AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Together Again { VITALI }

Aller en bas 
AuteurMessage
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Together Again { VITALI }   Ven 11 Juin - 17:27

D'accord. Admettons le, je m'ennuyais comme un rat mort. Je ne faisais strictement rien, et cela commençait à me peser sérieusement. J'avais l'étiquette FRAGILE collée sur le front. Certes, c'était totalement mérité, mais cela ne me réjouissait pas plus que cela. Les gens s'activaient autour de moi, et moi je restais plantée là à les regarder. Même les enfants faisaient plus de choses que moi. C'était désespérant. Heureusement pour moi, j'étais une fille raisonnable. Je savais bien que c'était de ma santé et de celle du bébé qu'il s'agissait. Alors je prenais mon mal en patience, espérant un miracle qui ferait passer le temps plus vite. Avant, je ne m'étais pas rendue compte à quel point c'était ennuyeux d'être ici, quand on n'avait pas de rôle défini. Je comprenais mieux pourquoi Lilly ne se laissait pas aller à l'oisiveté comme l'aurait fait n'importe quel adolescent. Elle s'ennuyait. Il est vrai que cette sensation de vide complet n'était pas très agréable. Et je me sentais seule, c'était incroyable. Bien sûr, Ethan était là, et faisait tout son possible pour rester avec moi, il y avait bien des moments où Alexander et Aaron avaient besoin de lui. Mais si je me sentais seule, ce n'était pas vraiment à cause de ça. J'avais juste l'impression qu'on ne pouvait pas comprendre ce que je ressentais. On pouvait bien essayer, compatir.. Cela ne changerait rien. Personne ou presque n'arrivait à se mettre en tête que je n'étais pas femme à rester immobile, à rien faire. J'avais besoin d'action, comme on dit. Aider les gens, c'était ça ma nature. Mais certes, savoir que c'était pour le bien de mon bébé prenait le pas sur tout. Comme Ethan disait, c'était ça, ma véritable priorité.

Comme d'habitude, j'étais dans le salon, à feuilleter un roman qui n'avait d'intéressant que le titre. Je pouvais bien m'acharner là dessus comme je le voulais, je ne parviendrais pas à m'y plonger. J'avais la tête ailleurs, et il me fallait lire une même phrase plusieurs fois. J'ai fini par le jeter au loin sur le divan, avec un soupir. Génial... J'ai fermé les yeux une minute. Peut-être que j'allais avoir une inspiration divine... Oui ? Non ? Non. Condamnée à regarder cette fichue horloge. À moins que... J'ai eu un sursaut quand un bruit s'est fait entendre dans le couloir. Je me suis redressée, alors que des éclats de voix se faisaient entendre. Parmi elle, j'ai clairement distingué celle de Riley et Aaron. Encore une dispute ? Merveilleux. Je me suis décidée à me lever pour aller voir ça. J'ai ouvert la porte, et comme je m'y étais attendue, Riley et Aaron se disputaient.

« - Tu devrais retourner dans ta tour, princesse, discussion entre hommes.
- Depuis combien de temps est-ce que tu es un homme, Riley ?
- Ouh... Dur ! Un point pour toi. »

J'ai levé les yeux au ciel. Et j'ai regardé Aaron. D'où venait le problème ? Riley n'était pas ivre, et pour une fois il n'avait pas l'air d'être en colère. Il m'a dit que ce n'était rien et ils se sont contentés de me planter là, au milieu du couloir. Je suis restée appuyée contre le mur un instant, et au moment où je m'apprêtais à « retourner dans ma tour », d'autres éclats de voix me sont parvenus. Je n'ai pas pu m'empêcher de soupirer une fois encore. Mais les hommes passaient leur temps à se disputer ou quoi ? Non mais ils étaient fatiguant à la fin... Mais, curieuse, j'ai attendu qu'ils s'approchent. Je me suis retrouvée en face de trois hommes. Matthew et Evan et... quelqu'un dont je ne distinguais pas encore le visage. Evan m'a interpellé assez brusquement.

« - Tu sais où est Alex ? Ou Aaron, ou Ethan, je m'en fiche.
- Aaron vient juste de passer, mais qu'est-ce que..
- On a trouvé ce type, juste devant l'entrée, avec un sac avec plein de conserves dedans. Et il repartait, c'était franchement suspect. Sois gentille, pousse toi. »

Je me suis écartée, et je suis restée la bouche grande ouverte, quand ils sont passés devant moi. Quand j'ai vu le troisième homme j'ai ouvert de grands yeux étonnés et choqués. Non... Non, ce n'était pas... Presque par réflexe, j'ai attrapé la manche de l'homme. Comme dans mes souvenirs. Toujours aussi grand, toujours aussi fin, toujours aussi blond.

« -Vit' ? Vitali ?
- Tu connais ce type, Katarina ?
- Euh... Je... Oui. Oui, je le connais. Ça va, je m'occupe de... je vais l'emmener voir... Ethan. »

J'ai eu un sourire, extrêmement nerveux.

« Vous devriez... retourner surveiller l'entrée. Si Aaron se rend compte que vous avez quitté votre poste, vous êtes morts. Allez-y, je me charge de lui. »

Il sont restés plantés là à me regarder une minute – leurs yeux faisant l'aller retour entre Vitali et mon ventre, avant de rebrousser chemin. Dès qu'ils furent hors de ma vue, j'ai attrapé le bras de Vitali et je l'ai poussé dans le salon, j'ai refermé la porte et je me suis plaquée contre elle, l'air complètement hallucinée. J'ai dû rester muette pendant deux bonnes minutes.

« Vitali ? Mais qu'est-ce que... Je croyais que... les bombes et... oh mon dieu, tu es vivant ! »

Et sans crier garde, je me jetais à son cou. Enfin, façon de parler.

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Ven 11 Juin - 18:03

Bravo, on ne m'y prendrait plus à tenter de faire un truc bien, désintéressé et juste pour faire plaisir à Eden... Cela faisait un moment qu'elle me parlait de venir en aide aux Survivants. Nous savions par Nathaniel que la situation là bas n'était pas reluisante. Cela avait touché Eden. Moi aussi, dans une moindre mesure, j'en étais arrivé à un stade ou c'était chacun sa merde. Mais comment résister aux grands yeux bleus suppliants d'Eden? Impossible.

Alors, j'avais réussi à récupérer quelques vivres et profité que Nathaniel faisait son rapport à mon père pour aller faire un tour vers la Communauté. Seul, bien évidemment. J'étais fou. Si jamais mon père ou un de la bande apprenait ce que je faisais... J'étais mort. Je le savais et ce serait un euphémisme que de dire que j'avais une boule au ventre et les mains moites en approchant avec mon sac. Je le déposai et m'apprêtai à partir quand deux types me tombèrent dessus. Avec une arme dans le poing de l'un d'eux. Merde, ils ne devaient pas en avoir beaucoup, mais j'étais tombé dur un qui en avait une. Pas de bol. Evidemment, on me somma de lever les mains en l'air, ce que je fis et on s'approcha de moi pour me fouiller et fouiller le sac. Je ne pouvais pas me faire prendre... Alors je fis une folie et fonçai dans le type armé, le désarmant d'une attaque basique de judo. Ben oui, j'avais apprit un minimum à me défendre quand même, même si je n'étais pas forcément très doué. Je lui mis un coup de coude dans la mâchoire pour faire bonne mesure, mais l'autre rappliqua, me collant une droite qui me fit vaciller alors que ma lèvre se fendait et que le goût du sang envahissait ma bouche. J'eus aussi le droit à un bon coup de poing dans le ventre et ce ne furent pas mes fins abdominaux qui amortirent le choc qui me fit chanceler et tomber à terre. Le pistolet revint alors, sur ma nuque cette fois.

OK les gars, plus de conneries, je serais sage.

Je fus relevé sans ménagement et les deux types m'agrippèrent férocement pour m'empêcher de me barrer. C'est donc brinquebalé que je fus conduis à l'intérieur, en attente de passer devant un des leaders. Génial... Là, je n'avais plus qu'à prier... Ce que je fis quand nous tombâmes nez à nez avec mon ange gardien qui allait me sortir de là.

Katarina.

Je revins sur ce que j'avais dis : j'avais une chance énorme. Cela dit, mon sourire s'effaça quand je remarquai son ventre proéminent. Surpris.
Elle vola à mon secours et je restai muet alors qu'ils finissaient par me lâcher. Je n'eus même pas le temps de remettre de l'ordre dans mes affaires que Katarina m'attrapait par le bras et me trainait derrière elle avec une force insoupçonnée.

Et enfin, nous fûmes seuls, à l'abri des regards. moi, j'avais les cheveux en bataille, la chemise sortie du pantalon et tâchée de mon sang en petites gouttes, alors que ma veste était de travers. Ma lèvre inférieure saignait. Katarina était radieuse en revanche. Cela faisait bizarre de nous retrouver après deux ans de séparation dans cette situation... Je l'avais pensé morte, jusqu'à ce que mon père apprenne qu'elle était ici. Katarina semblait hallucinée et me posa des questions auxquelles je n'eus pas le temps de répondre avant qu'elle ne se jette à mon cou. Je la serrai contre moi, en douceur au vu le ventre qu'elle arborait.

- "Eh non Kat, mon père avait tout prévu et nous a sauvé Eden et moi."

Je la relâchai et me passai une main dans les cheveux, puis sur la lèvre en grimaçant et en contemplant ma main souillée.

- "Vous avez des gardien efficaces, mais un peu brutaux."

Je souris, ce qui me fit également mal. Génial.

- "Tu es resplendissante Kat, je ne m'attendais pas à te trouver dans cet état..."

Je tentai de remettre ma chemise dans mon pantalon et de réajuster ma veste. Katarina m'avait plus souvent vu en costume qu'en jeans.
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Ven 11 Juin - 18:58

C'était... absolument incroyable. J'avais du mal à en croire mes yeux. Vitali, ici ! C'était carrément un miracle. S'il y a bien une chose à laquelle je ne m'attendais pas, c'était à ça. Combien de chance y avait-il pour que je le retrouve, après presque deux années ? Je croyais qu'il était mort. Tué pendant les bombardements. Sa « perte » m'avait énormément affecté. Vitali était mon meilleur ami depuis toujours. Une des rares personnes que je n'avais pas perdu dans ma vie. Une des rares qui ne m'avait pas abandonné. Vu l'amitié entre nos deux pères, ce n'était pas étonnant. Autrefois nous avions été aussi inséparable qu'ils l'étaient. Et j'avais cru que tout ça était révolu, mais... Vitali était bel et bien là, en face de moi. Et il était vivant, je ne rêvais pas. Certes un peu amoché par Matthew et Evan, mais vivant. J'étais tellement heureuse que je devais sourire comme une imbécile. Oui mais une imbécile heureuse. Moi qui était tellement nostalgique, c'était comme une bouffée d'air frais. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui sauter au cou. Il faut dire que j'étais tellement heureuse ! Évidemment, il y avait mon ventre entre nous, mais j'avais l'habitude. Il m'a serrée dans ses bras à son tour, et j'ai été à deux doigts de me mettre à pleurer comme une idiote.

« Oh, Eden est en vie ! Oh, c'est merveilleux, Vit', je suis contente pour toi. Elle va bien ? Vous allez bien, tous les deux ? »

J'étais réellement inquiète. Qui sait ce qui pouvait arriver de nos jours ! Que Vitali ait survécu à la guerre et qu'il aille bien maintenant, c'était déjà beaucoup. J'espérais qu'il en allait de même pour Eden. Nous n'étions pas très proches toutes les deux, mais je savais que c'était une gentille fille, tout à fait adorable. Je savais que Vitali l'adorait. Heureusement, la guerre n'avait pas détruit sa famille à lui, contrairement à la mienne. Mais je n'étais pas jalouse. Bien au contraire, j'étais très contente pour lui. Au moins il lui restait ça. Aujourd'hui, une famille représentait beaucoup de choses, sinon tout. J'ai soupiré et je me suis laissée retomber sur mes pieds. J'ai grimacé en voyant sa lèvre saigner. J'ai eu un petit sourire navré. Oui, nos gardiens étaient efficaces, quoiqu'un peu brutaux.

« Oh mince, je suis désolée... Attends, je vais t'arranger ça. »

Je suis allée chercher un mouchoir que j'ai imbibé d'eau et j'ai tamponné sa lèvre.

« Ils faut les excuser... Avec tous ces types pas très nets qui trainent, mieux vaut être trop méfiants que pas assez. »

Il le savait certainement autant que moi, sinon mieux. Je me suis passée une main dans les cheveux et j'ai légèrement secoué la tête. J'ai baissé les yeux sur mon ventre, après son compliment, et j'ai eu un petit rire. J'ai haussé les épaules avec désinvolture.

« Merci... Mais je te rassure, je ne m'attendais pas non plus à me retrouver dans cet état. Bébé surprise, comme on dit... »

Je l'ai regardé se rhabiller avec un sourire. Où que ce soit, Vitali s'arrangeait toujours pour être présentable. Moi je ne devais pas ressembler à grand chose, avec mon grand pull ( piqué en douce à Ethan ) et mon jean délavé. Je suis allée m'asseoir sur le canapé et j'ai tapoté la place à côté de moi. J'ai ramené mes jambes sous moi et j'ai posé une main sur mon ventre. Et j'ai finalement posé la question qui s'imposait.

« Qu'est-ce que tu fais ici, Vitali ? Je veux dire... Ils ont dit qu'ils t'avaient trouvé à l'entrée... Tu es arrivé par hasard ? Si c'est le cas, sache qu'il y a de la place, pour toi et Eden... Nous ne refusons personne ici. Ce serait criminel de laisser quelqu'un dehors... »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Ven 11 Juin - 19:26

Je me mis à rire devant l'enthousiasme de Katarina et ses questions concernant Eden.

- "Elle va très bien et si tu vas devenir maman, je vais, moi devenir papa."

J'avais encore du mal à y croire. Mais le fait était qu'Eden portait notre enfant et que j'étais le plus heureux des hommes, mais aussi le plus soucieux avec le milieu dans lequel j'évoluais. Je ne parlai pas à Katarina de la tentative de suicide d'Eden, ce n'était pas le moment de parler de ce genre de chose peu réjouissante et c'était un souvenir que je voulais oublier.

- "Et nous allons nous marier."

Voilà pour les bonnes nouvelles. J'allais bien, Eden allait bien, nous allions être parents, mon père allait bien également. Je n'osais pas demander si la réciproque était vraie pour Katarina. Mais je pensais que son pays lui manquait, puisqu'elle s'était adressée à moi dés le début en russe et que j'avais suivi. Ça avait du bon d'être doué en langues. Elle ne devait pas parler sa langue maternelle avec beaucoup de monde, pas plus que moi, bien que j'en use avec mon père.

Je luis fis alors remarquer que leurs sbires étaient efficaces en constatant combien ils m'avaient amoché en me faisant éclater la lèvre. Sans compter que j'avais mal au ventre après le coup de poing assené. Katarina se fit alors un devoir d'arranger ça, et je souris de nouveau, malgré la douleur.

- "Ma petite infirmière... Aïe."

Non, je n'étais pas douillet. Mais ça faisait mal! Cela dit je ne ris plus à la suite de ses paroles.

- "Ça, je ne peux qu'approuver."


Si elle savait... Si elle savait que Nathaniel était un espion chargé d'éliminer les leaders... Mais je ne pouvais pas en parler, je ne pouvais pas trahir mon père. Vilain cas de conscience, Katarina était ma meilleure amie, ma première aussi, puisque je n'étais jamais allé à l'école et n'avais jamais fréquenté les autres enfants de mon âge.

- "Et bien, les bébés surprises sont à la mode."

Même chose pour moi, ce n'était pas désiré, mais ce n'était pas pour cela que nous n'en voulions pas, jusque que nous n'y avions pas réfléchi auparavant. Je me rhabillai et remarquai le regard de Katarina sur moi et son sourire.

- "Quoi? Tu sais bien que je n'aime pas être négligé..."

Ce qui n'était pas très malin comme remarque étant donné que dans cette communauté, ils n'avaient pas les moyens de s'habiller comme ils le voulaient, la tenue de Kat l'attestait, même si je m'en fichais... Avec mon costume sur mesure, je faisais tâche. Je vins m'asseoir près de Katarina qui m'y invitait. Et elle me demanda ce que je faisais là...

- "Kat... Mon père a la mainmise sur la mafia de New-York et sait beaucoup de choses. Je ne suis pas arrivé là par hasard, je savais où vous trouver. J'ai pensé que je pourrais vous aider en amenant de la nourriture Je ne peux pas embrasser votre cause, mon père ne me le pardonnerait pas, mais Eden aimerait, c'est vrai et c'est son idée, je n'ai fais que la mettre à exécution. Je veux juste vous aider ma belle."

Je posai la main sur celle de Katarina, sur son ventre rebondi.

- "Si tu savais comme je suis heureux de te savoir en vie, en bonne santé et sur le point de fonder une famille... Allez, raconte-moi, qui est le père, comment tu l'as rencontré?"
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Ven 11 Juin - 20:14

Je n'ai pas pu m'empêcher d'éclater de rire. La situation était tellement... incroyable ! Nos étions tous les deux en vie et nous allions fonder une famille. Il allait être papa. Quelle coïncidence ! Je n'ai pas demandé de combien de moi Eden était enceinte, mais certainement assez pour que cela se voit. Il était content, cela se voyait. J'avais toujours connu un Vitali d'un naturel joyeux et j'étais contente de voir que cela n'avait pas changé. Franchement j'ai dû faire une tête bizarre quand il a dit qu'ils étaient aussi sur le point de se marier. Avec un sourire j'ai levé ma main gauche et je lui ai montré – non sans une once de fierté, l'alliance qui s'y trouvait.

« On dirait que ça a été moi la première. Tu as mis du temps à te lancer je parie. »

C'était drôle, c'était une fois que le monde était détruit que nous nous décidions à nous marier enfin. Comme s'il avait fallu que quelque chose nous secoue. En tout cas j'étais bien contente pour lui. Il le méritait. Et Eden également. Je ne pouvais que leur souhaiter un maximum de bonheur tous les deux. Enfin, tous les trois. J'aurais aimé revoir Eden, apprendre à la connaître mieux... Je me souvenais d'elle comme d'une gentille fille, vraiment charmante et attentionnée. Tout ce qu'il fallait à Vitali. Il ne s'était jamais rien passé entre nous, il avait toujours été mon meilleur ami, et j'avais toujours été un peu peinée de ne pas le voir tomber amoureux. L'inverse était vrai aussi. À tel point que nous nous désespérions l'un l'autre. Il faut croire que nous avions malgré tout trouvé chaussure à notre pied. Mieux vaut tard que jamais, comme on dit. Je lui ai souri. Oui, les bébés surprises étaient à la mode... il faut dire que nous n'avions plus grand chose pour... éviter ça. Encore qu'Ethan et moi n'avions jamais fait attention à cela. Oui je sais, c'est mal, et tout le tralala...

J'ai levé les yeux au ciel quand il m'a dit qu'il n'aimait pas être négligé. Ah ça, je le savais. On ne lui enlèverait pas ça. Plutôt mourir que de ne pas être présentable !

« En ce qui me concerne, du moment que je peux trouver quelque chose dans quoi rentrer avec mon gros ventre, je suis aussi heureuse qu'avec une robe à dix mille dollars ! »

Bon d'accord, je n'avais jamais porté une robe à ce prix là, de peur de l'abimer. D'ailleurs, celle que j'avais conservé trônait toujours dans sa boite, je n'avais jamais osé la mettre. Et je n'oserais certainement jamais. Et puis là, je ne rentrais certainement pas dedans. Je suis allée m'asseoir sur le canapé, et il m'y a rejoint. Je lui ai demandé ce qu'il faisait là. Et je n'ai pas eu la réponse à laquelle je m'attendais. Bien loin de là. J'ai ouvert de grands yeux surpris.

« C'est ton père qui... qui est responsable de toutes ces morts ? Ce sont ces hommes qui ont tué... les nôtres ? Oh c'est pas vrai... »

Si je m'étais attendue à cela. D'autant plus qu'il disait qu'il avait su où nous trouver. Cela signifiait que nous n'étions pas si bien cachés que cela. Alexander s'en doutait certainement, mais le savoir d'une tierce personne ça faisait un drôle d'effet. Même si je savais que Vitali ne ferait pas de mal à une mouche, j'étais quand même secouée. J'ai fermé les yeux et ai soupiré.

« C'est vraiment gentil à toi de nous apporter des vivres... Nous en avons bien besoin, surtout pour les enfants. Merci, Vit'. »

Il a posé sa main sur la mienne sur mon ventre, et il a changé de sujet. Je lui ai lancé un regard qui signifiait clairement que je n'étais pas dupe et que j'avais clairement saisi son petit jeu. J'ai fini par soupirer. Mais nous reviendrons sur cette conversation.

« D'accord... Il s'appelle Ethan, il est anglais et il est membre de notre trio de tête. Il fait partie des grands patrons si je puis dire... Nous sommes ensemble depuis à peu près un an et demi. Tout est allé très vite : la rencontre, la relation, le bébé, le mariage... Mais j'en suis très heureuse. Tu te rappelles, quand je te disais que quand ce serait le bon je le saurais ? Eh bien voilà, je sais maintenant. »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Ven 11 Juin - 20:56

- "Oui, j'ai mis du temps, tu me connais, je ne suis pas un impulsif... Je n'ai jamais douté qu'Eden était la femme de ma vie, mais avec le cataclysme et tout ce qui s'en est suivi, je n'ai pas trouvé l'occasion..."

Et puis, j'avais failli la perdre et là, j'avais su. Je n'avais mis que quelques mois à me décider, à tout mettre en œuvre pour acheter la bague et enfin lui demander sa main.

- "Tu sais, elle a perdu toute sa famille, cela a été très difficile pour elle..."

Malgré mon amour, cela n'avait pas été suffisant, je n'avais pas réussi à combler totalement le manque, ce que je pouvais comprendre. Mais je n'étais pas attaché aux miens comme elle l'avait été. Je n'avais pas eu de mère, pas de frère et mon père m'avait élevé à sa façon, sans amour.

- "Enfin, finalement petite soeur, nous avons trouvé chaussure à notre pied."


Voilà ce qu'était Katarina : une petite soeur que j'aimais sincèrement, mais sur qui je n'avais jamais eu de vues et c'était réciproque. J'étais réellement soulagé de la savoir en vie. J'avais angoissé à son sujet lors des bombardements. Je la taquinai sur mon look et sourit en la voyant lever les yeux au ciel. Je ris à sa boutade, même s'il devait y avoir une part de vérité là dessus.

- "Je suppose qu'Eden aura le même soucis dans peu de temps."

Sauf que nous, nous n'avions pas de problèmes pour nous vêtir et Eden ne serait pas obligée de me piquer mes pulls pour pouvoir s'habiller.

- "Bizarre, je n'ai jamais rien porté qui valait moins de 10 000 dollars."

Je lui tirais la langue. J'étais un gamin de riche mafieux, j'avais toujours tout eu dans ma vie, un vrai enfant gâté. j'en plaisantais aujourd'hui, j'espérais que Kat n'y verrait pas malice ou arrogance de ma part.

- "Kat, tu connais les méthodes de mon père... Je suis désolé. Et je ne peux malheureusement rien faire."

J'étais faible et j'avouais cette faiblesse. je me taisais, je fermais les yeux, j'écoutais les ordres. Je n'avais pas le choix et j'avais une conscience malheureusement.

- "De rien, c'est le moins que je puisse faire... Je ferais parvenir du lait pour les bébés la prochaine fois. Dis moi de quoi tu as besoin Kat et j'essaierai de te le trouver."

Je lui demandai alors qui était le père de l'enfant et l'homme de sa vie. Je souris au début, en voyant son ton passionné, mais mon sourire mourut quand elle m'apprit qu'il était l'un des chefs... Et merde... Merde, merde, merde... Nathaniel était chargé de les éliminer. D'éliminer le... le mari de Katarina. Je devais être blanc comme un linge suite à cette révélation.

- "C'est génial... Tu as trouvé ton âme sœur on dirait."

Mais le cœur n'y était pas.
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Sam 12 Juin - 8:37

J'ai dû faire une grimace. Eden avait perdu toute sa famille... Là, je ne pouvais que compatir et... comprendre, puisqu'il m'était arrivé à peu près la même chose. À ceci près qu'il me semblait qu'Eden était un peu plus fragile que moi. Heureusement qu'elle avait Vitali avec elle. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser que tout cela était vraiment injuste. C'était les personnes les plus agréables et les plus innocentes qui avaient tout perdu. Peut-être qu'en fin de compte, ce n'était pas le bien qui triomphait toujours. La vie n'avait rien d'un conte de fées, Vitali venait de me le prouver une fois encore. Alors qu'étions nous supposés faire ? Pleurer et attendre que cela passe ? Non, certainement pas. Mais parfois, je me disais que c'était inutile de se battre... A quoi bon, si c'était pour empirer les choses ! Je me suis contentée de soupirer. J'aurais bien pu lui dire que j'étais désolée, mais cela ne changerait rien, ni pour lui, ni pour Eden. Les mots n'avaient pas encore le pouvoir de ramener les morts, et parfois je le disais que c'était bien dommage.

« Nous aurons mis le temps, tout de même, à la trouver cette chaussure. »

Pendant longtemps, je m'étais moquée des élans de romantisme de Vitali. Parce que je ne croyais ni à l'amour, ni au coup de foudre. Voilà pourquoi je m'étais sentie bien bête quand je m'étais rendue compte que j'étais folle amoureuse d'Ethan. J'avais bien dû accepter le fait que les deux existaient, puisque j'étais leur victime. J'ai eu un petit hochement de tête quand il a dit qu'Eden aurait bientôt le même problème que moi. Ah ça, je n'en doutais pas... Il faut dire que les boutiques pour femmes enceintes avaient explosé depuis longtemps. J'en étais réduite à piquer les vêtements d'Ethan, en plus de ceux que Gabrielle m'avait donné. Bon d'accord, j'aurais pu me contenter de ceux de Gabrielle, qui m'allaient très bien. Mais c'était plus fort que moi. Ça m'amusait et en plus ses vêtements avaient son odeur. Voilà, j'étais devenue une petite guimauve sentimentale. Merveilleux.

Je fus vraiment choquée d'apprendre que c'était le père de Vitali, Armando, qui gérait tous les trafics de New York. Mon père m'avait toujours présenté cet homme comme quelqu'un de très respectable. Pourquoi l'aurait-il fréquenté sinon ? Mon père n'avait rien à faire avec un type pareil. Et Vitali non plus d'ailleurs. Il était carrément l'antithèse de son père ; charmant, délicat... avec des principes. Et dire qu'il n'avait été élevé que par lui... Qu'il soit devenu ce qu'il était devenu, cela dépassait l'entendement... Qu'il prenne des risques pour nous venir en aide aussi. Si son père apprenait ça, il le tuerait, il le disait lui même, à demi-mots. Vitali avait la conscience que son père n'avait jamais eu. En même temps j'étais heureuse qu'il soit là, mais je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir peur pour lui. Mais bon sang, où allait le monde ?

« Tu pourrais venir ici avec Eden, échapper à son emprise... »

J'avais murmuré, plus pour moi même que pour lui, même si je ne doutais pas qu'il m'ait entendue. C'était toujours quand les choses allaient bien que quelqu'un vous mettait un coup de massue. Pour un pas que nous faisions en avant, nous devions reculer de trois. Je trouvais ça injuste. Terriblement injuste. Tout ce que nous méritions, c'était un peu de répit. Était-ce trop demander ? Je suis restée silencieuse un moment quand il a dit qu'il nous apporterait du lait pour le bébé et... ce que je lui demanderais. J'ai fini pour secouer la tête et soupirer.

« Du... du lait, oui. Et quelques... médicaments, si tu peux. C'est ce qui nous manque le plus, je crois. »

Il me demanda ensuite de lui parler d'Ethan, ce que je fis, avec un peu plus de joie, du moins au début. Il a d'abord souri, puis son son sourire a disparu d'un coup. Je n'ai pas manqué de le remarqué. Du coup, moi aussi je suis restée complètement pétrifiée.

« Mon âme sœur ? Oui, c'est le cas, je l'aime plus que n'importe qui d'autre. »

Je guettais ses réactions. Il restait là, immobile à me regarder, aussi blanc que s'il était malade. J'ai eu un très mauvais pressentiment tout à coup. Ma main s'est crispée sur le tissu de mon pull.

« Je ne sais pas ce que j'ai dit de mal, mais en tout cas j'ai dit quelque chose que tu aurais préféré ne pas entendre. Quel mot est-ce que je n'aurais pas dû dire. Tu me caches quelque chose, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, Vit'. Tu n'as jamais su me mentir. »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Sam 12 Juin - 19:54

- "Normal, difficile de trouver notre moitié, il nous fallait des personnes spéciales."

Je lui adressai un sourire éblouissant de charme. Un sourire qui avait déjà fait bien des ravages auprès de la gente féminine sans que jamais l'une d'elles ne m'intéresse vraiment, hormis Eden. Mais j'étais bel homme, c'était un fait et je savais en user de temps en temps, rarement pour parvenir à mes fins, plus souvent pour plaisanter.

- "Je remarque cela dit, que tu pouvais bien te moquer de moi, tu es toi aussi tombée dans le piège."

Elle m'avait chambré plus d'une fois quand je lui avais fais part des mes aspirations dans ce domaine là, me confiant sans honte à elle. J'étais quelqu'un de sensible et romantique, trop pour mon propre bien avec un père comme le mien, mais je n'y pouvais rien. Et j'avais eu raison d'y croire.

Cela dit la suite de la conversation fut moins agréable alors que je lui avouais que mon père gérait la mafia et qu'il savait où se cachaient les Survivants et en avait déjà éliminé quelques uns. Je vis l'expression mortifiée de Katarina à cette révélation et regrettai presque de lui avoir fait cette aveu.

- "Kat, pourquoi cela t'étonne-t-il autant? Mon père est un mafieux notoire, pourquoi s'entendait-il si bien avec ton père à ton avis?"

J'eus un petit sourire contrit en entendant sa proposition de les rejoindre et secouai la tête doucement.

- "Non Kat, on n'échappe pas à Armando Vennezzio, à moins d'être mort. Ce serait attirer davantage son attention sur votre communauté et je ne veux pas que cela arrive."

Je remarquai qu'elle était soudainement abattue et revins à ma raison d'être ici, lui demandant de quoi ils avaient besoin, en espérant chasser les nuages de son regard.

- "Des médicaments, d'accord, je verrais ce que je peux faire."

Pas facile de dérober des médicaments aux médecins, si je me faisais prendre, je risquais cher. Mais je ferais mon possible. Je changeai de sujet, lui demandant de me parler de son mari, j'espérais alléger l'atmosphère... Je m'étais trompé. Apprendre qu'il était un des leaders que Nate devait éliminer me glaça le sang. Et je regrettai soudain de ne pas être meilleur acteur pour lui dissimuler mon effroi. J'avalai péniblement ma salive et repris d'une voix blanche :

- "Kat, s'il te plait, dis à tes leaders de se montrer prudents et de ne pas faire confiance aux étrangers. Je te rappelle que mon père sait où vous vous trouvez et votre influence commence à l'agacer... Vous n'êtes pas à l'abri, vous ne l'êtes plus."

Je passai ma langue sur mes lèvres, ma bouche soudainement sèche. J'étais un traître à mon père. S'il l'apprenait j'étais mort et pas de la plus douce des façons...

- "Je suis son bras droit, même si je n'ai pas l'âme d'un hors la loi. Mais il reste mon père, quel homme qu'il soit. Mais tu es mon amie. Soyez prudents, c'est tout ce que je peux te dire."
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Sam 12 Juin - 20:58

Alors là, je suis tombée de haut. Aussi loin que je m'en souvienne, mon père m'avait toujours présenté Armando comme quelqu'un de respectable. Vitali était en train de me dire tout le contraire. Un homme respectable et consciencieux ne pouvait pas tenir New York sous son influence. Un homme respectable se serait contenté de rejoindre les survivants sans rien faire d'autre. Vraisemblablement, Armando s'était arrangé pour monter son propre groupe. Et ce groupe n'était pas un refuge pour personnes en détresse... J'étais sous le choc de la révélation. J'avais du mal à le croire. Comment avais-je pu ne rien voir ? J'avais fréquenté Armando et Vitali pendant vingt ans ! Il faut croire qu'Armando s'était bien débrouillé pour cacher tout ça. Je ne voyais pas d'autre solution. Mon père, s'il l'avait su, n'aurait jamais caché une chose pareille à sa fille. J'ai froncé les sourcils. Je n'aimais pas beaucoup ce que Vitali insinuait. À l'entendre, mon père savait. Mais non, c'était absolument impossible. Je n'y croyais pas une seule seconde. J'ai secoué la tête.

« Non Vit', mon père ne savait pas. Il n'aurait pas fréquenté ton père sinon. Mon père a toujours tout fait de façon honnête. »

Il n'y avait pas d'autre solution : mon père ignorait tout, un point c'est tout. Je refusais de croire qu'il ait pu tremper dans des affaires sales. La mafia... Je ne voulais même pas y penser. J'ai soupiré. Évidemment, Vitali ne pouvait pas nous rejoindre, faute de perdre la vie. Et bien sûr, je ne voulais pas que cela arrive. Je l'avais déjà perdu une première fois et une seconde fois – définitive, serait de trop. C'était absolument hors de question. Il devait forcément y avoir une autre solution pour les éloigner lui et Eden de l'emprise de son père. Il ne pouvait pas vivre comme ça, forcé de faire comme s'il approuvait... Mais il avait l'air d'être pris au piège. J'aurais vraiment voulu l'aider, mais de là où j'étais, je ne pouvais pas. J'étais impuissante, une fois encore. Je détestais cela. Je me sentais totalement inutile. Mais même si j'avais pu lui donner un coup de main, qu'est-ce que j'aurais fait ? À l'entendre, se dresser contre Armando, c'était du suicide. Et j'étais une fille raisonnable et sensée... Et donc, par extension, totalement inutile, c'est ça.

J'ai souri quand il a dit qu'il ferait tout son possible pour les médicaments. C'était vraiment adorable de sa part, je savais qu'il prenait de nombreux risques pour cela. Nous peinions de plus en plus à trouver de quoi soigner les malades et les blessés. Le seul truc que nous avions en quantité c'était la morphine, aussi étonnant que cela puisse paraître. J'ai vu le visage de Vitali changer de couleur quand j'évoquais Ethan et son rôle de leader. J'ai secoué la tête.

« Pour ce qui est de la paranoïa envers les étrangers, Ethan s'en charge. Mais nous n'avons aucune influence, Vit'... Nous essayons juste de survivre. Regarde autour de toi. Nous vivons avec ce que nous avons. Rien de plus... »

J'ai posé mes deux mains sur mon ventre et j'ai soupiré. Il y avait quelque chose que Vitali ne disait pas. Que risquions nous exactement ? Enfin je veux dire, que risquions nous de plus ? Nous devions nous battre tous les jours pour vivre. Nous n'avions pas besoin qu'Armando mette son nez dans nos affaires. Nous perturbions son trafic ? Il tuait les nôtres !

« J'en ai assez, Vit'. Assez de tout ça. Ethan et moi nous avons dû nous battre pour avoir un semblant de vie normale. Qu'est-ce que je suis censée faire ? M'enfuir, pour être sûre que ma fille sera en sécurité ? Ah non, j'oubliais je ne peux pas, parce que je peux accoucher d'une minute à l'autre... Je suis fatiguée, Vitali, fatiguée... »

J'ai posé ma main sur son épaule, et finalement je me suis laissée aller contre lui.

« La petite fille que j'étais ne rêvait pas de tout ça, Vit'... »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Dim 13 Juin - 15:39

Je regardai Katarina avec stupéfaction en la voyant secouer la tête négativement alors que je lui rappelais que mon père et le sien étaient des mafieux et avaient longtemps fait affaire ensemble... Jusqu'à ce que son père lâche le mien et que celui-ci décide de se venger, d'une façon ou d'une autre... Sur Katarina de préférence. Sauf que voilà, Kat ne semblait pas me croire et ne même pas être au courant que son père était un aussi sale type qu'Armando. J'avais un père mafieux italien et elle un père mafieux russe. Cliché non?

- "Euh... Kat, tu viens de quel monde? C'est pas bisounoursland... Evidemment que ton père savait puisqu'il avait son propre petit réseau... Il ne te l'a jamais dit?"

Apparemment pas. Mais comment pouvait-on tout ignorer? Simple, son père avait du l'élever comme le mien jusqu'à mes 13 ans. Sauf qu'Armando voulait que je reprenne sa succession. Apparemment Alexei voulait laisser sa fille en dehors de tout cela et préserver son innocence. De toutes façons, je ne voyais pas Kat dans ce milieu, pas plus qu'Eden. Elles étaient le même genre de fille : douces, attentives, effacées... Elles méritaient la lumière d'une vie bien tranquille. Ne venais-je pas de faire une erreur en lui apprenant une vérité qu'elle ne semblait pas prête à entendre?

Elle me proposa de venir avec Eden et je lui répondis à contrecœur que cela serait attirer l'attention de mon père et surtout lui donner une excellente raison de raser toute cette petite communauté qui commençait à lui poser problème. Eden et moi ne pouvions pas filer et vivre ailleurs, tous les deux, à notre façon. Ma filiation l'empêchait et j'en étais le premier navré.

Je lui proposai de lui ramener ce dont ils avaient besoin, victuailles et médicaments. Ce ne serait pas facile, mais je le ferai, pour Eden et pour Kat, les deux femmes de ma vie, si semblables... J'en prenais conscience simplement maintenant.

Puis, j'appris que son cher et tendre était en sursis, attendant le bon vouloir d'Armando pour se faire tuer par Nate. Et je ne pouvais pas le dire à Katarina. J'étais déchiré entre mon amour pour elle et ma loyauté envers mon père. Si seulement Ethan n'était pas un membre du trio de tête... Alors, je mis Katarina en garde, de façon vague et sibylline qui ne devait que l'inquiéter davantage je suppose.

- "Ce n'est pas moi qu'il faut convaincre Kat. Vous ne faites que survivre, je le sais, mais vous permettez aussi à certaines personnes d'échapper à l'emprise de mon père, c'est gênant."

Je la regardai avec tristesse poser ses mains sur son bien le plus précieux alors qu'elle me confiait en avoir assez de cela et aspirer à la paix et la tranquillité.

- "Je suis désolée ma chérie. Moi aussi j'en ai assez de tout cela. J'aurais aimé que cette guerre n'éclate jamais, que mon père ne soit pas ce qu'il est et qu'il ne mise pas ses espoirs sur moi pour le succéder. J'aurais aimé épousé Eden sous le soleil radieux d'Italie dans une magnifique chapelle et vivre avec elle à l'autre bout du monde, simplement, la regardant devenir une grande avocate. Mais ce ne sont que des rêves qui ne se réaliseront pas."

Je la pris dans mes bras alors qu'elle se laissait aller contre moi, savourant avec délice notre complicité restée intacte.

- "Mais tu as un mari qui t'adore et tu vas avoir un enfant, tu as des amis qui t'aiment... Cela pourrait être pire."


Cela pourrait le devenir et elle pourrait se retrouver veuve trop vite...
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Dim 13 Juin - 17:05

« Mon père n'avait rien à voir avec ton père, Vit'. Ses affaires étaient tout ce qu'il y a de plus légal, et c'est pourquoi il ne m'a jamais rien dit. Je ne sais pas ce que ton père t'a dit, mais ce n'était pas vrai, Vitali. Je l'aurais su. Mon père ne me cachait rien. Il n'avait que moi, pourquoi ce serait-il risqué à me perdre avec des bêtises pareilles ? »

Je n'aurais jamais pu accepter une chose pareille, et mon père le savait très bien. Je ne faisais certainement pas partie d'un milieu criminel, d'une quelconque façon. Oh bien sûr, savoir la vérité quant au père de Vitali ne changeait rien quant à mes sentiments pour lui. Il était mon meilleur ami depuis vingt ans. Je savais assez qui il était pour lui confier ma vie. Si je ne lui faisais pas confiance, je ne serais pas là seule avec lui, alors que j'étais seule et plus que vulnérable. Vitali était un homme en or. La preuve encore aujourd'hui : malgré le danger, il voulait nous aider. Il prenait de nombreux risques en faisant cela. Je le savais et je ne pouvais que l'en remercier davantage. Pour autant, il venait de planter la graine du doute dans mon esprit... Et elle germerait au mauvais moment, à n'en pas douter. Je ne pouvais pas croire ce que venais de me dire Vitali. Et pourtant, il ne m'avait jamais menti jusque là. Qui étais-je censée croire ? Mon père, qui m'avait toujours tout donné et qui m'avait protégé ? Mon meilleur ami, qui m'aidait aujourd'hui ? J'étais perdue.

« Et quel genre de personnes peuvent bien échapper à ton père ? Tu l'as dit toi même : on n'échappe pas à Armando Venezzio. Sauf en passant l'arme à gauche, bien évidemment. »

Qu'est-ce qui lui manquait ? Les junkies ? Les ivrognes ? Les désespérés ? C'était à cause de cet homme que nous étions dans l'obligation de nous cacher et de surveiller les entrées en permanence. À cause de lui que nous peinions à trouver des vivres en abondance. Si quelqu'un devait se plaindre c'était nous, pas lui. Même aujourd'hui, la paix n'existait pas. Après une guerre mondiale, une guerre civile. Finalement la paix était synonyme d'utopie. Nous n'y aurions jamais droit... Le plus effrayant dans tout ça c'était de savoir qu'un seul et unique homme tenait la ville sous son influence. Un seul homme... C'eût été si facile de s'en débarrasser... Je secouai la tête. Les pensées criminelles, ce n'était pas mon truc en temps normal. J'étais censée être la pacifiste, moi. Mais il faut croire que dans un monde où il fallait choisir son camp, mon choix était fait.

« Les rêves sont fait pour rester des rêves... Enfin, je ne suis pas trop dépaysée, je reste médecin, même ici. Encore que j'étais plus partie pour être chirurgienne que médecin de fortune. »

J'aurais vraiment pu devenir un grand chirurgien. J'avais du talent et j'avais déjà choisi ma spécialité. Mais je n'aurais plus jamais droit à ça. Pas plus que les autres personnes ici... Je me suis laissée aller contre Vitali avec un soupir. Au moins il nous restait ça : notre amitié. Elle n'avait pas été détruite avec toutes les autres choses matérielles.

« Pire ? J'ai l'impression que je vis le pire depuis deux ans déjà. Seul Ethan m'apporte un peu de réconfort. Je lui dois la vie autant qu'il me doit la sienne... Il est mon refuge dans cet enfer. »

C'était vrai. Il y encore peu de temps je n'osais même pas me laisser aller une petite minute. Aujourd'hui je savais que je pouvais compter sur lui, pour tout et n'importe quoi. Plus encore aujourd'hui, alors que j'étais particulièrement vulnérable. Il m'en avait fallu du temps pour réaliser que je n'étais rien sans lui. C'était à se demander ce que je deviendrais sans lui. Je mourrais sans lui. C'était un peu un cliché à la Roméo et Juliette, mais c'était vrai. M'arracher Ethan revenait au même que me poignarder en plein cœur. Encore que je préfèrerais un coup de couteau.

« Combien de temps peux tu encore rester, Vit' ? J'imagine que tu va devoir... Repartir bientôt, avant qu'on s'aperçoit que tu n'es pas là. Le fils du grand patron, on doit le surveiller de près...»

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Dim 13 Juin - 19:42

Alors là, je crois que j'avais la mâchoire qui se décrochait de stupéfaction devant son discours de déni complet. mince, elle ne savait vraiment pas? Elle avait toujours cru que nos pères étaient de gentils et honnêtes hommes d'affaire?

- "Pour ne pas te perdre je suppose. A voir ta réaction, je comprends qu'il ne t'ai rien dit..."

Je m'humectai de nouveau las lèvres et repris, le regard dans le vide et le visage légèrement détourné :

- "J'ai appris la vérité sur mon père quand j'avais 13 ans. Il escompte faire de moi son digne successeur, sauf que je ne suis pas passionné par ce qu'il fait. Foutre une balle dans la tête d'un type parce qu'il a mal ciré mes pompes ou en torturer un autre pour savoir où il a caché la came qu'il était censé dealer, très peu pour moi."

C'était ça le quotidien de mon père. Fort heureusement, je n'avais pas besoin de me salir les mains. Moi, j'étais une tête pensante, je m'occupais de la gestion dans sa globalité. Je laissais aux autres les tâches ingrates, je n'avais pas les tripes pour ça.

- "Vous êtes un asile pour certains paumés et certains... renégats. Une autre alternative. Ceux qui viennent chez vous ne dealent plus par exemple, cela est problématique pour nous."

Elle ne semblait pas saisir quelle menace sa communauté pouvait être. Sa naïveté était touchante, mais dangereuse.

- "Tu sais, finalement, c'est plus difficile d'être un bon médecin dans ces conditions qu'être chirurgien..."

Je sous entendais donc qu'elle était un très bon médecin pour réussir à faire ce métier dans ces conditions épouvantables, sans matériel, sans réelle hygiène... Un médecin de l'extrême oui! Je l'admirais pour cela.

- "Mais ça ne doit pas être facile maintenant que tu es enceinte..."

Elle se blottit contre moi et je l'accueillis avec plaisir, sans équivoque. Si son mari était entré à ce moment là, il aurait pu se faire des idées, mais pour Kat et moi, la situation était très claire : nous étions frère et sœur, amis, voilà tout. Je tentais de la rassurer, mais ce n'était guère probant.

- "Je connais ça... Même si j'ai des conditions de vie bien meilleures que vous, on ne peut pas dire que la vie soit facile tous les jours..."

Je pensais à Eden et sa tentative de suicide en parlant de ça. La perdre m'aurait anéanti... Totalement. Elle était ma bouffée d'oxygène, mon espoir. Je répliquai dans un murmure :

- "Je n'ai pas su être celui d'Eden..."

Pas suffisamment, puisqu'elle avait voulu renoncer à la vie. Je ne l'avais pas aimé assez fort, pas fait suffisamment attention à elle. j'étais rongé par les doutes et la culpabilités quand à ce fameux jour qui restait gravé au fer rouge dans ma mémoire. Je fus tiré de mes noires pensées par la voix de Kat. J'eus un sourire amer et sardonique.

- "En effet, je suis plutôt surveillé. Tu vois, ma place est convoitée, si on pouvait me faire tomber, on ne se gênerait pas."

Quels amis avais-je au sein de mon clan? Aucun, absolument aucun...

- "Je vais devoir repartir oui, mes absences ne doivent pas être trop longues... Kat... Je vais devoir te demander un service qui va sûrement te coûter... Mais ma présence et ce que je fais dois rester un secret entre nous. Promets-le moi."
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Lun 14 Juin - 13:03

Je continuais à nier. Et l'insistance de Vitali ne faisait que renforcer mes doutes. Comment mon père aurait-il pu me mentir toute ma vie ? Ça n'avait pas le moindre sens. J'étais sincèrement persuadée que Vitali faisait fausse route. Je ne pouvais pas croire que mon père ait peu avoir ce genre « d'affaires » avec son père. J'avais beaucoup de mal à imaginer mon père se salir les mains. Il m'avait toujours dit qu'il méprisait la mafia. J'imagine qu'on ne disait pas cela en en faisant partie ! Ce serait de l'hypocrisie pure et dure... Mon père était justement connu pour son manque de tact : il disait toujours les choses de façon un peu trop franches. Alors Vitali se trompait, son père l'avait berné. Je me suis contentée de secouer la tête une fois encore. J'ai écouté Vitali me dire ce que son père lui avait dit quand il avait eu treize ans. Moi à treize ans, je n'avais rien su du tout, bien protégée dans mon petit collège bourgeois de la banlieue chic de Moscou. Apparemment, Vitali avait grandi un peu plus rapidement que moi. Armando n'avait pas dû apprécier que son fils ne prenne pas la même voie que lui... Quelle plaie d'avoir un père pareil. Il n'était absolument pas libre. Pas plus que nous ne l'étions nous. Ça me dépassait qu'il puisse contrôler toute la ville. Ne pouvait-il pas nous laisser tranquilles ? Il y avait assez de paumés dans New York pour assurer largement son petit trafic. Ce n'était pas une centaine de personnes qui allaient tous foutre en l'air... Mais visiblement, Armando ne supportait d'avoir le moindre petit cafard sous sa botte. J'ai fini par soupirer.

« Ça fait des mois que je ne suis pas sortie d'ici. Je ne sais pas ce qui peut bien se passer au dehors. Tout ce que je sais, c'est que nous ne sommes pas vraiment une menace... Ce sont les nôtres qui se prennent des balles. Enfin, je crois. »

Je savais que plusieurs hommes étaient morts suites à des blessures par balles. Dont un presque dans mes bras... Cela datait de plusieurs mois déjà, et pourtant l'image continuait de me hanter. J'étais alors au début de ma grossesse et être confrontée à la mort en portant la vie m'avait secouée. Mon premier réflexe avait été de me précipiter dans la salle de bain pour me nettoyer de tout ce sang. Vitali avait raison, c'était beaucoup plus difficile d'être médecin aujourd'hui qu'avant. Aujourd'hui il fallait faire avec les moyens du bord. C'est à dire pas grand chose. J'ai eu un soupir en caressant mon ventre. Non, ce n'était pas facile maintenant que j'étais enceinte...

« Non... Je ne peux plus vraiment... travailler. Ma grossesse est assez risquée, je risque d'accoucher à tout moment. Et c'est encore un petit peu tôt. Alors j'essaie de minimiser les risques au maximum. »

Je devais encore tenir plusieurs semaines comme ça. Mais le plus tard serait le mieux, je le savais. Mais en attendant, Mathilda se retrouvait seule à gérer tous nos malades et tous nos blessés. Nos conditions de vie n'étaient vraiment pas idéal. J'aurais vendu mon âme au diable pour un tout petit peu de matériel médical. Je me doutais bien que la vie n'était facile pour personne. Vraiment, nous n'avions pas attendu le bon moment pour fonder une famille. Vitali et moi avions toujours eu un léger temps de retard sur tous nos amis... Aujourd'hui encore c'était flagrant. A entendre Vitali, il avait dû arriver quelque chose à Eden. Je n'ai pas osé lui demander ce qui était arrivé. S'il voulait m'en parlait il m'en parlerait, je ne comptais pas poser de question. J'avais toujours été très discrète.

« Tu n'es pas vraiment en sécurité là bas, n'est-ce pas ? »

C'était une question rhétorique. Le simple fait qu'il soit obligé de se cacher pour venir nous voir était une réponse suffisante. Je suis restée silencieuse suite à sa demande. Garder le secret, ne rien dire à personne... Avais-je vraiment le choix ? Je n'avais pas le droit de mettre sa vie en danger. Il fallait que je garde le secret. J'ai hoché la tête, d'abord silencieusement.

« Je peux te promettre de le cacher à toute la communauté, mais... Je ne suis pas certaine de pouvoir le dissimuler à Ethan, Vit'. Il verra que je lui cache quelque chose... Mais ton secret sera bien gardé. Ne t'inquiète pas je n'ai pas l'intention de te mettre en danger. »

Je me suis redressée et je me suis passée une main dans les cheveux. J'ai fermé les yeux une seconde, avant de me tourner vers Vitali.

« Si tu veux revenir, il faut absolument que tu me dises quand. Le petit manège avec Evan et Matthew ne marchera pas deux fois. Il faudra que je m'arrange pour te récupérer. Sinon nous risquons tous les deux d'avoir de gros problèmes. Et toi et moi voulons éviter ça à tout prix. »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Mer 16 Juin - 12:49

Je n'arriverais pas à amener Katarina à remettre en cause l'intégrité de son père... Tant pis, je n'allais pas insister et briser toutes ses certitudes. J'avais surement commis une erreur déjà en insistant là dessus. Elle n'était pas prête à entendre cela, mais je n'avais alors aucune idée des mensonges de son père sur ce qu'il était. Chapitre clos donc, mais j'avais semé la graine du doute de son esprit, et toute butée et aimante soit elle envers son père, elle ne pourrait pas se voiler la face indéfiniment.

Je lui appris donc qu'ils étaient une menace pour le petit business de mon père, bien qu'elle ne comprenne pas en quoi. Je tentai de lui explique,r mais là encore, je me heurtai à son incompréhension. Je soupirai, incapable de développer davantage, si elle ne voyait pas le mal comme moi de par mon père, je ne pouvais pas m'échiner à essayer.

- "Peu importe, il a l'œil sur vous, voilà tout."

Nous parlâmes de rêves, elle aurait aimé être un grand chirurgien, pas un médecin de fortune, pourtant, je lui répliquai avec sincérité qu'elle était un excellent médecin de pouvoir soigner dans ces conditions et de tenir le coup. Je m'enquis alors de sa capacité à assurer en étant enceinte. Je fus désolé d'apprendre que sa grossesse ne se passait pas totalement bien et qu'elle risquait d'accoucher. J'eus un petit rire nerveux.

- "Heureusement que tu n'as pas accouché sous le coup de la surprise et de l'émotion... Je m'en serais voulu."

Et pas qu'un peu... Mais dés lors, lui parler de tout cela, de tous ces problèmes, de tous ces dangers, n'était-il pas mauvais pour elle?

- "Je suis désolé de t'angoisser avec tout ça... Ce n'est pas bon pour toi je pense."

Je fis une allusion à Eden suite aux paroles de Katarina, mais elle ne releva pas, se contentant de me dire que je n'étais pas en sécurité là bas. Nouveau rire, amer cette fois :

- "Cite moi un seul endroit où on est en sécurité?"

Cela suffisait à répondre à sa question, non? Même si j'étais le fils de celui qui tenait la ville, je n'étais pas hors de danger, loin s'en faut. Certains voyaient en moi un faible à abattre, ou tout simplement un moyen de prendre ma place. D'atteindre mon père, de servir d'avertissement... Mon père était également en danger, il n'était pas intouchable, quoiqu'on en pense.

Je lui demandai alors de garder le secret. Lourde tâche que je lui confiai, je le savais. Je lui demandais de mentir à ses amis, mais il en allait de ma propre survie. Elle me le promit, mettant un bémol concernant son compagnon. C'était mieux que rien.

- "Je te fais confiance Kat."

Je caressai sa joue, la regardant d'un air doux. Mais elle posa des questions pertinentes quant à la suite. Je me mordis la lèvre.

- "Je pense qu'il faudrait attendre que tu accouches ma belle... Tu ne peux pas jouer à ce petit jeu dans ton état, je ne veux pas qu'il t'arrive quoique ce soit."
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Mer 16 Juin - 13:54

« Oh Vit', tu serais surpris de voir tout ce que je suis capable de supporter, niveau angoisse. Ces deux dernières années ont été particulièrement éprouvantes, pour chacun d'entre nous. Tout ça... Ça n'aurait jamais dû arriver. »

Je n'avais jamais compris comment nous avions pu en arriver là en seulement quelques mois. Au contraire de Vitali, je n'avais pas eu la chance d'être à l'abri quand les bombardements avaient commencé. Je m'étais trouvée directement sous les bombes. J'avais assisté à la déchéance dans toute sa splendeur... Je n'avais pas oublié les hurlements des uns et des autres. Aujourd'hui encore il m'arrivait de sursauter quand quelqu'un cassait quelque chose. Ce qui m'était resté surtout, c'était le bruit des vitres qui explosaient. J'avais gardé quelques toutes petites cicatrices, dues aux bris de verres qui m'étaient tombés dessus. Néanmoins, j'avais gardé en fait le fait que j'étais une miraculée. Tous n'avaient pas eu la même chance. Beaucoup trop de personnes étaient mortes. En quelques jours, des milliers de personnes avaient été tuées. L'homme est certainement le seul animal capable de s'anéantir lui même... C'était à se demander par quel miracle aucune bombe atomique n'avait été utilisée. Le manque de temps, peut-être ? C'est que ce n'est pas simple à lancer, ces engins là.

Je savais d'avance que ce ne serait pas simple de garder le secret. Je n'étais pas la seule à avoir vu Vitali et convaincre Evan et Matthew de ne rien dire ne serait pas simple. Ils savaient... Personne d'autre ne devait savoir. Pas même Ethan. Sur ce point là, je savais que je ne tiendrais pas longtemps. Il saurait très vite que je lui cachais quelque chose. J'étais incapable de jouer le jeu du « comme si de rien n'était ». Mais pour Vit', je me devais d'essayer. Je lui avais fait une promesse et il me faisait confiance, il venait de me le dire. Pourquoi les choses devaient-elles être si compliquées ? Devoir se cacher pour voir les gens que l'on aime... Autrefois Vitali et moi étions adeptes des soirées à trainer dans les endroits « branchés » de la ville. Combien de fois étions nous rentrés à des heures inacceptables ? Des dizaines de fois. C'était lui qui me forçait à me sortir de mes études de temps en temps. Il m'avait évité de devenir une de ces filles avec un seul en tête : études, études, études.

« Oh s'il te plait Vit', ne me traite pas comme une petite chose fragile. Tout le monde ne fait que ça, et c'est insupportable. Ethan me force déjà à rester là toute la journée. Il a raison, mais tu me connais et tu sais que l'inaction m'est à peu près insupportable. »

J'ai soupiré. Ethan avait raison de vouloir me garder au calme. C'était mieux pour moi, mieux pour le bébé... Mais du coup j'ai été une vraie boule de nerfs et mieux valait me laisser tranquille. Je commençais sérieusement à perdre patience. Les semaines qui allaient suivre seraient certainement les plus longues de toute ma vie. Après celles où Ethan et moi avions été séparés, évidemment.

« Et puis maintenant que je sais que tu es vivant, je ne veux pas attendre si longtemps avant de te revoir. Tu me manques, Vit'. Je me fiche bien de ce que fait ton père. Pour moi, tu n'as rien à voir avec lui. Tu ne serais pas là, sinon. »

J'ai souri. Je lui demandais de revenir. Ethan me tuerait certainement s'il m'entendait. Et il ne serait pas en mesure de me comprendre... Ce que je faisais là, c'était « illégal ». Je ne savais pas trop ce qu'Alex et Aaron pourraient bien en dire non plus... Je savais que dans cette bataille je n'avais probablement aucun allié. Mais j'étais assez grande pour m'en sortir toute seule. J'ai secoué la tête.

« Non, excuse moi... Je ne peux pas te demander de revenir comme ça. Tu te mets suffisamment en danger comme ça. C'est juste que... Je ne pourrais pas t'aider si je ne sais pas quand tu reviens. Et tu te doutes bien que je ne peux pas te dire la date de mon accouchement exactement ! Et les solutions de secours, c'est pas vraiment mon truc. Autant essayer de... s'organiser ? C'est bien de ça qu'il s'agit, non ? D'organisation. »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Ven 25 Juin - 9:21

Je me contentai de hocher sombrement la tête quand elle me répliqua qu'elle en avait déjà énormément supporté depuis cette stupide guerre et que cela n'aurait pas du arriver. Vraiment? Il me semblait pourtant que tout cela n'était qu'une conclusion logique à des évènements inéluctables et trop importants pour nous. De tous temps, les hommes s'étaient fait la guerre. D'abord entre voisins rapprochés, entre tribus, puis au fur et à mesure des découvertes du monde et des technologies, ces conflits avaient prit des proportions de plus en plus importantes. Et mon père avait tout prévu, malgré la rapidité des attaques. Et Eden et moi nous étions retrouvés en sécurité quand les autres vivaient l'enfer... Je supposais que Katarina était de ceux qui s'étaient retrouvés sous les pluies de bombes et s'en étaient sortis par miracle.

Nous parlâmes de la façon d'organiser des rendez-vous pour livrer la nourriture sans danger et je pris conscience que ma chère Katarina était enceinte et que je lui en demandais surement trop dans son état surtout si sa grossesse se passait difficilement. Mais voilà que cela l'agaçait et qu'elle me priait de ne pas la materner. Je souris, conscient que tout le monde devait tout décider à sa place pour son bien et comprenant que cela devait lui porter sur les nerfs au plus haut point.

- "Je sais, mais les personnes concernées sont rarement aussi raisonnables qu'elles devraient l'être, surestimant leurs forces, quand les personnes qui en prennent soin les sous estiment. Difficile de trouver un juste milieu."

Etais-je aussi protecteur avec Eden, qu'Ethan avec Katarina? Oui probablement, sauf qu'Eden n'avait pas le caractère de Kat et recherchait ma protection quand Katarina était un peu plus libre. Mais elle n'évoluait pas dans un milieu de tueurs, de drogués et j'en passe.

- "Ce n'est pas si simple Kat. Tu m'a énormément manqué également et voir que nous sommes dans deux camps opposés ne me réjouit pas, crois le bien. Je ne peux pas aller et venir comme je le veux que ce soit chez moi ou ici."

D'ailleurs Kat s'en rendit compte bien assez vite, s'excusant de me demander de revenir aussi rapidement. Si je ne voulais pas attirer l'attention, je devais me montrer discret, prudent et ne pas faire de multiples allers et retours.

- "Il te reste combien de temps? Deux mois? On va faire simple : je vais revenir dans deux semaines jour pour jour et ensuite, je reviendrai quand tu auras accouché. Je tâcherai d'amener un maximum de vivres et de matériel médical pour que vous puissiez en profiter durant deux bons mois. Qu'en dis-tu?"
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Ven 25 Juin - 15:56

J'ai fait une grimace. La conversation me paraissait beaucoup moins agréable tout à coup. Non mais que je n'aimais pas parler avec Vit', loin de là. C'était le sujet de conversation qui ne me plaisait pas beaucoup. Savoir qu'il n'était pas libre de ses mouvements, savoir qu'il pouvait lui arriver n'importe quoi n'importe quand. Vraiment, cela ne me plaisait en aucun cas. Mais je n'y pouvais rien, pas plus qu'il n'y pouvait quelque chose. Il faudrait faire avec. Mais je n'abandonnais pas l'idée de trouver un moyen de lui donner un coup de main. Mais j'avais bien conscience que je n'étais pas vraiment en état de l'aider... Non seulement parce que j'étais enceinte jusqu'aux yeux, et que dans tous les cas, j'étais ce que j'étais, à savoir une femme. Et aujourd'hui, quoiqu'on en dise, une femme n'avait pas beaucoup de pouvoir ni d'influence. D'autant plus que c'étaient en majorité des hommes qui avaient survécu à la guerre... Certains auraient pu s'abstenir de survivre, à commencer par le père de Vitali. Dommage, ils faisaient partie de ceux qui avaient les moyens de se protéger.

« En réalité, je crois que personne ne peut aller où il veut, que ce soit quelqu'un comme toi ou comme moi... J'aimerais vraiment que les choses soient plus faciles. »

Apprendre qu'il était dans « l'autre camp » ne faisait pas vraiment plaisir, plus encore s'il n'avait pas le choix. J'étais révoltée par tout ça. Je ne disais rien, mais cela devait se voir sur ma figure. Et Vitali me connaissait assez bien pour savoir ce que j'en pensais au fond. Mais en parler pendant des heures ne changerait certainement rien, alors autant enterrer le sujet maintenant. Il serait bien assez tôt pour en reparler de toute façon. J'avais très envie de vite revoir Vitali, mais c'était si dangereux pour lui que j'en avais des frissons. Si je n'avais pas été enceinte, nous aurions certainement pu nous arranger pour nous donner un point de rendez vous à l'extérieur. Mais là, il ne fallait même pas y penser. Il était le seul à pouvoir prendre des risques. Et même si en un sens cela me révoltait, si nous voulions nous revoir, il n'y avait pas d'autre solution. Néanmoins je ne pouvais pas lui demander de risquer sa vie en permanence. Il viendrait quand il en avait l'occasion, et c'était déjà beaucoup, je n'avais pas le droit de lui en demander davantage. C'eût été égoïste, et l'égoïsme n'était pas un de mes défauts.

Je suis restée silencieuse un petit moment. Il voulait bien revenir dans deux semaines, et ensuite quand j'aurais accouché. Oui, cela me paraissait être un bon compromis...

« Non, un peu moins de deux mois, en réalité... Un mois et demi serait plus juste... D'accord, je serai là dans deux semaines. Mais il me faudrait une heure précise, je ne pourrais pas t'attendre à l'entrée toute la journée... Tu comprends j'espère ? »

Mais oui, imbécile, bien sûr qu'il comprend. J'étais enceinte de plus de sept mois, il n'allait pas me faire poireauter devant la porte toute la journée. Ma question n'avait donc aucun sens. C'était plus une question rhétorique d'ailleurs. J'avais déjà la réponse. J'ai légèrement secoué la tête avant de soupirer. J'ai relevé la tête vers l'horloge de la salle à manger. Il était presque midi. J'ai sursauté et je me suis relevée brusquement.

« Dans cinq minutes, ce qui surveillent l'entrée par laquelle tu es entré vont être replacés par deux autres. Il y aura moins de cinq minutes où il n'y aura personne. Si tu veux y aller c'est maintenant, sinon tu risques d'être coincé ici pendant encore cinq heures...»

Je n'avais pas envie qu'il s'en aille, non. Mais nous n'avions pas le choix.

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   Ven 25 Juin - 20:17

Oh oui, moi aussi j'adorerais que les choses soient plus simples, mais ce n'était pas le cas et il fallait malheureusement faire avec. Personne n'était en sécurité, mais il fallait s'estimer heureux d'être tout simplement en vie et en bonne santé, capable d'aimer notre moitié et de faire des enfants. De construire un avenir malgré la peur du futur. Beaucoup vivaient dans l'instant présent, mais cela n'empêchait pas de faire des plans d'avenir et d'agrandir la famille.

- "Bien sûr que je comprends... En espérant que tout ira bien d'ici là... Disons même heure, ce sera parfait. Je m'arrangerais."

Ainsi procéderions nous, avant qu'elle n'accouche. J'espérais sincèrement qu'elle pourrait m'accueillir et que la fin de sa grossesse allait bien se terminer. Je la vis alors regarder l'heure et bondir de son siège comme un diable de sa boite pour m'annoncer qu'il me restait 5 minutes pour partir au risque de rester coincé encore 5h.
Je soupirai et me levai plus doucement.

- "Tu sais que j'adorerais passer tout ce temps avec toi, mais nous ne pouvons pas nous payer ce luxe hélas."

Je m'approchai d'elle et la pris dans mes bras, caressant ses longs cheveux soyeux, avant de murmurer :

- "Tu m'as vraiment manqué Kat."

Je l'embrassai alors sur le front.

- "Porte-toi bien et sois prudente. Très prudente."

Mon coeur se serra en songeant qu'il y avait déjà un loup dans la bergerie et que Katarina risquait de perdre celui qu'elle aimait parce que je n'étais pas capable de lui dire que Nathaniel était un traître chargé d'éliminer les leaders de la communauté. Sans compter que mon père en voulait toujours au sien de l'avoir lâché. Je lui lançai un doux sourire et m'en allai comme j'étais venu, me doutant que ma vie prenait de prendre un tournant décisif.

Les dés étaient jetés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Together Again { VITALI }   

Revenir en haut Aller en bas
 
Together Again { VITALI }
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York Hors-la-Loi-
Sauter vers: