AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Jeu 29 Juil - 15:43


Je n’avais pas connu la peur depuis très longtemps. Mais la violence d’ Armando avait eu raison de mon sang froid et de mon caractère laxiste. D’habitude je prenais tout par-dessus la jambe. Mais là il avait essayé de me tuer. Il l’aurait fait si Nathaniel ne l’en avait pas empêché. Et puis maintenant, après avoir eu ce flingue braqué sur moi, et un Nathaniel qui hésitait, j’avais toujours peur.

Mais la peur était différente. Maintenant j’avais peur qu’il m’abandonne. Je ne voulais plus que lui pourtant. J’etais prête à tout céder pour être simplement avec lui. Et là tout ce que je voulais c’était prendre nos affaires et qu’on parte. N’importe où mais ensemble……

J’ai cru pendant un moment qu’il allait me laisser mais quand il m’a serré contre lui, je me suis juste senti vraiment bien. Mais je ne pouvais m’empêcher de pleurer. Je l’ai suivi jusqu’à son appartement, je ne voulais plus le quitter. Je voulais rester avec lui. Je me suis contentée d’essayer de me calmer et de reprendre un rythme cardiaque normal. Je n’ai pas du tout regardé ce qu’il prenait ou ne prenait pas.

On a échangé aucune parole, rien….. Et quand il s’est dirigé vers la porte, je me suis encore une fois serrée contre lui et j’ai eu mal quand cette fois-ci il ne m’a pas serré contre lui. Bien sûr il me protégeait comme il l’avait promis. Mais il n’avait pas le comportement que j’aurais pensé qu’il avait.

Pourtant j’ai rien dit, je me persuadais que c’était rien. Qu’il fallait que la pression redescende. Que tout irait bien quand on serait partis. Alors quand on est passés par les appartements que j’occupais avec Armando jusqu'à il y a juste une heure, j’ai pris le strict minimum. Je voulais qu’une chose : partir d’ici.

Et pourtant on avait encore un truc à faire. Je me suis collée à Nathaniel pendant qu’il écrivait un mot à Armando, et qu’il est allé le déposer dans son bureau. Et puis on a enfin quitté le Quartier General…..

On était enfin tous les deux. J’avais envie une fois de plus de m’écrouler et de pleurer, blottie dans ses bras. Mais je savais ce qu’avait dit Armando. Il ne voulait plus nous voir dans le coin. Il avait dit que Nathaniel connaissait les limites de son territoire non ?

Territoire…on avait vraiment l’impression qu’on était entre chiens… C’était ridicule…

J’avais pris son bras et je me tenais contre lui. Et je tenais dans mon autre main, mon sac. Je n’avais pas pris grand-chose, mais tout ce qui était important c’était que je sois loin de ce fou furieux d’Armando et que je sois avec celui que j’avais choisi.

Bien sûr je lui en voulais….mais voir la mort de si prés avait tout éclipsé….

Sans réfléchir, on a marché pendant prés d’une heure….Sans dire un mot….Et à chaque bruit, je me crispais en m’agrippant un peu plus à sa manche et je sursautais en poussant un petit cri. Deux ou trois fois je me suis mise à sangloter et il m’a prise dans ses bras. Et quand la crise passait, on repartait.

Sans trop savoir pourquoi, on s’est retrouvé dans Times Square. Enfin dans ce qui avait jadis ressemblé à Times Square. Parce que maintenant ça ressemblait plus à grand-chose. Les écrans géants étaient tombés au sol, et tout ce qui régnait c’était le chaos. Et le vent qui soufflait…..

Ce vent qui ramenait une odeur de mort….

Et cette odeur ne cessait de me rappeler ce à quoi j’avais échappé. Sans Nathaniel je serais morte. Ce n’était d’ailleurs pas la seule fois où il m’avait sauvé la vie. Mais maintenant je voulais plus faire de conneries….

On est rentrés dans l’immeuble où j’avais habité. On marchait comme des automates en fin de compte. Et on est allés jusqu'à mon appartement. Et quand j’ai ouvert la porte, j’ai eu un hoquet de surprise.

L’appartement était dans un chaos monumental ! Tout était sans dessus dessous. Comme ma vie. Comme nos vies.

Je savais plus où j’en étais….j’étais perdue….et j’avais besoin de lui. J’avais besoin de lui, qu’il me prenne dans ses bras, qu’il me dise que ça allait aller. Je voulais qu’on reprenne là où on s’était arrêté environ quatre mois avant.

La dernière fois qu’on s’était vus, on avait fini par admettre cette attirance, et j’avais même envisagé de me calmer pour nous donner une chance. J’avais dormi dans ses bras. A mon réveil dans la nuit, il était plus là….mais je savais que maintenant il allait revenir, et qu’on allait essayer quelque chose.

Sauf qu’il était jamais revenu…. Et j’étais tombée malade…ce qui m’avait amené là où on s’était retrouvés.

Je me suis donc jetée dans ses bras en prenant son visage entre mes doigts. Je tremblais, j’avais toujours peur finalement.

-C’est fini hein ? C’est fini ?

J’avais besoin qu’il me rassure. Lui…et personne d’autre.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Jeu 29 Juil - 18:09

Finalement, je n'aurais peut-être pas dû retourner chez Armando. Lui aussi m'avait trahi. Il m'avait séquestré 4 mois, et tout ça pour rien. Je lui avais été loyal.
Sarah, elle, n'avait de pitié pour personne. J'avais l'impression qu'elle pouvait retourner sa veste en toute circonstance, juste pour sauver son joli petit cul. Et je ne pourrais jamais supporter une fille pareille.

Je n'avais tout simplement plus aucune confiance en elle.

Et pourtant, c'était habituellement loin de mes préoccupations. Moi qui mentait sans arrêt à toutes les personnes que j'avais en face de moi.

Sauf à Sarah.

A peine sortis, Sarah s'accrocha à mon bras. Et on a marché, encore et encore, sans réfléchir. Et surtout sans un mot. Je n'avais pas envie de l'entendre, et je n'avais rien à lui dire. J'allais l'amener à son appartement, histoire d'être certain qu'elle soit en sécurité, pour tenir parole, et puis j'allais me casser. Peut-être retourner à la communauté, les prévenir, et foutre un peu la merde dans le camp des Venezzio. A voir.
J'avais juste envie de partir.
Loin.
Et seul.

Retrouver la Californie, peut-être... ça me manquait, en fin de compte.

Sarah sanglota deux ou trois fois sur le chemin. Et ça me faisait quand-même mal au coeur de la voir comme ça. Alors je l'ai prise dans mes bras pour la rassurer un peu... sans vouloir lui donner de faux espoirs non plus. Je restais froid envers elle, et je le savais.

Le vent commençait à se lever... un orage allait peut-être éclater, et mieux valait ne pas rester dehors. Mon genou commençait à me faire terriblement mal... encore une séquelle de ces derniers mois. Je ne pourrais pas marcher encore très longtemps.

Arrivés à l'ancien appartement de Sarah, on y a découvert un beau bordel. Des gens ne s'étaient pas gênés pour y foutre le chaos. Tout partait en couille, décidément. C'était sûrement un signe. Il ne fallait pas que je m'attarde ici.

Au moment où j'allais partir, Sarah s'est jetée sur moi. Elle a pris mon visage entre ses mains, toujours tremblante. Elle avait eu sacrément la frousse. Et il y avait de quoi.

- C’est fini hein ? C’est fini ?

Que répondre à ça.
Etre franc ou simplement partir ?

Je me suis posé la question un quart de seconde, et de but en blanc, je lui ai répondu...

- Entre nous... oui.

C'était sorti tout seul. Et c'était également la première fois que j'ouvrais la bouche depuis des semaines. Ca faisait un mal de chien, mais il fallait que je sois clair.
Je n'ai pas lâché son regard, y mettant toute mon énergie afin qu'elle comprenne à quel point elle m'avait déçu.

Au bout de quelques secondes, j'ai détourné mon visage et je me suis reculé de quelques pas. Je savais que si je ne partais pas immédiatement, j'allais le regretter.

Mais je n'ai pas pu.

Je suis resté planté là, regardant par terre. Et j'ai réfléchi.

Réfléchi à ce que je voulais vraiment. Ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Ven 30 Juil - 15:01

J’avais vraiment besoin de l’entendre me dire que c’était fini, qu’on était en sécurité. Et surtout qu’on était enfin ensemble.

Mais quand j’ai vu son regard froid et distant, j’ai commencé à sentir mes jambes trembler. Alors quand il m’a dit qu’entre nous c’était fini, ma bouche s’est ouverte dans un « O » immense et je voulais crier mais rien ne sortait. Il venait de me poignarder, c’était ce que je ressentais.

Je comprenais pas qu’il puisse me dire ça. Il m’avait sauvé, il m’avait amené loin d’Armando et de tout ça… Je veux dire s’il tenait pas à moi il aurait pas fait ça non ?

J’avais l’impression d’être scotchée sur place. Je le regardais et ce que je lisais me faisait tellement mal. J’avais l’impression que la mort n’aurait pas été aussi dure. Il ne m’avait jamais regardé comme ça…. C’était tellement à l’opposé de ce qu’il était, à l’opposé de l’attitude qu’il avait eu dans le bureau d’Armando aussi. Il m’avait sauvé….j’avais vu son regard. J’avais vu qu’il ne supportait pas que quelqu’un lève la main sur moi.

-Non !!!

J’avais vraiment trop mal, je voulais pas y croire. Il me faisait marcher, il me faisait marcher….Il pouvait pas nous faire ça.

Je criais tellement j’avais mal, tellement je voulais me persuader que c’était un cauchemar.

-Tu peux pas ! T’as pas le droit !

Et pourtant c’était bien ce qu’il faisait là. Il mettait fin à une histoire qui aurait pu commencer. Qui aurait du commencer. J’avais choisi bordel !! Je l’avais choisi !!

Armando m’avait proposé de rester malgré ce qui s’était passé. Je savais qu’en partant je quittais tout le confort et la sécurité que je voulais. … Et j’avais quitté tout ça pour lui !!! Et lui il semblait s’en foutre complètement. Il a détourné le regard et s’est un peu reculé.

J’avais l’impression d’être si horrible, si laide qu’il ne pouvait pas me regarder en face.

Jamais je n’aurais cru possible qu’un jour je puisse supplier un homme. Mais c’est ce que j’ai fait.

-Nathaniel, non t’as pas le droit !!!

Je ne le laisserais pas me quitter. Pas après tous les sacrifices que je venais de faire. Pas après avoir cru qu’il ne reviendrait jamais. Et surrtout….
Pas maintenant que je savais que je l’aimais !!

Il n’avait pas le droit !!!

-Tu peux pas m’abandonner une nouvelle fois ! T’as pas le droit de m’abandonner !

Il m’avait abandonné une fois. La dernière fois qu’on s’était vus, je m’étais endormie dans ses bras, on avait parlé comme des gens normaux, et surtout on avait envisagé quelque chose ensemble. Et puis je l’avais attendu…. Je savais qu’il faisait pas ce qu’il voulait, mais quand pendant deux semaines il était pas revenu et que j’étais tombée malade, je l’avais cherché.

Et il état jamais venu….

Mais il était revenu. Bon pas vraiment pour moi, vu comment il avait été étonné. Mais maintenant, rien ne s’opposai à ce qu’on soit ensemble non ?

Je me suis précipitée sur lui, cognant avec mes poings fermés dans son dos. J’avais besoin qu’il se retourne, qu’il me regarde. Et que…

-Je vais faire quoi sans toi ?

J’ai passé mes bras autour de sa taille pour le retenir ici. Je voulais pas qu’il m’abandonne. Et voilà que je pleurais….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Ven 30 Juil - 17:31

J'avais l'impression que c'était la décision la plus difficile que j'avais eu à prendre depuis bien longtemps. Mais j'avais également l'impression que je n'avais pas le choix.
C'était comme si un monde venait de s'effondrer... j'avais placé beaucoup d'espoirs en Sarah, et tout venait d'être balayé en 5 secondes. Le temps que j'entre dans le bureau d'Armando et que je réalise que Sarah était avec lui. Et qu'en plus, cela n'avait pas l'air de lui déplaire.

C'est ça qui m'avait perturbé plus qu'autre chose. Elle semblait aimer être avec lui, se plaire parmi son clan, et... il la traitait comme... sa femme. Pire, sa propriété. Je croyais pourtant qu'elle voulait être libre, qu'elle ne supportait plus de faire ce que les autres lui dictaient. Il fallait croire qu'elle m'avait menti sur ce point. Pourtant elle semblait avoir été honnête avec moi la nuit où... où j'avais disparu.

Elle me tira ensuite de mes pensées...

- Nathaniel, non t’as pas le droit !!!


Pas le droit de quoi ?
J'ai pris le risque de me décrocher à nouveau la mâchoire.

- J'aurai dû tirer un trait sur toi dès le début...


Cela m'aurait évité pas mal de problèmes. J'aurai dû écouter mon cerveau, comme d'habitude, et non pas mon coeur.
Coeur qui me faisait d'ailleurs atrocement souffrir.
Sarah continua sur sa lancée...

- Tu peux pas m’abandonner une nouvelle fois ! T’as pas le droit de m’abandonner !

Une nouvelle fois ?
Jamais je ne l'avais abandonnée ! J'avais été séquestré par son cher italien, elle n'avait pas entendu ou quoi ?

- Tu crois que c'était drôle de se faire torturer pendant 4 mois ? Je n'ai pas choisi de partir Sarah... et à peine revenu... je te retrouve dans...

Je n'ai pas pu terminer ma phrase. Premièrement parce que mon visage me faisait un mal de chien, et deuxièmement parce que je préférais me taire plutôt que de lui balancer des horreurs inutiles. Ca faisait déjà suffisamment de peine comme ça.

Elle s'est ensuite approchée de moi, s'est un peu défoulée sur mon dos, et elle m'a enlacé...

- Je vais faire quoi sans toi ?

Elle se débrouillait toujours seule non ?

- Je m'en fais pas trop pour toi... tu as...


Cette fois ma voix s'est coupée plus brusquement que la première fois. Et ce n'était pas voulu. Ma respiration était saccadée, et mes yeux très fatigués. Je savais que je n'aurais pas dû marcher aussi longtemps. Katarina m'avait mis en garde. Je ne l'avais pas écoutée... je voulais retrouver Sarah.

Je me suis retourné vers Sarah, le regard un peu perdu.

- Je dois m'asseoir.

J'ai péniblement foncé vers le canapé, et je me suis écroulé dessus. Mon thorax semblait vouloir sortir de mon corps. Et je ne savais pas quoi faire, tout simplement parce que je n'avais aucune idée de ce qui pouvait bien m'arriver.

Je n'arrivais plus à respirer.

J'ai saisi un oreiller qui trainait au sol, et je l'ai serré de toutes mes forces.

Je n'arrivais même pas à hurler.

Une larme de douleur commença à couler sur ma joue, et ma vision devenait floue.

Le pire dans tout ça, c'est que je n'avais même plus la force de me battre. J'avais envie de tout laisser derrière moi, mes problèmes, ce monde en ruine... de lâcher prise.

Alors j'ai fermé les yeux.

...

Et la seule chose que je distinguais dans tout ce noir...
c'était le visage de Sarah.

...

J'ai rouvert les yeux, pris d'un élan de panique, et j'ai toussé.

Encore et encore, à n'en plus finir, la tête enfoui dans mon bras droit.

Quand la toux s'est calmée... mon pull était plein de sang.

Alors j'ai regardé Sarah droit dans les yeux... et je lui ai dit un truc du genre...

- Game over.

Et j'ai à nouveau fermé les yeux. Un très long moment, cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Ven 30 Juil - 23:39

J’avais l’impression qu’on venait de prendre mon cœur et qu’on me l’arrachait. Je n’avais jamais ressenti ça. Et c’est ce que j’avais évité depuis presque deux ans que j’étais arrivée à New York : ne pas m’attacher. Et je m’en étais vraiment bien sortie jusqu'à ce qu’il arrive. J’avais tout fait au début pour ne pas m’attacher à lui. Mais je n’y étais pas arrivée.
Alors je m’étais laissé aller. Je lui avais ouvert ma vie, mon cœur….et il était parti.

Enfin, il était jamais revenu plutôt. Et ce qu’il disait me faisait mal. Je pensais vraiment qu’il tenait à moi. Il tenait à moi, je pouvais pas m’être trompée. Et quand il me disait qu’il aurait du tirer un trait sur moi des le début, je savais que j’avais compté pour lui. J’avais compté ! Je comptais ! Alors il pouvait pas m’abandonner, il avait pas le droit.

Pas maintenant ! Plus maintenant !

Et il avait beau me dire qu’il s’était fait torturer pendant quatre mois, il avait beau me donner une raison à son absence, il avait beau me reprocher ce que j’avais fait, je lui en voulais terriblement. Je lui en voulais et en même temps je ne voulais pas qu’il reparte. Je ne voulais plus le laisser partir. C’était pas seulement de fait d’avoir cru que j’allais mourir quand j’ai eu cette foutue pneumonie, c’est qu’il m’avait dit qu’il serait là. Il m’avait dit des choses qui avaient réussi à me faire céder et à ôter le masque. Et je l’avais plus revu. Et même si j’avais sauvé ma peau, j’avais pensé souvent à lui….

Il m’avait manqué…C’était pas suffisant pour me racheter ? Fallait croire que non….

Mais hors de question de le laisser partir. Alors je préférais me coller à lui, et le retenir. Je voulais le retenir. J’avais besoin qu’il reste, j’avais besoin de lui.
Si j’avais cru ca possible un jour….J’étais prête à mettre plein de choses au placard pour lui.

Et il m’a encore poignardé en plein cœur en me disant qu’il se faisait pas de souci pour moi…. Bien sûr je saurais survivre, je l’avais toujours fait…. Mais il comprenait pas…non il comprenait pas….

Il s’est retourné et je pensais qu’il cédait. Il me pardonnait. Je savais pas ce qu’il pouvait me pardonner, mais je m’en foutais. Il tenait à moi non ?
Sauf que ce que j’ai lu dans son regard….quelque chose clochait. Y’avait plus cette haine…mais un truc bizarre…Et il avait une voix éteinte. J’avais bien vu qu’il s’était fait battre à mort, et qu’il avait du mal à parler mais là je commençais vraiment à flipper.

- Je dois m'asseoir.

Je n’ai rien dit, je suis juste restée plantée là à le regarder aller s’asseoir comme une masse sur le canapé. Il a pris un oreiller qu’il a serré contre lui et j’arrivais pas à comprendre ce qui se passait. Mon cerveau suivait pas…..C’était le bordel dans ma tête, le gros bordel même.

J’avais envie de courir dans ses bras, mais y’avait comme un fil invisible qui me retenait. Et puis je l’ai vu cracher. Du sang !!!

Oh putain !! Ca me rappelait ce qui m’avait amené chez Armando….On s’est regardés droit dans les yeux, sans haine, sans rien…..Et pendant que je comprenais la gravité de la situation il m’a juste dit deux mots avant de fermer les yeux.

- Game over.

Et là j’ai couru vers lui en hurlant.

-Nathaniel !!! Nathaniel !!

Je caressais ses cheveux comme une malade mentale. J’ai réussi à pas pleurer pendant trente secondes environ. J’étais à genoux devant lui, il était tout mou, il répondait pas. Alors j’ai commencé à paniquer. Et je l’ai secoué.

-Nathaniel, réveille –toi !! Réveille-toi !!

Je me suis relevée et je me suis assise en le prenant dans mes bras. Et je le berçais en hurlant et en pleurant.

-Me laisse pas !! Me laisse pas, réveille-toi !!

Il était pas mort hein ? Il était pas mort ? Fallait pas ! il avait pas le droit ! Je devenais complètement dingue. Je supporterais pas qu’il me quitte. Pas comme ça…. Il avait pas le droit ! Je le sentais respirer mais j’étais tellement paniquée que ça me réconfortait pas.

J’ai pris son visage dans les mains, et j’essayais de le réveiller.

Finalement même s’il me quittait, j’assumerais… Mais il avait pas le droit de mourir…. Et pourtant quand vous crachez du sang en toussant c’est jamais bon. Et j’étais bien placée pour le dire.

-Nathaniel, regarde-moi. S’il te plaît. Habibi !!!!

Je venais carrément de lui dire un mot doux… Dans ma langue…..mais on s’en foutait. Oui je le pensais. Je le secouais pour qu’il réagisse, je pleurais et j’étais complètement hystérique.

-Me quitte pas, je t’aime. Me quitte pas !! Nathaniel !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Sam 31 Juil - 12:45

Je ne sais pas ce qui s'est passé pendant que j'étais inconscient. C'était limite si je me souvenais de l'endroit où j'étais.

La seule chose que je pouvais voir, c'était un sorte de grande maison à moitié en ruine. Maison que je ne connaissais pas... j'étais debout, près d'une fenêtre, le regard perdu au loin, admirant un espèce de coucher de soleil... certainement en été vu que les champs s'étendant à perte de vue étaient en fleurs.
A côté de moi, se tenait quelqu'un, même si je n'arrivais pas à discerner qui cela pouvait-il être. Probablement une femme, étant donné qu'elle était bien plus petite que moi.

Au moment où je me suis tourné vers elle pour voir son visage... j'ai entendu une porte claquer. Elle s'est dirigée vers la porte, de façon à ce que je ne la vois que de dos, et elle est partie.
Je suis resté planté là, le sourire aux lèvres... comme si... j'étais heureux.

...

Lorsque j'ai ouvert les yeux, Sarah était penchée au dessus de moi. Et j'ai entendu la fin d'une phrase...

- ... je t’aime. Me quitte pas !! Nathaniel !!

Il m'a fallu quelques secondes pour réaliser où je me trouvais et ce qui venait de se passer. La douleur dans ma poitrine s'était calmée, mais je n'arrivais toujours pas à respirer correctement.
Et mon esprit était littéralement focalisé sur ce que Sarah venait de dire.

...

Elle m'aimait.
Sarah m'aimait.

...

Ca me paraissait tellement incroyable que ma première réaction fut de me demander si je n'avais pas rêvé. Si cela n'était pas dû aux hallucinations que je venais d'avoir.
Alors je lui ai demandé de répéter...

- Quoi ?

Elle me fixait, incrédule.

- T'as dit quoi ?

J'ai tenté de m'asseoir correctement, mais j'en était incapable, cela faisait trop mal. Elle s'est levée, je ne savais pas vraiment pourquoi, et j'ai attrapé son poignet pour la retenir.
Elle parut surprise, mais je ne lâchais pas.
J'ai tiré un coup sec, en utilisant toute l'énergie qu'il me restait, et je l'ai attirée vers moi... je me suis plié en deux pour me lever et je l'ai serrée contre moi.

Je savais bien que je venais de dire que tout était terminé entre nous et que je ne voulais plus jamais la revoir. J'en étais parfaitement conscient.

Mais elle m'aimait.

Et je l'aimais aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Dim 1 Aoû - 10:03

J’étais carrément hystérique. On avait pas eu le temps de s’expliquer, tout était allé trop vite. Il fallait qu’on en parle, il fallait que je lui dise ce que j’avais ressenti ! Parce que ca m’avait fait mal. Parce que je l’aimais et qui s’en foutait. Ouais c’était carrément dingue, j’étais amoureuse de quelqu’un…

Et le « pire » c’est que j’attendais rien de lui. J’attendais pas qu’il me protège, qu’il me permette de vivre dans un certain luxe, ou que je puisse avoir un pouvoir sur certains. Non j’attendais rien de tout ça. Je voulais juste qu’il m’aime pour ce que j’étais.

Je me suis rendue compte qu’il était vivant et qu’il avait repris connaissance seulement quand il a ouvert la bouche, et qu’il m’a demandé ce que j’avais dit. Je l’ai regardé avec un air d’abrutie finie surement. Mais j’étais carrément surprise qu’il soit pas mort, qu’il ait entendu. Qu’il ait entendu quoi d’abord ?

Je me suis alors rappelé très très rapidement ce que j’avais dit. Je lui avais dit de pas mourir, de pas m’abandonner et….je lui avais dit que je l’aimais….

Oh putain !!

Oh !!! Pu-taiiiin !!

Quand je me suis rendue compte de ce que j’avais dit, et qu’il avait entendu je me suis écartée pendant qu’il s’asseyait et je me suis levée, prête à mettre de la distance entre nous, à aller dans ma chambre, à….faire n’importe quoi pour éviter ce genre de confrontation.
J’étais pas prête du tout à en parler. J’étais prête à parler d’autre chose, mais pas de ça.

J’avais déjà du mal à me l’avouer à moi, alors en parler non hors de question….

Il fallait que je mette une distance entre nous. Mais ca s’est pas passé comme j’aurais voulu. Sa main s’est refermée sur mon poignet et il m’a attiré à lui assez brusquement. J’allais me débattre quand il m’a serré contre lui.

Bien vu….

Il me faisais un de ces effets….en fait dans ses bras je me sentais rassurée, et surtout j’avais plus très envie d’être sur la défensive. Pourtant j’ai essayé d’éviter LA conversation.

-J’ai dit que je voulais pas que tu me laisses !

Je mentais pas…je l’avais dit, je m’en souvenais aussi. Mais il avait pas l’air de céder. Il a planté son regard dans le mien, et m’a regardé de cet air qui dit « c’est pas ça que je veux entendre ». Et j’ai fini par céder après avoir passé prés d’une minute à essayer de soutenir son regard. Il lâcherait pas l’affaire.

-Bon ok…j’ai pas dit que ça….

Pourtant, hors de question que je le répète. Il avait entendu, inutile de répéter. Et puis je l’avais avoué parce que j’avais peur qu’il meure, parce que j’étais complètement perdue.

-Mais je te le redirais pas Nathaniel. Me force pas à te le redire s’il te plait.

J’avais pas la force de le dire une nouvelle fois. Je l’avais dit une fois, je le pensais. Et ca suffisait….Et puis maintenant que je savais qu’il allait bien même si il avait l’air d’avoir du mal à respirer et que je devais pas oublier qu’il avait craché du sang, je le redirais pas. Pour des tas de raisons.

-Tu mérites même pas que je te le dise ! Tu m’as abandonné !

Quand je m’étais réveillée en pleine nuit, et que j’avais vu qu’il était plus là, j’avais souri….Même si j’aurais préféré qu’il reste, je savais qu’il pouvait pas. Mais je m’étais attendue à ce qu’il revienne dans quelques jours. Et pendant que je l’avais attendu, je m’étais envoyé personne. Pas même une fois ! Jusqu'à ce que je commence à cracher du sang, et à me sentir très mal. Là j’avais décidé de chercher de l’aide, pour pas crever. Et puis James m’avait trouvé et j’avais réussi à sauver ma peau….. Bien sûr j’avais vendu mon corps, mais je l’avais fait parce que j’avais pas le choix et surtout parce qu’il m’avait abandonné. Alors tout ce qu’on s’était dit c’était du vent….

-J’étais en train de crever et t’étais pas là. T’es jamais revenu alors que j’étais prête à te laisser une place…..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Mar 3 Aoû - 16:26

C'était fou ce que je me sentais bien dans ses bras. C'était un peu comme rentrer à la maison après un long voyage... je me sentais serein, détendu, et content de tout retrouver dans l'état dans lequel je l'avais laissé. Enfin presque...
Sarah répondit enfin à ma question...
-J’ai dit que je voulais pas que tu me laisses !

Je me suis contenté de la regarder. Ce n'était pas ça que j'avais entendu, et elle le savait. Elle n'insista pas plus.

- Bon ok…j’ai pas dit que ça….

C'était bien ce qu'il me semblait... mais j'avais du mal à y croire.

- Mais je te le redirais pas Nathaniel. Me force pas à te le redire s’il te plait.

Cela me fit esquisser un sourire.
J'avais donc bien entendu.

Elle m'aimait !

Sarah m'aimait.

Je n'en revenais pas.

Mon thorax me faisait toujours atrocement souffrir, mais je n'en avais plus rien à secouer. C'était le cadet de mes soucis.

- Tu mérites même pas que je te le dise ! Tu m’as abandonné !

Abandonnée ? J'ai été enlevé oui !
J'avais quitté Sarah dans l'espoir de revenir la voir le plus vite possible, mais malheureusement Armando et ses hommes m'avaient séquestré 4 mois !
4 mois putain !
Ca n'avait pas été une partie de plaisir, et physiquement, je n'étais toujours pas rétabli. Je ne savais même pas si j'allais l'être totalement un jour... et Sarah osait me dire que je l'avais abandonnée !

- J ’étais en train de crever et t’étais pas là. T’es jamais revenu alors que j’étais prête à te laisser une place…..


Crever ? En train de crever ?
Il y avait visiblement un gros manque de compréhension entre nous... il fallait que je tente de lui expliquer ce qui s'était passé.

- Comment ça en train de crever ? T'étais malade ?

C'est tout ce que j'ai réussi à dire. Pour le reste, j'ai attrapé un stylo et un papier dans mon sac, et j'ai commencé à écrire.
Sarah me racontait un peu ce qui s'était passé de son côté tandis que j'enchaînai les lignes...

Une fois terminé, je lui ai tendu la feuille...

"Quand je suis parti pendant la nuit, j'avais l'intention de revenir. Peut-être pour de bon. Mais des hommes me sont tombés dessus, j'ai rien pu faire. Ils m'ont gardé ligotté à une chaise pendant 4 mois. Ils m'ont tabassé pour avoir des infos sur Armando et sa bande, mais j'ai rien laché. Ce n'est que ce soir que j'ai appris qu'il était derrière tout ça... J'ai dû aller me faire soigner pendant des jours avant de pouvoir revenir te voir, mais t'étais plus là... et c'est là que je t'ai trouvée chez Armando, l'homme pour lequel je travaillais. Jusqu'à maintenant... qu'est-ce que tu foutais avec cette pourriture ? Tu m'avais promis de te tenir à l'écart des hommes comme lui."

Elle mit quelques secondes à tout lire, et elle resta bouche bée quelques instants. Comme si elle mettait de l'ordre dans ses idées pour pouvoir répondre.
Je me suis à nouveau étalé sur le canapé. Je ne tenais plus debout. Et je sentais qu'une autre quinte de toux allait bientôt m'assomer. Il fallait faire quelque chose, et vite.
Mais je ne savais pas quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Mar 3 Aoû - 18:01



Quand je repensais à ces deux jours où je l’avais cherché je me rappelais très bien l’avoir haï. J’avais même été jusqu'à souhaiter sa mort et le maudire. Alors qu’en réalité, je savais que je lui en voulais. Oui je croyais qu’il m’avait abandonné. Et je persistais encore à le penser.

Il m’avait pas cherché, et il avait hésité avant de me sauver. Et son attitude m’avait blessé. Je savais pas ce que j’avais pu faire pour qu’il fasse ça. Enfin avant qu’il me voie avec Armando…en fait je comprenais rien…. S’il m’avait abandonné c’est qu’il se foutait de moi non ? Alors pourquoi il m’avait fusillé du regard quand il m’avait vu ?

Dire qu’on se comprenait pas c’était encore trop loin de la réalité. J’avais l’impression qu’on était jamais sur la même longueur d’onde. Et pourtant la dernière nuit qu’on avait passé ensemble, c’était juste parfait. Et le pire c’est qu’on avait même pas couché ensemble. C’était même pas une entente sexuelle….

- Comment ça en train de crever ? T'étais malade ?

J’avais envie de lui répondre que non j’allais crever alors que je pétais la forme. Toute la rancœur que j’avais accumulé commençait à remonter et me connaissant c’était pas bon signe. Pas bon signe du tout.

Alors j’ai respiré un bon coup et je me suis assise en prenant ma tête dans mes mains. En fait j’étais lasse. J’avais même pas la force de gueuler et de le taper.

-Oui j’étais malade !!! J’ai craché du sang, comme toi, pendant deux jours, et je pouvais plus respirer.

Je préférais lui expliquer….Lui il est parti chercher de quoi écrire alors j’ai continué à lui raconter ma version pendant qu’il écrivait je sais pas trop quoi.

-J’ai fait une pneumonie Nathaniel. Et il s’en est fallu de peu….

Sûrement de quelques heures en fait. Si j’avais pas croisé James…

-Et t’étais pas là….Je t’ai cherché mais t’étais pas là.

Ca avait été horrible…

-J’étais toute seule….toute seule…

Et je voulais pas mourir surtout. J’avais peur de la mort. Ca me terrifiait.

Alors que j’allais continuer il m’a tendu son bout de papier et j’ai commencé à lire. Il avait une écriture agréable et lisible. J’avais bien sûr commencé par lire de droite à gauche avant de me reprendre. Et ce que je lisais c’était juste énorme. J’arrivais pas à y croire.

"Quand je suis parti pendant la nuit, j'avais l'intention de revenir. Peut-être pour de bon. Mais des hommes me sont tombés dessus, j'ai rien pu faire. Ils m'ont gardé ligoté à une chaise pendant 4 mois. Ils m'ont tabassé pour avoir des infos sur Armando et sa bande, mais j'ai rien lâché. Ce n'est que ce soir que j'ai appris qu'il était derrière tout ça... J'ai dû aller me faire soigner pendant des jours avant de pouvoir revenir te voir, mais t'étais plus là... et c'est là que je t'ai trouvée chez Armando, l'homme pour lequel je travaillais. Jusqu'à maintenant... qu'est-ce que tu foutais avec cette pourriture ? Tu m'avais promis de te tenir à l'écart des hommes comme lui."

Mais la seule chose qui restait gravé c’était qu’il m’avait pas abandonné. Pas vraiment…Et après j’ai commencé à analyser les choses. Armando…c’était lui qui avait mis Nathaniel dans cet état, c’était lui le malade qui avait fait ça… Je le savais complètement barré mais là…..Et me dire que je portais sans doute son enfant….

J’ai avalé ma salive et j’ai essayé de redescendre sur terre. J’allais le faire oui ! Mais quand Nathaniel s’est écroulé encore une fois sur le canapé, je me suis précipité en lui caressant le visage. Il était brûlant et de la sueur coulait sur son front….

-Nathaniel ! Dis-moi ce que tu veux que je fasse. Dis-moi !

Je savais que ça sentait pas bon. Pas bon du tout même. Et j’étais complètement paumée. Je savais qu’il avait besoin d’un médecin….mais j’en connaissais qu’un. Celui qui m’avait soigné…. Mais il était chez Armando….et je savais que si j’y retournais Armando me tuerait de ses propres mains. Et cette fois ci y’aurait personne pour l’arrêter.

J’avais peur qu’il perde encore connaissance, j’étais carrément flippé à l’idée qu’on ait pas le temps de se dire les choses. Alors, je lui ai dit tout ce que j’avais à lui dire. Aussi pour qu’il se concentre sur autre chose.

-Ecoute ma voix Nathaniel ! Ferme pas les yeux. Je t’en supplie ferme pas les yeux.

Parce que j’avais la trouille qu’il les rouvre plus jamais.

-Je sais que tu le hais Nathaniel, je sais que tu m’en veux aussi. Mais sans lui je serais morte à l’heure qu’il est.

Inutile de dire de qui on parlait. On savait lui et moi de qui il s’agissait.

-C’est grâce à lui que je suis en vie….

Bon grâce à ce que j’avais promis à James aussi…..mais je voulais résumer….C’était du détail tout ça.

-Je t’avais promis oui…mais je croyais que tu voulais plus de moi, je croyais que tu m’avais abandonné. Et il était là, et si je m’étais pas jeté dans ses bras j’aurais fait la pute pour lui pendant très longtemps Nathaniel….

Franchement, je crois que j’avais opté pour la meilleure solution…

-Alors tu sais…entre pactiser avec le diable et faire la pute j’ai choisi….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Mar 3 Aoû - 19:07

Bien que je n'y sois pour rien, je m'en voulais terriblement d'avoir laissé Sarah toute seule pendant si longtemps. Elle avait été très malade et je n'avais pas été là pour l'aider. Pire, elle avait cherché à me retrouver, sans succès.
Finalement, j'en voulais encore plus à Armando. Je n'avais plus intérêt à le croiser, où l'un de nous deux y passerait. C'était certain.

Elle s'est précipitée sur moi pour me parler...

- Nathaniel ! Dis-moi ce que tu veux que je fasse. Dis-moi !

Je n'en avais pas la moindre idée. Les meilleurs médecins se trouvaient chez Armando... et les seuls autres personnes capables de me soigner se trouvaient à la communauté. Je ne pouvais pas amener Sarah là-bas... cela me paraissait impossible.

Je ne répondis pas à Sarah, me contentant de la regarder. Je ne savais vraiment pas quoi lui répondre. Et c'était de plus en plus dur de me tenir éveillé...

- Ecoute ma voix Nathaniel ! Ferme pas les yeux. Je t’en supplie ferme pas les yeux.

J'essayais de me concentrer sur sa voix. Assez difficile, mais je tenais bon tant bien que mal.

- Je sais que tu le hais Nathaniel, je sais que tu m’en veux aussi. Mais sans lui je serais morte à l’heure qu’il est.

Dire que je le haïssais, c'était vraiment le minimum.
Mais je devais bien admettre, qu'étant donné les circonstances, je lui étais redevable d'avoir aidé Sarah alors que moi-même je ne le pouvais pas.
Mais c'était de sa faute à lui, si je n'avais pas pu l'aider.
Et ça... ça me rendait dingue.

- C’est grâce à lui que je suis en vie….

Ca me bouffait de l'entendre dire ça.
Mais elle avait raison.

- Je t’avais promis oui…mais je croyais que tu voulais plus de moi, je croyais que tu m’avais abandonné. Et il était là, et si je m’étais pas jeté dans ses bras j’aurais fait la pute pour lui pendant très longtemps Nathaniel….

La pute ?
Il l'avait sauvée pour qu'elle joue les putes pour lui ?
J'hallucinais carrément. Si j'avais pu me lever je l'aurais fait.
Ce type était encore pire que ce que je pensais. Et pourtant, je pensais bien le connaître. On en apprenait tous les jours.

- Alors tu sais…entre pactiser avec le diable et faire la pute j’ai choisi….

Oui mais était-ce vraiment un choix ? On n'avait jamais le choix avec Armando.

J'ai voulu parler, mais la toux m'a repris. Et ça a duré presque une minute, j'ai cru que j'allais m'étouffer.
Ca me faisait mal partout, la douleur irradiant dans tous mes membres.
Sarah ne savait plus quoi faire...

- De l'eau.


Il fallait que je boive ou ma gorge n'allait pas tenir longtemps.
Sarah est partie je-ne-sais-où et est revenue avec un grand verre d'eau que j'ai bu d'un trait. Je n'arrivais toujours pas à respirer correctement. Ca commençait sérieusement à me faire flipper.

Surtout que je n'arrivais pas à me sortir du crâne ce que Sarah venait de me raconter.
Elle avait fait la pute.

- Je vais le tuer...

C'était tout ce que j'étais capable de dire et de penser. Inutile de préciser de qui je parlais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Mer 4 Aoû - 16:55

Maintenant que je le regardais vraiment, je voyais qu’il n’était pas comme ‘habitude. Il avait perdu du poids, pas mal de poids même. Et puis là il était blanc comme un macchabée. Je commençais vraiment à flipper. Je supporterais pas qu’il meure. C’était la seule personne qui avait foi en moi, la seule personne qui me faisait me sentir importante et autre chose qu’une jolie poupée qu’on utilise.

Je savais qu’il resterait pas comme ça pendant longtemps. Et j’avais raison quand il a recommencé à me tousser. C’était une véritable torture de le voir tousser comme un malade. Je me suis recroquevillée sur moi-même en le regardant et en me faisant toute petite.

Je savais pas du tout comment il était quand il était malade. Moi je sais par exemple que j’étais carrément chiante. Encore plus capricieuse….

Et puis il a arrêté de tousser. Et j’ai déplié mes jambes n le regardant. J’avais peur de sa réaction après tout ce que je venais de lui dire. Pour la première fois sûrement, j’avais peur de son jugement. Parce qu’il comptait pour moi…..

Enfin parce que maintenant je me rendais compte de l’importance qu’il avait dans mon…..cœur.

- De l'eau.

J’y avais même pas pensé. Je me suis levée d’un seul bond et je me suis précipité dans ce qui ressemblait à ma cuisine. Elle avait pas été épargnée non plus. Y’avait plus grand-chose à manger. Mais au moins y’avait l’essentiel : de l’eau. J’ai pris un verre que j’ai rincé (on sait jamais) et j’ai prié pour que l’eau coule encore du robinet.

Miracle ! J’avais encore de l’eau.

Je suis repartie vers le salon et je l’ai tendu à Nathaniel avec un petit sourire maternel.

-Bois !

Et c’est ce qu’il a fait. Il a bu le verre d’eau d’un trait avant de me tendre le verre vide.

-Tu en veux encore ?

Il m’a fait signe que non alors j’ai posé le verre sur la table basse et je me suis rassise à côté de lui. Je savais qu’on allait finir en parler et ça me foutait carrément la trouille.

- Je vais le tuer...

J’ai pas mis longtemps à comprendre de qui il parlait. J’aurais pu être contente qu’il me dise pas « je vais te tuer », mais ca me rassurait pas non plus. J’en voulais à Armando, je trouvais que c’était un connard. Mais j’avais peur de lui et de ce qu’il pourrait nous faire. Il nous avait clairement mis en garde, et je savais que c’était pas des paroles en l’air.

-Non tu le tueras pas.

Sous entendu n’y pense même pas…. Mais je voulais pas qu’il croit non plus que je voulais protéger Armando. Je me foutais qu’il crève… Mais je préférais pas qu’il pense à aller se venger de tout ça….Surtout que… Armando n’était pas le seul coupable.

Oui j’avais fait la pute pour lui mais….c’était mon idée.

Je savais que j’aurais du le dire à Nathaniel, mais je savais que si je lui disais ça il pèlerait un plomb. Et je voulais pas le perdre. Alors autant mentir. Après tout, qui lui dirait ?

-S’il te plaît dis moi que…..

En fait j’avais besoin qu’il me rassure.

-…que c’est pas vrai, que tu me quittes pas.
Il avait dit qu’il me quittait et puis il était encore là. Alors ouais j’avais peur.

-Reste avec moi Nathaniel.

Surtout après tout ce que je venais de lui dire…

-Dis-moi que tu tiens à moi…..dis-moi que je te dégoûte pas s’il te plait…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Mer 4 Aoû - 20:38

Je savais déjà comment tout ça allait finir. L'un de nous deux finirait 6 pieds sous terre parce que l'autre l'aura assassiné ou fait assassiné. C'était juste une question de temps.
Je me connaissais, et je savais que tôt ou tard, dès que l'occasion se présenterait, je me vengerais. Possible qu'Armando voit les choses de la même manière.
Mais Sarah me ramena sur Terre.

- Non tu le tueras pas.

Elle avait de la chance que je ne puisse pas dire grand chose. Ou je lui aurais démontré par A plus B pourquoi j'allais le faire.
Je n'y pouvais rien, j'étais comme ça. Je me foutais de pas mal de choses, mais pas de ça. Armando m'avait trahi, et il avait forcé Sarah à faire la prostituée pour lui. Y'avait de quoi halluciner quand-même. Si je recroisais son chemin un jour... il n'y aurait pas photo...

- S’il te plaît dis moi que…..

Elle me tira à nouveau de mes pensées...

- …que c’est pas vrai, que tu me quittes pas.

J'avais presque oublié ce que je lui avais dit quelques minutes plus tôt. Juste avant que ma poitrine ne veuille sortir de mon corps et que je me mette à tousser comme un papy de 90 ans ayant fumé toute sa vie.

- Reste avec moi Nathaniel.

Son regard était carrément suppliant.

- Dis-moi que tu tiens à moi…..dis-moi que je te dégoûte pas s’il te plait…

Ouh.
Là je devais avouer que ça me faisait un peu flipper.

Je n'avais pas encore réellement pris de décision. Je ne savais pas ce que j'allais faire de nous, de notre histoire. Aussi courte fut-elle.
Il était clair que j'avais parlé sous le coup de la colère. J'étais furieux d'avoir trouvé Sarah dans les bras d'Armando. C'était bien le dernier endroit où je pensais la voir... et puis surtout, elle m'avait promis.
Elle m'avait promis de se tenir à l'écart des types comme lui.
Elle m'avait promis de rester tranquille et de ne pas s'attirer de problème.
Elle m'avait promis...

... tellement de choses. Tout et rien à la fois.

Nous n'avions pas vraiment parlé de notre relation, mais la dernière fois que nous nous étions vus, nous avions émis l'idée que peut-être... nous pourrions nous voir plus souvent. Plus régulièrement. Enfin, pour résumer, ça devenait plus ou moins officiel quoi.

Mais imaginer Sarah dans les bras de tous ces mecs... je n'y arrivais pas. Ca me rendait malade... encore plus que je ne l'étais déja.

J'ai tout de même pris le temps de réfléchir avant de lui répondre. Je n'avais pas de réponse précise à lui donner, et je ne voulais surtout pas dire des choses que j'aurais pu regretter plus tard... je préférais prendre des gants.
C'était toujours aussi douloureux de parler, mais je me suis forcé...

- Ce que je t'ai dit tout à l'heure... je le pensais pas vraiment.

Autant commencer par la bonne nouvelle.

- Mais je sais pas encore ce que je vais faire...


Son visage semblait cette fois se décomposer.

- Tu me dégoutes pas Sarah.

Cela n'avait jamais été le cas et ça ne le serait jamais.

- Je tiens trop à toi pour ça.

Voilà. Là, j'avais été clair.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Jeu 5 Aoû - 20:45

J’avais vraiment besoin de savoir que je le dégoûtais pas. Apres tout, je me rappelais la crise qu’il m’avait fait quand rien n’était encore établi entre nous deux et qu’il m’avait trouvé chez moi au lit avec un autre mec. Alors que y’avait aucun fric en jeu….. Alors qu’il sache que j’avais fait la pute, même si au fond me dérangeait pas tant que ça, me faisait peur. Et dans un tout petit coin de ma tête j’aurais vraiment voulu être quelqu’un d’autre. Pas forcement vierge, mais un peu moins…..enfin vous aurez compris.

Il m’avait fait comprendre qu’il partageait pas. Et j’avais rigolé quand il m’avait dit ça. Mais maintenant je me rendais compte que j’aurai pas aimé le partager non plus. Ca aurait pu me rendre folle de savoir que malgré toutes les précautions que j’avais prises, je m’étais quand même attachée à lui.

Son silence me rendait folle. Il réfléchissait et dans ma tête ca sentait pas bon. Mais alors pas bon du tout. Et puis il a parlé. Sa voix était un peu usée et on sentait qu’il avait beaucoup de mal, et qu’il faisait des efforts.

- Ce que je t'ai dit tout à l'heure... je le pensais pas vraiment.

Ha…Bon..heu…c’était déjà ça non ?

- Mais je sais pas encore ce que je vais faire...

Et voilà que le sourire qui était en train de naitre s’est évanoui dans la nature. Et a la place je me suis senti palir et j’ai fermé la bouche en serrant la mâchoire, et j’ai serré les poings. C’est pas parce qu’il pensait pas vouloir me quitter que c’était gagné pour autant.

- Tu me dégoutes pas Sarah.

Mais bien sûr…..J’arrivais pas à le croire. Et je savais maintenant que j’avais plutôt pas interet à lui dire que c’était mon idée et pas celle d’Armando.

- Je tiens trop à toi pour ça.

Il tenait à moi….il tenait à moi…..Mais même ça, ça me rassurait pas. Tenir à quelqu’un et aimer c’est différent non ? Et moi je lui avais dit que je l’aimais. Je lui avais dit putain….

J’aurai du l’embrasser ou lui sauter au cou, mais malgré le fait qu’il soit toujours à deux doigts de perdre connaissance encore une fois, je me suis levée et je suis restée devant lui.

-Mais ça suffit pas ?

Il tenait à moi ok, mais vu tout ce qui s’était passé, il savait toujours pas quoi faire de nous…..

Et ça m’a fait péter un plomb. Littéralement.

-Ca suffit pas c’est ça ?

Et si l’appartement était déjà dans un bordel sans nom, c’était rien après mon passage. Je jetais tout au sol et j’hurlais comme une folle.
Parce que j’étais folle d’avoir tout laissé pour lui sans hésiter. Moi j’avais pas hésité. Lui si !!!!

-Putain j’ai tout plaqué pour toi Nathaniel !!! TOUT !!!
Il se rendait pas compte….

-Tu peux pas me quitter, t’as pas le droit !

Pas maintenant !

Plus maintenant !

-J’aurai pu avoir tout ce que je veux avec Armando, et je t’ai choisi toi !!!!
C’était fou non ? Armando était un super amant, il avait fait de moi sa compagne. Et je savais que c’était pas rien. J’étais un peu la first lady de New York et j’avais pas hésité une seule seconde.

-Je t’ai choisi toi bordel, et tout ce que tu trouves à me dire c’est que tu sais pas ce que tu vas faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Jeu 5 Aoû - 21:08

Je ne savais pas trop quoi lui dire d'autre... je préférais être honnête avec elle. Je ne savais pas du tout ce que nous allions faire.

- Mais ça suffit pas ?

Comment ça ça ne suffisait pas ?

- Ca suffit pas c’est ça ?

Là, elle a littéralement pété un boulon. Elle s'est énervée toute seule, comme une grande, et elle a foutu un bordel monstre dans l'appartement. Chaque objet qui passait près d'elle finissait à l'autre bout de la pièce.
Mais je n'avais pas la force de faire quoique ce soit. Et pas l'envie non plus.
Qu'elle se défoule si ça lui faisait plaisir, ça ne changeait rien.

Et elle se remit à hurler...

- Putain j’ai tout plaqué pour toi Nathaniel !!! TOUT !!!

Un type horrible et une vie de merde oui.

- Tu peux pas me quitter, t’as pas le droit !

J'étais encore libre de faire ce que je voulais non ?

- J’aurai pu avoir tout ce que je veux avec Armando, et je t’ai choisi toi !!!!

Oui d'ailleurs je me demandais bien pourquoi.

- Je t’ai choisi toi bordel, et tout ce que tu trouves à me dire c’est que tu sais pas ce que tu vas faire ?

Là, s'en était trop.
Je me suis redressé tant bien que mal, et je l'ai regardée droit dans les yeux, parlant calmement et appuyant sur mes mots...

- Tu veux que je te dise quoi Sarah ?

Que j'étais super heureux de la retrouver dans les bras d'Armando ? Hyper content qu'elle se soit trouvé un boulot de pute ? Ou bien que j'aimais la savoir dans les bras de tous les types de New York peut-être...

- Je t'avais rien demandé... si t'étais si bien chez Armando...

... non je pouvais pas dire ça quand-même...

- ... t'avais qu'à y rester.

Et ben si.
Je l'avais dit.

Je parlais toujours trop vite quand j'étais énervé. Mais c'était ce que je ressentais sur le moment.
Je savais que ce que je disais était très dur, mais c'était comme si je devais le dire. Pour qu'elle comprenne à quel point j'avais souffert de la voir là.

J'ai lâché son regard instantanément. Je n'arrivais même plus à la regarder... rien que de l'imaginer dans les bras de ce type j'en avais des frissons. Comment avait-elle pu faire ça ?
OK, il l'avait soigné... mais après, elle pouvait bien se barrer non ? Elle n'était tout de même pas en prison ou quoique ce soit du genre.

- Franchement Sarah... je sais même pas pourquoi t'as fait tout ça.

Et là, j'ai continué sur ma lancée...

- Si c'était un moyen pour te faire remarquer... ben c'est gagné.

Ouhla. Je commençais à raconter n'importe quoi.

- J'm'attendais pas à ça de ta part.

Oui mais j'attendais quoi alors ?

- Je crois que j'ai plus rien à attendre de toi en fait...

Ce que je venais de dire, c'était tout simplement inimaginable... jamais j'aurais cru pouvoir dire des trucs pareils à quelqu'un un jour.
Surtout à elle.

Et là, sans que je ne m'y attende, et sans que je ne comprenne vraiment pourquoi, une larme a commencé à couler le long de ma joue...

Ca aussi c'était un exploit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Ven 6 Aoû - 11:48

Il tenait à moi mais il hésitait……Franchement quand on tient à quelqu’un on hésite pas une seule seconde. Moi j’avais pas hésité. Alors pourquoi il faisait pas pareil ?

J’avais plus rien sous la main à envoyer valser alors je me suis contenté de hoqueter de rage, en prenant de grandes inspirations qui servaient pas à grand-chose. Lui s’est redressé sur le canapé où il était affalé depuis tout à l’heure et il m’a regardé droit dans les yeux.

J’arrivais pas à me calmer parce qu’il venait de provoquer la crise.

- Tu veux que je te dise quoi Sarah ?

Je voulais qu’il me dise qu’il m’aimait. Ou qu’il tenait assez à moi pour savoir qu’il voulait quelque chose entre nous. Voilà ce que je voulais qu’il me dise. Pas plus, mais pas moins non plus.

- Je t'avais rien demandé... si t'étais si bien chez Armando...t'avais qu'à y rester.

J’aurais pu me calmer… J’aurais pu me calmer oui, mais pas après ça !! Alors j’ai hurlé. Parce qu’il venait tout juste de briser les espérances que j’avais.

Ouais j’étais bien chez Armando, je le nierais jamais. Mais je voulais qu’il se rende compte de ce que j’avais fait pour lui….Parce que là c’est comme s’il s’en foutait comme de sa première cuillère en argent ( et je doute qu’il en ait eu un jour….Enfin…à voir…)

En fait rien ne se passait comme ca aurait du se passer. On aurait du se dire qu’on était content de se revoir et tout, et au lieu de ça on se déchirait. Comme quoi s’aimer suffisait pas….

A partir de là il a évité mon regard et je me suis sentie défaillir. J’ai glissé le long du mur et je l’ai écouté me lacérer le cœur.

- Franchement Sarah... je sais même pas pourquoi t'as fait tout ça. Si c'était un moyen pour te faire remarquer... ben c'est gagné. J'm'attendais pas à ça de ta part.

Pourquoi j’avais fait tout ça ? Non mais il se foutait de ma gueule non ? J’étais en train de crever, il le savait maintenant. J’étais en train de crever et j’étais tombé sur James… Et j’avais pas le choix. Si j’avais fait la pute c’était pour avoir une chance de vivre. Et si j’avais couché la première fois avec Armando, c’était pour justement avoir quelques avantages. Et si j’avais accepté ses propositions c’était pour assurer mes arrières !!!

J’avais terriblement envie de lui balancer ça dans la gueule et ça me démangeait.

- Je crois que j'ai plus rien à attendre de toi en fait...

Ca…c’est sans doute la pire chose qu’il puisse me dire. C’est comme si ma colère et ma rage venaient de se faire la malle. Et maintenant il restait plus qu’une foutue souffrance.

J’ai senti les larmes monter très rapidement et quand j’ai levé les yeux vers lui j’ai vu une larme couler sur sa joue.
Mais il était hors de question que je me précipite dans ses bras. Il m’avait rejeté et j’avais encore assez d’amour propre pour réfréner mes pulsions.

J’ai mis ma tête entre mes jambes et j’ai sangloté en espérant que ça passe. Mais les minutes passaient et j’arrivais pas à me calmer.

Alors comme j’étais persuadée que j’avais plus rien à perdre, j’ai dit tout ce qui me passait par la tête.

-Je voulais juste vivre, ou survivre. Appelle ça comme tu veux.

J’ai fait une pause en entourant mes jambes de mes bras, et j’ai relevé la tête vers lui.

-Si j’ai fait la pute c’était pour payer les soins que j’avais reçus. Tu sais comment ca marche Armando.

Il le savait très bien puisqu’il bossait pour lui…..Chose que jusqu'à il y a quelques heures j’ignorais royalement.

-Et si je suis devenue sa maitresse, c’était pour avoir un certain confort et choisir mes passes.

Et ca avait marché heureusement….

-Tu crois quand même pas que j’ai laissé n’importe qui me passer dessus ?

Je suis sure que c’est ce qu’il pensait pourtant…

-Et après quand il m’a proposé d’être officiellement sa compagne, j’ai pas hésité une seule seconde.

Et j’aurais été folle de le faire non ?

-Je croyais que tu m’avais abandonné, et tu peux penser ce que tu veux de moi mais tout ce que je voulais Armando me l’offrait.

Je dis pas qu’il aurait décroché la lune non plus. Mais bon….

-Et puis, on s’entendait bien et on était sur la même longueur d’onde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Ven 6 Aoû - 17:18

Je regrettais déjà plus ou moins ce que je venais de dire à Sarah... mais ca reflétait assez bien ce que je pensais.
Elle a sangloté quelques instants tandis que j'essayais de reprendre ma respiration. Ce n'était toujours pas l'idéal, mais au moins je ne toussais plus pour le moment.

Au bout d'un assez long moment sans aucune paroles, elle s'est remise à parler...

- Je voulais juste vivre, ou survivre. Appelle ça comme tu veux.

Elle a relevé la tête vers moi.

- Si j’ai fait la pute c’était pour payer les soins que j’avais reçus. Tu sais comment ca marche Armando.

Ca c'était pas faux. C'était toujours du donnant-donnant avec Armando. Il ne faisait jamais rien gratuitement ou pour les beaux yeux de quelqu'un.

- Et si je suis devenue sa maitresse, c’était pour avoir un certain confort et choisir mes passes.

Choisir ses passes.
J'avais l'impression de parler à une fille que je ne connaissais pas. C'était terriblement frustrant.

- Tu crois quand même pas que j’ai laissé n’importe qui me passer dessus ?

C'était pourtant l'impression que j'avais... et elle devait s'en douter.
Rien que d'avoir couché avec Armando, c'était trop. Beaucoup trop. Comment faire pour accepter un truc pareil ?

- Et après quand il m’a proposé d’être officiellement sa compagne, j’ai pas hésité une seule seconde.

Bah bien sûr. Vas-y... ça avait l'air de te faire tellement plaisir d'être la femme du patron !
Je détournais le regard... fronçant les sourcils.

- Je croyais que tu m’avais abandonné, et tu peux penser ce que tu veux de moi mais tout ce que je voulais Armando me l’offrait.

OK... donc je servais à rien en fait. J'avais rien de plus que lui.

- Et puis, on s’entendait bien et on était sur la même longueur d’onde.

Là je me suis levé d'un bond. Ca m'a rendu furieux...
Je me suis décroché la mâchoire en parlant, mais j'en avais plus rien à foutre.

- Ben vas- y alors ! Te gène pas pour y retourner !

Malheureusement pour moi je n'ai pas pu rester debout plus longtemps... je suis tombé à genou, à mi-chemin entre le canapé et l'endroit où se trouvait Sarah. Mais j'ai continué...

- Si t'étais si bien avec lui...

Je fermais les yeux tentant de contenir ma rage.

- ... alors va le retrouver.

Il la tuerait peut-être pas après tout.

- C'était pas bien entre nous c'est ça ? On s'entendait pas bien ?

Elle savait que c'était pas vrai.

- Tout ce que je peux constater c'est que tu m'as vite oublié... pour te mettre avec un autre...

En tout cas, c'était l'impression que j'avais. Elle paraissait pas mécontente de son aventure avec Armando.

- J'ai rien de plus à t'offrir Sarah...

Rien de plus. Vraiment.
Je possédais plus rien de toute façon.
J'avais même plus de travail.

- Je peux pas rivaliser avec lui.

Et c'était peu dire.
Il avait New York à ses pieds, une armée de types louches, des dealers, des hommes de main... il contrôlait la ville. Et moi je n'avais plus rien.
Absolument plus rien.
Même plus d'endroit où vivre.

Alors nous allions nous en sortir comment ?

Finalement, il n'y avait que mon flingue qui ne m'avait jamais trahi. Il avait toujours été loyal et fidèle, et je savais que je pouvais compter sur lui.

- Je peux pas Sarah.

Sur cette dernière parole je me suis simplement assis par terre.

Je ne savais plus du tout quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Sam 7 Aoû - 8:50

C’est vrai qu’avec Armando la vie était assez simple dans un sens. On baisait (et pas qu’un peu) et j’étais la jolie poupée qu’on exhibe. Mais surtout, il appréciait mon caractère et je me laissais aller souvent parce que je savais le contrôler.

Et avant que j’ai pu dire quoi que ce soit pour qu’il comprenne que malgré tout ça, j’aurais préféré retrouver ma liberté, il s’est levé d’un seul coup et a commencé à me hurler dessus.

- Ben vas- y alors ! Te gène pas pour y retourner !

J’ai relevé la tête vers lui et alors que je croyais que toute colère s’était fait la malle, je me suis surprise à le regarder avec des éclairs dans les yeux. Même quand je l’ai vu s’écrouler entre le canapé et l’endroit où j’étais assisse j’ai même pas fait un geste pour aller le ramasser. Je l’ai regardé alors qu’il était à genoux et qu’il continuait à me lancer tout ce qu’il avait sur le cœur.

- Si t'étais si bien avec lui...alors va le retrouver.

Et là il a fermé les yeux. Moi, j’ai serré la mâchoire. Folle de rage qu’il comprenne pas ce que j’étais en train de lui dire. Je lui avais pas dit ça mais il le comprenait comme ça cet abruti.

- C'était pas bien entre nous c'est ça ? On s'entendait pas bien ?

Je me suis levée en m’appuyant contre le mur. Mais c’est comme si j’avais plus de forces. Et puis l’entendre me dire des trucs complètement absurdes ca me foutait en l’air.

- Tout ce que je peux constater c'est que tu m'as vite oublié... pour te mettre avec un autre...

Je crois que c’est la pire chose qu’il m’a dite ! Comment il pouvait penser que je l’avais oublié ? Et à l’entendre me dire tout ça ce que j’avais fait je l’avais prémédité. Que j’ai failli crever il avait l’air de s’en foutre. C’était vraiment son petit amour propre qui était blessé.

- J'ai rien de plus à t'offrir Sarah...

C’est dingue comme on était jamais sur la même longueur d’onde Nathaniel et moi. Y ‘avait rien à faire, on arrivait pas à se comprendre. Il déformait toujours ce que je disais. J’en avais rien à foutre du matériel. J’étais pas si matérialiste en fin de compte. Bien sur ça comptait, mais j’avais trouvé plus que ça avec Nathaniel. J’avais trouvé quelqu’un qui ne voulait que mon bonheur, sans contrepartie.

- Je peux pas rivaliser avec lui.

Mais quel con !!! Quel con !!! Je lui demandais pas de rivaliser avec Armando. De toute façon il pouvait pas et c’était tant mieux…. Je lui demandais juste de me dire qu’il tenait à moi et qu’il voulait rester avec moi.

- Je peux pas Sarah.

J’avais commencé à avancer vers lui, serrant les poings de rage. Mais je me connaissais, j’étais pas prête de me calmer. Alors pendant qu’il s’est assis par terre, je me suis approchée en prenant la première chose qui était encore à ma portée, et je l’ai balancé à travers la pièce.

-Putain mais tu comprends pas. Tu comprend pas !!!

Il comprenait vraiment rien ! Il était fixé sur lui et sur ce que m’avait apporté Armando. Et il arrivait pas à comprendre, à me comprendre. Alors sans que je contrôle rien j’ai commencé à lui dire les choses le plus clairement possible. Et j’étais en train de lui livrer mon cœur sur un plateau.

-Et ne dis plus jamais ça ! Je t’ai pas oublié ! Pas une seule journée s’est passée sans que je pense à toi. Je t’en voulais de pas être là. Tu m’as manqué oui ! Mais t’étais pas là, alors il fallait bien que la vie continue. Je croyais que tu m’avais abandonné bordel de merde !

Même quand je me faisais sauter par Armando, j’aurais voulu que ce soit lui. J’avais terriblement envie de lui balancer ça en pleine gueule. Je m’étais presque rendue malade à force de vouloir le revoir. Et puis après deux mois je m’étais résignée à me dire qu’il m’avait abandonné de son propre chef.

-Tu m’énerves à dire que tu peux pas rivaliser et à jouer la victime, tu m’énerves Nathaniel.

Et c’était peu dire…

-Oui j’ai dit que j’avais pas été malheureuse avec Armando. Oui je l’ai dit !! Mais j’ai pas dit que j’étais heureuse non plus.

Y’avait une nuance non ? Mais bon pas sûre qu’il comprenne. J’étais pas malheureuse chez Armando. Mais c’était pas non plus l’éclate totale. A part James qui m’appréciait mais qui m’approchait plus trop, j’étais seule. Ouais j’adorais qu’on me craigne mais j’aurais préféré mille fois avoir des gens qui m’apprécient. Personne ne me comprenais….

-J’étais pas heureuse parce que t’étais pas là !! Toi !!!

Maintenant j’étais en train de lui faire une putain de déclaration sans m’en rendre compte. Mais tout ce que je pensais à ce moment c’est qu’il en avait rien à cirer de tout ça. Je parlais dans le vent alors autant le dire clairement.

-Alors fais ce que tu veux maintenant je m’en fous !!

C’était pas vraiment vrai, mais j’étais si enragée que sur le moment une partie de moi y croyait.

-T’es qu’un connard Nathaniel ! Je te dis que je t’aime et que je veux personne d’autre dans ma vie que toi et toi tout ce que t’as en tête c’est avec qui j’ai couché et le mal que ça te fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Sam 7 Aoû - 11:49

C'était con à dire, mais sur le moment je me sentais terriblement seul.
Sarah ne comprenait pas ce que je pouvais ressentir et ce que ça m'avait fait de la trouver dans les bras d'Armando. J'étais tombé de haut. Trop haut peut-être.
Pour moi, elle avait toujours représenté la fille parfaite. Elle était libre de faire ce qu'elle voulait, elle ne se prenait jamais la tête, et elle était belle. Elle avait un sourire à tomber à la renverse et des yeux... n'en parlons même pas. On s'était plutôt bien compris avant que je ne disparaisse... mais là... on était aux antipodes l'un de l'autre. Incapables d'imaginer l'état d'esprit de l'autre, incapables de voir plus loin que nos problèmes personnels.

Je pouvais bien admette que ça avait dû être difficile pour elle d'aller demander de l'aide à Armando et sa bande, et qu'elle lui était redevable en un sens de l'avoir sauvée. Mais ce que je n'admettais pas, c'était qu'au final ça lui avait plu d'être avec Armando.
Inconcevable.

Sarah se leva et balanca je ne savais trop quoi à travers la pièce.

- Putain mais tu comprends pas. Tu comprend pas !!!


Non. Je ne comprenais pas. Je ne la comprenais pas.
Là-dessus au moins, on était d'accord.

- Et ne dis plus jamais ça ! Je t’ai pas oublié ! Pas une seule journée s’est passée sans que je pense à toi. Je t’en voulais de pas être là. Tu m’as manqué oui ! Mais t’étais pas là, alors il fallait bien que la vie continue. Je croyais que tu m’avais abandonné bordel de merde !

Et c'était loin d'être le cas... il fallait que je lui dise... j'ai ouvert la bouche pour parler, mais sur le moment, ma mâchoire n'a rien voulu savoir. Alors j'ai attendu patiemment, mais elle continua...

- Tu m’énerves à dire que tu peux pas rivaliser et à jouer la victime, tu m’énerves Nathaniel.

C'était plus ou moins ma spécialité d'énerver les gens. Je le savais. Mais là y'avait de quoi non ?

- Oui j’ai dit que j’avais pas été malheureuse avec Armando. Oui je l’ai dit !! Mais j’ai pas dit que j’étais heureuse non plus.

Là elle m'a scié.
J'ai relevé la tête vers elle pour la regarder.

- J’étais pas heureuse parce que t’étais pas là !! Toi !!!


Putain mais j'avais pas choisi de pas être là bordel !
Si j'avais pu rester avec elle je serais resté, mais avec cette mission qu'Armando m'avait confié je pouvais pas faire ce que je voulais. J'avais dû rentrer à la communauté et cet abruti, par manque de confiance ou je ne savais quoi d'autre m'avait fait enlever... et le pire c'est que j'avais été loyal.
Honnêtement j'aurai préféré le balancer... au moins j'aurais plus eu à me soucier de rien ensuite. Tout ça serait terminé pour de bon.

- Alors fais ce que tu veux maintenant je m’en fous !!


J'allais pas me gêner.

- T’es qu’un connard Nathaniel ! Je te dis que je t’aime et que je veux personne d’autre dans ma vie que toi et toi tout ce que t’as en tête c’est avec qui j’ai couché et le mal que ça te fait.


Mais c'était légitime merde !
Furieux, je me suis levé pour me planter droit devant elle.

- Je suis peut-être un connard... mais je suis pas une pute, moi.

Putain.
J'étais cinglé de sortir un truc comme ça.
Je m'en voulais déjà.

J'ai regardé Sarah pour tenter de me rattraper... je savais que j'étais allé trop loin.

- Pardon... je voulais pas dire ça.

Elle avait raison, j'étais un pur connard.
Ca ne me ressemblait pas.

- Excuse-moi.

J'avais rien d'autre à ajouter. Je savais pas quoi dire pour qu'elle oublie ce que je venais de dire.
Alors je lui ai expliqué ce que j'avais sur la conscience...

- Quand j'étais détenu par les types d'Armando... je pensais qu'à une seule chose Sarah... c'était à sortir de là vivant... pour pouvoir te retrouver au plus vite.

Il n'y avait quelle à qui je pensais sans cesse.

- T'étais dans ma tête 24h sur 24... c'est toi qui m'a permis de tenir.

Et il fallait sacrément s'accrocher pour survivre à un truc pareil.

- J'ai jamais voulu te laisser... j'ai jamais voulu partir cette nuit là... mais on m'a pas laissé le choix.

Au moins maintenant, j'étais débarrassé de cette mission.
Là j'ai plus ou moins compris ce qu'il fallait faire pour qu'on commence à se comprendre au moins un peu.

- Je suis désolé Sarah.

Je devais m'excuser pour ces derniers mois.

- Je suis désolé de pas avoir été là... je suis désolé que tu sois tombée malade et que t'ai dû aller te faire soigner chez Armando. Je suis désolé pour tout ce qu'il t'a fait... et je suis désolé... pour tout. J'ai pas d'autres mots.

J'espérais juste qu'elle accepte mes excuses.
Après, pas certain qu'elle me pardonne pour tout ça. En particulier pour mes paroles.

- Je suis désolé.

Je ne lâchais pas son regard.

- Pardonne-moi. S'il te plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Sam 7 Aoû - 12:30

C’était pas comme ça que c’était censé se passer. On aurait du se dire qu’on s’était manqués, on aurait du s’embrasser, on aurait du se dire que plus rien nous séparerait. Et on aurait oublié les reproches qu’on pouvait se faire l’un à l’autre. C’est comme ça que ça aurait du se passer.

Mais faut croire qu’on aimait se faire du mal. C’était comme notre mode de fonctionnement à tous les deux : se dire des horreurs.

J’étais carrément hystérique parce que j’aurais voulu que ça se passe bien , que le choix que j’avais fait il l’apprécie. Mais il était buté comme pas deux. Et que je lui dise tout ça l’a fait réagir. Et il s’est énervé aussi.

Il s’est relevé et il est venu en face de moi me dire la pire chose qu’il pouvait me dire.

- Je suis peut-être un connard... mais je suis pas une pute, moi.

Il avait pas tort dans un sens. Une pute c’était ce que j’étais. Enfin ce que j’avais été. Mais la façon dédaigneuse qu’il avait eu de me dire ça c’était tout juste inacceptable.

J’aurais voulu crier mais j’y arrivais pas. Une gifle m’aurait fait sans doute beaucoup moins de mal. J’étais complètement clouée sur place par cette insulte. C’était beaucoup trop que ce que je pouvais supporter.

Il avait du comprendre qu’il était allé trop loin parce qu’il a commencé à s’excuser.

- Pardon... je voulais pas dire ça. Excuse-moi.

Si ! Justement il voulait le dire. S’il l’avait dit c’est qu’il le pensait. Alors là ses excuses il pouvait se les coller au cul que je m’en foutais.

- Quand j'étais détenu par les types d'Armando... je pensais qu'à une seule chose Sarah... c'était à sortir de là vivant... pour pouvoir te retrouver au plus vite. T'étais dans ma tête 24h sur 24... c'est toi qui m'a permis de tenir.
J'ai jamais voulu te laisser... j'ai jamais voulu partir cette nuit là... mais on m'a pas laissé le choix.


Mais même ça, ça compensait pas le reste. Il m’avait dit que j’étais une pute. Il m’avait balancé ça en pleine gueule. Et je pouvais pas apprécier ce qu’il venait de me dire. Comme si ses excuses et ses belles paroles servaient à rien.

Il venait de me briser le cœur.

- Je suis désolé Sarah. Je suis désolé de pas avoir été là... je suis désolé que tu sois tombée malade et que t'ai dû aller te faire soigner chez Armando. Je suis désolé pour tout ce qu'il t'a fait... et je suis désolé... pour tout. J'ai pas d'autres mots.

Non !!! Il avait pas à essayer que je le pardonne. Il venait de perdre ce droit. De la part de quelqu’un d’autre, je m’en serais foutu carrément qu’on me traite de pute, mais de sa part c’était tout juste inacceptable.

- Je suis désolé.

Il me regardait depuis tout à l’heure, il pensait sûrement que j’allais lui en coller une comme j’avais l’habitude de le faire. Mais tout ce qui s’est passé c’est que mes yeux se sont embués et que les larmes ont commencé à couler. Ma voix était cassée, brisée comme mon cœur.

-T’approche pas de moi, t’approches pas !

Je voyais bien que maintenant c’est ce qu’il allait tenter. Et je voulais pas qu’il fasse un pas vers moi. Il venait de m’insulter de la pire des manières, et je savais qu’il lui suffirait d’un geste tendre pour que je sois trop faible. J’avais toujours voulu éviter ça… Et comme une conne j’étais tombée en plein dedans.

-T’approches pas !!!!

Alors que j’aurais cru que j’allais à peine murmurer, ma voix a pris une hystérie jusque là jamais atteinte.

-Barre-toi Nathaniel ! BARRE TOI !!!

Tout ce que je voulais c’était qu’il parte, qu’il me laisse seule. Il avait été trop loin cette fois.

Les larmes coulaient le long de mes joues et j’avais l’impression que je voyais plus rien.

- Je suis trop conne d’avoir cru que tu pouvais m’aimer malgré ce que je pouvais faire, ou ce que j’étais.

Pourtant la dernière fois c’est bien ce qu’il avait prétendu non ?

-Oui je suis une pute, oui je me suis envoyée en l’air tous les jours avec Armando, Oui !!

A moi de lui faire mal maintenant ! Et je savais parfaitement comment. Il avait l’air de moins supporter que j’ai couché avec Armando qu’avec tout un tas de mecs. Et c’était carrément hallucinant.

-Et malgré toutes les horreurs que tu penses de moi, j’arrive pas à tirer un trait sur toi…alors barre-toi !

J’aurais aimé pourtant. Mais j’y arrivais pas. Je l’aimais. Et même ce qu’il avait dit arrivait pas à effacer ça. Alors valait mieux qu’il parte. Une petite voix était en train de me dire « je te l’avais bien dit…. ». Et une autre me disait « tu l’aimes…. ».

Alors je suis tombée par terre d’épuisement, de colère, d’abandon. Et à travers mes larmes j’ai réussi à le supplier une dernière fois.

-S’il te plaît….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Sam 7 Aoû - 16:50

Je pensais qu'elle allait me mettre une énorme claque. Et franchement, je l'aurais méritée. Mais elle est juste restée debout, les yeux plein de larmes...

- T’approche pas de moi, t’approches pas !


J'avais envie de la prendre dans mes bras mais je me suis retenu.

- T’approches pas !!!!


C'était dur à entendre mais elle avait raison.
Je n'avais pas le doit d'aller vers elle alors que je venais de lui balancer des horreurs.
Sa voix a prix la vitesse supérieure... elle était en train de hurler comme une folle...

- Barre-toi Nathaniel ! BARRE TOI !!!


Je crois qu'il n'y avait plus que ça à faire. Je n'avais même pas de quoi argumenter. Je lui avais dit tout ce que j'avais sur le coeur, et il me semblait bien qu'elle en avait fait de même. Alors à quoi bon insister ?
Nous n'étions peut-être finalement pas faits pour être ensemble...
Alors que j'étais prêt à partir, elle en a rajouté une couche...

- Je suis trop conne d’avoir cru que tu pouvais m’aimer malgré ce que je pouvais faire, ou ce que j’étais.

Pourtant c'était vrai. Même après tout ça je l'aimais encore.

-Oui je suis une pute, oui je me suis envoyée en l’air tous les jours avec Armando, Oui !!

Ca, j'avais du mal à l'entendre. J'ai grimacé...
Elle avait décidé de me faire mal, et ça se voyait.
Mais bon, je l'avais mérité. Retour de bâton.

- Et malgré toutes les horreurs que tu penses de moi, j’arrive pas à tirer un trait sur toi…alors barre-toi !


Donc, si je comprenais bien, il suffisait que je parte et tout serait terminé.
Si on se faisait continuellement du mal ça ne servait à rien de rester de toute façon.

Elle s'est effondrée par terre et a continué à pleurer. J'avais toujours envie de la prendre dans mes bras mais je ne pouvais pas faire ça.

- S’il te plaît….

Je me suis mis à sa hauteur quelques instants juste pour la regarder une dernière fois. J'aurais voulu lui dire que je l'aimais et que j'avais envie de rester avec elle. Et de ne plus jamais la quitter cette fois.
Mais encore une fois, ça n'aurait servi à rien. Nous nous étions fait trop de mal.

- C'est bon je m'en vais.

J'ai jeté un dernier coup d'oeil rapide dans l'appartement... tout était en désordre. Mais elle s'en sortirait. Elle avait bien survécu jusque là. Elle n'avait pas besoin de moi finalement.
Et je ne lui donnais pas longtemps pour se trouver un brave type qui saurait la protéger.

Je me suis alors dirigé vers la porte, le coeur serré. Avant d'en franchir le seuil je me suis tourné vers elle...

- Je t'aimais vraiment Sarah...

Je ne savais pas pourquoi je lui avais dit ça maintenant, mais au moins je l'avais fait.
J'ai avancé de quelques pas dans le couloir et...

... je me suis effondré au sol dans un vacarme assez impressionnant.
Je voyais flou, j'avais mal partout... et du sang coulait le long de ma bouche. Peu à peu, je perdais connaissance...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Sam 7 Aoû - 17:56

Fallait qu’il parte. Rapidement ! Ou j’allais craquer. J’allais faire le contraire de ce que je m’étais toujours promis. J’allais revenir en arrière. Je m’étais promis que je laisserais plus jamais personne me dire ce que j’avais à faire, ou quelle conduite je devais avoir. Je laisserais personne me juger….

Et si je pardonnais à Nathaniel de m’avoir dit que j’étais une pute (ce qui en soi était vrai), j’aurais l’impression de rompre cette promesse que je m’étais faite quand toute ma famille avait succombé aux bombes.

Je savais que s’il faisait un pas vers moi, j’allais craquer. Et il était toujours là devant moi. J’ai même senti mon cœur faire un bond quand il s’est agenouillé pour être à ma hauteur.

- C'est bon je m'en vais.

C’était mieux comme ça oui. Faut croire que c’était notre destin. On était pas fait pour être ensemble. Je le méritais pas…. Pour la première fois je commençais à être dégoutée de ce que j’étais vraiment. J’aurai voulu être celle qu’il aurait aimé que je sois . Mais je pouvais pas effacer, et fallait pas que je puisse le faire.

Et il a fini par se relever et il est parti vers la porte. Voilà…..c’était fini…. On avait pas vraiment été ensemble et on mettait un terme à ce qui aurait pu être malgré tout une belle histoire.

- Je t'aimais vraiment Sarah...

Je t’aimais…. Au passé….

Voilà la différence entre nous.

Ca faisait mal mais c’était mieux comme ça. J’avais même pas peur de me retrouver seule dans un sens. Et comble de l’ironie, je regrettais pas de m’être barré de ma cage dorée. Ce qui me foutait le plus la trouille c’est que j’étais sans doute enceinte. J’étais pas sure…mais je le ressentais. Et je voulais pas ce ….. »bébé ». Je voulais pas qu’un truc grandisse en moi, je voulais pas être mère, je voulais pas devenir grosse.

Et alors que je pleurais encore j’ai entendu un grand bruit, comme si quelque chose tombe au sol dans un bruit assourdissant. J’ai séché mes larmes du revers de ma main et je me suis précipitée sur le pallier.

Nathaniel était effondré au sol, du sang coulant du coin de sa bouche et il avait les yeux grands ouverts.

-Nathaniel ! Nathaniel !

Je venais d’oublier en une seconde tout ce mal qu’on venait de se faire. Ca n’avait plus d’importance en fait. Il était en train de mourir, je sentais qu’il était en train de mourir.

-Meurs pas ! Meurs pas hein !

J’avais terriblement peur qu’il meure….Il méritait pas ça. On méritait pas ça….

-Faut que tu voies un médecin Nathaniel, faut que tu voies un médecin.
J’avais que ça en tête. Mais je savais vraiment pas où on trouverait un médecin. Je pouvais tout de même pas prendre le risque de l’amener voir Stokes.

-Repose-toi sur moi. Dis moi où aller.

Il devait sûrement savoir où trouver un médecin. Et j’étais prête à faire un effort sur moi, et sur ce que je ressentais pour lui donner une chance de vivre. Mais je lui demandais rien en échange.

Ses yeux se sont révulsés et j’ai poussé un cri d’horreur.

-Nathaniel, tu m’entends ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Sam 7 Aoû - 19:11

Je fixais le plafond, à moitié conscient. Ma vision était complètement troublée, et petit à petit, mon corps semblait s'assoupir. Je ne sentais presque plus rien.
Je n'avais même pas remarqué que Sarah était à mes côtés. Je n'avais plus aucune notion du temps et je ne savais pas depuis combien de temps elle était là.

-Faut que tu voies un médecin Nathaniel, faut que tu voies un médecin.

Ca me paraissait être une excellente idée, mais que faire ?

- Repose-toi sur moi. Dis moi où aller.

Bien que nous nous soyons balancé des horreurs à la tête, je savais que je pouvais compter sur elle. Elle m'amènerait voir un médecin, coûte que coûte.
Je voulais lui répondre mais j'en étais physiquement incapable.

D'un coup, j'ai eu une violente nausée. Je me suis mis à trembler...

- Nathaniel, tu m’entends ?

Oui, je l'entendais.
Mais je ne pouvais pas réagir.

...

Ensuite, je crois que j'ai totalement perdu connaissance.
Quand je me suis réveillé, j'étais torse nu... et j'étais allongé dans l'appartement de Sarah. Enfin ça y ressemblait en tout cas.
J'ai regardé autour de moi... Sarah n'était pas là. Je me suis rendormi.

...

Plus tard, une atroce douleur dans la poitrine m'a fait ouvrir les yeux et me courber en deux. J'avais du mal à respirer. Je suffoquais.
Mais cette fois, Sarah était assise par terre, juste à côté.
Elle m'aida à me redresser pour que je puisse mieux respirer.

Une fois fait, j'ai planté mon regard dans le sien. Je n'ai pu lui murmurer que deux mots...

- 42ème rue.

Elle ne réagit pas tout de suite, se demandant probablement si je délirais.
Mais j'étais sérieux.
Alors j'ai tenté de m'expliquer...

- Médecin... 42ème rue.

Cette fois-ci son regard s'illumina, et elle se dépêcha de nous préparer à sortir.

Plus tôt dans la journée, avant de venir voir Sarah puis Armando... j'avais croisé deux types de la communauté qui discutaient dans le couloir. J'avais eu l'occasion de discuter plusieurs fois avec eux, et je les avais entendu dire qu'ils devaient se rendre cette nuit sur la 42ème sur ordre d'Alexander pour je ne savais quelle petite mission de reconnaissance. Certainement un lien avec de la nourriture, préoccupation principale de ces derniers temps.
Et la 42ème... c'était juste à côté.
Alors si Sarah réussissait à me trainer jusque là-bas, on avait une chance de tomber sur eux. Ils me connaissaient, ils m'amèneraient à la communauté. Et là-bas, on pourrait me soigner.

Sarah n'arriverait pas seule à m'amener à l'une des entrées de la communauté, on en était un peu loin. Il nous fallait cette aide.
Et elle n'a pas hésité à m'aider.

Je me suis reposé sur elle pour me tenir debout. Et tant bien que mal, mètre après mètre, nous avons avancé. Nous mettions un temps fou pour faire 3 pas, mais nous pouvions le faire.
J'aurais voulu la remercier, mais je n'arrivais plus à prononcer un seul mot.

Au bout d'une bonne demi-heure, peut-être plus, nous sommes enfin arrivés en plein milieu de la 42ème. Sarah était épuisée, et je sentais que je n'allais plus tenir très longtemps.
Je lui ai fait signe de me laisser par terre, ce qu'elle fit non sans soulagement. Elle repris sa respiration pendant quelques instants, tandis que j'étais affalé sur le sol.
Nous étions arrivés à destination, mais encore fallait-il trouver ces deux types... je ne me souvenais même plus de leurs noms...

Alors je me suis rendu compte qu'il fallait prendre un risque pour les trouver.
C'était la seule solution.

J'ai relevé la tête vers Sarah, qui semblait observer les alentours, et je lui ai plus ou moins donné un ordre.

- Crie !

Elle m'a fixée, interloquée...

- Crie !!

Et elle a compris où je voulais en venir.
Alors elle s'est mise à hurler, comme si un tueur sanguinaire était à ses trousses.

Si les deux types d'Alexander étaient dans le coin, ils nous verraient. Forcément.

Et pas qu'eux...

... c'était bien là le problème.

Tous les gens se trouvant dans les alentours allaient forcément nous remarquer.
D'où le risque pris.

Je me suis mis à prier pour que des hommes d'Armando ne trainent pas dans le coin. Et je me suis souvenu que j'avais encore mon flingue à ma ceinture.
Alors je l'ai pris, je l'ai serré contre ma poitrine, puis j'ai souri.

J'ai souri, puis j'ai attendu patiemment que quelqu'un vienne.
Ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   Sam 7 Aoû - 20:13

Je voulais qu’il se relève et qu’il me sourit en me disant qu’il m’avait bien eu. Je voulais qu’il soit pas en train de cracher du sang. Il m’a regardé une nouvelle fois avant de basculer la tête en arrière et de perdre connaissance. Oh putain non !!!

Il allait mourir, il allait mourir.

Je savais pas quoi faire, j’ai passé mon bras sous sa tête et je l’ai supplié de se réveiller. Et j’ai fini par prendre mon courage à deux mains et j’ai posé ma main sur sa poitrine et j’ai écouté s’il respirait toujours. Oui il respirait toujours.

Mais il était inconscient.

Alors je sais pas trop comment j’ai fait, mais j’ai réussi à le trainer jusqu'à l’appartement, et je suis allée chercher le matelas de mon lit que j’ai mis par terre. Au moins il serait allongé confortablement. Parce que je me voyais mal le porter pour le mettre dans le lit ou sur le canapé.

Et je lui ai retiré son tee shirt. J’avais l’impression d »avoir une poupée de chiffon entre les mains. Si la situation aurait pas été aussi grave, je me serais mise à rire. J’ai hésité pendant cinq minutes et je me suis décidée à essayer de chercher de l’aide.

J’ai fait le tour du quartier pendant plus d’une heure en espérant trouver quelqu’un mais j’ai vu personne. Le vent s’était levé et tout volait dans les rues défoncées. Alors j’ai décidé de remonter. On sait jamais s’il avait repris connaissance.

Alors j’ai commencé à le rafraichir. Je savais pas trop pourquoi je faisais ça en fait. Et puis j’ai fini par m’asseoir ) côté littéralement épuisée. Je surveillais souvent qu’il respire encore. Et pour le moment c’était le cas. J’ai eu un sursaut de fou quand j’ai entendu des râles et que je l’ai vu s’assoir a moitie dans le lit improvisé.

Il était vivant !!! Oh putain !! Il était vivant !!!

Je l’ai aidé en prenant des coussins que j’ai mis sous son dos, et ils ‘est assis. Quand il m’a regardé avec des yeux vitreux, je l’ai écouté attentivement. Enfin j’ai essayé. Mais je comprenais pas ce qu’il me disait. Il me parlait d’une rue….

Alors il a répété pour que je comprenne où il voulait en venir.

- Médecin... 42ème rue.

Il savait où trouver un médecin !! Miracle !!! On allait le sauver, on allait le sauver.

Je l’ai rhabillé tant bien que mal, et on a réussi à sortir. Il s’est appuyé sur moi, et même si j’en bavais pour l’aider à marcher, je l’ai fait sans me plaindre.
Cette fois-ci son regard s'illumina, et elle se dépêcha de nous préparer à sortir.

On a du mettre une demie heure a atteindre cette putain de 42e rue. Et là il s’est arrêté. Regardant tout autour de lui. Je comprenais plus rien… Il voulait trouver un médecin dans la rue ? Il faisait quoi ?

Je l’ai regardé complètement hallucinée quand il m’a demandé deux fois de crier. Ce n’est que la deuxième fois que j’ai compris qu’il cherchait à ce qu’on nous remarque. Alors sans hésiter, j’ai hurlé. Je lui faisais confiance. Il nous mettrait jamais en danger.

J’ai crié jusqu'à ce que quelqu’un débarque.

-Bougez pas ! Mettez les mains en l’air !

En 24heures c’était quand même la deuxième fois que j’avas un flingue braqué sur moi. Alors s’il croyait m’impressionner. J’ai fait un pas pour aller voir l’état de Nathaniel. Mais il a enlevé la sécurité. Et je me suis enfin exécutée. Ok….il plaisantait pas.

-Bougez pas j’ai dit !

Les mains en l’air j’ai jeté un coup d’œil vers les deux types et vers Nathaniel. Le deuxième s’est précipité sur mon….petit ami ? Ex possible petit ami ?

-Oh merde ! Regarde c’est Nathaniel !

Bon bha au moins ils connaissaient Nathaniel. D’où je savais pas, et je m’en cognais carrément. Mais s’ils le connaissaient ils allaient faire quelque chose non ?

-T’es qui toi ?

La question s’adressait visiblement à moi.

-Sarah ! Je m’appelle Sarah !

Putain mais lâche ton flingue. Baisse le bordel. Je sentais que la peur m’envahissait petit a petit. Je flippais qu’il tire. Il m’a regardé en me dévisageant complètement , et en me regardant de haut en bas et de bas en haut. Et j’ai perdu le contrôle de moi- même. Et ça s’est traduit par des pleurs .

-S’il vous plait faites quelque chose pour lui ! Il est en train de mourir !!! S’il vous plait !!

Je demandais que ça.

Il avait toujours son flingue dirigé vers moi mais il a regardé Nathaniel et il a commencé à jurer.

-Merde….Allez on expliquera à Alexander… Eliott prends les pieds, je prends les mains.

Je savais pas de quoi ils parlaient et je m’en foutais. Ils allaient l’amener vers un médecin. Ils allaient le soigner. Alors il a baissé son arme, et ils ont finis par oublier ma présence surement. Parce que quand je les ai suivis alors qu’ils tenaient Nathaniel, celui qui avait été le plus bavard m’a regardé avec un petit air supérieur.

-Vous faites quoi là ?

J’ai soupiré….

-Je viens !

Et c’est ce que j’ai fait après l’avoir entendu jurer dans sa barbe. Ils sont entrés dans un espèce de centre commercial délabré. Y’avait un mec sur armé devant, et quand il nous a vus, il a frappé contre la porte avant de se précipiter vers nous. Celui que j’avais pas entendu depuis le début, ou presque pas a enfin ouvert la bouche.

-Amène là à Aaron….Je sais pas qui c’est…..

Et sans que j’ai eu le temps de dire quoi que ce soit, le mec qui faisait le guet m’a pris violemment par le bras et m’a trainé dans des souterrains. J’essayais de me débattre , mais tout ce que je réussissais c’était à ce qu’il serre encore plus fort.

Et on m’a enfermé dans une pièce avec un lit…..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Runaway train never going back ( Pv Nathaniel)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LEGO] Vidéo intéressante : Train designer
» Les Forges de Nuln : le Train d'Artillerie d'Albrecht Sturm.
» Jeux de Brian Train
» Arrivé de Nathaniel de Sade Montfort
» Mini, the come back !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: Parias-
Sauter vers: