AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Was it a dream?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Was it a dream?   Sam 9 Jan - 16:40

    Comme je l'avais pressenti mon petit monde n'allait pas tarder à s'écrouler. Des signes avant coureurs s'étaient multipliés. Des rêves, des ombres et des présences. Des rêves qui tendent plus vers le cauchemar. Des cauchemars de bombardement. Des ombres qui me suivent dans la rue et m'oblige à faire de très long détours. Et ces présences. L'impression d'être jamais seul. Mais jusqu'à présent j'avais tenu le coup. Je le devais. Pour Alejandro, pour Ian. Ils me manquaient de plus en plus. J'avais beau avoir vécu seul toute ma vie, j'avais oublié que j'avais besoin d'eux. Alors, oui. Je crois que je commence sincèrement à sombrer dans la solitude. Jusqu'à présent je tenais le coup. Je me battais contre cette guerre. Mais il y a deux semaines je fus comme achevé, brisé. Vers trois heures du matin quelqu'un pirata mon système. J'avais été pris de cours. Comment quelqu'un aurait-il, de une réussit à choper le réseau sécurisé que j'avais installé, et de deux réussit à pénétrer dans ma base de donné sans qu'une seule de mes protections réagisse. C'était ... Impossible pour quelqu'un qui ne me connaissait pas. À moins que cette personne soit bien plus intelligente que la moyenne. Quand je m'en rendis compte je n'étais pas vraiment dans l'illégale. Je regardais juste un film, histoire de passer le temps. Et quand je vis ma souris bouger toute seule je compris, trop tard, que je n'étais plus seul. Pourtant, hors-mis voir mon écran il ne faisait rien. Il ou elle. Je fermais donc le logiciel et attendis quelques instants. Mais rien ne ce passa. Aucune donné volé. Jusqu'à ce qu'il lance la webcam intégrait. J'eus un mouvement de recul. Sortant ainsi du champ de vision. J'attendis et comme avant rien ne ce passa. J'avais la nette impression qu'il attendait ses ordres. Et puis il lança un traitement de texte:


    - Es-tu Nathan De Pablo ?



    Comment pouvait-il le savoir ? Je m'étirais alors en direction d'un pavé numérique que je connectais à l'ordinateur. S'il croyait que j'allais me montrer il se plantait.


    - Non

    - Ne joue pas au malin avec moi. Ca fait des semaines qu'on te suis. T'es plutôt malin, mais pas assez. Alors, on va faire simple. Accepte de bosser pour nous et il ne t'arrivera rien.

    - Désolé je ne suis pas vétérinaire, je ne traite pas avec les chiens.

    Et puis un nouveau blanc. Jusqu'à ce qu'à ce qu'il m'envoie un nouveau lien. Un serveur ? Je cliquais alors sur l'adresse de téléchargement. Cinq longues minutes avant de recevoir le fichier. Et puis, mon interlocuteur sembla utile de m'indiquer: Lance le. Ce que je fis bêtement. C'était une vidéo. Montée semble-t-il. Et puis un écran noir avec juste une date. Je ne comprenais pas ou il voulait en venir. Et puis le son. Des cris. Je les reconnue de suite. Je les avais entendus des années auparavant. Je n'eus pas besoin de regarder. C'était elle. Et puis l'image arriva. Et la instinctivement je tournais l'écran. Elle était la. Si maigre, si faible. La video datait de plusieurs mois. Mais elle était comme vidée de son énergie.


    Mon corps ce mit alors à réagir. Mes bras se mirent à trembler, puis des larmes à couler. Enfin je me sentis me déconnecter complètement. Les derniers fragments de mon âme se brisèrent. Elle que j'avais cherché depuis si longtemps. Elle était là. Mal en point. Ce qui ce passa après est comme le brouillard. Plus aucun souvenir claire. Quand mon corps décida enfin à reprendre de l'activité, j'étais dans ... l'inconnue. J'étais juste assis dans un coin les genoux contre mon torse. Mes joues étaient encore humide. J'avais donc pleurer pendant un moment. Prenez-moi pour un gosse, mais ma mère c'était tous pour moi. Je n'avais même pas le courage de chercher ou j'étais. Et même les grincements de la porte métallique ne me firent pas plus bouger. Je sentis juste une main relever mon menton. Je m'étais donc laisser retomber dans cet état de faiblesse. Mon menton se souleva d'un coup. Mais mes yeux ne voyaient pas si claire. Et tout était flou pour moi.

    -Il revient, prévenez le boss qu'on a un cadeau à lui faire !


    On me tira par mes vêtements. Me forcent à me lever puis marcher. Des pas désorganisaient. Et puis on me poussa en avant. Mes muscles comme mes yeux refusaient de fonctionner. Seul mes oreilles semblaient avoir repris le dessus. Le bruit de font n'étant d'autre que des cris trop familier à mon gout. On me poussa en avant. La vitesse et ma faiblesse me firent tomber contre le sol. Juste la force de me redresser. M'appyuant sur mes genoux. Mais plus haut, non, je ne pouvais pas. J'étais encore en pleine accusation contre moi-même. Pourquoi ne pas avoir cherché davantage. Pourquoi ? Et puis une voix s'éleva dans l'espace. Une voix qui fit taire tous les autres. Une voix que j'avais entendus il y a plus de dix ans. Une voix sucrée, mais tellement cruelle:

    - Quel cadeau ... Vous me touchez vraiment. Je n'en attendais pas autant. Il est si ... sublime

    - Nous nous excusons pour son état, mais quand on est allé le chercher il s'est débattue et on a dut le droguer pour qu'il reste tranquille...

    - Il y a combien de temps ?

    - Deux jours, il semble n'avoir jamais pris de drogue. L'effet à dut être plus fort que nous le pensions...


    Droguer ? Il n'avait quoi ? Voilà pourquoi je n'avais strictement plus de souvenir ... Deux jours... J'étais si sensible que cela à la drogue ? Bande de ... Et mon corps qui refuse de bouger ... J'étais de nouveau prisonnier de lui. De nouveau une âme sans de prise sur le monde. J'étais donc cela ... Un jouet, un cadeau que l'on offre. Et puis la voix repris du service. "Montrez-moi son visage". Une main s'agrippa à mes cheveux et les tira en arrière. Je sentis mon visage se figer dans la douleur et l'impuissance. La lumière artificielle filtré à travers mes paupières. Où étais-je ? Qu'importe l'endroit il fallait que je me barre.

    - Jolie n'est-pas ? Il vous ressemble beaucoup. Mais ... Il ne me semble pas très résistant ...

    - En effet ... Dommage.

    - Nous pourrions peut-être le remuer un peu... Lancez la cassette je vous pris !


    Le cauchemar recommença. Ses cris. Cette fois il avait l'air si proche. Elle était ici j'en suis sure. Il fallait que je la trouve ! Mes bras commencèrent à se contracter tous seul. Puis mes yeux s'ouvrirent tous seul. Les cris avaient l'effet inverse sur moi. Il ne me détruisait plus. J'avais l'impression de pouvoir, de devoir, me lever. Mes épaules suivirent. Et après une longue minute d'échauffement je frappai celui qui tenait ma tête. Et d'un bond me relevais. Je ne voyais strictement rien et mes yeux me brulaient plus que d'habitude. Deuxième points ennuyeux, mes jambes n'étaient pas vraiment fixe. Une main me saisit de nouveau. Mais le bras cette fois. Puis une douleur assez étrange. Je ne compris pas trop comment, mais mon cerveau reperdit toute sensation. Je sentis juste mes jambes se dérober de nouveau sous mon corps. Non pas encore ?!

    Ce petit manège recommença tous les jours quasiment jusqu'à ce que je reprenne mes esprits bien avant qu'il ne le décide. J'étais toujours dans cette pièce froide et isolé. Mon besoin de me défendre plus grand qu'avant. Quand je dis tous les jours c'est les jours où je retrouvais mes esprits. Le pourquoi de cette manoeuvrer m'était réellement inconnue. Mais aujourd'hui serait diffèrent. Aucune sortie visible sauf cette porte et une fenêtre de dix sur dix. Sur moi un t-shirt noir, un jean et rien d'autre. J'allais crevé de froid. Et puis je me relevais essayant d'entendre ce qui ce passer dehors. Deux hommes semblaient parler:


    - Il est vif le gamin, si seulement il se débattait moins, on aurait pas à le droguer pour qu'il se calme. Franchement c'est dommage.

    - T'as pas compris. Le boss à peur que le gamin soit comme sa mère voir pire. Il veut le rendre le plus dépendant possible pour le garder à ses ordres.

    - C'est débile. Depuis quand on garde des jeunes comme lui dans nos rangs ?

    - Depuis que les jeunes en question sont les fils du boss. Et depuis que les jeune en question sont d'excellent atout pour notre clan... c'est l'heure.


    Durant leur petite discussion j'avais ressentis une douleure dans le bras. Une douleur bizarre. Comme un bleu. Et puis ils finirent. Je réfléchis en catastrophe et décida de rester cacher derrière la porte. Ca n'a pas loupé. Quand les deux idiots sont rentrés ils se sont précipités sur le lieu ou j'étais censé être. Sans prendre la peine de regarder derrière la porte. Je m'éclipsais alors discrètement. Priant pour ne croiser personne. Et manque de pot je tombai nez à nez avec lui... Il me regarda avec un sourire satisfait avant d'écarter les bras et me prendre dans ses bras. Mon cerveau n'était pas assez vif pour me faire reculer. Grave erreur sans doute. Je sentis un élément froid rencontrer ma tête...


    Mouvement de panique. Je le repoussai violemment et partis en courant vers l'endroit le plus lumineux. Et puis un bruit semblable à celui d'une explosion. Une douleur dans les flancs et une sensation bizarre de chaleur. Mais mon instinct me guida de fuir. Le plus vite possible. Quittant le bâtiment par je ne sais quel miracle. Manquant de me vautrer dans la neige à la sortie. Et dérapant dans un virage plus loin. Je laissais alors une marque de mon passage, une trainée rouge. Mais je ne me demandais même pas ce que cela pouvait bien être. Je me contentais de fuir. Fuir sans enregistrer les rues. Je venais inconsciemment de me mettre en difficulté. Comment allais-je y retourner après ? Et puis je commençais à prendre de la vitesse. Mais je courais toujours autant. Comme si la mort allait me frapper de plein fouet si je m'arrêtais. Et part je ne sais quel miracle je me retrouvai en plein Manhattan. Comment j'y étais arrivé aucune idée. Mais j'y étais.

    Deux sensations m'envahir alors. Le froid et la douleur. Suivi ensuite par la fatigue et le debousselement le plus complet. J'étais perdu. Aussi bien physiquement que mentalement. Je m'écroulai alors contre un réverbère cassé. Portant une main à mes flancs. Comprenant ainsi d'où venait la douleur et la fameuse explosion. On m'avait tiré dessus. Etait-ce un rêve ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Premier Contact [Nathan]   Jeu 14 Jan - 22:56

Déjà une semaine que je trainais dans les rues, à la recherche d'un foutu indice pouvant me mener à la communauté. Une semaine, et rien.
Je ne savais pas où ils se cachaient exactement. Ils semblaient juste se trouver quelque part à Manhattan. Mais ce quartier était sacrément énorme, et il y avait un millier de possibilités. Je ne croisais pas énormément de monde, mais j'avais plus ou moins rencontré des gars sacrément armés. Et je préférais ne pas me faire remarquer... Je n'avais pas tout mon attirail avec moi.

Près d'une heure que je marchais dans la neige, passant devant de nombreux immeubles effondrés sur eux-même. J'arrivais bientôt à l'entrée de Central Park, vaste étendue blanche ou des herbes folles se battaient pour étendre leur territoire.
Quel chaos tout de même...

J'allais m'aventurer dans le parc, lorsque j'entendis des gémissements non loin de moi. Près de l'entrée, un réverbère cassé. Et à son pied, un jeune homme, en bien piteux état.
Je regardais alors de nous, aux aguets, scrutant le moindre recoin.

Personne.

Les traces dans la neige semblaient indiquer qu'il venait tout droit du centre-ville. Hmmm... il avait dû faire une mauvaise rencontre.

Je me penchais alors vers lui, agitant mes doigts devant ses yeux. Il réagit.
Bon, il était à peu près conscient.

J'observais alors son flan... tâché de sang. Je jetais alors un coup d'oeil à la plaie...

Plaie par balle. Super.
Ma curiosité me perdra.

Et si il faisait partie de la communauté ? Si je l'aidais il pourrais certainement me retourner la faveur... qui sait...

Bon, c'était décidé, j'allais lui donner un coup de main.
Sans un mot, je l'aidais à se relever, et nous marchâmes vers le bâtiment le plus proche.
Je le déposais alors sur le sol, à l'abri, tout en veillant à ce que personne ne se trouve dans le coin.

Je sortis ensuite de mon sac une petite trousse de secours, qui contenait des doses de morphine. Et immédiatement, j'enfonçais l'une des aiguilles dans sa cuisse.

- Désolé, c'est pour ton bien.


Il cria un peu sur le moment, mais à peine deux ou trois minutes plus tard, il semblait avoir moins mal.
Je regardais alors à nouveau sa blessure en soulevant son t-shirt.

- C'est pas joli à voir. Qu'est-ce que t'as fait pour mériter qu'on te tire dessus ?

Quelque chose me disait que c'était une longue histoire... une très longue histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Ven 15 Jan - 7:58

    Je me sentais partir. J'avais du mal à discerné les mouvements. Mes yeux floutaient tout ce qui m'entourait. J'avais froid, j'avais mal. Des envies de vomir commencèrent à me saisir à chacun de mes mouvements. Comme si mon équilibre m'avait abandonné. Le plus dur était surement de respirer. A chaque fois que mes poumons ce remplissaient d'air je souffrais. Alors à chacune de mes respirations je couinais comme une bête qu'on a blessé. Mais rien n'y faisait. Mon corps avait décidé de stopper toutes activités. Je n'aurais jamais cru mourir ici. Car, à moins d'un miracle, personne ne viendrait m'aider. Au pire on essayerait de me dépouiller, mais ce n'est pas le t-shirt que j'ai sur moi qui les couvrira. Et comme je l'avais si bien prévus ... Je perdis connaissance. Plus rien. Jusqu'à ce que je sois réveillé par un bruit ... merci à mes oreilles pour leurs performances toujours si élevé. Il y avait quelqu'un ... Pour m'abattre ? Mais non au lieu de ça il s'approcha. Bougeant son doigt devant mes yeux provoquant un mouvement de recul soldé par la rencontre brutale entre mon crâne et le réverbère... Boulet ... C'est légèrement sonné que je compris son geste suivant. Il m'examinait. Même s'il m'avait éfrôlé, ma réaction fut direct, deuxième mouvement de pseudo défense.

    Et puis silencieusement il me releva. Il ne voulait donc pas me tuer ? Du moins pour l'instant. Il prit la direction de l'immeuble le plus proche, ou ce qu'il en reste. J'avais l'impression de mourir à chacun de nos pas. Mais au moins je sortais du champ de vision des dealers. Il trifouilla quelques choses dans son sac. Quoi qu'il fasse je m'en foutais un peu. J'étais trop occupé à essayer de deviner quand j'allais mourir. Et puis il enfonça rapidement et sans prévenir une aiguille dans ma jambe. La cuisse pour être exacte. J'eus un moment de réflexion, il bossait pour mon père et voulait encore me droguer ? Quoi qu'il en soit son acte fut salué par un cri de douleur. Quel con il pourrait prévenir non ?

    - Désolé, c'est pour ton bien.


    De ? Quoi pour mon bien ? Déjà il ne bossait pas pour mon père. J'imaginais mal un hors-la-loi s'excuser pour quoi que ce soit. Et puis cela ne semblait pas être de la drogue. Car bien vite, la douleur disparue uniquement. Un anti-douleur? Quoi que ce soit ... merci. Il reprit alors mon examen. Soulevant de nouveau mon t-shirt.

    - C'est pas joli à voir. Qu'est-ce que t'as fait pour mériter qu'on te tire dessus ?

    - Être le fils d'un assassin qui ne semble pas vraiment avoir apprécié que je lui dise non ... pour faire simple ...


    Je répondis spontanément, sans même réfléchir. La fatigue, la douleur et la morphine sont un mélange bien efficace. J'avais surement aussi besoin de parler à quelqu'un. Même si j'avais fortement résumé l'histoire. Et puis j'avais quand même beaucoup de mal à parler. Cela me fatiguait bien plus que je ne l'aurais imaginé ... J'étais con ... Parler de ça à un inconnu ... Je suis vraiment con. Mais maintenant c'était dit. Et merde... La respiration courte, j'observais du mieux que je pouvais l'homme. Mais tout était flou. J'étais dans le flou. Le flou intégrale. Mon visage dut se figer automatiquement après cette révélation. Murmurant dans la foulé : Oublie-ça. Plus à mon attention qu'à la sienne
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Mer 20 Jan - 12:55

La réponse du jeune homme ne se fit pas attendre... Au moins, il semblait parfaitement conscient, c'était une bonne chose.

- Être le fils d'un assassin qui ne semble pas vraiment avoir apprécié que je lui dise non ... pour faire simple ...

OK, ravi de rencontrer.

Il murmura quelque chose d'autre mais je ne compris pas réellement de quoi il parlait. J'entrepris alors de nettoyer sa blessure à l'aide de mon petit kit de secours. Je n'étais pas médecin, mais je savais soigner à peu près correctement une blessure, surtout une blessure par balle. Est-ce qu'il y survivrait ? Je n'en savais trop rien, mais la blessure n'avait pas l'air trop grave. Peu profonde, et la balle n'était plus là... c'était encourageant.
Bon, il allait morfler pendant quelques temps, ça, c'était évident. Puis en plus, sans médecin et avec ce manque de médicaments, ça n'allait décidément pas être une partie de plaisir...

Des compresses, du désinfectant... je ne pouvais pas faire grand chose de plus. Peut-être avait-il besoin de points de suture, mais comme je l'avais dit, je n'étais pas médecin. Tant pis, il faudrait faire sans.

Je pouvais bien sûr l'amener se faire soigner chez Armando et sa bande, mais ce n'était pas mon but. Je devais rester incognito, surtout si il s'agissait d'un des membres de la communauté.
Soit il avait de la chance et survivait, soit il mourrait, tant pis.

- Ca va, ça a pas l'air si méchant que ça... mais va falloir surveiller de près pour pas que ça s'infecte. Et ça devrait aller...

Je ne savais pas si il écoutait vraiment ce que je lui disais, mais au moins, il semblait de plus trop souffrir.

- Lorsque les effets de la morphine auront disparus, tu vas avoir très mal. Je te suggère de trouver de quoi faire passer cette douleur... tu vis tout seul ? T'as quelqu'un pour s'occuper de ça ?

Ou plus clairement, vis-tu dans cette fameuse communauté dirigée par Alexander Machin-Chouette ?
Mais je ne pouvais tout de même pas lui demander ça directement.

Il fallait rester subtil.

Bon allez, soyons généreux.

- J'ai encore deux doses que je peux te filer... mais après j'suis à sec.

J'aurais juste à en récupérer d'autres chez les Venezzzio. Mais ça, personne ne devait le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Mer 20 Jan - 19:21

    Dès qu'il toucha ma blessure je sentis la douleur monter d'un coup. Mais aucun cri ne sortis de ma bouche. Non pas question. Quelques chose me perturbais beaucoup plus. Mes yeux. Plus le temps passé, plus mes yeux me brulait. Je ne sais pas qui il était, mais voilà. Je lui devais la vie, même si de nos jours la vie n'a plus de grande valeur. Et puis il prit la parole. Sur le coup je ne compris pas vraiment ses mots. Et puis j'entrepris d'écouter quelques peu son dialogue:

    - ... mais va falloir surveiller de près pour pas que ça s'infecte. Et ça devrait aller...

    Empêcher une infection dans le monde actuel est un peu impossible. C'était donc sûr qu'une infection quelconque me toucherais. Et vus ma chance incroyable ... Et puis il reprit. Mais je n'arrivais pas à faire de mouvement "vif". Trop amorphe pour espérer convaincre quiconque de mon éveil.

    - Lorsque les effets de la morphine auront disparus, tu vas avoir très mal. Je te suggère de trouver de quoi faire passer cette douleur... tu vis tout seul ? T'as quelqu'un pour s'occuper de ça ?


    Merci de l'indication, j'aurais deviné tout seul ... Mais merci quand même. Il faudra déjà que je calme ma futur addiction à la drogue avant de penser à en prendre une nouvelle. Alors on la fera à l'ancienne je crois. Espérant juste que la douleur ne soit pas trop ... Violente. Et puis sa dernière question ... Bizarrement je compris que j'avais réellement besoin d'une aide extérieur. Et puis, comme un coup en pleine nuque. Je ressentis le besoin de tousser. Histoire de m'arracher les poumons avant de répondre:

    - Personne ... Je m'en occuperais ... Merci quand même.


    Pas crédible ? Ok ok, mais je n'allais pas en plus le demander de s'occuper de moi. Et puis il me proposa de me donner ses derniers doses. Ce que je refusai automatiquement d'un non de la tête. Et puis je fis une tentative pour me redresser. Une tentative inutile. Car je retombai automatiquement contre le mur. Une douleur insoutenable me prenant aux trips. J'étais pitoyable. Pas possible d'être plus que moi en cet instant:

    - Si jamais vous connaissez un médecin ...


    Une demande loin d'être innoncente, car il était fort possible que je clamse avant la fin de la semaine. Donc un petit coup de mains d'ordre médicale ne serait vraiment pas de refus. Surtout pour soigner voir recoudre cette blessure que je n'avais toujours pas vu. C'est d'ailleurs avec mes "yeux" que je décidais de la découvrir enfin. Passant lentement ma main sur l'endroit le plus douloureux ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Jeu 21 Jan - 17:43

Une quinte de toux le terrassa quelques secondes avant qu'il ne réponde.

- Personne ... Je m'en occuperais ... Merci quand même.

Cela ne m'étonnait guère. Depuis les bombardements de nombreuses personnes s'étaient retrouvées seules. Volontairement ou non.
En tout cas, l'information était essentielle, il ne semblait à priori pas faire parti de la communauté que je recherchais. Dommage.
Il tenta ensuite de se redresser mais tomba contre le mur.

- Si jamais vous connaissez un médecin ...


Un médecin. Hé bien... c'est-à-dire que je n'en connaissais pas personnellement, non, mais les Venezzio eux, avaient beaucoup de relations. Et si l'un de leurs hommes avait besoin d'un médecin, ils en avaient probablement sous la main. Et de n'importe quel genre. Une blessure à la tête ? Armando était capable de sortir un neurochirurgien-tout-équipé-tout-beau-tout-neuf de son chapeau en 3 minutes chrono.
Mais là, au risque de faire griller ma couverture, je ne pouvais rien demander aux Venezzio.

Je lançais alors un soupir de dépit...

- Désolé, je n'en connais pas.

Je ne pouvais tout de même pas laisser ce type mourir. Il ne m'avait rien fait.

- Je ne suis pas d'ici en plus, donc je ne connais pas bien la ville. Mais j'imagine qu'un médecin doit être trouvable... peut-être que des gens pourront nous aider.

Ouais... c'est ça ouais.
Tout le monde avait tendance à se la jouer ultra-perso depuis quelques mois, alors pourquoi cela changerait-il subitement ?

- On pourra aller se renseigner plus tard, mais en attendant, je crois que tu as besoin de te reposer, tu ne tiens pas debout.

Je n'avais nullement l'intention de faire ma vie avec lui, mais je ne pouvais pas le laisser tout seul pour l'instant. Une fois que l'on aurait un médecin ou une infirmière sous la main, je pourrais alors continuer ma mission.
Mon ventre se mit alors à gargouiller... ce qui fit esquisser un petit sourire à... comment s'appelait-il en fait ?

- Bon... je crois que je vais aller chercher un petit truc à manger, essaye de te reposer. Je m'appelle Nathaniel, pour info, mais appelle-moi Nate.


Je sortis alors une petite couverture de survie de mon sac pour couvrir le grand blessé. Je ne pouvais pas l'amener avec moi dans un état pareil. Il faudrait donc qu'il m'attende quelques instants...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Jeu 21 Jan - 20:49

    Il soupira. Il ne m'en fallu pas plus pour comprendre. Il faudrait donc que je me débrouille réellement tous seul ...

    - Désolé, je n'en connais pas. Je ne suis pas d'ici en plus, donc je ne connais pas bien la ville. Mais j'imagine qu'un médecin doit être trouvable... peut-être que des gens pourront nous aider.

    - Surement pas ... Les médecins qui reste... vive en communauté... Ils doivent avoir peur... de pas s'en sortir ... Car depuis que la guerre... à commencer... Aucun médecin en vue...


    J'avais de plus en plus de mal à parler. Déjà que je ne suis pas de nature à converser. Mais là ... j'aurais pu pleurer, voir arrêter de respirer en espèrent que cela s'arrête. Comment un truc si petit peut nous faire aussi mal. Mais vraiment mal. Et puis quelque chose attira mon attention ... Nous ? Depuis quand il y a un nous. Surtout à notre époque. Mais je n'osais pas en dire davantage. Par peur de l'offusquer ou le vexer alors qu'il m'aidait.

    - On pourra aller se renseigner plus tard, mais en attendant, je crois que tu as besoin de te reposer, tu ne tiens pas debout.

    - ...

    Je restais silencieux. J'étais effectivement fatigué. Fatigué au point de n'être plus qu'une simple ombre. Plus la fatigue me prenait, plus mes démons resurgissaient. Et puis un petit bruit que je n'avais pas entendu depuis longtemps me ramenait à mon interlocuteur. Ce grand blond aurait-il faim ? Pas possible. Je souris malgré moi. Pas marrant, je suis au courant, mais c'était tellement ... Normal, que ça me faisait rire. Enfin un être humain qui fonctionne normalement. Ca faisait longtemps. Surtout depuis l'épisode de mon père.

    - Bon... je crois que je vais aller chercher un petit truc à manger, essaye de te reposer. Je m'appelle Nathaniel, pour info, mais appelle-moi Nate.


    Nathaniel ... Pas commun. Il sorti de son sac une couverture de survie et la déposa sur moi ... Mon visage se figea. Je n'étais pas un gamin. Non mais oh ! J'aurais pu le faire tous seul. Nathaniel t'es bien gentil, mais me prend pas pour un grand handicapé non plus. J'ai déjà été assisté toute ma vie:

    - Nathan, mais on va éviter les surnoms sinon on va confondre ...


    Et puis il parti. Me laissant sombrer peu à peu. La fatigue quand tu nous tiens ... Je sombrais alors lentement dans les bras de Morphée. L'impression que le temps s'arrêtait faisait du bien. Mais quelque chose me disais qu'il fallait que je reste conscient. Je n'avais pas assez confiance dans ce monde pour me permettre d'abandonner toute garde. J'avais eu du flaire. Un bruit de métal me fit sursauter. Réveillant mon organisme d'un seul coup. D'où venait le bruit ?

    Putain ... Je ne voyais presque rien ... Je longeai alors le mur contre lequel Nathaniel m'avait posé. Jusqu'à sortir de la pièce. D'autres bruits .... Je reculais davantage avant de tomber sur un os. Et c'est le cas de le dire. Un mort mort au sol... Les os qui craquent sous son poids c'est toujours ... Gorre non ? Les bruits se rapprochèrent... Me dite pas que j'allais clamsé d'une autre façon qu'à cause de cette foutu blessure. Et puis, en essayant de me redresser, je sentis quelques choses de froids sous mes doigts... Si dieu existe il venait de me faire un signe. Mes doigts se resserrent sur l'objet. Et je repris ma marche ... Arrière... "L'autofocus" de mes yeux, si on peux le nommer ainsi, décida d'enfin clarifier la situation. Mais ça m'aidait toujours pas à trouver d'où venait les fameux bruits. Je retrouvais enfin mon mur, les bruits venaient de derrière. Où j'étais deux minutes avant. Le joujou froid que j'avais trouvé allé donc me servir. J'avais plus l'habitude des sniper. Mais là on ferait avec. Si j'arrivais à bouger. Mon ventre me tira d'un coup. Puis je me mis à trembler. De froid, de fatigue, de douleur ... Même s'il arrivait devant moi je serais incapable de l'abattre.

    Je m'avançais alors vers la pièce. Avant de me tourner d'un coup. Direction, l'endroit ou Nathaniel m'avait déposé. Et en parlant du loup... Je soupirais bruyamment. Pas de panique ce n'est que lui ... Je m'écroulais de nouveau contre le mur. Lâchant par la même occasion mon arme, qui tomba juste à côté de moi. Plus soulagé qu'autre chose. Mais j'avais fait le con. Dans mon état jouer les super man ce n'est pas très malin...

    - Identifie toi la prochaine fois ... Ça m'évitera de vouloir te tirer dessus ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Mar 26 Jan - 21:00

- Nathan, mais on va éviter les surnoms sinon on va confondre ...

Pas faux.
Je sortis quelques minutes pour chercher un peu de bois sec. J'avais une ou deux conserves dans mon sac et je pensais les faire chauffer pour qu'on puisse manger quelque chose, même si Nathan en avait visiblement beaucoup plus besoin que moi.
J'espérais qu'il puisse un peu se reposer en attendant.

Après avoir trouvé ce qu'il me fallait aux abords de Central Park (et ce ne fut pas très facile, beaucoup de bois était humide), je me rendis à nouveau dans le bâtiment où j'avais laissé Nathan un peu plus tôt.
A peine pénétrais-je dans le bâtiment, que des bruits étranges se firent entendre. Un bruit métallique... puis d'autres...

Je déposais le bois à terre, ça attendrait plus tard, et je pris mon arme, au cas où. Je me déplaçais lentement, aux aguets, me rapprochant peu à peu de l'endroit où j'avais laissé Nathan. Impossible qu'il fasse tout ce raffut, il était bien trop mal en point.

Et quelques secondes, je fus arrivé à ce fameux endroit... mais il n'était plus là... Heureusement, je tombais bien vite nez à nez avec lui.
Il soupira fortement et retomba contre le mur, soulagé.

- Identifie toi la prochaine fois ... Ça m'évitera de vouloir te tirer dessus ...

Je lui fis signe de parler moins fort.

- J'y suis pour rien pour tous ces bruits... je croyais que ça venait peut-être de toi mais on dirait que non.

A ce moment là, un nouveau bruit métallique sourd se fit entendre. Et cette fois, je déclenchais la sécurité de mon glock.

- Nous ne sommes pas seuls ici. C'est certain.

Je jetais alors rapidement un oeil sur l'arme de Nathan. Du bon matos. J'espérais qu'il sache s'en servir au cas où.

- Bon... je vais aller voir ce qui se passe, reste ici, ou trouve-toi une planque. Si quelqu'un se montre menaçant, hésite pas à tirer.

J'avais parlé d'une voix basse, pour que lui seul m'entende. Nous savions que nous n'étions pas seul dans ce bâtiment, mais ce n'était probablement pas réciproque. Nous avions l'effet de surprise pour avantage.

Je m'avançais dans la pièce tandis que Nathan se dirigeait vers un recoin pour se planquer, mais à peine me trouvais-je à la porte donnant sur le long couloir passant de l'autre côté du mur, que j'aperçus une silhouette.

Je me figeais, jetant un regard à Nathan. Un regard qui en disait long.

"Il y a quelqu'un, soit prudent.".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Mar 26 Jan - 21:56

    Il me fit signe de baisser d'un ton presque aussitôt. Ce n'est pas possible ce monde était vraiment invivable.

    - J'y suis pour rien pour tous ces bruits... je croyais que ça venait peut-être de toi, mais on dirait que non.

    A ce moment les bruits se reproduisirent. Mais de l'autre côté du mur. Moi qui étais certain qu'ils venaient d'ici. Nathaniel sorti une arme. Aucun doute il avait l'habitude d'être en danger à chaque instant. Et puis il me sortit une vérité:

    - Nous ne sommes pas seuls ici. C'est certain.

    - J'avais remarqué merci.

    Je me relevai difficilement. Mes côtes me brulaient de plus en plus. Je repris alors mon arme, sorti le chargeur afin d'y vérifier la contenance. Charger. Je redressais alors le regard vers Nate. Il semblait sur de lui et de son plan. Je ne fis que hocher la tête pour valider ses dires.

    - Bon... je vais aller voir ce qui se passe, reste ici, ou trouve-toi une planque. Si quelqu'un se montre menaçant, hésite pas à tirer.

    Et puis il partit. Je me reculais vers l'entrée. L'endroit d'où venait le bruit. Bizarrement de la poussière avait été remué récemment. Et à un autre endroit ou personne n'était passé. Entre Nate et moi. En parlant de lui, il venait de disparaitre derrière le mur. Mais quelques choses ne tournait pas rond. Trop calme. Vraiment trop calme. Les pas semblaient s'être arrêté. Ceux de Nate. Pourquoi aucune idée. Je ne pouvais vraiment pas rester ici sans bouger . Je partis alors à la rencontre de Nate. Plus vraiment seul pour être exacte. Il tenait un homme. Un flingue à la main. L'inconnue ne semblait pas vouloir bouger. Ou pas pouvoir. Nate était face à moi et l'autre me tournais le dos. Je ne pouvais donc pas vraiment m'avançait sur les intentions exacte de cet homme. Mais celui qui arrivait par derrière. Lui ne semblait pas vraiment sympathique. Nate ne semblait pas l'avoir vu. Et lui ne semblait pas m'avoir vu non plus. Cacher dans l'ombre.

    Il dressa son arme en direction de Nate. Et sans réfléchir j'ai tiré. Je n'avais pas l'habitude de faire ça. Mais je lui devais quelque chose, alors tirer sur son futur ennemis ne sera pas de refus. Mais je le ratai de peu. Ma blessure m'avait coupé le souffle et au moment de tirer j'avais légèrement dévier. Un balle à quelques centimètres du coeur. Une blessure assez importante pour qu'il s'écroule, mais pas assez pour le tuer.

    Crac. Un bruit derrière moi. Je me retounais d'un coup. J'avais raison. Il y avait bien quelqu'un de l'autre côté. Mais avant que je comprenne quoi que ce soit, je reçus un coup important sur ma blessure. Un coup de trop. Cette fois-ci je ne pouvais plus. Je m'écroulais sur le sol. Crachant par la même occasion un peu de sang. Merde ! Quel con. Je savais qu'il y avait quelqu'un. Je l'avais entendus alors pourquoi avoir fait demi-tour pour trouver Nathaniel. Mon cerveau me rejoua des tours et rapidement tous s'accéléra. Je repris mon arme, bascula sur le dos et la dirigea vers le troisième homme. Je n'étais pas le seul à l'avoir dans la ligne de mire. Le grand blond l'avait aussi. Comment je n'en avais aucun idée. Mais nous échangeâmes un regard rapide avant de s'exécuter à la même tâche. Désarmer l'homme.

    Puis un grand blanc. Le temps de s'assurer qu'il n'y avait plus personne. Il n'y avait plus personne. Mes oreilles n'entendaient que nos respirations. Nous étions de nouveau les seuls à être en mesure de respirer normalement. Je me relâchais d'un coup. Laissant reposer ma tête contre le sol:

    - Dis-moi que j'ai raison en affirmant qu'il n'y a plus personne de dangereux ici ...

    De nouveaux bruits ... Merde. J'étais mort. Je ne pourrais plus jouer les héros bien longtemps
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Jeu 28 Jan - 12:45

Je m'avançais alors dans le couloir, arme à la main, et malgré la pénombre la silhouette ne tarda pas à me remarquer. En deux temps trois mouvements, je braquais mon flingue sur lui. Il ne bougeait pas, mais ne semblait pas plus inquiet que cela pour autant.
Nathan arriva juste après, derrière le mec que je tenais au bout de mon glock.

Et là, Nathan tira.
Je me retournais, et aperçu un second homme derrière moi. Je ne l'avais pas vu, trop absorbé par celui qui se trouvait face à moi.
Une balle juste à côté du coeur. Pas mal joué !
Le pauvre type s'était écroulé au sol.

Nathan s'écroula à son tour, frappé par un autre type, que je ne manquais pas de prendre aussitôt dans ma ligne de mire. Nathan était encore assez réveillé pour le faire à son tour.
Nous nous regardâmes rapidement avant de nous occuper de lui.
Place nette.

Nathan relâcha la pression, épuisé et affaibli.

- Dis-moi que j'ai raison en affirmant qu'il n'y a plus personne de dangereux ici ...

De nouveaux bruits se firent entendre à quelques mètres de nous avant que je n'ai pu lui répondre. Dans la confusion, le premier type que j'avais aperçu s'était enfui... ou bien il était parti chercher une arme.

- Je crois qu'on a encore un type sur le dos...


Et nous ne pouvions nous permettre de risquer notre vie stupidement encore une fois. Je donnais un coup dans les deux corps à nos côtés pour vérifier qu'ils étaient bien out pour le moment, tout en éloignant leurs flingues de là. Je les donnais à Nathan.

- Garde-ça pour le moment, je vais voir si je trouve notre premier ami...

Et hop, en quelques pas je le trouvais recroquevillé dans un coin de la pièce où nous nous trouvions auparavant avec Nathan. Il avait visiblement peur, il avait l'air ailleurs, le regard vide...

- Super... un toxico.

Il tremblait, et pas de froid.
Je braquais mon flingue sur lui, le regard dur.

- Barre-toi d'ici et ne reviens plus. Si je revois ta face dans le coin, t'es mort.

Ni une ni deux, il prit ses jambes à son cou, titubant.
Il devait être complètement défoncé.
Pourtant nous savions que Central Park était un repère de drogués, nous aurions dû nous y attendre.
M'enfin.

Je retournais alors vers Nathan, adossé au mur du couloir.

- La voix est libre, cette fois.

Je l'aidais alors à se relever.

- T'es pas mauvais avec un flingue dis-moi.

Et pour son âge, il ne devait pas avoir 20 ans, c'était assez inhabituel. Mais plus rien ne me surprenait de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Jeu 28 Jan - 18:23

    Les bruits venaient simplement du type qu'avait menacé Nathaniel. Il me regarda et décida à me répondre:

    - Je crois qu'on a encore un type sur le dos...

    Ce n'était pas possible. J'étais réellement à bout. Je n'arrivais même pas à imaginer le moindre mouvement. Les mains qui tremblaient et bien d'autres chose. Il me donna les flingues des deux autres. Instinctivement je vérifiais le chargement avant de me redresser un petit peu.

    - Garde-ça pour le moment, je vais voir si je trouve notre premier ami...

    Ce qui se passait derrière moi m'était inconnue. Et franchement, je n'allais pas bouger pour aller voir. Je n'en pouvais réellement plus. Je n'avais pas réellement l'habitude d'abandonner. Mais mon corps avait réellement trouvé ses limites. Je n'étais qu'un humain après tout. J'avais réussi à me trainer jusqu'au mur. Il m'avait fallu beaucoup d'énergie. Je reposai donc ma tête contre le mur. Littéralement vider de mon énergie. Ne souhaitant qu'une chose: Dormir.

    - La voix est libre, cette fois.

    Il me sortit de l'état second dans lequel je m'étais plongé. Il m'aida alors à me relever. Faudrait vraiment que je pense à le remercie. Hors mis le fait que je manquai de très peu de m'éclater sur lui, mon retour fut sans problème.

    - T'es pas mauvais avec un flingue dis-moi.

    - Merci, mais j'étais pas avec mon arme de prédilection. Et avec les temps qui courent, il est préférable d'être ok non ? D'ailleurs je te retourne ta remarque

    J'étais ni violent, ni un assassin dans l'âme. Je m'étais juste adapté. Et lui aussi. Voir beaucoup plus fort que moi. Il avait un style, une aisance que j'étais loin d'avoir. En même temps nous ne semblions pas avoir le même âge. Alors c'est surement ça. Il a beaucoup plus vécut que moi. Et un blanc s'installa. Personne ne décocha un mot. Pourquoi ? très bonne question. Alors je tendis les deux flingues à Nate. Gardant celui que j'avais trouvé. Je ne me ballade jamais sans arme, alors me savoir sans "protection" me rendais trop nerveux.

    - Chargeur plein, ils ne l'ont pas utilisés.

    Des détails utiles selon moi. Peut-être pas pour lui. Mais pour moi si. Je savais qu'on avait deux armes en réserve au cas ou. Et ne pouvant pas me déplacer rapidement, une protection supplémentaire ne serait pas de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Ven 29 Jan - 16:03

- Merci, mais j'étais pas avec mon arme de prédilection. Et avec les temps qui courent, il est préférable d'être ok non ? D'ailleurs je te retourne ta remarque

Oui. Bon. OK.
C'était pas comme si c'était mon métier hein ?
Mais je ne pouvais pas lui dire ça.

Je me contentais alors de le remercier d'un mouvement de tête. Les temps qui courent expliquaient tout, bien heureusement.

Nathan me tendit ensuite les deux flingues trouvés...

- Chargeur plein, ils ne l'ont pas utilisés.


Ouh, bien.
Exactement ce qu'il fallait me dire.
Que quelqu'un revienne à la charge pour nous faire chier, et ils paieraient. Les réserves de balles n'étaient pas inépuisables, alors trouver deux flingues chargeur plein, c'était du pain béni. Cela pouvait toujours servir. Et j'étais sûr, que ça allait servir. Tôt ou tard.

J'esquissais un petit sourire de satisfaction tout en regardant Nathan.

- On va les mettre de côté au cas où.

Bon, c'était pas tout, mais j'avais véritablement faim maintenant. Rien de tel qu'un peu d'action pour s'ouvrir l'appétit.
Sans un mot, je retournais à l'endroit où j'avais abandonné tout le bois récolté, et en moins de deux, Nathan et moi-même nous trouvâmes devant un bon feu, heureux de pouvoir se réchauffer.
Nathan était toujours conscient, mais sa blessure l'affaiblissait.

- Bon, je te promets rien, mais dès demain j'essaye de te trouver un toubib.


Après tout, il m'avait lui aussi sauvé la vie en descendant le type qui allait s'en prendre à moi tout à l'heure. Alors je ne pouvais pas le laisser mourir.
Je fouillais dans mon sac à la recherche de quoi manger. J'avais deux conserves en ma possession. Il faudrait bientôt que je passe me réapprovisionner chez Armando.

- Chili ou euh... mélange de légumes divers ?

Vu sa tête à l'énoncé des mets que nous avions en notre possession, je mis le Chili sur le feu. Je sortis également une grande gourde de mon sac, la tendant vers Nathan.

- Bois un coup, avec tout le sang que t'as perdu, tu dois en avoir besoin.

Il ne se fit pas vraiment prier et s'exécuta.
Les choses sérieuses pouvaient commencer.

- Bon, alors, tu vas me dire ce qui t'es arrivé ?

Il était si blanc que j'aurais cru sans mal qu'il n'avait rien mangé depuis des jours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Dim 31 Jan - 21:58

    Il esquissa un petit sourire assez particulier. J'étais vraiment loin de la vérité. Ou du simple contacte humain. J'avais l'impression d'être une bête de foire. Un mec qui s'étonnait à chaque mouvement ou signe normal chez un humain.

    - On va les mettre de côté au cas où.

    Et puis il repartit en direction de ... en direction de la sortie. Revenant du bois à la main. AHHHHHH du feu. Un sourire débile fendis mon visage. Un sourire de satisfaction immense. Je me sentais un tout petit peu humain et cela grâce au feu qui me rendait peu à peu mes mains. Un petit plus dans mon état. Mon état presque catastrophique n'empirai visiblement pas.

    - Bon, je ne te promet rien, mais dès demain j'essaye de te trouver un toubib.

    Un sourire reconnaissant s'incrusta sur mon visage. Je fis alors un signe bizarre de la main. Un signe de remerciement en quelques sortes.

    - Chili ou euh... mélange de légumes divers ?

    Euhhhh. La question se posait vraiment ? Et avant que je ne réponde, il ouvrit la boite de Chili. Perspicace le jeune. Et puis il me tendit une gourde d'eau. De l'eau ... Putain depuis combien de temps je n'avais ni bu ni mangé ? Je me rendis compte que je creuvai de faim et surtout de soif.

    - Bois un coup, avec tout le sang que t'as perdu, tu dois en avoir besoin.

    Alors sans me faire prier davantage, je saisis la gourde et bu une bonne gorgée. Je soupirais profondément avant de lui rendre. À force de perdre des litres de sang, je m'étais quelque peu déshydraté.

    - Bon, alors, tu vas me dire ce qui t'es arrivé ?

    - Euh

    C'était dur à dire. Dur à faire comprendre et je ne savais pas si je devais vraiment lui dire. Après tout ... ce n'était pas vraiment quelque chose que l'on pouvait dire. Même si je commençais à "apprécier" Nate, cela relevé de l'impossible. Impossible à faire comprendre. Et puis je ... ... Moment de vide. J'avais l'impression d'être partis durant de longues heures. Des moments d'absences n'était vraiment pas au programme. Et plutôt mauvais signe. J'étais donc assez ... Faible ? Pour me déconnecter. Rien avait changé autour de moi. Alors combien de temps avait duré mon petit voyage:


    - Euh ... Comme je te l'avais déjà dit ... c'est assez compliqué. On va dire que je ne suis pas mauvais en informatique et mon père a décidé de reprendre ses droits ... Et comme tu peux le voir on a eut un petit différent.


    Mon regard se figea de nouveau sur le feu. A en croire par les fréquences, j'étais vraiment mal. Surtout avec le sentiment de n'être qu'une merde. Un mec qui ne ressemblait plus à rien. Juste à une loque sans force et limite drogué. J'en pouvais plus...

    - Je suis resté dans une pièce deux semaines ... avec presque rien à manger ni à boire ... Juste de quoi me tenir calme pendant des heures ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Mer 3 Fév - 15:27

- Euh...

Il hésita avant de répondre.
Je ne lui demandais pas non plus de me raconter sa vie, mais si j'avais en face de moi un sale type, je préférais le savoir. Non pas que cela me dérange, je n'étais moi-même pas vraiment fréquentable, mais si Nathan était un psychopathe, j'estimais juste avoir le droit d'être au courant.

Nathan perdu rapidement le fil, fermant les yeux quelques instants. Il était faible, mais je lui faisais la conversation pour ne pas qu'il perde connaissance justement. Cela pouvait lui sauver la vie.
Heureusement, au bout d'à peine une minute il revint à lui, et continua presque comme si de rien n'était... une petite absence, voilà tout.

- Euh ... Comme je te l'avais déjà dit ... c'est assez compliqué. On va dire que je ne suis pas mauvais en informatique et mon père a décidé de reprendre ses droits ... Et comme tu peux le voir on a eu un petit différent.


Son père ? Son père lui avait fait ça ?
Pour un petit différend, ça me paraissait un peu... gros. Mais il poursuivit...


- Je suis resté dans une pièce deux semaines ... avec presque rien à manger ni à boire ... Juste de quoi me tenir calme pendant des heures ...


Ah, ouais. Quand-même.
Il devait être mort de faim en fait.
Sans attendre, je lui servais une bonne assiette de chili, qu'il prit avec plaisir.

- Et c'est ton père... qui t'a tiré dessus ?

J'imaginais que non, pas directement. Un père ne pouvait tout de même pas tirer sur son fils, même se détestant à un point inimaginable.

- Si il t'a retenu contre ton gré, tu ne dois pas être particulièrement fan de lui...

Et le mot devait être faible. Très faible.

Ces histoires de famille me dépassaient complètement. Moi je n'avais personne, et c'était très bien comme ça.
Je souris un instant en pensant aux relations tendues existantes entre Armando et Vitaly. Ils n'avaient pas du tout la même conception de la vie, et les accrocs étaient fréquents entre eux.

- Pour ma part, je suis nul en informatique. Enfin, comme tout le monde quoi. Mai sje me débrouille pas mal avec des armes...


Sans déconner. C'était un vrai métier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Mer 3 Fév - 17:15

    Je venais tout juste de finir ma phrase que Nate me servit une vraie assiette de chili . Ah mon dieu je' l'aime ... La faim fait vraiment dire n'importe quoi. Je ne me fis pas prier et acceptais avec plaisir ce petit cadeau riche en calorie. Rien qu'a sentir l'odeur j'étais déjà mort de faim. La première bouché fut comme une libération pour moi. Savoure Nathan, savoure. Rien à dire un être humain avait vraiment besoin de manger ...

    - Et c'est ton père... qui t'a tiré dessus ?

    Je m'arrêtais un instant. J'imagine aisément qu'il allait s'attendre à un non. Mais ce ne serait pas le cas.

    - Oui ... Ses hommes de mains n'étaient pas encore arrivés.

    Dur à imaginer. Un homme, qui plus ait un père, tirant sur son fils. C'était loufoque. C'est pour cela que je n'osais pas dire clairement que mon père était le chef, ou je ne sais quoi, d'une bande de hors-la-loi. Surtout devant Nate. Je n'avais pas très envie qu'il me lâche maintenant. Et qu'il prenne peur à apprenant la vérité sur mon compte...

    - Si il t'a retenu contre ton gré, tu ne dois pas être particulièrement fan de lui...

    Je manquais de m'étouffer. En effet. Il me fallut quelques minutes pour reprendre mon souffle et lui exprimer l'étendue de mes sentiments envers ce connard.

    - C'est un connard excentrique qui se prend pour dieu uniquement parce qu'il a fait du crime son métier. Un enfoiré qui séquestre sa femme et flingue son gamin. Une enflure qui n'a strictement aucune raison d'être encore en vie ...

    Je me rendis compte de mes mots. Mais trop tard. Il était sorti. Bien trop vite. Je ne le portais vraiment pas dans mon coeur. Désolé, mais c'est ainsi. Cette haine était plus ou moins nouvelle. En réalité elle avait mûri en deux petite ssemaines quand j'avais tout appris. Deux semaines pour haïr un homme qui décidait enfin de s'intéresser à moi. J'aurais pu l'accepter comme père et me confondre dans la perversion la plus totale sans jamais m'inquiéter de rien. Me contentait de tirer et tuer quelques personnes. Mais non. Pas avec lui. Je ne voulais pas, je ne pouvais pas être une de ces nombreuses branches qui le soutenaient nuit et jour.

    -Désolé ... C'était ... Spontané dirons-nous.

    Et puis il enchaîna. Sur lui, enfin ... Qui était-il vraiment ?

    - Pour ma part, je suis nul en informatique. Enfin, comme tout le monde quoi. Mais je me débrouille pas mal avec des armes...

    - On dirait bien ... Tu y touchais un peu avant la guerre non ? Enfin prend le pas mal... Mais t'as l'air de gérer, donc je demande comme ça.

    Faux pas comme tout le monde, vus que je ne le suis pas. Mais bon je n'allais pas non plus m'attarder des heures et des heures sûr le sujet. Quoi qu'il me répond j'étais sur de moi. Il devait faire un sport de précision ou autre. Ou si ce n'était pas le cas ... Il avait juste la classe avec une arme !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Ven 5 Fév - 10:50

Il ne se fit pas prier pour répondre du tac au tac.

- On dirait bien ... Tu y touchais un peu avant la guerre non ? Enfin prend le pas mal... Mais t'as l'air de gérer, donc je demande comme ça.

J'y touchais un peu, oui. On pouvait dire ça comme ça.
A la mort de ma mère, lorsque j'ai tout fait pour me venger, je me suis arrangé pour prendre quelques leçons de tir. Puis ensuite, l'histoire a fait que j'ai dû me servir d'une arme assez souvent.
Bien sûr, il y avait eu quelques petits incidents au début, comme le témoignait ma cicatrice... enfin bon, c'était du passé.

- Disons qu'à la mort de ma mère j'ai tout fait pour... comment dire... la venger. Elle s'est faite assassiner lors d'un cambriolage un peu bizarre... et à partir de là, j'ai appris à me servir d'une arme, voilà tout.


Évitons quand-même de lui parler de mon métier, ça pouvait faire un peu peur.

- En tout cas, je vois que niveau famille, on a pas été gâtés ! Bienvenue au club !

Je lui fis un clin d'oeil assez cynique avant de continuer à manger. Le reste du repas se déroula d'une manière assez silencieuse. Nous étions fatigués, et ça se voyait.
A peine une demi heure plus tard, nous nous endormions comme des masses à côté du feu.

Vers 5h du matin, je fus réveillé par mes propres tremblements. Il faisait horriblement froid et le feu était mort.
Je sortis rapidement pour chercher du bois. Nathan, lui, dormait toujours.

A 7h du matin, la pièce s'était réchauffée, et j'avais trouvé un paquet de gâteaux en bon état dans un des appartements de l'immeuble. Fouiller les appartements désertés était souvent un bon moyen de tomber sur des denrées encore mangeables.
J'avais aussi fait bouillir de l'eau pour faire un peu de café. Bien que je n'aimais pas trop ça, il fallait avouer que cela réchauffait.

Nathan se réveilla quelques minutes plus tard, en sueur, le visage crispé par la douleur.

- Tu veux une dose de morphine ?


Rien de tel qu'une petite dose d'anti-douleur au réveil !

- Ou un peu de café fera l'affaire ?

Il avait déjà refusé hier de reprendre de la morphine, donc pas étonnant qu'il refuse à nouveau. Aujourd'hui, il nous faudrait trouver un médecin. Ou Nathan allait y passer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Ven 5 Fév - 13:39

    - Disons qu'à la mort de ma mère j'ai tout fait pour... comment dire... la venger. Elle s'est faite assassiner lors d'un cambriolage un peu bizarre... et à partir de là, j'ai appris à me servir d'une arme, voilà tout.

    Ma bouche dessina un sembla de ah... Je ne pouvais rien ajouter à cela. J'étais à présent dans un cas semblable et franchement je ne dirais pas non à quelques petits cours de tire. Histoire de ne pas le loupé. Histoire de lui faire aussi mal qu'il m'en avait mal. Des objectifs bien noire pour un gamin de moins de vingt ans.

    - En tout cas, je vois que niveau famille, on a pas été gâtés ! Bienvenue au club !

    Un échange de clin d'oeil assez cynique avant de reprendre non activité principale:Manger. Nous étions tous les deux fatigués. Et après avoir, gentiment, refusé sa proposition de morphine nous nous sombrâmes dans un sommeil assez profond. Près d'un feu. Un feu qui nous berça avec ses craquements et sa chaleur.

    Ma nuit fut bien difficile. Je "dormais". Quoi que cela était un bien grand mot. Depuis deux semaines je carburais à la drogue, enfin carburer ... Je dormais avec ça. Alors forcement sans ... J'avais vraiment l'impression d'avoir un vide. Bien que ce vide n'étais pas SI grand que cela. Le fait d'être à moitié mort surement. Mais plus la nuit avançait plus je regrettais mon choix d'avoir refusé sa proposition. Car ce n'était plus vraiment le manque qui me troublait, mais la douleur qui monté de plus en plus. De plus en plus de mal à rester paisible. Et même la fatigue avait du mal à s'imposer. Peut-être bien que le physique se reposait, mais le mental ... Moins sur déjà.

    Et puis d'un coup la douleur me saisit aux trips. Je me réveillais d'un coup. La respiration altente. Le front en sueur. Comme le reste d'ailleurs. Un rapide coup d'oeil autour de moi pour trouver Nataniel. Toujours là. Je ne sais pas pourquoi, mais cela me rassurait. Je me redressais alors portant par la même occasion une main à mon ventre. Constatant malheureusement que la blessure c'était réouverte... Et surement infecter. Je dis ça, mais je n'ai que cette explication pour expliquer la douleur, la fièvre et cette impression de douleur. Nate allait engager la discussion. Mais quoi qu'il dise je me voyais mal passer la nuit.

    - Tu veux une dose de morphine ? Ou un peu de café fera l'affaire ?

    Je baissai instinctivement les yeux. Regardant attentivement ma main ensanglantée. Ma réponse était toute fait. J'avais mal, un mal de chien, mais ... J'avais besoin de savoir quand j'allais réellement mal. Et ce n'est pas shooté que j'y arriverais.

    - Le café fera l'affaire...

    Même si j'avais une saint horreur du café. Je me dis que la caféine me tiendra éveillé et que j'aurais un peu plus chaud. Je me rapprochais un peu du feu frottant mes bras avec mes mains. Il fallait que je trouve un pull et rapidement. J'étais réellement gelé.

    - Je ne peux pas rentrer chez moi ... trop de risque de croiser un gars de mon père... si ça te dérange pas je vais m'éclipser le temps de trouver un pull ou un truc assez chaud pour éviter de mourir de froid. Ca serait con surtout quand on peut mourir d'une magnifique plaie par balle.

    Et oui je faisais de l'humour. Ou de l'ironie au choix. J'étais plus vraiment capable de faire autre chose. Je pris alors une grande inspiration avant de me redresser. Inutile de préciser que mon visage se figea dans la douleur. Inutile, aussi, de préciser que tout tourné autour de moi. Je me ré assis bien rapidement. Une attitude con au visage:

    - Après je crois ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Mer 10 Fév - 15:29

Il se rapprocha du feu, congelé. Le manque de sang et de forces ne devaient pas aider.

- Je ne peux pas rentrer chez moi ... trop de risque de croiser un gars de mon père... si ça te dérange pas je vais m'éclipser le temps de trouver un pull ou un truc assez chaud pour éviter de mourir de froid. Ca serait con surtout quand on peut mourir d'une magnifique plaie par balle.

Quel humour. Il ne pouvait même pas se lever, mais au moins, il gardait un certain sens de la dérision.
Il essaya pourtant de se lever, avant de se raviser.

- Après je crois ...

Ah ah ah.

- Après quoi ? T'y arriveras jamais, pas dans cet état là.

Le constat était terrifiant, mais réaliste.
Je pris alors mon sac pour en sortir un pull. J'avais toujours des choses utiles sous la main. Je lui balançais alors en pleine tête.

- Mets-ça, et reste bien à côté du feu. Garde la couverture de survie sur toi aussi.

J'avais un peu l'impression de lui donner des ordres, mais c'était surtout pour lui sauver la vie.
J'avais pris une décision cette dernière heure, et je savais déjà que j'allais le regretter tôt ou tard. Mais il le fallait.

Il nous fallait un médecin, j'allais donc en dénicher un chez Armando. Il pouvait bien faire ça pour moi.

- J'ai une idée pour trouver un médecin. Mais je te préviens d'avance, ne me pose pas de question. Ne me demande pas d'où il sort, et comment j'ai fait pour te l'amener. Il viendra, il te soignera, point barre.

Il me fixait, l'air un peu désabusé, mais acquiesça. Tout ce qui lui importait pour le moment, c'était de vivre.
Je me levais alors, et sur un ton assez sérieux je lui dis...

- Bon, je reviens d'ici deux heures, avec un toubib. Reste en vie pendant ce temps là, et tout ira bien.

Il avait passé la nuit, il pouvait bien tenir encore deux petites heures, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Was it a dream?   Mer 10 Fév - 21:32

    - Après quoi ? T'y arriveras jamais, pas dans cet état là.

    Euuuuuh... Oui en effet je n'y arriverais surement voir pas du tout. Dur de me faire à l'idée que le pauvre mec solitaire que j'étais, étais en train de coller un feu face à un mec. Et puis il fouilla dans son sac. Qu'allait-il encore sortir... Un four ? Non loupé. Il sortit un pull of course. Marry Popins en mec. Il avait tous ce grand gaillard. Il me le lança en pleine tête. Je n'avais même pas essayé d'esquiver. De toute façon le temps que sa monte au cerveau et redescende ... ce n'était vraiment pas possible

    - Mets-ça, et reste bien à côté du feu. Garde la couverture de survie sur toi aussi.

    Je lui lançai un regard méchant. Plus inconsciemment qu'autre chose. Je n'aimais pas vraiment qu'on me parle comme ça. Trop de souvenir. Trop de trop. Les médecins m'avaient trop souvent parlé ainsi et je m'étais trop souvent incliné. Alors de temps en temps je réagisse mal quand on me parlé de façon autoritaire. Je lâchais enfin mon regard après de longue minute de défiance. Non Nathaniel, ce n'était pas contre toi, mais j'avais une sainte horreur de l'autorité. Surtout en ce moment. Mais je finis tout de même part enfiler son pull, m'arrachant au passage une grimace douloureuse. Pas à dire un pull c'est chouette en hiver

    - J'ai une idée pour trouver un médecin. J'entrouvris alors la bouche, mais fut rapidement arrêter par la suite de son discoure. Mais je te préviens d'avance, ne me pose pas de question. Ne me demande pas d'où il sort, et comment j'ai fait pour te l'amener. Il viendra, il te soignera, point barre.

    Alors la ... Si l'on m'avait dit ça il y a dix minutes, même moins, je ne vous aurez pas crus. J'étais aussi perplexe que désabusé. Il devait avoir de sérieux contacte pour s'aventurer sur ce terrain très glissant de la médecine en guerre. Je finis par dire oui de la tête. Même médecinophobe je ne pourrais pas tenir bien longtemps . J'aurais voulu lui en demander plus, mais je venais de gagner mon ticket pour la survie. Il se leva alors et d'une voix très sérieuse me dit:

    - Bon, je reviens d'ici deux heures, avec un toubib. Reste en vie pendant ce temps là, et tout ira bien.

    Ahahah... Facile à dire...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Was it a dream?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Was it a dream?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I dream of becoming a carrot ! :D
» perco dream team
» La Dream Team
» [LEG] Stasis
» Le Goultarminator

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: Parias-
Sauter vers: