AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Way You Are [Sarah]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: The Way You Are [Sarah]   Mar 9 Mar - 18:04

Bon, cette fois, j'étais de mission nourriture pour la communauté.

*POUR LA COMMUNAUTé NATE !*
Il fallait que ça me rentre bien dans le crâne. La dernière fois, j'avais beaucoup déçu Alexander, mais j'avais trouvé une histoire potable à leur raconter. En rentrant, des voyous m'avaient agressés pour me délester de mes trouvailles. Pas inimaginable, donc assez facile à croire.
En vérité, j'avais donné un carton rempli de bonnes choses à Sarah.
Et j'avais tout raconté à Katarina. J'avais eu besoin d'être franc avec quelqu'un, ce qui m'arrivait très rarement. Puis je voulais surtout comprendre ce qui m'arrivait : impossible de trouver le sommeil, et de penser à autre chose qu'à Sarah. Bien sûr, Katarina pensait que j'étais amoureux. Mais je n'y croyais pas. Je la connaissais à peine cette fille... et puis... je ne savais rien d'elle, ou presque... à part que c'était une merveilleuse amante, qu'elle était étrangère et qu'elle s'appelait Sarah.

Là, nous étions une semaine plus tard, il faisait toujours aussi froid, et je devais aller faire mon petit rapport hebdomadaire à Monsieur Armando. Et par la même occasion, en profiter pour chercher de la glace pour la miss, je lui avais promis, et retrouver deux fameuses photos sur lesquelles j'étais pratiquement sûr que l'on pouvait voir Sarah, la future femme du type que je devais tuer avant les bombardements.


Armando


Rien de bien nouveau à lui raconter sur la communauté. C'est qu'il ne se passait pas grand chose ces derniers temps... Armando en fut presque déçu. Je sentais qu'il allait bientôt perdre patience et me demander de mettre un terme à ma mission : c'est-à-dire de tuer les 3 leaders.
Bon, ça, ça ne m'embêtait pas plus que ça, je ne les appréciais pas vraiment. Il faut dire que j'avais soigneusement pris soin de ne pas devenir leur ami, il ne faut jamais s'attacher à sa future victime.
Mais... j'aimais beaucoup Katarina... et Gabrielle... ainsi que d'autres gens au sein de la communauté, et je savais que ça leur ferait beaucoup de mal de voir ces trois gars là... morts.

Malheureusement, je n'avais pas le choix.


Crème glacée

Comme promis, le gars en charge des stocks m'avait mis deux pots de glace de côté : un à la vanille, simple, mais toujours efficace, et un plus exotique, à la mangue. Je sentais que Sarah allait être ravie. Elle qui m'avait déjà demandé de lui apporter des fruits exotiques, alors de la glace exotique... c'était le paradis, non ?
Je me suis ensuite chargé de remplir un carton pour la communauté. Je n'allais pas manquer de me racheter pour la dernière fois. Nous aussi, nous avions besoin de manger.

Et comme je n'avais pas à payer cette nourriture, autant en profiter !


Photos

Je suis ensuite rapidement passé dans mes appartements. Oui, j'avais de la chance, Armando m'avait quasiment octroyé un étage entier d'un de ses immeubles. Mais cela faisait des semaines que je n'y venais plus, à cause de la mission.
Je fouillais alors dans mes anciens dossiers. Enfin, ce qu'il en restait, j'avais pour habitude de les détruire après chaque... meurtre. Autant appeler un chat un chat. Mais là, comme je n'avais pas pu mener cette mission à bout, il devait me rester les détails du contrat...
Au bout de quelques minutes, je tombais sur le fameux dossier. Quelques photos du bonhomme, de son entourage... et de...

Sarah.
C'était bien Sarah, je n'en doutais plus.

Sur la première photo, voilée, on la reconnaissait à peine. Le regard vide, lointain, absent... Sur la seconde, à l'aéroport de New-York, elle était radieuse... souriante, enjouée... juste magnifique. Ca ne pouvait pas me tromper, c'était elle.

Je les enfouis dans ma poche, au cas où.


Sarah

Elle ne s'attendait certainement pas à ma visite, mais je lui avais dit que je reviendrai. Et je ne revenais pas les mains vides, j'avais trouvé sa glace !
Arrivé à Times Square, je fonçais directement vers son appartement. Je ne me reconnaissais pas... j'étais content, ayant vraiment envie de la voir. Juste pour me rendre compte qu'elle allait bien, qu'elle n'avait pas fait de vague, et que sa livraison de la dernière fois lui avait plu.

Devant sa porte, je m'arrêtais quelques secondes, le temps de souffler un bon coup. Puis je toquai, attendant impatiemment qu'elle vienne ouvrir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 10 Mar - 14:49

J’avais rendez vous dans une heure avec un type rencontré il y a quelques semaines. Un grand brun plutôt pas mal. Je me souvenais parfaitement de l’effet qu’il me faisait quand il me caressait et me faisait l’amour. Mais son prénom m’échappait totalement. Je n’avais jamais eu la mémoire des prénoms. Et j’avais beau avoir couché avec lui deux ou trois fois, son prénom ne rentrait pas. C’était dingue hein…. A croire qu’au moment où je m’étais promis de ne jamais m’attacher à qui que ce soit, mon cerveau avait enregistré la chose à sa façon. Et apparemment il avait enregistré que se souvenir du prénom d’une conquête c’est lui donner de l’importance. Alors je me souvenais presque jamais du prénom des hommes qui passaient dans mon lit.

Bien sur j’aurais pu lui dire de me rejoindre directement ici. Mais ca non plus je ne le faisais pas. Si j’avais fait ca j’aurais vécu ca comme s’ils pouvaient disposer de moi. Or c’est moi qui disposais d’eux et pas l’inverse.

J’avais donc rendez vous avec le beau brun et j’avais tout prévu. Tout avait été programmé. Quelques heures de plaisir, j’avais crée une ambiance sympa dans l’appartement, enfin dans le salon. Je ne voulais pas que ce qui me servait de chambre soit parasité par qui que ce soit. C’était MON lit, MON univers. Alors en général mes parties de jambes en l’air se passaient sur un matelas posé au milieu du salon. Et quand je n’avais pas d’ « invité » je le collais contre un mur jusqu'à la prochaine fois. Le plus difficile dans ces temps actuels, c’était du linge propre. Vous n’imaginez même pas les ruses pour avoir la chance de pouvoir laver son linge. Finalement c’est un peu ce qui me manquait…Mes vêtements à moi je les lavais à la main….Mais les draps c’était pas évident et ça prenait énormément de temps et d’espace.

Allez Sarah, dépêche-toi. Ce n’est pas que j’étais impatiente de le voir. C’était juste que j’étais impatiente de m’envoyer en l’air. Je ne sais pas pourquoi mais je n’arrivais pas à prendre du plaisir ces temps –ci. Enfin j’en prenais si…mais ce n’était pas comme avant….Alors je voulais un amant qui sache me combler. Les deux ou trois derniers n’étaient pas doués je le savais pourtant. J’espérais qu’au moins aujourd’hui j’allais enfin pouvoir me sentir pleinement satisfaite. Quitte à ce qu’on y passe une partie de la nuit… Je m’en fichais…je voulais juste prendre mon pied moi.

Rapidement je le retrouvais à une deux rues de chez moi. Il savait exactement comment ça fonctionnait avec moi. Pas de baiser, pas de faux semblants genre « comment vas –tu depuis le temps ? nia nia nia ». Non… je n’étais pas là pour faire la causette ou jouer les amoureuses, j’étais là pour faire l’amour.

Et c’est ce que nous avons fait pendant prés de trois heures. Jusqu'à ce que je dise stop.

Si j’avais pris mon pied ? Vraiment mon pied ? Non….

C’était carrément insensé. Pourtant j’avais pris du plaisir une ou deux fois. Mais je n’avais pas vraiment pris mon pied. Ce n’était pas ce qu’on appelle grimper au rideau si vous voyez ce que je veux dire. Pourtant il savait y faire C’était dingue ça….

Je l’ai renvoyé alors rapidement. C’était pas mon jour…on y arriverait pas…alors autant qu’il dégage. Il a essayé de protester. Comment ça il en voulait encore ? Non mais mon grand tu rêves, tu iras te finir ailleurs…

Je me suis douchée rapidement. Je ne voulais pas sentir son odeur sur moi. Il ne manquait plus que ca. Douche rapide à l’eau froide d’ailleurs mais tant pis… Je supportais relativement bien l’eau froide maintenant. Je m’y étais habituée…

Je me suis alors rhabillée d’un grand pull qui avait sans doute appartenu à un mec d’environ deux mètres. Mais j’adorais ce pull. Il était doux, je me sentais bien là dedans. Si je n’avais du emporter qu’une chose d’ici, ce serait ça. Je fulminais toujours de rage. Jusqu'à ce que j’entende frapper à la porte.

Ce n’était quand même pas l’autre impuissant qui revenait quand même ? Je suis allée ouvrir en fronçant les sourcils. Et j’ai eu la surprise de ma vie. Une belle surprise….Seulement je n’étais pas d’humeur…

-Natahaniel…..

Je ne lui ai même pas laissé le temps de répondre quoi que ce soit que j’ai tourné les talons.

-Qu’est ce que tu veux ? Je te préviens je suis pas d’humeur.
Je ne lui ai même pas accordé un regard. Je me sentais terriblement frustrée….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 10 Mar - 16:29

La porte s'ouvrit en grand sur un visage fermé. Elle semblait de mauvais poil.

- Nathaniel…

Euh... oui. Un bon point et une sucette pour la petite dame au premier rang ! Elle tourna aussitôt les talons...

- Qu’est ce que tu veux ? Je te préviens je suis pas d’humeur.

Ca, je l'avais déjà deviné.
Bonjour, ça va bien ? C'est le livreur de crème glacée ! Mouais. Moi aussi je suis ravi de te voir.

Je m'avançai alors de quelques pas vers son salon et déposai mon lourd carton au sol. Je pris les deux pots de glace...

- Je suis juste passé te déposer ce que je t'avais promis.

C'est vrai quoi... pour quoi d'autre j'aurais pu venir ?
A ces quelques mots, elle se tourna enfin vers moi. Même dans son ridicule pull 10 fois trop grand pour elle, elle était sublime.

- Mais bon, si tu ne veux pas de glace, je la mangerais tout seul, c'est pas grave...

Elle ouvrit de grands yeux avant de se précipiter vers moi pour s'en emparer. Elle sourit longuement et entama immédiatement le pot de glace à la mangue.

- Bon, ben on dirait que ça te fait plaisir... tant mieux. T'es plus jolie quand tu souris.

Ca, c'était sorti tout seul. Pourtant, ce n'était pas mon genre de faire des compliments.
Je repensais alors aux deux photos qui se trouvaient dans ma poche. Elle venait d'avoir exactement les mêmes expressions... un visage fermé, et un visage heureux. Tout ça en deux minutes chrono.

Je ne savais pas vraiment quoi faire à ce sujet. Devais-je lui en parler ?
Pas sûr. Si elle savait que j'avais été engagé pour tuer son futur-mari, elle le prendrait certainement très mal. Mais bon, aussi près des bombardements, ça n'aurait rien changé au final.

J'avais soif. C'était crevant de porter un lourd carton sur un chemin conséquent.

- Je peux te piquer un verre d'eau ?

Elle me fit signe de me servir, ce que je ne manquais pas de faire.
Dans la cuisine, par terre, deux emballages de capotes...

Bon, ben au moins elle s'en servait.

- Ca te convient ce que je t'ai apporté la semaine dernière ?

Je n'en doutais pas, mais je voulais l'entendre le dire. En tout cas, elle était toujours vivante, ce qui voulait dire qu'elle s'était tenue tranquille cette semaine.

Mais quelque chose me disait que ça n'allait pas durer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 10 Mar - 18:10

Je n’avais même pas remarqué qu’il portait un carton rempli jusqu'à ce que je le voie le poser au sol. Et il en a sorti deux énormes pots de glace….Il avait réussi à trouver de la crème glacée. J’étais en pleine hallucination là ? Mais où est ce qu’il avait réussi à avoir ça ?

- Je suis juste passé te déposer ce que je t'avais promis.

Je lorgnais sur les deux pots de crème glacée. Deux pots. Rien que pour moi. J’en rêvais depuisdes mois !

- Mais bon, si tu ne veux pas de glace, je la mangerais tout seul, c'est pas grave...

Non mais il rêvait là. C’était MES pots de crème glacée. Je ne laisserais personne en manger ne serait ce qu’une cuiller. Bon Nathaniel en aurait peut être une cuiller ou deux vu que c’était lui qui les avait ramenés. Mais juste une ou deux hein. Je me suis emparée du premier pot de glace et je suis allée en courant chercher une cuiller propre à la cuisine et je me suis assise par terre sur le tapis du salon. La première cuiller était un délice.

Du sorbet mangue en plus !!! Mon préféré.

- Bon, ben on dirait que ça te fait plaisir... tant mieux. T'es plus jolie quand tu souris.

Je me suis contenté de le regarder avec un énorme sourire. Oui ca me faisait plaisir. Enormément plaisir. Il n’imaginait même pas a quel point. C’était tellement bon qu’à chaque cuiller je fermais les yeux de plaisir. J’ai même du lancer un ou deux gémissements. Au moins je prenais mon pied là. Même si je ne pensais pas le prendre comme ca.

-Rha cette crème glacée est un délice. Tu as été pêché ça où ????

Je n’attendais pas vraiment de réponse. Et puis…J’avais presque oublié la présence de Nathaniel jusqu'à ce qu’il me fasse remarquer qu’il était toujours là.

- Je peux te piquer un verre d'eau ?

Il est revenu dans la cuisine moins d’une minute après et s’est approché de moi. Je faisais sa fête au sorbet à la mangue. Et il a encore trouvé le moyen de me parler à ce moment là.

- Ca te convient ce que je t'ai apporté la semaine dernière ?

J’ai laché un peu mon pot de glace en le refermant et en le posant sur l’espèce de table basse et je me suis relevée en m’appuyant sur lui. Il me tendait la main. Autant m’en servir. C’est à ca que sert un mec non ?

-Ouais merci….Mais ne crois pas que je vais te remercier en te laissant me faire l’amour. Je suis pas d’humeur.

C’était pas du tout mon genre. Enfin si c’était carrément mon genre. Mais là je n’étais pas d’humeur. J’avais essayé tant bien que mal de prendre vraiment mon pied, et je n’y étais pas arrivée. Ca ne m’était jamais arrivé. Mais jamais de chez jamais. Et ca m’énervait comme jamais. Heureusement que maintenant j’avais de la crème glacée pour me réconforter.

Qu’est ce qui ne tournait pas rond chez moi ?

Je me suis alors approché de Nathaniel avant de passer mes bras autour de son cou et je me suis mise sur la pointe des pieds pour me mettre à son niveau.

-C’est pour ça que tu es revenu non ?

Pour quoi d’autre était il venu ? A part me faire l’amour ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 10 Mar - 19:57

Elle délaissa son pot de glace et se releva avec mon aide...

- Ouais merci… Mais ne crois pas que je vais te remercier en te laissant me faire l’amour. Je suis pas d’humeur.


Quoi ? Me remercier en... ? Non. Elle n'y croyait quand-même pas ! Je n'étais pas venu pour ça.
Quoique ça ne m'aurait pas déplu, et que je n'aurais jamais dit non à Sarah. Mais là... j'étais juste passé lui déposer ce qu'elle voulait.

Elle s'approcha de moi et passa ses bras autour de mon cou.

- C’est pour ça que tu es revenu non ?

Non mais en plus elle y croyait !
Je la regardais droit dans les yeux...

- Je te l'ai déjà dit, je suis venu t'apporter ce que tu avais demandé. C'est tout. Ne cherche pas plus loin.

Elle me regardait bizarrement, comme si elle ne me croyait pas.

- Je te le jure, rien de plus.

Non mais elle croyait quoi ? Que je ne pensais qu'avec mon sexe ? Désolé ma biche, je n'étais pas ce genre de type.
Je lui saisis alors doucement les bras pour échapper à son étreinte et je reculais de quelques pas.

- Si tu tiens tellement à me remercier, un simple "merci" serait parfait.

Ben oui, je n'étais pas non plus à sa disposition après tout. Et en général, quand les gens vous rendaient un service, on les remerciait... en leur disant merci. C'était tout bête, mais efficace.
Je me mis alors à sourire. Un de ces sourires en coin qui annonçaient souvent une parole cinglante... et ça ne loupa pas.

- Puis d'après ce que j'ai pu voir... tu n'as pas besoin de moi pour... t'amuser.

Rapport aux emballages de préservatifs qui trainaient par terre bien sûr... et par "amuser", Sarah comprenait très bien de quoi je voulais parler.
Car en plus d'être magnifique... elle était loin d'être stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Jeu 11 Mar - 13:12

J’ai soutenu son regard quand il m’a regardé droit dans les yeux. Il n’avait rien perdu de son assurance. Et il paraissait sincère en plus dans ce qu’il disait.

- Je te l'ai déjà dit, je suis venu t'apporter ce que tu avais demandé. C'est tout. Ne cherche pas plus loin.
Mais bien sûr mon grand…Tu es venu juste comme ça, sans penser ne serait ce qu’une minute que je pourrais te remercier encore en nous envoyant en l’air. N’importe quel mec serait revenu pour ça après nos premiers ébats. Et je doutais que Nathaniel ne soit pas comme les autres.

- Je te le jure, rien de plus.

Mais il continuait à paraitre sincère, alors il a commencé à semer le doute en moi. J’étais toujours pendue à son cou et nos regards ne se quittaient pas. Il pouvait sans doute lire le doute en moi, et moi je lisais son agacement naissant. Jusqu'à ce qu’il se détache de mon emprise et recule un peu.

Non mais j’hallucinais il était vraiment sérieux. Il n’était pas venu pour ça….Non mais ce mec avait un problème psychologique ma parole.

Finalement je n’attendais qu’une chose, quoi que j’ai pu lui dire… J’avais envie qu’il me fasse l’amour, là tout de suite, sur le sofa, sur la table, n’importe où…. Mais qu’il me fasse l’amour nom de Dieu….

J’étais littéralement sur le cul. Il n’avait pas envie de moi. C’était sans doute la première fois qu’un homme n’essayait pas de profiter de la situation.

- Si tu tiens tellement à me remercier, un simple "merci" serait parfait.

Je ne pensais même plus à ce foutu pot de crème glacée. Tout ce que je voyais c’était qu’il était venu sans aucune arrière pensée. Et je me sentais vraiment vexée…Et je ne suis pas agréable quand ce sentiment commence à s’insinuer en moi.

Il n’avait pas envie de moi… Il n’avait pas envie de moi…

Et il m’a mis hors de moi quand j’ai vu un sourire en coin naitre sur le coin de ses lèvres.

- Puis d'après ce que j'ai pu voir... tu n'as pas besoin de moi pour... t'amuser.

Alors là c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Ce mec était décidément complètement cinglé. Il se refusait à moi et il se permettait encore de me juger.

Je me suis alors avancée vers lui en pointant un doigt sur sa poitrine et en le regardant dans les yeux.

-Non je n’ai pas besoin de toi !

J’ai serré les dents un instant avant de le saisir par le col de sa chemise. J’étais presque menaçante. Je l’étais en fait.

-Mais tu te prends pour qui John Wayne ? De quel droit tu te permets de me juger ? Tu ne me connais pas…

Non il ne me connaissait pas. Il ne connaissait rien à ma vie. Il ne savait pas ce qu’avait été ma vie avant les bombardements, ce sentiment de mort perpétuelle, cette envie d’en finir avec la vie. Et il ne savait pas ce qu’était ma vie depuis les bombardements. Bien sur je prenais du bon temps, mais c’était l’unique façon de me sentir vivante, la seule et l’unique.

-Fous le camp Nathaniel !

Je suis devenue incontrôlable. Hurlant. Piétinant du pied et le poussant vers la porte d’entrée. Je voulais qu’il parte. Il venait de dépasser les limites. Me juger…

-Fouuuuuus le caaaaaamp !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Lun 15 Mar - 21:14

Elle s'avança vers moi, plantant mon doigts sur mon torse, et me regardant un peu méchamment...

- Non je n’ai pas besoin de toi !

Ca, je l'avais bien vu.
Elle saisit le col de ma chemise...
Ouh. C'était bon ça.

- Mais tu te prends pour qui John Wayne ? De quel droit tu te permets de me juger ? Tu ne me connais pas…

Moi ? La juger ?
Certainement pas. C'était juste une remarque. Elle était assez grande pour faire ce qu'elle voulait. Il fallait croire que la perte de son ex futur mari ne l'avait pas si chamboulée en fait...

- Fous le camp Nathaniel !

Je crois que j'avais touché la corde sensible sans le vouloir, et comme un idiot, la regardant de haut, je ne pus m'empêcher de ricaner. Non mais elle pensait me faire peur ou quoi ?

Elle me poussa vers la porte d'entrée à coup de cris aigus et se sautillements enfantins. Décidément, elle était très drôle.

- Fouuuuuus le caaaaaamp !!!!!!

Je ne pouvais m'arrêter de rire, me laissant faire. En quelques secondes, j'étais sur le pas de sa porte. Elle était furieuse, littéralement verte de rage.
Entre deux rires, je parvenais plus ou moins à m'expliquer...

- Du calme Shéhérazade... je voulais pas t'offenser.


Ben oui quoi... elle me faisait aux comptes des mille et une nuits. Une beauté du moyen Orient, je n'en voyais pas tous les jours.
Mais c'était bien le moment de faire de l'humour.
Elle ne semblait pas particulièrement apprécier son nouveau surnom. Je l'attrapais alors par les bras, les plaquant contre son corps. Elle essayait de se dégager, mais j'attrapais son regard pour lui parler...

- Sans déconner... t'es assez grande, tu fais ce que tu veux. On a déjà eu la fin du monde, alors qu'est-ce qui pourrait arriver de pire ? Un type comme moi qui te fait la morale ? Sérieusement ma biche, c'est pas mon genre... en matière de crime, je crois que je bats le record...


Et ça, c'était vraiment peu dire. Je ne comptais plus les cadavres...
Enfin, auparavant, j'avais un compte précis. Mais depuis les bombardements et le chaos ambiant... c'était plus difficile. Et puis, ce n'était plus la même chose. Ce n'était plus... aussi amusant, en fait.

Le futur mari de Sarah, si je me rappelais bien, aurait été ma 92ème victime. Pas mal pour une dizaine d'année de service, non ?
Là, on pouvait facilement en compter le double.

Sarah ne se calmait pas... je pris un ton plus posé...

- Je vais pas te relâcher comme ça... calme-toi d'abord... je suis pas venu ici pour t'emmerder...

Je lui souriais, mais je n'étais pas sûr que cela fasse vraiment effet... alors je tentais le tout pour le tout...

... en l'embrassant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Lun 15 Mar - 22:20

Plus il riait, plus j’hurlais. J’allais m’exploser la voix mais tant pis. Il me mettait hors de moi. Il n’opposait pourtant aucune résistance pendant que je le foutais à la porte. Mais j’avoue que j’avais bien du mal à ne pas résister à l’appel de la chair pendant que j’avais posé mes mains sur son torse pour le faire reculer.

- Du calme Shéhérazade... je voulais pas t'offenser.

Shéhérazade ? Non mais franchement !!! J’avais une gueule de Shéhérazade ? C’était bien les occidentaux ca ? Des qu’ils voyaient une jeune fille, une jeune femme un peu typée, c’était parti on l’appelait Shéhérazade. Bon d’accord je lavais surnommé John Wayne parce qu’il était blond, musclé et qu’il avait un flingue et qu’il me faisait à un cow boy mais ce n’est pas pareil. Ce n’est pas pareil hein ?

Ni une ni deux, il m’a attrapé les bras et les a plaqués le long de mon corps. J’avais beau me tortiller essayer de lui foutre des coups de pieds, et faire tout ce que je voulais, il avait de la force. Je ne pouvais rien faire. Mais j’essayais quand même. J’essayais même de le mordre pour qu’il me lâche mais il esquivait toujours. Ordure va !!

Il m’a forcé à le regarder. Et je me suis retenue de lui cracher au visage. Mais s’il continuait c’est ce que j’allais faire sans doute.

- Sans déconner... t'es assez grande, tu fais ce que tu veux. On a déjà eu la fin du monde, alors qu'est-ce qui pourrait arriver de pire ? Un type comme moi qui te fait la morale ? Sérieusement ma biche, c'est pas mon genre... en matière de crime, je crois que je bats le record...

Oui j’étais assez grande. Et surtout je n’avais de comptes à rendre à personne. A Personne !!! Il commençait a devenir assez familier. Comme… moi…

Qu’est ce qui pourrait arriver de pire ? Je n’en sais rien mais pour moi ce que je vivais en ce moment c’était le pire. Je me sentais mal, je recherchais la compagnie. Alors que j’avais tout fait pour me retrouver seule et que quand je m’étais retrouvée seule au monde j’avais sauté de joie au point d’en danser sur les cadavres de mes proches. Et le pire pour moi c’était que j’avais beau m’envoyer en l’air avec des canons et des mecs doués pour les plaisirs de la chair, je n’arrivais pas à prendre mon pied. Je n’étais pas frigide loin de là, mais c’ était pas l’extase quoi.

- Lâche-moi bordel. Lâche-moi Nathaniel !

J’ai profité qu’il relâche un peu plus la pression pour me débattre à nouveau. Mais mes forces commençaient a s’amenuiser.

- Je vais pas te relâcher comme ça... calme-toi d'abord... je suis pas venu ici pour t'emmerder...

Il comprenait pas que je me fichais pas mal qu’il soit venu ? J’allais lui cracher au visage pour tenter le tout pour le tout quand il a fondu sur mes lèvres. Et là contre toute attente mon corps a répondu de lui-même. Je me suis collée à lui et j’ai répondu avec passion à son baiser. Je cherchais même à l’approfondir jusqu’au moment où mon cerveau s’est remis à fonctionner correctement. Je l’ai alors repoussé.

Je l’ai regardé en écarquillant les yeux. J’étais sous le coup de la surprise.

-Pourquoi tu m’as embrassé ?

C’était lui qui avait commencé non ? Je n’avais fait que répondre. Et encore c’était mon corps qui avait parlé pour moi. Je n’avais pas envie de l’embrasser.

J’ai soupiré avant de parler d’une voix un peu plus calme.

-C’est bon tu peux me lâcher je suis calme.

Et il m’a obéi. Bien ! Au moins il était pas si bête.

Je me suis massé les bras, il avait appuyé dessus comme un dingue et je me sentais toute ankylosée. Et avec la chance que j’avais, j’en aurais les marques. Je marquais toujours et rapidement. …

-Qu’est ce qui pourrait arriver de pire hein ? J’arrive plus à grimper aux rideaux, voilà ce qu’il y a de pire. Alors excuse-moi mais non je suis pas d’humeur pour une partie de jambes en l’air.

Je lui ai balancé ça de but en blanc. sans ménagement. Mais ca me bouffait tellement que c’est sorti tout seul. Il avait l’air complètement halluciné mais je m’en fichais. J’avais besoin que ca sorte. Il était là alors qu’il assume maintenant. Oui j’étais frustrée !!!

-J’arrête pas de m’envoyer en l’air depuis quelques jours. Mais y’a rien à faire…

Pourtant j’y mettais toute mon énergie et mon savoir faire, et ils avaient beau être super bien équipés et savoir s’y prendre, ca venait pas.

- Ca m’énerve !!!!!

J’ai fini par crier à nouveau. Mais c’était plus pour évacuer ma frustration. Mais y’avait rien à faire…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Lun 15 Mar - 23:03

Sarah me rendit mon baiser durant quelques secondes, avant de me repousser et de me regarder bizarrement...

- Pourquoi tu m’as embrassé ?

La réponse était simple.

- Pour que t'arrêtes de hurler... et puis... parce que j'en avais envie.

SURTOUT parce que j'en avais envie, à vrai dire. Elle soupira et se calma enfin.

- C’est bon tu peux me lâcher je suis calme.

Je la lâchais alors sans me faire prier. Je n'étais pas là pour la torturer, bien au contraire.

- Qu’est ce qui pourrait arriver de pire hein ? J’arrive plus à grimper aux rideaux, voilà ce qu’il y a de pire. Alors excuse-moi mais non je suis pas d’humeur pour une partie de jambes en l’air.


Elle me balançait ça comme ça, là, comme si de rien n'était. Comme si elle m'annonçait le temps qu'il faisait ou bien la couleur de son t-shirt préféré. Moi, je la préférais sans rien, mais ce n'était que mon avis personnel.

Je devais tirer une tête complètement halluciné... ne sachant quoi répondre à une telle... révélation ? Confidence ?

- J’arrête pas de m’envoyer en l’air depuis quelques jours. Mais y’a rien à faire… Ca m’énerve !!!!!

OK, donc elle était bizarre, parce qu'elle était frustrée.
Mais pourquoi me balancer ça à moi ? On se connaissait à peine, non ? Et c'était plutôt le genre de truc à raconter à sa meilleure amie devant un bon film bien niais à la Bridget Jones et devant une énorme tablette de chocolat.
J'avais une tête de "meilleure amie" ? Non !

- Bon, je peux te poser une question ?


En fait, j'en avais rien à faire de son approbation, je la posais quand-même.

- La semaine dernière, t'as pris ton pied avec moi, non ?

Alors là, j'en aurais mis ma main à couper.
J'en profitais pour pénétrer à nouveau dans son appartement, m'approchant d'elle petit à petit, droit devant, les yeux dans les yeux.

- Tu m'aimes bien, voilà tout.

Je lui souriais en coin, satisfait de ma petite conclusion. Tout en espérant dire vrai.
Elle semblait plutôt surprise par ma remarque. Même si j'étais le premier étonné. Je ne pensais pas qu'elle en avait quelque chose à faire de moi. Mais je m'étais peut-être trompé...

Visiblement, elle ne semblait pas croire à ma théorie.

- Si tu veux, y'a un moyen de savoir ça rapidement...

C'était fairplay non ?

- Enfin... en deux ou trois heures, comme la dernière fois...

Je ne souriais plus cette fois, j'étais sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Lun 15 Mar - 23:37

Il me regardait comme si …comme si….comme si….comme si je sais pas quoi bordel. Mais i me regardait bizarrement. Allez atterris John Wayne et dis quelque chose. Je sais pas moi… dis moi que tu t’en cognes de ma vie sexuelle. Dis-moi que je suis frigide. Mais arrête de la boucler merde.

La frustration sexuelle n’est jamais bonne chez personne, mais chez moi ca se traduisait par une attitude de pile électrique. Bon sang !!! Je voulais juste prendre mon pied merde ! Je demandais pas grand-chose. Y’a pas si longtemps j’y arrivais non ?

Il m’a regardé un peu plus sérieusement.

- Bon, je peux te poser une question ?

Je n’ai même pas eu le temps de lui dire oui ou de lui dire non qu’il enchainait. Bha pourquoi tu me demandes si tu peux poser une question si tu te fous de ma réponse connard ?

- La semaine dernière, t'as pris ton pied avec moi, non ?

Alors laisse-moi réfléchir John….. Est-ce que j’avais pris mon pied ? Mais vraiment pris mon pied hein ? J’avoue qu’il était bâti comme un Dieu grec, qu’il savait se servir de son engin et qu’il m’avait pris partout dans le salon. Et pour être honnête….oui j’avais pris mon pied. Et pas qu’un peu.

J’étais plongée dans mes souvenirs de ce jour là et il en a profité pour rentrer dans l’appartement. Il souriait d’un air victorieux, me regardant droit dans les yeux.

- Tu m'aimes bien, voilà tout.

Il ne se détachait pas de son petit sourire en coin. Il était visiblement sérieux, et fier de lui. Alors je lui ai répondu tout de go en secouant la tête comme une folle.

-Je t’aime bien ? Physiquement ouais sinon….

J’aurais été hypocrite de dire qu’il ne me plaisait pas physiquement. Il était tout en muscles, il était grand, blond, un visage d’ange un peu démoniaque. Ouais il me plaisait physiquement. Mais ca s’arrêtait là….

- Si tu veux, y'a un moyen de savoir ça rapidement...

Un moyen rapide ? Ha oui ?

- Enfin... en deux ou trois heures, comme la dernière fois...

Ha c’était ca qu’il proposait ? Qu’on s’envoie en l’air pour voir si je prenais mon pied et vérifier que je l’aimais bien ? Il rêvait là. J’arrivais plus à prendre mon pied, ce n’est pas lui avec son costume de Zorro qui allait arriver à désamorcer le truc. Et j’allais lui prouver. Il n’était pas au dessus des autres.

Il était comme tous les mecs avec qui je couchais. Mignon, désirable, mais passé la partie de jambes en l’air, il ne m’attirait pas plus que ca. Sinon je le saurais non ? Il parait qu’on savait au premier regard quand on rencontrait LE mec. Et moi jusque là je n’avais rien vu alors….

J’ai commencé à me déshabiller comme une furie.

-Ok…Vas y fous toi à poil !

Bha quoi ? Il proposait qu’on s’envoie en l’air, il n’allait tout de même pas se faire prier alors ? J’étais ok alors qu’est ce qu’il attendait.

-Bha oui quoi !!! Tu veux qu’on vérifie non ? Bha alors on va vérifier !

Il ne s’attendait quand même pas à ce que je me pende à son cou et a ce que je joue les amoureuses ou à ce que je lui demande du romantisme. Je voulais baiser et rien d’autre. Et je voulais lui prouver que j’étais bloquée.

-Je vais te prouver que toi non plus t’arriveras pas a me faire grimper aux rideaux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mar 16 Mar - 10:11

Sur un malentendu, ça pouvait fonctionner.
Et mieux que ça, elle commença à se déshabiller.

- Ok…Vas y fous toi à poil !

Je ne bougeais pas, me contentant de sourire. Je n'avais pas imaginé qu'elle le ferait. Il faut croire que j'étais plutôt convainquant.

- Bha oui quoi !!! Tu veux qu’on vérifie non ? Bha alors on va vérifier !

Je ne demandais pas mieux...

- Je vais te prouver que toi non plus t’arriveras pas a me faire grimper aux rideaux.

Là, elle me cherchait. Et j'étais certain d'y arriver pourtant. Mais là tout de suite, je n'avais pas vraiment le temps, en fait.
Je m'approchais d'elle lentement, déposant un baiser sur sa joue.

- Je te l'ai déjà dit Sarah, je ne suis pas venu pour ça...

Et je tournais les talons, me dirigeant vers la porte de sortie.

C'était peut-être salop de ma part, mais même si elle était tout à fait à mon goût, je ne me voyais pas servir d'amant de remplacement. Elle n'arrivait pas à prendre son pied ? Il fallait peut-être qu'elle admette qu'elle avait apprécié notre "rencontre" de la dernière fois.
Comme moi je l'avais admis quelques jours plus tôt en discutant avec Katarina. Je savais que j'appréciais beaucoup Sarah, et je ne me contenterais pas d'être un de ses visiteurs. En gros, c'était tout ou rien.
Non pas que j'étais jaloux... mais pourquoi continuerait-elle à coucher avec d'autres types alors que comme elle le disait elle-même, elle n'y prenait aucun plaisir ? Elle devait être un peu maso ou nympho sur les bords, et pas sûr que ça soit le genre de fille qu'il me faille, en fait.
Je n'avais qu'une seule envie : me tirer. Pour peut-être ne plus jamais revenir.

Mais c'était Sarah.

Et bien que je ne veuille pas l'admettre... j'étais déjà fou d'elle.

Je me retournais vers elle, sur le pas de la porte...

- Je te dis pas que j'arriverais pas à te faire grimper aux rideaux... je suis sûr d'y arriver. Mais...

Mais quoi Nate ?

- J'ai autre chose à faire aujourd'hui.

Menteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mar 16 Mar - 10:48

Je pensais vraiment qu’il allait m’embrasser à pleine bouche et qu’il finirait par se déshabiller. Apres tout…s’il avait besoin de m’embrasser pour se mettre en conditions, je m’en foutais pas mal. J’avoue que je suis restée sur le cul quand il m’a embrassé….sur la joue. Non mais il était malade ce type !!! Je m’offrais à lui et il m’embrassait sur la joue comme un frère.

- Je te l'ai déjà dit Sarah, je ne suis pas venu pour ça...

Pas venu pour ça, pas venu pour ça…Mais pas besoin d’être « venu pour ça », je m’offrais à lui merde ! J’étais vraiment scotchée par sa connerie. S’il ne m’avait pas fait l’amour j’aurais encore juré qu’il était homo.

Il s’est tourné et est reparti vers la porte. Me laissant là a moitié nue, déjà bien excitée par la perspective d’une partie de jambes en l’air même si je doutais que ce soit le pied d’enfer avec lui. Et à nouveau en plus de la frustration, je me suis sentie rejetée.

Et croyez-moi une fille qui se sent rejetée ce n’est pas joli joli à voir. J’ai alors ramassé mes affaires rageusement tandis qu’il se tournait vers moi. Gueule d’ange semblait bien sur de lui. Mes yeux à moi lui lançaient des éclairs. Il ne pouvait plus douter que j’étais en colère. Et encore en colère c’était pas assez pour qualifier ce que je ressentais.

- Je te dis pas que j'arriverais pas à te faire grimper aux rideaux... je suis sûr d'y arriver. Mais...
J'ai autre chose à faire aujourd'hui.


Autre chose à faire ? Autre chose à faire ? Qu’est ce qui pouvait être plus important qu’une petite partie de plaisir avec moi ? Franchement je voyais pas ce qu’il pouvait avoir de plus important à faire.

Je me suis alors mis à crier à nouveau, mes vêtements contre moi.

-Baise-moi ! Fais-moi l’amour ! Appelle ça comme tu veux, mais baise-moi !

Et à nouveau j’ai jeté mes affaires par terre et je me suis jetée contre lui. Enfin je lui ai sauté dessus plutôt. J’ai enroulé mes bras autour de son cou et mes jambes autour de sa taille. Et je l’ai embrassé avec une fougue sans nom. J’ai passé mes mains dans ses cheveux. Plus le baiser s’intensifiait, plus je me collais à lui.

Quand j’ai fini par manquer de souffle, je me suis détachée peu à peu de ses lèvres et de son corps et j’ai remis les pieds sur terre. J’avais subitement une petite voix. Presque une voix de petite fille blessée, frustrée.

-Je te plais pas c’est ça ?

Et contre toute attente, j’ai à nouveau ramassé mes affaires au sol et je me suis vraiment rhabillée cette fois ci. Je n’ai pas pu étouffer un sanglot et j’ai reniflé. Je lui tournais le dos heureusement….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mar 16 Mar - 12:48

Oui, quoi. Je devais retourner à la communauté avec les quelques vivres que j'avais piqué à Armando. J'étais déjà chanceux qu'Alexander m'ait laissé sortir, après le fiasco de la dernière fois... Si je ne voulais pas me faire griller, j'avais plutôt intérêt à obéir pour le moment.
Mais c'était sans compter sur Sarah... qui me regardait, vêtements en main.

- Baise-moi ! Fais-moi l’amour ! Appelle ça comme tu veux, mais baise-moi !

Elle jeta ses fringues à terre et se jeta sur moi. Pour de vrai. Elle passa ses bras autour de mon cou et ses jambes autour de ma taille, puis elle m'embrassa. Et bien sûr, je lui rendis son baiser. Je n'étais pas si fort que ça, après tout.

Elle se détacha de moi ensuite lentement, prenant une toute petite voix...

- Je te plais pas c’est ça ?


Elle commença à ramasser ses affaires.
Il fallait quand-même que je lui explique.

- C'est pas du tout ça. Au contraire.

Comment aurait-elle pu ne pas me plaire ? Cette fille aurait pu être mannequin. Et très facilement.

- C'est juste que...


Il fallait que je lui explique rapidement, sans trop entrer dans les détails.

- ... il y a des gens qui comptent sur moi. Je ne vis pas tout seul.


Voilà. C'était suffisant. Et surtout, c'était vrai.
Je m'approchais doucement de Sarah, déposant une main sur son épaule. Elle me tournait toujours le dos.

- Ne crois surtout pas que tu ne me plais pas. T'es la plus jolie fille que j'ai vu... depuis des mois.


Depuis toute ma vie en fait. Mais ça, elle n'était pas obligée de le savoir.
Cela ne me ressemblait pourtant pas de faire de tels compliments. Mais elle le méritait largement.
Et puis, je n'avais pas voulu la blesser ou lui faire de la peine. Je voulais juste qu'elle comprenne que je n'avais pas beaucoup de temps pour moi, surtout ces derniers temps, et que je ne pouvais donc pas disparaître pendant des heures quand je le désirais.
Même si pour elle, j'aurais enfreint beaucoup de règles...

- Je ne suis pas libre comme toi. Je ne peux pas faire ce que je veux, quand je veux.

C'était difficile à expliquer et à comprendre, mais c'était comme ça. Je n'avais pas un "métier" facile, si on pouvait appeler ça un métier.
Et de toute façon, cela lui ferait peur...

On pouvait dire que je l'enviais, en quelques sortes. Elle était libre de tout mouvement, ne devant rendre de compte à personne, et pouvant s'envoyer la moitié de New York si elle en avait envie.
Moi, je n'obéissais qu'à une seule règle : Armando.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mar 16 Mar - 14:08

Je n’allais quand même pas pleurer. Ca ne me ressemblait pas…Mais cette situation ne me ressemblait pas non plus. Je n’avais pas l’habitude qu’on me dise non. Et je n’aimais pas ca d’ailleurs. Et là c’est exactement ce qu’il venait de faire. Déjà que je me sentais frustrée de plus prendre mon pied depuis quelques jours, maintenant je me sentais rejetée parce qu’on me trouvait pas jolie et désirable.

- C'est pas du tout ça. Au contraire.

Mon cul oui…Ca ne pouvait être que ça. Il n’avait pas envie de moi, je lui plaisais pas. Qu’il le dise merde ! C’était déjà dur à encaisser, mais ce serait encore plus difficile s’il se mettait a me mentir et à me dire que je lui plaisais.

C’était le premier rejet que je me prenais en pleine face, et là mon orgueil venait d’en prendre un sacré coup.

Me rhabiller. Déjà fallait que je rhabille. Je m’étais assez ridiculisée comme ca.

- C'est juste que ... il y a des gens qui comptent sur moi. Je ne vis pas tout seul.
Mais bien sur…. Et ça l’empêchait de s’envoyer en l’air avec moi. Non mais franchement il aurait pu trouver mieux comme excuse. Il pouvait me dire la vérité, j’étais plus à ca prés…

J’avais repassé mes sous vêtements et je m’apprêtais à remettre ma jupe quand j’ai senti sa main sur mon épaule. Mais il était hors de question qu’il me voit les larmes aux yeux. J’avais ma fierté quand même.

- Ne crois surtout pas que tu ne me plais pas. T'es la plus jolie fille que j'ai vu... depuis des mois.

Putain mais tu t’enfonces Alphonse !! Si je te plais tant que ca comme tu le dis, pourquoi tu n’en profites pas. Non mais sérieux… J’étais open-bar, je lui plaisais…alors pourquoi il en profitait pas bordel !!!

Finalement je ne demandais que ça. J’avais besoin de m’envoyer en l’air pour ne pas déprimer. Bha oui quoi…parait que faire l’amour c’est le meilleur anti dépresseur au monde. Et en plus c’était gratuit…

- Je ne suis pas libre comme toi. Je ne peux pas faire ce que je veux, quand je veux.

On était libre si on voulait ! Alors non ses excuses à deux balles il pouvait se les garder !

Je me suis retournée après avoir essuyé les larmes qui ne demandaient qu’a couler. Et j’ai enfilé ma jupe et un top. Je pensais qu’il allait partir mais non il restait là à me regarder.

J’ai soupiré tellement j’en avais ma claque. Subitement et sans doute pour la première fois de ma vie, de ma nouvelle vie. Je me suis sentie à nouveau très mal. Comme si j’avais à nouveau un voile qui me cachait entièrement et que j’étais insignifiante. J’ai repris le pot de crème glacée dans les mains et je me suis replongée dedans. Entre deux cuillères j’ai regardé longuement Nathaniel.

-Quand on veut on peut Nathaniel !
Enfin c’est comme ca que moi je voyais les choses. S’il ne pouvait pas comme il disait, c’est qu’il voulait pas. Je devais être maso mais j’avais besoin de savoir, j’avais besoin qu’il me dise la vérité.

-T’as une copine c’est ça ? Marié tu l’es pas, t’as pas d’alliance.

Oui j’avoue que j’avais regardé la première fois que je l’avais rencontré. Non pas que ça me déplaise, mais au moins ca permettait de savoir ou mettre les pieds. Et puis j’avoue que je préférais savoir au cas où que la femme cocue vienne me faire chier. Même si pour le moment je n’avais pas encore eu de problèmes avec qui que ce soit. Mais ca ne m’assurait pas la tranquillité éternelle.

-Tu peux me le dire hein….et puis tu sais je suis pas jalouse hein…

C’était pas moi qui m’amuserait à semer des indices pour que sa copine s’aperçoive qu’il s’envoyait en l’air ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mar 16 Mar - 19:52

Sarah était énervée, ça se voyait. Même si je comprenais pas vraiment pourquoi.
Elle se rhabilla vite fait bien fait avant de soupirer et de s'attaquer à nouveau à la glace. Entre deux bouchées, elle me regarda longuement...

- Quand on veut on peut Nathaniel !

C'était plus facile à dire qu'à faire. Et puis, j'étais très bien moi comme ça. Sous les ordres d'Armando, je pouvais avoir tout ce que je voulais... j'étais très bien payé, et surprotégé. Que demander de mieux ?
Elle me posa alors une question à laquelle je ne m'attendais pas, et qui me fit aussitôt sourire...

- T’as une copine c’est ça ? Marié tu l’es pas, t’as pas d’alliance.

Ahah, elle avait vérifié. Machinalement sans doute, mais elle l'avait fait.
Je lui souriais... sans un mot.

- Tu peux me le dire hein… et puis tu sais je suis pas jalouse hein…

Décidément, cette fille était incroyable. Incroyable et complètement folle.
Je me suis alors avancé vers elle de quelques pas...

- Non. Je n'ai pas de copine.

C'était clair non ?

- Je n'ai aucune femme dans ma vie...

Et je n'en avais jamais vraiment eu d'ailleurs. Je n'étais pas un pro des relations, et avec le boulot que j'avais, je ne pouvais pas me le permettre de toute façon. Je bougeais tout le temps, et pas seulement aux Etats-Unis. Et puis annoncer à sa petite-amie qu'on est tueur à gage, ça refroidit un peu. Enfin, sans mauvais jeu de mot.

Bon allez, je pouvais bien lui expliquer un minimum.

- Je vis dans une communauté de plus d'une centaine de personnes... femmes et enfants compris... les vivres partent vite, et c'est pour ça que j'avais l'intention de leur ramener le carton rempli de nourriture...


Qui était toujours sagement posé dans l'entrée depuis que j'étais arrivé.

- La dernière fois que je suis venu te voir, je n'ai rien pu leur ramener... alors il faut que j'me fasse pardonner.

Voilà tout. C'était simple non ? Elle pouvait quand-même comprendre que des gens comptaient sur moi... Même si personnellement j'aurais préféré rester ici.

- Crois-moi, si j'avais le choix, je n'irais pas.

Si j'avais le choix, j'me serais probablement déjà tiré loin d'ici. Très très loin d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mar 16 Mar - 22:38

Je ne le quittais pas des yeux. Même pas quand il s’est avancé vers moi. J’étais persuadée qu’il allait avouer. Il n’avait pas envie de moi parce qu’il avait une copine, et qu’il ne voulait pas la tromper. Un mec fidele….c’était bien ma veine.

- Non. Je n'ai pas de copine.

Mais bien sur…Ils disent tous ça….

- Je n'ai aucune femme dans ma vie...

C’est qu’il paraissait sincère le bougre….Et j’avoue que ca me mettait hors de moi. J’aurais largement préféré qu’il me mente. Au moins ma conception des hommes ne s’en serait pas vue chamboulée.

Et il a commencé à me parler de sa vie. Comme si j’en avais la moindre envie. Il me balançait ca comme si on était de vieux amis. C’était dingue….et ce qui était d’autant plus dingue c’est que je lui ai pas fait signe que je m’en fichais, je lui ai pas demandé de la fermer. Je l’ai écouté. Décidément la frustration me faisait faire et dire des choses complètement débiles.

- Je vis dans une communauté de plus d'une centaine de personnes... femmes et enfants compris... les vivres partent vite, et c'est pour ça que j'avais l'intention de leur ramener le carton rempli de nourriture...

Mais chasser le naturel, il revient au galop. J’ai balayé ses excuses d’un revers de la main en ricanant.

-Sers toi dans mes placards alors fais toi plaisir. Faut que tu te fasses pardonner hein ? Pfff

J’espérais quand même pas qu’il le fasse. La charité très peu pour moi. Disons que j’avais rapidement appris dans la vie que c’est chacun sa merde. Plus tu aides les gens, plus tu es dans la merde. Et quand toi t’es dans la merde, y’a jamais personne pour t’aider.

- Crois-moi, si j'avais le choix, je n'irais pas.

Alors là j’ai pas pu m’empêcher d’exploser de rire. Non mais franchement il espérait me faire gober ça ? Il m’avait pourtant vu…. Ce n’était pas le genre d’excuse bidon qui me faisait croire en quelqu’un.

Je me suis alors levée du canapé, envoyant valser un coussin contre la porte. J’étais furieuse, en rage.

-On a toujours le choix Nathaniel.

Surtout pour un homme. Un homme a toujours le choix. Une femme c’est un peu plus compliqué. Même si maintenant pour moi c’était facile. Pas d’attaches, donc personne ne me dictait ma conduite. Ces temps la avaient trop durés.

Je l’ai contourné et je suis allée à l’embrasure de la porte qui conduisait à ce qui me servait de chambre. Peut être qu’une sieste me ferait du bien.

-Mais apparemment tu n’as pas envie de moi, alors qu’est ce que tu fais encore là ?
Il me regardait, complètement médusé par je ne sais quoi. Il attendait quoi pour se barrer. S’il disait vrai et qu’il avait des comptes à rendre à quelqu’un et tout un tas de trucs, pourquoi il était encore là.

Je lui ai fait un sourire plus hypocrite que jamais.

-Ha et si c’es pour me servir tes excuses bidon merci mais te sens pas obligé de revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mar 16 Mar - 23:13

Étrangement, Sarah explosa de rire, se leva, et balança un coussin contre la porte. Son regard m'indiquait clairement qu'elle était furieuse.

- On a toujours le choix Nathaniel.

Et j'avais choisi. J'avais choisi de vivre en tuant des gens. Je n'aimais pas plus que ça vivre à la communauté. Au sein du clan Venezzio, je ne supportais pas grand monde à part 2 ou 3 personnes, et c'était très bien comme ça. A la communauté, c'était pareil, hormis Gabrielle et Katarina, je n'en avais rien à foutre des autres. Et je savais que bientôt, je devrais tuer Alexander, Ethan et Aaron. C'était ça le but de ma mission, et je m'en réjouissais d'avance. Car j'aimais ça. C'est comme ça que j'avais choisi de vivre.

Mais allez expliquer ça à quelqu'un...

Sarah passa à côté de moi et s'arrêta entre deux pièces...

- Mais apparemment tu n’as pas envie de moi, alors qu’est ce que tu fais encore là ?


Je ne pouvais rien faire d'autre que de la regarder. Comme habituellement dans ces cas là, je préférais la fermer plutôt que d'exploser. Elle voulait que je lui dise quoi ? Que j'étais un sale type ?

- Ha et si c’est pour me servir tes excuses bidon merci mais te sens pas obligé de revenir.

Là, s'en était trop.
Je la pris au mot.

Je tournai les talons, ramassai mon précieux carton, et claquai la porte en partant. Rien à foutre, elle n'avait qu'à penser ce qu'elle voulait. Qu'elle me croit ou non, je m'en tapais. Je n'avais pas de temps à perdre avec une folle.

Point barre.

Alors je sortais, en marchant droit devant, et plus énervé que jamais. Non mais pour qui elle se prenait, Miss New York ?
Ben qu'elle se tape toute la ville si elle en avait envie, tant pis pour elle. J'en trouverais une autre, une mieux.
Une bien mieux.

Elle n'avait pas besoin de moi non ?

...

Je me suis soudain rappelé que j'avais deux photos assez particulières au fond de ma poche, et sans réellement m'y attendre, j'ai fait demi-tour.
Elle voulait la vérité hein ?
Elle allait avoir la vérité.

J'ai déboulé chez elle, à peine une minute plus tard, comme un dingue. Elle n'avait pas bougé, toujours entre deux pièces.

- Tu veux savoir ce qui va pas chez moi ? Tu veux que j'te dise quoi ? Que j'suis un gars super sympa et sans histoires qui attend que ça : se taper une jolie fille parce qu'il a que ça à foutre de ses journées. Ben non ma belle, perdu.

Je m'approchais à quelques centimètres d'elle, le regard dur, fouillant au fond de ma poche pour en sortir les deux photos.

- Devine le futur-mari de qui je devais buter avant les bombardements hein ? Devine !

Sur ce, je lui mis les photos devant le nez.

- Je ne suis pas un type bien, et je ne le serais jamais. Je suis tueur professionnel Sarah. Pas un enfant de choeur... Alors oui, on peut faire des choix, et c'est ça la vie que j'ai choisi : gagner un paquet de fric pour descendre des gens dont j'ai rien à foutre.


C'était la première fois que je racontais ça à quelqu'un. La première, et sûrement la dernière, vu sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 17 Mar - 18:38

J’ai entendu la porte claquer et j’ai su que je l’avais vexé. Tant mieux ! Non en fait pas tant mieux… Putain mais quel abruti ! Quel abruti !

Je ne demandais que ça qu’il me fasse l’amour. Je voulais qu’il me dise que je lui plaisais. Qu’il avait envie de moi.

En fait je savais plus très bien ce que je voulais finalement…

Ce mec me déstabilisait totalement. Il avait une attitude particulière, il avait un sourire à tomber par terre. Et pourtant j’avais envie de le gifler quand il se permettait de me prendre de haut. J’étais furieuse qu’il n’ait pas herché à m’embrasser, qu’il ne m’ait pas sauté dessus.

Si bien que quand je l’ai entendu partir j’ai pris le premier verre qui me passait dans les mains et je l’ai jeté de toutes mes forces contre la porte d’entrée.

-Connard !!!

Jamais un mec ne m’avait résisté. Jamais !! D’habitude quand je jouais la fille inaccessible, ils étaient d’autant plus vite à mes pieds. Mais avec lui ça marchait pas… Et ca me rendait verte de rage.

J’aurais bien besoin de m’envoyer en l’air (même si je prenais pas mon pied, je m’en foutais un peu là) pour décompresser. Seulement…seulement…

Seulement…

C’est lui que je voulais !

Nathaniel !

J’étais en train de disséquer un vieux livre pour évacuer ma haine quand il a refait son apparition dans l’appartement.

Et il semblait aussi furieux que moi, si ce n’est plus. Il se dégageait de lui une force animale, une rage de tueur.

- Tu veux savoir ce qui va pas chez moi ? Tu veux que j'te dise quoi ? Que j'suis un gars super sympa et sans histoires qui attend que ça : se taper une jolie fille parce qu'il a que ça à foutre de ses journées. Ben non ma belle, perdu.

Qu’est ce que je voulais qu’il me dise ? Qu’il avait envie de moi. Qu’il allait me faire l’amour. Qu’il me trouvait belle. Qu’il…

Voila ce que je voulais qu’il me dise. Le reste m’était bien égal.

Il a profité de mon silence pour s’approcher de moi. Ses yeux étaient presque haineux quand il m’a tendu deux photos. Sur le coup je ne les ai pas vus. J’étais obnubilé par ce qu’il venait de commencer à me dire.

- Devine le futur-mari de qui je devais buter avant les bombardements hein ? Devine !

Et là il les as mis devant mes yeux. Et là…je me suis vue. C’était mes photos qu’il me montrait. Une de moi quand je suis arrivée à New York. J’étais radieuse. Oui radieuse. Pour la première fois depuis des années je n’avais pas ce foutu rempart. Et je voyais enfin le regard que portaient les hommes sur moi. Je me sentais exister pour la première fois depuis des années. Et la seconde c’était encore moi. Mais on ne voyait que mes yeux. Tout le reste était voilé. J’ai commencé à suffoquer en voyant cette photo.

- Je ne suis pas un type bien, et je ne le serais jamais. Je suis tueur professionnel Sarah. Pas un enfant de chœur... Alors oui, on peut faire des choix, et c'est ça la vie que j'ai choisi : gagner un paquet de fric pour descendre des gens dont j'ai rien à foutre.

J’entendais ce qu’il me disait, mais je ne comprenais pas. J’étais encore trop sous le choc de la photo. C’est comme si mon passé revenait d’un seul coup. C’est comme si à nouveau je me sentais mourir. Je savais que je n’étais pas heureuse, mais ce regard. Comment personne n’était venu à ma rescousse ?

Et là je lui ai arraché la photo des mains. Celle où l’on ne voyait que ce regard de martyr. Et je l’ai déchiré en hurlant et en pleurant. Je ne supportais pas de me voir comme ça. C’était horrible.

-C’est pas moi ! C’est pas moi ! C’est pas moi !

Les vannes étaient lâchées. Je pétais vraiment un plomb, j’étais hystérique, folle à lier, tout ce que vous voulez. Et je suis allé frapper avec mes poings Nathaniel. J’avais besoin de cogner sur quelqu’un, sur quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 17 Mar - 20:09

Sarah scotcha carrément devant les deux photos. Ce qui ne m'étonnait guère d'ailleurs... Comment un parfait inconnu pouvait-il posséder des photos d'elle d'avant les bombardements ? C'était carrément impensable.

De mon côté, c'était tout aussi tendu. Deux sentiments complètements différents se mélangeaient sans que je ne puisse y faire quelque chose. J'étais d'un côté horrifié par ce que je venais d'avouer à Sarah, carrément paniqué même... Dire à quelqu'un que l'on est un meurtrier, c'est assez spécial. Aucune chance pour qu'elle ne me fuit pas. Quel abruti.

Et d'un autre côté, j'étais soulagé. Comme si enfin, je venais de libérer tout ce que j'avais au fond de moi. J'avais dit TOUTE la vérité à quelqu'un pour la première fois de ma vie. Bon, mis à part mes ex-employeurs, mais ça, c'était juste du business. Là, je l'avais fait exprès, et j'avais dit ça à quelqu'un qui n'avait strictement rien à voir avec ce milieu. J'en étais presque fier. Pas mal pour un abruti.

Sarah me fit redescendre sur Terre lorsqu'elle arracha l'une des photos de mes mains. Elle la mit en miettes en un quart de seconde, tout en pleurant et en gémissant.

- C’est pas moi ! C’est pas moi ! C’est pas moi !

Quoi ? Je lui avouais un truc de dingue, et tout ce qu'elle trouvait à faire c'était de... de pleurer par rapport à sa photo ?
C'était quoi ce délire ?
Bien sûr que c'était elle sur la photo. Je le savais. Et vu sa réaction, ça ne pouvait pas être autrement.

Là, il y avait clairement un truc que je n'avais pas saisi.

Elle se mit carrément à me cogner. Et le pire, c'est que je la laissais faire, me contentant d'encaisser les coups. Cela devait lui faire du bien...

- Lâche-toi... ça fait du bien...

Et je savais de quoi je parlais, je venais de le faire moi-même.
Au bout de quelques secondes, alors qu'elle était toujours en pleine action, je l'ai plaquée contre moi, passant mes bras autour des siens pour les bloquer. Puis je l'ai serré dans mes bras, très fort, parlant d'une voix sourde...

- Calme-toi... s'il-te-plaît...

Elle pleurait toujours, mais ne bougeait presque plus.
Je me rendis compte que je ne savais même pas pourquoi elle pleurait... le choc des photos ? De la révélation ? Elle était triste en repensant à son fiancé ? Je ne comprenais pas vraiment. Un mélange de tout, sans doute.

Soudain je remarquais qu'elle n'avait déchiré qu'une seule des deux photos. L'autre était toujours intacte, s'étant retrouvée par terre dans la confusion.
Je me baissais rapidement pour la ramasser et repris Sarah dans mes bras.

- Tu n'aimais pas ça... ne pas être libre...

J'entendais par là : porter le voile et tout ce qui s'en suivait. Comment n'avais-je pas compris plus tôt ? Elle aimait par dessus tout faire ce qu'elle voulait, elle me l'avait bien fait comprendre. Inutile d'être Einstein pour piger qu'elle devait détester sa vie d'avant. Du moins en partie.

Et une vie au Moyen-Orient... ça devait être tout, sauf une partie de plaisir pour elle.

En lui montrant la photo, je lui avais simplement rappelé ce qu'elle tenait probablement d'oublier.

- Je suis désolé.

Je ne savais pas vraiment quoi dire d'autre à ce stade là.
Crétin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 17 Mar - 21:03

Je n’avais pas pleuré depuis…depuis qu’on m’avait annoncé qu’on avait arrêté la date du mariage, et que j’allais rejoindre mon futur mari à New York. Depuis ce jour je n’avais plus pleuré. Et je ne pensais pas pleurer pour le reste de ma vie. Maintenant que j’étais libre, que je faisais ce que je voulais quand je voulais.

Et cette photo c’était trop. Je voulais oublier, et j’avais presque réussi à oublier. Mais me voir comme ça. Revivre ces sensations c’était trop pour moi.

- Lâche-toi... ça fait du bien...

J’avais même presque oublie sa présence. Même si c’est lui que je frappais, j’avais oublié qu’il était la. Je me sentais seule au monde. Je me sentais tellement mal.

Ca pouvait paraitre insensé, ca pouvait paraitre dingue, mais cette photo c’était difficile à vivre.

J’avais fini par me fatiguer, je n’avais plus de forces. J’avais juste la force de pleurer, de sangloter. Mon corps était pris de soubresauts malgré le fait que Nathaniel m’ait pris dans ses bras.

- Calme-toi... s'il-te-plaît...

Que je me calme ? Impossible. Et j’en étais incapable. J’aurais voulu ne plus jamais voir cette personne. Cette personne sur la photo qu’il m’avait tendu ce n’était pas moi. Dans ma tête cette fille ce n’était pas moi. Cette fille sur la photo avait un regard vide, elle n’existait pas, elle était voilée des pieds à la tête.

Je me suis laissé faire quand il m’a repoussé un petit peu pour ramasser la photo que je n’avais pas mise en pièces. Et puis il m’a repris dans ses bras, et je me suis sentie bien. C’était dingue mais finalement l’étreinte d’un mec tout simplement et particulièrement Nathaniel, me faisait du bien.

- Tu n'aimais pas ça... ne pas être libre...

Je n’arrivais pas à répondre, alors j’ai juste secoue la tête pour approuver. Non je n’aimais pas me sentir en cage. J’avais l’impression de devenir dingue. Et je me sentais si mal que j’étais même prête à tout si je me sentais enfermée.

- Je suis désolé.

Il n’avait pas à être désolé finalement. Ce n’était pas lui qui m’avait fait vivre tout ca. J’avais beau avoir un caractère de merde, je ne pouvais pas en vouloir à un mec qui n’avait rien affaire avec tout ca…

D’un revers de la main, j’ai séché mes larmes. J’essayais de sourire, mais je n’y arrivais plus.

-Ce n’est pas moi hein ?

Je me suis raccrochée à lui, cherchant son regard. J’avais besoin qu’il me dise que ce n’était pas moi. Que cette fille avec le regard vide, cette fille insignifiante ne me ressemblait pas. J’avais besoin d’être rassurée. C’était pour ca aussi que je voulais qu’il me fasse l’amour tout à l’heure. J’avais besoin qu’on me rassure sur mon sex appeal.

Et j’ai fini par comprendre qu’il savait qui j’étais. S’il avait ces deux photos c’est qu’il savait qui j’étais. Et je me suis rappelé ce qu’il m’avait dit. Il avait été chargé de tuer mon ancien futur mari. Il savait surement des le début qui j’étais.

Et pourtant je n’arrivais pas à lui en vouloir.si les bombardements n’avaient pas eu lieu, il aurait tué mon futur bourreau. Même si je savais que ma famille aurait trouvé un nouvel homme….j’aurais eu la paix pendant quelques temps.

J’avais besoin de savoir quand est ce qu’il devait le tuer, pourquoi. J’avais besoin de savoir.

-Tu étais chargé de ne tuer que lui ? Qui t’avait chargé de le tuer ?

Je me suis surprise à sourire. S’il était encore vivant le commanditaire, j’étais prête à l’embrasser sur la bouche pour le remercier.

-Et pourquoi tu avais ces photos de moi alors que c’était Hassan que tu devais tuer ?

J’avoue que je me posais la question subitement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 17 Mar - 21:57

Sarah sécha ses larmes en un clin d'oeil et tenta d'esquisser un sourire timide.

- Ce n’est pas moi hein ?

Je devais bien avouer que la Sarah que je connaissais, celle que j'avais rencontré il y avait une semaine, celle que j'avais en face de moi à cet instant, n'avait rien à voir avec la Sarah de la photo. Strictement rien à voir.

- On dirait que tu as une soeur jumelle... une soeur jumelle triste.

C'était exactement ce à quoi cela faisait penser. Le même physique, mais pas la même personnalité.
Elle se mit enfin à me poser des questions par rapport à ce que je lui avais dit...

- Tu étais chargé de ne tuer que lui ? Qui t’avait chargé de le tuer ?


Elle se mit à sourire.

- Et pourquoi tu avais ces photos de moi alors que c’était Hassan que tu devais tuer ?

Elle semblait contente. C'était dingue.
Je réfléchis alors quelques instants avant de lui répondre. Tous les gens mêlés à cette histoire devaient probablement être morts ou très loin d'ici de toute façon.

- Je ne sais pas qui était le commanditaire... Je ne le sais que très rarement. Ils ne veulent pas être connus. J'ai souvent affaire avec des subalternes. Question d'anonymat.

Elle buvait littéralement mes paroles, subitement passionnée par l'histoire que je lui racontais.

- Je devais le tuer lui, oui... lors d'un transfert entre deux hôtels ou je ne sais plus quoi... Le problème, c'est qu'en voiture, il peut y avoir des dommages collatéraux... et tu en aurais probablement fait parti. Alors j'ai refusé.


Là, elle était plutôt étonnée.

- Je préfère faire les choses à ma façon. Et comme je te l'ai déjà dit, je ne m'en prends jamais aux femmes, ni aux enfants. J'allais le tuer lui, et seulement lui.

Bizarrement, cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Pourtant il y avait une question à laquelle je n'avais pas répondu : pourquoi.
Je ne savais pas trop comment lui parler de ça, ne me doutant pas de sa réaction. Comment allait-elle le prendre ?

- En fait... ton fiancé était... comment dire... mêlé à des traffics assez louches... comme à peu près tous les hommes riches de cette planète. Et d'après ce que je sais, il était très riche... ça te donne une idée de l'étendue de ses... pouvoirs.

Je ne savais pas exactement à quoi il était mêlé, je ne demandais presque jamais. On me payait pour faire un boulot, et je le faisais, point barre.

- J'avais des photos de toi parce qu'on me donne toujours des renseignements sur l'entourage de la victime. C'est tout. Je ne m'attendais pas à tomber sur toi la semaine dernière... j'ai mis du temps à réaliser que c'était toi. C'est pour ça que je t'ai... plus ou moins dévisagée...

Ceci expliquait cela.
Bon, voilà. Là, elle savait tout. Mais je ne comprenais toujours pas pourquoi elle était soudainement aussi contente...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 17 Mar - 22:59

J’étais contente qu’il me rassure en me disant qu’elle ne me ressemblait pas, qu’on aurait dit ma sœur jumelle. Oui le regard de cette fille était triste. Et cette fille, dans ma tête ce n’était pas moi. Je ne me reconnaissais pas dans ce regard. Enfin ce n’était pas vraiment pour ça. C’était plus le fait que je ne voulais plus penser à ca…Je voulais être Sarah, je voulais être celle que j’avais toujours été au fond de moi.


Hassan avait un contrat sur la tête…Notre mariage n’aurait sans doute jamais eu lieu. Et ca rendait la chose un peu plus facile. Même si penser à ce que j’tais avant était toujours douloureux.

Mais maintenant j’existais. J’existais !!!

Nathaniel répondait à mes questions une à une. Il ne m’épargnait rien. Et j’aimais sa franchise.

- Je ne sais pas qui était le commanditaire... Je ne le sais que très rarement. Ils ne veulent pas être connus. J'ai souvent affaire avec des subalternes. Question d'anonymat.

Il me parlait de son métier, et je l’écoutais attentivement. J’avoue que j’aurais adoré faire ça. Tuer des gens, comme ça sans raison. Ca devait être grisant.

Il en vint alors à me parler d’Hassan.

- Je devais le tuer lui, oui... lors d'un transfert entre deux hôtels ou je ne sais plus quoi... Le problème, c'est qu'en voiture, il peut y avoir des dommages collatéraux... et tu en aurais probablement fait parti. Alors j'ai refusé.

Il avait refusé ? Il avait refusé de tuer mon bourreau. Pour ne pas me tuer. Non mais c’était insensé. Ce mec était dingue. Il m’aurait rendu un grand service. Même s’il me tuait ou me blessait…Surtout en fait. Je n’aspirais qu’a une chose a ce moment là : mourir.

Et savoir que j’avais été à deux doigts d’être délivrée était assez déroutant. Finalement je lui en voulais.

- Je préfère faire les choses à ma façon. Et comme je te l'ai déjà dit, je ne m'en prends jamais aux femmes, ni aux enfants. J'allais le tuer lui, et seulement lui.

Il refusait de tuer les femmes et les enfants. Non mais ce mec était hallucinant. Il avait des principes. Ca me faisait presque sourire. Un tueur a gages avec des principes. Mais je me suis retenue de dire quoi que ce soit.

- En fait... ton fiancé était... comment dire... mêlé à des trafics assez louches... comme à peu près tous les hommes riches de cette planète. Et d'après ce que je sais, il était très riche... ça te donne une idée de l'étendue de ses... pouvoirs.
J'avais des photos de toi parce qu'on me donne toujours des renseignements sur l'entourage de la victime. C'est tout. Je ne m'attendais pas à tomber sur toi la semaine dernière... j'ai mis du temps à réaliser que c'était toi. C'est pour ça que je t'ai... plus ou moins dévisagée...



Oui je savais qu’il était riche. C’était d’ailleurs pour ca qu’il fallait que je l’épouse. Il était riche et influent. Mais j’avoue que je ne me posais pas la question de savoir s’il trainait dans des trucs louches. De toute façon je le savais implicitement. Un homme honnête ne pouvait pas épouser une femme qu’il n’avait jamais vue.

-Et tu as des photos d’Hassan ?
S’il avait des photos de l’entourage d’Hassan, il en avait forcement du mec qu’il devait tuer non ? Et j’avoue que là j’étais curieuse de savoir à quoi il ressemblait. Je ne l’avais jamais vu. Dans ma culture, une femme ne voit son mari que le jour du mariage.

Nathaniel m’a fait des gros yeux quand je lui ai demandé des photos d’Hassan.

-Je ne l’ai jamais vu…

C’était sans doute difficile à comprendre pour un occidental comme lui. Mais il savait maintenant qui j’étais.

Je me suis mise à rêver ensuite à ce qu’il venait de m’annoncer. Et dans un élan de joie, je me suis pendue au cou de Nathaniel en lui sautant dessus. Je criais de joie et j’embrassais Nathaniel à pleine bouche, avant de redescendre sur le sol.

-J’aurais tellement aimé le tuer moi-même…Tu n’imagines pas le nombre de fois où j’ai voulu qu’il meure… Pourtant je ne savais pas qu’il faisait des trucs louches, je savais peu de choses sur lui. Moins on m’en disait mieux je me portais. Je t’aurai sans doute vénéré si tu l’avais tué.

Et là je me suis remise à sautiller partout en hurlant de joie.

-Mais il est mort !!! mort !!!!Ils sont tous morts !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Mer 17 Mar - 23:30

Sarah n'en avait pas fini avec les questions...

-Et tu as des photos d’Hassan ?

Logique non ?

- Oui.

Pourquoi me demandait-elle ça ?

- Je ne l’ai jamais vu…


Quoi ? Jamais... vu ?
Là, elle m'en bouchait un coin. Ils allaient se marier tout de même !
Mais j'avais bien vite oublié qu'en Orient tout n'était pas aussi facile qu'en Europe ou qu'en Amérique... Mariage arrangé, sans doute.

- J'ai même mieux que des photos en fait... j'ai un CD Rom avec des vidéos... des dizaines... suffit de trouver un ordinateur en état de marche.

Ou d'en piquer un à Armando.
Si il n'y avait que ça pour lui faire plaisir...

Elle m'embrassa ensuite fougueusement... et je me laissais totalement embarqué par ce baiser.

- J’aurais tellement aimé le tuer moi-même… Tu n’imagines pas le nombre de fois où j’ai voulu qu’il meure… Pourtant je ne savais pas qu’il faisait des trucs louches, je savais peu de choses sur lui. Moins on m’en disait mieux je me portais. Je t’aurai sans doute vénéré si tu l’avais tué.

Ouh. Doucement. Je me suis instinctivement reculé, le regard interrogateur. Et là, elle se mit à sautiller de joie.

- Mais il est mort !!! Mort !!!! Ils sont tous morts !!!!

Cette fille était encore plus craquée que je le pensais.
En fait, elle s'en tapait complètement de ce que je faisais pour vivre. Elle voulait juste... être libre. Quitte à massacrer toute sa famille.
Quitte à se tuer elle-même.

- T'en es sûre ?

A peine avais-je posé cette question que je le regrettais déjà... elle s'en était sans doute assurée. Ca ne m'étonnerait même pas.

- Je veux dire... tu étais où pendant les bombardements ? Et comment t'as fait pour survivre ?

Vu le peu de gens qu'il restait, on pouvait se demander.

Elle n'arrêtait plus de sourire, alors qu'il y a à peine 5 minutes, elle pleurait comme une madeleine.

J'avais l'impression d'avoir une psychopathe en face de moi. J'étais le meurtrier, mais c'était elle, la folle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Jeu 18 Mar - 18:43

Il semblait vraiment halluciné que je ne sache pas à quoi ressemble Hassan. Tant qu’il m’a même proposé de me montrer des vidéos si on trouvait un ordinateur en état de marche. J’avoue que j’étais curieuse, même si je me serais contenté d’une seule photo. Même si je savais que pour moi Hassan représentait tout ce que je haïssais le plus au monde, je voulais voir à qui on avait voulu me marier.

Mais j’étais débarrassé d’Hassan et de tous ceux qui m’avaient mis en cage. J’étais enfin libre. Plus personne ne me dictait ma conduite. Je pouvais enfin exister, je pouvais enfin être moi-même. Et ca c’était une fête de chaque instant. Je me sentais exister dans le regard des hommes. Je me sentais vivante quand je faisais l’amour avec un homme. Je me sentais vivante quand je sortais et que je prenais des risques.

Il me regardait tourner sur moi-même, rire. Et il a fini par m’arrêter un instant dans mon allégresse quand j’ia dit qu’ils étaient tous morts.

- T'en es sûre ?

Je l’ai regardé à deux fois. Il posait vraiment des questions stupides. Bien sur que j’en étais sure. J’avais vérifier. Deux fois plutôt qu’une même. Tous morts. Pan. Mourus. Finito. Et moi j’avais survécu. C’était ainsi qu’Allah l’avait voulu sans doute. J’avais survécu car je méritais enfin d’être libre, je méritais enfin de vivre.

Il a secoué la tête pendant quelques secondes avant de s’intéresser à moi.

- Je veux dire... tu étais où pendant les bombardements ? Et comment t'as fait pour survivre ?

Je lui ai à nouveau sauté dans les bras, je me sentais bien finalement avec lui. J’avais l’impression que même s’il paraissait surpris et complètement halluciné, il ne me jugerait jamais. C’était comme si je pouvais tout lui dire. Apres tout il semblait m’avoir parlé de sa vie, de ce qu’il faisait vraiment et j’avais l’impression que ca le soulageait. Finalement j’avais peut être trouver un mec assez intéressant pour ne pas faire que baiser. Je ne dis pas que je comptais m’attacher ou quoi que ce soit. Mais au moins j’avais sans doute trouvé un espèce d’ami…. Un « ami » avec qui j’avais bien l’intention de m’envoyer en l’air tout de même.

Alors puisqu’on en était au stade des confidences…je pouvais bien commencer à lui dire certaines choses. Même si pour l’instant ce qu’il me demandait n’avait rien du scoop du siècle.

-J’étais à l’hôtel… On était dans la salle à manger quand les bombardements ont commencé. Tu sais cet hôtel sur la 5e avenue…Et puis pendant les bombardements j’ai été protégé par mon étoile. Je me suis réfugiée sous le bar et j’ai attendu des heures. Et quand je n’ai plus entendu aucun bruit, je suis sortie et là tout le monde était mort sauf moi.

Je souriais comme une bienheureuse. Oui… MOI j’avais survécu. Allah l’avait voulu !

-Et pour te répondre oui j’ai vérifié. Ils sont bien tous morts.

Je suis allé m’asseoir sur un fauteuil et j’ai penché la tête en arrière.

-Depuis bha….j’ai récupéré des trucs à droite à gauche. Je me suis trouvé un p’tit coin et j’ai fait mon petit nid. Et puis pour ce qui est de survivre…c’est bien plus facile quand tu es une jolie fille non ?

Et par là j’entendais que quitte à ne pas mourir de faim, j’étais prête a de petits sacrifices comme à coucher avec un mec pour qu’il me nourrisse ou me rende un service. Je ne voyais pas ce qu’il y avait de mal. Je ne couchais pas non plus avec n’importe qui. Je les choisissais selon mes gouts.

J’ai relevé la tête et je l’ai regardé avec un sourire carnassier.

-Je sais que je te plais…
Je lui avais dit ça de but en blanc. Mais j’en étais persuadé. Si je ne lui plaisais pas, c’est qu’il était amoureux de quelqu’un d’autre. Et j’avais du mal à y croire. Il avait l’air assez seul au monde comme dirait l’autre.

-Mais tu me plais aussi tu sais…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   Jeu 18 Mar - 20:51

Sarah me sauta à nouveau dans les bras. Elle était tout sourire lorsqu'elle se mit à me raconter ce qui s'était passé...

- J’étais à l’hôtel… On était dans la salle à manger quand les bombardements ont commencé. Tu sais cet hôtel sur la 5e avenue… Et puis pendant les bombardements j’ai été protégé par mon étoile. Je me suis réfugiée sous le bar et j’ai attendu des heures. Et quand je n’ai plus entendu aucun bruit, je suis sortie et là tout le monde était mort sauf moi.

Non je ne voyais pas de quel hôtel elle parlait. Je n'étais pas d'ici moi non plus. En tout cas, très bon réflexe le bar.

- Et pour te répondre oui j’ai vérifié. Ils sont bien tous morts.

Bon... j'avais bien raisonné, elle avait vérifié.
Elle alla s'asseoir sur un fauteuil. J'écoutais toujours attentivement ce qu'elle avait à me dire. Pour une fois que ce n'était pas moi qui parlait...

- Depuis bha….j’ai récupéré des trucs à droite à gauche. Je me suis trouvé un p’tit coin et j’ai fait mon petit nid. Et puis pour ce qui est de survivre…c’est bien plus facile quand tu es une jolie fille non ?


Ca, je n'en doutais pas une seule seconde. Pour survivre dans ce monde, il fallait soit être une jolie fille, soit être fort ou bien entouré. Et quelque chose me disait qu'elle en profitait affreusement. Mais elle avait bien raison. A sa place, n'importe qui aurait fait la même chose. Et puis, ça lui avait permis de s'en sortir jusque là, et ça l'avait menée à moi, non ?

- C'est certain.

Elle releva alors la tête vers moi et me regarda en souriant...

- Je sais que je te plais…

Sans déconner. Je m'approchais alors afin de me retrouver juste à côté d'elle, baissant le visage vers elle...

- Tu crois ?

Elle voulait jouer.

- Mais tu me plais aussi tu sais…

Ouh. Bien.

- C'est bon à savoir.

Je lui sourirais également. Cette fille soufflait le chaud et le froid depuis plusieurs minutes. Depuis que je la connaissais, en fait. Et il faut dire que je ne me débrouillais pas mal non plus. Il y avait encore quelques minutes, j'étais furieux, et là, j'étais juste soulagé et content qu'elle ait accepté ce que je faisais. Cela ne lui paraissait même pas bizarre. Que demander de mieux ?
Mais il fallait que j'en ai le coeur net.

- Sérieusement, ça te fait pas flipper ce que je fais ?

La moitié de la planète aurait été terrorisée en apprenant un truc pareil...

- Je connais des dizaines de filles qui partiraient en courant...

Ou peut-être même plus.

- ... même si pour moi, tu es tout sauf la plupart des filles.

Oh non.
Cette fille, elle était unique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Way You Are [Sarah]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Way You Are [Sarah]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sarah Melyne
» Sarah Croche : Teams & Stratégies
» Sarah Connor ? Non c'est à côté !
» Team Morora Sarah
» Journal d'insultes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York Hors-la-Loi-
Sauter vers: