AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seule [Anastasia]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Seule [Anastasia]   Dim 7 Nov - 21:20

Je m'étais trompée.

Pourquoi cela faisait-il si mal? Pourquoi l'avais-je laissé approcher? Je l'avais quitté justement pour ne pas souffrir d'un abandon, d'un rejet. Il m'avait manqué, atrocement, mais j'avais eu l'intention de suivre mon engagement. M'attacher à Alec était une erreur. J'étais tombée amoureuse de lui, il était devenu mon attache dans cet univers post-apocalyptique. Sa joie de vivre, son optimisme, tout cela me revigorait. J'avais été heureuse avec lui, pour la première fois dans ma vie. Et j'avais prit peur, fuyant ses bras, son amour.

Et je m'étais rendue compte que j'étais enceinte.

Mais cela ne changeait rien... Rien du tout. Il allait me quitter, tôt ou tard, parce qu'on me quittait toujours. On finissait toujours par se lasser de la fade et triste Emily. C'était ainsi, alors je préférait le quitter que d'attendre qu'il le fasse.

Et puis, j'étais tombé sur lui par hasard. Il était amoché et mon cœur avait failli se décrocher de ma poitrine quand je l'avais vu dans cet état. Mon Alec... Mais dans quoi s'était-il encore fourré? Je l'avais accompagné pour nous mettre à l'abri et il avait fini par s'apercevoir que j'étais enceinte. De lui. De qui d 'autre? Il avait réussi à me convaincre de rester, d'élever notre enfant ensemble. Et j'y avais cru, pauvre idiote... J'avais besoin de quelqu'un sur qui compter, je ne pouvais plus être seule, pas avec un enfant à naître, alors j'avais cru en nous.

Mais au fur et à mesure des semaines, il s'était éloigné de moi. Il avait promis de ne jamais me quitter, de ne jamais nous quitter. Et pourtant, il semblait ailleurs, semblait prendre ses distances. Plus le bébé approchait, plus il était nerveux et distant. Il avait peur, il ne voulait plus de moi. Il allait nous abandonner, le bébé et moi. On allait encore me rejeter.

Je ne pouvais pas revivre ça, je ne voulais pas revivre ça.

Alors je suis partie.

J'y avais cru, j'y avais vraiment cru pendant presque trois mois. La chute était douloureuse. Terriblement douloureuse.

Je errais dans les rues de Brooklyn sans savoir où aller. Je n'avais nulle part où me rendre, personne qui m'attende où que ce soit.

J'étais seule, irrémédiablement.

Je ne regardais pas où j'allais et trébuchai. Avec les ouragans, la chaussée déjà rendue fragile par les bombardements s'était encore amincie. Le sol céda sous mes pieds et je tombai. Pas de très haut, mais suffisamment pour crier, avant de sentir le sol sous mes pieds, ma cheville qui craquait. Et... autre chose... De... l'eau? Affolée, je regardai mes mains soudainement trempée alors que je posais les mains sur le liquide. J'avais rompu les eaux? Je... j'étais en train d'accoucher? Oh non, non non... J'étais perdu au milieu de nulle part, au fond d'un trou à cause de la chaussée défoncée et le bébé arrivait. Je ne pus retenir un gémissement alors que je sentais une douleur violente dans le ventre jusque dans les reins.

Le travail commençait.

- "Au secours!!! Pitié, aidez-moi!"

Pathétique. Je n'avais jamais demandé d'aide à personne. Et il n'y avait sans doute personne dans les environs. Je me mis à pleurer, laissant enfin couler mes larmes de tristesse et de peur.

- "Alec, s'il te plait, viens me chercher..."

Mais Alec ne viendrait pas, j'y avais veillé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Seule [Anastasia]   Mer 10 Nov - 20:26

Cela faisait plusieurs semaines que je errais sans aucun but. Des semaines, des semaines et encore des semaines... Il s'en était écoulé, des semaines, depuis que j'avais dû abandonner Lyzee à cette femme. Je n'avais pas eu le choix. Avec cette tornade qui nous menaçait, impossible de me battre pour la garder avec moi, impossible de la défendre... Je m'en voulais, mais je n'avais pas eu le choix. J'avais essayé de la retrouver ensuite, désespérément, et sans succès. Parce qu'à moitié détruite ou non, New York restait une grande ville. Je ne l'avais pas retrouvée. Alors j'avais abandonné... J'avais l'impression que l'histoire se répétait. Je n'avais pas su protéger ma petite soeur, malade, et je n'avais pas su protéger Lyzee du monde qui l'entourait... J'étais faite pour rester seule. Le destin s'acharnait contre moi. La culpabilité ne me laissait aucun répit. Est-ce que je pourrais un jour me rattraper ? J'étais tellement désolée, et je ne pouvais rien faire... A part errer encore et encore. Dépitée, j'avais fini par quitter Manhattan. Il n'y avait plus rien pour moi là bas. Je n'avais même pas cherché à rejoindre un groupe. Je me détestais, alors je ne voulais pas imposer ma présence aux autres. J'avais déjà trop de mal à me supporter moi même... Conséquence de cela, je ne faisais plus attention à rien. Je ne cherchais pas à me cacher. À quoi bon ? Visiblement cette tactique ne menait pas à grand chose. Et je commençais à me dire que je me fichais bien de se qui pouvait m'arriver. Qu'est-ce que j'avais à perdre, sinon la vie ? Rien du tout ! Alors pourquoi perdre mon temps avec ces choses là ? Je n'avais personne, personne ne tenait plus à moi, alors si je mourais bêtement par accident – ou pas – je ne risquais pas de manquer à qui que ce soit...

Je ne faisais pas attention où j'allais. Mon sac à dos jeté négligemment sur mon épaule, j'avançais tout simplement. Les rues de Brooklyn avaient vraiment cet aspect fantomatique que les rues du centre de la ville n'avaient pas. Il fallait sans cesse contourner des obstacles. Le plus étrange c'était que tout avait été laissé à sa place, comme si les gens avaient disparu tout à coup... Mais il suffisait de tomber sur le reste d'un corps pour se rappeler que ce n'était pas le cas. Ce qui, je le concède, était assez glauque... Mais mon estomac n'était vraiment plus à ça près, j'en avais vu d'autres ! Et puis c'était comme si j'étais devenue complètement insensible. Comme si mes sentiments s'étaient plus ou moins déconnectés de mon cœur et de mon cerveau. Finalement j'étais à ma place ici. Un fantôme dans une ville fantôme. Joli tableau n'est-ce pas ? Je n'étais malheureusement pas la seule. De temps à autre je me sentais épiée, suivie... Oh je n'étais pas dupe, j'étais une cible facile. J'étais une femme, pas très épaisse, pas très vive... Pour le moment je n'avais eu aucun problème, mais les choses pouvaient aller très vite de nos jours. Les hommes n'avaient plus beaucoup de remords.

Je me figeai sur place en entendant un cri. Je regardai bêtement autour de moi, cherchant son origine. Je crus avoir rêvé, jusqu'à ce que j'entende quelqu'un appeler à l'aide. Mes sentiments brusquement reconnectés et mon instinct humain se réveillant, j'accélérai le rythme, me dirigeant à grands pas vers la source du cri. Je débouchai dans une ruelle particulièrement défoncée. J'avançai avec précaution, regardant pour une fois où je mettais les pieds. Et puis je me retrouvai là, bêtement, juste en haut d'une espèce de trou, pas très profond, une femme à moitié assise dedans, gémissant et pleurant. Pendant une seconde j'ai pensé qu'elle avait dû se faire mal. Et puis, tandis qu'elle bougeait, je remarquai son ventre. Oh. J'eus un instant de blanc total, avant de secouer la tête. Oh mon dieu ! Elle était enceinte et elle venait de tomber là dedans. Seigneur ! Apparemment la vie n'était pas injuste qu'avec moi. Prenant mon courage à deux mains, je me laissai glisser à l'intérieur, avant de m'accroupir près d'elle. Elle ne m'avait pas encore vue, trop paniquée. Par réflexe, je posai ma main sur son épaule.

« Hey... »

Pas très intelligent, je sais... Je blêmis instantanément en apercevant ses vêtements mouillés. Enfin, mouillés... Ce n'était pas de l'eau. Pas besoin d'être devin pour comprendre qu'elle venait de perdre les eaux. Elle allait... accoucher ? Elle était EN TRAIN d'accoucher ? Oh, ce n'était pas très bon... Pas du tout, même. Je ne savais pas ce que j'allais faire. Je ne pouvais pas la laisser là toute seule. Parce que seule, elle l'était, visiblement.

« Oh... Tu ne peux pas avoir ton bébé là dedans, je vais t'aider à sortir de là. »

Spontanément, je lui offrais mon aide. C'était peut-être le moment de me racheter. Ou tout du moins d'essayer. Je n'étais pas médecin, ni sage femme, et encore moins infirmière. Moi, j'étais danseuse étoile. Et franchement, aujourd'hui c'était le métier le plus inutile du monde. Dommage.

« Ne t'inquiète pas, ça va aller, je vais t'aider. Respire, ne t'affoles pas. Ça va aller, on va vite trouver une solution... »

Oui, c'était le but, et mieux valait faire aussi vite que possible, l'endroit n'était pas sûr...

« Je m'appelle Anastasia... Ne t'en fais pas, je vais t'aider. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Seule [Anastasia]   Mar 16 Nov - 17:19

Je n'étais pas du genre à paniquer pour un rien. C'est vrai, j'avais l'habitude de me débrouiller seule, de ne compter sur personne et j'avais souvent gardé un sang froid remarquable dans les pires situations. Mais alors que je me retrouvais au fond de ce trou boueux, et que je sentais que le bébé était prêt à venir, je fut étreinte par une peur terrible de mourir ici, seule et de laisser mourir ce bébé qui représentait tout l'amour que j'avais pu éprouver pour Alec. Je ne voulais pas mourir ainsi... Je n'avais plus gère d'illusions et d'espoirs, mais je ne voulais pas mourir... Dans la solitude, dans la souffrance et en entrainant un innocent avec moi. J'avais été idiote de quitter Alec ainsi.

Je hurlai, avant de me mettre à sangloter pitoyablement. Je suis désolée Alec, tellement désolée... Mais cela ne servait à rien, il ne m'entendrait pas, ne m'entendrait jamais. Peut-être ne me retrouverait-il jamais, ne sachant pas ce que j'étais devenue... Il penserait que j'avais fait ma vie ailleurs, sans se douter que mon cadavre et celui de notre enfant pourrissait au fond d'un trou sordide.

C'était tellement injuste!

Toute ma vie, le bonheur m'avait fui. D'abandons en désillusions, j'avais avancé malgré tout. Et pour une fois que j'avais voulu essayé d'être heureuse, j'avais réduis cet espoir en miettes, à cause de mes peurs ridicules. Pourquoi n'en avais-je pas parlé à Alec plutôt que de m'enfuir comme ça? J'enfouis mon visage dans mes mains en sanglotant misérablement.

Je réprimai un sursaut de frayeur en entendant une voix féminine prêt de moi et en sentant une main sur mon épaule. Je jetai un regard de biche aux abois à la jeune femme blonde qui me faisait maintenant face. Un éclair de douleur passa dans mon regard alors qu'une contraction me coupait le souffle. Je grimaçai alors qu'elle me disait que je ne pouvais pas accoucher là dedans. Je hochai la tête. Elle allait m'aider.

- "Je ne sais pas si je vais réussir à marcher."

Une nouvelle contraction me prit et je fermai les yeux, blanche comme un linge. Je n'étais pas bien nourrie et j'avais peur de tourner de l'œil à tout moment. Ce que je ne pouvais pas me permettre. Nouvel éclat de panique :

- "Le bébé arrive!!!"

Il y avait des accents hystériques dans ma voix.

- "Oh pourquoi est-ce que je ne suis pas restée avec Alec."

Un sanglot déchirant s'échappa de mes lèvres entrouvertes. Je haletai, luttant contre les vagues de douleur. J'avais peur, j'avais mal... Je pouvais mourir lors de l'accouchement. Il n'y avait pas de médecin, il n'y avait rien pour arrêter une hémorragie, pour aider le bébé à sortir.

- "Moi, c'est... Emily."

Je crispai ma main sur son bras, le regard fou.

- "Ça n'aurait pas du se passer comme ça..."

Je poussai un hurlement alors que je me sentais déchirée en deux. Il fallait faire vite. Je pris appui sur elle et me redressai maladroitement. J'avais envie de m'allonger et de me laisser aller, de cesser de me battre... Mais je ne pouvais pas faire ça. Pas encore. Après, quand le bébé serait sorti et en bonne santé, là, je pourrais me laisser aller... Je ne manquerais à personne.

Sauf à Alec.

Mais que je disparaisse de sa vie était peut-être ce qui pouvait lui arriver de mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Seule [Anastasia]   Mar 21 Déc - 15:39

Pas de panique, surtout pas de panique. Tout va bien.



Tu parles ! Je venais de trouver une jeune femme en train d'accoucher dans un trou, je ne savais pas comment la faire sortir de là, et pire encore, je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il fallait faire pour mettre un bébé au monde. Sans compter que cette jeune femme avait l'air totalement paniquée. Au moins autant que moi. Ce n'était pas notre jour de chance... Allez, on se reprend ! Elle, elle avait le droit de paniquer, pas moi. C'était elle qui était en train d'accoucher, pas moi. Mais que faisait-elle là, toute seule, et enceinte ? Elle aurait dû avoir quelqu'un avec elle... Quelqu'un qu'elle connaissait, quelqu'un qu'elle aimait, en qui elle avait confiance... Pas moi ! Moi elle ne me connaissait pas, et pourtant c'était moi qui était là. Évidemment, j'allais l'aider, je ne pouvais pas la laisser là, hurlant de douleur... Elle n'avait pas à supporter cette épreuve toute seule.

« Il va falloir pourtant... On doit de trouver un endroit sûr, tu ne peux pas mettre ton bébé au monde dans un trou... »

Ah non, ça c'était même hors de question ! Mais c'était plus facile à dire qu'à faire, j'imagine. Je ne sais pas ce qu'elle pouvait bien ressentir, mais elle devait vraiment souffrir... Et il n'y avait pas de médecin dans le coin, évidemment ! Je grimaçai lorsqu'elle hurla que le bébé arrivait. Je m'en étais bien rendue compte, mais j'imagine que la panique parlait pour elle. Je ne devais surtout pas me laisser envahir par la terreur moi aussi. C'était le moment pour moi de me racheter. J'allais l'aider, je n'allais pas l'abandonner là. Je levai la tête. Il n'y avait pas beaucoup de hauteur, mais vu son état il lui serait difficile de sortir de ce trou. Il fallait que je trouve une solution... Est-ce que j'en avais seulement une ? Pas pour le moment, j'étais encore trop choquée pour penser correctement. Je pris une profonde inspiration. Du calme, du calme... D'abord, il fallait la sortir de là. Ensuite, l'emmener en lieu sûr... Ensuite seulement je l'aiderais à avoir son bébé. Sauf si évidemment ce dernier se décidait à pointer le bout de son nez un peu trop vite. Je fis une drôle de tête. Pourquoi elle n'était pas restée avec qui ? Oh, ce n'était pas le moment de poser des questions et de jouer à la curieuse.

« D'accord Emily, respire à fond, tout va bien se passer. Respire. »

J'ai passé une main apaisante dans son dos, pour essayer de la calmer un petit peu.

« Je vais sortir, et ensuite t'aider à faire de même, d'accord ? Ne t'inquiète pas, je ne vais pas t'abandonner. Respire. »

Sur ce, je me glissai hors du trou, et lui tendis les mains.

« Allez ! Je sais que tu as mal, mais s'il te plait, fais un effort... »

Le coin n'était absolument pas sûr, et surtout pas pour deux femmes sans défenses, dont l'une enceinte. Je n'avais pas d'arme, elle n'en avait pas non plus. La seule chose qui pouvait actuellement nous aider, c'était l'entraide. J'allais faire tout mon possible pour l'aider. Tout ce que j'espérais, c'était que ce soit suffisant. Il fallait que ce soit suffisant. Il fallait que les choses se passent pour le mieux, aussi. Si jamais il y avait un problème, des complications... Cela risquait d'être absolument dramatique. Et il y avait eu assez de drames dans ma vie. J'imagine qu'il avait dû en être de même pour elle, malheureusement. Mais ce n'était pas le moment de nous apitoyer sur notre sort.

« Allez, courage ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Seule [Anastasia]   Mer 9 Mar - 19:58

Sortir de ce trou... Comment est-ce que j'allais accomplir cet exploit alors que la pression dans mon bassin était si forte que j'avais l'impression que je perdais déjà le bébé! J'avais mal, j'avais froid, j'avais peur! Mais quelle idiote! Par dieu pourquoi est-ce que j'étais partie? C'était la plus belle idiotie de toute ma vie! Oh Alec, pardon, pardon... Anastasia me demanda de me calmer et de respirer. Je hochai la tête frénétiquement, m'exécutant, en tentant de me concentrer sur ma respiration. C'était ce qu'on voyait dans les films. Je n'avais pas eu de cour de préparation à l'accouchement... Je n'aurais même pas un médecin... Voilà à quoi j'en étais réduite : à me raccrocher à un souvenir pioché dans des films et à faire confiance à une parfaite inconnue qui avait autant la trouille que moi. Quelle tristesse...

Sa main dans mon dos m'apaisa un peu. De même que ses paroles rassurantes. Elle me promit de ne pas m'abandonner et je la regardai me laisser, les yeux agrandis par la peur. Elle pouvait partir. Rien ne l'obligeait à rester et à s'occuper d'une étrangère. De l'aider à accoucher alors que ce n'était visiblement pas dans ses compétences.

Pourtant, elle me tendit la main. Je m'en saisis, avant de me redresser en grimaçant. Je devais sortir de là. Je devais faire fi de la douleur. Je ne sais pas où je trouvai le courage de sortir de là. De me hisser avec son aide, mais je me retrouvai sortie du trou, à quatre pattes, en une position fort peu élégante. Nous devions nous mettre à l'abri. Je me redressai avec son aide. C'était un calvaire. Je portai une main à mon ventre en gémissant, me forçant à m'arrêter.

- "Je... Je ne pourrais pas aller plus loin... J'ai mal..."

Il y avait quelques immeubles déglingués. Nous entrâmes dans le plus proche et je m'effondrai alors au sol en gémissant de nouveau, m'allongeant sur le dos d'un geste instinctif.

- "Je... je crois que la tête sort..."

Accouchement express... Le bébé poussait et je ne pouvais pas le retenir, ce n'était pas possible. En même temps, le travail avait commencé depuis de longues minutes... des heures? Aucune idée... Quoiqu'il en soit, Anastasia m'aida à me débarrasser de mon pantalon et de ma culotte, trempés de liquide. Effectivement, le bébé était là, la tête sortant déjà. Les contractions étaient de plus en plus rapprochées et violentes et je poussai, par réflexe. Je crois que j'eus de la chance... Certains accouchements se passent mal ou durent longtemps, mais celui-ci fut rapide... Douloureux, mais rapide et sans problème... Si bien que je pus entendre bientôt des cris d'enfant. Je ne pus m'empêcher alors de me laisser complètement tomber en arrière, en riant et pleurant à la fois, à bout de nerfs. Notre enfant était né... Le fruit de notre union à Alec et moi... Et je venais de le priver de cela en fuyant... Mais il n'avait plus voulu de cela, il était trop nerveux... Il ne voulait pas de ces responsabilités, il n'était pas prêt.

J'avais tout gâché...

J'avais toujours tout gâché... D'aussi loin que remonte ma mémoire, je n'avais su être heureuse plus de quelques mois. Comme si cela me dérangeait. Et pourtant là... Alors qu'Anastasia me présentait ma fille, je sentis une énorme boule de joie s'emparer de moi. Mais les choses n'étaient pas finies et de nouvelles contractions me saisirent. La délivrance. Mais le calvaire ne finirait-il donc jamais?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seule [Anastasia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seule [Anastasia]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seule la première LED verte s'allume
» Que pensez vous de dreadfleet ? (une seule réponse)
» Des pages qui se rechargent toute seule...
» Énigme 032 : Quand Angèle fut seule...
» Spots d'xp à revoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: Parias-
Sauter vers: