AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Sam 18 Déc - 23:11

Ah, c'était plus facile de retrouver quelqu'un lorsque l'on connaissait ses endroits préférés, les gens avec qui il traitait, et la façon dont il survivait... Je m'étais efforcé de garder la tête froide, pour une fois. De ne pas me laisser guider par mes sentiments qui ne me poussaient généralement qu'à faire conneries sur conneries - il fallait voir où j'en étais avec Ethan et Katarina. Katarina... J'avais perdu le compte de nos disputes et de nos réconciliations. Je ne savais même pas où nous en étions, maintenant. J'avais tellement hésité à partir... Ethan et Alexander étaient déjà absents, et Aaron était trop gravement blessé pour être réellement utile. Je ne connaissais personne d'autre de la Communauté, personne suffisamment pour pouvoir lui parler de ma crainte de la laisser seule à elle-même.

Mais je m'étais finalement décidé. Malgré les rangs décimés de la Communauté, la sécurité avait été renforcée autant que possible, et je restais souvent à ses côtés, silencieux, l'aidant comme je le pouvais selon ce qu'elle m'indiquait, m'efforçant tant bien que mal de me retenir de l'attacher à un lit pour qu'elle se repose. Je n'oubliais pas l'enfant qu'elle portait. Là, j'avais vu ma fille comme je ne l'avais jamais connue, malgré son traumatisme suite à sa confrontation avec Armando ; je l'avais vue forte, déterminée, efficace, bref, enfin, pour la première fois de ma vie, je l'avais vue réellement comme une adulte, une battante, quelqu'un qui n'avait plus besoin que son père soit toujours là pour la protéger.

J'étais fier de ma fille. Cependant, j'avais longtemps été déchiré entre le besoin d'Inessa, la crainte de la perdre définitivement si nous déménagions bel et bien, et ce sentiment irrépressible de protection envers Katarina. Je ne voulais pas la laisser, quand bien même je savais qu'il ne lui serait pas fait de mal.

J'avais trop peur. On me l'avait arrachée trop de fois. Et la lueur innommable, pleine de terreur et d'horreur, qu'il y avait eu dans ses yeux lorsqu'elle avait revu son tortionnaire me hantait encore.

Mais j'avais cédé. Katarina était là, alors que l'image d'Inessa devenait plus floue de seconde en seconde. Tout le monde était devenu apathique, transparent, dans le petit monde souterrain, et je commençais à devenir pâle et effacé, moi aussi, tremblant de crainte pour ma fille. Je ne voulais pas finir irrémédiablement comme ça. Et je voulais retrouver ma femme, coûte que coûte. Alors j'étais parti, laissant un simple mot à l'adresse de Katarina.

« Je suis retourné la chercher, je ne veux pas partir sans elle. Je t'aime, trésor, prends soin de toi et ne te fatigue pas trop, pense à ton enfant...

Je devrais être de retour d'ici quelques jours, enfin, je pense. Ne m'en veux pas, j'essaye d'appliquer tes conseils. »

C'était un message un peu minable, un peu guimauve, un peu inutile, mais il fallait bien la prévenir.

J'avais vite appris qu'Inessa était de retour chez elle - je n'avais pas osé y retourner tout de suite, je ne savais pourquoi. Trop de souvenirs là-bas, trop de dédain de ma part à son égard, trop de faiblesses - c'était chez elle qu'elle m'avait guéri lorsque je tombais malade.

Et puis au fond, j'avais peur de cette confrontation. J'avais terriblement peur qu'elle ne revienne pas vers moi. J'avais terriblement peur qu'elle me demande pourquoi je n'étais pas venu plus tôt. A ceci, j'avais une explication, mais me croirait-elle ? Elle n'avait plus tellement de raisons de me croire... Je songeai au conte de Pierre et le loup. J'étais exactement dans la même situation, avec Katarina, avec Inessa, avec tout le monde.

Mais finalement, trois jours après être parti de la Communauté, je m'étais enfin décidé à me rendre chez elle.

Elle était là. Elle était de dos. Mais même ainsi, elle était magnifique. Sa vue me poignarda le cœur. Sa longue chevelure blonde tombant en cascade dans son dos, ses hanches que je sentais déjà sous mes mains, ses longues jambes fines, ses bras fragiles... Je ne pouvais que deviner son visage. Ses grands yeux verts, brillants, sauvages, animals, fiers. Sa bouche pulpeuse faisant la moue, qui posait tant de questions - trop de questions. Ses pommettes marquées, ses joues creusées, sa peau douce sous mes doigts...

Je connaissais son apparence par cœur. Il faut dire aussi que je l'avais déjà apprise il y a vingt ans. Mais quelque chose de subtilement différent se dessinait en Inessa, quelque chose que je n'avais compris qu'au fil de nos ébats sans le voir immédiatement, quelque chose qui s'était imposé à moi lorsqu'elle était partie et que je m'étais subitement effondré, réalisant ce nouvel amour que j'avais pour elle. Je n'aurais su dire ce que c'était, quelque chose dû à leurs caractères si différents. Mais c'était ainsi que j'étais tombé amoureux d'elle : en apprenant à ne plus renier ce quelque chose de différent, en apprenant à le considérer comme faisant pleinement partie d'elle, en apprenant à l'aimer, j'avais enfin réussi à détacher Inessa de Sonja.

Enfin, je crois.

Oh, ç'aurait été tellement plus facile et tellement plus simple de la prendre par surprise... La porte était ouverte sur elle, si bien qu'elle ne m'avait pas entendu arriver. J'eus un brusque frisson de peur lorsque je réalisai que n'importe qui d'autre que moi aurait pu la trouver ainsi. Un pilleur, un voleur... Un des hommes d'Armando ? Un assassin, ou peut-être presque pire, un violeur. Je n'aurais jamais supporté que quelqu'un d'autre que moi ne la touche. J'étais prêt à tuer quiconque d'autre que moi qui osât poser les mains les mains sur elle. Nul autre que moi n'avait de droit sur son corps. Nul autre que moi ne pouvait prétendre à son amour !

Oui, j'aurais pu. J'aurais pu me glisser silencieusement à elle, la prendre dans mes bras, souffler son prénom contre son cou, réchauffant sa peau de mon haleine, y déposant un baiser. L'effet de surprise additionné à ce qu'elle ressentait pour moi la ferait céder en un tournemain, je le savais. Et pourtant... Pourtant, je ne le fis pas. Parce qu'elle penserait de nouveau que je la manipulais. Parce qu'elle ne croirait pas que je l'aimais vraiment si je m'y prenais de cette façon. Réussir à la convaincre qu'elle n'était pas qu'un fantôme serait une lutte de tous les instants, je le savais. Mais j'y arriverais. Je devais y arriver !

Parce que j'avais tellement besoin d'elle...

- Inessa ? murmurai-je d'une voix étranglée.

Elle se retourna. Seigneur, elle était encore plus belle que dans mes souvenirs. Je tendis une main vers elle et m'approchai d'un pas timide. Comme on approche un animal sauvage et blessé. J'avais blessé Inessa, je le savais. Je voulais la guérir. Et me guérir au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Lun 20 Déc - 0:52

Combien de temps été passé depuis que j’avais quitté Alexeï ? Un mois ? Deux ? Pourtant, j’avais l’impression que c’était hier qu’il me touchait, qu’il m’embrassait, comme si j’étais la femme la plus importante de sa vie. Un beau mensonge. Je n’étais qu’un reflet aussi important qu’un insecte qui nous gêne mais dont on accepte la présence parce qu’il est utile. J’avais toujours mal, c’est vrai mais je surmontais comme je pouvais.

J’avais décidé de garder le bébé aussi. Ma répulsion a son encontre était illogique, terriblement injuste pour lui. Et puis, je ne pouvais pas me résoudre a « l’assassiner » de sang froid. Il était tout ce qui me restait de son père. Un père cruel qui m’avait plus que piétiner, mais je me reconstruisais doucement autour de lui, bien décidée a le protéger coute que coute. Malheureusement, avec cette décision venait celle, plus difficile d’envisager mon retour au la Co. Je ne savais pas comment je serais accueillie et je m’en fichais, si je prenais la décision de revenir, je le faisais pour mon bébé, uniquement pour lui.

Un juron me parvint de la pièce d’a coté et j’arrêtais un instant ma vaisselle pour jeter un coup d’œil curieux dans ma chambre. Shannon avait tenu sa promesse, il venait régulièrement me voir, juste pour me parler, me soutenir. Il avait été là quand j’ai prit la décision d’avoir ce bébé et je tenais a lui, c’était un ami qui se révélait précieux. Il semblait même plus léger qu’avant, même si je n’avais pas osé l’interroger sur les raisons de ce changement. Nous avions fait l’amour, c’est vrai, mais cette étreinte était restée unique et le resterait.

« Tu t’en sors ? »

Je ne sais pas comment il s’était débrouillé, mais je l’avais vu arriver quelques minutes plus tôt, un paquet un peu abimé sous le bras, un sourire malicieux aux lèvres et le regard pétillant. Il m’avait trouvé un berceau. Oh, ce n’était pas un berceau très sophistiqué, mais quand même…Un berceau et j’avoues que j’ai faillis pleurer devant tant d’attention. Résultat, il était en train de le monter dans ma chambre.

Je revins a ma vaisselle, chantonnant presque et peut être que si je l’avais fait, je ne l’aurais pas entendu. Non, peut être que je serais passée outre ce murmure atroce qui me perfora le cœur et provoqua mon incrédulité. Non. Non, je devais rêver. Mon manque de lui était tel que je me prenais a imaginer sa voix ? Et la prochaine fois ? Ce sera son reflet ? Pourtant, je ne pu empêcher mes pieds de se mettre en mouvement, ma tête de se tourner…

Un vertige me fit vaciller a sa vue. Son visage. Son regard…Je me raccrochais au lavabo, serrant tellement fort l’émail que je crus me briser les doigts. Mon visage avait perdu toute couleur et, comme un reflexe étrange, ma main se posa sur mon ventre a peine arrondit.

« Qu…Qu’est ce que tu fais là ? »

Par habitude, j’avais parlé en russe, ma voix était blanche, incrédule et pourtant, je sentais la colère se réveillée, implacable. Pour mon bébé, je ne devais plus le laisser me faire autant de mal. Il ne réagit pas tout de suite et j’insistais, cette fois d’une voix grondante.

« Qu’est ce que tu fais là Alexeï !? »

Je voulais le fuir. Me jeter dans ses bras. Hurler, pleurer. Le tuer. L’aimer. Je ne savais plus…Inquiet peut être, j’entendis Shannon sortir de ma chambre, tenant encore dans ses mains des morceaux du berceau. Mais je ne pouvais pas quitter Alexeï des yeux…Non, je n’y arrivais pas.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Lun 20 Déc - 1:45

Sa voix, maelström d'émotions, à la fois suppliante, terrifiée, furieuse et désespérée, me cloua sur place. Je me figeai immédiatement et la regardai droit dans les yeux alors qu'elle insistait, plus violente cette fois-ci. Ses yeux s'accrochaient aux miens et je ne pouvais pas détacher mon regard de son visage, aussi incapable de la quitter des yeux que de cesser de respirer. Entendre sa langue, ses lèvres, sa voix, prononcer mon prénom sur un ton qui ne pouvait cacher un amour brûlant malgré la colère qui suintait de ses mots me fit fondre.

Comment avais-je pu donc ignorer cela avant son départ ? Comment avais-je pu me fourvoyer à ce point ? J'étais fou d'elle, elle et seulement elle, et je l'aimais autant que j'avais aimé Sonja, sans pourtant que cela ait un quelconque rapport, cela j'en étais sûr. Éprouver un tel sentiment de nouveau me tuait un peu plus à chaque seconde en même temps que cela me ravissait. Jamais je n'aurais pensé que je serais capable d'aimer à nouveau un jour, hormis l'affection sans bornes que je portais à ma fille. Je modulai de ma voix la plus douce, le plus délicatement possible, le moins trompeur possible :

- Je suis venu te chercher. Je veux être avec toi, Inessa. Je t'en prie...

Je parlais en russe moi aussi, malgré l'inconnu arrivé à la porte que je n'avais de toute façon absolument pas remarqué, toute mon attention entièrement concentrée sur Inessa. La terre aurait pu s'effondrer que je ne l'aurais pas remarqué. Je me dirigeai plus rapidement vers elle et lui pris la main avant qu'elle ait pu faire un geste.

- S'il te plaît, insistai-je d'une voix où perçait le désespoir. Je t'aime !

Oui, je l'aimais, même si je craignais fort qu'elle ne croie pas ces trois derniers mots. Ce fut à ce moment-là que je perçus enfin la présence de l'autre côté de la pièce et je me retournai d'un bloc, serrant plus fort sa main dans la mienne.

C'était un homme qui était là, visiblement plus jeune que moi, et qui tenait je ne sais quoi à la main, comme s'il était en train de fabriquer quelque chose dans la chambre d'Inessa. Je me raidis tout entier, le corps crispé. Qu'est-ce qu'il foutait dans sa chambre ? Qu'est-ce qu'il foutait là tout court, d'ailleurs ? Un poison me tordit le cœur et je tournai la tête vers elle, les yeux agrandis par la peur et la colère. La jalousie, en somme.

- C'est qui, lui ? sifflai-je, toujours dans ma langue natale.

Je n'allais pas faire d'efforts pour un inconnu qui osait visiter l'appartement de mon Inessa. Elle était à moi, aujourd'hui encore plus qu'autrefois. Parce que j'étais à elle aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Lun 20 Déc - 18:05

Comme je l'avais promis à Inessa, je ne la laissai pas tomber et je revins la voir. Pourtant, il y avait une différence entre la fois où nous avions couché ensemble et celle d'après, où je l'avais revu : j'avais enfin avoué à Sharon que j'étais amoureux d'elle et elle avait fait de même, si bien que nous avions décidé de vivre notre amour en nous fichant de la morale. Plus facile à dire qu'à faire, je ne pouvais ignorer ce petit pincement de culpabilité à chaque fois que je l'embrassais ou la touchais, qui me rappelait qu'elle était ma sœur et que notre relation ne serait jamais tout à fait normale, même si j'essayais de m'en convaincre et de la convaincre avec moi, par tous les moyens. Elle avait accepté de me suivre dans cette voie, mais je savais qu'elle n'était pas plus à l'aise que moi et ne parvenait pas à se départir de ses propres peurs.

Malgré tout, nous n'étions plus autant rongés par notre amour et nous avions enfin réussir à le concrétiser. Nous avions couché ensemble, elle et moi, avec douceur. La fièvre ne m'avait pas dévoré cette fois là et j'avais pu enfin lui montrer la pleine mesure de mes talents, à la hauteur de mon amour pour elle.

Mais je n'avais pas oublié Inessa. Inessa que j'avais du abandonner précipitamment en me rendant compte que j'étais parti pendant des heures et que Sharon devait être morte d'angoisse. Je l'avais réellement "aimé" quand j'avais couché avec elle. J'aimais beaucoup cette jeune femme, belle, courageuse, douce, et totalement perdue.

Alors j'étais revenu vers elle, lui proposant mon aide et la secondant du mieux que je le pouvais. Je ne l'avais pas caché à Sharon, lui expliquant qui était Inessa et quel était son problème. Malgré sa jalousie, Sharon avait compris pourquoi je devais aider la jeune femme abandonnée et enceinte. Sharon n'avait plus de raison de craindre une infidélité de ma part. Je n'avais couché avec Inessa que parce que j'étais malheureux. Ce qui n'était plus le cas.

Donc, aujourd'hui encore, j'étais avec Inessa et j'avais trouvé un berceau pour elle. Un berceau à monter. Youpi. Enfin, cela dit, j'avais développé un petit côté bricoleur avec la guerre. Mais allez savoir pourquoi, monter un meuble, ça demeurait un truc super difficile. Surtout avec une notice en chinois. Quelle idée aussi! Bref, j'essayais de monter le meuble depuis 2h quand je me retrouvai coincé, avec deux pièces que je ne savais plus où mettre. Tant pis, j'allais devoir demander un petit coup de main à Inessa. La honte.

Mes deux pièces à la main, je déboulai dans la pièce, la bouche en coeur.

- "Inessa, tu pourrais ve..."

Je me stoppai net en ma voyant avec un autre mec, un mec qui me regarda soudain comme si j'étais l'ennemi public numéro 1. Inessa, quant à elle, semblait totalement bouleversée. Il parla, dans une langue qui devait être du russe ou de l'ukrainien. Je n'étais pas stupide, elle m'avait parlé de son Alexeï, un russe. C'était lui?

- "Inessa tout va bien?"

J'étais inquiet pour elle. Je dévisageai l'homme. Il avait une bonne tête de slave. Je repris froidement à son égard :

- "Depuis tout ce temps en Amérique, tu ne sais toujours pas parlé l'anglais?"

Je détestais qu'on parle une autre langue en ma présence, c'était d'une impolitesse! Je ne parlais français qu'avec Sharon, pour ne pas oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Mar 21 Déc - 1:46

« Va-t-en… »

J’aurais aimé reculer encore, mais l’évier me bloquait. Je ne voulais pas l’écouter…Je voulais qu’il parte. Maintenant ! Pourquoi était il venu ? Pourquoi ?! Alors même que je commençais a aller mieux ! Il détruisait tout ! Je voulais qu’il parte.

« Fous le camp Alexeï ! »

Et il osait ! Il osait me mentir ! Je pâlis dangereusement…Un vertige me saisit, le choc sans doute, il me tenais la main mais je voulais qu’il lâche mes doigts. Il m’aimait ? Ben voyons ! Mensonge ! Encore mensonge ! Il ne savait faire que ça ! Mentir ! Il mentait a sa fille, a moi, a lui-même…Je ne voulais pas que mon bébé subisse ça…Non, je refusais qu’il se serve de lui comme il c’était servit de sa fille. Qu’il le fasse souffrir comme elle souffrait elle. Il me fallait me détacher de lui.

« N’essayes même pas de me mentir ! »

Et Shannon arriva. Innocent. Surpris. Je lui jetais un coup d’œil un peu égaré, je me sentais partir et pourtant, je tins bon, arrachant ma main a celle d’Alexeï. Je ne supportais pas qu’il parle de Shannon comme ça. Je ne voulais pas voir la jalousie dans ses yeux, parce qu’elle était fausse, comme lui. Mais une partie de moi voulais le croire. Terriblement. Je ne savais plus, je me sentais perdue. Je ne m’étais jamais préparée a le voir, a le revoir…C’était dur et machinalement, je cherchais du soutiens dans les yeux de Shannon. J’avais peur de céder, encore. Entendre cette détresse dans sa voix qui me paraissait si vraie soudainement. Non, je ne devais pas me laisser faire ! Si je ne le faisais pas pour moi, je le ferais pour mon bébé.

Je passais automatiquement en anglais en entendant Shannon le faire.

« Je t’interdis de parler comme ça de lui, tu m’entends ?! Il vaut cent fois mieux que toi !»

Parce que Shannon avait été là lui ! Parce qu’il m’avait aidé, parce que je pouvais compter sur lui, parce que…Juste parce qu’il était un ami précieux, cher, je refusais de voir Alexeï le dédaigner, le prendre de haut. Non…

Oh bon sang ! Je l’aimais tellement…Encore et malgré tout ! Regarder son visage, plonger dans ses yeux. Je ne pouvais pas nier, je ne pouvais plus le faire. Mais je refusais de devenir cette marionnette qu’il voulait que je sois. Jamais.

Je me sentis vaciller tandis que le monde tournait autour de moi. Bon sang ! j’avais encore des vertiges parfois, c’était difficile a gérer et je ne voulais pas faiblir, pas maintenant ! Je papillonnais furieusement des paupières en portant une main a mon front. Le chaos semblait vouloir m’aspirer dans ses tourbillons. Et cette douleur qui renaissait de le revoir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Mar 21 Déc - 12:17

Elle me demandait de partir. Évidemment qu'elle me le demanderait, j'aurais dû m'en douter, mais j'espérais bien fini par la convaincre, la persuader. Parce que non, je ne partirais pas. Maintenant qu'elle était à mes côtés, il m'était impossible de la quitter. Sa détresse me faisait mal, ses mots me faisaient mal. Parce que je sentais sa souffrance, et que je savais que j'en étais le fautif. Comme toujours, responsable de la douleur des autres, bravo Alexeï.

Je suppose que je récoltais seulement la monnaie de ma pièce. Je commençais enfin à comprendre ce qu'elle avait pu ressentir, je voyais ce qu'elle avait pu éprouver quand elle avait appris pourquoi je l'avais acceptée dans mon lit. Et j'avais honte de moi, moi qui n'avais jamais regretté un seul de mes actes de manipulation. Restait à savoir comment le lui faire comprendre - et je n'avais pas pensé à ajouter dans l'équation un inconnu qui ne m'appréciait visiblement pas. Lui avait-elle parlé de moi, savait-il qui j'étais ? Et en quels termes m'avait-elle décrit ? Je me sentis vaciller quand elle retira sa main de la mienne, s'arrachant à mon étreinte. Furieux, je reportai ma colère sur l'intrus.

- Je ne parlais pas spécialement à toi ! rétorquai-je.

Qu'il aille se faire voir. Je sursautai en entendant Inessa prendre sa défense. Forcément. J'avais été absent plus d'un mois - maudites soient ces fièvres - et je la retrouvais dans les bras d'un autre. Était-ce pour se consoler ou l'aimait-elle vraiment ? Parce que pour moi, il ne faisait aucun doute qu'ils étaient ensemble. Et j'avais déjà envie de lui loger une balle dans la poitrine pour m'avoir volé... ma femme. Ma femme, ma femme, ma femme. Un peu trop jaloux ? Sans nul doute. Mais je m'en moquais.

- Réponds-moi au lieu de prétendre que tu le préfères à moi ! criai-je, repassant à l'anglais, espérant sans doute vaguement qu'elle note cet effort - mais étant donné mes paroles, il y avait peu de chances. Qui est-ce ? Qu'est-ce qu'il fait ici ? Il n'a aucun droit d'être avec toi !

Je parvins enfin à m'arracher à sa contemplation et à me tourner vers lui, m'efforçant tant bien que mal d'ignorer sa peau qui effleurait la mienne - mission impossible. Les battements de mon cœur étaient de plus en plus désordonnés et je n'arrivais pas à me concentrer sur la situation, uniquement guidé par mes sentiments, la chose que je détestais le plus au monde. Et en l'instant, mes sentiments se cristallisaient en l'amour que j'éprouvais pour elle et cette jalousie dévorante. Rien qu'à la pensée de ce qu'ils avaient pu vivre et faire ensemble, je me sentais perdre la tête. J'aurais voulu avancer vers lui, mais je sentais que j'allais perdre le contrôle de moi-même si je quittais le contact d'Inessa. Elle n'apprécierait sans doute pas que je frappe ce... ce salopard. Et quand bien même j'en crevais d'envie, je voulais avant tout la contenter elle. Malheureusement, si je parvenais à contenir mes gestes, ce n'était pas le cas de mes mots.

- Je te garantis que si tu as ne serait-ce que posé la main sur elle, tu ne verras plus jamais la lumière du jour.

Et jamais je n'avais été aussi sincère. Il n'y avait strictement aucune amitié qui me retiendrait d'en finir avec lui. Même s'il ne l'avait qu'effleurée, il avait intérêt à courir vite. Très vite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Mar 21 Déc - 12:44

Mon regard accrocha leurs mains liées. La façon qu'elle avait de le regarder ne trompait pas. C'était bien son enfoiré de petit ami qui avait décidé qu'elle ferait un substitut parfait et qui s'était servi d'elle pour ressusciter une morte. Oh oui mon lascar, je savais très bien qui tu étais et j'avais une envie folle de te balancer ce que j'avais dans la main à la gueule pour te faire payer ce que tu avais fait à Inessa. La jeune femme s'écarta de lui et prit ma défense en anglais. Ah, il me semblait bien que ses paroles à mon intention n'étaient pas très amènes. Malgré tout, cela me fit plaisir de l'entendre le rembarrer ainsi. Mais je voyais combien elle souffrait de devoir s'opposer à celui qu'elle aimait.

Connard.

Surtout qu'il ne se gêna pas pour me faire remarquer qu'il ne s'adressait pas à moi. Décidément, il était de plus en plus charmant ce type. Comment une fille comme Inessa avait-elle pu tomber sous le charme d'une ordure pareille? Pourquoi est-ce que les jolies filles, trop douces, craquaient sur les sales types? Je n'avais jamais compris. Il faudrait que j'en touche deux mots à Sharon. Il abreuva alors Inessa de questions me concernant et ma voix l'interrompit, tranchante :

- "IL est capable de répondre tout seul. Alors tu vas te calmer au lieu de tirer des conclusions hâtives. Peut-être qu'un type comme toi qui es chez une femme, ça signifie forcément qu'il est avec, mais ce n'est pas mon cas, alors tu baisses d'un ton."

Non mais! Il pouvait bien être plus âgé que moi et encore bien conservé, je n'étais pas un lâche et je n'hésiterais pas à lui démolir la tronche s'il me tentait. Déjà que je me retenais... Je n'étais pas spécialement violent, mais comme j'avais corrigé les mecs qui avaient fait du mal à ma sœur, j'avais très envie de faire de même avec ce con qui avait joué avec Inessa. Ce fut la goutte d'eau quand il me menaça.

- "Des menaces? Et bien vas-y, qu'est-ce que tu attends? Tu as perdu tout droit sur elle dés le moment où tu t'es servi d'elle pour ressusciter une morte! Espèce d'enfoiré, tu l'as déjà fait souffrir et tu t'acharnes? C'est toi qui devrais croupir au fond d'un trou pour avoir osé la souiller ainsi!"

D'accord, j'étais très en colère et surement en train de signer mon arrêt de mort, mais je n'avais jamais reculé devant le danger et ça n'allait pas commencer maintenant. De toutes façons, j'avais toujours un flingue sur moi quand je sortais, question de précautions et j'avais largement le temps de le dégainer si monsieur se ruait sur moi.

- "Tu ne mérites même pas que je t'explique. Tire tes conclusions, t'as l'air d'aimer ça."

Oui, je l'avais touchée, une fois. Pour effacer la douleur. Et je ne l'avais pas fait souffrir, contrairement à lui. Alors jouer les jaloux, c'était quand même d'un toupet monstrueux! Je remarquai alors qu'Inessa était livide et qu'elle ne semblait pas aller très bien. Alexeï était focalisé sur moi et Inessa se trouvant à côté de lui, il n'avait pas du le remarquer. Je me précipitai vers elle, inquiet.

- "Inessa?"

Mais c'était sans compter l'autre molosse qui ne voyait pas d'un très bon œil que j'approche si près de SA copine.

- "Tu vois pas qu'elle fait un malaise connard?"

Le stress de le retrouver? ou bien encore un de ces vertiges du à sa grossesse? Parce que malgré ses efforts, le bébé s'accrochait et c'était pour ça que j'avais trouvé le berceau. J'espérais qu'Inessa allait l'accepter cet enfant. Il n'était pour rien dans ce que son père lui infligeait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Jeu 23 Déc - 22:11

Pourquoi ? Pourquoi tout n’était que colère lorsqu’il était là ? Rage. Violence. J’ai cherché du courage dans les yeux noisettes de Shannon. Je voulais qu’Alexeï parte parce qu’avec sa voix revenait la souffrance, la douleur. J’ avais cru les effacer. J’avais espéré. Et le revoir, c’était comme rouvrir toutes les plaies qui parcouraient mon cœur. Lacéré.

Il agressa Shannon, je pris sa défense et pourtant, je me sentais aspirée par un trou noir contre lequel je luttais désespérément. Ma grossesse était difficile dans le sens où j’avais nausées et vertiges. Je me forçais a bien manger avec ce que je pouvais trouver…Et j’avais Shannon qui m’épaulait comme il le pouvait. Sans rien demander, a son image. Alors c’est vers lui que j’avais cherché du réconfort. De l’amitié, cette chaleur qui me manquait pour continuer a vivre.

Les voir se déchirer était intolérable, mais je n’arrivais pas a parler. J’étais étourdie, spectatrice impuissante.

« Arrêtez… »

Juste un chuchotement que ni l’un ni l’autre n’avait dût entendre. Le décor vacillait dangereusement. Le sol semblait vouloir m’avaler toute entière. Je résistais. Je voulais hurler a Alexeï qu’il n’avait plus de droit sur moi, qu’il n’avait plus de regards sur moi ! Le substitut en avait marre. Je voulais protéger mon bébé. Je devais le faire contre son propre père. C’était risible…

« Shannon…Je crois que… »

Le sol sembla vouloir se rapprocher a grands pas et, je tendis une main vers mon ami, attrapant sa manche. Trop tard. Une sorte de chape noire m’engloutie sans que je ne puisse lui résister, mes jambes se mirent a trembler puis, elles me lâchèrent. Je tombais sur la poitrine de Shannon, m’agrippant par reflexe a son pull. L’azur de mes yeux s’agitait avant de devenir terne. Bon sang ! je ne pouvais pas…pas mainten…et je n’eus plus conscience de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Jeu 23 Déc - 23:53

Qu'il se taise, mais qu'il se taise ! M'entendre jeter mes torts à la figure par un pur inconnu était encore pire que si ç'avait été Inessa qui me le disait. De quoi se mêlait-il ? Il n'avait pas le droit de la défendre, pas le droit de la protéger ! La protéger de moi... Elle n'avait pas besoin d'être protégée de moi, non. Poings crispés, je cherchais quoi répondre à cela - parce que le problème était qu'il avait raison. Ce que j'avais fait subir à Inessa était-il pardonnable ? Je n'en savais rien. Mais en tout cas, je ne voulais pas que cet imbécile s'en mêle. C'était à moi de régler mes problèmes avec elle, et qu'il aille se faire foutre.

- Je suis ressorti dehors pour aller à sa recherche uniquement dans le but de la faire souffrir de nouveau. Percé à jour si vite, oh merde, tu es drôlement fort dis donc ! raillai-je. Je suppose que je n'ai plus qu'à retourner d'où je viens maintenant ?

Je fronçai les sourcils. Je ne savais pas tellement si j'avais envie de tirer des conclusions. Il n'avait rien démenti et le poison de la jalousie m'infectait de plus en plus. Je sentais qu'il s'était passé quelque chose entre eux sans savoir si mon intuition me donnait raison ou si je devenais simplement paranoïaque. Je me contentai de lâcher :

- Va te faire foutre.

Oui, très recherché comme réplique. Mais c'était tout le bien que je pensais de lui, inutile d'en faire plus. Et quand il se précipita vers Inessa je fis un pas en avant, furieux qu'il ose même s'approcher. Il aurait mieux fait de ne pas se mettre à portée de mes poings, tiens ! Cependant sa phrase m'arrêta net et je l'oubliai aussitôt pour pivoter sur mes talons et voir Inessa papillonner avant de tomber en avant. Prononçant vaguement son nom, son nom, s'agrippant à lui et s'évanouissant dans ses bras. Dans ses bras.

Je la rattrapai avant qu'elle ne s'effondre réellement sur lui, la tirai en arrière contre ma poitrine et la pris en berceau dans mes bras, poupée disloquée tout contre moi. Son parfum me sauta à la figure et j'eus une fraction de seconde de trouble, mais je me repris tant bien que mal et me précipitai vers sa chambre, écrasant plus ou moins volontairement le pied de l'autre connard au passage. Je l'allongeai sur son lit et me mis à genoux à côté d'elle, lui caressant doucement le visage, dégageant ses mèches de cheveux, désespérant de la voir ouvrir les yeux. S'il te plaît, Inessa, reviens à toi. Je t'en prie. Reste avec moi. Je gémissais ces mots à voix basse, en russe, suppliant je ne sais quel dieu qu'elle m'entendît. Qu'elle revienne à elle, et à moi par la même occasion !

Elle ouvrit les yeux, battant des paupières, et soulagé, je regardai vaguement autour de moi, cherchant quelque chose pour la soulager, une serviette à humidifier d'eau fraîche ou n'importe quoi. Ce fut à ce moment-là que mes yeux tombèrent sur le squelette de berceau qui trônait de l'autre côté de la chambre. Même s'il n'était visiblement pas terminé, il ne fallait pas être un génie pour deviner ce que c'était. Je pâlis brusquement, ne parvenant pas pleinement à réaliser ce que cela impliquait. Déconnexion.

- Qu'est-ce que c'est que ça ?

Je ne savais même pas si je parlais à moi-même ou à Shannon, qui m'avait suivi dans la chambre, et qui était en train de le monter lorsque j'étais arrivé, je le comprenais maintenant. Sans que cela n'effaçât ma méfiance pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Ven 7 Jan - 19:15

Je baissai les yeux sur les poings crispés d'Alexeï, me retenant de sourire en le voyant faire des efforts visibles pour se contrôler. Mais qu'il cesse donc de se contrôler, j'avais une envie folle d'en découdre avec lui et de remettre ce sale con arrogant à sa place. Il n'avait plus aucun droit sur Inessa! Pas en l'ayant traitée ainsi! Il lui devait le respect et l'amour, ce n'était quand même pas difficile à comprendre, ni trop en demander! Il me railla, mais cela ne m'atteignit pas et je répondis simplement :

- "C'est ça. Casse-toi, elle n'est plus sous la coupe de tes fantasmes morbides! Laisse-la vivre sa vie et être elle, au lieu de vouloir qu'elle soit une autre."

Je me doutais bien qu'il était jaloux. Normal, il retrouvait sa nana avec un autre homme, un parfait inconnu, qui savait les raisons de leur rupture. il y avait de quoi se poser des questions et j'étais de mauvaise foi en affirmant le contraire. J'aurais sans doute agi de même. Quoique... Tout dépendait jusqu'à que point j'avais confiance en l'être aimé et si je la connaissais. Je savais que jamais Sharon n'irait voir ailleurs. Inessa, c'était plus délicat, nous avions couché ensemble, mais par dépit, par chagrin, par mal de vivre.

Je me contentai de ricaner quand le russe ne sut rien me répondre d'autre que d'aller me faire foutre. Oui, cela prouvait à quel point j'étais impressionné par son plaidoyer et son sens de la répartie. Je n'avais absolument pas peur de lui et il ne m'impressionnait pas le moins du monde. C'était un minable. Un lâche et un minable qui s'illusionne sur son propre pouvoir. Je n'avais que trop vu de ces hommes quand je parcourais le globe, dans les pays du tiers monde. C'étaient en général les plus virulents dictateurs.

Inessa semblait très mal supporter notre petite joute verbale et ce fut la seule chose qui me convainquit de ne pas continuer. Je remarquai aussi sa pâleur subite et me précipitai vers elle, inquiet, alors que l'autre abruti m'en empêchait, jouant encore les mâles dominants. Mais regarde la donc abruti, au lieu de marquer ton territoire! J'avais envie de lui demander s'il allait uriner partout pour souligner sa domination!

Comme je l'avais pressenti, Inessa faisait un malaise. Elle s'agrippa à moi et perdit connaissance, mais très vite, le russe décida que c'était dans ses bras à lui qu'elle devait être. Je respirai profondément pour ne pas lui éclater la figure. Il la porta jusqu'à la chambre, me bousculant et m'écrasant le pied au passage, sciemment, j'en étais sûr, avant de l'allonger sur le lit et de se mettre à baragouiner en russe. Je ne comprenais pas la langue, mais encore une fois, je saisi le sens.

- "Quelle scène touchante, quel sens du mélodrame, bravo, ça mériterait un oscar. Mais te fatigue pas va, c'est juste un évanouissement, elle va reprendre conscience et tu ferais mieux de lui laisser un peu d'air."

J'étais debout, de l'autre côté du lit, observant le visage pâle de la jeune femme, mais sans chercher à éloigner le russe. Elle avait besoin de calme et si l'autre abruti n'était pas capable de le comprendre, je le ferais pour lui. Inessa papillonna des paupières et je poussai un petit soupir de soulagement. L'autre aussi. Et alors qu'il parcourait la chambre du regard, il avisa le berceau, avant de demander ce que c'était. Je croisai les bras, lui adressant un regard hautement moqueur et le considérant comme un simple d'esprit.

- "On appelle ça un berceau. Il faut que je te l'épèle?"

Railleur, je n'ajoutai rien. Qu'il se fasse son propre film, cela lui ferait les pieds. J'étais quand même prêt à accueillir toute tentative d'agression sur ma personne. Des fois qu'il penserait que je suis le père. Malheureusement, il finirait vite par comprendre que c'était bien de lui qu'elle était enceinte et il ne la lâcherait sans doute plus. A moins que cela le fasse fuir. Je priai fortement pour la seconde hypothèse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Mer 12 Jan - 14:27

Ils s’insultaient, un peu comme si je n’étais pas là. C’était étrange d’assister a cette scène en spectatrice. Alexeï m’avait fait si mal. Il me faisait encore du mal et il m’en ferait sans doute encore. Il ne savait faire que ça, détruire ce qui l’entourait. Je ne le voulais plus dans ma vie et pourtant, mon être se tentait tout de même vers lui. Je voyais son regard, ces yeux que j’avais aimé dès que je les avait vu. Il c’était servit de moi, de ce que j’étais. Je n’avais rien vu venir et pourtant, je savais dès le départ qu’il n’était pas homme a aimer. Qu’il me crache ce mensonge au visage rouvrit les blessures de mon cœur avec une violence inouïe. J’aurais aimé le tuer dans l’instant tant la douleur provoque la colère. Mais non, ce sont mes hormones qui eurent raison de moi, ce bouleversement émotionnel. Je n’en pouvait plus. Shannon me soutenait, laissant apparaitre sa colère a l’encontre d’Alexeï. Je tentais bien de lui sourire mais les points noirs qui dansaient devant mes yeux m’en empêchèrent. C’était pour ça que je lui avais fait l’amour aussi. Pour cette douceur et ce soutient indéfectible qu’il m’apportait.

Je me suis évanouie, accrochée a Shannon comme a une bouée de sauvetage. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé après. Je n’ai pas sentis qu’Alexeï m’arrachait a mon ami, sinon, je me serais débattue. Je ne l’ai pas sentit me prendre contre lui, sinon, j’aurais sans doute aimé cela. J’étais masochiste certainement. Mais je ne sentis rien de tout ça, n’entendais même pas ses suppliques. Finalement, je battis des paupières, un peu décontenancée, un peu perdue. J’accrochais immédiatement le visage de Shannon a coté de nous avant que le vert de mes yeux ne glisse sur celui d’Alexeï. Aussitôt, la douleur revint, plus forte, plus terrible. Je fermais un instant les yeux avant de les rouvrir brusquement a l’interrogation incrédule.

Shannon répondit a ma place et une colère noire assombrit mes iris. Je tentais de me redresser, repoussant Alexeï. Ma gorge me faisait mal, ma tête tournait.

« Un berceau Alexeï, veux tu que je t’explique a quoi ça sert ? »

Evidemment maintenant, il savait que j’étais enceinte, mais je ne le laisserais pas approcher de mon bébé. Jamais.

« Et oui, je suis enceinte et il n’est pas de toi ! Il est de…Shannon » Je déglutis avec difficulté, j’avais la gorge sèche, mon regard accrocha celui de Shannon. « Tu veux bien m’apporter un verre d’eau s’il te plait ? »

Inconsciente de mon lapsus involontaire, je vrillais de nouveau mon regard sur cet homme qui était devenu ma douleur, ma haine et ma colère. Mais malgré tout, je l’aimais encore.

« Non pas de toi… »

Parce que tu ne touchera jamais mon enfant, tu ne le souillera pas comme tu l’a fait de ta fille, de moi, de tout ceux qui t’entoure…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Jeu 13 Jan - 3:11

Je ne pouvais croire qu'elle ait ainsi tout révélé à qui était un parfait inconnu pour moi de telles choses à mon propos. Ça ne se faisait pas, c'était beaucoup trop intime et personnel pour être ainsi révélé à n'importe qui. Cependant, avais-je vraiment le droit de la critiquer ? Après tout, je lui en avais fait subir des choses, et bien plus graves que cela. Dès le début, elle savait que je ne l'aimais pas, que le fait que je l'admette à mes côtés cachait forcément quelque chose, et pourtant elle était passée outre tout, ces soupçons, mes tentatives permanentes de lui faire oublier qui j'étais, mon indifférence à son égard, notre relation à demi dissimulée et qui n'était guère que du sexe cristallisant notre guerre sans fin. Elle était restée, envers et contre tout. Elle serait toujours restée si ce salopard qui me servait de beau-fils ne lui avait pas craché la vérité à la figure. En même temps, me serais-je rendu compte de ce que j'éprouvais pour elle si elle n'était jamais partie ? J'aurais peut-être préféré, finalement. La vie était tellement plus simple lorsque l'on n'aimait personne. Je n'avais pas été capable de protéger Sonja malgré ma puissance là-bas en Russie. Je n'avais pas pu venger Katarina quand l'occasion s'était présentée à moi. Comment pourrais-je protéger Inessa dans un tel monde ? Je ne savais plus rien faire, et ce depuis deux ans déjà.

J'entendis à peine les moqueries de l'autre alors que j'espérais désespérément qu'Inessa se réveillât. Je sentis son ton ironique mais n'y réagis pas, entièrement concentré sur ma femme. Je n'avais pas l'intention de lui laisser un peu d'air comme il disait si bien, il était hors de question que je la lâche. Qu'il ne commence pas à me donner des conseils ou il allait recevoir quelque chose de salé en guise de remerciement. Je me serais probablement jeté sur lui sans plus de cérémonie si la voix d'Inessa ne m'avait pas interrompu dans mon élan.

Alors non merci, je savais à quoi servait un berceau. C'était ce que ça impliquait que j'avais encore du mal à saisir. Berceau = bébé. Mais personne n'avait de bébé ici. Est-ce qu'il était possible qu'elle soit... oh... oh... oh !

Jamais je n'avais pensé qu'elle pût tomber enceinte. Moi-même, je ne pensais pas avoir d'autres enfants. Ma fille allait avoir un deuxième bébé, j'étais grand-père, j'avais près de cinquante ans, je n'avais plus l'âge d'être père. J'avais oublié qu'Inessa, contrairement à moi, était dans la fleur de l'âge pour procréer... Et de toute façon, les moyens de contraception de nos jours, ce n'était pas tout à fait ça. Déjà que je n'étais pas très partant en temps normal, aha ! Quelle ironie... Je songeais à Ethen, à Katarina, et à ce nouvel enfant qui me tombait dessus beaucoup trop soudainement. Me vint soudain à l'esprit que je n'avais eu que des enfants non désirés, et que le seul dont j'avais vraiment voulu n'avait pas survécu. Ah, injustice ! Toutefois, de la même façon que j'avais commencé à aimer Katarina après quelques secondes de perdition, j'avais déjà envie de gâter Inessa pour qu'elle puisse passer les neuf plus beaux mois possible avant que notre enfant ne vienne au monde. Cependant, alors même que j'étais en train d'assimiler cette idée, elle me coupa tout à fait dans mon élan.

Pas de moi. Pas de moi. Comment ça pas de moi ? Et de qui alors ? Je me tournai instantanément vers Shannon, le regard plus glacial que l'Arctique, mais à peine avais-je levé la tête qu'elle continua à parler, et je baissai à nouveau mon regard sur elle, la transperçant de ma fureur. Oh non, Inessa, tu n'as pas fait ça ! Tu sais pourtant à quel point je suis jaloux. Tu sais à quel point je suis possessif, tu me connais sans doute encore mieux que Katarina elle-même. Tu n'as pas osé faire cela ! Amour, jalousie, colère, destruction, j'avais envie de les détruire, tous les deux - parce qu'elle venait de me confirmer qui était le père. J'avais envie de la détruire, à nouveau, pour ce qu'elle avait fait. Non seulement elle s'était laissée souiller par un autre, mais en plus cet autre s'était frayé un chemin dans son corps de façon beaucoup plus durable que je ne l'avais jamais fait. Un bébé, un bébé de cet enfoiré qui prétendait pouvoir me donner des leçons. Inessa était plus près de moi, juste sous mes yeux, mes mains la touchaient encore, et quand elle m'assena une nouvelle fois que cet enfant à naître n'était pas de moi, je crois que j'aurais pu l'étrangler. Si je n'avais pas senti un mouvement du côté de Shannon.

Toi, mon petit ami, tu ne bouges pas d'ici. Je me jetai sur lui, le saisis par le col et lui assenai un coup de poing magistral. J'aurais pu apprécier de le voir s'écraser à terre et continuer à m'acharner sur lui, si un craquement affreux n'avait pas résonné en même temps et qu'une douleur proprement insupportable n'avait pas explosé dans ma main. Non, le craquement ne venait pas de lui comme je l'aurais aimé mais de mes doigts qui s'étaient apparemment recassés. L'attelle était en miettes. Je défis en un clin d'oeil le bandage, me débarrassant des éclisses de bois devenues inutiles qui parviendraient désormais tout juste à me coller des échardes dans la main. Me mordant les joues de toutes mes forces pour parvenir à ne pas hurler, je tentai vaguement de remettre la bande de tissu autour de ma main sans réussir à grand-chose. La souffrance était insoutenable, encore plus terrible que lorsque je m'étais blessé pour la première fois. Et ne pas pouvoir continuer à le frapper était sans doute au moins aussi insupportable. Je pris mon arme de la main gauche et le mis en joue, certes un peu maladroitement, mais l'endroit que le canon visait était sans équivoque.

- Ne... t'approche... plus... d'elle, sifflai-je.

Ma voix était rauque sous la douleur et je titubai pour aller m'asseoir sur le lit, gardant ma main blessée contre moi, mais sans le quitter des yeux pour autant. Qu'il essaye de bouger pour voir !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Ven 14 Jan - 19:21

Inessa revenait doucement à elle alors qu'Alexeï me demandait ce qu'était le berceau. Évidemment, je lui répondis avec un ton railleur au possible et, à ma grande surprise, Inessa renchérit. J'aurais vraiment aimé lui épargner tout cela et qu'elle ne soit pas à ce point malmené par cet abruti qui débarquait en terrain conquis et pensait pouvoir la récupérer avec un regard de chien battu. Qu'il se montre aussi possessif avec elle et me rejette aussi violemment alors que moi, je ne lui avais rien fait de mal, me mettait dans une colère noire. Je pouvais comprendre qu'il se sente complètement largué de voir que sa petite Inessa n'était pas restée prostrée dans un coin à pleurer après lui, tant cet homme était imbus de lui-même, mais qu'il se comporte comme s'il avait encore tous les droits sur elle, je ne l'acceptais pas.

Je n'étais vraiment pas d'un tempérament belliqueux. Je savais être virulent dans mes propos, mais je ne cherchais pas à me battre à tous prix pour le plaisir de frapper. Je ne m'étais accroché qu'avec des mecs qui manquaient de respect à ma sœur. Bizarrement, j'étais devenu assez doué dans les coups vicieux qui mettaient quelqu'un hors service.

Je me retenais de sauter sur Alexeï. Pas égard pour Inessa. Et je sentais bien que lui-même faisait des efforts. Pour je ne sais quelle raison.

Mais je me figeai quand Inessa reprit plus vigoureusement que ce bébé n'était pas de lui, mais de... moi? Hein? Pardon? C'était quoi ce mensonge. Je ne réagis même pas quand elle me demanda un verre d'eau, me contentant de la fixer bêtement. Si cela pouvait éloigner Alexeï, pourquoi pas, mais ça faisait un drôle d'effet quand même.

Et c'est là qu'il se rua sur moi. Hébété par le mensonge de la jeune femme, je ne réagis pas assez vite et je me pris un uppercut en pleine mâchoire qui m'envoya au tapis. Mais c'est qu'il frappait fort l'enfoiré! Je crachai un peu de sang, résultat d'une coupure de mes dents sur l'intérieur de ma joue quand je le vis me mettre en joue avec son flingue, de façon un peu tremblante. Cela dit, moi qui me relevais déjà pour lui en coller une, je me tint tranquille, me statufiant sur place. Si mon regard avait pu lancer des couteaux, il serait mort.

- "Espèce de lâche."

Il me frappait et pour éviter toute représailles, il me pointait avec son flingue? C'était quoi ce type? Je passai une main sur ma mâchoire, devenue douloureuse, qui irradiait dans tout le visage. J'allais avoir un magnifique hématome. Encore heureux qu'il ne m'ait pas cassé le nez ou éclaté la pommette. En plus, il portait une espèce d'attelle, ce qui ne faisait que renforcer la violence du coup. J'eus quand même la satisfaction de le voire blêmir sous le coup de la douleur. Il avait du se casser la main ou les doigts et il venait de refracturer les os cassés. Crétin de russe. Et voilà qu'il retournait près d'elle et m'ordonnait de ne plus l'approcher! Je fis taire ma colère et répliquai d'une voix sifflante :

- "Tu n'as pas bien compris, c'est à toi de ne plus l'approcher. C'est toi qui lui as fait du mal, toi qui lui en feras encore! Sale égoïste, si tu l'aimais tant que tu le prétends, tu la laisserais vivre sa vie, loin d'une petite ordure comme toi! Tu ne lui apporteras jamais rien de bon!"

Dangereux de provoquer un homme qui peut vous flinguer, mais je n'avais pas pu m'en empêcher. J'étais armé moi aussi, mais le temps que je dégaine, je serais surement mort. Je n'avais pas envie de mourir, Sharon n'y survivrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Mar 18 Jan - 8:15

Tout s’emballait, j’étais agitée de sentiments contraires qui s’entrechoquaient impitoyablement, sans aucune tendresse pour ma conscience ou moi-même. Tout a coup, je voulais retourner a ma petite vie d’avant, avant la guerre, avant lui. Je voulais retrouver ma vie telle qu’elle avait été. Sans problèmes, banale mais si rassurante. Ce monde n’était pas fait pour moi, ou je n’étais pas faite pour lui. Cette violence auquelle j’étais habituée commençait a devenir si..Logique, si normale que cela me faisait peur. Je ne m’étais pas rendu compte de mon lapsus, ma voix ayant décidé de s’éteindre avant même que je ne puisse finir ma phrase correctement. Le sursaut d’Alexeï me parut incompréhensible, soudain, sans raison aucune et pourtant, il en avait une.

« Arrêtez !? »

Mais si j’étais devenue la source de leur affrontement, ils m’avaient totalement oubliée. Je vis le poing d’Alexeï partir, j’entendis l’horrible craquement et mon cœur rata un battement. J’avais la nausée au bord des lèvres et un hoquet me traversa alors qu’Alexeï sortait une arme, tentant maladroitement de remettre un bandage auquel je n’avais pas prêter attention jusqu'à présent. Pourquoi pointait il Shannon ? Il n’avait pas le droit d’être jaloux ! Pas le droit d’être possessif, il avait perdu tout ça en ne voyant qu’une morte dans mes yeux.

Je me levais difficilement, un peu vacillante sur mes jambes et je dus même me retenir au matelas devant un vertige que je réussis a contrer. C’était dangereux ce que je faisais, terriblement dangereux, mais je n’avais pas le choix. Bientôt la gueule noir de l’arme me visait moi et pour la première fois, je sus vraiment ce que d’être mise en joue, cette impression terrible de sentir sa vie valser sur un fil tenu, si tenu. De savoir que ce fil peut a tout moment se briser sous le poids de la colère, de la déception, de la haine. Oui, finalement notre vie ne tient a pas grand-chose lorsqu’elle devient menacée, lorsqu’elle n’est plus rien. Un cœur est si fragile

« Qu’est ce qui te pr… »

Je m’interrompis subitement. J’avais cherché les raisons de cette soudaine explosion. Incrédule, je regardais un instant Shannon, le vert de mes iris débordantes de pardon.

« Je suis désolée de t’avoir entrainé la dedans, Shannon »

Puis, mon regard glissa de nouveau sur Alexeï, un mélange de douleur, de haine et d’amour. Je ne savais plus rien de nous, comme si ce que l’on avait vécu était mort. Je ne savais plus ce qui était vrai ou faux. Sincère ou comédie. Certainement que comédie. Alors pourquoi je m’accrochais a des souvenirs qui n’étaient qu’illusions.

« Ranges moi ça immédiatement ! J’aurais vraiment aimé que Shannon soit son père, Alexeï, mais malgré ce que tu peux croire ou mon erreur a ce sujet, ce n’est pas le cas. Mais il n’en devient pas tien pour autant ! Tant que tu pointera ça » J’aurais aimé être plus tranchante, plus haineuse, mais ma voix tremblait toujours un peu en pointant l’arme de l’index « Je ne t’écouterais plus. »

Mais je ne voulais pas l’écouter. Je ne le voulais pas et en même temps, je le désirais tellement. Parce que sa voix m’avait manquée, parce que parfois, je l’entendais au creux de mes songes lorsque les larmes étaient trop dures a porter.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Lun 24 Jan - 1:39

Lâche. Lâche. Quel salopard. Il ne pensait sans doute pas à quel point cela me toucherait, d'ailleurs cela n'aurait rien dû me faire car la situation était totalement différente de celle dans laquelle je m'étais retrouvé inextricablement coincé avec Katarina et Armando, mais cette insulte me rappelait inévitablement cet épisode que j'aurais voulu rayer de ma mémoire à jamais. Un lâche, et pourquoi ? Monsieur était-il déçu de ne pas pouvoir se défendre ? Je n'avais pas la moindre intention de lui laisser ne serait-ce qu'une seule chance de s'en sortir. Puisque je ne pouvais pas m'occuper de lui à main nues, on utiliserait des méthodes plus expéditives. Que m'importait si cela me faisait passer pour un lâche ! Je me fichais de ce pour quoi je pouvais passer à ses yeux. Je savais ce qu'il signifiait aux miens et cela me suffisait.

Dans mon dos, je ne sentis pas Inessa se lever. Shannon, trop occupé à me cracher son venin, n'y fit pas attention non plus. Si je l'avais vue vaciller, résister ainsi à un nouvel évanouissement, je me serais précipité pour la retenir et l'aider, mes griefs contre elle déjà évaporés. Je l'aimais et la haïssais tout à la fois, et ces deux sentiments pouvaient prendre le dessus à tout moment sans aucune logique. C'était assez déstabilisant. Je la haïssais, oui... Je la haïssais pour avoir osé s'offrir à un autre et tomber enceinte de surcroît ! Finalement, j'aurais aimé qu'elle tombe enceinte de moi. Ce n'était certes pas la meilleure époque pour cela, mais d'autres gens s'en sortaient bien - Katarina la première - et cela pouvait nous rapprocher... nous réconcilier malgré nos reproches mutuels. Alors oui, pourquoi pas ? Maintenant c'était trop tard. J'allais me retrouver obligé d'élever le gosse d'un autre. Parce que ce n'était certes pas cela qui m'empêcherait de la reprendre. Est-ce que l'autre l'avait voulu ? Puisque c'était le sien, je pouvais sans doute espérer le lui refiler... mais Inessa, non, elle resterait avec moi. J'avais toujours été trop possessif et ce trait de caractère ressortait à présent que je voulais à toute force retrouver ma femme.

J'ai armé le revolver. Parce qu'il venait de me dire que jamais je n'apporterais quelque chose de bon à Inessa. Parce qu'il prétendait qu'elle serait plus heureuse loin de moi. Toutes sortes de choses qui généralement blessent mais pas au point de mériter de se prendre une balle. Cependant, j'étais bien loin de ces considérations relatives. Allais-je tirer ou pas ? Je ne sus jamais si j'étais vraiment capable d'appuyer sur la détente pour cela, parce que ce fut à ce moment qu'Inessa, malgré sa faiblesse physique, se mit entre lui et moi. C'était elle que je visais à présent. Elle que j'étais sur le point d'abattre. Je la regardai complètement incrédule et terrifié. Lorsque son regard se darda sur moi, je me sentis tellement perturbé par toutes les contradictions qui se battaient en elle que je ne pus rien faire, y compris abaisser mon bras. Je me contentais de la fixer, déçu, furieux qu'elle ose s'excuser et protéger Shannon contre moi. Cependant, quand elle m'ordonna instamment de baisser mon arme, je la balançai spontanément sans même réfléchir à l'autre bout de la pièce. Je n'avais même pas remis la sécurité ; mais enfin, rien ne se déclencha.

Et maintenant, je souriais.

C'était sa dernière phrase qui m'avait fait sourire. Elle était peut-être partie, elle s'était peut-être offert à un autre - Shannon ou pas, je m'en foutais - mais je voyais bien qu'elle était encore folle de moi. Malgré deux mois d'absence, après tout ce que je lui avais fait subir, elle n'avait pu se dédire de cette obsession à mon égard. Et elle pouvait me haïr et coucher avec autant d'hommes qu'elle le voulait, elle m'écouterait quand même. Parce qu'elle ne pouvait pas s'en empêcher. Elle ne pourrait jamais s'en empêcher. Je me relevai, mes yeux plantés dans les siens, et m'approchai d'elle en oubliant complètement la présence de Shannon. Je ne voyais plus qu'elle. Je soufflai avec un petit rire dans la voix :

- Tu ne m'as jamais écouté, моя любовь. Tu ne m'as jamais écouté, même si tu en crevais d'envie. Tu en as encore envie. C'est mauvais de lutter contre ses envies, tu sais ?

J'avais une main au creux de ses reins et mon visage était tout près du sien. Son corps tout contre le mien me faisait frissonner comme jamais. Est-ce qu'elle pouvait le sentir ? Ou pensait-elle que j'étais capable de jouer aussi bien la comédie ? Non, pourtant non, elle ne le pouvait pas. Mimer une telle puissance de ce sentiment était impossible même pour le meilleur acteur au monde, même pour un manipulateur comme moi. Je pouvais feindre l'amour de bien des manières - par mes yeux, par mes paroles, que sais-je - mais certes pas de celle-là. On ne peut pas trembler d'un faux amour.

- Me ferais-tu l'honneur de m'annoncer qui est le père de ton enfant, alors ?

Ma voix était tranchante, pleine de haine, mais plus pour elle, plus maintenant, même si cela risquait fort de revenir un jour ou l'autre. Non, simplement, dans ma voix pesait tout ce qui arriverait un jour à celui qui avait osé voler ma place en elle.

[P'tit PS : моя любовь signifie mon amour BWAHAHAHA *sort* A vous o/]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Ven 4 Fév - 15:57

Il y avait quand même une terrible frustration à se retrouver ainsi mis en joue, incapable de pouvoir esquisser le moindre geste sans risquer de se faire descendre. Je bouillais de rage de me lever et de le jeter à terre pour lui rouer sa sale face de coups de poings rageurs, mais il ne m'en laisserait pas le temps. Je n'avais que ma langue pour l'attaquer. Faible attaque, qui risquait autant de me tuer que de me jeter sur lui. Peut-être que la présence d'Inessa l'empêcherait de m'éclater la cervelle et de la traumatiser avec la vue de mon sang éclaboussant les murs et le sol. Peut-être... Au moins, ça, elle ne le lui pardonnerait jamais. En mourant ainsi, je permettrais à Inessa d'enfin se délivrer de ses chaines. Un mal pour un bien. Mais je n'étais pas assez altruiste pour me faire tuer ainsi et laisser Sharon toute seule. Même si nous étions damnés à nous aimer ainsi malgré les liens du sang, je n'étais surement pas suicidaire.

Mais Inessa intervint et se mit entre Alexeï et moi. C'était un peu humiliant de se faire ainsi sauver par une femme, mais je n'allais pas faire la fine bouche : elle me sauvait ma vie. Elle ne comprenait pas ce brusque accès de violence. Du moins, elle ne le comprit pas tout de suite. Mais quand elle s'en rendit compte, elle se tourna vers moi et s'excusa. J'eus un petit sourire bravache et haussai les épaules. Il n'y avait pas à s'excuser.

- "C'est moi qui suis désolé de ne pas pouvoir t'en arracher."

Je regardai méchamment cet enfoiré de russe, alors qu'elle lui faisait de nouveau face. Elle lui ordonna de baisser l'arme en annonçant que je n'étais pas le père. Qu'elle ne parlerait plus, ne l'écouterait plus tant qu'il n'aurait pas baisser cette arme. Le sourire que je vis naître sur le visage d'Alexeï me donna envie de lui sauter à la gorge et de le tuer. Cette façon de la tenir, d'être si certain de son emprise sur elle. Quelle arrogance! Elle n'était que son faire-valoir et il savait qu'il allait la récupérer. Si la haine pouvait tuer, il s'écroulerait immédiatement, de mon fait. Il eut encore l'idiotie de demander qui était le père de cet enfant, menaçant si jamais ce n'était pas lui. Je me relevai lentement, avant d'intervenir :

- "Inessa..."

Ne dis rien. Ne retourne pas avec lui. Ne tombe pas sous sa coupe. J'avais envie de lui dire cela et tellement plus encore... Pourquoi? Pourquoi était-elle tombée amoureuse de ce salaud? Pourquoi ne pouvait-elle s'en détacher? Ce n'était pas juste... Pas juste qu'une fille aussi bien se retrouve l'esclave de cet enfoiré...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Dim 6 Fév - 15:00

C’était une situation qui chamboulait ma vie. Une de plus. Après tout, c’était de ma faute, pourquoi étais je si faible ? C’était idiot, terriblement idiot. Une connerie de plus. En vérité, en cet instant, j’étais la plus grande conne du monde, je l’avais toujours été de toute manière. Mes mains tremblaient et je n’arrivais pas a les en empêcher, alors je serrais les poings, il n’y avait que ça a faire. J’avais fait un lapsus malheureux, peut être un désir inconscient parce que Shannon était capable de m’offrir ce que lui ne pouvait pas me donner. Il n’était que mensonge, il l’avait toujours été en vérité, mais même alors, j’aimais ses mensonges parce que c’était lui.

Je papillonnais des paupières en espérant qu’un coup ne parte pas par accident, avant, cela m’aurait laissée indifférente, mais maintenant, je ne pouvais pas jouer avec ma vie alors qu’une autre grandissait en moi. J’entendis le murmure de Shannon en réponse a mes excuses et je lui souris. Un pauvre sourire en fait, j’aurais tellement aimé qu’il en soit capable, vraiment. Mais personne ne le pourrait, ni moi, ni lui. C’était comme ça. C’était idiot d’avoir espéré se détacher ainsi, pourtant, j’y avais cru d’une certaine manière. Oui, j’avais eu l’illusion perverse d’avoir réussit, me raccrocher a mon bébé, au soutient d’un ami et là, tout était balayé d’un coup, d’un sourire suffisant qui me hérissais, qui me charmait et que j’avais envie d’effacer de mes ongles.

Je me raidis alors qu’il m’attirait a lui. Je me raidis devant l’intense plaisir de le sentir contre moi, je me raidis pour ne pas me laisser aller contre lui, pour ne pas soupirer, ne pas chavirer stupidement. J’ai vacillé un peu, peut être même ais je tenté de m’éloigner ou alors en avais je eu l’impression pour me faire croire que je maitrisais l’instant. C’était faux bien sur, totalement faux. Je le haissais pour ça, pour ces mots qu’il susurrait comme si je ne pouvais pas y résister. Je plongeais malgré moi dans ce regard qui m’avait toujours hypnotisé. Il se moquait, trop sur de lui, beaucoup trop. Je refusais ça, il ne gagnerait pas si facilement, il ne pouvait pas, je ne pouvais plus le laisser faire ce qu’il voulait. Enfin, je voulais croire que j’y arriverait. Le blesser autant qu’il m’avait fait mal parce que la colère ou la haine reste une échappatoire. On dit que de l’amour a la haine, il n’y a qu’un pas, c’est vrai dans un sens, parce qu’aimer, c’est haïr terriblement. Parce qu’avec lui, se serait toujours ainsi, alors j’ouvris la bouche, glissant dans mes yeux ce qu’il fallait d’ironie, de haine, comme celle qui voulait entre ses lèvres…

« Venezzio…C’est un nom que tu connais, n’est ce pas mon amour. »

Un rictus, une grimace même dans un sourire qui se voulait triomphant. Il n’aura jamais mon bébé, il était a moi, juste a moi. Je ne le laisserais jamais poser son regard mensonger sur lui, ni ses mains couvertes de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Dim 27 Fév - 22:35

J'étais absolument sûr de moi. Parce que j'avais deviné qu'elle était encore amoureuse de moi. Pouvait-elle vraiment s'en dédire un jour, alors qu'elle avait dû subir cette obsession permanente pendant deux ans sans jamais pouvoir s'en défaire ? Je ne savais s'il lui serait possible un jour de se détacher de moi. Mais je ne m'en plaignais certainement pas. Sentir son corps qui m'avait tant manqué se raidir à mon contact avait élargi mon sourire, parce que ce n'était qu'un signe supplémentaire de sa faiblesse, sa faiblesse que je savourais tant. Et quand ses yeux vert émeraude vinrent se perdre dans les miens, totalement égarés et déboussolés, je sus que j'avais gagné la partie.

Ou tout du moins, je crus que j'avais gagné la partie.

La partie ? Quelle partie ? Réussir à la faire ignorer Shannon - cela c'était chose faite, ni elle ni moi n'avions réagi à sa voix, et qu'il aille au diable avec ses supplications - et surtout à la faire revenir vers moi. Lui faire comprendre que je ne me moquais pas d'elle, que je ne la manipulais plus, cela viendrait avec le temps, je ne pourrais y changer grand-chose en une seule conversation et je le savais pertinemment. Je l'avais blessée trop profondément. Mais cela viendrait forcément, avec le temps, n'est-ce pas ? Du moins, je l'espérais. J'aurais dû me douter qu'il y aurait davantage de problèmes lorsque je vis ses prunelles vertes égarées se reprendre et me poignarder de leur colère.

La chose qui était certaine, c'était que je pensais en toute logique que l'obstacle majeur à un vrai couple viendrait d'elle et de sa méfiance. Certainement pas de moi et de ma jalousie. Ma jalousie qui en prit sérieusement pour son grade lorsqu'elle reprit la parole d'une voix ironique que je ne connaissais que trop bien. Elle l'avait héritée de moi. Elle était beaucoup trop bonne élève à mon goût, d'ailleurs. Je savais depuis longtemps que j'avais une mauvaise influence sur elle, je ne pensais pas que cela se retournerait contre moi.

Je ne sus pas quoi répondre. Que pouvais-je dire ? Que pouvais-je dire après avoir appris que la femme dont j'étais fou amoureux, envers laquelle j'étais si possessif, avait couché avec mon ancien meilleur ami et mon pire ennemi, celui qui avait torturé ma fille, qui avait attaqué la Communauté ? Là tout de suite, je ne savais trop qui j'avais envie de tuer, elle ou Armando. Je ne pouvais imaginer ce salaud d'enfoiré en train de coucher avec mon Inessa, si douce, si frêle. Quoique plus si frêle depuis qu'elle avait vécu ces quelques semaines à mon contact à la Communauté, mais passons. Est-ce que Katarina m'en voudrait si je me lançais dans une mission suicide en débarquant comme une fleur au QG des Hors-la-Loi ? Elle n'apprécierait sans doute pas de perdre son père aussi stupidement. Elle apprécierait certainement encore moins de savoir que je l'avais tué pour une simple histoire de jalousie alors que je n'avais même pas été capable de le faire pour la venger. J'écartai cette idée pour l'instant.

En fait, la seule réaction que je parvins à avoir fut d'éclater de rire. Parce que ça me semblait tellement absurde ! Et nul doute que si elle n'avait pas senti ma main se crisper dans son dos et se refermer en un poing serré, elle aurait cru que je ne la prenais pas au sérieux. Je cessai de rire aussi brusquement que j'avais commencé et lui empoignai les bras sans doute un peu plus fort que je ne l'aurais voulu, ignorant la douleur qui explosa de nouveau dans ma main droite :

- Tu n'as pas pu faire ça. C'est impossible. Jamais tu ne t'abaisserais à finir dans le lit de quelqu'un comme Armando.

C'était quelque chose dont j'étais convaincu avant aujourd'hui. Maintenant, c'était plus quelque chose à laquelle j'aurais désespérément voulu croire sans y parvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   Dim 10 Avr - 18:32

Quelque part, je regrettais d'être là aujourd'hui. D'assister à cela. De voir une fille bien tomber sous le charme mensonger d'un salaud de plus, qu'elle avait tenté de fuir. Le voir s'emparer d'elle avec tant d'assurance me donnait la nausée. J'avais envie de partir, de les laisser là, tous les deux et de retrouver les bras de ma Sharon. D'oublier tout cela. Hélas, les choses étaient loin d'être aussi simples et j'avais trop d'intégrité pour simplement me lever et abandonner Inessa à son sort. Alors même que je savais mes efforts de l'éloigner de lui vains. Que pouvais-je bien faire?

Inessa reprit la parole, annonçant que c'était Venezzio le père de son enfant. Je connaissais ce nom, celui du parrain local. Un homme sans scrupules, qui détenait New-York dans le creux de sa main et y faisait régner sa loi. Et la terreur. Sharon et moi ne savions que trop que nous devions nous méfier des gars et cet homme. Prostitution, trafics de drogue, d'armes... Meurtres à gogo pour intimider ou punir. Un vrai méchant de film. Qu'il ne valait pas mieux croiser.

Je jetai un regard à Alexeï qui resta totalement ahuri. Avant d'éclater de rire. Un rire qui laissait penser qu'il ne croyait absolument pas à ce mensonge. Ou essayait de s'en convaincre. Alexeï et Venezzio se connaissaient-ils de façon plus intime? Des associés? Le mafieux italien et le mafieux russe... Ahah, c'était presque trop parfait. A moins qu'Armando n'ai déjà nui à Alexeï? Je n'en savais rien, nous n'avions pas parlé de cela avec Inessa.

Il cessa de rire et agrippa alors Inessa d'une façon qui me déplut, proférant des paroles qui me plurent encore moins. Je bondis alors sur lui, m'emparant de son bras, lui faisant lâcher prise pour ensuite, prendre sa main que je savais maintenant blessée dans la mienne, serrant pour lui faire mal, avant de répliquer implacable :

- "Elle a bien couché avec toi."

Je crachai ces mots, lui tordant le bras pour le forcer à se mettre à genoux.

- "Sois encore une fois brutal avec elle et je te casse le bras."


Je le lâchai soudainement, balançant quand même un coup de pied vers ses côtes, avant de sortir à mon tour mon arme et de la pointer droit sur lui, le dissuadant ainsi de commettre un meurtre que je savais inéluctable en croisant son regard glacial. Je m'adressai ensuite à Inessa, dans la regarder :

- "Qu'est-ce que tu veux faire, Inessa? Il va falloir choisir. Ou je le mets dehors et je t'emmène là où il ne te retrouvera jamais... Ou je m'en vais et tu restes avec lui."

J'espérais de tout cœur qu'elle choisirait la première option. Mais mon instinct me soufflait que toute haineuse qu'elle fut pour le père de son enfant, elle n'en demeurait pas moins désespérément amoureuse. Et s'il lui faisait miroiter le paradis avec lui, elle ne saurait pas résister. Cette décision ne m'appartenait pas. Malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
See me in the shadows [PV Inessa, Shannon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiches techniques: Les vertus (hors shadows)
» City of Shadows
» [SOI] Shadows over Innistrad
» [LEG] MB Shadows
» Shadow Hunter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: Parias-
Sauter vers: