AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just wake up ! [PV Armando]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Just wake up ! [PV Armando]   Mar 25 Jan - 3:00

Quoi que je fasse, quoi qu'il se passe, invariablement, toutes les nuits, alors que je m'écroulais de fatigue répétée et augmentée par les séquelles me restant des bombardements, automatiquement, je faisais des cauchemars. Ils étaient invariables et je revisitais toujours les mêmes souvenirs de ma vie, le plus ancien étant ma malheureuse Sonja étendue dans un lit froid d'hôpital, des blessures sur tout le corps, yeux fermés, expression neutre. Morte. Katarina revenait aussi à intervalles réguliers ; je la revoyais me dire qu'elle s'en allait, qu'elle m'abandonnait pour aller vivre à New York, et j'entendais sa voix suppliante et terrifiée sous les bombes alors que nous étions au téléphone. D'autre épisodes s'y étaient ajoutés, dernièrement : Inessa me quittant, Inessa dans les bras d'un autre. Ethan, Ethan en toutes circonstances, Katarina avec Ethan, Katarina me criant qu'elle le préférait à moi, que jamais elle ne cesserait de l'aimer malgré tout ce qu'il pouvait lui faire, contrairement à moi. Shannon m'annonçant froidement que je ferais mieux de repartir, que je ne pourrais jamais faire que du mal à Inessa. Armando me souriant ironiquement et m'abreuvant de mensonges, m'empêchant irrémédiablement de le tuer malgré les suppliques de ma fille.

Armando.

Il revenait de plus en plus souvent, celui-là. Il était là presque chaque nuit depuis l'attaque qu'il avait lancée contre la Communauté. Chaque nuit, je revivais ma lâcheté et j'étais incapable de m'en défendre. Je ne pouvais m'empêcher de dormir, mais je ne pouvais empêcher ces cauchemars. Il m'avait coincé, acculé, dans mon propre esprit et sans même le savoir, il continuait à me harceler. Chaque matin, je me réveillais épuisé ; en ce moment, ces maudits rêves étaient bien plus éprouvants, même si j'ignorais pourquoi. J'aurais simplement voulu être capable de m'en défaire. Si je l'avais osé, j'aurais réclamé des somnifères à Katarina. Mais je savais qu'il y en avait peu et qu'ils devaient servir à des causes plus urgentes. On ne pouvait plus s'en servir simplement pour réguler un mauvais sommeil, on n'avait plus un stock illimité à notre disposition comme auparavant où il aurait suffi de signer un chèque. De toute façon, je dormais déjà trop ; ce que j'aurais voulu, c'était dormir d'un sommeil sans rêves.

Pour dormir d'un sommeil sans rêves, il aurait fallu que j'éradique le sujet de mes cauchemars. Je ne pourrais pas ressusciter Sonja, je ne pourrais vaincre l'amour d'Ethan et Katarina, prouver à Inessa que je pouvais lui apporter quelque chose de bon serait long et fastidieux. En revanche, pour effacer ce sentiment permanent de faiblesse et de lâcheté, il n'y avait pas grand-chose à faire. Simplement tuer Armando. Ce n'était pas très compliqué. Aussi m'étais-je retrouvé dans le QG des Hors-la-Loi, comme ça. Je ne savais plus trop comment j'avais réussi à y parvenir et y entrer sans encombre, mais enfin, l'important était que c'était fait. Il serait tellement facile de trouver son bureau ; j'avais l'habitude des divers lieux où nous étions autrefois, tout était toujours agencé de la même manière pour simplifier les choses. J'entrai sans plus de cérémonie et le trouvai assis à son bureau. Je fus immédiatement frappé par ce qu'il tenait entre ses mains. Des photos. Des photos de nous. Nous, c'est-à-dire Inessa enceinte et rayonnante, heureuse, Katarina enceinte également et berçant doucement Lena, des photos de moi tenant Inessa dans mes bras, une main sur son ventre arrondi. Je me stoppai immédiatement, interdit.

Comment avait-il eu ces photos ? Comment nous avait-il retrouvés à Elizabethtown ? C'était impossible. Nonobstant le fait qu'il était impossible ou presque d'avoir des photos de nos jours, il était aussi impossible qu'il ait déniché notre nouvel abri. Il regardait d'un air très intéressé la photo d'Inessa et moi, et je vis qu'il la comparait à une photo beaucoup plus vieille : celle de Sonja, Katarina bébé et moi-même, la photo que j'avais toujours gardé dans ma poche, la photo que j'avais offerte à Katarina, la photo que j'avais laissé sur le bureau dans la pièce que j'avais autrefois partagée avec lui. La photo qui avait montré à Inessa sa ressemblance avec Sonja, et Armando était visiblement en train de se faire la même réflexion. Je marchai d'un pas vif sur lui et balayai du revers de la main tous les clichés qui s'éparpillèrent au sol. Et je l'ai pris par la gorge, enserrant mes deux mains autour de son cou - soudainement, la droite n'avait plus ni marques ni bandages - l'étranglant purement et simplement. J'allais le tuer pour son voyeurisme, son harcèlement, toute la torture psychologique qu'il nous infligeait à tous. Peu m'importait l'avoir tant aimé autrefois ; aujourd'hui, je ne pensais pas pouvoir haïr plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Dim 6 Fév - 0:56

Je devais dire que ça me piquait. Assez fort, sur la nuque, entre l’endroit où mes cheveux s’arrêtaient brusquement, coupés par les soins des femmes qui n’étaient bonnes à rien d’autre, et celui où mon veston noir s’arrêtait. Je tirai sur la clope qui dépassait toujours de mes lèvres et expirai un long coup, expédiant de la fumée en grande quantité dans la pièce. Je savais ce que maman aurait dit. Pas ici, Armando, ça va détruire les murs de ton bureau. Un mafieux doit avoir un beau bureau. Mais maman était enterrée depuis longtemps, et personnellement je n’en avais rien à foutre. Sarah non plus. Ma ‘’ compagne ‘’ trouvait que ça me donnait un côté encore plus excitant, quand elle ne m’arrachait pas toute seule la cigarette pour en respirer un grand jet elle aussi, ce qui finissait toujours de la même façon : j’écrasais la fumée contre mes lèvres. Je prenais le tabac à même ses lèvres charnues. C’était mieux, plus goûteux, plus jouissif. Ça finissait toujours de la même manière, mais pour une fois je ne m’en plaignais pas. J’aimais cette histoire, tant qu’elle comportait beaucoup de cul et peu de promesses.

Alors que je portais mes doigts à mon cou, grattant sans ménagements la peau irritée en maudissant le médecin qui m’avait prévenu d’une toute petite voix que ‘’ les médocs pour soigner votre jambe assèchent la peau, il y aura probablement des démangeaisons’’, j’entendis un léger bruissement venant de sous la porte. Levant les yeux, j’aperçu une enveloppe brune avec des lettres moulées formant mon prénom qui s’était glissée dans mon bureau. Je m’en approchai en souriant, parce que je savais ce que c’était. J’avais demandé il y a quelques temps des photos de tout ce qui avait rapport à mon ex-associé. Je voulais trouver la faille qui me permettrait de le détruire, et on détruisait toujours mieux ce qu’on connaissait comme notre poche.

Ce que j’y trouvai me combla bien plus que je ne l’imaginais. Katarina, son enfant, son mari, Alexeï : ça, c’était prévisible. Mais la femme, la toute petite femme dont le regard plein d’amour se portait sur mon ancien meilleur ami, voilà qui était intéressant. Elle ressemblait traits pour traits à son ancienne poulette, sauf qu’elle, elle était vivante. Vivante et enceinte, par-dessus le marché ! C’était à exploiter. Un hasard qui avait surement dû faire peur à ce cher Axi… J’en eu un sourire carnassier.

Parlant de hasards, l’autre connard profita de ce moment pour se ramener dans la pièce. Je le regardai, bouche-bée et satisfait. Voilà, il avait fini par comprendre où était sa vraie place… à mes pieds, à licher le boss, comme tout le monde ! Ouais, enfin, c’était pas tout le monde qui étranglait le boss non plus.

Je me débattis tant bien que mal, mais je devais dire que ça ne faisait même pas mal. Je n’étouffais pas vraiment, on aurait plutôt dit que je m’endormais rpogressivement. Menteurs, ceux qui disaient que je tuais violemment. La mort était douce et aimante, les seuls qui s’en plaignaient, ils étaient vivants ! Fallait pas chercher, j’aidais des dizaines de personnes à enfin trouver la paix et le silence. Moi, j’endurais des imbéciles toute la journée et je ne m’en plaignais pas, nan ?

Bref, agréable ou pas, j’avais pas envie de crever non plus. Je rassemblai toutes mes forces et envoyai un coup de poing en plein dans le ventre de mon cher russe. Je visais un peu plus bas, mais bon, on fait avec : ça marchait quand même. Il me lâcha un peu et je reculai en souriant toujours. Ma cigarette toujours allumée, je pris le bout et une photo, brûlant le visage de sa femme. Menace silencieuse mais sérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Dim 27 Fév - 14:39

[Je suis tellement dans les vapes que je me suis dit que ça le ferait bien pour l'ambiance d'un RP-rêve x') Ceci dit, tu m'excuseras, c'est un peu court et bizarre du coup scratch ]

Je n'avais pas spécialement l'impression que ça le dérangeait. Il semblait plutôt blasé finalement, un peu comme s'il s'y attendait. Eh oui, Alexeï, tu me prends pour un imbécile ? J'ai torturé ta fille, j'ai dévasté sa vie, uniquement parce que tu m'avais trahi, tu crois peut-être que je ne savais pas que tu viendrais ? Bon, ce n'est pas que je m'ennuie mais j'ai autre chose à faire, tu veux bien arrêter de me tuer ? Non ? Très bien, je vais devoir employer la manière forte alors... Crois bien que cela me désole !

Le coup de poing qu'il m'asséna me coupa le souffle et me fis le lâcher, à mon grand dam, ce qui était très certainement l'effet escompté puisqu'il se désintéressa de moi immédiatement après. Oh non, je le connaissais par cœur, mon Armando ; il ne s'acharnerait pas sur moi pour me tuer en dix minutes, il prendrait son temps, me menacerait, me torturerait peut-être un peu, et ferait durer le plus possible l'instant où je serais à ses pieds. C'était comme cela qu'il se vengeait, et que je fus son ancien meilleur ami ne changeait rien à la règle, l'aggravait même certainement. Évidemment, le point était que moi, je n'avais absolument pas l'intention de subir ça. En fait, je pensais plutôt être celui qui lui ferait connaître sa si merveilleuse technique.

Mais naturellement, j'avais beaucoup plus de points faibles qu'Armando. J'en avais toujours eu, ce qui ne m'avait jamais dérangé à partir du moment où il était le seul à les connaître. Et à en juger par les photos qu'il avait, il avait pris connaissance des nouveaux en plus des anciens. Un frisson de terreur me traversa lorsque je le vis écraser sa cigarette sur le doux visage de mon Inessa. Ma femme, enceinte. A laquelle il était strictement hors de question qu'il touche un seul de ses cheveux ! Il me semblait important de le lui dire là, tout à coup.

- Tu ne la toucheras pas. Tu ne la verras jamais.

Pour le coup, j'avais oublié qu'elle était enceinte de lui et non de moi. Il me paraissait évident que quelqu'un comme Inessa n'avait jamais seulement posé les yeux sur un être aussi abject que mon ancien associé. Elle attendait MON enfant, je l'aimais plus que tout, sans doute même plus que Katarina - ce qui était une nouveauté à laquelle je ne m'étais pas encore fait, d'ailleurs - et je la protégerais coûte que coûte, quoi qu'il advienne. Je devais protéger Katarina et son enfant à naître, Lena, Inessa... Ça commençait à faire beaucoup de monde. Mais cela ne me poserait pas trop de difficultés puisqu'il ignorait où nous étions, n'est-ce pas ?

- De toute façon, tu ne sais pas où les trouver. Aucune d'elles.

Mes trois petites poupées, mes trois jolis trésors. Il me vint soudain à l'esprit qu'il risquait fort de vouloir m'arracher l'endroit où nous avions déménagé. Flûte, j'allais avoir mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Mar 8 Mar - 16:15

La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance. Sur les étapes décisives de ce chemin tortueux, je penchais sur la haine pour ce qui était de mon ancien associé. La peur il y avait longtemps qu’il l’avait surpassée, quelque part entre le moment où il m’avait fui et le moment où il avait retrouvé sa fille détruite. À ce moment là, la colère l’avait envahi, jusqu’au moment où il m’avait découvert ici avec les photos de ses êtres aimés. Sans compter la petite escapade que j’avais faite dans son trou miteux où se terraient des dizaines d’idiots au grand cœur.

J’attendais toujours avec impatience le moment où l’esprit bascule dans la souffrance totale. C’était mon instant préféré, parce que le retour n’était alors plus possible, évidemment. Une peur se guérit, la colère se ternit et la haine se mue peu à peu en acceptation. Mais qui peut oublier qu’il a mal ? On change une souffrance pour une autre, s’imaginant un instant qu’on a progressé, mais c’est faux, totalement faux. Et la prochaine étape, c’est la folie. Ce que j’adorais torturer des âmes fragiles, les maintenir des mois durant sur le mince fil, tels des funambules, hésitants à tomber entre les bras de la douce mort ou à vivre de démence. Oui, la frontière était très mince. Parfois je perdais des gens, parfois certains se mettaient à entendre des bruits qui n’existaient pas, mais mes préférés étaient ceux qui crevaient en me fixant droit dans les yeux. J’admirais ce courage, ce refus, mais j’aimais aussi pouvoir dire à tout le monde que c’était vain. Regardez ! Regardez cet homme qui ne voulait pas de moi, regardez comme il meure joliment de mes mains aujourd’hui.

Et tout ça, Alexei le savait. Il connaissait mieux que quiconque mes méthodes préférées pour torturer. Alors, s’il n’était pas là pour me rejoindre, il allait passer par toutes les étapes classiques : hurler, pleurer, implorer, crever. Alors je n’avais pas grand-chose à foutre de ses petites menaces en l’air. J’avais une arme, lui pas. J’étais fort, lui pas. Je n’avais pas de faiblesses.

Sarah n’était pas une faiblesse. Elle baisait bien, mais je me remettrais de sa perte. Comme je m’étais remis de la perte d’Alexei. Les gens ne comptaient pas à mes yeux, s’ils n’étaient pas à mes pieds.

- Pourtant il a bien fallu qu’on les voit pour avoir ces jolies petites photos, non, Axi ?

Je souris moqueusement, voyant son visage se décomposer à toute vitesse. Il réfléchissait, c’était évident, mais il ne trouverait pas de réponses. J’ignorais où on avait trouvé ces pictogrammes, mais je le saurais bien assez tôt comme ça.

- Et puis sinon, tu peux toujours me le dire, hein, mon très cher ami…

J’expirai une nouvelle bouffée de fumée dans les airs, levant un sourcil pour lui faire signe qu’il avait intérêt à me répondre là, tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Jeu 14 Avr - 13:34

[J'aime ce genre de RP.]

Le fait qu'il m'appelât par le surnom qu'il m'avait attribué il y a si longtemps me mit en rage. Un surnom, c'était quelque chose qu'on donnait à un proche, à un ami, et je ne voulais plus être son ami, je ne voulais plus qu'il m'appelle comme ça. Moi, je l'avais toujours appelé Armando, son prénom, simple, sans fioritures, fidèle à ma haine des diminutifs. Je l'avais toléré de sa part parce que ce n'était pas le surnom accolé habituellement à mon prénom, simplement un raccourci qui lui était venu comme ça. Mais désormais, je ne tolérais plus rien du tout venant de lui. Même une façon de m'appeler un peu particulière. Cette simple idée m'avait tellement mis en colère que je n'avais même pas eu peur des paroles qui avaient précédé. Je n'y réagis même pas. En revanche, sa phrase suivante acheva de me mettre en colère.

- Je ne suis pas ton ami. Encore moins ton très cher ami. Tu n'as pas à m'appeler comme ça. Et je ne te dirai jamais où elles sont.

Torture-moi, menace-moi, jamais je ne te dirai quoi que ce soit à leur propos. L'amour que j'éprouvais pour Katarina et Inessa était à la hauteur de l'ire qui irradiait en moi à son égard, et je pouvais bien mourir à leur place s'il le fallait.

Mais si je mourais, est-ce que Katarina ne serait pas triste de perdre son père si peu de temps après l'avoir retrouvé ? Et qui s'occuperait d'Inessa ? Elle était enceinte. On allait avoir un bébé. Elle n'allait pas s'en occuper toute seule, il fallait que je l'aide. Je devais veiller sur elle, et je voulais connaître notre enfant. Autant de raisons qui faisaient que je ne pouvais pas simplement me laisser tuer par mon ancien meilleur ami. En même temps, si je voulais vivre, la solution était que je lui indique où trouver ma femme et ma fille adorées. Problème. Du coup, il faudrait peut-être que je le tue, lui. Oui, et d'ailleurs, à l'origine, c'était pour ça que j'étais là, en fait. Alors pourquoi était-il encore bien vivant ?

- De toute façon, un de nous deux va y rester. Et ce ne sera pas moi. Parce que comme tu peux le constater - je désignai la photo d'Inessa enceinte - j'ai quelques responsabilités qui m'attendent. Et comme tu ne comptes pas me laisser partir comme ça, je vais bien être obligé d'en finir avec toi...

Logique implacable. Bon, maintenant, il fallait que je réussisse à le tuer. Le problème était évidemment qu'il était sacrément avantagé par rapport à moi. On était chez lui. J'aurais voulu être à Elizabethtown. Là-bas, il serait perdu. Il n'aurait aucun de ses hommes. Je réalisai soudain que nous n'étions pas dans son bureau, mais dans ma chambre, là-bas, là où nous venions de déménager. Je pris immédiatement l'arme rangée dans un tiroir et braquai Armando. Et voilà, je n'avais plus qu'à tirer. Sauf qu'Inessa choisit ce moment précis pour entrer dans la chambre.

- Tant que tu pointeras ça, je ne t'écouterai plus ! s'écria-t-elle rageusement en posant la main sur mon pistolet.

Eh oh, ça va, c'était Armando là, pas sa tapette de copain, Shannon le beau, le juste, l'aimable et le parfait ! Néanmoins, en poussant un gros soupir, je baissai ma main.

- Franchement, Inessa, ce n'est pas le moment. Va te reposer, ça vaut mieux. Laisse-moi régler ça tout seul !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Sam 23 Avr - 19:45

Ben tiens, il en avait des beaux principes lui. Je fais semblant de rien, mais en fait j’étais un aussi grand connard que tu l’es aujourd’hui, mais il faut surtout pas que ma fille le sache. Haha. Géniale, la blague. Encore qu’il avait pas l’air de s’en rendre compte, mais bon. J’avais une subtilité qu’il n’aurait jamais, le pauvre. Je m’en fichais pas mal, c’était juste quelques secondes de plus. Trouver sa chérie, la petite qu’on avait torturé aussi, son mari qui sait ? Une affaire qui serait vite réglée. Et après avoir liquidé toute la famille, Alexei y passerait aussi. J’espérais qu’il me supplierait de le faire, juste pour le plaisir de le posséder entièrement juste un instant.

- Hôpital, charité, blablabla. Tu n’as pas pu me tuer la dernière fois, tu n’y arriveras pas plus aujourd’hui. Ta chère Katerina n’est pas là pour me flinguer, cette fois.

Un grand rire m’échappa quand la porte s’ouvrit. Encore mieux que ce que je pensais ! Je n’aurais même pas besoin de chercher sa poupée gonflable ambulante, c’était elle qui se découvrait toute seule. En suppliant mon ex-associé de baisser l’arme qu’il pointait si gentiment sur moi. À crever de rire. Donc, résumons : sa chérie préférait que je les bute tous que son conjoint tienne une arme ? Ridicule. Sa vie avait très mal évolué, c’était tout ce que je pouvais conclure. Je pris sur moi de remercier cette petite salope, elle m’avait vraiment fait plaisir, ce qui était rare chez les femmes.

- Inessa, c’est bien ça ? Vous êtes fantastique, très chère, vraiment. Si j’avais su, je vous aurais prise à la place d’Axi, quelque chose me dit que vous auriez été très utile.

Évidemment, il fallait que l’improbable arrive. Que, juste au moment où je touchais la main de cette femme parjure, Sarah rentre comme une furie dans la pièce. Franchement, j’étais quoi moi pour elle ? Un pantin ? On aurait dit, parce qu’elle se foutait carrément de mes ordres ( de ceux du médecin aussi, tiens). J’hochai la tête en soupirant. On allait avoir une autre conversation, elle et moi, c’était clair. Pas là. Les femmes se liguaient pour nous faire chier, aujourd’hui.

- ARMANDO!! Lâche-la ! Lâche-la! Et apporte moi de la crème glacée, la dernière a fondu!!

En l’ignorant parfaitement, je me tournai vers Alexei avec un sourire malsain au visage, tenant mon revolver innocemment, caché dans les poches de mon veston.

- Je t’échange ma poule contre la tienne quand tu veux. Enfin, à condition qu’elle baise bien.

Un léger mouvement vers la droite m’évita de recevoir encore une fois le poing de mon associé dans le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Jeu 5 Mai - 11:28

Je jetai un regard blasé à Inessa. Je n'avais même pas le courage de me mettre en colère contre elle, cela ne servirait à rien. Elle n'offrait plus prise à mes manœuvres d'intimidation ou de manipulation. A présent qu'elle savait que son amour était réciproque, elle ne se gênait pas pour m'envoyer sur les roses. Seulement, m'envoyer sur les roses alors qu'elle était enceinte et que je voulais la protéger d'un malade de la gâchette bien déterminé à se venger de moi en me faisant souffrir de toutes les manières possibles et imaginables n'était sans doute pas la meilleure chose à faire.

- Armando, Inessa. Inessa, je te présente le taré qui a torturé ma fille et compte désormais l'assassiner, ainsi que Lena et toi, parce que monsieur a été trop vexé que je le quitte après vingt années de fructueuse collaboration. Ça te dérangerait beaucoup de me laisser gérer ça seul ?

Elle me frappa l'arrière du crâne avec une force de moustique.

- Alexeï Kuryenko, tu crois vraiment que c'est le moment de faire de l'humour ? Débarrasse-moi la maison de ça, et dépêche-toi !

- Mais faire de l'humour dans une situation comme ça, c'est traditionnel, tu n'as jamais éclaté de rire devant les rodomontades de méchants dans un film hollywoodien ? Et puis me débarrasser de lui sans flingue...

Ce n'était pas comme ça que j'allais la convaincre. Bien au contraire, pour être certaine que je n'outrepasserais pas ses interdictions, elle me l'arracha de la main. Inessa, espèce d'idiote ! Quand soudain une arabe enceinte jusqu'aux yeux déboula dans la pièce à son tour. La poule d'Armando ? Qu'est-ce qu'elle foutait chez moi, alors, hein ? Et puis je calculai ce qu'il venait de me balancer à la figure et je lui jetai mon poing à la sienne. Ben forcément, j'avais plus de flingue. Il esquiva et ce fut à ce moment que je reconnus sa copine.

- Sarah ?

J'ouvris de grands yeux éberlués. Sarah, avec qui j'avais couché pendant mes années d'errance, et qui m'avait fait promettre un service quelconque en échange. Son service, elle avait pu se le foutre au cul, je voulais juste me changer les idées, moi, et elle se débrouillait remarquablement bien pour changer les idées des hommes. Affligé, je regardai la crème glacée qui était plus à l'état de liquide que de crème tacher la moquette de ma chambre. C'était pas cool, ça.

- Toujours aussi exigeante, hein ? Mais apparemment, la manière dont tu payes te joue des tours, ajoutai-je en désignant son ventre. J'espère que ce n'est pas moi le père !

J'aurais certainement dû me taire au vu du regard dont me gratifia Inessa.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Ven 20 Mai - 23:51

Les femmes étaient incroyables. Franchement, il y en a qui ont mieux à faire que d’entendre des conneries de bonasses enceintes. Ou de servir de la foutue crème glacée. Limite, je les voyais dans un parc d’enfants avec des hochets en train de brailler pour des conneries. Au moins, les enfants, on pouvait les ignorer en foutant le camp et en les laissant s’essouffler tous seuls dans leurs lits. Des adultes, non. Elles vous suivaient et vous faisaient chier au quart de tour. Quant à moi, à part être un vide-poche ( prendre ici poche dans tous les sens du terme, mesdames et messieurs ! ) elles ne servaient à rien. Sauf peut-être Inessa. Même enceinte comme trois, elle réussissait à mettre Alexeï dans la merde. J’éclatai d’un rire gras, moqueur.

- Le fetit féfé Aliofa devrait écouter sa mama.

Mon regard se posa de nouveau sur Sarah, que je soupçonnais vraiment d’essayer de me faire faire un burn-out. C’était sa punition parce que je ne la baisais plus ? Fallait écouter le médecin, quoi. Et puis, sans vouloir être méchant ( quelle bonne blague ! ) j’étais pas de ces gens qui adoraient les MILF quoi. Ok, Sarah était une sacrée bombe. Je savais aussi que, avant qu’elle revienne, la moitié du pays devait lui avoir rentré dedans. Et puis, les grosses, ce n’était pas dans mes fantasmes.

- Ah, je vois que vous vous connaissez déjà. Rencontres dans un lit King Size, j’imagine ?

Totalement le style de ma chère musulmane. Alexeï ? Putain, c’était loin d’être un sain même s’il exhibait ses bons principes pour l’instant. Quand on était pourri, on l’était toute notre vie. Forcément, il allait refaire un coup foireux un jour. Il voudrait revenir et je lui rirais au nez. Déjà, ça faisait pas dix minutes que j’étais là qu’il essayait de me flinguer. Pas du tout fiable.

- T’inquiète, c’est moi qui gagne le gosse !

Avec un sourire grandissant, je sortis mon arme et la pointai sur mon ancien associé. Je retirai la sureté, fis un petit geste d’au revoir, et visai ostensiblement son cœur.

- Toi tu gagnes la vie éternelle.

Évidemment, c’était sans compter sa bonasse qui me fila un coup de je ne savais trop quoi derrière la tête. Ça m’arracha un juron, le coup parti directement dans le plancher, et madame chiantitude prit l’arme pour la ranger je ne savais trop où.


- T’as déjà fait mieux dans le choix de tes bêtes à baise, Axi !

Nouveau coup dans le dos, cette fois. Ah, tiens. Un rouleau à pâte. Génial.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Sam 4 Juin - 15:22

[C'était plus étoffé et mieux tourné avant, mais j'ai vraiment pas le courage de reprendre le message à fond >.< Enjoy ! (J'espère que Sarah et Inessa aiment aussi *SBAF*)]

- Finalement, je préfère encore Axi, tu vois, soupirai-je, blasé.

Les surnoms m'insupportaient, mais plus encore les diminutifs russes. Et particulièrement le mien, qui était typiquement celui que l'on donne aux gosses de zéro à dix ans. Encore, des surnoms neutres tels que Katia, ou Sasha... Mais Aliocha, franchement ! En plus c'était aussi long que mon prénom d'origine. Et on appelle ça un diminutif ? Ben voyons, comme Natachenka par exemple ? N'importe quoi ! Enfin bref.

- Non non, on avait trouvé un canapé à l'époque. Hé, je n'ai pas vécu dans le luxe comme toi !

Non, j'étais passé de tout à rien après les bombardements. La tentation de le rejoindre avait été forte, très forte, de plus en plus pressante alors que j'avais du mal à trouver de quoi survivre, que l'espoir de retrouver Katarina s'amenuisait de jour en jour, parce qu'après tout, pourquoi m'obstiner à vivre misérablement et dangereusement pour un fantôme ? Mais je m'étais accroché à Katarina, je l'avais retrouvée. Et désormais, mon ex-associé pouvait aller brûler aux enfers, jamais, jamais je ne le rejoindrais !

J'eus un large sourire lorsque Inessa parvint à le désarmer. Hé, elle était bien ma femme, tout de même ! En revanche, j'eus une sale grimace lorsque mon très cher ami l'insulta. Cependant, elle réagit plus vite que moi, me faisant doucement rire.OK, le coup du rouleau à pâtisserie, c'était franchement cliché, mais honnêtement, je m'en foutais. Sarah se mit à hurler, et je fis une grimace - encore un peu plus haut et elle entrerait dans les infrarouges !

- Arrête ça tout de suite ! Hors de question de l'abîmer, je veux pas me démerder avec son môme ! Demande plutôt à ton Alexeï d'aller me chercher de la crème glacée, il m'en doit au moins vingt avec les intérêts !

- Alexeï n'a rien à faire avec une pute comme toi !

- Une pute ? UNE PUTE ?!

Je n'ai pas trop vu qui s'était précipitée sur l'autre, mais je regardai Armando avec une expression blasée sur le visage.

- C'est fou ce qu'elles sont jalouses, quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Sam 11 Juin - 22:58

Un rire gras m’échappa. Je savais bien qu’il n’aimait pas que je le nomme Aliocha, c’était justement une bonne raison pour que je le fasse. S’il s’énervait pour un simple surnom, il était tout simplement trop faible. Comme je le pensais.

- Fallait le dire, j’aurais pu te dénicher un lit au moins.

Il n’empêchait, malgré mes plaisanteries qui en auraient fait rire plus d’un parmi mes fidèles serviteurs, je commençais à trouver le temps long, et les deux femmes qui n’arrêtaient pas d’hurler comme des poules sans têtes m’énervaient beaucoup. Encore, si elles avaient pu se faire discrètes. Elles ne voyaient pas que des hommes étaient en train de parler sérieusement, non ? Alors qu’elles parlaient de crème glacée. Voilà pourquoi je ne m’étais jamais marié et pourquoi je ne m’embarrassais pas avec l’amour. C’était des trucs à vous faire faire n’importe quoi.

- Ce n’est pas fini un peu, non ?


En rageant, je sortis le revolver de poche qui trainait dans ma poche arrière, le pointant sur la femme d’Alexei et ne m’arrêtai pas cette fois. Le sang gicla, une fois, deux fois, trois fois. Elle s’effondra sur le sol et je me mis à rire diaboliquement…

Je me relevai en sursaut, une fine couche de sueur sur le front. Putain de merde, seulement un foutu rêve. Ça m’aurait tellement fait plaisir de pouvoir buter mon ancien associé ou sa femme ou sa fille ou n’importe qui, juste pour leur montrer que je n’étais pas un minable et qu’ils s’étaient tous trompés.

Je sortis du lit et attrapai le peignoir noir qui trônait sur le bureau avant de m’allumer une cigarette en maudissant mon imagination qui me donnait de faux espoirs ainsi. La nuit n’était pas bien avancée, mais je me doutais que je ne pourrais pas me rendormir. J’ouvris la porte et laissai Sarah dormir, préférant me diriger à l’étage pour retrouver une des putes qui serait assez en forme.

Elles l’étaient toujours pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   Mer 6 Juil - 13:38

Ses plaisanteries commençaient à m'agacer, et voyant Inessa qui se disputait avec Sarah, je me disais que j'aurais bien pu lui piquer nos flingues sans qu'elle s'en rendent compte... Je voulais en finir avec lui. Je n'aimais pas ce climat de complicité qui s'installait, même dans les reproches et les moqueries. Je n'eus cependant pas le temps de réagir qu'il sortait un pistolet de sa poche arrière et le pointait sur... Inessa ? Sarah ? Je n'en savais rien mais d'une que ce soit l'une ou l'autre je n'allais pas prendre le risque de le laisser faire et de deux, je ne voyais vraiment pas pourquoi il aurait tué la mère de son héritier. Avant l'accouchement, j'entends.

- Non ! rugis-je en me précipitant sur lui.

J'accrochai son bras, le forçant à viser le sol, mais c'était trop tard, et je blêmis alors que je voyais Inessa pâle comme la mort, parce qu'elle était morte, allongée sur le sol, ensanglantée - exactement comme Sonja, comme Sonja... La fureur qui m'emplit brutalement était telle que je n'eus soudainement plus conscience de rien, mises à part deux choses : le corps de ma femme gisant au sol et son meurtrier qui se tenait là, juste à côté de moi.

- JE VAIS TE TUER ! JE VAIS TE TUER ! m'écriai-je en lui arrachant le pistolet des mains.

Mais il était déchargé, alors je me mis à le frapper avec la crosse sans qu'il se défende, encore, et encore, et encore, sans même me rendre compte du carnage que je faisais, je frappais, je frappais, je frappais...

Et brusquement je me réveillai en sueur dans mon lit.

Maudits cauchemars.

Je me relevai brusquement et filai directement dans la chambre d'Inessa, ouvrant le plus discrètement possible la porte grinçante. Elle était là, endormie, ses cheveux blonds épars sur l'oreiller et sa main délicatement posée sur son ventre. Un rire amer et silencieux filtra à travers mes lèvres lorsque je me souvins de ce rêve, persuadé que j'étais qu'elle était enceinte de moi, alors qu'elle l'était justement de celui qui l'avait assassinée dans un autre monde. Elle remua légèrement et un nom, un seul, fut murmuré par sa voix endormie et incrédule alors qu'elle me regardait à travers ses paupières encore lourdes de sommeil.

- Alexeï ?

Je poussai un soupir et chuchotai :

- Rendors-toi.

Elle ferma les yeux, déjà rendormie. Je retournai dans ma chambre, le cœur lourd de son absence, et ne me rendormis pas de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Just wake up ! [PV Armando]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just wake up ! [PV Armando]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York Hors-la-Loi-
Sauter vers: