AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }

Aller en bas 
AuteurMessage
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Dim 21 Fév - 21:04

Je n'arrivais pas à le croire. Je n'arrivais pas à croire que j'avais fait ça à Ethan. Je lui avais fait ce qu'il m'avait fait plusieurs fois, en sachant parfaitement quel mal cela allait lui faire. J'avais dormi tout contre lui cette nuit, parce que j'étais littéralement à bout de forces. Cela avait été la pire idée que j'avais eu de toute ma vie. Mais je n'avais pas su lui résister. Pour une fois il s'était montré fort et cela avait été plus fort que moi, il avait fallu que je me laisse aller. Si bien que je n'avait pas bien réalisé où j'étais quand je m'étais réveillée. Je ne sais pas trop à quelle heure je m'étais réveillée d'ailleurs. Certainement très tôt, puisqu'Ethan dormait toujours. Et profondément en plus, ses bras passés autour de moi. J'ai hésité un bon moment avant de me décider à m'en aller. Et ce ne fut pas une chose aisée. Il n'avait pas l'air de vouloir me lâcher. Dès que je bougeais, je craignais de le réveiller. Mais finalement, j'ai réussi à m'en sortir. Je me suis assise à côté de lui un moment et je l'ai regardé dormir. Et puis finalement je suis partie, sans un regard en arrière. Lilly avait pensé à venir nous rouvrir. C'était gentil de sa part... Je suis allée m'enfermer directement dans ma chambre, avec la volonté de ne plus jamais en sortir. Ce que j'ai fini par faire, finalement.

Si je n'allais pas à l'infirmerie, Mathilda allait me tuer. À mon plus grand désarroi, j'ai croisé Ethan. Il a voulu me parler, je n'ai pas répondu et j'ai baissé les yeux. Voilà que je l'ignorais... Mais il le fallait ! Cette nuit, je m'étais rendue compte que j'étais faible et que j'allais lui céder encore. Or, j'étais déterminée à ne pas lui redonner d'autre chance. Je me répétais sans cesse qu'il ne le méritait pas, qu'il ne le méritait plus. Je ne devais pas céder... Il fallait que je pense un peu à moi. J'étais enceinte, je ne pouvais pas me permettre de jouer avec mes nerfs ou de me surmener. Il était hors de question que je craque encore une fois. Je m'étais forcée à coller un sourire sur mes lèvres, pour que Mathilda ne me reproche pas d'avoir l'air d'une morte. Je n'avais vraiment pas besoin de ça. J'ai eu de la chance, la matinée avait été assez bien remplie. C'était idiot, mais j'étais bien contente d'avoir quelques bobos à soigner pour une fois. Cela me changeait les idées et c'était une très bonne chose.

Vers onze heures, Isaac avait amené une petite fille, Laura, qui était tombée et qui clamait haut et fort qu'elle avait besoin d'un pansement parce que sinon « ça allait s'infecter et qu'elle allait mourir et mourir c'est pas drôle ». Au moins, elle m'avait fait bien rire et, fait assez rare, Mathilda avait ri aussi. Je lui avais donc mis son pansement, avant de la laisser repartir sur les épaules d'Isaac. À peine avaient-ils franchi le seuil de la porte qu'une ampoule s'est allumée dans mon esprit. J'avais besoin de voir quelqu'un. J'avais besoin de voir Gabrielle. J'avais besoin de ma meilleure amie. J'ai bondi hors de l'infirmerie et j'ai entendu Mathilda jurer et me rappeler. Tant pis, elle attendrait un moment. Elle pouvait bien se débrouiller sans moi un moment. J'ai rattrapé Isaac, en disant simplement que j'avais cinq minutes et que je voulais voir les enfants. C'était une excuse tout à fait stupide, mais peu importe... Vu le nombre d'enfants que nous avions, Isaac n'était pas de trop pour aider Gabrielle à gérer les petits monstres. Vu le brouhaha qui nous parvenait, ce devait être l'heure de la « récréation ». Dès que nous sommes arrivés, j'ai passé ma tête par la porte et j'ai cherché Gabrielle du regard. Elle était assise avec Emma dans les bras. J'ai eu un petit sourire et je lui ai fait un signe. Je suis ressortie et j'ai attendue qu'elle vienne. À peine est-elle arrivée que je me suis mise à parler très vite, comme si j'étais paniquée.

« D'abord, je suis sincèrement désolée de m'être éloignée de toi ces dernières semaines. C'était stupide, tout à fait stupide, surtout que j'aurais bien eu besoin de toi en fin de compte. »

Emma m'a regardé d'un drôle d'air.

« Mais je suis complètement perdue, encore plus depuis qu'Ethan est revenu... Cette fois c'est moi qui l'ai quitté. »

J'imagine qu'elle ne devait absolument pas voir où je voulais en venir. Après tout cela faisait des semaines que nous ne nous étions pas parlé. Et je me rendais compte à quel point cela m'avait manqué. Comme une idiote je m'étais enfermée dans mon mutisme au lieu de parler. Au lieu de parler avec Gabrielle, qui aurait certainement pu m'aider. J'ai fini par soupirer en secouant la tête.

« Le problème, c'est que... Bon, je suppose que ce n'est ni l'endroit, ni le moment de parler de ça, mais... Je suis enceinte, Gaby. »

J'étais enceinte et je ne cessais de souffrir. Hier soir encore j'avais une discussion très agréable à ce sujet avec Ethan. Aujourd'hui, je n'étais plus sûre de rien... Comment allions nous pouvoir élever cet enfant correctement en étant séparés ? Personnellement, la garde alternée ne me paraissait pas vraiment être une bonne idée. Il fallait trouver une autre solution... Mais tant qu'Ethan ne changerait pas, rien ne changerait. Du moins, j'en étais persuadée...

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Dim 21 Fév - 21:49

C'est difficile d'être éloignée de sa meilleure amie, surtout dans les moments difficiles. Cela faisait plusieurs semaines que Kat ne me parlait plus et je n'avais pas insisté auprès d'elle, préférant lui laisser l'espace dont elle avait besoin. Je me doutais qu'elle allait mal puisqu'avec Ethan, ça n'avait pas été simple. Il était revenu, était reparti, était revenu... Et Kat, à chaque, avait décidé de retourner avec lui. Elle l'aimait : Comment aurait-elle pu refuser de retourner à ses côtés? Je sais que moi, j'aurais fait pareil.

Mais voilà : Kat ne me parlait plus. J'en souffrais terriblement, même si comme à mon habitude, je ne laissais rien paraître, sauf devant Isaac. Il m'avait conseillé de parler à Kat mais pour une fois, je n'avais pas suivi son conseil : J'avais trop peur qu'elle me rejette et qu'une dispute éclate. Je préférais la savoir distante mais toujours mon amie, plutôt que de la perdre définitivement. J'aimais trop Kat pour la perdre. Cependant, ma meilleure amie me manquait horriblement.

La matinée s'était déroulée sans aucun problème et les enfants avaient été très sage. Emma avait bien dormi et avec Isaac, nous avions pu nous occuper des enfants en toute tranquilité. La matinée fut un peu plus agitée lorsque, pendant ce que l'on pouvait considérer comme une récréation, une petite fille tomba et se blessa légèrement au genoux. Isaac l'emmena tout de suite à l'infirmerie et c'est ce moment-là qu'Emme choisit pour se réveiller. Je la pris dans mes bras tout en surveillant les enfants qui s'amusaient. Je me mis à sourire doucement, en les observant s'amuser de cette manière : Nous faisions tout pour présercer leur innonce et pour l'instant, y arrivions. J'en étais fière.

Isaac fut bientôt de retour, accompagné... De Kat!

Quand je la vis, j'en fus agréablement surprise. Je me redressai avec Emma dans les bras et Isaac me glissa tout bas qu'il allait s'occuper des enfants pendant que j'allais parler à Kat. Je lui adressai alors un sourire plein de gratitude avant de m'avancer vers Kat. Je dois bien avouer que j'étais un peu stressée : Elle venait me voir, de son plein gré, après plusieurs semaines de silence et j'ignorais de quoi il retournait. C'était peut-être une mauvaise nouvelle... Surtout que Kat avait l'air paniquée puisqu'elle se mit à parler très vite.

« D'abord, je suis sincèrement désolée de m'être éloignée de toi ces dernières semaines. C'était stupide, tout à fait stupide, surtout que j'aurais bien eu besoin de toi en fin de compte. »

Emma a regardé Kat d'un drôle d'air et franchement, je devais avoir à peu près la même tête que ma fille. J'étais très surprise par les mots de Kat.

« Mais je suis complètement perdue, encore plus depuis qu'Ethan est revenu... Cette fois c'est moi qui l'ai quitté. »

Je fronçai doucement les sourcils : Je ne m'étais pas attendu à ça.

« Le problème, c'est que... Bon, je suppose que ce n'est ni l'endroit, ni le moment de parler de ça, mais... Je suis enceinte, Gaby. »

Je m'étais encore moins attendu à ça!

J'écarquillai les yeux et entrouvrit la bouche, surprise d'apprendre une telle nouvelle. Quelques secondes passèrent puis, je levai doucement l'index.

-Attends-moi là. Tu ne bouges pas! Je vais laisser un peu Emma avec Isaac.

Et sans attendre, je rejoignis Isaac afin de lui confier Emma. Je ne lui dis rien concernant la grossesse de Kat et me contentai de lui dire que nous avions besoin d'un peu de temps pour toutes les deux afin de nous retrouver. Finalement, je revins auprès de Kat et la prit doucement dans mes bras.

-Félicitations.

Elle ne devait probablement pas s'attendre à une telle réaction mais j'étais sincèrement heureuse pour elle, pour eux, même si la situation était compliquée.

-Marchons un peu...

Je me reculai avant de prendre Kat par la main et de m'avancer doucement dans le couloir.

-C'est une merveilleuse nouvelle Kat. Même si la situation avec Ethan est difficile, l'arrivée d'un enfant c'est... Merveilleux. Je suis tellement contente pour toi. Tu vas être maman!

Peu importait qu'elle m'ait ignorée pendant des semaines : Je n'y pensais même plus. Tout ce qui comptait c'était Kat : Mon amie avait besoin de moi et il était hors de question que je la laisse tomber.

-Tu as dis que tu as quitté Ethan... Tu veux me raconter ce qu'il s'est passé ou... C'est trop dur?

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Lun 22 Fév - 18:39

Tu ne bouges pas ? J'ai fait une drôle de tête. Très franchement, je n'avais pas l'intention de partir en courant. Non, là j'avais trop besoin de ma meilleure amie. Je me sentais trop mal pour rester seule, surtout après ce que j'avais osé faire à Ethan. Et puis cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas parlé à Gabrielle... J'avais été terriblement stupide de faire ça. Elle aurait certainement pu m'être d'une grande aide quand ça n'allait pas et que je ne savais pas quoi faire. Mais, ce qui est fait est fait, n'est-ce pas ? Je n'avais plus qu'à espérer qu'elle ne veuille pas. Je savais que ce n'était pas son genre, mais sait-on jamais. Après tout, je n'avais pas été très correcte avec elle. J'ai croisé mes bras sous ma poitrine tandis qu'elle allait confier Emma à Isaac. Tous les enfants adoraient Isaac. Tout le monde adorait Isaac. C'était un homme fondamentalement gentil. Même Riley ne savait pas être détestable avec lui. J'espérais néanmoins qu'il s'en sorte avec tous les petits monstres pendant que je discutais avec Gabrielle. Les enfants allaient sauter de joie, leur récréation allait être prolongée. Gabrielle est revenue et elle m'a pris dans ses bras. J'ai eu un petit soupir tandis qu'elle m'enlaçait.

« Félicitations... Alexander a juste dit "merde" quand il l'a su. »

La surprise, j'imagine. Toujours est-il que je n'aurais pas dit mieux. Je me retrouvais enceinte alors que les choses n'allaient pas bien. Pas bien du tout... C'était à se demander si ma bonne étoile avait fini par démissionner. Ce que je commençais à croire, parce que je n'avais pas de chance du tout... Gabrielle m'a pris par par le bras, avant de m'entrainer dans le couloir pour marcher un peu. Je n'ai même pas songé à protester une seule seconde. Je n'avais plus envie de protester contre quoi que ce soit de toute façon. La seule chose que je redoutais c'était de croiser Ethan. Qu'est-ce que je pourrais faire sinon l'ignorer et baisser les yeux encore une fois. Il devait se demander ce qui se passait dans ma tête. Je n'étais plus du tout moi même. Il y a peu je n'aurais jamais agi ainsi. Mais je n'avais pas envie de m'expliquer, je n'avais pas pas envie de faire face à sa tristesse et à sa colère... C'était littéralement au dessus de me forces. Tout ce que je voulais c'était que tout s'arrête ou que tout s'arrange, parce que je n'en pouvais plus. Mes nerfs étaient à vif, littéralement.

« Maman... Je n'arrive pas à me coller ce mot dans la tête. Ethan a dit que je serais parfaite en maman, mais je n'en suis pas aussi sûre que lui. Je ne suis pas prête, Gabrielle. Je veux ce bébé, mais je ne suis pas prête à l'accueillir... »

Alors oui, je voulais qu'elle ( Ethan avait réussi à me faire croire que c'était vraiment une fille que nous allions avoir ) prenne son temps et n'arrive pas trop tôt. J'étais vraiment terrifiée à l'idée que quelque chose se passe mal, terrifiée à ne pas savoir m'y prendre avec le bébé. Ce qui, au fond, était stupide. Je m'étais beaucoup occupé d'enfants et je savais m'occuper d'un bébé à la perfection ( ou presque ). Mais s'occuper des enfants des autres, ce n'est pas la même chose... J'ai eu un bon gros soupir. J'étais complètement perdue, je ne savais plus où j'en étais... J'avais l'impression d'avoir commis un meurtre en abandonnant Ethan ce matin. Ce sentiment de culpabilité me devenait familier... Je n'aimais pas ça. Du tout. J'ai arrêté de marcher et j'ai jeté un regard triste à Gabrielle. Je me suis adossée au mur du couloir avant de me laisser glisser doucement. Je suis restée silencieuse un long moment avant d'inspirer à fond.

« J'ai quitté Ethan, oui. J'ai fait tout mon possible pour le comprendre, pour lui faire confiance... Mais il m'a menti et il m'a caché des choses, Gabrielle. Tellement de fois... »

J'ai ramené mes jambes contre ma poitrine.

« Tu sais pourtant que je suis quelqu'un de très ouvert, de très compréhensive... Vu l'était dans lequel il est arrivé, je me suis tout de suite douté que son passé n'était pas des plus reluisant. J'aurais accepté n'importe quoi. Il le savait, et pourtant il y a beaucoup de choses qu'il m'a caché. Je ne peux plus lui faire confiance... Et puis, qu'est-ce qui me dit qu'il ne pas pas disparaître encore une fois ? »

Je me suis passée une main dans mes cheveux avant de fermer les yeux une seconde.

« Mais ce n'est pas tout. Il s'est toujours beaucoup reposé sur moi. Parce que dès le début, j'ai pris soin de lui... Mais là... Là, je n'y arrive plus. Je suis incapable de le porter davantage. Je suis enceinte, il faut que je ménages mes nerfs... J'ai besoin de sortir la tête de l'eau, tu comprends ? »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Lun 22 Fév - 19:37

« Félicitations... Alexander a juste dit "merde" quand il l'a su. »

J'écarquillai les yeux, surprise d'apprendre qu'Alexander avait eu cette réaction en apprenant la nouvelle. Je n'en revenais pas et il allait entendre parler du pays : Je ne me disputais jamais avec lui, mais là, il avait cruellement manqué de tact et je n'allais pas manquer de lui faire remarquer. Je pouvais comprendre sa surprise, son étonnement et même sa peur face à cette nouvelle, mais tout de même...

« Maman... Je n'arrive pas à me coller ce mot dans la tête. Ethan a dit que je serais parfaite en maman, mais je n'en suis pas aussi sûre que lui. Je ne suis pas prête, Gabrielle. Je veux ce bébé, mais je ne suis pas prête à l'accueillir... »

Je pris doucement la main de Kat et lui adressai un tendre sourire : Je comprenais parfaitement ce qu'elle ressentait. J'avais moi-même eu très peur quand j'avais appris ma grossesse. Nous étions en pleine Troisième Guerre Mondiale et j'avais eu l'horrible conviction qu'un bébé ne pouvait pas voir le jour dans ces conditions. Et finalement, j'avais accepté les difficultés et Emma avait vu le jour au sein de la Communauté alors que la moitié de la ville était détruite : Kat pouvait y arriver, j'en étais certaine. Je me retins cependant de le lui faire remarquer : Je voulais d'abord la laisser terminer. C'était la première fois depuis des semaines qu'elle se confiait à moi et j'avais peur qu'en la coupant, elle n'ose plus aller jusqu'au bout. Elle me lâcha le bras et s'appuya contre le mur avant de se laisser glisser à terre. Je pris alors place par terre à côté d'elle.

« J'ai quitté Ethan, oui. J'ai fait tout mon possible pour le comprendre, pour lui faire confiance... Mais il m'a menti et il m'a caché des choses, Gabrielle. Tellement de fois... »

Je soupirai. Je savais bien qu'Ethan avait eu comportement réellement condamnable envers Kat. Elle avait énormément souffert de ses absences, de ses mensonges, de ses changements d'états : Petit à petit, tout ceci avait rongé Kat jusqu'au plus profond de son coeur et cette fois-ci, la coupe était pleine. J'aimais beaucoup Ethan, mais je ne pouvais pas en vouloir à Kat d'abandonner : Elle avait tant donné...

« Tu sais pourtant que je suis quelqu'un de très ouvert, de très compréhensive... Vu l'était dans lequel il est arrivé, je me suis tout de suite douté que son passé n'état pas des plus reluisant. J'aurais accepté n'importe quoi. Il le savait, et pourtant il y a beaucoup de choses qu'il m'a caché. Je ne peux plus lui faire confiance... Et puis, qu'est-ce qui me dit qu'il ne pas pas disparaître encore une fois ? »

Je me souvins alors de l'arrivée d'Ethan, dans l'état dans lequel il se trouvait et ce que Kat avait fait pour lui. En fait, elle n'avait pas seulement donné d'elle-même : Elle s'était carrément sacrifiée pour lui et ce, à bien des niveaux. Qui plus est, la confiance est le ciment d'un couple et elle n'avait plus confiance en lui : Comment en aurait-il pu être autrement après ce qu'il avait fait? Elle ne voulait plus souffrir, c'était son droit. Cependant, c'était bien triste de les voir se déchirer ainsi.

« Mais ce n'est pas tout. Il s'est toujours beaucoup reposé sur moi. Parce que dès le début, j'ai pris soin de lui... Mais là... Là, je n'y arrive plus. Je suis incapable de le porter davantage. Je suis enceinte, il faut que je ménages mes nerfs... J'ai besoin de sortir la tête de l'eau, tu comprends ? »

Doucement, je glissai ma main dans celle de Kat avant d'entrelacer mes doigts aux siens dans un geste tendre. Puis, avec tout autant de tendresse, je posai doucement ma tête contre la sienne.

-Tu es fatiguée Kat et n'importe qui à ta place serait dans le même état... Tu as tant donné à Ethan...

Je ne terminai pas ma phrase : Inutile de retourner le couteau dans la plaie.

-Tu n'as pas à te sentir coupable de l'avoir quitté Kat. Tu as beaucoup souffert et c'est normal de désirer que la souffrance s'arrête. C'est juste... Vraiment dommage... Parce tu l'aimes, et il t'aime mais parce qu'il est faible et qu'il se repose sur toi, vous ne pouvez pas vous aimez comme vous devriez le faire.

Je reculai un peu mon visage et esquissai un sourire à mon amie : Je voulais la rassurer mais je voulais surtout lui faire comprendre que tout espoir n'était pas perdu.

-Tu n'as plus confiance en lui et il faudra qu'il te prouve que tu peux compter sur lui. Si tu choisis de lui redonner une chance, je serai là Kat, tu n'as pas à douter. Et si tu estimes que tu ne veux pas lui redonner cette dernière chance, je serai là également, quoi que tu fasses. Jamais je ne te jugerai et jamais je ne te laisserai tomber. Mais si tu décides de lui donner une dernière chance, il faudra qu'il se prenne pleinement en main, qu'il arrête d'agir en victime, qu'il assume ses faiblesses et qu'il les combatte au lieu de se laisser dominer. Alors, à ce moment-là, je pense que tu pourras lui rouvrir ton coeur. Kat... L'amour est là, en vous et si Ethan se met un bon coup de pied aux fesses, ça fonctionnera. Mais ce sera long. Oui, ça prendra beaucoup, beaucoup de temps et ça, il va falloir qu'il l'accepte. Mais, pourquoi pas?

Je marquai un silence.

-Et puis pour ton bébé...

Ma main quitta celle de Kat pour venir se poser doucement sur son ventre.

-Tout se passera bien. Emma a vu le jour ici et elle est très heureuse. Tout se passe bien alors il n'y a pas de raison pour que les choses se passent mal pour toi. De toute façon, les conditions idéales n'existent pas...

Je me relevai alors et lui tendis la main pour qu'elle me suive.

-Allons manger un morceau : Tu fais un petit peu peur...

Je n'avais peut-être pas eu les mots qu'elle voulait entendre, mais j'avais été franche, comme je l'étais toujours. Même si Ethan lui avait fait beaucoup de mal, je savais qu'ils s'aimaient et je pensais vraiment que s'il s'en donnait la peine, il pouvait être un homme bien, un homme qui pourrait prendre soin de Kat et c'était ce message que j'avais essayé de transmettre à mon amie. Tout espoir de bonheur n'était pas perdu. En fait, je me montrais, comme à l'accoutumée, peut-être un peu trop positive...

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Lun 22 Fév - 20:29

Tant donné ? Tout donné plutôt. Mais ça, elle ne pouvait pas le savoir... Je m'étais donnée sans compter, j'avais tout supporté, tout enduré. J'avais été là pour le sortir de l'enfer de la drogue. Il se plaisait à dire que j'avais été sa « cure de désintoxication ». Ce n'était pas faux, en un sens. J'avais été là pour lui 24h/24 pendant ces semaines là. Je l'avais rassuré, je l'avais bercé quand le manque se faisait trop ressentir... Après j'avais été là pour lui, je l'avais soutenu sans relâche. Je lui avais tenu la tête hors de l'eau, peu importe si je buvais la tasse à sa place. J'en avais décidément trop fait. Et si c'était moi qui l'avais empêché de se débrouiller tout seul ? Comment aurait-il fait si je n'avais pas été là ? Il s'en serait bien sorti tout seul, même s'il disait le contraire. Il n'aurait certainement pas eu le choix et Alexander ne l'aurait pas laissé sombrer... Mais qu'est-ce que ça allait changer, maintenant ? On ne pouvait pas revenir en arrière, même si c'était bien dommage pour nous. Maintenant je n'avais plus qu'à me baisser à ramasser les morceaux de notre histoire. Il me faudrait certainement plus qu'un tube de colle pour les recoller.

« Mais pourtant je me sens coupable, je me sens fautive... Si tu avais vu la crise de nerfs qu'il a fait quand je lui ai dit que je le quittais... Je l'aurais poignarder dans le dos qu'il aurait peut-être eu moins mal. Du coup, je me demande si j'ai bien fait... »

Je m'étais promis de ne pas douter de mes choix, mais là... Là, j'avais du mal à faire la part des choses. Quand je me disais que j'avais bien fait, je le croisais et son air malheureux me retournait le cœur. J'étais décidément bien incapable de supporter sa douleur. Depuis ce matin, c'était pire. Si je n'avais pas été enceinte, j'étais persuadée qu'il aurait fait une énorme bêtise. Mais heureusement il avait l'air trop heureux à l'idée de devenir père pour gâcher sa vie une nouvelle fois. Il avait eu l'air tellement content de pouvoir parler au bébé hier soir. Quelle idiote j'avais été. J'aurais dû me débrouiller pour ne pas lui céder, pour refuser d'aller dans ses bras... Mais ça avait été plus fort que moi, je l'avoue avec honte. Donc j'avais raison, je n'étais pas aussi forte qu'il le disait. Je maudissais Lilly pour m'avoir enfermée dans la même pièce que lui. Ça partait d'un bon sentiment, certes, mais cela n'avait fait qu'empirer les choses. Elle avait bien dû le comprendre, cependant. Et, bêtement, j'espérais qu'elle regrettait d'avoir fait cela. Peut-être ne se mêlerait-elle plus de nos affaires.

J'espérais sincèrement que Gabrielle avait raison. Moi aussi, je voulais qu'Ethan réalise qu'il devait avancer seul et ne pas trop compter sur moi. Mais quand bien même il le réaliserait... Qu'est-ce qui me disait que cela fonctionnerait de nouveau entre nous ? Il devait me maudire à l'heure qu'il était... J'ai eu un énorme soupir. Un soupir las et très, très défaitiste.

« J'ai fait une énorme bêtise, Gaby... Hier soir, Lilly m'a enfermée avec Ethan. Tu sais comment elle est... Et une chose en entrainant une autre, je me suis retrouvée dans ses bras, puis je l'ai embrassé avant de le repousser... Il a absolument voulu que je dorme avec lui. Je n'ai pas su résister. Et ce matin je suis partie comme une voleuse et depuis je l'ignore. Mais je suis incapable de faire autrement... Je suis perdue... Je l'aime mais je ne veux pas retourner avec lui, j'ai trop peur de souffrir, j'ai trop peur qu'à cause de ça il m'arrive quelque chose de... mauvais. »

J'étais terrifiée à l'idée d'être surmenée, terrifiée à l'idée de faire une fausse couche à cause du stress. J'étais médecin, je savais que cela arrivait bien plus souvent qu'on ne le pensait. J'ai eu un petit sourire quand Gabrielle a posé sa main sur mon ventre à peine enflé. Elle avait raison ( encore ), les conditions idéales n'existaient pas. Mais tout de même... Il y avait quand même des conditions meilleures que d'autres. J'ai eu une petite grimace.

« Oui, mais les parents d'Emma ne passent pas leur temps à se déchirer. »

Je suis restée bêtement assise quand elle m'a tendu la main. J'ai mis un petit moment à réagir et j'ai attrapé sa main pour me relever.

« Peur ? Sérieusement, je suis si horrible que ça ? »

Bon d'accord je n'étais pas très en forme mais de là à être complètement repoussante... Ethan me l'aurait dit, non ? Quoique j'avais remarqué qu'il n'était pas en grande forme, mais je ne lui avais pas fait remarquer pour autant.

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.


Dernière édition par Katarina Kuryenko le Mar 23 Fév - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Mar 23 Fév - 17:33

« Mais pourtant je me sens coupable, je me sens fautive... Si tu avais vu la crise de nerfs qu'il a fait quand je lui ai dit que je le quitter... Je l'aurais poignarder dans le dos qu'il aurait peut-être eu moins mal. Du coup, je me demande si j'ai bien fait... »

Ca, je pouvait imaginer la façon dont Ethan avait réagi. Le connaissant, ça avait dû être assez... Violent. Enfin, façon de parler. Disons simplement qu'il aimait tellement Kat qu'il avait probablement très, très mal réagi : Il avait dû s'effondrer et puisque Kat avait assité à ça, il était normal qu'elle doute de cette façon. Cependant, de ce doute et de ce sentiment de culpabilité, il ressortait malgré tout quelque chose de positif : Elle l'aimait toujours. Sinon, elle ne réagirait pas de cette façon. Et ce qu'elle dit ensuite confirma ce que je pensais.

« J'ai fait une énorme bêtise, Gaby... Hier soir, Lilly m'a enfermée avec Ethan. Tu sais comment elle est... Et une chose en entrainant une autre, je me suis retrouvée dans ses bras, puis je l'ai embrassé avant de le repousser... Il a absolument voulu que je dorme avec lui. Je n'ai pas su résister. Et ce matin je suis partie comme une voleuse et depuis je l'ignore. Mais je suis incapable de faire autrement... Je suis perdue... Je l'aime mais je ne veux pas retourner avec lui, j'ai trop peur de souffrir, j'ai trop peur qu'à cause de ça il m'arrive quelque chose de... mauvais. »

Oui, elle l'aimait toujours et elle avait failli craquer. En fait, elle avait craquer mais elle n'était pas allée jusqu'au bout : Elle s'était arrêtée à temps et je dois bien avouer que je préférais cela. C'était trop tôt pour qu'elle se rejette dans ses bras, trop tôt pour qu'ils recommencent, trop tôt pour lui redonner son amour : Beaucoup trop tôt. Ethan devait faire ses preuves avant de mériter à nouveau la confiance et l'amour de Kat.

« Oui, mais les parents d'Emma ne passent pas leur temps à se déchirer. »

Je haussai doucement les épaules avec un sourire désolé : Elle n'avait pas tort. Alexander et moi ne nous étions jamais déchirés comme Ethan et Kat avaient pu le faire alors, forcément... Cela dit, je restais persuadée que tout allait bien se passer et que les parents de cet enfant allaient finir par voir le bout du tunnel : Optimisme, quand tu nous tiens.

Finalement, après un petit moment d'hésitation, Kat prit ma main et se releva.

« Peur ? Sérieusement, je suis si horrible que ça ? »

-Non, tu n'es pas horrible. Tu es trop belle pour être horrible Kat. Disons simplement que ta fatigue et ton stress se lisent sur ton visage. Ca me fait mal de te voir comme ça alors on va y remédier.

Et hop là, je l'entraînai à nouveau dans les couloirs. Je passai mon bras autour de la taille de mon amie. Là, une idée me traversa l'esprit.

-Dis... Et si tu venais t'installer avec nous pendant quelques temps?

Et j'enchaînai rapidement avant de la laisser protester : Je devais m'expliquer sur le pourquoi du comment.

-Je sais que de toute façon nous ne sommes pas loin de toi mais, je pense qu'avoir quelqu'un à tes côtés le soir et la nuit serait mieux pour l'instant. En attendant que... Les choses s'arrangent.

Traduction : En attendant qu'Ethan reprenne sa place dans ta vie.

-Tu as besoin de calme, de repos et surtout, de te sentir en sécurité. Je pense qu'Alexander et moi pouvons t'apporter cela.

Je m'arrêtai et me détâchai de Kat pour pouvoir lui faire face. Puis, je posai mes mains sur ses épaules avant de plonger mon regard dans le sien.

-Tu n'es pas obligée d'accepter tout de suite... Si tu veux prendre le temps d'y réfléchir, vas-y... Mais je pense vraiment que ce serait l'idéal, en tout cas pour l'instant. De cette façon, nous pourrons veiller sur toi et toi, de ton côté, tu pourras enfin te laisser aller, faire le tri dans tes sentiments et y voir plus clair.

Et là, ce fut plus fort que moi, je la pris dans mes bras et la serrai contre moi. C'était un câlin plein de tendresse. Avec peut-être aussi une pointe de maternité. Que voulez-vous : J'étais comme ça et je ne risquais pas de changer. Je sentis alors l'émotion m'envahir : J'étais à la fois heureuse de retrouver mon amie et horriblement triste de savoir qu'elle traversait une période aussi difficile. La savoir dans la souffrance, dans la détresse : Ca me rendait malade. Et comme à l'accoutumée, je fus incapable de retenir mes larmes.

Je murmurai alors tout bas :

-Je t'aime Kat. Tu le sais hein?... Je t'adore... Je veux que tu sois heureuse... Je le souhaite de tout mon coeur...

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Mar 23 Fév - 19:57

Je me suis mordue la lèvre. Stress et fatigue ? Mes deux mots du moment. Fatigue, surtout. L'angoisse, la grossesse... Il y avaient beaucoup de choses qui m'épuisaient en ce moment. Cela n'aurait pas dû se passer comme ça. J'aurais dû supporter la fatigue, oui, mais pas seule. J'aurais adorais pouvoir me reposer dans les bras d'Ethan, simplement. Et je sais que lui, aussi, il aurait aimé que cela se passe comme ça. Mais de fil en aiguille, tout avait dérapé... Je trouvais ça terriblement triste en fin de compte. Tout aurait pu être parfait si nous nous y étions pris un peu mieux. Mais les choses étaient ce qu'elles étaient... J'ai eu un petit soupir. Il fallait que je mange, Gabrielle avait raison. Il fallait que je semble en forme. J'étais persuadée que cela ferait du bien à Ethan de me voir en forme. De même que cela me rassurerait qu'il aille mieux. J'avais peur qu'il ne reperde du poids, qu'il ne tombe malade... Cela me rendrait folle. Une idée m'est passé par la tête et je n'ai pas pu m'empêcher d'en faire part à ma meilleure amie.

« Gaby... Tu voudrais bien demander à Alexander de garder un oeil sur Ethan ? Je sais qu'il le fait, et que Lilly aussi le fait, mais... J'ai besoin de savoir que quelqu'un de plus fort que lui le surveille. »

Cela me rassurerait beaucoup... Alexander et Ethan étaient comme des frères. Aussi proches que Gabrielle et moi l'étions. À ceci près que Gabrielle ne m'aurait pas secoué de la même façon qu'Alexander. Elle était plus... délicate. Mais c'était très bien comme ça. Ethan avait besoin d'être secoué. Et si Alexander et Lilly n'y arrivaient pas, c'est que c'était vraiment un cas désespéré. Et dans ce cas là... S'il n'arrivait pas à se prendre en main, eh bien les choses resteraient comme elles étaient. Je ne pouvais pas être sa compagne ( ou femme ou fiancée ou je ne sais quoi d'autre ) et sa mère. Je n'y arriverais jamais. Je devrais déjà m'occuper du bébé et c'était bien assez. En fait, je crois qu'Ethan n'avait jamais vraiment coupé le cordon qui le reliait à ses parents. Alors quand il s'était retrouvé seul, il avait complètement déraillé ? Est-ce qu'on pouvait vraiment lui en vouloir ? C'était une question à laquelle je ne trouvais toujours pas de réponse. J'étais toujours désespérément perdue quand il s'agissait d'Ethan. Avec une grimace j'ai laissé Gabrielle m'entrainer vers la cuisine. Si je lui disais que je n'avais pas faim, elle allait me crucifier sur place.

Je l'ai regardé avec un drôle d'air. Je ne m'étais pas attendue à ce qu'elle me propose d'aller m'installer avec elle, Alexander et Emma pour un moment. Elle ne me laissa pas le temps de protester. D'un côté, elle n'avait pas tort. J'avais besoin de quelqu'un à mes côtés, j'avais besoin de me sentir en sécurité... Mais la dernière chose dont j'avais envie, c'était de m'imposer ou de m'immiscer dans leur intimité. Si encore elle avait été seule... Mais ce n'était pas le cas. Je me suis mordue la lèvre, hésitante. Elle a posé ses mains sur ses épaules et j'ai eu un petit soupir.

« Ne le prends pas mal, Gaby, mais je ne suis pas sûre... Je n'ai pas envie de m'imposer, déjà. Et... vous allez si bien tous les deux, que j'ai peur d'être jalouse. »

Je ne savais pas trop si je voulais voir leur amour si parfait tous les jours... J'avais peur de ne pas le supporter. Je finirais probablement par courir droit dans les bras d'Ethan, à bout de nerfs. Lui, serait bien content si cela arrivait, je n'en doutais pas.

« Et puis je ne suis pas certaine que ton mari supporte de trouver Ethan devant sa porte tous les jours. »

Maintenant qu'il savait que j'étais enceinte, il n'allait pas me lâcher, de cela j'étais certaine. C'est bête, mais je n'aurais jamais cru qu'il puisse être si heureux de devenir père. Rien qu'à voir comment il s'était comporté avec moi ( enfant, avec mon ventre surtout ) on devinait que ce serait un père génial, très certainement... Gabrielle m'a serrée dans ses bras et je l'ai serrée dans les miens également. J'ai fait une drôle de tête quand j'ai vu qu'elle pleurait.

« Ah non ! Je t'interdis de pleurer, tu entends ? C'est moi qui suis enceinte et c'est moi qui suis seule, alors je suis celle qui doit pleurer ! Toi, tu est censée me coller un paire de claques pour que je me reprenne ! »

J'ai un eu un petit rire et je l'ai enlacée un peu plus fort. J'ai fini par m'écarter d'elle.

« De toute façon, maintenant que j'ai touché le fond, je ne peux que remonter. »

Je n'avais pas envie de creuser pour que les choses s'empirent... Je me suis écartée de Gabrielle et j'ai pris sa main. Elle voulait que nous allions manger un morceau, non ? J'ai jeté un coup d'œil à ma montre, l'heure du déjeuner n'allait pas tarder et je n'avais pas envie de me retrouver dans la même pièce qu'Ethan. J'ai poussé la porte de la cuisine. Ah tiens, Lilly. Elle m'a jeté un regard noir et je lui ai rendu. Elle m'avait enfermée avec Ethan et j'avais fait du mal à Ethan suite à ça. Ce n'était pas entièrement ma faute non plus. Je l'ai regardé sortir et j'ai levé les yeux au ciel avant de me tourner vers Gabrielle.

« J'ai vraiment l'impression d'être une vilaine sorcière avec elle ! »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Mer 24 Fév - 19:05

« Gaby... Tu voudrais bien demander à Alexander de garder un oeil sur Ethan ? Je sais qu'il le fait, et que Lilly aussi le fait, mais... J'ai besoin de savoir que quelqu'un de plus fort que lui le surveille. »

J'ai acquiessé d'un petit mouvement de tête. Alexander pouvait garder un oeil sur lui, sans aucun doute et je comprenais pourquoi Kat avait besoin de le savoir. Je comptais moi-même beaucoup sur Alexander et j'étais toujours rassurée quand il était à mes côtés. Qui plus est, je savais qu'il était assez fort pour veiller sur nous tous. Peut-être nous reposions-nous tous un peu trop sur lui mais il était notre leader et nous avions confiance en lui, nous avions besoin de lui. Si j'avais dû confier la surveiller d'un être qui m'était cher, je l'aurais bien entendu confié à Alexander, sans l'ombre d'une hésitation.

Quand je lui ai proposé de venir s'installer avec nous, elle m'a regardé d'un drôle d'air : Je m'étais attendue à cette réaction bien sûr : Il était normal qu'elle se montre hésitante. J'imagine que j'aurais réagi pareil.

« Ne le prends pas mal, Gaby, mais je ne suis pas sûre... Je n'ai pas envie de m'imposer, déjà. Et... vous allez si bien tous les deux, que j'ai peur d'être jalouse. »

Oh...

Quelle gourde : Je n'avais pas pensé à ça. J'ai un peu baissé la tête, m'en voulant d'avoir oublié ce détail pour le moins important. Voir un couple soudé, heureux alors que son couple à elle... Eh bien, on pouvait dire que son couple n'en était plus vraiment un ce moment-là et voir les autres heureux était difficile. Je ne le savais que trop bien puisque j'avais moi-même beaucoup souffert de voir les couples heureux et réunis quand Alexander était à la guerre. Oh, il n'en a jamais rien su mais combien de fois j'ai pleuré dans mon lit...

« Et puis je ne suis pas certaine que ton mari supporte de trouver Ethan devant sa porte tous les jours. »

J'ai relevé la tête et je l'ai prise dans mes bras avant de me mettre à pleurer.

« Ah non ! Je t'interdis de pleurer, tu entends ? C'est moi qui suis enceinte et c'est moi qui suis seule, alors je suis celle qui doit pleurer ! Toi, tu est censée me coller un paire de claques pour que je me reprenne ! »

Elle a ri et m'a enlacée un peu plus fort avant de s'écarter de moi. J'ai essuyé mes larmes d'un revers de la main avant de poser mon regard sur elle.

« De toute façon, maintenant que j'ai touché le fond, je ne peux que remonter. »

Mon coeur s'est serré quand elle a dit ça mais je me suis contrôlée pour ne pas me remettre à pleurer. J'avais tellement mal pour elle, mais elle avait raison : Elle avait besoin de moi et je devais me montrer forte pour pouvoir la soutenir. Elle a pris ma main et nous avons marché jusqu'à la cuisine : Lilly était là. Je lui adressé un large sourire mais j'ai rapidement cessé de sourire quand j'ai vu le regard qu'elle lançait à Kat. J'ai donc regardé Kat qui, elle aussi, jetait un regard noir à Lilly. Et là, ce qu'avait dit Kat quelques minutes auparavant m'est revenu : La veille au soir, Lilly avait enfermé Kat avec Ethan et le résultat avait finalement été catastrophique que Kat n'avait pas su lui résister mais qu'elle l'avait énormément regretter. Lilly s'est levée.

-Lilly...

Je n'ai pas eu le temps de continuer qu'elle avait déjà quitté la pièce. J'ai soupiré et j'ai regardé Kat. Cette dernière a levé les yeux au ciel avant se tourner vers moi.

« J'ai vraiment l'impression d'être une vilaine sorcière avec elle ! »

J'ai haussé les épaules avec un petit sourire d'excuse.

-Tu sais, elle a voulu bien faire et je pense qu'elle ne comprend pas pourquoi tu lui en veux. Elle a pensé que si tu étais forcée de parler avec Ethan, les choses allaient s'arranger : Elle ne pouvait pas prévoir ce qui arriverait. Elle doit avoir du mal à comprendre pourquoi vous... Alors que...

J'ai à nouveau soupiré.

-J'irai lui parler.

J'ai soudain tapé dans mes mains et mon sourire a fait son retour sur mes lèvres.

-Bon, qu'est-ce que tu veux manger?

Je me suis dirigée vers le frigo pour voir ce qu'il y avait de bon.

-Sucré? Sâlé? Les deux?

Je me suis retournée vers Kat.

-Quand j'étais enceinte, Alexander a halluciné plus d'une fois en voyant ce que je pouvais manger. J'ai été jusqu'à manger des sandwichs au beurre de cacahuète, à la confiture de fraise et au beurre.

Je me suis à nouveau retourné vers le frigo pour regarder ce qu'il y avait dedans. Doucement, mon sourire s'est effacé et j'ai à nouveau baissé la tête. J'ai repensé à cette absence, à ce silence radio de Kat et même si je ne lui en voulais pas, je me rendais compte à présent à quel point j'en avais souffert : Je voulais comprendre.

-Kat...

Je continuais de regarder la nourriture sans vraiment la regarder.

-Tu sais, tu t'es excusée de ne pas m'avoir parlé pendant tout ce temps et je ne t'en veux pas mais...

Ma main s'est resserrée sur la poignée du frigo.

-Je ne comprends pas pourquoi... Pourquoi tu m'as éloignée de toi? Pourquoi tu n'as pas osé venir me parler de ce qui n'allait pas? Tu as perdu confiance en moi?

Finalement, j'ai refermé le frigo et je me suis retournée avant de m'y adosser. Je fixais Kat droit dans les yeux. J'étais dans l'incompréhension totale et j'étais aussi un peu triste, mais surtout, je m'en voulais parce que si Kat avait coupé les ponts de cette manière, c'était sans doute parce que j'avais fait quelque chose de mal... Quelque chose qui avait fait que Kat, finalement, ne pouvait plus me faire confiance. En tout cas, c'était ce que je croyais...

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Jeu 25 Fév - 16:04

J'ai eu un soupir, très franc cette fois ci.

« C'est terrible, tout le monde s'imagine que les choses pourraient s'arranger si je discutais avec Ethan. Le problème c'est qu'Ethan n'est pas un garçon comme les autres. »

Et c'était un euphémisme. J'ai fixé la porte pendant quelques secondes avant de secouer la tête. Lilly avait certainement voulu bien faire, oui... Mais elle s'était trompée, un point c'est tout. J'en avais assez que tout le monde se mêle de nos histoires. Bon sang, ce n'était pas une série télé que tout le monde avait le droit de suivre ! Tout ça c'était privé, strictement privé. Moi qui n'avais pas l'habitude de mettre mon nez dans les affaires des autres... Parfois j'avais envie de leur hurler de nous laisser tranquille. J'étais persuadée que les pseudo romances de Riley étaient plus intéressante que nos disputes à Ethan et moi. Mais c'était bien connu, les gens adoraient voir les autres souffrir. À croire que cela pouvait remonter le moral de certains. Personnellement, j'étais médecin et je détestais voir les autres en mauvais état. Cela me rendait malade. Je me suis passé une main dans les cheveux et je me suis appuyée contre un meuble, avant de croiser mes bras sous ma poitrine.

« Alexander t'a dit qu'il nous a forcés à nous parler, Ethan et moi ? Ça a été une catastrophe. Tout ce que nous avons fait, c'est nous balancer des horreurs à la figure. Et au final j'ai collé une claque à Ethan et il m'a hurlé dessus avant de faire un malaise. Comme quoi, le dialogue n'est pas si efficace que cela... »

J'ai haussé les épaules, comme si ce n'était pas important. Même si en fait, ça l'était. Ethan et moi ne savions plus communiquer, nous ne nous comprenions plus. J'avais essayé de le comprendre, mais rien à faire, il y avait quelque chose qui m'échappait, définitivement. J'avoue que j'avais cessé de chercher à le comprendre. Puisque je n'y arrivais pas, je n'avais pas envie de m'acharner. Il n'avait qu'à être un peu plus clair, lui aussi. Je n'avais pas la science infuse, d'autant plus qu'Ethan était assez particulier parfois. J'ai jeté un regard peu convaincu à Gabrielle. Oh, elle pourrait bien dire à Lilly tout ce qu'elle voudrait, j'étais persuadée que cette dernière ne l'écouterait pas. Pour elle, les choses étaient simples : Ethan était le pauvre amoureux abandonné et j'étais la vilaine sorcière sadique et égoïste. Moi ! Vraiment, j'avais l'air si méchant que ça ? C'était à se demander si elle n'avait pas oublié tout ce que j'avais fait pour lui... Quoiqu'elle n'était pas là quand je m'étais occupée de le désintoxiquer. Elle n'avait rien vu du tout...

J'ai sursauté quand Gabrielle a tapé dans ses mains. J'ai porté une main à mon cœur en faisant une grimace. J'ai cru que j'allais avoir une crise cardiaque. Je l'ai regardé avec un air interrogateur. Ce que je voulais manger ? Euh... Très franchement, je n'en avais pas la moindre idée. Sucré, salé... bonne question. Je n'ai pas pu m'empêcher d'éclater de rire quand elle m'a dit ce qu'elle avait mangé pendant qu'elle était enceinte. Je doutais pouvoir faire des folies, moi... Je me suis tournée vers le placard, que j'ai ouvert. J'ai attrapé un paquet de céréales, un bol, et j'ai souri.

« Ça, ça ira très bien et avec un peu de chance je n'aurais pas envie de vomir. »

Pour le moment, je me sentais agressée par toutes les odeurs. Manger était devenu un véritable calvaire. J'ai regardé mon bol avec un petit air angoissé, avant de relever les yeux vers Gabrielle. Oh... Je me suis mordue la lèvre et finalement j'ai reposé mon bol. Je suis restée silencieuse pendant un petit moment, les yeux baissés. J'ai fini par secouer la tête doucement.

« Non, ce n'était en aucun cas ta faute. Tu es la personne en qui j'ai le plus confiance, Gaby. »

Mes doigts se sont crispés sur le bord du meuble.

« C'est juste que... Tout mon monde ne tournait qu'autour d'Ethan. Quand il m'a quittée, j'ai eu l'impression de mourir. J'avais l'impression que personne ne serait en mesure de me comprendre et... Je n'ai pas l'habitude de parler de mes problèmes, quels qu'ils soient. Et au final, je me suis enfoncée dans ma solitude, bêtement. »

Bien sûr, cela avait été une énorme erreur. J'aurais eu besoin d'être rassurée par quelqu'un.

« Aujourd'hui je me rends compte que c'était stupide. Là, j'ai besoin de tes conseils, Gaby. C'est terrible, je ne sais pas quoi faire pour m'en sortir. Ou plutôt, je ne sais plus... »

J'ai attrapé mon bol et je suis allée m'asseoir à la petite table. J'ai désigné la place libre à Gabrielle, pour qu'elle vienne près de moi.

« Je me suis imaginée que les choses s'arrangeraient... Mais apparemment ce n'est pas le cas. Franchement, tu connais une fille plus malchanceuse que moi ? »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Jeu 25 Fév - 19:19

« C'est terrible, tout le monde s'imagine que les choses pourraient s'arranger si je discutais avec Ethan. Le problème c'est qu'Ethan n'est pas un garçon comme les autres. »

Oui, ça c'était certain. Il était loin de ressembler aux autres et c'était un garçon véritablement unique dans son genre. Que ce soit par rapport à ses défauts ou à ses qualités, Ethan n'était pas comme les autres.

« Alexander t'a dit qu'il nous a forcés à nous parler, Ethan et moi ? Ça a été une catastrophe. Tout ce que nous avons fait, c'est nous balancer des horreurs à la figure. Et au final j'ai collé une claque à Ethan et il m'a hurlé dessus avant de faire un malaise. Comme quoi, le dialogue n'est pas si efficace que cela... »

J'ai écarquillé les yeux, ne m'attendant pas à cela. Non, Alexander ne m'avait rien dit de tout ça. Oh, ça allait faire une raison de plus pour que l'on ait une discussion lui et moi. Déjà qu'il avait cruellement manqué de délicatesse quand Kat lui avait annoncé sa grossesse, mais en plus, il avait essayé de jouer les médiateur en forçant Kat et Ethan à discuter. Bon, Alexander était quelqu'un de maladroit dès que cela touchait aux sentiments, et j'étais bien placée pour le savoir, mais c'était une raison de plus pour ne pas se mêler des affaires des autres. Autant je pouvais essayer de conseiller Kat et même Ethan si ce dernier me le demandait, autant je ne pourrais jamais me permettre de les forcer à discuter.

Bref...

Kat a préféré choisir de manger un simple bol de cérales en guise de repas.

« Ça, ça ira très bien et avec un peu de chance je n'aurais pas envie de vomir. »

Ah, les nausées... C'était l'un des pires inconvénients pendant une grossesse. Kat a regardé son bol d'un air angoissé et a fini par relever les yeux vers moi : Elle avait l'air un peu mal à l'aise à cause de ce que je venais de lui demander mais je n'avais pu m'en empêcher car j'avais besoin de savoir ce que j'avais mal fait, où j'avais échoué. Elle est resté silencieuse pendant un petit moment qui m'a semblé interminable. J'avais l'impression qu'elle cherchait à éviter la conversation, ou qu'elle cherchait des excuses dans sa tête avant de me les servir sur un plateau d'argent : J'avais tort.

« Non, ce n'était en aucun cas ta faute. Tu es la personne en qui j'ai le plus confiance, Gaby. »

J'ai senti une vague de châleur envahir mon coeur et mes doutes s'envolèrent en quelques secondes : Ce qu'elle venait de dire m'allait vraiment droit au coeur et me faisait vraiment plaisir. Je crois qu'elle ne se rendait pas compte à quel point. Je vis ses doigts se crisper sur le bord du meuble et j'ai doucement froncé les sourcils : Autre chose la rongeait, et elle n'allait pas tarder à me le dire.

« C'est juste que... Tout mon monde ne tournait qu'autour d'Ethan. Quand il m'a quittée, j'ai eu l'impression de mourir. J'avais l'impression que personne ne serait en mesure de me comprendre et... Je n'ai pas l'habitude de parler de mes problèmes, quels qu'ils soient. Et au final, je me suis enfoncée dans ma solitude, bêtement. »

Je ne pouvais que comprendre ce sentiment. Il était vraiment que quand on aimait une personne comme Kat aimait Ethan ou comme moi-même j'amais Alexander, et que le monde ne tournait qu'autour de cette personne, quand cette dernière nous quittait, on se sentait seule, vide, et surtout, étrangement séparée du reste du monde. Oui, cette impression que personne ne pouvait comprendre ce que l'on ressentait était très forte dans des moments pareils. Sincèrement, on ne pouvait souhaiter cela à personne.

« Aujourd'hui je me rends compte que c'était stupide. Là, j'ai besoin de tes conseils, Gaby. C'est terrible, je ne sais pas quoi faire pour m'en sortir. Ou plutôt, je ne sais plus... »

Et à nouveau, mon coeur s'est serré. En réalité, à chaque fois que Kat me faisait part de son mal-être, de la douleur qu'elle ressentait, de la tristesse et du doute qui l'habitaient, j'avais l'impression de ressentir la même chose. J'aurais vraiment voulu être capable de partager ses souffrances pour la soulager un maximum. Elle s'est installée à la petite table et m'a fait signe de venir prendre place près d'elle, ce que j'ai fait.

« Je me suis imaginée que les choses s'arrangeraient... Mais apparemment ce n'est pas le cas. Franchement, tu connais une fille plus malchanceuse que moi ? »

-J'imagine qu'il y a toujours pire, oui.

J'avais toujours été honnête, et cela ne changerait pas.

-Cela dit, j'ai toujours pensé qu'on ne devait pas minimiser sa douleur parce que d'autres sont dans de pires situations. Par exemple, on sait qu'il y a des gens qui ont tout perdu, qui sont véritablement seuls, sans personne pour les soutenir, même pas un ami. D'ailleurs, ceux qu'on ramène à la Communauté sont dans ce genre de situation mais... Ce n'est pas pour ça qu'il faut prendre ta situation à la légère. Alors, non, je ne crois pas que tu sois la fille la plus malchanceuse mais oui, je pense que ta souffrance est plus que légitime et que tu as le droit de vouloir en parler. En fait, tu as le droit d'avoir mal sans te soucier du reste et des autres Kat. Tu as le droit de... Pleurer.

Et bien sûr, je parlais d'Ethan. Je savais que mes mots risquaient de lui faire du mal, mais Kat m'avait demandée conseil et je savais que si elle s'adressait à moi, c'était parce qu'elle voulait de cette franchise que parfois certaines personnes pouvaient me reprocher. Je me suis adossée à la chaise et j'ai levé mon regard vers la faible lumière de la cuisine avant de reprendre.

-Le futur n'est pas encore décidé Kat et tu ne dois pas te résigner. Pour l'instant, les choses ne sont pas arrangées, mais elles peuvent encore l'être. Cela dépend de toi, mais surtout de lui. Il est clair que s'il ne fait pas les efforts nécessaires, tu ne pourras jamais lui pardonner et lui accorder à nouveau ta confiance.

J'ai bien décidée à l'aider et j'étais prête à tout pour cela. J'ai finalement détourné mon regard de la lumière pour le reporter sur Kat. J'étais plus sérieuse que jamais.

-Pour t'en sortir, il faut d'abord que tu prennes soin de toi, que tu penses à toi et que tu continues à prendre tes distances avec Ethan. Pour l'instant en tout cas.

J'ai doucement glissé ma main dans ses cheveux et j'ai commencé à les caresser avec tendresse avant de lui sourire.

-Je veux dire, c'est quand la dernière fois que tu as pris du temps rien que pour toi pour te détendre ou te changer les idées? Hein? Je suis sûre que tu ne t'en souviens même pas. Tu as besoin de ça. Tu as besoin de respirer et je vais t'y aider. Et la première chose que je vais faire pour t'y aider, c'est aller parler à Ethan.

Je savais que cette idée n'allait pas trop lui plaire, mais j'affichais un visage résolu et Kat savait très bien que quand j'avais ce genre de mine, c'était qu'on ne pouvait rien faire pour m'arrêter. C'était certes me mêler de leur relation, mais il le fallait. Je pensais sincèrement être capable de faire comprendre à Ethan qu'il devait arrêter d'être après Kat et la laisser respirer le temps qu'elle fasse le point et qu'elle se retrouve. Peut-être que si cette demande venait de moi, il l'accepterait plus facilement.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Jeu 25 Fév - 20:39

J'ai médité un instant ce que je m'a dit Gabrielle. D'abord, oui, elle avait raison, il y avaient certainement des gens plus malheureux que moi. Mais le problème c'est que j'avais accumulé tellement de petits malheurs que je me retrouvait maintenant avec un énorme. Je ne savais pas comment m'en débarrasser. J'aurais dû régler les problèmes un à un. Si seulement je les avais vus à temps... Cela n'avait pas été le cas. Ensuite, oui, j'avais le droit d'aller mal et d'être égoïste, un peu... Mais je ne savais pas être comme ça. J'avais été élevée parmi les hommes, et mon père m'avait appris à cacher ce que je ressentais. Il n'y avait qu'avec Ethan que je ne savais pas me contenir. En public, j'affichais un sourire de façade alors qu'intérieurement je pleurais. J'étais une très bonne comédienne. C'était à se demander pourquoi je n'avais jamais fait de théâtre. J'ai secoué la tête doucement. Non, je n'avais pas le droit, je n'avais plus le droit de pleurer. J'avais assez pleuré. Et puis, en règle générale, Ethan pleurait pour deux. J'avais tellement séché ses larmes... Tellement, tellement de fois. Parfois, j'enviais Gabrielle. Elle pouvait toujours se reposer sur Alexander, au besoin. Moi je n'avais jamais pu pleurer sur Ethan. Je n'avais jamais osé... Peut-être de peur de le casser ou de lui faire du mal. Je ne savais pas trop.

J'ai contemplé mon bol de céréales avec un air presque désolé. Je n'arrivais pas à me décider à manger. Je n'avais pas faim. Pourtant, il fallait que je mange... Pour deux. Avec un soupir résigné j'ai plongé la cuillère dans le bol et j'ai commencé à manger. Bon, l'avantage, c'est que cela n'avait presque pas de goût. Du coup, je ne risquais pas d'avoir des nausées. Enfin un point positif dans cette histoire. Je continuais d'écouter Gabrielle avec attention. J'ai eu une grimace et j'ai reposé ma cuillère doucement.

« Je ne suis pas certaine qu'il réalise quel est le problème... Maintenant qu'il ne peut plus se reposer sur moi, il cherche refuge auprès de Lilly. Sauf qu'elle, elle ne le poussera pas en avant. »

Elle ne le pouvait pas. Et elle ne savait probablement même pas ce qu'il attendait d'elle. Ethan ne savait pas se débrouiller seul, il avait toujours besoin de quelqu'un avec lui. Je crois qu'il cherchait sans cesse quelqu'un pour le protéger. Cette dépendance venait probablement de la relation qu'il avait entretenue avec ses parents... J'ai dévisagé Gabrielle un instant. Je ne me serais pas attendue à ce qu'elle me conseille de continuer à m'éloigner d'Ethan. J'ai eu un rire nerveux.

« Je t'avoue que c'est assez compliqué de prendre ses distances avec quelqu'un que l'on croise tous les jours et tout le temps. C'est d'autant plus difficile quand tu meurs d'envie de te jeter dans les bras de cette personne à chaque seconde. »

J'avais beaucoup de mal à résister à la tentation. Quoique je puisse dire, je mourais d'envie de me blottir dans ses bras. Surtout quand la nuit venait. Je me sentais si seule... Avant, j'étais rassurée de passer toutes mes nuits avec lui. Cela pouvait paraître idiot, mais le simple fait de le voir dormir, de l'entendre respirer m'apaisait. Maintenant, je passais mes nuits seule, sans quoique ce soit pour me rassurer. Je me demandais si Ethan ressentait la même chose que moi. Peut-être pas... Il y avait Lilly avec lui. D'un côté, tant mieux pour lui, si cela lui permettait d'aller bien. Gabrielle a caressé mes cheveux et je lui ai rendu son sourire. Elle avait raison, je ne me souvenais pas de la dernière fois où je m'étais un peu occupée de moi. Sans vouloir faire dans l'exagération, je crois que cela devait dater de la veille de l'arrivée d'Ethan. Quoique... Non, ce n'était pas vrai. La dernière fois, c'était Ethan qui avait pris soin de moi, en m'offrant la possibilité de prendre un bain avec lui. J'avais l'impression que cela datait d'une éternité. Ce même jour, il m'avait demandé de l'épouser... C'était vraiment très, très loin.

« Et qu'est-ce que tu voudrais lui dire ? Il est très têtu et arrêté sur ses idées, tu sais... Sans compter que maintenant qu'il sait qu'il va être père... Mais il t'écouterait peut-être, qui sait. »

J'allais peut-être me mettre à croire aux miracles, moi. Je me suis perdue dans la contemplation de mes céréales une seconde, avant de glisser une main vers mon ventre, presque naturellement.

« Au moins, je sais qu'il est prêt à assumer son rôle de père. Et il sait ce qu'il veut : une fille. Pour lui, ce sera une fille. Et il veut que son prénom soit russe, qu'elle parle russe... Il voudrait l'appeler Lena, si c'est bien une fille... »

J'ai eu un sourire niais. Terriblement niais.
Je me suis empourprée et je me suis remise à manger.

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Mer 10 Mar - 19:53

« Je ne suis pas certaine qu'il réalise quel est le problème... Maintenant qu'il ne peut plus se reposer sur moi, il cherche refuge auprès de Lilly. Sauf qu'elle, elle ne le poussera pas en avant. »

Ca, c'était certain. Même moi, je ne pensais pas avoir le courage et les épaules pour pousser Ethan en avant : Seule Kat en avait été capable. L'amour qu'elle avait pour lui avait sans doute aidé, mais au final, le résultat était le même : Ethan comptait sur Kat, de manière trop exclusive et c'était ça qui, petit à petit, avait détruit leur couple. J'espérais vraiment qu'il n'était pas trop tard pour recoller les morceaux. Quand j'ai proposé à Kat de prendre ses distances avec Ethan, elle a eu un rire nerveux.

« Je t'avoue que c'est assez compliqué de prendre ses distances avec quelqu'un que l'on croise tous les jours et tout le temps. C'est d'autant plus difficile quand tu meurs d'envie de te jeter dans les bras de cette personne à chaque seconde. »

J'ai doucement hoché la tête : Je comprenais parfaitement ce qu'elle voulait dire. Ils se croisaient tous les jours, ils vivaient l'un à côté de l'autre, alors forcément... Et puis, Kat l'aimait toujours et ne souhaitait qu'une seule chose : Etre dans ses bras. Ca rendait la prise de distance encore plus difficile. Là, en cet instant, j'ai commencé à douter de moi, de ma capacité à protéger et aider Kat. En plus, elle n'avait pas l'air de croire en mon intervention auprès d'Ethan.

« Et qu'est-ce que tu voudrais lui dire ? Il est très têtu et arrêté sur ses idées, tu sais... Sans compter que maintenant qu'il sait qu'il va être père... Mais il t'écouterait peut-être, qui sait. »

Ah, ça m'aidait un peu plus ça. Oui, il allait peut-être m'écouter. Je devais croire en moi : J'étais capable de trouver les mots justes pour remettre Ethan sur le droit chemin, pour lui faire comprendre que Kat ne devait pas juste lui servir à se reposer. Il devait l'aimer, prendre soin d'elle et se faire violence pour avancer de lui-même. Voilà le genre de mots que j'allais lui dire quand nous aurions cette discussion. Kat a alors doucement glissé une main vers son ventre et je n'ai pas pu m'empêcher de sourire : Cet instinct, je savais ce que c'étais.

« Au moins, je sais qu'il est prêt à assumer son rôle de père. Et il sait ce qu'il veut : une fille. Pour lui, ce sera une fille. Et il veut que son prénom soit russe, qu'elle parle russe... Il voudrait l'appeler Lena, si c'est bien une fille... »

Le sourire de Kat n'a fait qu'accentuer le mien. J'étais cependant surprise d'apprendre qu'Ethan était à ce point prêt à assumer son rôle de père. Il voulait que leur fille -Puisqu'il était persuadé qu'ils allaient avoir une fille- porte un prénom russe : Lena. Il avait de la suite dans les idées. Cependant... Il devait avancer pas à pas et faire les choses dans l'ordre : Il devait se reprendre avant de devenir père, c'était essentiel.

Kat a recommencé à manger : J'ai donc repris.

-J'irai lui parler.

Je voulais juste confirmer à Kat ma décision.

-Il ne pourra en ressortir que du bon de toute façon.

Oui, ça ne risquait pas d'être pire.

-Bon, il n'empêche qu'il faut prendre soin de toi et je vais essayer de t'aider au mieux.

Et là, de nulle part, une idée m'est venue. Si nous avions été dans une bande-dessinée, une petite lampe se serait allumée au dessus de ma tête.

-Oh! Je sais!!

J'ai tapé sur la table, au risque de faire sursauter Kat.

-Pardon... Mais j'ai trouvé ce qu'on allait faire!

Je me suis retournée vers ma meilleure amie, un large sourire étirant mes lèvres.

-Quand tu auras terminé, on va aller fouiller dans mes cartons. J'ai gardé toutes mes affaires de ma grossesse et je suis sûre que tu pourras trouver ton bonheur!

C'était un moyen comme un autre de changer les idées de Kat. Nous ne pouvions pas faire de shopping -Ce qui, en temps normal, aurait été l'idéal pour lui changer les idées- alors, j'avais décidé d'improviser avec les moyens du bord. Fouiller, fouiner, chercher, ça allait lui permettre de penser à autre chose. Et puis, pendant ce temps-là, j'avais bien l'intention d'éviter le sujet "Ethan". Si seulement elle pouvait éviter d'y penser ne serait-ce que pendant quelques minutes...

-Et si c'est une fille, on pourra aussi fouiller dans les affaires d'Emma. Tous les vêtements de naissance jusqu'à douze mois, elle ne les met plus. Alors... Qu'est-ce que tu en dis? On relève nox manches et on s'y met?

Moi, ou l'art et la manière d'essayer de motiver les troupes. Disons que j'avais au moins le mérite d'essayer quoi...

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Sam 13 Mar - 10:46

Gabrielle pouvait toujours essayer d'aller voir Ethan, oui... De toute façon, qu'est-ce qu'on avait à perdre ? Cela ne pourrait pas être pire de toute façon. Et puis, Gabrielle était très douée pour parler aux gens. Elle trouvait toujours les mots justes. Là, elle avait réussi à me remonter le moral en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. J'avais vraiment été stupide de rester loin d'elle... Peut-être que je m'en serais mieux sortie avec Ethan si elle avait été là pour m'épauler. Mais voilà, je m'étais toujours débrouillée toute seule et lui demander de l'aide ne m'était même pas passé par la tête. C'était l'éducation de mon père qui me jouait des tours... Je ne la remettais pas en cause, mon père avait fait de moi une femme plutôt forte. Mais s'il y avait bien un domaine que mon père n'avait jamais vraiment maitrisé, c'était celui des sentiments. De ce côté là, j'avais toujours nagé dans le flou. J'étais un peu une handicapée des sentiments amoureux... Mais le reste, je maitrisais. En règle générale. Mais de ce côté là, je n'arrivais certes pas à la cheville de Gabrielle. Je comprenais mieux pourquoi Alexander avait les nerfs aussi solides. Elle avait toujours été là pour lui. Enfin, dans une moindre mesure, Alex n'avait jamais rien mis sur ses épaules...

J'ai eu un sourire. Oui, il fallait que je prenne un peu soin de moi... Mais de moi même je n'aurais jamais l'idée de me poser pour faire un peu attention à mon bien être. J'étais trop focalisée sur celui des autres pour ça. Heureusement que Gabrielle était là pour moi. Mais quelle idiote j'avais fait ! J'ai baissé les yeux sur mon bol de céréales. De toute ma vie, je n'avais jamais autant béni les céréales. Pas de goût ou presque, et pas d'odeur...Je n'avais plus qu'à espérer que nous ayons un stock de céréales. J'ai relevé les yeux vers Gabrielle, avant de sursauter et de lâcher ma cuillère quand elle a tapé du poing sur la table. Je l'ai regardée avec un petit air halluciné. Elle avait trouvé ce que nous allions faire ? J'ai haussé un sourcil, curieuse d'entendre la suite. J'ai eu un sourire au moins aussi large que le sien quand elle m'a exposé son idée. Elle me proposait, à sa façon, une séance de shopping. J'ai eu un petit rire.

« Mon bonheur ? C'est certain... Si je peux éviter de porter des choses informes pendant ma grossesse... Déjà que ce n'est pas facile de rester féminine aujourd'hui... »

Je lui ai souri. Sa proposition me touchait vraiment. Je n'avais jamais été très coquette, mais j'avais toujours été assez féminine. Rien que l'idée de devoir me trimbaler avec des vêtements informes pendant ma grossesse me rendait malade. Mais sans Gabrielle, je n'aurais certainement pas eu le choix... Néanmoins, je voyais très bien où elle voulait en venir. Elle essayait de me faire penser à autre chose qu'à Ethan. Mais je n'étais pas contre l'idée. Me changer les idées après la nuit et la journée que j'avais passé, c'était très certainement une bonne chose. De toute façon, je serais confrontée à la réalité des choses bien assez vite. J'allais revoir Ethan assez vite et je redescendrais sur terre certainement très violemment. Si Gabrielle pouvait me permettre de me sentir bien pendant un moment.... Et pour ça, quoi de mieux qu'une vraie fausse séance de shopping. C'était décidément le meilleur remède anti déprime pour une femme. Et le monde avait beau s'être effondré, Gabrielle et moi restions des femmes presque comme les autres.

J'ai repoussé mon bol et j'ai posé mes mains à plat sur la table. J'ai eu un tout petit pincement au cœur quand elle m'a aussi proposé de fouiller dans les affaires d'Emma. Il est vrai que la petite ne les mettait plus... J'ai eu un grand sourire.

« Que ce soit une fille ou un garçon, ce bébé aura besoin de vêtements. C'est adorable de me proposer ceux d'Emma... »

Je me suis levée, j'ai fait le tour de la table et je suis allée la prendre dans mes bras.

« Tu es vraiment la meilleure amie qui soit, Gaby. »

Je l'ai serrée dans mes bras un moment, avant d'aller laver rapidement mon bol dans l'évier. Je l'ai rangé et je me suis retournée vers Gabrielle avec un grand sourire. Qui s'est rapidement évanoui.

« Mais j'y pense... Tu ne devrais pas t'occuper des enfants, au lieu de me proposer une séance de shopping pour me remonter le moral ? Je te monopolise, et Isaac doit être débordé... »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   Dim 28 Mar - 19:08

Kat apprécia mon idée et esquissa un large sourire, ce qui me fit chaud au coeur. Ce fut encore mieux lorsqu'elle laissa échaper un petit rire : Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas entendue rire et c'était merveilleux. J'étais donc sur la bonne voie pour lui redonner le moral : J'en étais très heureuse.

« Mon bonheur ? C'est certain... Si je peux éviter de porter des choses informes pendant ma grossesse... Déjà que ce n'est pas facile de rester féminine aujourd'hui... »

Elle a finalement repoussé son bol et posé ses mains à plat sur la table. Le sourire de Kat s'est fait encore plus large : J'avais bel et bien mis le doigt sur ce qui allait lui permettre de lui changer les idées. Cette fois, je pouvais être fière de moi : Je lui était enfin utile. Je tenais enfin correctement mon rôle d'amie auprès d'elle.

« Que ce soit une fille ou un garçon, ce bébé aura besoin de vêtements. C'est adorable de me proposer ceux d'Emma... »

-Ca me fait vraiment plaisir...

Je n'ai pas eu le temps de terminer ma phrase que Katarina me serrait déjà dans ses bras. J'ai alors passé mes bras autour d'elle et, à mon tour, je l'ai serrée très fort.

« Tu es vraiment la meilleure amie qui soit, Gaby. »

Ces quelques mots m'ont touchée droit au coeur.

-J'essaye...

Ai-je murmuré tout bas.

Elle s'est reculée et est allée nettoyer son bol dans l'évier. Pendant qu'elle rangeait, j'ai moi-même remis les chaises à leur place. Kat s'est alors tournée vers moi avec un grand sourire que je lui ai rendu. J'ai eu très peur quand, soudainement, son sourire a disparu. Du coup, le mien aussi à décidé d'être aux abonnés absents.

« Mais j'y pense... Tu ne devrais pas t'occuper des enfants, au lieu de me proposer une séance de shopping pour me remonter le moral ? Je te monopolise, et Isaac doit être débordé... »

Ouf... Ce n'était que ça.

J'ai soupiré de soulagement et mon sourire a repointé le bout de son nez.

-Tu parles! Il sait parfaitement les gérer, il n'a pas besoin de moi pour ça. Tu n'as pas à t'inquiéter.

Je me suis approchée d'elle avec toujours ce sourire franc aux lèvres : Il était hors de question qu'elle se sente coupable parce que je passais du temps avec elle!

-Je peux laisser Isaac s'occuper des enfants de temps pour passer du temps avec ma meilleure amie... De toute façon, il va falloir qu'il s'y habitue parce qu'il est hors de question de laisser une nouvelle fois un fossé se creuser entre nous.

Je lui ai pris la main et l'ai entraînée hors de la cuisine.

-Je garderai du temps pour les enfants, c'est sûr, c'est mon devoir et j'y tiens. Mais je tiens aussi beaucoup à toi et je veux du temps pour nous deux...

J'ai doucement posé ma joue contre son épaule tout en avançant dans le couloir. J'étais très heureuse d'avoir enfin retrouvé mon amie : Elle m'avais réellement et terriblement manquée ces dernières semaines. A présent, nous étions sur la bonne voie : Nous étions en train de nous retrouver et je savais que ces moments que nous allions passer ensemble allaient encore plus nous rapprocher. Plus jamais nous ne serions éloignée l'une de l'autre : C'était en tout cas ce que je croyais. Il arrive cependant que l'avenir réserve de mauvaises surprises et qui aurait pu croire à ce moment-là qu'un horrible évènement allait se produire et m'éloigner d'elle?

Certainement pas moi.


[Et voilà =) J'essaye de faire le nouveau sujet au plus vite, c'est promis!]

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }   

Revenir en haut Aller en bas
 
A friend in need is a friend indeed { Gabrielle }
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Full Friend Rabbit
» Abonnement Ful friend
» Alania, recherche ami ! need friend ! :P
» Programme : Bring a friend
» [Guilde]-Friendship- recrutement ouvert + Fan site

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York survivants-
Sauter vers: