AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ambre.

Aller en bas 
AuteurMessage
Liam Marsden
In love with JUDASavatar

Messages : 130
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 38
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Ambre.    Mar 1 Mar - 20:26


Ambre

starring Aryana Engineer
NOM : Inconnu.
PRENOM :Ambre.
AGE : Présumé six ans.
HABITE : ElizabethTown
Métier


    Bien trop jeune pour envisager un choix de carrière, Ambre n’est qu’une enfant seule et sans famille. Elle vit à ElizabethTown depuis un peu moins de deux ans, parmi d’autres enfants à présent orphelins.

Physique


    Ambre est normalement proportionnée pour une enfant de son âge : Relativement petite, plutôt mince, elle est de toute évidence en bonne santé même si elle demeure fragile. De fines boucles châtains lui arrivent au niveau des épaules, par jour de soleil il est possible d’apercevoir de doux reflets blonds dans sa chevelure. Son visage ressemble à celui d’un poupon tant il est aimable, de jolies joues bien rondes en dépit des privations, de doux yeux bleus emplis de rires surplombant une fine bouche remplie de petites dents à la blancheur éclatante : Il s’agit là d’une enfant adorable sur tous plans. Et parfois, ses petites mains s’agitent, s’agitent tandis qu’elle éclate de rire pour finalement replacer une mèche de cheveux à sa place d’un geste certain. Pleine de vie, elle n’a de cesse que de jouer et courir partout, explorer le monde bien malgré les bleus et les éraflures que cela peut lui rapporter. Ses genoux, ses mains, sont en effet toujours couverts de griffures et de pansements. Depuis toujours, elle s’habille de ce qu’on lui donne, c’est-à-dire de vêtements de très mauvaise qualité pour la plupart mais cela lui convient, elle n’a que six ans après tout et ne s’inquiète pas de ce genre de détails. Pourtant, elle possède ses couleurs de prédilections, comme le bleu clair ou le rose soutenu, et fait souvent les yeux doux pour qu’on lui donne ce qu’elle désire. Eh oui, Ambre sait obtenir ce qu’elle veut mais la plupart du temps cela se fait en douceur, après tout qui pourrait résister à ce petit bout ? Son visage détient une harmonie et un caractère propre à l’enfance qui laissent rarement indifférent. Parfois elle s’amuse à confectionner des colliers ou des bracelets de perles qu’elle passe autour de ses petits poignets, en riant, toujours. Son visage ne connaît que rarement l’injure des larmes ou des caprices, même s’il demeure très expressif et qu’il est possible d’y lire tout ce que l’enfant y ressent, ou presque. Cela compense son incapacité à parler, elle fait passer ses émotions par son corps, les expressions de son visage, avec réussite le plus souvent. Détail particulier de son anatomie : trône d’une manière honteuse une cicatrice épaisse dans le creux de son poignet droit qu’elle doit à des maltraitances.

Caractère


    Ce qu’on peut dans un premier temps dire d’Ambre, c’est qu’il s’agit vraiment d’une enfant pleine de vie, qui rit d’un rien et s’amuse avec n’importe quoi. Elle ne s’ennuie jamais, invente de nouveaux jeux qui peuvent la distraire. Elle est également très douce et très affectueuse, distribue baisers et sourires avec générosité. De nature peu méfiante (envers les adultes), elle se laisse aller à câliner n’importe qui ayant suffisamment de patience pour se laisser faire, et apprécie qu’on lui rende ses démonstrations d’affection même si cela est rare. En effet, malgré son caractère conciliant, agréable, elle demeure très seule, étant rejetée de tous les enfants. Née sourde et muette, il lui est impossible de participer à leurs jeux et conversations, aussi s’est-elle rapidement retrouvée mise de côté, et parfois humiliée. Ces chicaneries ont laissé chez elle un profond traumatisme, une peur constante d’être abandonnée tout comme elle a été abandonnée de ses parents. Même si en général les adultes l’apprécient car elle n’est pas encombrante et agréable à vivre, personne ne l’a jamais adoptée. Ce n’est pas une petite fille peureuse lorsqu’il s’agit de partir explorer les alentours ou rencontrer de drôles d’animaux, pourtant elle déteste plus que tout se trouver en la présence d’enfants de son âge. Elle les craint, les évite, et se réfugie plutôt dans les jambes des adultes. D’ailleurs, elle préfère largement rester avec eux que rester seule trop longtemps, nécessitant beaucoup d’affection. Malgré son handicap qui l’enferme dans une certaine forme de solitude, Ambre développe peu à peu des qualités artistiques qui lui permettent de communiquer avec le monde. Oh, pas des œuvres d’art, mais quelques dessins plutôt réussis pour une enfant, elle affectionne également les perles et s’en confectionne des bijoux plus ou moins agréables à regarder. De ses petites mains maladroites elle essaye, déjà, de partager ses goûts et ses peurs. D’un caractère facile, elle ne se fâche que rarement et conserve le plus souvent ce doux sourire qui éclaire son petit visage. En fait, pour vraiment la pousser à bout vous ne pouvez faire que deux choses : La première, la forcer à rester avec d’autres enfants. La deuxième, l’emmener dans une cuisine…

Liens

Elizabeth Mitchell: Ambre s’est particulièrement attachée à sa maîtresse d’école, qui, à force de patience, lui apprend doucement à lire et écrire. Elle apprécie sa douceur et son air un peu maternel, chose qui lui manque tout particulièrement. Parfois elle se risque à lui faire des dessins en espérant qu’elle les aimera, que cela lui fera plaisir. En effet, l’enfant accorde une importance toute particulière à cette personne et tente du mieux qu’elle peut d’être une bonne élève afin de ne pas la décevoir, puisque cette dernière semble fournir de gros efforts pour l’aider en dépit de son handicap. Ambre a bien conscience d’être difficile, et tente de compenser ses inaptitudes à la parole et à l’écoute par beaucoup d’affection.

Les adultes: D’une manière générale, elle les apprécie et traîne dans leurs jambes à chaque fois qu’elle le peut. Elle essaye d’apprendre des choses, de communiquer, d’être agréable pour, au fond, que quelqu’un la garde avec lui. Ses nombreuses escapades parmi le monde adulte reflètent sans doute ce besoin, oppressant, d’être aimé par quelqu’un.

Les enfants: Impossible de jouer, rire, ou discuter avec les autres enfants de son âge. Rester avec eux provoque chez Ambre une peur panique qui résulte d’un profond traumatisme, encore trop vif sans qu’elle n’en connaisse réellement la cause. A chaque fois qu’elle le peut, elle s’éloigne et préfère rester seule plutôt qu’avec eux, quitte à passer des journées solitaires. Même si elle aime rire, jouer, dessiner, mieux vaut le faire seule que de risquer de nouvelles moqueries…



Histoire


    Qu’importe le milieu social, la structure familiale, les vices de chacun : Le malheur n’épargne personne.

    Une charmante petite maison, un jardin verdoyant prêt à accueillir un enfant, les parents de Ambre désiraient réellement ce bébé qui allait pouvoir s’épanouir normalement. Tel en aurait du moins été le cas si le bébé en question n’était pas né sourd, handicap que l’on ne détecte pas avant la naissance. Enorme déception du père, tristesse infinie de la mère, comment cette histoire aurait-elle pu se finir ? Très rapidement, les médecins comprirent que l’enfant serait également muet et que cela ne changerait sans doute jamais, enfonçant le couple dans une peine encore plus grande. Un enfant, oui, mais un enfant normal, ne cessait de répéter le père qui peu à peu s’éloignait de sa femme. Le couple se vit divisé par ces bien tristes nouvelles, encore davantage lorsque finalement la question de l’abandon fut mise sur le tapis. L’homme ne voulait décidemment pas de cet enfant qui à ses yeux ne représentait rien d’autre qu’un handicapé à traîner, la femme aimait cependant son bébé et désespérait de voir son mari si radical. Les semaines passèrent, cette petite fille nommée Ambre rentra finalement avec ses parents chez elle, ignorant tout des plans qui se tramaient. La décision de son père était inébranlable, impossible à freiner en dépit des supplications de toute sa famille : Il ne voulait pas de cet enfant, point final. Très vite l’ultimatum fut posé, c’était soi lui soit elle et finalement, que pouvait objecter la mère ? Il existe des mères qui sont prêtes à tout pour leur enfant, celle-ci n’en faisait malheureusement pas partie. On se renseigna, tout de même, sur les orphelinats proches, les parents adoptifs en prévision, les formalités quant à l’abandon d’un nourrisson mais cela n’était que poudre aux yeux, qu’un moyen d’attendre un peu l’échéance finale. Le mari voyait très bien ce que sa femme cherchait à éviter et, un soir durant lequel il ne tint plus, il attrapa la petite Ambre et la déposa, sans plus de manières, à l’orphelinat le plus proche situé près d’ElizabethTown. La petite passa la nuit dehors et ne fut retrouvée que le lendemain matin, transie de froid, affamée, par une des sœurs s’occupant de cet établissement. On ne savait rien d’elle, si ce n’est son prénom qui avait été cousu sur sa petite couverture par la mère, dans le dos de son époux. Ambre Rosenthal, née le 29 novembre 2006 et abandonnée par son père le 9 janvier 2007. Mais qui pouvait le savoir ?

    Ce genre d’histoire est banal. Combien de parents ont-il été déçu en apprenant que leur enfant ne sera jamais comme tous les autres ? Combien prient pour que cette infortune ne les touche pas ? Et pourtant c’est arrivé, il fallait désormais payer les pots cassés. C’est Ambre qui trinqua, élevée à la va vite dans un orphelinat surchargé, parmi tant d’autres enfants qui comme elle n’avaient plus personne. Les sœurs de l’orphelinat avaient beau faire de leur mieux, cela ne suffisait pas. Impossible d’éduquer tant d’enfants dans de telles conditions, beaucoup finirent dans les très basses couches de la société, livrés à eux même dès leurs 16 ans. Mais pour l’instant, Ambre n’est qu’un bébé. Elle grandit du mieux qu’elle pu sans jamais entendre ni parler, enfermée dans un monde de silence duquel il lui était impossible de s’échapper. Les premières années de sa vie furent compliquées, elle manquait de tout et plus particulièrement d’attention jusqu’à ce qu’on ne la remarque vraiment. A son arrivée rien ne laissait présager son handicap, personne n’était au courant mais très vite on comprit pourquoi cette enfant était si silencieuse, si discrète. Elle était muette, tout simplement. Une des sœurs la prit alors sous son aile et se chargea de son éducation, lui apprenant le langage des signes afin qu’elle puisse tout de même communiquer. Malheureusement, personne appart elle ne connaissait cette forme de langage, cela ne brisait donc pas les murs fortifiés de la prison d’Ambre. Vers ses quatre ans on lui apprit également à lire sur les lèvres, l’enfant y parvenait cependant bien peu. C’est à partir de là que commença une existence de solitude, de jeux solitaires, de cachettes afin d’échapper aux autres enfants, plus âgés, qui se moquaient d’elle. Ambre comprit bien vite qu’elle était livrée à elle-même, et se lia finalement d’affection pour les sœurs uniquement. Elles s’occupaient de la petite handicapée, faisaient plus attention à elle qu’aux autres enfants, dits « normaux », et très vite Ambre devint une petite fille très affectueuse avec elles. Avec le monde adulte elle était douce, rieuse, pleine de joie, mais se cachait des autres enfants et de leurs moqueries. Un jour, un des adolescents l’attrapa, prétextant vouloir jouer avec elle. Sans méfiance à son égard, Ambre accepta, pensant qu’il était bien plus grand que les autres et qu’au final, il ressemblait un peu aux adultes. Pourtant, sa cruauté ne dérogeait pas à celle des enfants. Ce jour là, il entraîna Ambre dans les cuisines et posa son bras sur une plaque chaude, la brûlant sous les yeux amusés de ses copains qui trouvèrent la douleur de l’enfant très amusante. Après d’énormes cloques qu’elle gratta et qui lui firent atrocement mal, elle garda une peur accrue quant aux cuisines, ne s’y risquant jamais, et une vilaine cicatrice à l’intérieur du poignet.

    Lorsque la guerre éclata, l’orphelinat fut quasiment entièrement déserté. Ne restaient que la sœur ayant appris à Ambre à parler le langage des signes, et quelques enfants trop jeunes pour s’enfuir. Les bombardements ravagèrent les environs, si Ambre ne les entendait pas, elle ressentait néanmoins les secousses et voyait les lumières, et éclats de feux qui déchiraient le ciel, un peu comme un orage. La vie à l’orphelinat devint alors plus compliquée encore, tout le monde était constamment effrayé sans qu’Ambre n’en comprenne la cause. Et puis un jour, le bâtiment fut touché. A ce moment là l’enfant se trouvait à l’extérieur, et réchappa donc d’une mort certaine. Elle vit sa seule maison s’effondrer sous ses yeux, et, comprenant que quelque chose d’horrible se passait, s’enfuit, loin, courra jusqu’à suffoquer. Lorsqu’elle s’arrêta, elle se trouvait dans ce qui lui semblait être un village, mais il n’y avait personne. Simple enfant, elle se laissa tomber au sol et pleura en silence, espérant qu’une des sœurs viendrait la chercher, que ses parents la récupèrerait, que quelque chose se produirait. Lorsqu’elle était encore à l’orphelinat, des adultes venaient parfois et emmenaient avec eux des enfants, mais jamais elle. Parce qu’elle n’était pas comme les autres. Elle ne parlait pas, et n’entendait pas. Personne ne voulait d’un enfant comme ça. Personne ne voulait d’elle. Et personne n’allait venir la chercher. La nuit tomba rapidement sans qu’elle ne cesse de pleurer, et s’endormit finalement, le visage baigné de ses larmes salées. Lorsqu’elle se réveilla, elle était dans un lit chaud et propre, plus propre que ceux de l’orphelinat. Des gens l’entouraient, lui demandaient comment elle se sentait mais il lui était impossible de répondre. Seules leurs lèvres lui indiquaient ce qu’ils voulaient mais ils ne savaient pas. Ce fut le moment de sa courte vie durant lequel elle désira le plus fort pouvoir parler, et inconsciemment elle se mit de nouveau à pleurer. Elle avait alors tenté de parler le seul langage qu’elle connaissait, ce langage silencieux que peu connaissaient et bien évidemment, on ne la comprit pas. Mais l’on comprit qu’il s’agissait là d’une petite muette, de toute évidence seule. Les premiers jours furent les plus durs, tout ces gens qu’elle ne connaissait pas… Tout ces gens qui lui parlaient, à tort, et qu’elle n’entendait pas…

    Elle rejoignit rapidement les autres enfants que la guerre avait laissé seuls, cette vie là ne lui changeait pas vraiment. Appréhendant toujours autant la cruauté dont elle avait souvent été victime à l’orphelinat, elle ne se lia d’amitié avec aucun de ses semblables et resta seule. Ses seuls amis sont des adultes, et fort heureusement elle les connaît presque tous. C’est une enfant adorable qui sait se faire aimer, même si son handicap l’a toujours beaucoup désavantager. Elle passa les deux dernières années de sa vie à ElizabethTown, au beau milieu de gens qu’elle dû apprendre à connaître en dépit de ses difficultés à communiquer. Totalement seule, elle trouva refuge dans un endroit pourtant détesté de tous les enfants… L’école ! Ambre adore y aller pour la simple raison qu’elle y apprend à écrire, autre forme de communication qui lui facilite un peu la vie. Bien sûr, elle est encore bien jeune pour savoir écrire correctement mais elle parvient néanmoins à rédiger quelques phrases permettant aux gens de comprendre ce qu’elle cherche à exprimer. Pourtant, qui prête réellement attention à ce qu’elle, justement, exprime ? Personne. Personne n’a jamais réellement fait attention à elle, même si la plupart du temps les gens la regardent avec affection, avec tendresse, qui l’aimerait assez pour l’adopter, en dépit de son handicap ?


Hors jeu


    Comment avez vous connu le forum ? J'y suis déjà.
    Un petit mot ? Ce personnage restera un PNJ. Smile

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Marsden
In love with JUDASavatar

Messages : 130
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 38
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ambre.    Mar 1 Mar - 20:28

Après trois heures de galère, je déclarerai seulement que je n'aime pas les icônes... * sort *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Ambre.    Mar 1 Mar - 20:39

xD Mais quelles icônes ?
Parfait parfait, je verrouille la fifiche ! ♥

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ambre.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ambre.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon surnom, Ambre
» [Recettes] Dagues
» Laboratoire du Tynril [2.0]
» Lullaby, ptite nouvelle!
» La collection d'Ello de Wisly regroupée en un post

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: HERE WE ARE AT THE START :: 
Fiches validées
 :: Citoyens d'Elizabethtown
-
Sauter vers: