilement là ou il l'avait invité à le faire un peu plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Mar 1 Juin - 21:20

Bon j’avais au moins obtenu son nom, c’était déjà un début. Maintenant, il allait falloir la convaincre de me laisser l’ausculter, ce qui serait pas facile. Son dégoût du contact ne m’étonne pas. Les junkies en manque le supporte rarement, et vu sa tête, je peux affirmer que si elle n’est pas encore en crise, elle n’allait pas tarder à l’être. Toutefois ne pas vouloir être touchée pouvait aussi venir du fait qu’elle ait été traumatisée d’une manière ou d’une autre, aussi mieux valait attendre de voir à qui j’avais affaire avant de faire quoi que ce soit.

Mauvais point pour elle, elle veut que je l’ausculte à distance. Je lui fais un sermon visant à lui faire changer d’avis. Et ça marche. J’ai gagné le droit de l’ausculter, mais pas de la déshabiller. C’est un début.

« Premièrement je ne suis pas un pervers, aussi rassurez-vous, je ne vous demanderais de vous déshabiller que si je l’estime nécessaire. Deuxièmement, un virus peut tuer. Vous n’imaginez pas le nombre de morts que cause la grippe, surtout de nos jours… »

Malheureusement les petites maladies font des ravages désormais. Mauvaise alimentation, mauvaise hygiène, fatigue extrême… le système immunitaire est affaiblit par tout cela, ce qui rend le corps plus fragile, et donc plus vulnérable. On est revenu des siècles en arrière, quand on mourrait de n’importe quoi. Enfin presque. Les antibiotiques sont là pour aider, mais ne sont pas éternels.

Ava commença à tourner en rond tout en se rongeant les ongles, réflexe typique de droguée. Je la laisse faire, attendant qu’elle se calme d’elle-même. La brusquer ne servirait à rien. Les minutes passent, et je reste toujours aussi stoïque. Cela prendra le temps qu’il faut, mais il faut que la décision vienne d’elle-même. Enfin elle cesse son manège et ose me regarder à nouveau dans les yeux. Sa réponse m’arrache un sourire rassurant.

« Rassurez-vous, tout ce qui sera dit ici restera entre nous. Je suis tenu par le secret médical. »

Bon de nos jours ça ne veut plus dire grand-chose, sauf pour moi. Je ne dévoile rien sur mes patients. Je suis le Gardien des Secrets des Hors-la-loi en quelque sorte.

« Vous avez ma parole, je ne répéterais rien. Venezzio ne saura jamais ce qui se dira ici. »

Ca, pour sûr, je lui dirais rien. Il n’a pas à savoir de toute manière. S’il voulait un docteur qui lui raconte tout ce qui se passe chez lui, il aurait mieux fait de chercher quelqu’un d’autre. Je ne reste chez les Hors-la-loi que parce je n’ai pas le choix. Sinon, y a belle lurette qu’ils se seraient passés de mes services.

Ava se dirigea finalement vers le lit et s’y assit. Nous progressons. Je me lève et vais me laver les mains dans une bassine prévu à cet effet. Pas d’eau courante, donc faut bien faire avec les moyens du bord. Seule contrainte, faut renouveler l’eau régulièrement. Je les sèche, prends des gants propres et commence à l’ausculter. Oreilles, gorge, température, tension, etc. Le résultat n’est pas brillant…

Je dépose mon stéthoscope et jette les gants dans une poubelle.

« J’ai besoin de quelques précisions Ava. Inutile de me mentir, sinon je ne pourrais pas vous aider. Depuis combien de temps te drogues-tu, et qu’est-ce que tu prends ? »

Pour l’héroïne je savais déjà vu les marques sur son bras. Mais allez savoir ce qu’elle prend d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Mer 2 Juin - 9:50

Ava avait bien conscience qu'un simple virus pouvait tuer mais en même temps ce n'était pas trop son problème que de savoir si elle était contagieuse ou non, tout ce qu'elle voulait elle c'était sortir d'ici rapidement et rentrer chez elle, enfin, ce qu'elle appelait chez elle et surtout retourner vers James au moins avec lui dans les parages elle se sentait en sécurité, ici ce n'était pas le cas.
Le docteur avait beau essayer de se montrer rassurant sur ce qu'il comptait faire et le fait qu'il n'était pas un pervers mais un professionnel elle avait du mal à lui faire confiance sur ce coup-là. Elle fut donc longue à se décider à enfin écouter et se laisser faire.

Une fois qu'elle se décida à se faire ausculter elle ne dit ni se fit plus rien pour contrarier le docteur, s'installant sur ce qui devait être le lit lui servant à ausculter les patients et c'est avec crainte quand même qu'elle retira son gilet pour se retrouver en pull, le regardant d'un air méfiant, espérant qu'il tiendrait vraiment parole.


"J'espère bien parce que sinon la prochaine fois que vous me verrez ce sera pour signer mon avis de décès."


Ava était consciente de ce qu'elle faisait et des risques qu'elle encourait et parfois elle se disait que de toute façon c'était toujours mieux que rien et puis que cette vie n'était pas si mal même si les risques étaient importants autant vis à vis du patron que vis à vis d'elle même et de sa santé.
Lorsqu'il s'apprêta à l'ausculter elle finit par retirer son pull, de toute façon elle était obligé maintenant qu'elle avait abdiquer pour le reste, elle savait bien qu'il se doutait qu'elle était droguée, de toute façon on le voyait comme le nez au milieu de la figure. Elle le laissa faire les différents examens et se doutait aussi de ce qu'il allait lui dire ou demander, c'était trop peu pour se faire une idée sur son état de santé. Tout ce qu'elle espérait c'est qu'il n'allait pas lui sortir qu'elle était enceinte parce que là se serait la fin du monde surtout après ce qui c'était passé pour elle, elle ne voulait pas être incertaine sur le géniteur de cet enfant.

*Un virus faites que ce soit un virus, ou un truc pas net que j'ai mangé*

Ava avait très peur, vraiment très peur, en d'autres circonstances elle n'aurait pas eu peur de toute façon James et elle savaient les risques qu'ils encouraient à coucher ensemble régulièrement.
Elle regarda le docteur et son attitude montrait bien qu'elle était mal à l'aise, ce n'était pas la question qu'il venait de lui poser mais tout ce à quoi elle pensait, elle ne voulait pas qu'il lui annonce ce genre de pépin, parce qu'elle ne saurait vraiment pas quoi faire.


"J'avais environ 15 ans, au début je ne prenais que des drogues douces et j'ai du commencer la cocaïne un peu avant la guerre et l'héroïne je ne sais pas vraiment, j'ai perdu la notion du temps, la cocaïne ne me suffisait plus .....J'suis pas enceinte, me dites pas que je suis enceinte mon copain et moi on fait attention en général et autrement je fait toujours attention....quand je peux...."

Elle baissa de nouveau les yeux et se mit à ronger de nouveaux ses ongles mais ceux de sa main gauche cette fois-ci. On voyait bien que tout ce qu'elle venait de dire lui pesait, le docteur devait se douter qu'ici la plupart des services se payaient bien souvent d'une manière différentes que le troc et surtout chez les filles et Ava n'était pas une exception, d'accord c'était plutôt rare mais elle avait prit l'habitude ne se posant plus trop de question. Et puis son corps était fait d'une telle manière que si elle avait été enceinte logiquement on aurait du le voir quasiment tout de suite, bien qu'étant junkie les choses pouvaient être différentes mais Ava ne pensait pas l'être, elle savait comment sa fonctionnait quand même.
Elle releva les yeux et ajouta.


"Je peux pas être enceinte tout mais pas ça..."

Ava en avait les larmes aux yeux, elle appréhendait ce qu'il allait lui dire, espérant au fond d'elle que ce n'était qu'un virus, tant pis si elle en crevait. Mais être enceinte maintenant serait pire qu'un déshonneur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Mer 2 Juin - 19:31

« On fait plus d’avis de nos jours, ça sert à rien. Y a juste un tableau des décès. »

Les avis de décès servaient autrefois à prévenir l’Etat du décès d’une personne. Il n’y a plus d’Etat, plus de pays, plus de gouvernement, plus rien ! Le reste de la population était divisé. Je ne sais pas comment fonctionnent les autres autarcies, les Survivants comme ils se nomment, mais ici un tableau est régulièrement mis à jour avec les noms de tous ceux morts depuis que Venezzio à pris le contrôle des Hors-la-loi.

« Qu’est-ce que vous avez fait pour que vous vous pensiez menacée de mort ? »

J’avoue que ça m’intrigue. Elle s’est droguée alors que le Parrain le lui a interdit ? Ce qu’elle a soi-disant mangé, n’était pas de la nourriture ? Je me pose la question…

Ava se décide à m’obéir et s’installe sur la table, enlevant son pull pour faciliter l’examen. Cela me permet de pouvoir faire tous les tests nécessaires et me donner une idée de ce qui se passe. Les symptômes décrits m’ont guidé, mais j’ai encore quelques questions avant de pouvoir donner mes conclusions. Je lui demande ce qu’elle prend, parce que c’est indéniable qu’elle se drogue. Toutefois elle s’est fait son propre diagnostic et panique à l’idée d’être enceinte. Elle se remet à ronger à ses ongles (la main gauche cette fois), et me lance un regard paniqué. Je soupire, et m’assoit à coté d’elle.

« Rassurez-vous, vous n’êtes pas enceinte. Mais vous n’êtes pas pour autant tirée d’affaire. »

Je croise les bras et la regarde dans les yeux.

« Vous avez un gastro. Une simple gastro. Enfin simple, pour quelqu’un en bonne santé, mais pour quelqu’un comme vous, ça devient un peu plus compliqué. Vous devez avoir conscience j’imagine, que votre corps est affaiblit. C’est du à ce que vous prenez, et surtout depuis le temps que vous vous droguez. Votre corps est sujet aux plus petits virus, et vous pourriez en mourir. »

Ca pour sûr, ce petit rien comme elle pensait pouvait bien causer sa mort. Je pouvais la guérir, mais qui sait si la prochaine fois elle ne mourrait pas.

« Je vais vous donner de quoi vous soigner, seulement je ne saurais vous conseiller de faire une cure de désintox. Comme vous l’avez dit, la prochaine que je vous verrais ce pourrait être pour inscrire votre nom sur le tableau, mais pas pour les raisons que vous pensez. Parce qu’un microbe vous tuera. »

Je me lève et ouvre un tiroir d’où je sors quelques sachets que je lui donne.

« A diluer dans de l’eau avant chaque repas, midi et soir. En temps normal, une personne serait guérie en un ou deux jours, pour vous je compterais plutôt le double, voire le triple. Quand vous irez mieux, vous reviendrez me voir pour que j’autorise votre départ de l’île, d’accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Jeu 3 Juin - 6:54

Elle se doutait bien qu'ils ne faisaient plus d'avis de décès mais sur le coup elle n'avait pas trouver les bons mots alors elle avait fait au plus simple. C'est sur que pour elle ce n'était pas évident non plus, parler une langue qu'elle avait apprise à l'école et malgré le fait qu'elle était bonne élève et surtout assez douée à ce niveau là elle avait quelques lacunes parfois et puis la drogue n'aidait en rien la mémoire. Le docteur avait surement du remarquer son accent surtout lorsqu'elle était angoissée celui-ci était bien plus poussé.

Et la question qu'il posa ensuite la laisse quoi, ce demandant s'il se rendait compte de ce qu'il venait de demander. Il était gentil et tout mais bon de là à lui parler de son petit trafic personnel y'avait un gouffre, de plus ça le mettrait forcément dans une position pas très reluisante vis à vis d'Armando. Si jamais celui-ci apprenait qu'il était au courant il pourrait bien avoir quelques ennuis.


"Ca vous regarde pas docteur, mais je pense que vous vous en doutez bien."

Ava n'était pas très agréable sur ce coup là mais elle savait que plus il y avait de personne au courant de ce que James et elle faisaient plus cela serait difficile de garder le secret donc le mieux c'était encore de rien dire à personne.

Et lorsqu'elle l'entendit lui dire qu'elle n'était pas enceinte un long soupire de soulagement se fit entendre et elle lâcha ses ongles qui avaient déjà bien soufferts ces derniers temps. Quel soulagement, elle n'était pas enceinte et donc cela voulait dire qu'elle avait réussit à ne rien garder en elle de ce fâcheux incident avec Alan, tant mieux, au moins si plus tard elle l'était elle saurait qui serait le père ce qui malgré tout serait beaucoup mieux même si être enceinte quand on est junki et célibataire ce n'est pas vraiment bien. Mais en même temps Ava se disait que si un jour ceci lui arrivait elle aurait une chance de recommencer une nouvelle vie et pourquoi pas tenter la désintoxication et quitter les hors la loi, elle trouverait peu être le courage pour un petit être innocent.

Une gastro, dieux soit loué, Ava se sentit bien mieux d'un coup même si c'était quand même pas agréable comme maladie, au moins ce n'était qu'un virus.


"J'suis résistante docteur. J'ai survécu au cataclysme et j'suis toujours là, vous en faites pas pour moi, c'est pas un microbe qu'aura ma peau."

Sur ce coup là, elle paraissait vraiment sur d'elle. Elle savait que malgré la fragilité de son corps et même de son être tout entier ce corps était fort et qu'elle survivrait à un petit virus de ce genre. D'ailleurs des fois elle se demandait si ce n'était pas une punition, survivre malgré tout ce qu'elle faisait pour se détruire, pas un moment de réel bonheur depuis des années, toujours des faux semblant, faire plaisir aux autres, s'évader pour oublier la dure réalité de la vie, oublier le fait qu'elle était faible et incapable de s'occuper correctement elle. Elle était suicidaire et elle le savait, d'ailleurs elle savait aussi que si un jour James la trahissait elle n'aurait pas la force de continuer et se laisserait surement dépérir ou pire. Bref, ce n'était pas ce virus de merde qui allait l'emporter c'était clair et net dans sa tête, seulement le docteur semblait penser tout autrement.

Et ce qu'il ajouta ensuite après lui avoir donné ce qui serait visiblement ses médicaments la fit complètement paniquer.
Elle se leva et se remit à marcher nerveusement dans la pièce, regardant le docteur comme si c'était le diable en personne.


"J'peux pas rester ici aussi longtemps ! Vous voulez ma mort ou quoi ? J'tiendrais jamais aussi longtemps ici.... et James sera pas là pour me protéger. Non, non, non, non, non ! J'prendrez toute votre poudre, je ferais tout ce que vous me direz mais renvoyez moi là-bas ! J'peux pas rester là sans sa protection..j'peux pas ! C'est trop dangereux ici y'a que des inconnus et si je peux pas bosser ....non ! J'vous en supplie vous pouvez pas me laisser ici c'est pas possible."

Elle en avait les larmes aux yeux, au pire elle aurait accepter d'arrêter la drogue si elle pensait pouvoir le faire, mais rester là sur cette île au risque d'y croiser Alan ou un autre malade dans son genre, non jamais. Elle ferait n'importe quoi pour qu'il l'autorise à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Jeu 3 Juin - 12:27

« Effectivement j’ai ma petite idée. A dire vrai il serait difficile de ne pas le voir. J’imagine que Venezzio le comprendra lui aussi quand il vous verra, aussi je ne saurais trop vous conseiller d’éviter tout contact avec lui. Cela vaudrait mieux je crois. »

Si elle se drogue alors qu’il le lui avait interdit, elle risquait fort de ne pas faire de vieux os s’il la voyait dans cet état. Voire si un de ses hommes la voit dans cet état. Beaucoup sont à sa solde, d’autres lui obéissent histoire de ne pas faire de vague, ou bien pour rester un peu plus longtemps en vie. Tous n’ont pas une situation aussi confortable que la mienne. Toutefois, même moi j’évite de jouer avec le feu avec GodFather. Il n’est pas réputé pour être magnanime, surtout pas envers quelqu’un qui n’aime pas être ici.

Après avoir ausculté Ava, mon diagnostic tombe : gastro-entérite. Elle n’est pas enceinte, pour son plus grand bonheur. Faut dire que vu son état, je ne lui conseillais pas d’en avoir. Le petit serait certainement mort avant d’arriver à terme, ou s’il arrivait à terme sans qu’elle soit sevrée, je ne veux même pas imaginer les séquelles. Ava se pavane en prétendant ne pas pouvoir être vaincue par un microbe, et je secoue la tête.

« Pas aujourd’hui en tout cas. Mais un autre jour, qui sait… »

Je ne veux pas qu’elle se fasse de fausses idées. Je tiens bien à lui faire comprendre que sa situation est précaire, et que si elle s’en sort aujourd’hui, ce ne sera peut-être pas le cas la prochaine fois. Enfin bon, je lui donne mes conseils, lui à libre à elle d’en faire ce qu’elle veut.

En plus des conseils, je lui donne des sachets ainsi que mes instructions pour se soigner… et voila que je me retrouve avec une Ava hystérique, les yeux humides, me suppliant de la renvoyer chez elle. Je la prends par les bras histoire de la rassurer et de la forcer à se calmer. Allons bon, j’avais bien besoin de ça moi.

« On se calme ! On se calme, d’accord ? Doucement. »

Quand je l’estime suffisamment sage, je desserre mon étreinte et la regarde en face.

« Bon. Ecoutez, le type dehors, Dick, semble prendre un malin plaisir à vous garder à l’œil. S’il vous voit vomir encore, il ne croira pas que vous êtes guérie et vous forcera à rester ici. Même si donne mon aval, il nous cherchera des histoires. »

Je soupire, et me redresse. Quelque chose l’effrayait. Ou quelqu’un. Elle paniquait à l’idée d’être abandonné de James. Et elle ne peut pas travailler. Elle faisait quoi ? Prostituée ? Ca expliquerait pourquoi elle se pensait enceinte.

« Il vous faut guérir pour pouvoir sortir. Je ne peux rien faire d’autre. A moins que… »

Une idée me vient, et je me mets à marcher en rond, réfléchissant. Au bout d’une minute je m’arrête et revient vers Ava.

« Très bien, deux questions : d’abord comment s’appelle James, et ensuite, quel travail vous faites pour les Hors-la-loi ? »

Si je ne peux la faire sortir d’ici, pourquoi ne pas faire venir James à la place ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Jeu 3 Juin - 12:56

"Oui... je pense aussi."

Là dessus au moins ils étaient tous les deux d'accord. Le grand patron valait mieux pas le voir trop souvent ou alors le croiser de loin c'était bien suffisant. Surtout qu'on devenait qu'elle se droguait y'avait qu'à la voir se tenir et bien simplement voir ses yeux. Bien sur elle ne trafiquait pas grand chose en général, elle en prenait tellement peu sans demander l'autorisation que logiquement on pouvait pas deviner, mais c'était plutôt le fait que James la couvre et en prenne aussi pour son usage personnel. La drogue même quand est la deale soit même ça revient cher et Ava n'avait pas assez de moyen par rapport à ce qu'elle rapportait pour s'en offrir autant qu'elle en prenait. Le troc elle en faisait sans problème, de la prostitution de moins en moins parce qu'elle avait trop peur de retomber sur un malade comme Alan, mais faire un ou deux trucs entre quatre yeux ne lui faisait pas peur, satisfaire un mec sans qu'il ne la touche ne lui posait pas de problème mais c'était toujours donnant donnant jamais pour son plaisir personnel et parfois elle se demandait si avec James c'était un paiement ou un plaisir de son côté à lui, parce que pour elle c'était vraiment un plaisir, bien sur elle payait aussi une partie de ce qu'elle devait en même temps mais elle aimait vraiment leur parties de jambes en l'air parce qu'avec lui elle se sentait en sécurité et protégée et appréciée pour ce qu'elle était.

Il insiste sur le fait qu'elle risque sa vie à cause de ce virus mais surtout parce qu'elle se drogue et qu'elle fragilise son organisme. Mais Ava fait signe que non, pour elle ce n'est pas possible qu'elle crève à cause d'un virus, la drogue n'arrive pas à la tuer alors ce serait un comble quand même.
Et puis voilà qu'il veut la calmer en l'attrapant par les bras, d'accord il y avait doucement et sa manière de faire est protectrice elle le ressent bien mais instinctivement elle fait un pas en arrière et manque de crier pour qu'il la lâche mais se retient en se mordant la lèvre pour ne pas alerter le type dehors. Elle frissonne et commence à se sentir oppressée, s'il ne la lâche pas elle va tomber dans les vapes, c'est dingue ce qu'elle peu mal réagir lorsqu'on la touche alors qu'elle n'était pas prête et bien sur du coup elle est quasiment paralysé de peur, donc elle finit par ne plus bouger.

Lorsqu'il la lâche enfin Ava trébuche et manque de s'étaler contre le fauteuil, les larmes ont coulées sur ses joues et on sent à quel point elle a eut peur de tout ça. De plus voilà qu'elle se rend compte qu'elle n'a pas remit son pull et son gilet alors elle se relève et retourne les chercher pour les enfiler, elle tremble encore et il lui faut quelques secondes pour se réchauffer mais tout du long elle n'a pas cessé d'observer le docteur comme pour tenter d'assurer ses arrières tout en écoutant ce qu'il a à lui dire.


"James Dawson. On deale tous les deux pour Armando, James moins que moi puisqu'il est soit disant son bras droit, il me chaperonne et me protège aussi ....et on est aussi un peu ensemble...."

Ava fit une légère grimace, elle aurait tellement aimer être véritablement avec James et pas juste un peu quand bon lui semblait mais elle savait que cette vie de survivants hors la loie ne lui permettait pas d'être autre chose qu'un coup de temps temps ou un coup régulier. L'amour ce n'était pas pour elle et encore moins pour James qui comme tous les hommes ici profitait du troc sous toutes ses formes.


"Mais si je vend rien parce que je suis malade ils vont se rendre compte que je me sert et que je paie pas...Si James était là il me couvrirait...."

Voilà qu'elle recommençait à paniquer, se remettant à ronger à ses ongles essayant de rester en place pour éviter qu'il ne s'approche trop près d'elle une nouvelle fois.

*J'vais me barrer, tant pis si j'arrive pas à me débrouiller seule, j'peux pas rester là. Faut j'me casse !*


Dernière édition par Ava Jossi le Jeu 3 Juin - 17:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Jeu 3 Juin - 17:30

Saisir Ava n’est peut-être la meilleure idée qui soit, vu qu’elle répugne le contact physique sous toutes ses formes, mais comment la calmer autrement ? Je ne vais tout de même pas lui refiler des calmants ou la frapper, ce serait pas responsable. Elle finit par se calmer, enfin presque, et je la relâche… Mais la voila qui manque de s’écrouler par terre. Je me retiens de l’aider quand je vois les larmes sur ses joues. Bon sang, c’est bien ce que je pensais ! Cette fille a subie des traumatismes sévères qui n’ont rien à voir avec la drogue. Elle a été soit battue, soit violée, soit les deux. La seule personne en qui elle a confiance, c’est ce James. A tous les coups, lui seul doit pouvoir la toucher…

Pendant qu’Ava se rhabille, je réfléchis à un moyen de l’aider. Une idée mais me voit, mais je lui demande des précisions. J’écarquille les yeux quand elle m’annonce qui est le James en question.

« Je sais qui est James Dawson… C’est donc lui votre protecteur ? »

Et plus même, comme le sous-entend le ‘plus ou moins ensemble’. C’est bien ce que je pensais, il est bien la seule personne à pouvoir la toucher. Je réfléchis à toute allure. Elle va faire une connerie, ça c’est sûr et certain. Et je dois l’en empêcher. Facile à dire. Comment faire ?

« Pensez-vous pouvoir faire venir James Dawson ici ? Le temps que vous alliez mieux, après vous repartirez ensemble. Parce si jamais vous disparez dans la nature ou que vous quittez l’île sans accord, je doute que Venezzio soit très heureux s’il vous retrouve. »

Ca, je doute qu’il lui fasse des cadeaux. Qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je fais ? La faire patienter jusqu’à ce qu’il vienne, bon, mais après ? Sinon… sinon…

« J’ai une autre idée sinon. Mais autant vous prévenir que je prends un risque. »

Je la regarde dans les yeux en croisant les bras et en m’adossant au mur.

« J’ai un moyen de vous faire quitter l’île sans soucis. Seulement une fois rentré vous devrez m’obéir si vous ne voulez pas qu’on ait de problèmes. Vous pensez pouvoir faire ça ? »

Et voila que je m’apprête à l’aider… C’est pas raisonnable mais cette pauvre fille a besoin d’être secourue. Elle a besoin qu’on lui vienne en aide avant qu’elle fasse une connerie ou ne se tue. Je risque des sanctions, mais je préfère ça plutôt que d’avoir sa mort sur la conscience. Un bon samaritain parmi les Hors-la-loi… Mais qu’est-ce que je fous là putain ?


Dernière édition par James Stokes le Jeu 3 Juin - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Jeu 3 Juin - 18:36

Bien sur que tout les hors la loi connaissent James Dawson mais lui vu qu'il n'est pas vraiment au même endroit Ava est presque surprise de l'entendre dire qu'il sait qui c'est. Elle a peu être trop parler et se referme sur elle même en angoissant de nouveau mais plus pour les même choses.

"C'est lui...."

Voilà qu'elle refait les cents pas dans la pièce, depuis qu'elle est ici elle n'a pas eu la nausée une seule fois et elle pense qu'elle est déjà presque guérie et que le doc se trompe. Elle ne va pas en mourir et elle n'aura peu être même pas besoin de la poudre qu'il lui a refilé.
Il semble vouloir l'aider mais en même temps Ava se demande pourquoi il fera ça pour elle, il ne veut pas qu'elle ait des ennuies ? Elle en doute, il a peu être une idée derrière la tête oui. Il veut la mettre sur la liste des filles avec qui il a coucher comme quasiment tous les hommes maintenant, à croire qu'ils sont en manque de sexe ou que les relations ne se font plus que comme ça maintenant. Ava avait tellement de rêves lorsqu'elle était enfant donc celui de rencontrer le prince charmant, mais c'est fichu maintenant ce rêve là ne se réalisera jamais. Perdu dans ses pensées elle met du temps à réagir qu'il lui pose à nouveau une question.


"Non, il pourra pas venir c'est sur sinon il serait venu avec moi...."

A ce qu'il ajouta elle cessa sa marche nerveuse et leva les yeux vers lui ainsi que son visage cessant même de ronger ses ongles ou ce qu'il en restait. Si elle avait une cloque là elle la fumerait c'est clair mais elles sont dans son sac qui n'est pas avec elle, Dick ne l'a pas laisser le prendre, trop futé ce mec lorsqu'on y pense.

"Et je dois vous obéir comment ? Je troquerais pas mon corps contre ma liberté si c'est ce à quoi vous pensez. Je préfère encore crever ici ! Si je dois me donner à un homme se sera parce que je le désire alors si c'était ça votre idée laissez tomber, je me débrouillerais."

Après tout elle pourrait se débrouiller toute seule si vraiment elle le voulait juste qu'elle ne savait pas trop se défendre mais comme on dit lorsqu'on est sur le fait accomplit souvent on est capable de miracle et Ava était certaine que si elle se sentait un tant soit peu soutenu elle pourrait en faire. Il lui fallait de confiance et de la volonté bien que là elle en avait de la volonté.

Ava se sentit fatiguée d'un coup, trop d'émotion surement et puis le fait qu'elle n'avait plus rien dans le ventre, déjà qu'elle mangeait pas beaucoup. Elle sentit ses jambes lui faire défaut et n'eut que le temps de faire un pas en direction du fauteuil qui était tout près d'elle et s'effondra sur celui-ci. Elle fut surprise elle même par se revirement de situation, trop de stresse depuis son arrivée ici et surtout depuis qu'il lui avait parlé et dit de quoi elle souffrait. Elle était pâle et se sentait comme vidée sans plus aucune force.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Ven 4 Juin - 15:21

Je connaissais James Dawson parce qu’il était présent le jour où on m’a présenté à Venezzio. Je ne l’avais pas revu depuis ce jour, et à vrai dire tant mieux. Moins j’avais de contacts avec les partisans de Venezzio, mieux je me portais. Ava semble un peu craintive quand je mentionne le fait que je connais son James, mais je ne fais aucun commentaire. Elle est sur les nerfs, et à peur pour tout et rien.

Je lui propose mon aide, pour une raison que j’ignore moi-même à vrai dire. Mon expiation peut-être. Une envie d’aider les gens les moins pourris de cette société, ceux qui sont là non par choix mais par dépit comme moi. Si Ava avait eu le choix, serait-elle tombée ici ? Je me demande. Elle fait un peu trop souris effarouchée pour avoir désiré faire partie de la lie de l’Humanité.

Je lui demande si James pourrait venir ici, mais bien sûr il ne peut. Donc, je réfléchis à une autre idée, mais pour cela il faudra qu’elle y mette du sien, ce dont je l’avertis. Et la voila qui recommence à paniquer, en me prévenant qu’elle ne se donnera pas à moi. Bien sûr, évidemment. Quand une femme avait une dette envers soi, tout le monde ou presque demandait à être payé en nature. Pas moi, je n’ai aucun souci de ce point de vue-là.

Quelques instants plus tard, Ava tombe sur le fauteuil, fatigué, éreinté par les émotions et la maladie.

« Ca va ? »

Je m’inquiète un peu, me demandant si elle ne va pas s’évanouir sous peu. Mais elle a l’air de tenir encore.

« Bon écoutez Ava, jamais, je dis bien, jamais je n’ai contraint qui que ce soit à coucher avec moi, et je ne vais commencer aujourd’hui. Ce que je voulais dire par m’obéir en tous points, c’est pour que vous n’éveilliez pas les soupçons. »

J’approche ma chaise et m’assoit près d’elle, pas trop près non plus pour ne pas l’effrayer d’avantage. Je me penche en avant pour lui expliquer mon idée.

« Mon idée est la suivante : je vais faire croire que votre état est plus grave que l’on ne pensait, et je vais demander à ce que nous rentrions tous les deux afin de vous soigner chez nous. L’hôpital là-bas est mieux fournit en matériel, personne n’y trouvera à redire. Mais une fois rentré, vous devrez faire ce que je dis pour que l’on ne remarque pas que c’est pipeau, parce que sinon on aura de sérieux problèmes. Vous êtes rassurée ? »

Je me redresse et m’installe sur le fond de ma chaise.

« Et si vous vous demandez pourquoi je vous aide, disons que moi aussi j’ai envie de quitter cette île. Je n’aime pas être ici. »

Ici, loin de Camille. Vu qu’on la déjà agressée, qui sait si on ne recommencera pas. Je lui ai appris à se défendre, mais contre plusieurs… Je serais plus rassuré quand je la reverrais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Ven 4 Juin - 16:32

Ca faisait très longtemps qu'elle ne c'était pas sentit si faible, là c'était comme si elle ressentait un manque important, bien plus important que ce qu'elle avait déjà ressentit les jours ou elle n'arrivait pas à se procurer ce qu'il lui fallait. Faible, elle avait l'impression que ses jambes ne pouvaient plus la porter et n'avait aucune envie d'essayer de se lever. Voilà qu'elle ressentait de nouveau des vertiges maintenant, mais il faut dire qu'elle mangeait tellement peu en général qu'elle n'était pas loin de faire un malaise à cause de ça, son corps criait famine et elle le nourrissait avec de la poudre blanche, peu importe ce que c'était, soit de la cocaïne soit de l'héroïne mais ce n'était de cela que ses muscles avaient besoin en ce moment mais Ava était tellement mal au fond d'elle qu'elle ne se rendait même pas compte qu'elle se tuait à petit feu et peu importe la manière.

Le docteur s'installa tout près d'elle, mais pas trop près pour éviter une nouvelle fois de la mettre dans tous ses états. S'inquiétant pour elle il lui posa la question de savoir si elle allait bien et bien sur Ava répondit simplement.


"Oui."

Alors que tout son être criait "au secours", mais elle ne voulait pas de son aide, elle voulait James et sa protection, tout le reste elle le rejetterait même si ses intentions étaient louables. Elle écouta ce qu'il avait à lui dire comprenant qu'il n'était peu être pas de ses mecs qui ne pensaient que par le sexe et les paiements en nature, après tout il devait bien en exister encore et apparemment celui qui se trouvait devant elle en était un exemple.
De toute façon vu son état actuel et sa pâleur extrême il ne serait pas difficile de la faire passer pour très malade. D'ailleurs elle se mit à trembler mais là ce n'était pas à cause du manque de drogue mais plutôt la fièvre qui montait en flèche. Ava avait beau dire que tout allait bien et que ce virus ne la tuerait pas, son état était quand même inquiétant même elle paniqua légèrement mais tenta de ne rien laisser paraitre, ou du moins d'essayer.


"Mais si je fais ce que vous dites je vais être en manque...."

Surtout s'il la conduisait à l'hôpital il serait difficile de lui procurer ce dont elle avait besoin même si James venait la voir il ne pourrait pas lui donner de dose là-bas car c'était trop surveiller. Tout le monde savait qu'elle se droguait mais pas autant et surtout pas avec James et donc si elle faisait une crise là-bas ils finiraient par avoir des doutes et ça pourrait bien retomber sur le dos de James ou le sien. Ava se foutait un peu de ce qui pouvait lui arriver à elle, après tout elle avait l'habitude de s'en prendre plein la tête mais elle avait très peur que James lui en veuille après et qu'il l'abandonne à son sort. Les larmes se remirent à couler sur ses joues mais Ava ne montrait vraiment de signes de nervosité preuve qu'elle était à bout physiquement et qu'elle n'allait pas tarder à tourner de l'oeil s'ils continuaient à papoter tranquillement tous les deux. La fatigue se faisait de plus en plus ressentir et elle avait de plus en plus de mal à garder les yeux ouverts.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Sam 5 Juin - 16:05

Je ne sais pas si Ava est honnête ou non en me disant qu’elle va bien. J’ignore si elle dit ça pour me rassurer, ou bien pour éviter que l’ausculte à nouveau, vu que cela impliquerait de la toucher encore une fois. Vu la crise qu’elle m’a faite tout à l’heure, je ne serais pas étonné que ce soit pour ça qu’elle veuille me mentir. Toutefois elle ne semble pas sur le point de s’évanouir. Ses forces l’ont juste abandonnée un moment, une sorte de vertige. Typique des drogués. Ca arrive de temps à autre lorsque le manque se fait sentir. Les muscles ont besoin de drogue, devenus dépendants de cette saloperie, sans quoi ils manquent d’énergie.

« Tant mieux. Je n’aurais pas aimé expliquer à Dawson que c’est à cause de moi que vous avez claquée. »

A dire, je ne voulais pas lui annoncer tout court qu’elle était morte. Vu qu’il la couvrait il devait tenir à elle plus qu’elle ne semblait le croire. Mais bon, nous changeons de sujet, et je lui explique comment faire pour que nous puissions sortir de l’île. Mais elle émet un bémol, mais je secoue la tête.

« Ne vous en faites pas pour ça, d’accord ? Vous ne serez pas en manque, promis. »

Beaucoup de mes patients faisaient des crises d’overdoses. Aussi quand on me les amenait, généralement je trouvais de la dope que je conservais. Bien que curieusement, leurs poches soient vides (leurs amis se servaient généralement, avant d’appeler à l’aide), j’en trouvais à des endroits pour le moins insolites : caleçon, sous les aisselles, dans l’anus, dans l’estomac etc. Tous les moyens sont bons pour la cacher afin que si l’on se fait dépouiller, on en a toujours sur soi. Sauf si je passe par là…

« Il faut me faire confiance. Est-ce que vous pensez pouvoir faire ça ? »

C’était dur de pouvoir faire confiance à quelqu’un que vous ne connaissez que depuis quelques minutes, mais pourtant il le fallait. Sans cela, elle ne sortirait pas de l’île avant un sacré moment. Je me lève et vais vers la porte. Je m’arrête devant et me retourne.

« Quand vous êtes prêtes faites-moi signe, d’accord ? Ensuite, laissez-moi parler. De votre coté… faites comme si votre ventre vous faisait horriblement souffrir. Ca ne devrait pas être trop dur je pense ? »

Dans quelle galère je me suis fourré moi ? L’avantage si ça marche, c’est qu’au moins je risque de gagner une faveur de sa part. Ca pourrait toujours m’être utile plus tard…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Sam 5 Juin - 18:23

Elle l'écoute lui parler du fait qu'il n'a aucune envie d'annoncer sa mort à James et elle le regarde en lui faisant simplement signe que non, elle n'a plus de force ou presque plus. L'impression de ne plus pouvoir bouger ni un muscle ni quoi que ce soit d'autre à part ses lèvres et parler un peu, elle se sent vidée de toute énergie. Si c'est cette merde de virus qui en est responsable Ava espère au plus profond d'elle qu'elle vivra assez longtemps pour se retrouver auprès de James, après elle peu bien claquer mais elle a trop peur que certains profitent de son corps même si elle n'est plus en vie. Paranoïaque ? Non pas vraiment réaliste. Ava sait ce qu'il arrive à certains cadavres et l'idée de terminer comme eux ne lui plait gère. Le docteur insiste peu être pour les faire bruler mais elle n'en est même pas sur et elle n'a pas envie de lui poser la question la mort lui fait peur, elle frissonne.

Elle l'écoute toujours, le regarde, fronce les sourcils, se demande comment il peu lui promette qu'elle ne sera pas en manque à moins qu'il lui donne quelque chose pour combler ce manque, drogue ou synthétique, il est médecin il a probablement encore tout ce qu'il faut sous la main.

Ses yeux lui répondent que oui, elle va lui faire confiance alors que sa voix a un temps de retard sur son regard.


"Je vais vous faire confiance et j'espère que je ne regretterais pas. De toute façon si jamais vous vous jouez de moi vous le paierez cher et vous vous en doutez."

Ce ne sont pas des menaces mais il se doute que James ne le laissera pas lui faire du mal d'une quelconque manière, elle a peur d'Alan donc jamais elle ne le dénoncera mais lui, le docteur elle ne le connais pas et donc elle n'aura aucun scrupule à le dénoncer face à James.

Faire semblant d'avoir mal au ventre va être dur parce qu'elle n'a pas mal du tout par contre tomber dans les pommes ne devrait pas vraiment être compliqué vu comme elle se sent faible. Il n'a pas le temps d'approcher de la porte qu'elle sent les vertiges reprendre de plus belle, elle doit s'accrocher au fauteuil pour éviter de tomber, enfin c'est l'impression surtout. Elle monte ses jambes sur le fauteuil pour se recroqueviller un peu histoire de rien laisser trainer, c'est Ava qui est comme ça, elle a peur de tout et même là alors qu'elle ne se sent pas bien elle arrive encore à penser à ce petite détail.
Et elle l'appel parce qu'elle se sent trop mal là et qu'elle ne gère plus rien du tout.


"Doc !J'suis en train de tomber !"

Alors qu'elle ne tombait pas du tout mais c'était les vertiges qui étaient incroyablement fort, cette impression de tomber alors qu'elle était tranquillement posée dans ce fauteuil était très forte.

"Faut q'je ferme les yeux, que je respire et que je me calme ! Ca va aller c'est rien Ava ! T'es une grande fille !"

Elle se parlait à elle même essayant de se calmer comme aurait pu le faire James lorsqu'il était auprès d'elle et qu'elle commençait à paniquer de manière un peu trop stressante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Dim 6 Juin - 13:09

Après l’avoir rassuré, j’attends sa réponse quant à savoir si elle peut me faire confiance ou non. Elle semble hésiter un grand moment avant de déclarer qu’elle le peut, non sans ajouter que je le regretterais si je la trahissais. Je souris, amusé par son mordant malgré la situation.

« Je ne me joue pas de vous. Moi aussi j’ai envie de quitter cette île pourrie, mais je ne peux pas le faire seul. Je dois pouvoir compter sur vous, tout comme vous devez comptez sur moi. La confiance va dans les deux sens Ava, ce qui veut dire que je dois moi aussi vous faire confiance. Puis-je compter sur vous ? »

Bon au moins les choses étaient claires maintenant. Je lui explique un peu ce qu’elle devra faire tandis que je me dirige vers la porte. C’est partit pour le grand jeu. Mais je ne l’ai pas atteinte que ma patiente crie qu’elle est en train de tomber. Je me retourne, étonné, pour la voir toujours assise sur le fauteuil. Qu’est-ce que… ? Je reviens vers elle tandis qu’elle tente de se calmer. Sans la prévenir je prends son pouls sur le cou avant d’ouvrir un de ses yeux. Tant pis si elle n’est pas contente. Après avoir confirmé ce que je pensais, je me relève et vais à mon bureau. Du tiroir du haut je sors une sucette que je déballe et lui donne.

« Tenez, sucez ça, vous vous sentirez mieux après. Vous êtes en train de faire de l’hypoglycémie. Pas étonnant vu que vous avez du rendre tous vos déjeuners. »

Je me rassois à coté d’elle, guettant son état. Avec l’apport en sucre que je lui offre avec la sucette elle devrait se sentir un peu mieux. Les drogués étaient vraiment trop fragiles.

« Hé bien, vous avez de la chance. Si ça vous était arrivé dehors vous vous seriez évanouie. Qui sait si l’on vous aurez retrouvée ou non. Vous regrettez toujours d’avoir été forcée de venir me voir ? »

Elle allait encore faire sa tête de mule ou bien reconnaitre que m’avoir consulté était une bonne chose ?

« En tout cas, au moins je ne serais plus obligé de mentir je crois. Vu votre état de faiblesse, si vous n’arrivez toujours pas à manger malgré ce que je vous ai donné, je vais devoir vous donner des nutriments par intraveineuse, chose que je ne peux pas faire ici. Si on en arrive là, vous devrez garder le lit. Et ce n’est pas discutable, étant donné que si vous refusez vous risquez de mourir. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Dim 6 Juin - 19:13

"Oui, si je vous suis dans votre plan c'est que vous pouvez me faire confiance. De toute façon je suis un vrai petit mouton alors il n'y a pas de raisons pour que ça change...."

Ava venait de parler d'elle d'une manière peu commune et pas franchement glorifiante et n'importe qui en temps normal lui aurait dit de se taire et d'arrêter de se rabaisser de la sorte, mais aujourd'hui les choses avaient changées et Ava n'était pas tant un mouton que ça juste qu'elle en avait l'impression. Elle faisait tout de même des choses dans le dos du grand patron et ce n'était pas parce qu'elle était couverte par James, non, non, puisqu'elle l'aurait fait malgré tout vu qu'elle n'arrivait pas à maitriser son penchant pour la drogue qu'elle vendait.

Lorsqu'elle l'appela au secours elle ne pensa pas qu'il réagirait si vite, au lieu d'ouvrir la porte comme convenu il vint vers elle pour l'examiner et elle était tellement mal de toute façon qu'elle ne pouvait pas ni le repousser ni même se défendre, mais elle sentit à ce qu'il faisait qu'il ne lui ferait pas de mal justement, qu'il ne faisait que son travail de médecin et rien d'autre. De toute façon tout tournait tellement autour d'elle qu'elle n'aurait rien pu faire du tout et c'est vrai que n'importe quel raclure en aurait profiter, visiblement lui c'était un homme bien comme on en trouve rarement dans ce monde.
Lorsqu'il revint il lui tendit une sucette et elle fut un peu surprise lorsqu'elle comprit de quoi il s'agissait, déjà elle était loin d'imaginer qu'on en trouvait encore mais elle ne chercha pas à comprendre si elle était périmée ou pas et la prit pour la mettre dans sa bouche.

"Merci."

A peine l'avait t'elle mise dans sa bouche qu'elle ressentait déjà les effets apaisants et salvateur du sucre s'y trouvant.
Ava allait capituler, se rendant bien compte maintenant qu'elle était bien plus faible qu'elle ne le pensait, elle devrait obéir ou mourir.


"Oui, j'ai compris docteur. Je ferais tout ce que vous me demanderez sans discuter. Faudrait juste récupérer mon sac à dos parce qu'il y a des choses importantes pour moi à l'intérieur et c'est pas la poudre qui s'y trouve..."

De toute façon elle était quasiment sur qu'ils lui prendraient les doses qui s'y trouvait avant de la laisser partir. Dans ce sac à dos il y avait quelques souvenirs dont Ava tenait beaucoup, une photo de sa famille, son téléphone portable qui ne fonctionnait plus mais qui restait un objet précieux à ses yeux car il contenait tout son passé et d'autres choses encore.
Profitant de la sucette que le docteur venait de lui donner Ava reprenait doucement des forces, bien sur elle était loin de pouvoir marcher seule pour le moment mais déjà elle avait l'impression d'être moins faible, de plus elle avait l'impression d'être une gamine qu'on récompensait avec une sucette et c'était un agréable souvenir pour elle et donc elle se sentait un peu apaisée mentalement aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Jeu 10 Juin - 15:12

« Pas tant que ça, vu comment vous me répondez depuis tout à l’heure… »

Un mouton se serait contenté d’obéir sans discuter, elle non. Elle n’avait pas arrêté d’objecter, de me mettre en garde, de me faire comprendre quels étaient les termes qu’elle refusait et m’a même menacé si jamais je tentais de l’entuber. Ava n’est pas un mouton. En ce moment c’est plus un animal apeuré qui se soumet de peur de ne plus avoir à manger. Mais si le bâton se mettait à la frapper, elle répliquerait. Elle ne fait que jouer les soumises, alors qu’en réalité elle ne l’est pas. Elle obéit quand elle veut ou qu’elle n’a pas le choix. Comme moi en sommes.

Je me dirige vers la porte, mais Ava me fait une crise, manquant de s’évanouir. Comprenant qu’elle me fait une hypoglycémie, je tente de remonter son taux de sucre en lui offrant une sucette. Les sucreries n’intéressent plus personne de nos jours, enfin hormis moi. Elles servent dans les cas d’urgence comme celui-ci.

« De rien. »

Ava reprend des couleurs, ce qui fait plaisir à voir. Toutefois je la mets en garde et la préviens de ce qui l’attend vu son état. Au moins maintenant je n’ai pas à mentir sur sa santé. Il va vraiment me falloir la ramener dans le Bronx. Elle accepte de m’obéir, comprenant bien que c’est son seul salut.

« Très bien, où se trouve-t-il ? »

S’il n’y a que son sac à récupérer, cela ne posera aucun problème. J’ôte ma blouse et enfile ma veste. Une fois habillé je me dirige vers la porte que j’ouvre pour découvrir, sans surprise, Dick qui attendait derrière.

« -Alors Doc ?
-Je dois la ramener au QG. Elle m’a fait un malaise, je dois la mettre sous perfusion.
-Vous avez pas moyen de faire ça ici ?
-Pas encore non. Tous les médicaments importants sont restés à l’hosto. Je dois l’emmener là-bas pour la traiter.
-Ok Doc. Vous voulez partir quand ?
-Le plus tôt possible, si c’est faisable.
-Je vais voir pour vous réserver un ferry.
-Merci.
-De rien Doc. »


C’est la confiance que les gens ont en moi. Enfin certains. Heureusement qu’ils ne sont pas suspicieux ici. Je n’en dirais pas autant de certains types au QG. Je me retourne vers Ava et lui demande :

« Prête à y aller ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   Jeu 10 Juin - 17:33

"Mais c'est parce que je ne vous connais pas...."

Ce n'était en aucun cas de la provocation mais Ava n'aimait pas recevoir d'ordres d'inconnus il fallait un minimum qu'elle le connaisse pour décider si oui ou non elle se soumettrait et là elle avait décidé qu'elle le suivrait lui faisant confiance aveuglement, peu être à tord qui sait mais tant pis elle prendrait le risque maintenant qu'elle l'avait décidé. Et puis c'était le seul moyen de quitter cette iles et de retrouver ses repères, même si là-bas se trouvait aussi des gens qu'elle n'aimait pas et contre qui elle ne pouvait rien, il y avait au moins une personne qui comptait à ses yeux suffisant et même plus que la drogue dont elle avait besoin. Et puis ce serait plus facile de se faire soigner là-bas comme il l'avait dit sans compter qu'il lui proposait une solution pour combler ses manques sans que personne ne se rende compte de rien donc elle ne pouvait pas refuser une telle offre.


"Dehors avec Dick."

Elle ne voulait pas partir sans son sac à dos et elle avait bien raison, tout son passé s'y trouvait et malgré tout ce qu'elle pouvait dire ou montrer elle en avait besoin, ses souvenirs comptaient plus que son avenir, qui d'ailleurs était incertain ne s'arrangeant pas de jour en jour.

Le docteur ouvrit la porte pour aller chercher Dick et lui expliquer la situation mais celui-ci était juste derrière et n'attendait que des nouvelles de l'état de santé d'Ava. Pas qu'il s'inquiétait pour elle, juste qu'il voulait savoir si elle pouvait infester tout le monde ou pas, et puis le regard qu'il jeta dans sa direction en la regardant montrait bien qu'il était content qu'elle s'en aille si elle était vraiment malade, un soucis de moins à gérer pour lui ici. Et Ava ne l'aimait pas de ce mec de toute façon, il était pas clair et surtout trop chiant pour qu'elle l'apprécie un tant soit peu.
Ava était contente de voir qu'ils allaient s'en aller et elle se leva en prenant son temps ne voulant pas faire un autre malaise, d'ailleurs elle avait presque terminée sa sucette et arriva à la hauteur du docteur et posa sa main sur son bras, pour s'y agripper mais en même temps pour le remercier d'un geste amical. Son regard était franc et sérieux, on pouvait y lire autre chose que de la crainte, même si elle n'était pas certaine de ne pas se tromper elle appréciait vraiment son geste.


"Oui, j'suis prête Docteur. Et merci de ce que vous allez faire pour moi."

Ava ignorait pourquoi il était prêt à prendre des risques pour elle et elle ne voulait pas vraiment savoir pourquoi non plus. De toute façon s'il l'hospitalisait ils auraient tout le temps de parler ensemble si elle était en état de le faire bien sur. Même si elle restait assez secrète en général Ava n'en était pas pour autant muette, évitant juste certains sujets.


Fin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hé Doc ! Y'a un docteur par ici ? (James Stokes)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Euh.... quoi de neuf docteur?
» La Coterie du Docteur Sca'hrossar
» Recrutement d''Allo-Docteur [close]
» Rapport d'activités de Docteur.sean
» La méthode du docteur Chestel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York Hors-la-Loi-
Sauter vers: