AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dancing with the dead (Alec)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Dancing with the dead (Alec)   Lun 29 Nov - 9:45

Ava avait choisi un endroit peu anodin pour venir ce piquer. Un lieu qu'elle connaissait très bien, un endroit ou elle avait rencontré pas mal de monde à une époque ou elle était novice chez les hors la loi. Elle était mal depuis quelques temps et rien n'y faisait, pas la mort de ce monstre qui l'avait violé ni même James qui se montrait pourtant tellement compréhensif avec elle.

Elle avait besoin de changement, de vivre autre chose et elle n'en avait pas la force. Alors, doucement elle avait sortit tout son petit matériel de son sac à dos qu'elle trainait toujours avec elle, elle avait mis des semaines à remplir son petit sachet pour une dose d'héroïne qu'elle avait détournée de ses ventes journalières. Personne n'avait rien vu ou personne ne voulait voir, de toute façon elle s'en fichait pas mal, tout ce qu'elle voulait c'était oublier tout ça.
Elle avait d'abord commencé par s'installer à l'endroit même ou elle avait rencontré Eric, ce type qu'elle avait d'abord trouvé froid et avec qui elle aurait pu partir, il l'aurait accepté, mais étrangement au moment de partir elle avait fait comme d'habitude, elle avait fuit. Ce petit coin n'était pas loin de l'endroit ou elle venait avant pour se droguer avec d'autres avant que James ne la fasse changer de comportement, lui expliquant que c'était trop dangereux l'héroïne surtout vis à vis du patron, car il se rendrait compte qu'elle piquait si elle continuait. Elle avait donc arrêter son petit jeu se contentant de piquer de la cocaïne, mais l'héro lui manquait alors elle avait son petit stock. Le doc lui avait même donner une jolie seringue toute neuve, encore enfermer dans son sachet stérile.

Elle avait fait chauffer la cuillère et avait remplit la seringue. Elle avait trouvé une vieille écharpe usée qui lui servirait à serrer son bras afin que la drogue entre mieux dans son corps. Doucement elle avait retiré son pull même s'il faisait très froid, elle était en débardeur et de toute façon la drogue lui réchaufferait très vite le coeur.
Doucement elle avait enfoncé l'aiguille dans le creux de son bras, trouvant sans difficulté la veine qui était déjà bien entamée, elle n'avait pas chercher à se cacher, encore moins à cacher cette prise qu'elle allait faire, mettant bien en évidence cette veine avec un trou de piqure en plus. Après plusieurs secondes alors qu'elle sentait déjà la drogue entrer en elle, elle avait desserré le garrot afin de laisser cette merde entrer complètement en elle, prendre possession de son âme. Et toutes ses idées noires disparurent les unes après les autres pour laisser place à un univers que seule Ava pouvait connaitre. Un univers ou plus rien n'existait à part le bonheur, la magie, la douceur, l'amour.

Des images lui revinrent en tête malgré tout. La mort de sa mère, la terreur qu'elle avait ressentit en la voyant dépérir et lorsqu'elle compris qu'elle était impuissante. Ensuite James, leurs tripes ensemble, leurs parties de jambes en l'air aussi. Armando qui lui criait dessus parfois et contre qui James la défendait, le regard sadique d'Alan sur elle. Eden, Vitalli, Eric, Sarah et puis d'autres. Tout ceux qu'elle avait rencontré depuis des mois. Tout se mélangeait dans sa tête et au lieu d'un rêve magique et extraordinaire, un cauchemars commença.

Alan qui s'en prenait à elle, qui la violait sans aucun scrupules, elle qui hurlait à en perdre la voix, le visage de James qui la regardait se faire violer et qui riait embrassant Sarah qui elle aussi riait en la voyant ainsi. Ava était à la limite de suffoquer, elle n'arrivait plus à crier mais tout cela était dans son imaginaire.

Affalé sur le sol gisait une jeune femme trop maigre, les yeux cernés par la drogue et dont la vie était en danger. Ava n'avait pas fait attention mais sa dose était trop importante elle était en pleine crise d'overdose et si personne n'intervenait elle mourrait....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Mer 1 Déc - 1:25

Emily n’était nulle part. J’avais beau la chercher sans relâche toute la journée, elle n’était nulle part. Et le pire de tout c’est que je ne savais même plus retrouver mon chemin. Je ne connaissais pas New-York, je n’étais pas d’ici. Même si j’avais quelques repères avant, ils avaient changés depuis qu’une tornade avait dévasté la ville. J’avais l’impression de tourner en rond depuis des jours et des jours. Tout ce dont j’étais sûr c’est que j’errais toujours autour de Central Park. Sauf que…central Park était immense. Alors quand vous croyez avoir retrouvé votre chemin, vous vous rendez compte que vous êtes déjà passé par là.

Mais ce n’était pas tant que je ne retrouvais pas mon chemin, c’est que j’étais parti comme un voleur un matin, et que je n’étais plus revenu. Je cherchais un homme de cette communauté, un indice qui puisse me dire où ils étaient vraiment, mais tout ceux que j’avais interrogés ne savaient rien. Et je savais que le temps pressait. Emily était enceinte, et j’avais peur qu’elle n’accouche dans la rue. Et même si j’avais une peur bleue d’être père, j’avais surtout peur de devoir élever cet enfant dans des conditions extrêmes. L’hiver approchait à grands pas, et j’avais peur que nous n’ayons rien et qu’il ne survive pas. C’était sans doute ma peur principale.

Je voulais un enfant, mais pas comme ça, pas maintenant...Pas…Oui je ne cessais de trouver des excuses. Et j’aurais pu ne jamais chercher à la retrouver. Mais je l’aimais…et je refusais de faire partie des pères qui abandonnent leurs enfants. Mais, c’était sans doute l’image qu’avait Emily de moi. Mais qu’est ce qui m’avait pris de partir comme ça ?
La peur ? La panique ? L’amour ?
J’expérimentais seulement maintenant la peur du lendemain. J’é&tais pourtant d’un naturel jovial et optimiste. Mais j’avais beau sonder les choses, je ne voyais pas ce qu’il y avait de positif dans cette situation. Enfin, tant que je ne retrouverais pas Emily, rien n’irait bien. Je savais que ma place était prés d’elle. Ensemble nous trouverions un moyen de rejoindre cette communauté. Ensemble, nous aurions ce bébé. Nous avions à peine parlé de la façon dont nous allions l’élever, ou le prénom que nous aimerions lui donner.

Je passais à nouveau devant une entrée de Central Park et hésitait un moment avant de passer par le parc. Je savais qu’il était le repère de nombreux trafics et je ne voulais pas être mêlé à ça. J’avais déjà du faire appel plusieurs fois à des types louches, et si je pouvais éviter de recommencer, ce serait avec plaisir. Moi tout ce que je voulais c’était que quelqu’un me dise comment retourner sur Hamilton Heights. Je connaissais seulement de nom le quartier ou nous avions trouvé refuge parce qu’Emily me l’avait dit. Mais je ne connaissais pas le quartier. Enfin…je n’avais jamais vraiment eu le sens de l’orientation, c’était peut être pour ça.

A peine entré dans Central Park que déjà je me faisais accoster par un dealer. Je lui répondis poliment que je n’étais pas là pour ça. Mais lorsque je lui demandais mon chemin, je n’eus le droit qu’a un ricanement avant qu’il n’aille plus loin. Bon ça c’était fait..

Je ne sais pas du tout si j’étais très intelligent de faire ça, mais je ne voyais que cette solution, aller de l’autre côté de Central Park. Soudain, au milieu d’un amas de débris et d’un tronc d’arbre tombé au sol surement après l’ouragan ou ce qui y ressemblait, il y avait un corps. J’en avais vu des cadavres depuis que j’étais coincé à New York, mais je savais reconnaitre un corps inerte et un cadavre. Et ça c’était un corps inerte. Pas de mouches qui voletaient autour..
Je m’approchais assez précautionneusement et j’eus la surprise de voir une jeune femme sur le dos, une seringue plantée dans le pli de son coude, et les yeux grands ouverts. Je l’appelais mais elle ne répondait pas.


-Mademoiselle ? Mademoiselle ?


Toujours aucune réponse...Je me décidais alors de m’approcher d’elle et avec le plus de soin possible, je retirais l’aiguille en la jetant le plus loin possible. Je la secouais mais elle ne semblait pas réagir. Elle était si maigre, si perdue aussi. Et pourtant elle avait du être belle. Quel gâchis…

Je n’avais jamais été confronté à quelqu’un qui fait une overdose alors je ne savais pas quoi faire à part m’assurer qu’elle respirait toujours et que son cœur ne lâchait pas. Je ne cessais de l’appeler tout en faisant les vérifications de base. J’essayais pourtant de me rappeler ce qu’il fallait faire. Si seulement j’avais joué une pièce moderne ou je joue un drogué ou un aidant…J’aurais au moins su quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Ven 3 Déc - 14:20

Ava n'entendait pas cette voix l'appeler, tout ce qu'elle entendait c'était des sons distordus à cause de la drogue qu'elle avait dans le sang. Elle ne voyait même pas la silhouette au dessus d'elle, enfin si, mais pas de la manière dont elle était réellement.

Ce qu'elle voyait elle c'était des visages qui défilaient les uns après les autres, des cris, des rires, des moqueries. Elle avait l'impression d'être secouée mais tout ce qu'elle ressentait c'était la main épaisses et horrible d'Alan. Oui, son cauchemars reprenait doucement forme sous les traits d'Alan. Pourtant elle avait vu sa dépouille au QG des hors la loi, elle avait même faillit hurler de bonheur lorsqu'elle l'avait aperçue mais c'était retenu pour éviter de se faire remarquer car il aurait fallu qu'elle explique ensuite la joie qu'elle avait ressentit en voyant ce type mort. Elle avait pourtant été heureuse, bonheur qu'elle n'avait pas ressentit depuis bien longtemps et malgré cela elle était là allongée sur le sol froid du parc de la ville, à demi consciente.

Avait t'elle voulu mourir ? Ou juste mal dosé sa drogue ? On peu se poser la question, car une junkie comme elle connait les doses à ne pas dépasser. Elle avait juste voulu oublier l'espace d'un instant sa vie terne et sans gout, sans couleur, cette vie qu'elle ne supportait plus. L'homme qu'elle pensait aimer n'avait pas hésiter à s'amuser avec une fille qu'elle détestait, le seul type avec qui elle se sentait bien était partit sans jamais revenir dans cette communauté. Tous ses amis étaient mort ou presque et Eiden était trop occupée à préparer sa maternité. Chose qu'elle pouvait comprendre et en même temps jalouser.

Plus rien n'allait pour Ava, plus rien et ce depuis trop longtemps. Sa vie lui filait entre les mains et d'ici peu elle la quitterait pour de bon. Ce type au dessus d'elle en train de la secouer n'y connaissait rien et n'arriverait jamais à la réveiller.

Les larmes, les larmes coulaient doucement le long de ses joues. Les yeux toujours ouvert Ava regardait sans voir cet homme qui tentait de la réveiller mais ces efforts étaient vain. Ava ne voulait pas revenir, elle était prisonnière de son tripe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Dim 12 Déc - 9:50

Elle respirait. Son cœur battait. Oui mais…elle ne répondait à aucun de mes appels. Elle ne bougeait ni les doigts, ni les yeux. C’est comme si elle était vraiment morte. Sincèrement, je doute avoir eu si peur. Pourtant, je n’étais pas la cause de cette overdose, mais je me sentais responsable si je ne faisais rien et si je la laissais mourir. Outre le côté glauque de l’histoire vu l’endroit où nous nous trouvions, elle était jeune, elle avait encore la vie devant elle. Je ne cessais de me demander ce qui poussait quelqu’un dans la vie à se détruire de cette façon. Bien sûr il y a des choses horribles dans la vie. Mais justement...c’est la vie. Et on en a qu’une !

Je me mis à l’allonger vraiment sur le banc et retirait mon manteau pour m’en servir d’oreiller que je calais sous sa tête en prenant soin de protéger sa nuque. Et tout ce que je pouvais faire pour le moment c’était de continuer à l’appeler en vérifiant sans cesse qu’elle était toujours là.

Je me pris à la regarder toute entière, et j’avoue que je pris peur. Elle n’avait pas l’air de constitution forte c’était un fait. Mais à ce point…Elle semblait presque anorexique. Enfin, je n’y connaissais pas grand-chose en médecine (c’était d’ailleurs pourquoi j’avais cherché un médecin pendant des jours et des jours pour Emily). Elle devait vraiment être une droguée régulière vu les traces de piqure à ses bras. J’en aperçus même une sur la main. J’avais vraiment pitié d’elle. C’était vraiment tout ce qu’elle m’inspirait. Elle était jolie oui…mais la pitié dominait chez moi. Surtout quand je voyais des gens comme elle. Et pourtant, je n’en avais jamais autant croisé que depuis que j’étais coincé aux Etats-Unis…Avant, je ne faisais peut-être pas attention, trop enfermé dans ma bulle et trop pris par les répétitions, les représentations, les voyages.

Alors que je vérifiais une fois encore que son cœur battait en posant ma main sur sa poitrine (enfin au dessus quoi…à l’endroit où le cœur est censé battre), je me rendis compte qu’elle pleurait. En silence. Pas un spasme, pas un sanglot ne venaient secouer ce corps qui semblait sans vie. Mais elle pleurait. Un torrent de larmes dévalaient sur ses joues et creusait un sillon sur son visage. Pauvre fille me dis-je avant de lui reprendre la main et de profiter de cette réaction pour la faire revenir sur Terre.

-Mademoiselle ! Vous n’êtes pas seule ! Réveillez-vous !

Je ne savais vraiment pas si cela allait marcher, ni si ces larmes étaient là avant. J’essayais...je tentais…Et puis, qui me disait que c’était la solitude qui l’avait conduite jusqu’à la drogue d’ailleurs. Même si je ne comprenais pas vraiment qu’on puisse en arriver là, je savais qu’il y a bien des raisons qui poussent l’être humain à fuir la réalité.

-Ce n’est pas l’heure de mourir Mademoiselle !

Non, elle avait encore le temps pour ça. Elle n’avait certainement même pas 25 ans…

-Il n’est pas encore minuit pour jouer Cendrillon ou la Belle au Bois Dormant.

Je ne sais pas ce qui m’a pris à ce moment là de faire de l’humour alors que ce n’était clairement pas le lieu, ni le moment, mais j’espérais que ça la fasse réagir. Et puis c’était toujours par l’humour que j’essayais de m’en sortir moi-même ou de pallier à une angoisse qui venait.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Mar 14 Déc - 9:04

Ava ne sentit pas qu'on déplaça son corps encore moins qu'on posait une veste sous sa tête pour la tenir un peu plus haut que le reste de son corps, elle n'entendit pas cet homme qui s'adressait à elle et qui s'inquiétait pour sa santé. Elle ne le vit pas non plus, en tout cas pas durant les premières minutes, elle était toujours coincé dans ce rêve-cauchemar qu'elle faisait depuis que la drogue était entrer dans ses veines. Les visages s'effaçaient petit à petit pour laisser place à d'autres visages, ceux de son passé, sa vie d'avant et puis soudain alors que Alec lui tapotait le visage elle vit de nouveau Alan et eu l'impression que son coeur allait exploser dans sa poitrine. Le cauchemar allait recommencer et de plus belle cette fois-ci, sauf que commençait à entendre quelques sons qu'elle ne discernait pas mais elle entendait vaguement une voix d'homme au loin qui lui était inconnu.

Petit à petit elle sortait de son état végétatif, les larmes coulaient encore plus le long de ses joues crasseuses et quelques images de la réalité apparurent sans qu'elle n'en ait conscience.
Elle commençait à ressentir le froid et le visage de son ange gardien lui apparu plus clairement, même si ses idées ne lui étaient toujours pas revenue. Si elle n'avait pas encore conscience de tout, elle n'avait plus l'impression d'être dans un cauchemar, ou du moins tout était différent, tout avait changé.

La reprenait doucement conscience mais en même temps ce retour à la réalité allait être difficile à gérer. On lui parlait, elle entendait maintenant des brides de mots, incapable de comprendre ce qu'on était en train de lui dire. Dans sa tête elle répondait mais aucun mot ne sortait de sa bouche. Juste un léger "Låt mig..." qui signifiait laissez moi tranquille ou quelque chose du genre.

La réalité n'était pas mieux que le tripe qu'elle venait de se faire mais ce type pencher sur elle paraissait ne pas lui vouloir de mal, sauf que lorsqu'elle prit conscience qu'elle n'était pas seule, la vision troublée de ce visage au dessus d'elle lui fit peur, tellement peur qu'elle ouvrit la bouche pour crier mais qu'aucun son n'en sortit. Si elle était déjà blanche, elle le fut encore plus, elle avait peur, peur que ce ne soit encore une fois Alan qui s'en prenait à elle. N'étant encore complètement sortie de son tripe, elle ne distinguait toujours pas la réalité du rêve. Avec le peu de force qu'il lui restait elle tenta de le repousser avec ses mains mais n'arriva qu'à faire glisser sa main sur le haut de l'homme qui était présent et elle se sentit vider de toute énergie une fois de plus mais réussit à fermer les yeux et à se recroqueviller sur elle même au risque de tomber méchamment du banc ou elle se trouvait, l'ignorant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Ven 17 Déc - 13:57

J’avais vraiment peur qu’elle ne me claque dans les pattes comme on dit. Elle semblait tellement fragile, tellement maigre. Si elle avait fait une overdose, comme je le pensais, je me demandais si elle n’allait pas finir par y rester tellement elle semblait peu résistante. Je n’avais jamais aimé les femmes sans formes et filiformes. Pour moi, une femme doit avoir des formes. Pas trop, mais juste un peu histoire de faire plaisir aux sens. Emily était de ces femmes qui ont des formes là où il faut. J’aurais tellement aimé réussir à être serein face à cette grossesse, parce que finalement je l’aimais et cet enfant était le fruit de cet amour.

Cette fille que j’essayais de faire revenir à la réalité était loin de ces considérations. Elle se battait pour la vie, mais d’une manière différente que la mienne. Elle se battait pour rester en vie. Ou pas… Puisqu’elle ne réagissait pas à mes appels, commençant à me faire vraiment paniquer. Je ne supportais pas de côtoyer autant la mort. Ca ne ressemblait pas à ce que j’étais et ça m’avait changé radicalement. J’avais l’impression de perdre peu à peu ma joie de vivre et mon optimisme.

Soudain, j’ai vu ses lèvres bouger et l’espoir a recommencé à naitre. Elle vivait. Je voyais bien qu’elle essayait de parler, mais c’est comme si elle était devenue muette. Et j’avais beau avoir appris à lire sur les lèvres, surtout quand un acteur vous souffle votre réplique quand il voit que vous êtes en panique parce que vous avez un trou dans votre texte. Elle a fini par lâcher quelque chose mais je ne comprenais pas.Ca ressemblait à « la nuit » mais je ne voyais pas le rapport. Et puis, rien ne me garantissait qu’elle ait parlé en anglais. Je me retenais de la secouer et de céder à la panique.

-Ouvrez les yeux mademoiselle, ouvrez les yeux !!

Mais elle ne les ouvrait toujours pas. Elle restait les yeux clos, a essayer de raconter je ne sais pas trop quoi. J’allais la secouer quand j’ai vu sa main se lever et j’aurais pu me sentir flatté par sa main qui caressait mon torse, si je n’avais pas compris qu’il n’y avait rien de romantique. Elle essayait seulement d’attirer mon attention. Je tentai un sourire, sans être sûr qu’elle allait y répondre. Mais je voulais qu’elle se rende compte qu’elle n‘était pas seule et que j’étais son ami. Enfin que je pouvais l’être quoi…

-Je crois que vous avez …eu une mauvaise réaction.

Bon, rien ne me garantissait que ce fût la première fois, et puis à voir ses bras ce n’était surement pas le cas. Mais j’étais gêné de lui faire remarquer, alors j’avais préféré parler de mauvaise réaction plutôt que d’overdose.
Je sentais sa main retomber le long de mon torse, et j’avais peur qu’elle reparte dans son monde et que cette fois-ci les choses s’aggravent. Je tenais sa tête entre les mains, lui caressant d’une façon assez douce les cheveux.

-Gardez les yeux ouverts, parlez-moi.

Elle avait à peine ouvert les yeux, et je trouvais que c’était déjà un progrès vu l’état dans lequel je l’avais trouvée dix minutes plus tôt.et je savais que dans ces cas-là si vous perdez connaissance, ça peut devenir dangereux. Alors il fallait que je continue à capter son attention. Lui montrer que j’étais de son côté…

-Vous m’entendez hein ? Je m’appelle Alec. Vous m’entendez ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Lun 20 Déc - 9:53

Elle avait mal autant physiquement que moralement. Son corps n'était plus que douleur et tout mouvement lui semblait terriblement difficile mais surtout douloureux. De légers gémissements sortaient de sa gorge sans même qu'elle ne s'en rende compte. Les larmes continuaient à couler le long de ses joues et elle ne maitrisait plus rien du tout, les sons qui arrivaient à ses oreilles étaient déformés et difficilement compréhensible et son cerveau était incapable de les rendre audibles et compréhensibles, de plus elle ne comprenait plus l'anglais comme si sa mémoire venait de lui jouer un très mauvais tour. Ce type lui parlait dans une langue qu'elle ne comprenait pas et pourtant elle la maitrisait bien en général et elle continuait de pousser des râles de douleur.

Elle posa ses mains sur ses yeux comme si elle voulait faire cesser les visions qu'elle avait mais ses gestes étaient brouillons, elle n'évaluait plus les distances, son corps lui était comme inconnu, elle n'était pas encore complètement sauvée et elle retournait par instant dans son tripe, c'était la voix de cet Alec placé au dessus d'elle qui la ramenait à chaque fois à la réalité. Mais Ava luttait pour le repousser et repartir, c'était dur, c'était trop dur. Si James avait été là il aurait su quoi faire, il avait l'habitude de gérer ces crises là sauf qu'elle n'avait encore jamais été aussi loin mais quoi qu'il en soit ce pauvre homme devait avoir la peur de sa vie à cause d'Ava.


"Låt mig..." encore et toujours, elle ne cessait de répéter la même chose, rien d'autre ne sortait de sa bouche. Son rêve de liberté l'avait ramener à une époque ou elle ne parlait pas si bien l'anglais et ne pouvait plus s'exprimer autrement que dans sa langue natale.

Pourtant parfois elle tentait de garder les yeux ouverts comme si un élan de lucidité la prenait et l'envie de rester en vie était plus forte que tout le reste mais c'était si éphémère. Elle dut perdre conscience une fois de plus et cela dura quelques longues secondes et ce fut une fois de plus la voix d'Alec qui la sortie de ses délires.


"Alec... non James...."

On pouvait penser qu'elle reprenait petit à petit ses esprits mais tout était tellement mélangé dans sa tête, le seul nom qui lui revenait en mémoire c'était James, à ce moment précis elle était incapable de se souvenir de son propre prénom. Elle le regardait mais elle le voyait pas vraiment, il était un étranger pour elle et pourtant elle voyait James pencher au dessus d'elle et les larmes cessèrent de couler d'elles même.

"James...."

Et elle se mit à grelotter comme jamais encore, se recroquevillant encore plus sur elle même, cherchant la chaleur que son propre corps ne lui apporterait pas, elle ferma de nouveau les yeux.

"....Jag är så kallt..."(j'ai si froid)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Jeu 6 Jan - 19:14

Faites qu’elle m’entende Seigneur ! Faites qu’elle m’entende. Je ne voulais pas qu’elle meure dans mes bras, parce que je n’étais pas sure de supporter ça alors que je cherchais Emily qui était sur le point de mettre mon enfant au monde. Et puis, parce que voir mourir quelqu’un sous vos yeux c’est quand même quelque chose d’affreux. J’avais vu mourir tellement de monde autour de moi ces derniers mois. Et puis elle avait l’air si jeune, si gentille. On aurait dit qu’elle ne méritait pas ça. Enfin, personne ne méritait une mort atroce et glauque comme celle-là.

Je m’étais présenté mais elle me parlait toujours dans une langue inconnue et je ne comprenais pas ce qu’elle voulait me dire. Ca ressemblait a une langue étrange et je me demandais si ca voulait vraiment dire quelque chose.

Je n’ai pas pu m’empêcher de pousser un cri de victoire quand elle gardait les yeux ouverts. J’essayais de lui sourire pour l’encourager, et d’établir et un contact visuel et un contact tactile. Et puis, elle avait compris ce que je lui avais dit. Ce qui signifiait qu’elle était consciente du monde extérieur. J’essayais de l’encourager en la frictionnant mais elle avait resombré. Elle me prenait pour un autre. Un certain James. Sans doute son petit ami…Et ses larmes s’étaient taris. Je me suis reculé quand elle s’est recroquevillée et qu’elle recommençait à délirer. Pour moi, ça ne pouvait pas être autre chose. Elle parlait une langue bizarre, alors qu’elle avait si bien parlé anglais quelques secondes avant.

Mais même si elle avait toujours froid et que je la sentais trembler de partout, je sentais qu’elle était là, qu’elle était consciente que quelqu’un était là avec elle. Bon, elle me confondait avec un autre, mais elle se rendait compte que j’étais là et que je lui parlais. Et puis, elle avait l’air de comprendre l’anglais alors je pouvais bien tenter de savoir qui elle était. Bon je n’étais pas sûr qu’elle me réponde, mais je pouvais toujours essayer non ?

-Comment vous vous appelez mademoiselle ?

J’enlevais ma veste pour la couvrir. J’aurais peut-être un peu froid mais je ne pouvais pas la laisser trembler et greloter comme ça. J’étais un gentleman, et elle était une femme en détresse. C’était peut être une junkie mais c’était quand même une femme. Et si c’était arrivé à mon Emily, j’aurais aimé que quelqu’un agisse comme ça avec elle.

Mais elle me regardait toujours à peine, et je sentais qu’elle me prenait toujours pour ce James, ce qui aurait pu m’embêter…Mais ce qui m’embêtait le plus c’était de me dire qu’elle était peut être en plein trip. Et je voulais m’assurer que ce ne soit pas ça…

-Vous comprenez ce que je dis hein ?

J’y croyais pas trop vu qu’elle ne réagissait pas mais je pouvais toujours demander non ? J’essayais de l’encourager à me répondre, et surtout il fallait qu’elle reste consciente. Je n’étais pas médecin mais je me doutais que sa vie était en jeu. Si elle gardait les yeux ouverts, c’est qu’elle était vivante et consciente Et plus elle le ferait, plus elle avait de chances de s’en sortir.

-Ca va aller, gardez les yeux ouverts. Surtout gardez les ouverts !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Mar 25 Jan - 10:04

Ava avait bien du mal à émerger de cet enfer qu'elle venait de vivre. Tout était encore flou dans sa tête et son corps lui paraissait tellement lourd et surtout douloureux. A croire qu'elle était tomber de deux ou trois étages, chaque mouvement lui coutait énormément et puis elle n'arrivait toujours pas à se situer. Impossible pour le type qui se trouvait à ses côtés d'être serein et calme. Elle venait de faire une sacrée mauvaise descente, mais était t'elle seulement réellement montée au septième ciel ? Rien de moins sur parce que franchement, elle n'avait vu qu'horreur et terreur. En aurait presque perdu la raison pour la peine.

Quoi qu'il en soit après plusieurs longues minutes de luttes contre elle même et ses démons, elle finit par reprendre tout doucement ses esprits, retrouvant la dure réalité. S'apercevant qu'elle était quelque part dans le parc et qu'elle crevait de froid. Fin, bon, elle l'avait un peu chercher à demie vétu comme elle était. Sauf qu'elle était incapable de dire ce qu'elle ressentait, ses pensées restaient dans sa langue natale.

Elle n'arrêtait de le regarder comme si dans le fond elle ne le voyait même pas, il était là, l'inconnu qui avait prit soin d'elle et elle ne réagissait pas. Habituellement elle aurait hurlé qu'il ne reste pas si prêt et là elle ne faisait que le regarder d'une bien étrange manière.

Et ce n'est qu'après d'autres longues minutes qu'elle émergea réellement. Voyant bel et bien qu'elle n'était pas seule, sentant la présence, le souffle, les bras de cet homme qui tentait de la garder au chaud, de la faire réagir et contre toute attente elle poussa un long hurlement à demi sourd, comme si le son se perdait entre sa gorge et ses lèvres. Alors, lorsqu'elle compris qu'elle était avec un inconnu elle commença à se débattre, par peur qu'il n'ait voulu tenter quelque chose lorsqu'elle n'était pas là. Mais son corps était toujours aussi douloureux et ses gestes brouillons.

"...me faites pas de mal..."

Ce fut comme un râle au milieu de sa crise de panique et elle se recroquevilla encore, seul moyen de se défense qu'elle avait trouvé et surtout seul mouvement qu'elle arrivait vraiment à maitriser.

"..s'il vous plait...."

Et doucement les larmes recommencèrent à couler. Ava était comme une enfant, incapable de se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Sam 5 Fév - 12:22

Je priais ma bonne étoile pour qu’elle se penche aussi sur cette jeune femme qui en avait sans doute plus besoin que moi à ce moment là. Bien sur je pensais toujours à Emily et à la retrouver mais je ne pouvais pas laisser cette fille mourir seule. Je ne pouvais pas la laisser mourir tout court. J’aurais l’impression d’avoir sa mort sur la conscience. Et ce n’était pas moi. La guerre m’avait assez changé comme ça. Je ne voulais pas qu’elle me détruise complètement.

J’ai pris peur quand elle a commencé à se débattre, prenant cela comme des convulsions. Parce que je n’étais pas médecin, ni infirmier ni quoi que ce soit. J4étais juste comédien moi ! Mais je me suis senti un peu soulagé quand elle avait simplement peur que je ne lui fasse de mal. Enfin, le soulagement a été de courte durée. Je trouvais ca complètement hallucinant qu’on pense que je pouvais être dangereux. Et pire encore...Qu’avait-elle traversé pour avoir cette peur là ? Les femmes ne devaient pas avoir cette peur là.

-Je ne vous veux pas de mal.

Bien au contraire, je voulais qu’elle survive à son overdose et qu’elle me dise pourquoi elle avait fait ça. C’était peut être idiot parce que je ne la connaissais pas et que j’étais censé retrouver ma petite amie qui attendait d’un jour à l’autre notre enfant mais elle m’attendrissait cette silhouette frêle et malingre.


-Ca va aller, je suis là. Ca va aller d’accord ?


Ca n’avait pourtant pas l’air de la rassurer. Elle me suppliait maintenant. Et j’étais désemparé. Je ne savais pas pourquoi elle réagissait de cette manière. Depuis combien de temps se droguait-elle ? Longtemps visiblement. Ses bras ne ressemblaient plus vraiment à des bras et cette overdose n’était sans doute pas la seule qu’elle ait fait. J4étais vraiment désolé pour elle. Elle pleurait et semblait complètement perdue.

J’essayais d’avoir un sourire rassurant et de lui montrer que je n’étais pas méchant. Je me suis assis et j’ai mis sa tête sur mes genoux en lui caressant les cheveux. J’observais la moindre de ses réactions en ayant des gestes les plus doux possible. J’espérais qu’elle sente que je n’étais pas un mauvais gars.


-Parlez-moi d’accord.


Elle en était capable, et puis elle parlait anglais. Il fallait qu’elle parle. Il fallait qu’elle soit la plus consciente possible. La drogue allait finir par quitter son système. Je ne savais pas trop quoi faire d’autre ou s’il y avait une autre chose à faire. Je faisais simplement les choses à ma façon. Et je me disais que si jamais par malheur elle mourrait j’aurai tout fait pour elle. Je n’aurai rien à regretter. Mais elle ne mourrait pas. Elle était trop jeune pour ça.

-Il faut que vous restiez éveillée pour que la drogue parte. Je suis là d’accord ?

Je doutais pourtant qu’elle se fiche que j’étais là. Elle voulait surement juste s’en sortir. Ou pas en fait…Qu’est ce qui avait pu la pousser à se droguer autant ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Mer 16 Fév - 13:25

Il avait beau répéter qu'il ne lui ferait pas de mal, Ava était perdu, malheureuse comme jamais et elle n'avait jamais été aussi mal autant physiquement que moralement. Habituellement la drogue lui faisait tellement de bien et là c'était tout le contraire, un tripe horrible, un truc à rester pâle pendant des heures voir des jours. Avait-elle voulu mourir ? Si c'était le cas elle avait raté son coup et la réalité était bien plus pénible maintenant, mieux aurait valu qu'elle en meurt. Si ce n'était pas le cas alors cela la ferait peu être réfléchir à tout ceci, après tout la drogue n'était pas toujours le meilleur moyen de trouver un refuge sur. La douleur, la peur, tout ça se mélangeait en elle et elle perdait pieds, comme jamais encore elle ne l'avait fait. Personne qu'elle connaissait pour la réconforter, seul, un inconnu, un très gentil inconnu à première vue. Seulement Ava n'était pas en état, elle ne pouvait pas lui faire confiance, elle restait méfiante. Elle aurait aimer les bras de James pour s'y engloutir ou même ceux du Doc de son clan, ou juste sa présence aurait suffit à l'apaiser.

Ce pauvre garçon devait maudire le destin de l'avoir envoyer ici vers une pauvre fille comme elle.

"NONNNN, SA VA PAS ALLER !!!"

Avait t'elle soudain hurler en essayant tant bien que mal de se relever. Idée qu'elle abandonna d'ailleurs tellement elle se sentait mal.

"..j'en peu plus...."

Elle restait recroqueviller sur elle même et regardait à peine l'homme qui était près d'elle et qui faisait tout son possible pour qu'elle reste éveiller, qu'elle lui parle, qu'elle retrouve ses esprits.

"J'en ai assez de cette vie...je suis seule, tellement seule."

Et pourtant elle n'était pas seule, elle avait des amis, des gens en qui elle pouvait compter, elle le savait mais elle n'arrivait pas à croire qu'en restant avec eux sa vie pourrait s'arranger. Pour elle tout était négatif, toutes les images qu'elle avait vu durant son tripe étaient encore présente et elle savait qu'en restant avec eux elle ne pourrait jamais être heureuse. Bien que, c'était surtout sa survie qui l'intéressait plus en temps normal, être heureuse était une option qu'elle ne pensait plus possible ni même envisageable ou alors juste lorsqu'elle était dans les bras de James. Il lui aurait fallu rencontrer un autre homme, un homme qui aurait réussit à gagner sa confiance et dont elle aurait pu tomber amoureuse pour enfin envisager le fait de quitter ce monde dans lequel elle vivait. Elle avait bien essayer plusieurs fois, en suivant des inconnus mais le passé l'avait toujours rattraper. Ava manquait de force mentale ou de soutiens, ou du moins n'avait pas les soutiens dans les bons clans. Il lui aurait fallu plus de force et de volonté pour quitter les hors la loi, surtout qu'elle avait une peur incontrôlable du grand patron.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Lun 28 Fév - 0:16

J’avais vraiment peur qu’elle ne passe l’arme a gauche dans mes bras. Je n’avais pas besoin de ça pour me sentir mal. J’étais déjà terriblement inquiet pour Emily qui devait accoucher d’un jour à l’autre si nos calculs avaient été bons. Et j’étais terrifiée. Pas seulement d’être père, mais de tout, d’absolument tout. Je n’avais déjà pas avant particulièrement pensé à être père. Mais être père alors que pour nous adultes, survivre était déjà difficile, je ne l’envisageais même pas avec un enfant. Bien sur nous pourrions le nourrir, mais un enfant a besoin de tellement de choses. Nous n’avions même pas vraiment de toit…et manger a notre faim n’était pas facile tous les jours.

Je me sentais encore plus désemparé avec cette junkie. Je maudissais cette satanée drogue qui faisait tant de ravages. On aurait pu penser qu’après tout ce que nous avions vécus avec cette guerre, les gens finissent par comprendre à quel point la vie est précieuse et qu’il faut pas la gâcher, mais j’avais l’impression que c’était pire. J’avais l’impression de voir des drogués partout dans New York maintenant. Mais cette fille était si jolie et elle avait l’air si gentille. C’était vraiment trop dommage… Elle me faisait pitié.

Elle hurlait, elle gémissait, elle pleurait presque. Mais je me disais que tant qu’elle avait la force de faire tout ça, c’était qu’elle irait bien et qu’elle allait surmonter cette overdose. Pourtant je pouvais pas m’empêcher d’avoir mal pour elle. Je sentais toute la douleur et le mal être dans sa voix.

Elle avait essayé en vain de se lever, mais c’était comme si son corps était trop épuisé et refusait de l’écouter. Je posais alors sa tête sur mes genoux et lui caressait les cheveux pour essayer de la calmer. Ca avait l’air de marcher pour le moment. Elle me rappelait un peu Emily en pleine crise de nerfs. En fait, tout me rappelait Emily. Je m’en voulais de l’avoir laissée. Elle devait penser que je ne l’aimais pas assez et que je ne voulais pas de cet enfant. J’avais peur de ne jamais la revoir et de ne jamais voir mon enfant.

Si je me sentais seul, c’était apparemment le cas de cette jeune fille aussi. C’était ce qu’elle sanglotait. Elle se sentait seule et elle en avait assez de vivre. Ca faisait mal d’entendre ça. Je comprenais pas comment on arrivait à basculer et a penser que la vie était trop dure pour qu’on veuille en finir. J’avais toujours été quelqu’un d’optimiste et même si la vie m’avait ébranlée, j’avais toujours cette envie de vivre et de me battre pour une vie meilleure. Sans doute encore plus maintenant que je savais que j’aurai de nouvelles responsabilités.


-Mais non, vous n’êtes pas seule.


Quelle ironie non ? Je ne connaissais rien de sa vie et je prétendais tout connaitre et savoir qu’elle n’était pas seule. Pourtant, il n’y avait qu’a la voir pour savoir qu’elle disait vrai. Si elle n’était pas seule, elle ne serait pas sur ce banc avec un étranger à surmonter une overdose.
Oui, elle était seule dans la vie, a n’en pas douter. Mais je voulais qu’elle comprenne que j’étais là. J’étais en train de prendre un nouveau fardeau dans ma vie mais je n’avais pas le choix. Il fallait que je sois là…


-Je suis là, vous n’êtes pas seule. Vous n’êtes pas seule d’accord ?


Elle devait s’en moquer complètement. Mais si c’était le cas, au moins elle avait l’air de se calmer. J’avais peut être touché son cœur en lui disant qu’elle n’était pas seule. Je n’avais pourtant jamais été très doué pour réconforter les gens.

-Je vais pas vous laisser.

Et voilà…Bravo Alec… Tu vas être père et t’es en train de promettre quelque chose à une fille. Si Emily me voyait là, je savais que ce serait la fin de tout. Je ne savais plus vraiment quoi faire. J’ai arrêté de caresser ses cheveux, et je l’ai aidée à s’asseoir. Mais elle était lourde. Pourtant fine, j’avais l’impression qu’elle forçait pour ne pas que je la touche. Je me suis alors écarté et je me suis agenouillé, et j’ai cherché à capter son regard.

-Je vous promets que je suis pas méchant. Vous me croyez n’est ce pas ?

J’avais pas l’air de quelqu’un de méchant avec mes boucles et mon visage poupin en plus. Je cherchais comment la mettre en confiance quand je me suis rappelé un des premiers exercices qu’on m’avait appris quand j’avais commencé les cours de théâtre. Je sais pas pourquoi je repensais a cet exercice un peu loufoque a ce moment là, mais si ca marchait, j’allais pas m’en plaindre en tout cas.

-Je m’appelle Alec. Alec Lewis en fait. Et je…enfin…je cherche ma petite amie qui attend un enfant de moi. Vous vous en fichez peut-être, mais je veux que vous me croyez quand je vous dis que je vous veux aucun mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Jeu 3 Mar - 10:28

Bien sur que si qu'elle était seule, toute seule, toujours toute seule, même lorsqu'elle était avec les autres dans le QG ou même lorsqu'elle était avec James, elle était seule. Parce que la solitude c'est un état d'esprit et rien d'autre. Ava avait cet état d'esprit, car dans sa tête elle ne méritait pas d'être accompagnée, cette solitude c'était un peu sa pénitence pour tout ce qu'elle avait pu faire et qu'elle faisait encore. Avoir été violé l'avait renfermer sur elle même à un tel point qu'elle en perdait les pédales parfois, tantôt elle était prête à suivre n'importe qui tantôt elle n'osait même pas regarder la personne dans les yeux. Fuyant comme une chatte effrayée, un animal blessé, oui, c'était la véritable Ava. Plus jamais elle n'aurait confiance en elle et encore moins en la vie. James, elle l'aimait d'une manière indescriptible mais elle n'était pas aveugle et savait bien que c'était peine perdu, elle ne représentait qu'un vulgaire jouet pour lui. Elle avait encore au moins une once de lucidité et c'était pour ça qu'elle prenait des doses de plus en plus importantes, ne voyant plus de raisons de lutter pour rester en vie. La mort ne voulait pas d'elle et une fois de plus elle c'était fait jeter pour retourner dans cette vie si tumultueuse ou elle n'était pas heureuse. Mais qui l'était vraiment de nos jours ? Peu de mondes, même si elle avait encore quelques amis, comme Eden, Ava ne savait plus ce qu'elle désirait vraiment.

Il ne cessait de lui répéter qu'il était là et qu'il ne la quitterait pas, Ava l'observait par en dessous parce qu'elle le craignait quand même un peu. Même si sans lui elle aurait surement passé l'arme à gauche, elle en avait peur, elle n'y pouvait rien, elle était ainsi, méfiante, peureuse.

"Vous me laisserez. Tout le monde me laisse toujours...."

Ava était presque elle même maintenant, même si elle n'était pas encore tiré d'affaires elle reprenait doucement ses esprits. Encore fragile elle avait toujours froid.
Lorsqu'il voulu la relever un peu elle se crispa, c'était une réaction normale chez elle, elle craignait toujours qu'on veuille lui faire de mal, le seul à pouvoir la toucher c'était James, avec lui elle n'avait pas peur et pourtant il n'était pas toujours très doux.

"Je sais bien, vous ne me ferez pas de mal, je le vois dans vos yeux...."

Ava tenta de lui faire un sourire mais celui-ci se transforma en légère grimace, son sourire elle l'avait perdu depuis longtemps déjà.

"Comment peut'on être égoïste à ce point et vouloir mettre au monde un enfant...."

Elle pensait réellement ce qu'elle venait de dire mais en même temps elle enviait la femme qui allait mettre au monde cet enfant. Même si elle pensait que c'était vraiment quelque chose de terrible pour un enfant de venir au monde dans le monde actuel, elle savait aussi qu'avec un enfant elle aurait une raison de se battre et de rester en vie, voir peu être même d'arrêter la drogue. Mais elle n'aurait jamais cette chance de toute façon, trop droguée pour parvenir à mener une grossesse à terne et irrécupérable maintenant car trop accro. Et donc en même temps elle parlait un peu pour elle, ce n'était en aucun cas un jugement de sa part, juste une réflexion à voix haute. Preuve qu'elle retrouvait ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Dim 6 Mar - 13:17

Je n’avais jamais su à quoi servait réellement cet exercice parce que notre professeur ne nous avait jamais rien dit. Nous savions seulement que nous devions improviser en racontant le plus de choses possible sur nous comme si nous parlions à un inconnu. Or, cette fille était une véritable inconnue pour moi.
Jouer me manquait. Terriblement…surtout quand votre vie d’avant ne se résumait qu’a ça. Je ne savais rien faire d’autre et c’était particulièrement frustrant.

Je ne savais vraiment pas quoi dire d’autre. Cette jeune femme me rendait nerveux. C’était sans doute du à la situation ou alors c’était grand ses yeux de chaton chétif et d’oiseau blessé. Ou un mélange des deux. Difficile à dire.

Elle s’obstinait à dire que j’allais la laisser comme si à la seconde suivante j’allais m’évaporer dans la nature et qu’elle se retrouverait seule, sur ce banc au milieu d’un Central Park devenu plus une foret que le plus célèbre parc au monde. Je voulais qu’en me regardant dans les yeux, elle voit que je ne lui voulais aucun mal. Mon esprit vagabondait à la recherche des raisons qui pouvaient la faire réagir comme cela. Et à part la violence je ne voyais pas pourquoi elle était aussi méfiante et pourquoi elle rejetait mon aide ainsi.

Et puis, alors que j’avais trouvé un argument supplémentaire, elle me fit le plaisir d’esquisser un visage un peu plus ouvert me disant finalement qu’elle voyait dans mes yeux que je ne lui voulais aucun mal. Dire que j’étais soulagé était peu dire. Même si je n’avais pas de raisons pour être heureux qu’elle me voit comme un ami, cela me soulageait parce que je n’avais jamais aimé passer pour un méchant. J’étais le gentil Alec, je l’avais toujours été.

Mais lorsqu’elle m’attaqua, me taxant d’égoïsme parce que j’allais être père alors que la survie était très difficile de nos jours, je ressentis une onde de colère et de ressentiment me traverser. Bien sur qu’au fond c’était de la folie. Mais l’égoïsme aurait été de se débarrasser de cet enfant. Il n’avait rien demandé lui. ou elle d’ailleurs. Toujours est-il que la grossesse d’Emily était un accident mais que je comptais bien assumer mon rôle.


-Il y a des choses qu’on ne contrôle pas vous savez. Cet enfant n’était pas désiré…Mais il est là alors on doit assumer.


J’avais peut être été dure dans ma façon de lui dire mais elle m’avait blessé alors que je ne cherchais qu’a l’aider. Et puis, savoir Emily au bord de l’accouchement sans que je ne parvienne à le retrouver me rendait nerveux. Cette jeune femme aurait du comprendre, que dans ma situation, j’aurais été plus à ma place avec ma petite amie et mon futur enfant au lieu d’être là avec elle à tenter de la sauver. Je lui avais quand même évité de mourir. Elle était dans un état catastrophique quand je l’avais trouvée la seringue plantée dans son bras, et le garrot toujours en place. Alors, j’ai fait quelque chose qui ne me ressemblait pas J’ai pris la mouche.

-Et puis, vous aussi vous êtes égoïste à votre manière. Et pourtant je ne vous juge pas.

Ce n’était pas dans ma nature de juger les gens. Et je ne comprenais pas qu’on puisse le faire d’ailleurs.

J’avais pourtant peur de la blesser, alors je me suis ravisé en changeant de sujet.

-Vous habitez où mademoiselle ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Ven 11 Mar - 7:38

Ava compris dans sa réponse qu'elle avait du le blesser, elle ne l'avais pourtant pas juger. Alors elle baissa les yeux l'espace de quelques secondes et manqua même de s'endormir à nouveau car elle sentit qu'ainsi lutter était plus difficile. Alors elle releva les yeux et le regarda sans pour autant le fixer complètement. Elle avait ce regard qu'elle pouvait avoir en général, celui d'un animal blesser, d'un enfant coupable pris sur le fait et malgré ses cernes on le distinguait assez bien.

"Je vous juge pas, c'est juste que.... survivre est déjà tellement difficile pour nous."

Elle aurait bien dit les adultes mais en était t'elle vraiment une ? On pouvait en douter dans son comportement. Incapable de se prendre en main, si James n'était pas avec elle elle était perdu et pourtant elle était capable de se rendre dans des lieux dangereux rien que pour se piquer loin des yeux trop curieux des membres de sa communauté. Donc elle n'était pas si gamine et irresponsable que ça, juste qu'elle avait besoin de soutiens, qu'on la materne parfois. James était tout pour elle et malgré tout elle l'avait quitter pour se piquer de nouveau au risque d'y rester. Qu'avait t'elle dans la tête ?

"Au contraire ce doit être beau d'avoir un petit être sur qui veiller et savoir qu'il dépend de nous c'est une énorme responsabilité."

Un léger scintillement apparu dans son regard, à croire que parler d'enfant lui allait bien, elle avait presque l'air mieux là. Mais cette lueur disparu presque aussitôt après. Elle leva une nouvelle fois les yeux et regarda quelques instants Alec, sans insister parce qu'elle n'arrivait pas à regarder les gens dans les yeux trop longtemps, elle prenait peur en général.

"Vous savez, je ne fais que fuir le monde dans lequel je vie. Je n'ai trouver que cette façon pour m'enfuir."

Cela lui semblerait bien étrange mais sachant dans quel univers elle évoluait il serait plus facile de comprendre dans ce cas. Elle ne pouvait pas les quitter, elle avait déjà essayer mais la peur l'avait toujours fait revenir. Elle craignait leur chef et elle savait que s'il apprenait qu'elle trafiquait pour sa propre consommation et qu'en plus elle avait voulu fuir elle osait pas imaginer comment serait sa mort.

Puis il lui demanda ou elle habitait, alors là elle pâli en baisant les yeux. Elle voulait pas qu'il la raccompagne, non, il ne pouvait pas c'était trop dangereux. Il l'avait aider à se réveiller oui mais fallait pas aller plus loin, s'il allait devenir père il ne pouvait pas s'occuper d'elle plus longtemps.

"Vous inquiétez pas pour ça, je saurais retrouver mon chemin. Je connais ce coin de la ville par coeur."

Ava se remit à trembler mais c'était nerveux et elle avait encore un petit peu froid alors elle releva ses jambes pour se recroqueviller comme elle le faisait toujours, se mettre en boule peu importe la position dans laquelle elle se trouvait.

"Vous devriez retrouver votre femme, c'est dangereux pour une femme seule par ici et encore plus si elle est enceinte...."

Est-ce qu'elle lui parlait vraiment à lui, ou est-ce que c'était un conseil ou une parole de droguée ? Ava savait ce qu'il arrivait aux femmes qui étaient retrouvé par les siens, elles finissaient toutes dans une chambre chez Armando. Bien sur ici ce n'était pas son territoire mais de temps en temps quand même les hommes sortaient pour chercher de nouvelles recrues et souvent ils venaient à l'endroit ou il y avait le plus de monde même si la plupart étaient des drogués comme elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Sam 12 Mar - 14:09

Elle vivait forcement quelque part cette jeune femme. Tout le monde avait trouvé un lieu où vivre ou plutôt survivre. Si avant vivre dans un squat était vivre comme un marginal, maintenant c’était juste notre mode de vie. Tout le monde avait squatté un endroit et vivait soit seul soit avec d’autres personnes parce qu’il est plus facile de vivre en groupe pour s’épauler dans les temps difficiles. Avec Emily, nous vivions seuls. Et elle devait être seule…Comme cette jeune femme. Alors peut-être, je dis bien peut-être qu’elle pourrait venir avec moi et rester avec nous. On ne doit pas laisser des gens dans le besoin et je n’allais pas la laisser. Si elle avait un chez elle, elle avait surement certaines choses auxquelles elle tenait. Alors il suffirait simplement d’aller les récupérer et de retourner vers Emily.

Mais cette jeune femme semblait insaisissable. Comme un petit oiseau qui déploie ses ailes et essaie de s’envoler, elle semblait toujours avoir un train de retard. Alors que je lui demandais où elle vivait, elle répondait à ma remarque précédente. Etait ce la drogue qui lui donnait cet air nonchalant et ce sentiment que j’avais qu’elle vivait en décalé ? Ou était-elle vraiment comme ça ?

J’écoutais à peine ce qu’elle me disait. J’essayais trop de chercher à la cerner. Et j’avais beau faire, je n’y arrivais pas. Je ne savais pas ce qui se passait dans sa tête. Surtout pas lorsqu’elle semblait s’illuminer en évoquant le fait d’avoir un enfant. Mais je n’étais pas non plus insensible. Oui, être père me faisait me sentir tellement heureux bien qu’effrayé. Et c’était pourquoi il fallait absolument que je retrouve Emily avant qu’elle ne commence à penser que je refusais d’assumer totalement cet enfant. Bien sur il n’avait pas été vraiment désiré, mais il était la dorénavant alors je me devais d’être un père exemplaire. Ou au moins d’essayer de l’être.

Et ce n’était pas en restant ici que j’allais l’être. Il fallait que je la retrouve vite. Mais je ne pouvais pas pour autant laisser cette fille ici alors qu’elle avait été sur le point de mourir et qu’elle semblait avoir besoin d’aide. Elle avait beau prétendre le contraire, frôler l’overdose signifie forcement que vous n’allez pas bien.


-Non ! Je ne peux pas vous laisser. Moralement, je ne peux pas.


La morale...C’était certainement ce qui nous restait, la seule chose qui nous restait même, a l’époque ou nous vivions. Et je voulais pouvoir être fier de moi et faire le bien quand je le pouvais. Alors qu’elle le veuille ou non, maintenant que je l’avais sauvée, je ne me voyais pas la laisser. Même si je devais effectivement retrouver Emily.


-Ma femme…je n’arrive pas à retrouver où nous étions quand je suis parti chercher de l’aide pour l’accouchement. Je ne connais pas New York et je n’ai pas le sens de l’orientation.


Je n’avais jamais eu ce don. Pourtant tout le monde dit que c’est une caractéristique masculine, mais il fallait croire que je n’étais pas totalement un homme. Plus sensible que la normale déjà. Et puis si cette fille disait vrai sur sa connaissance de la ville, elle pourrait peut-être m’aider. Après tout, elle avait finalement une dette envers moi. Non pas que j’allais l’obliger à me suivre. Mais je préférais la savoir en sécurité et loin de tout ce qui avait failli la tuer. Et puis, elle avait l’air gentil et nécessiteuse d’aide et d’amitié.

-Je ne peux pas vous laisser. Vous venez de faire une overdose, et vous semblez trop fragile. Non, je ne peux pas. Et puis…j’ai besoin d’un guide qui connaisse vraiment New-York.

Faites qu’elle accepte Seigneur…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Mer 16 Mar - 12:59

Ava était de nouveau partit dans son petit monde et malgré tout ce qu'il lui disait elle ne pouvait l'imaginer la raccompagner chez elle. D'abord parce que c'était loin mais aussi et surtout parce que s'il allait là-bas il n'en reviendrait pas et il allait avoir une famille, d'après ce qu'elle avait compris et elle ne pouvait pas lui faire ça, de plus il semblait vraiment être une personne gentille.

Il lui avait sauvé la vie et elle était seulement en train de s'en rendre compte. Un homme autre que James lui avait sauvé la vie, en temps normal elle aurait pu l'aduler et l'apprécier comme elle le faisait avec James ou même encore s'attacher à lui au point de ne plus jamais le quitter. Mais elle ne ferait pas cela, elle savait qu'elle n'en avait pas le droit, car ce n'était pas un hors la loi, il ne faisait pas partie de leur monde et elle ne pouvait pas s'en défaire de ce monde auquel elle appartenait. Ava était une pauvre fille, mais elle n'avait pas un mauvais fond, tout ce qu'elle faisait c'était avant tout pour survivre et rester auprès de James. Sauf que depuis quelques temps elle ressentait le besoin de s'enfuir de ce monde là. James avait coucher avec Sarah, cette fille qu'Ava n'arrivait pas à comprendre, sans oublier qu'elle se prenait pour une reine et qu'elle était la maitresse du patron. Ce n'était pas qu'elle ne l'aimait pas, juste qu'elle ne pouvait pas oublier le fait que James avait finit dans son lit. Il était tout pour elle, son ami, son sauveur, son amant, sa bouée de sauvetage mais ça elle ne pouvait pas passer outre, pas pour le moment en tout cas. Elle aurait tout accepter de lui mais Sarah... non, elle ne le pouvait pas. Et puis la mort de ce salopard, elle l'avait tellement désirée qu'elle n'arrivait pas encore à y croire. Celui qui l'avait violé, qui avait fait du tord à tellement de femme dans ce monde, celui qu'elle craignait le plus était mort et elle n'avait plus vraiment de raison de vivre, puisque jusqu'à présent la haine l'animait plus qu'autre chose. C'est pour cela qu'Ava avait fait cette over-dose c'était sa seule façon à elle de tenter de quitter tout ça. Elle n'en pouvait plus, c'était trop dur. James était trop occupé avec son travail, et puis elle le fuyait à cause de ce qu'il avait fait avec Sarah, incapable de lui dire en face ce qu'elle pensait de tout ça. Elle ne pouvait pas parler non plus avec Eden qui était trop occupée avec l'arrivée de son petit bébé.

"La moralité n'a plus d'importance vous savez...."

Ava avait parfois des moments ou elle était tout à fait capable de réfléchir correctement et ce qu'elle venait de dire n'était pas faut. Il ne lui devait rien, au contraire, c'était plutôt elle qui lui était redevable.

"Je ne suis pas vraiment en état de vous accompagner vous savez. J'suis fatiguée et j'ai mal partout."

Elle ne venait pas de dire qu'elle refusait de l'aider, au contraire, elle précisait juste qu'elle se sentait vraiment très faible, sans oublier qu'elle n'avait pas du manger depuis plusieurs jours, comptant toujours sur James pour lui apporter de quoi manger.

"Vous étiez loin d'ici ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Ven 18 Mar - 13:37

J’étais totalement perdu dans cette ville. Le peu de repères que j’avais commencé a avoir semblaient avoir été balayés par la neige, le vent, la tempête qui avait sévi quelques semaines plus tôt. Et je me retrouvais à errer dans les rues new yorkaises à la recherche de l’endroit qui me permettrait d’atteindre en barque (si par bonheur celle que j’avais cachée se trouvait encore au bon endroit) l’endroit où j’avais retrouvé Emily avant que le bébé ne se décide a venir. Elle, elle avait l’air de connaitre cette ville comme sa poche. Et j’avais besoin d’elle. J’aurais été mesquin, j’aurais surement dit qu’elle me devait bien ça après tout. Mais non, ce n’était pas ça. C’était juste que je ne pouvais pas non plus la laisser là alors qu’elle paraissait si fragile.

Et d’un ton plus que désabusé, elle a fini par avoir un regard triste quand elle m’a dit que la moralité n’avait plus d’importance. Je ne savais pas du tout ce qu’elle avait vécu et vivait sans doute encore aujourd’hui, mais j’ai eu tellement mal pour elle que j’ai essayé de la rassurer. Même si au fond ce que je disais, je le pensais vraiment.


-La moralité a de l’importance uniquement si les gens lui en donnent vous savez.


La moralité comme toute chose abstraite n’existe que parce que les hommes la font vivre. Et la moralité n’échappait pas a cette règle. Si le monde semblait maintenant dépourvu de moralité c’était surement parce que personne ne lui donnait de l’importance. Je voulais croire que si les gens faisaient attention a distinguer le bien et le mal, les choses iraient sans doute mieux et que l’on commencerait vraiment a s’entraider.
Je n’espérais pas entamer une discussion philosophique sur le sujet et visiblement elle n’y tenait pas tant que ca non plus. Alors nous préférâmes nous concentrer sur la réalité. Et la réalité était qu’elle disait être fatiguée et que son corps la faisait souffrir. Pourtant j’avais besoin qu’elle vienne avec moi autant qu’elle avait besoin que je l’amène avec moi.

Si j’étais loin ? Hummmm difficile à dire. Cela a du se remarquer quand j’ai grimacé avant de hausser les épaules. Je ne savais pas, c’était ca la triste vérité. Je ne savais pas exactement où situer l’endroit ou nous « vivions », ni situer l’endroit ou je me trouvais avec elle. Enfin, je me doutais que c’était Central Park, je n’étais pas non plus un parfait idiot mais c’était tout ce dont j’étais sûr…


-A vrai dire, je n’en sais rien. Je suis totalement perdu dans cette ville. Je n’ai pas un très bon sens de l’orientation. Et tous mes repères semblent avoir été effacés par la tempête et la neige.


Et j’aurais presque avoué que je n’avais jamais eu un sens de l’orientation très aiguisé. Même s’il parait que c’est dans les gens masculines, je devais sans doute être dépourvu de ce gène ci. J’essayais de lui faire une description la plus détaillée possible. Parce que si elle connaissait vraiment New-York, j’étais sur qu’elle pourrait m’aider à trouver Emily avant qu’elle ne se fasse de sérieux films…


-Nous étions ma…ma…ma petite amie et moi dans une sorte de quartier assez populaire. Je sais seulement qu’on ne peut pas l’atteindre à pied, il faut une barque. Je pourrais retrouver l’endroit mais je ne me rappelle plus où se situe l’endroit qui permet d’y accéder le plus rapidement possible sans danger…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Lun 28 Mar - 14:08

Il avait raison et c'est pour cela qu'elle évita une nouvelle fois son regard, baissant les yeux et regardant par terre durant quelques longues secondes.

Il voulait qu'elle l'aide, enfin du moins qu'elle l'accompagne pour retrouver sa compagne mais il ignorait à quel point cela pouvait être dangereux pour lui et non pour elle, de toute façon elle était déjà morte. Depuis tellement longtemps d'ailleurs qu'elle ignorait comment elle avait pu survivre au milieu de tous ces drogués qu'elle fournissait. Des milliers de fois elle aurait pu se faire saigner uniquement pour une dose, mais jusqu'ici elle avait toujours eu de la chance, la mort ne voulait pas d'elle, il faudrait qu'elle s'y résigne.

James n'était pas dans les parages et peu être qu'elle pourrait tenter de l'aider ce garçon. Après tout il avait été son ange gardien en quelque sorte. Sans lui elle serait rester dans son tripe durant des heures et elle y serait même pas rester avec la chance qu'elle avait. Au moins il l'avait sorti d'un mauvais pas et elle s'en rendait bien compte, elle ne pouvait pas lui en vouloir.

"Sans danger...."

Ava soupira. Il n'y avait aucun chemin qui était sans danger, d'ailleurs elle se demanda comment il avait pu arriver jusque là sans avoir eu aucun problème, sans faire une seule mauvaise rencontre.

"Aucun endroit n'est sur ici. Vous êtes dans l'antre des drogués de la ville, l'endroit le plus dangereux après le territoire des hors la loi."

Ava ne connaissait aucun endroit sur, d'ailleurs les endroits les plus dangeureux, James ne lui permettait pas d'y aller même avec lui. C'était surtout pour sa survie à lui, parce qu'elle de toute façon ne serait pas capable de se défendre.

"Mais je pourrais vous conduire, je sais de quel endroit vous parler. Faudrait juste que j'arrive à marcher toute seule, sinon c'est la mort assurée ou pire... et vous ne reverrez jamais votre femme."

Et Ava s'en voudrait vraiment si elle le conduisait dans un traquenard ou qu'ils se fassent chopper, elle ne risquerait pas grand chose étant connue dans cette zone, on n'oserait pas la tuer pour éviter les foudres du grand patron.

Elle fit un effort surhumain pour se mettre sur ses jambes et manqua de tomber une première fois, elle se remit assise immédiatement et resta un petit moment dans cette position gardant appuie sur ses jambes le temps que son corps retrouve l'équilibre. Et durant ce moment elle fouilla dans son sac et en sortit un couteau qu'elle tendit à Alex.

"Vous saurez mieux vous en servir que moi, vous me le rendrez quand vous serez arriver vers votre femme."

Ava le regarda un peu mais pas trop longtemps, juste assez pour voir sa réponse et ils se mettraient en route s'il acceptait ce qu'elle venait de lui donner et uniquement à cette condition. C'était sa vie à lui qui était en jeu pas la sienne s'il refusait le couteau elle ne l'accompagnerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   Dim 17 Avr - 8:49


(HJ:Bon bha voilà, on est arrivées au bout de ce RP. On s'en refait un bientôt t'inquiéte pas.)


Je voyais bien qu’elle était effrayée, et que même si je l’avais certainement sauvé d’une mort certaine, elle n’avait pas encore vraiment lui en vouloir. Et pouvais je l’en blâmer ? Certainement pas. Apres tout, j’étais toujours un inconnu sauveur ou non. Et il était normal pour une femme, de nos jours, de se méfier de tous les hommes. Je pouvais l’avoir sauvé dans l’unique but de la contrôler. Qui lui garantissait que je n’étais pas un pervers et que je n’allais pas la tuer.

Mais une partie de moi était blessée, parce que je n’étais pas comme ça…

Elle ne considérait pas New York comme une ville sure et elle avait sans doute raison. Mais plus nous discutions de cela, plus ma petite amie pouvait être en danger. Ou, cette fille avait raison, nous vivions dans un monde de crapules. Mais ca ne nous obligeait pas à l’être nous même.
J’aurais pu la laisser ici maintenant que je la savais saine et sauve, mais je me sentais en charge de cette jeune femme en détresse. J’avais toujours eu l’âme d’un Saint Bernard mais je ne pouvais pas changer. Pourtant, j’avais laissé Emily seule et enceinte. Je m’en voulais terriblement. Et je ne voulais pas perdre plus de temps.

Elle semblait avoir compris à quel point j’étais pressé, parce qu’elle essaye de se relever. Mais elle tenait à peine sur ses jambes. Et dans une position debout, elle faisait encore plus peur. Cette fille n’avait que la peau sur les os…Mais je ne préférais rien dire…Elle me tendit alors un long couteau et quand je l’eus dans la main et que je la regardai sans comprendre, elle m’assura que je devais lui rendre, mais que j’en aurai un usage plus facile qu’elle. Cela se voyait qu’elle ne me connaissait pas. J’avais toujours été contre l’usage des armes à feu et contendantes. Non, je ne savais pas me servir de ce genre de choses. J4étais un acteur…Je faisais semblant…. Elle n’avait pas le meilleur garde du corps au monde…Espérons que j’aie plus de chances avec ce guide.

Je pris pourtant le couteau et après de longues minutes où je la laissai se sentir bien debout, nous nous mîmes en marche. J’essayai de ne pas marcher trop vite, pour ne pas la distancer ni la fatiguer, mais j’avais hâte de retrouver Emily. J’espérais seulement qu’elle n’avait pas perdu les eaux ou accouché seule…

Et j’espérais qu’elle ne prendrait pas ma fuite mal, ni qu’elle penserait à des choses entre Ava et moi. C’était bien la dernière chose que je voulais. Mais cette Ava semblait si gentille et en détresse…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dancing with the dead (Alec)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dancing with the dead (Alec)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh-dead: une baguette magique?
» Vends 8 tomes du Comic "Walking Dead"
» Dead Island
» [X-trem Zombi Hunter] Good dead or evil dead ? (10 juillet 2010)
» Walking Dead

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: Parias-
Sauter vers: