AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Sam 20 Aoû - 10:28

Jouer la comédie, faire semblant de me perdre dans tes grands yeux bleu. Faire semblant d'être si fou de toi qu'il me serait impossible de vivre sans toi. Simuler un amour, un bonheur m'adoucissant, faisant de moi quelqu'un d'aimable. M'investir plus, ne plus perdre de temps avec mon physique, m'occuper des autres. Accepter lorsque des enfants se mettaient dans l'idée de balafrer mon magnifique visage à coup de feutre. Être gentil avec celle que je voulais faire tomber, m'excuser aux près de tout ceux à qui j'avais fait des coup bas. J'avais semé le doute dans l'esprit des gens. Eux qui me voyaient comme un fils de riche impatient. Eux qui se retrouvaient face à un garçon maladroit, mais serviable. Eux qui finirent par y croire. Tout le monde savaient que je n'étais pas patient. Tous le monde savaient que je voulais tout, tous de suite. Alors quatre mois à jouer l'homme le plus comblé au monde, quatre mois sans coucher avec personne, sans faire des coups de pute. En étant toujours à l'heure, en faisant plus que nécessaire. Quatre mois étaient trop long dans le cas ou je jouais la comédie.

Il finirent par y croire. Croire que Jared Williams avait bien changé. Qu'il n'était plus le petit con arrogant, mais qu'il avait pris un peu de plomb dans la cervelle. Un rôle de composition où chacun de mes mouvements pouvaient très bien me trahir. Mais je suis un mannequin après tout, et ce n'est pas si différent qu'un acteur. Je dois savoir prendre des pauses, mimer des attitudes, simuler des émotions, et le tous en restant le plus attirant possible. En restant convainquant. Et jusqu'à présent, tout ce passé pour le mieux, je n'avais aucune crainte, aucun doute sur ma performance. Je laissais mon caractère d'avant reprendre le dessus dans certaine situation, histoire de prouvé que j'avais juste évolué et non pas changé du tout au tout.

Le seul point négatif se trouver dans le sexe. Quatre mais sans rien faire, sauf peut-être chauffer Meredith. Jouer avec sa patience, comme avec la mienne. Ce n'était pas saint, et pour aucun de nous deux. Qui serait le premier à se bruler les ailes ? Ou qui au contraire jouerait à merveille de la situation, la retournant à son avantage. Un jeu dangereux que nous aimions particulièrement.

Bref, quoi qu'il en soit, j'avais du me lever tôt aujourd'hui. Toujours plus tôt pour m'occuper de mon corps. Se matin là, je me tirais lentement du lit ou Meredith dormais encore. Me figeant face au miroir, je m'observais lentement. Heureusement que je prenais le temps de faire des abdos, sinon je ne serais plus le symbole de beauté que j'étais avant. Déjà que j'avais du couper mes cheveux pour leurs donner une taille moins handicapante, j'avais vraiment l'impression de n'être plus que l'ombre d'un dieu. Mais qu'importe, mon regard était toujours le même. Noir et envoutant. Je saisis alors une chemise et un jean, mine de rien et malgré la qualité des vêtements. Il était hors de question que je mette n'importe quoi. J'étais enfin près. Volontairement négliger pour qu'on ne remarque pas que je venais de passer plus d'une demi-heure à m'occuper de moi. Le visage un sale, une barbe de trois jours, les cheveux en bataille.

Quittant alors la chambre, je filais, en avance au point de rendez-vous. Croisant alors au passage Isaiah qui m'informa qu'aujourd'hui, j'allais tourné en duo avec un mec de la communauté. Un certain Riley Evans. M'expliquant alors que c'est dernier temps, j'avais le chic pour revenir avec des vivres important et de bonne qualité. Et que donc, afin de préserver une cohésion, il avait été décidé que je parte en mission avec un mec de New York. Hochant alors la tête, je regardais Isaiah partir, un sourire un poil terrifiant naissant sur mon visage. Riley tu dis ? Cela ne serait pas l'ancien joué de Meredith, celui pour qui nous jouions la comédie ?

Quelle magnifique coup du sort. J'allais pouvoir jouer moi-même avec cet imbécile qui semblait se croire assez fort pour faire tomber la reine de cette communauté. Dommage Riley, tu allais tomber sur un os. M'adossant alors contre un mur, je pensais déjà à la réaction que pourrait avoir ma chère et tendre. Comment prendrais-tu la nouvelle ? Moi approchant ton cher Riley ? Faisant naitre le doute en lui ? Comment réagiras-tu ce soir ? Dit-moi ?

Je vis alors une silhouette se détacher du reste, s'avançant vers moi. Encore bien loin, j'eus le temps de sourire en voyant son visage faussement tourmenté. Savais-tu qui j'étais ? T'avait-on dressé un portrait de ma petite personne ? Cessant alors de sourire, je me détachais du mur, allant à sa rencontre. Un sourire sympathique au visage, je finis par m'arrêter à quelques mètres de lui. À voir sa tête, il n'avait pas l'air d'être franchement heureux. Alors je n'allais pas franchement me mettre en position de faiblesse. Préférant le saluer d'un signe de la tête, je pris la parole rapidement.

— Riley c'est ça ? Je suis Jared, il semble qu'on tourne ensemble pour le ravitaillement, je connais une zone assez sympa, mais un peu dangereuse, si ça te dérange on peux aller ailleurs, c'est comme tu le sens ?

Ne pas aborder le sujet de Meredith, faire semblant de ne pas vraiment le resituer. Bref, avoir l'air de le rencontrer pour la première fois. Éviter de lui laisser croire que je le connaissais assez pour parler de Meredith d'ambler. Le laisser venir avant d'attaquer. Passant alors une main dans mes cheveux, j'en profitais pour m'étirer. Le regardant avec sympathie.

— Ça va l'intégration ? Vous avez pas eu trop de difficulté à être accepter ?

Parler d'un sujet à la con pour tâter le terrain. Voir comment il réagissait et comment il me considérer. Car oui, cette simple question suffirait à savoir si j'étais le loup ou l'agneau à ses yeux. Et à en voir son attitude, j'avais déjà une petite idée la dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Sam 20 Aoû - 15:15

L'enfer sur terre. En trois mots, ma situation était parfaitement résumée. L'enfer sur terre, c'était craindre de croiser Meredith à chaque coin de rue. L'enfer sur terre, c'était de devoir lui adresser la parole pour ne pas passer pour un goujat. L'enfer sur terre, c'était de passer pour le vilain de l'histoire. Parce qu'évidemment, cette garce se débrouillait pour que tous les regards se tournent vers moi au lieu de se tourner vers elle. Tout était de sa faute, mais c'était à moi que l'on faisait des remarques du genre « Allez sois sympa, elle a peut-être vraiment changé, et elle est désolée », ou encore « Franchement, t'es qu'un enfoiré, elle va encore pleurer ». Tout était pour moi. Moi qui m'étais appliqué à redorer mon image et à expliquer pourquoi je m'étais comporté ainsi, je voyais de nouveau que le regard des gens avaient changé. Maintenant j'étais l'abruti un peu trop rancunier qui était incapable d'accepter les excuses de son ex. Sauf que ces idiots ne savaient pas ce qu'il s'était passé, ils ne savaient pas pourquoi je la détestais. Comment est-ce qu'ils auraient réagi, tous, si c'étaient eux qui avaient trouvé leur copine au lit avec leur père ? Mal. Comme n'importe quel homme normalement constitué. C'était une trahison inacceptable, point barre. Je n'encaissais pas, et je n'avais pas envie d'encaisser. Parce qu'elle m'avait plus de mal que n'importe qui d'autre. Elle m'avait brisé le cœur, elle avait fait de moi l'homme que j'avais été pendant des années. À cause d'elle, moi aussi j'avais fait du mal. Mais jamais, ô grand jamais, je n'étais sorti ou n'avais couché avec une fille en couple. Je n'avais jamais voulu briser des ménages ou faire cocu un pauvre type qui était simplement un peu trop naïf et amoureux. Jouer les chauds lapins, oui, détruire des familles, non. Surement pas. C'eût été un poids beaucoup trop lourd à porter pour moi.

J'étais sans cesse mal à l'aise par rapport à Cassandre. Je n'avais toujours pas réussi à lui dire absolument toute la vérité. Pas parce que je voulais la lui cacher, mais parce que c'était encore douloureux pour moi, bien trop frais dans ma mémoire. Plus frais que je ne l'avais prévu en tombant sur Meredith au moment même où j'avais mis les pieds à Elizabethtown. Je n'aurais pu rêver pire cauchemar. C'était comme si Alexander était tombé sur... Ou Ethan sur... Génial. J'étais le seul à ne pas être tombé sur l'amour de ma vie du premier coup. Encore que, je me demandais si la claque que venait de prendre Alexander ne surpassait pas celle que Meredith m'avait donné il y a quelques années. Moi j'avais eu la... chance... de ne pas m'être marié avec elle et de ne pas avoir eu un enfant avec elle. Lui, il s'était marié avec Gabrielle et ils avaient eu une fille... Cela avait dû rendre la tromperie encore plus amère. Finalement, c'était Ethan qui remportait la palme d'or de la femme parfaite. Ce n'était pas faute d'avoir tenté de la lui voler, pourtant.

Pour couronner le tout, ces derniers temps nous subissions les attaques d'on ne savait trop qui, ce qui limitait énormément nos déplacements. Enfin, sur ce coup là je n'allais pas m'en plaindre. Moins je voyais Meredith, mieux je me portais. Sauf que voilà, manque de chance j'étais chargé de la surveillance et du ravitaillement. La surveillance ne posait aucun problème, en revanche, le ravitaillement impliquait de devoir tout rapporter à Meredith, puisque madame était responsable des stocks. Du moins, ceux allant aux premiers habitants de la ville. J'avais su convaincre Alexander de ne pas lui faire confiance pour nous, et donc il a avait attribué cette tâche à Ethan. Lui non plus ne semblait pas apprécier Meredith. À croire qu'il me croyait enfin quand je lui disais les choses.

Joie et bonheur, aujourd'hui était mon jour de corvée de ravitaillement. Cela impliquait de partir plusieurs heures – voire jours – en dehors de la ville. D'ordinaire j'étais en duo avec Matthew. Mais mon malheur n'étant pas encore tout à fait complet, on m'annonça au dernier moment que ce dernier n'était pas disponible et qu'on m'avait collé avec un type d'Elizabethtown. Cela me faisait ni chaud ni froid jusqu'au moment où on m'apprit le nom du type en question. Et à ce moment là, le suicide est apparu à mes yeux comme une option raisonnable. Jared. Jared Williams. Autrement dit, le pseudo nouveau petit-ami de Meredith. Pseudo, oui. On ne m'en avait pas dit que du bien. J'avais appris d'Ethan, à qui Evan l'avait dit, à qui Jackson l'avait dit, que ce dernier avait embrassé de force Elizabeth, la petite amie de Jackson et soeur d'Evan et amie d'Ethan. Merveilleux. Non, vraiment. Je ne pouvais pas moins bien tomber. Je ne lui avais jamais parlé, et je me serais bien passé de devoir le faire. Mais le boulot c'était le boulot... J'enfilai rapidement un jean, une veste légère et une vieille paire de bottes, et glissai mon pistolet à l'arrière de mon jean. Je pris également plusieurs balles, au cas où. Et à contrecœur, je me dirigeai vers le point de rendez-vous, à savoir devant l'église. Ironie quand tu nous tiens...

Je faillis faire demi tour en apercevant Jared et son petit sourire accueillant. Non, vraiment... Je faillis lever les yeux au ciel d'agacement. Oui, c'est ça, fait comme si tu ne savais pas qui j'étais... Après tout, ce n'était pas comme si tu te tapais mon ex. mais pas de problème, elle est toute à toi, je n'ai nullement l'intention de chercher à la reprendre... Garde la et fais-en ce que tu veux surtout ! Je ne pris pas vraiment la peine de lui rendre son bonjour, ni sa politesse, je n'étais pas d'humeur.

« On va où tu veux. J'ai l'habitude du danger, je peux m'en accommoder... »

Sous entendu « Et toi ? ». J'avais pris plusieurs balles depuis la guerre, après surtout, je n'avais pas plus peur que cela que ça recommence. J'eus un soupir. Non, vraiment, l'intégration ? Je me suis retenu de lui lancer un regard assassin. On se calme, Riley, on se calme. Surtout, pas d'emportement... On se détend. On se calme, on respire... Mieux valait ne pas craquer tout de suite. De toute évidence nous allions passer les prochaines heures ensemble, alors autant ne pas plomber l'ambiance immédiatement. Je haussai les épaules, croisant les bras sur mon torse.

« Ça va, merci. »

Non, je n'étais pas bavard, et je n'avais pas envie de l'être. J'étais bavard quand j'appréciais la compagnie. En l'occurrence, ce n'était pas le cas. Je n'avais pas envie de faire ami-ami avec lui, qu'il se le tienne pour dit. À moins qu'il veuille que je ne lui fasse un dessin... ? Je désignai la route du menton, coupant court la conversation.

« On y va ou on attend la nuit ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Sam 20 Aoû - 16:14

Essayer de passer pour un dur en crise, mais voyons mon choux, tu portais si mal le masque de la haine. Tu savais que je te connaissais, tu le savais très bien. Et à en voir ta réaction tu savais aussi que je n'avais pas une réputation d'ange. Bien, méfie-toi, ça sera mieux. Il répliqua donc avec un sous entendu si discret que je me serais volontiers moqué de lui si je n'avais pas d'autres plans en tête. Bref, tu me croyais assez faible, assez stupide pour ne pas savoir ou je mettais les pieds ? J'étais chargé du ravitaillement depuis quelques années déjà. Et donc, j'étais tombé plus d'une fois sur un os. Oh bien sur, j'avais toujours réussi à m'en sortir sans aucune blessure, mais je n'étais pas un imbécile Riley. Je savais où j'allais. Je savais que les risques de tomber sur une mauvaise personne étaient grand. Alors oui, tu n'étais pas le seul mon cher Riley.

Profite de croire que je ne suis qu'un mannequin sans cervelle, profite bien. Car le jours ou tu comprendras que je suis plus qu'un séducteur au sale caractère, il sera trop tard. Pour jouer à un jeu, il faut en connaitre les règles. Je les connais, et même parfaitement. J'ai évoluer dans un monde presque aussi impitoyable que le notre actuellement et jamais je ne me suis bruler les ailes. Alors certes, la mise n'était pas la vie, mais plusieurs millions de dollars et un avenir, mais les risques de tout perdre était toujours aussi gros. On va dire qu'aujourd'hui, si je perds, j'aurais peu de chance de me relever. Mais que serait la vie sans un jeu ? Elle ne serait rien. Alors jouons Riley, toi qui croit connaitre mes cartes, jouons et l'on verra bien qui ne nous deux est l'as qui fait tombé le roi.

— Parfait alors.

Je lui demandais alors si l'intégration c'était bien passé et je pense sincèrement que si je n'avais pas être calme depuis le début, il m'aurait tué du regard. Allait RIley craque ou rentre dans mon jeu et essaye de jouer au gentil petit garçon. Vas-y. Bien Riley, tu m'impressionnes, tu te contrôle avec classe, à quand la chute ? Il haussa donc les épaules avant de me mentir royalement en m'affirmant que ça allé. À d'autre Riley, t'avais revu ton ex qui t'avais carrément fait passer pour un enfoiré, tu devais la revoir tous les jours et donc mentir à tout le monde sur les raisons exacte de ta rancoeur. Alala, tu ne savais vraiment pas utiliser les cartes que tu avais en mains. Car si j'avais été à ta place, soit sur que je n'aurais pas prit le risque de passer pour un méchant devant tous le monde. J'aurais été plus fin, plus tactique et moins … Stupide ?

Je ne préférais même pas répondre à cela, car hors mis créer un malaise, je n'aurais rien fait de mieux. Je préférais hocher la tête et le laisser croire qu'il menait la danse. Vas-y donc Riley, fais-toi passer pour un grand ? Mais tu n'es tellement pas crédible mon amour, j'en viendrais à croire que tu fais toujours pipi au lit. Vas-y, fait comme-ci ton opinion avait une quelconque importance à mes yeux. Fais-nous croire que tu es un grand. On parie combien que t'es un looser qui n'a pas réglé son oedipe. Tu n'as pas pu baiser ta mère et donc, pas pu tuer papa c'est ça ? Tu me faisais rire, dommage que je ne puisse pas le montrer.

— Non, si on attends la nuit on va pas pouvoir passer à certain endroit. Vaut mieux partir maintenant.

Et vu qu'il ne semblait pas enclin à parler, je n'allais pas perdre mon temps à jouer le mec relou. Sortant de mon sac un 9mm, je vérifiais rapidement l'état du charger et surtout, si j'en avais d'autre. Oui, à cause de Laurence, tout le monde savait tiré et tout le monde devait porter une arme pour sortir de la ville. Pas con vous me direz. Enclenchant la sécurité, je mis l'arme à l'arrière de mon pantalon, faisant passer la chemise dessus, plaçant alors le chargeur de secoure dans une poche. Bon j'avais tous, et lui aussi à en voir son impatience. Ok man, on va aller jouer.

Je lui fis alors signe de me suivre et nous empruntâmes une route parallèle à la rue principale d'Elizabethtown. Je l'avais dit, j'avais trouvé des lieux pas mal niveau bouffer et médicale, mais il fallait sortir des sentier battus. Et bien sur, faire une vingtaine de kilomètre. Autant dire que le pauvre Riley allait devoir passer deux jours avec moi. J'étais sur que lorsqu'il le comprendra, il sera l'homme le plus heureux sur terre. Moi ? Le torturer ? Jamais. Je pensais juste à la portée bénéfique de ma présence à ses côtés. Je suis vraiment quelqu'un de généreux, m'investir autant dans sa vie et ce juste pour qu'il se sente bien dans ses baskets.

Nous marchâmes plus de deux heures dans un silence de mort. Empruntant des chemins qui demandait un minimum de forme physique aux vues du nombre de murs à escalader et aux nombres de pente à descendre. De sacrés dénivelés créé par les bombes. Ce n'était pas innocent, en réalité, c'était pour qu'il comprenne bien que je n'étais pas ce qu'on pouvait lui dire. Citez-moi un seul fainéant capable de faire autant d'effort ? Il n'y en avait pas. Je finis toutefois par ralentir le rythme à l'approche d'une descente, je n'avais pas vraiment envie de me cassez la gueule et de m'abimer mon superbe visage. Tournant alors la tête vers lui je lui souris. Essayant de combattre sa vieille tête de chefs d'entreprise au bord de la faillite.

— Je suis pas bavard, mais j'aime savoir avec qui je pars en mission. Tu faisais quoi avant ?

Observant un silence de plomb je souris de nouveau avant de répondre.

— On est parti pour passer deux jours ensemble, un minimum de dialogue serait cool non ? Après je vais pas te forcer …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Dim 21 Aoû - 17:34

Vraisemblablement, l'ironie, ce n'était pas son truc. Ou alors, il jouait très bien l'idiot de service. Dans tous les cas, ce rôle lui collait à la perfection. Je me demandais s'il était vraiment stupide ou si il jouait un rôle, comme le faisait Meredith. Après tout, ce n'était pas impossible... Il trainait avec elle, il était soit disant en couple avec elle... Cela ne m'aurait étonné qu'à moitié qu'il soit comme elle. Meredith était douée pour attirer dans son sillage les personnes comme elle. Ou elle les façonnait à son image, comme elle l'avait fait avec moi. Dans tous les, cas, c'était insupportable. Je ne voulais rien avoir à faire avec elle. Avec elle ou avec ce qui avait un rapport avec elle. Dans un moment pareil, je regrettais de ne plus être considéré comme un bon à rien. Maintenant qu'Alexander savait ce que je valais vraiment, il me faisait confiance et n'hésitait plus à me confier des missions importantes. Dommage... Aujourd'hui je m'en serais volontiers passé. Je savais d'avance que je n'allais pas du tout aimer ces prochaines heures. Comme on disait vulgairement, j'allais en baver. Psychologiquement ce serait dur. Alors ce cher Jared avait tout intérêt à ne pas en remettre une couche, parce que je risquais de ne pas réussir à rester calme très longtemps.

Restant de marbre, je me mis simplement en marche quand il me fit signe de le suivre. Je fis attention à rester plusieurs pas derrière lui. Je n'avais pas envie de créer le moindre lien avec lui. Je passais déjà pour un enfoiré, alors autant en profiter et achever de passer pour quelqu'un de non fréquentable. Je gardais le regard baissé, quoique restant aux aguets, prêt à dégainer mon arme au moindre bruit suspect. À force, j'étais devenu réellement méfiant. Surtout après les quelques problèmes survenus à chaque fois que j'avais mis le pied dehors. J'avais pris une balle, je n'avais pas envie d'en prendre une autre. Mais j'avais un mauvais pressentiment. Quelque chose me disait que je n'aurais pas la chance de faire une mission tranquille, sans problèmes... Les choses auraient pu être tellement plus agréables si j'avais été avec quelqu'un d'autre. J'avais pris goût à mes escapades avec Alexander, à force. Et les rares fois où j'avais dû y aller avec Ethan, cela avait été étonnamment agréable. Il ne me voyait plus comme un ennemi, alors nos relations étaient plus amicales, ce qui n'était pas pour me déplaire. Je commençais enfin à me faire des amis, cela me faisait le plus grand bien. J'aurais besoin du peu que j'avais pour m'en sortir et supporter la situation. Le plus à même de me comprendre était sans nul doute Alexander. Nous avions vécu sensiblement les mêmes choses... J'aurais pourtant préféré que personne ne subisse ce que j'avais subi. Cela m'avait détruit.

Lorsque nous approchâmes d'une descente, Jared se retourna vers moi avec un sourire. Je le regardai en haussant un sourcil. Quoi, il avait vu un lapin et il était tout content peut-être ? Je manquai de lever les yeux au ciel. Pas bavard, hein ? Mon œil, une vraie pipelette, plus bavard qu'une fille. Je le regardai avec un drôle d'air quand il me demanda ce que je faisais avant. Mais qu'est-ce que ça pouvait lui foutre ? Ça n'avait plus la moindre importance de toute façon. J'eus un soupir. À tous les coups, il allait me faire chier jusqu'au bout et il n'allait pas lâcher le morceau.

« Je travaillais dans l'agence de mannequinat de ma mère. »

Oui, moi aussi j'étais monté sur les podiums, moi aussi j'avais fait joujou avec les marques de luxe. Mais c'était terminé, alors pas la peine d'en faire toute une histoire. Lui jetant un regard agacé, je passai devant lui et dévalai la pente rapidement, sans jeter un regard en arrière.

« D'autres questions ou on peut faire ce qu'on a à faire ? »

Moi, agressif ? Non, à peine, à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Dim 21 Aoû - 18:34

Putain, il était vraiment aimable ce mec. C'était fou, plus sympa que lui tu meurs. La journée allait-être longue. Alors par simple politesse, je lui demandais ce qu'il faisait avant. Il me répondit alors dans un soupir, à peine dissimulé, qu'il avait travaillé dans l'agence de mannequinat de sa mère. Et la ce fut plus fort que moi. Je fus obliger de le détailler de la tête au pieds et ce en toute discrétion. Profitant alors du fait qu'il passe devant moi pour finir mon inspection. Ok, il était pas laid … Mais je doute qu'il eut autant de succès que moi. Le seul moyen de le savoir serait de lui demander de combien de marques il fut l'égérie et surtout de quel créateur il était le mannequin vedette. Mais là, je me voyais mal lui demander.

Enfin, pour lui on voyait bien que le mannequinat était du passé. Il y avait un sérieux laisser allé. Il n'était pas prêt de remonter sur un podium. Il avait trop prit et son corps ne semblait plus en état de porter les plus grande marque de ce monde. Pas comme moi. Il me faudrait quoi, une semaine ? Allez, un petit mois, pour reprendre parfaitement mon boulot. Il me suffisait juste de remangé comme avant et c'était bon. J'avais que trop veillé à ce que mon corps reste sans défaut et intacte. Il fallait que je puisse reprendre. J'étais dans la fleur de l'âge, et je ne comptais pas perdre ce physique qui avait fait de moi un dieu. Du moins pas comme lui l'avait fait. Car sérieux … À moins d'être malade, il était hors de question que je ne prenne ne serais-ce qu'un gramme de graisse.

Il finit par reprendre, m'attaquant presque et ce, sans me regarder. Souriant alors de plaisir, je ne pus qu'admirer sa magnifique performance. Plus facile tu meurs. Accélérant alors le pas je me figeais face à lui. Ok, tu voulais jouer les agressif, les gars meurtri, aucun problème. On allait jouer. Mais sur ce terrain, moi seul pouvait gagner. Tu t'étais repentit mon agneau, mon non, je continuais à blasphémer avec autant de facilité qu'un humain respiré. Et c'est là qu'était toute la différence. J'étais l'As et toi le roi, non le valet.

— On va mettre les choses au clair … Je sais que tu as eu un passé difficile avec Meredith, je la connais assez pour savoir qu'elle a pu te faire un vrai coup de pute. Alors si t'as un problème avec elle, c'est ton problème pas le mien. Mais oui, c'est ma copine, je l'aime et j'y peux rien. Je ne t'ai rien fait, je suis parti du principe que tu n'étais pas le grand méchant loup, alors pas la peine de passer tes nerf sur moi. Sur ce, oui on va faire ce qu'on a à faire !

Sur ce mon visage se détendit un peu et je repris ma route. N'ajoutant rien d'autre, le laissant traiter comme il voulait les informations. Qu'allais-tu penser Riley ? Moi qui venait de crever l'abcès et te parler de Meredith. Moi qui savait très bien qu'elle pouvait t'avoir fait des trucs horrible. Mais moi qui ne te considère pas comme un monstre, moi qui suis l'amoureux aveugle. Qu'allais-tu penser mon ange ? L'épée ou le bouclier ? Allez Riley, laisses toi faire, tombe dans mes filets … Tu n'en sera que plus utile.

Silence, silence de plomb, silence de mort. La nuit tomba et nous continuâmes à marcher, arrivant dans des zones plus dégagé, mais qui pouvait être traversé sans crainte de nuit. Une ligne droite qui nous conduit non loin du lieu que je voulais atteindre. Abord d'une petite ville. L'aube commençant à apparaitre. Cela faisait plus de six heures que nous n'avions pas échangé le moindre mot. Je pense que ce silence ne pouvait qu'être mauvais pour lui. Pour moi en revanche … Une autre histoire. Je ralentis alors que nous approchions du fameuse endroit. Et il ne me fallut pas très longtemps pour comprendre que nous allions avoir un problème. C'était trop calme. D'habitude l'on entendait les animaux d'une vieille ferme, la plus rien. Un silence plus profond que celui qui s'était établie entre nous. M'arrêtant alors, je glissais une mains dans mon dos, saisissant l'arme en indiquant silencieusement à Riley de faire la même chose. Reprenant doucement, je marchais au ralenti.

— Je pense qu'on va avoir un problème …

Une façon de lui dire de se tenir près. Nous avançâmes un peu plus. Nous enfonçant davantage dans le danger. Et puis une détonation. Et une plainte derrière moi. Me retournant alors, je vis Riley se tenir le bras. Putain. Regardant autour de moi je ne vis pas le tireur. Il était où bordel ? Et puis un point rouge apparue sur la poitrine de Riley. Jared ? Tu aimais jouer il me semble ? Il était temps de voir si je pouvais gagner en misant ma vie. Gagner autre chose que cette méfiance. Ce fut alors très rapide.

— Sniper !

Soufflant quelques mots avant de le pousser gentiment et de recevoir une balle dans l'épaule. Putain, ça faisait clairement mal cette merde. Mais pas le temps de jouer au fillette. J'avais mon ticket pour le rang de héros, mais je n'avais pas envie d'avoir celui pour la morgue. Nous retirant derrière un rocher. J'eus la désagréable surprise de découvrir que ma main gauche bougeait difficilement. Fallait que je me pose et d'urgence. Putain. Je ne sais même pas comment j'ai fait pour ne pas m'écrouler de suite. Adosser contre un rocher, j'ouvris sans attendre ma chemise. Découvrant alors une plaie nette qu'où s'écouler une grande quantité de sang.

Ouais, essayons de rester calme alors que la blessure relever clairement du calvaire. Un calvaire qui allait durer je le sentais bien. J'avais l'impression d'avoir perdu un bras. C'était atroce. J'avais l'impression que la douleur allait me faire piquer du nez. Sauf que je ne pouvais pas trop me le permettre. Pas avec un tireur d'élite dans les parages. Pas alors que je venais de jouer mon plus gros coup. J'avais envie d'en voir le résultat. Faisant alors pression sur mon épaule, j'essayais tant bien que mal d'arrêter l'hémorragie. Car ca se rythme, je n'allais pas tarder à tourner de l'oeil...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Mer 24 Aoû - 10:50

On se calme... Bien que l'idée de lui coller mon poing dans gueule soit terriblement tentante, je me suis retenu. Je me suis retenu parce que je ne voulais pas devoir faire demi tour. Parce que je ne voulais pas devoir expliquer pourquoi je lui avais collé mon poing dans la figure. Ce n'était cependant pas l'envie qui me manquait. De quel droit est-ce qu'il se permettait de me faire la morale ? De quel droit il se permettait de me dire des choses pareilles ? Il ne savait pas la moitié de ce que Meredith m'avait fait, alors sa morale il pouvait bien se la mettre où je pensais. Il n'avait rien à me dire. Alors il allait vite se la fermer sinon il risquait de ne pas revenir entier à Elizabethtown.

« Sincèrement, j'en ai rien à foutre que tu t'envoies en l'air avec elle, c'est plus mon problème depuis longtemps. J'ai pas l'intention de la récupérer, tu peux la garder et en faire ce que tu veux. Mais à moi de savoir exactement ce qu'elle m'a fait, je te prierais de la fermer à partir de maintenant et de ne plus rien dire à ce sujet pendant les prochaines quarante-huit heures. »

J'étais fondamentalement un mec gentil, pas aussi salaud que j'avais voulu le faire croire. Mais il ne fallait pas me pousser à bout, surtout quand il s'agissait de Meredith. C'était bien le seul sujet sur lequel on ne plaisantait pas avec moi. Elle m'avait fait beaucoup trop de mal. Et je n'étais pas dupe, elle allait encore m'en faire. Je ne savais pas comment elle allait s'y prendre, mais elle ne me laisserait pas tranquille, c'était sûr et certain. Elle n'avait pas réussi à me détruire totalement, elle devait considérer cela comme un échec personnel. Sauf que cette fois ci, je n'avais pas l'intention de la laisser me faire du mal. À moi ou à quelqu'un d'autre d'ailleurs. Je n'étais cette fois ci pas près à la laisser tout ruiner sans rien faire. Maintenant que je savais de quoi elle était capable, elle pouvait s'attendre à quelques représailles. Je n'étais pas aussi doux qu'autrefois, pas aussi stupide. Je n'avais peut-être aucun coup d'avance, mais je savais en revanche de quoi elle était capable. Cela me permettrait peut-être de voir le coup venir ? Qui sait... Quoiqu'il en soit, elle ne m'aurait pas cette fois ci. Je n'avais pas l'intention de la laisser tout gâcher une seconde fois sans rien faire.

Nous nous sommes remis en marche, et cette fois ci j'avais encore moins l'intention de lui parler. Il m'avait mis encore plus en colère que je ne l'étais déjà, et avait confirmé l'idée que je me faisais et selon laquelle j'allais passer deux jours absolument pourris. Je ne lui adressai pas la parole une seule fois après notre mise au point. J'aurais pu être seul que cela n'aurait rien changé ou presque. Six heures de silence complet, pour mon plus grand bonheur. Il n'était peut-être pas si stupide que cela, après tout... J'eus un soupir lorsqu'il s'arrêta, pourtant. Allons bon, quoi encore ? Il avait peur du noir peut-être ? Levant les yeux au ciel, je remarquai alors le silence qui nous entourait. C'était étonnamment calme, même pour la nuit... Il manquait quelque chose, mais je n'aurais su dire quoi. Fronçant les yeux dans la pénombre, je vis Jared se saisir de son arme et me conseiller de faire de même en silence. Je m'exécutai, retirant la sécurité de mon arme. Je ne pus m'empêcher de le regarder d'un air absolument blasé quand il m'a annoncé que nous allions avoir un problème. Non, vraiment, je n'aurais pas compris tout seul ! Mais il me prenait vraiment pour un imbécile, non ? Ce n'était pas la première fois que je devais faire face à ce genre de situation, et je n'avais pas...

Je sursautai quand j'entendis un coup de feu retentir. Et je lâchai un juron, alors qu'une douleur vive se rependait dans mon bras. Je serrai les dents, portant ma main à mon bras, en dessous de l'épaule. Jamais deux sans trois. Et voilà, je venais de me prendre ma troisième balle. Enfin, presque, elle m'avait juste éraflé, m'arrachant un morceau au passage. Je dégoulinais déjà de sang. Je faillis hurler de rage. Je savais que ce serait une journée de merde, mais à ce point là... Jared me cria quelque chose, et je n'eus pas le temps de relever les yeux qu'il me poussa violemment. Je perdis l'équilibre et tombai à terre, bien sur le cul. Je me relevai en vitesse, et je n'eus que quelques secondes pour constater que Jared était blessé avant que nous filions, droit sur un rocher pour nous cacher derrière, le temps de voir l'étendue des dégâts. Qui, sans être importants, n'étaient pas non plus minimes. Je ne pus m'empêcher de blêmir lorsque Jared ouvrit sa chemise. Félicitations, tu viens de prendre ta première balle. Dans l'épaule. Tiens, cela me rappelait... Moi. Jouer les héros, c'était vraiment stupide. Ce n'était pas courageux, c'était carrément con.

« Bon, pas de panique. J'ai déjà pris une balle dans l'épaule. Ça fait mal, ça pisse le sang, mais ça ne te tuera pas. Enfin, si on rentre assez rapidement... »

Rassurant, n'est-ce pas ? Au moins, j'étais sincère. Retirant ma veste, je la roulai en boule avant de la plaquer fermement sur l'épaule de Jared pour contenir au maximum l'hémorragie. Je soupirai.

« On va devoir trouver de quoi te faire un bandage, le temps d'échapper à ces types et de rentrer. Je pense qu'on va devoir sacrifier une manche de ta chemise... Tu comptes pas la réutiliser j'espère ? »

Sans lui laisser le temps de répondre à ma pseudo note d'humour, je le laissai prendre le relai et appuyer sur la plaie avec ma veste tandis que je découpai une manche de sa chemise avec le couteau que j'avais dans ma poche. Ceci fait, je passai le morceau de tissu sous son bras et fis un nœud serré au maximum pour endiguer l'hémorragie. Ce n'était pas parfait, mais cela nous donnerait un peu de temps. Bon, maintenant que ça c'était fait, nous devions trouver une solution pour nous en aller le plus rapidement possible, et si possible sans se faire tirer comme des lapins. Ce qui ne serait pas une mince affaire... A moins que... ? J'eus un soupir, me passant une main dans les cheveux.

« Je propose qu'on s'enfonce dans les bois pour les semer. On fera un détour pour rentrer. J'espère que tu es encore en état de marcher, parce que je doute qu'on ait beaucoup de temps devant nous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Mer 24 Aoû - 12:48

J'aimais jouer, et là, je venais de mettre ma vie sur le tapis. Je n'étais pas mort sur le coup, mais comme le disais si bien Riley, ce n'était qu'une question de temps si l'on ne se tirait pas rapidement d'ici. J'apprenais donc qu'il s'était déjà prit une balle dans l'épaule. J'aurais aimé connaitre les raisons futile d'une auto-mutilation. Car oui, se faire tirer dessus était une mutilation et à en voir son caractère, le pauvre avait du vouloir sauver quelqu'un. Comme moi ? Non nous ne jouons pas dans la même cours, moi j'ai joué justement, lui n'avait surement du que se sacrifier. J'admirais toutefois sa capacité a tenté d'être agréable. Bien essayer Riley, je me sentirais presque en sécurité.

Retirant alors sa veste, il la roula en boule avant de la poser fermement sur mon épaule. M'arrachant malgré moi une grimace de douleur. Je m'étais un point d'honneur à ne pas laisser la douleur me contrôler. Je l'avais choisi, j'assumais à présent. Il dit alors qu'il allait falloir faire un bandage avec les moyens du bord et ce pour essayer d'échapper au mieux à nos terroristes. Il dit alors qu'on allait devoir sacrifié ma chemise, ajoutant une note d'humour complètement bancale sur mon envie de la remettre. As-tu vu la gueule de cette chemise ? En temps normal je ne l'aurais même pas mise. J'étais de moins en moins sur qu'il soit un ex mannequin lui. Enfin bref, il lâcha sa veste, le temps que je prenne le relai, mais ce simple arrêt de pression suffit à laisser s'échapper une grande trainée de sang. Cool je me vide.

Il coupa donc une manche me ma chemise avant de retirer sa veste pour bander comme il pouvait mon épaule… J'étais dans la merde moi. Le tissus était déjà bien imbibé. Et ce n'était que le commencement. Il se redressa alors en soupirant, toi tu avais une idée. Vas-y Jimmy Neutron, montre moi ce que tu as dans le crâne. Il proposa alors qu'on s'enfonce dans les bois afin de les semer. Créant un détour afin d'espérer rentrer. Il finit sa phrase en disant qu'il espérait que je sois en état de marcher, car selon lui, nous avions pas beaucoup de temps. Ca va, t'es pas trop con niveau survie, sauf qu'on allait de faire fusillé si on suivait son plan. Il avait conscience qu'ils avaient un sniper ? Et que donc, si le tireur n'était pas trop con, il nous avait déjà dans le viseur et au moindre mouvement, on était mort.

— Si ils ont un sniper… Ca veut dire qu'ils ont bien plus et surtout, qu'ils sont pas des petits joueurs. Avec un mec sur le toit, vaut mieux se la jouer fine …

Farfouillant alors dans mon sac je tirais une lampe torche. Regardant Riley dans la pénombre avant de me remettre sur pieds. Accroupie.

— On va tenter de distraire le tireur histoire qu'il ne nous tire pas comme des lapins. On se casse à trois… Un … Deux … Trois

Allumant la lampe je la jetais avec mon bras valide le plus loin possible, nous redressant alors en même temps nous filâmes dans les bois à grande vitesse. Si le tireur avait d'abord achevé la lampe, il finit par comprendre et nous tirer dessus. Ayant l'avantage de quelques secondes, nous arrivâmes rapidement sous une couche trop épaisse de branchage. Il pouvait plus nous tirer dessus. En revanche ses potes … On était suivi et pas que part des petits calibre. C'était quoi ce délire ? Putain, c'était vraiment le chaos, à croire qu'un mec avait réellement décidé de nous pourrir la vie. Entre les enlèvements et tentative de meurtre … On était servi.

Essayez de courir plus d'une heure avec une balle dans le bras. Ouais au début c'est facile. L'adrénaline de la situation, l'endorphine sécrété par la peur, l'excitation et la douleur. Ouais au début ça passe très bien. Et puis me taper un arrêt pour jouer les diva, non pas avec Riley, ça ne servirait à rien. Par contre … Passé une heure … Quand le dangers est écarté, du moins pour l'instant. Ouais, ça devient rapidement difficile. Car vous savez quoi ? Quand vous courrez, vos épaules bougent avec vous et même que votre coeur bats plus vite. Ouais. c'est pour cela que j'avais clairement l'impression d'avoir perdu un petit litre en route. Bon c'est exagéré, mais voilà, c'est ce que vous ressentez.

Stoppant net, essoufflé par l'effort, je posais une mains tremblante sur mon épaule. Essayant d'endiguer la perte de sang. J'étais pas vraiment en grande forme. Lâchant alors mon épaule, je vis ma main pleine de sang. OK, joyeux. Je finis par la reposer sur mon épaule avant de relever les yeux vers Riley. Tu te marres toi, je te jure que la prochaine balle sera de moi. Allez, on se calme Jared. Me redressant alors, je le rejoignais en marchant.

— Ça te dérange pas qu'on continue en marchant ?

Genre son avis m'intéresser. Nan, mais sérieux, si je ne savais pas que la finalité était la victoire, jamais je n'aurais perdu mon temps avec ce paysans. Meredith, tu as intérêt à être très gentille avec ton amoureux. Car ton chérie d'amour venait de une, de perdre son corps parfait et de deux, de te servir le méchant Riley sur un plateau d'argent.

— Faudrait voir à savoir où on est exactement, car là, de nuit, j'en ai aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Sam 27 Aoû - 10:11

Prends moi pour un idiot, je ne te dirai rien... Évidemment, que j'avais compris qu'il ne s'agissait pas là de petits joueurs. Évidemment, que j'avais compris qu'ils avaient un net avantage sur nous. Mais ce n'était pas en restant planqués derrière ce rocher que nous allions nous en sortir vivants. Si nous restions là trop longtemps, les types qui nous en voulaient n'allaient pas tarder à nous tomber dessus et à nous régler notre compte une bonne fois pour toutes. Sniper ou pas, ce n'était pas une raison pour rester terrés comme des lapins à attendre de se faire tirer. Je ne pus m'empêcher de lever les yeux au ciel. Distraire le tireur avec une lampe torche ? Oui, bien sûr. Le type tirerait dessus par réflexe et nous aurait de nouveau dans son viseur tout de suite après. La seule chose qu'il ferait, c'était réduire en miettes notre seul moyen de voir où nous mettions les pieds. Je n'eus pourtant pas d'autre choix que de le suivre alors qu'il s'élançait dans les bras après avoir jeté la lampe le plus loin possible. Je jurai, m'enfonçant dans les bras à sa suite. Je ne voyais pratiquement pas où je mettais les pieds, si bien que je manquais de chuter plusieurs fois. Des bruits de tirs me parvenaient. Quelle merde !

Je ne sais pas combien de temps nous avons pu courir ainsi. Plus d'une heure, c'est certain. Au bout d'un moment, je commençai à sentir mes poumons me bruler, et les muscles de mes jambes se tendre. Je n'étais pas un athlète de haut niveau, alors courir si longtemps représentait un bel effort. Mais je n'allais pas me plaindre, ce n'était pas moi qui avait une balle dans l'épaule. J'avais connu ça, mais j'avais eu la chance d'avoir un ancien militaire – et tireur d'élite – avec moi en la personne d'Alexander. Et je n'avais pas eu à courir comme un dératé pour sauver ma vie. Je n'avais pas eu à traverser une forêt inconnue de nuit. Dans mon malheur, moi, j'avais de la chance. Ce n'était pas le cas de Jared, qui avait bien du mal à continuer, je le voyais bien. Nous avons donc fini par ralentir. Nous n'étions de toute façon plus suivis. Et puis ni lui ni moi ne pouvions plus courir sur dix mètres. Essoufflé, je pris appui contre un arbre pour reprendre mon souffle. J'avais l'impression que j'allais cracher mes poumons dans la minute. Je jetai alors un coup d'oeil à Jared, plus particulièrement à son épaule. Je ne pus m'empêcher de grimacer. Il avait perdu beaucoup de sang, et il en perdait toujours. Ce n'était pas bon, pas bon du tout. Je ne savais pas exactement combien de sang il avait perdu, mais trop de toute évidence. Il était pâle et avait vraiment une sale tête.

« De toute façon, on peut pas continuer à courir sans savoir où on va. »

Cela ne nous avancerait à rien du tout. Nous ne pouvions pas continuer à s'enfoncer dans la forêt. J'eus un soupir, et je ne pus m'empêcher de lever les yeux au ciel. Blessé ou pas, super héros ou pas, je trouvais toujours Jared lourd et légèrement stupide. Rien à faire, il m'agaçait. Terriblement.

« Oui, évidemment. Je suis pas plus trappeur que toi, je ne sais absolument pas où nous sommes. Et en plus, je ne connais absolument pas la région. Alors je crois que nous pouvons le dire, nous sommes perdus. »

Et ce n'était vraiment pas une bonne nouvelle.

« Tu ne reconnais vraiment rien ? Rien qui puisse nous donner une indication sur l'endroit où nous nous trouvons... ? »

Après tout c'était lui qui avait voulu venir ici, cela aurait dû supposer qu'il connaissait un minimum l'endroit où il nous conduisait. Normalement. Théoriquement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Sam 27 Aoû - 10:56

Oui, il était inutile d'essayer d'aller plus loin, vraiment inutile, je n'étais plus vraiment en état. Continuant à souffler, j'avais l'impression qu'à tout moment, mon corps pouvais céder. Mais ce n'était pas du tout le moment de jouer les diva. Et quoi de mieux pour rester éveiller que de s'amuser avec les nerf d'un homme déjà à cran ? Je lui dis donc qu'il fallait savoir rapidement ou l'on était, car je n'en avais aucune idée. Autant dire que je lui servais une banalité, une coquille dont-il ne pourrait que réprouver. Il répondit avec toute la patience que je lui connaissais. Affirmant qu'il n'était pas plus trappeur que moi et qu'il ne savait absolument pas ou nous étions. Concluant alors par le fait que nous étions perdu. Bien jouer sherlock'.

Il me demanda alors si je ne reconnaissais rien, en sommes, si j'avais une idée de l'endroit ou nous étions. Quel était le sous-entendu mon ange ? Que je nous avais entrainé dans en enfer ? Souriant dans l'obscurité, ma main lâcha mon épaule pour se diriger vers le sac. Je n'étais pas stupide Riley, ne fait pas l'erreur de tomber dans mes filets. Enfin, si l'on peut encore dire que tu n'y ai pas. Sortant alors une boussole militaire et une carte, merci Laurence, on va dire que tu as le mérite de nous obliger à prendre le minimum pour survivre. J'avais toujours trouvé ça chiant, mais j'avoue qu'aujourd'hui, je te remerciais d'être si … Rigide ?

Je m'assis alors sur le sol, me posant contre un arbres. Je n'étais vraiment plus en forme et chaque minute semblait muter en supplice. Sortant alors la seconde lampe de poche, car oui, nous étions deux et à la base, j'avais prévu qu'on fouille ensemble et non pas attendre sagement. Bref, si tu m'avais pensé assez stupide pour griller notre seul moyen de voir dans cette obscurité, tu t'étais planté.

Si je savais me servir d'une boussole ? Non, enfin pas à la base, mais à force de tomber sur un militaire tendu du slip, j'avais fini par retenir l'essentiel. Mettant le cul de la lampe entre les dent, j'orientais la boussole au dessus de la carte. Déjà repéré le nord. Ok trouvé et maintenant, positionner la carte pour qu'elle corresponde à l'orientation de la boussole. Manquait plus qu'à estimer ou nous étions. C'est donc dans un silence complet et avec une grande concentration que je me mis à calculer la distance que nous avions pu parcourir À quelques dizaines de mètres près. Je n'avais jamais vraiment été en cours, mais j'avais eu tous mes diplômes avec des résultats excellent. L'on va dire que j'apprenais vite et bien et ce dans tous les domaines, alors forcement, pourquoi se faire chier en cours. Bref. Je me relevais, non sans m'arrachais une grimace de douleur. J'avais une petite idée de l'endroit ou nous étions, mais sans plus. Rangeant alors le tous, je ne gardais que la lampe.

— Je suis pas sur, mais on devrait trouver une petite rivière pas loin, lorsqu'on l'aura… Il faudra la suivre, elle passe à un kilomètre de ET…

N'ajoutant pas plus, nous nous dirigeâmes à l'aveuglette vers un lieu ou provenait une petit bruit semblable à de l'eau. Si c'était la rivière, elle était plus loin que je ne l'avais cru… Putain, j'avais planté dans l'estimation de notre positon. L'on avait plus dévié que je ne l'avais pensé …Mais nous finîmes par la trouver. La remontant silencieusement durant des heures. Je n'avais envie qu'une chose, rentrer et potentiellement avoir le droit à des soins de la part de Jackson ou Katie. À moins que je ne me meurs avant d'arriver ce qui était fort possible.

Je ne sais pas combien d'heures l'on avança, mais mes jambes commençaient à se dérober de plus en plus sous mon corps. Manquant ainsi de tomber une bonne dizaines de fois. J'avais l'impression de tituber. Ne menant plus la marche j'étais derrière Riley. Souriant malgré moi à la pensé de Meredith. Que pourrait-elle bien te faire si jamais je mourrais ou revenait dans un état plus que second ? Jouerait-elle la comédie ou essayerait-elle de te tuer pour m'avoir laisser subir cela ? Oh, je ne me fais aucun doute, ma reine des glaces saura exactement quelle masque porter pour te faire tomber une fois de plus.

Le jours commença à se lever, nous éclairant la forêt ou non nous étions égaré. Les minutes passèrent, mutant en heures je n'avais aucune idée de la distance qu'il restait à parcourir, mais j'étais certain d'une chose… Mon épaule était si douloureuse que même le contacte de ma main pour stopper l'hémorragie était insupportable. Deuxième point, j'étais toujours entrain de me vider et ce quelque soit la pression que je pouvais faire. Troisième point … j'avais froid alors que mon front me brulait sans ménagement. M'arrêtant brusquement, mon dos s'écrasa violemment sur le tronc d'un arbre. J'avais de plus en plus de mal à rester conscient et surtout à respirer. Retirant alors la mains de mon épaule je la posais sur mon front. Putain j'avais de la fièvre…

— Deux minutes s'il te plait …

Deux minutes … Ouais, mais je n'étais même pas sur de pouvoir reprendre. Cela faisait plus de 24h que nous étions partie, c'était une certitude. Il suffisait de voir le soleil qui était déjà bien haut dans le ciel. et cela devais faire presque 10 heures que j'avais une balle dans l'épaule et que je me vidais proprement de mon sang… Franchement, que ne ferais-je pas pour gagner ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Ven 2 Sep - 10:14

La dernière fois. C'était a dernière fois que j'acceptais de partir en mission sans quelqu'un d'expérimenté, sans quelqu'un qui savait quoi faire en cas de danger. Jared et moi, nous n'étions pas vraiment des professionnels, bien loin de là. Nous étions blessés, nous n'avions pas la moindre idée d'où nous étions ni d'où nous devions aller. Quel chemin prendre pour retourner à Elizabethtown ? Aucune idée. Je n'étais jamais venu me perdre dans le coin, aussi ne savais-je absolument pas comment retourner à la ville. Et quelque chose me disait que Jared n'en savait pas bien plus que moi, quand bien même il semblait reconnaître l'endroit un minimum. Je ne pus m'empêcher de hausser un sourcil lorsqu'il sortit une boussole de sa poche. Tiens, je ne pensais pas que c'était le genre de gars à se promener avec un boussole... Et puis c'était bien beau, mais si nous ne savions pas où se situait Elizabethtown, la boussole ne nous serait pas d'une grande aide. J'eus un soupir. Il pensait que nous étions près de la rivière qui passait non loin de la ville. Pensait. Génial. Quelque chose me disait que nous n'étions pas prêts d'y arriver... Mais bon, ce n'était pas comme si nous avions réellement le choix, après tout. Il fallait bien tenter quelque chose pour rentrer chez nous.

N'ayant pas réellement d'autre choix, nous nous mîmes en marche, nous fiant au bruissement de l'eau pour nous diriger du mieux que nous pouvions. Dans le noir, sans autre lumière que celle de la lune, ce n'était pas facile. Il fallait avancer à tâtons, pour éviter de heurter les arbres ou de trébucher sans cesse. J'étais tendu, inquiet, attentif au moindre son suspect. Qui sait si il n'y aurait pas quelqu'un d'autre à nous attendre l'arme au poing, prêt à nous descendre au moindre mouvement. De plus, nous ne pouvions pas avancer très rapidement à cause de Jared, qui avait de plus en plus de mal à avancer. Je le surveillais du coin de l'oeil, prêt à le rattraper s'il trébuchait ou perdait connaissance. Je ne l'aimais peut-être pas, mais ce n'était pas une raison pour le laisser mourir. Après tout, il m'avait sauvé la vie, je lui devais bien ça. Et puis peu importait ce que je pouvais ressentir à son égard, on ne laisse pas un homme mourir, point. Je ne pouvais m'empêcher de sourire en songeant qu'Alexander serait probablement fier de moi s'il m'entendait penser. J'avais l'impression d'être le bon samaritain de service depuis quelque temps. Trop gentil... Trop con.

Miracle, après je ne sais combien de temps de marche – un kilomètre ? Il avait dû se tromper dans ses estimations – nous sommes enfin arrivés près de la rivière. Pas le temps de faire une longue pause, nous entreprîmes de la remonter, espérant bien trouver Elizabethtown au bout du chemin. Je commençais vraiment à ne plus sentir les muscles de mes jambes. Je n'avais jamais été un grand sportif, et la marche n'avait jamais été mon sport favori. Pourtant, la situation ne nous laissait pas d'autre choix. C'était ça ou se laisser faire tuer. De plus, si nous n'avancions pas, Jared risquait fort de mourir. Pour faire simple, c'était marche ou crève.

Je fus surpris lorsque le jour commença à se lever. Je ne pensais pas que nous avions marché si longtemps... Presque depuis une journée entière. J'étais étonné par la résistance de Jared, je devais bien le reconnaître. Son épaule devait lui faire un mal de chien, surtout s'il perdait encore du sang. Je crois d'ailleurs qu'il en était arrivé au point où c'était insupportable, puisqu'il se laissa retomber contre un arbre. Jetant un coup d'oeil derrière moi, je remarquai qu'il n'avait vraiment pas bonne mine, et il continuait à saigner. Je soupirai.

« Non, on ne peut pas s'arrêter. Si on s'arrête, tu risque de ne jamais arriver vivant à Elizabethtown. Allez. »

M'approchant de lui, j'attrapai son bras valide et le passai autour de mes épaules, pour le soutenir du mieux que je pouvais. Ne lui laissant pas le choix, je me remis en marche, l'entrainant avec moi de force.

« Allez. On y est presque. Je te préviens, je n'ai pas l'intention de te porter, alors fais un dernier effort ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Ven 2 Sep - 15:49

Riley refusa tout net qu'on s'arrête. Ouais, mais là … Je ne pouvais vraiment plus. J'avais l'impression que mon corps allait imploser sous la douleur et la fièvre. Putain et le pire était que je ne devais pas me plaindre pour éviter de me rendre insupportable. Bref, j'avais joué gros, j'avais gagné, enfin pour le moment, mais là, je ne voulais d'une chose, que ca s'arrête. Meredith avait intérêt à être très, mais alors très gentil avec moi. Dans le cas contraire, elle risquerait fort de perdre un allier et un compagnon. Quoi qu'il en soit Riley me porta assistance, si ce n'est pas porter tous court. Passant mon unique bras valide autour de ses épaules avant de reprendre notre route. Je n'avais clairement pas le choix, mais putain, j'avais envie de le traiter tant la douleur que provoquait son geste m'irradié le corps.

Il me dit que nous y étions presque, mais perso, je n'étais pas sur. M'informant qu'il n'avait pas l'intention de me porter et que donc, j'allais devoir faire un effort. Sans blague. Alors je fis en sorte de ne pas me reposer sur lui bien que l'envie ne manquait pas. J'étais complètement mort, hors de tout. Devant me concentrer sur mes jambes pour qu'elles me portent. Je n'en pouvais vraiment plus. J'avais froid, trop froid et je sentais la fièvre prendre possession de ma tête. Mon épaule ne cessait de se re ouvrir, faisant couler un peu plus de sang, comme-ci j'en avais encore. J'étais loin, si loin que je manquai de m'écrouler une bonne dizaine de fois. Sauf que Riley semblait réellement veiller au grain et qu'il ne me laissait pas m'éclater sur le sol. Je ne pouvais que savourer son comportement, bien que là, je sois clairement incapable de savourer quoi que ce soit. J'étais vraiment trop mal. Je ne faisais que marcher, je n'entendais plus vraiment ce qu'il pouvait dire et je mis un bon moment à comprendre que nous étions sur une route, non dans une ville.

Donc on était arrivé … Je n'avais pas la moindre idée de l'heure qu'il était, je ne savais même pas combien de kilomètre nous avions parcouru. Finalement des voix s'élevèrent et je me sentis tomber, enfin non quelqu'un d'autre me porta. Levant alors les yeux je découvrais un petit rassemblement agité. C'était Laurence qui avait pris la relève et qui me trainait à présent dans l'église. Nous forçant à nous asseoir sur je ne sais quoi, je vis Laurence partir en criant presque. Ma tête bascula en avant et quelqu'un m'empêcha de tomber sur le sol. Secouant alors la tête, j'essayais enfin de reprendre le fil de notre histoire. Voyant Riley devant moi, puis Meredith.

Les voix s'élevèrent et j'eus vraiment du mal à rester parmi eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Ven 9 Sep - 22:51

Bien, bien bien. Je ne me lassais pas de voir les petits occupants de la maison que j'habitais, la mienne au demeurant, même si ils avaient tendance a l'oublier, travailler comme des fourmis. Le grand russe payait ces quelques heures de bon temps et, malgré le fait que je supportais que moyennement les cris des mioches, j'adorais faire ma pauvre petite abusée qui disparaissait dès qu'il entrait dans une pièce. Spécialement sous le nez de sa femme.

Et que dire de l'autre cloporte grec qui n'en pouvait plus de jouer les loveur en exhibant une petite amie en cloque mais en se réjouissant de voir la blondasse de femme a Mc Cord se faire foutre dehors par son cocu de mari. Croyez moi, faire les petites souris grise, ça a parfois du bon. J'observais tout ce beau monde plonger dans un pathétisme sans fin. Leur petite vie dérisoire finalement, c'était a peine amusant. Assez sans doute pour m'empêcher de sombrer dans l'ennui le plus total.

J'étais tranquillement en train de faire l'inventaire des vivres lorsqu'une rumeur me parvint. Pardon ? Jared ? Joué les héros ? Mes lèvres s'incurvèrent légèrement. Mais bien sur...Ce bellâtre sauverait sans doute plus sa propre peau que celle d'un autre mais le prénom de l'homme qui l'accompagnait me fit sourire un peu plus largement. Et bien, et bien, et bien...Jared, mon ange, as tu commencé ton petit jeu ?

Je sursautais, ou mimais un sursaut lorsque quelqu'un entra en trombe dans la réserve. Je peignis un air surpris sur mon visage avant que l'on ne m'apprenne que Jared était blessé. Comme si je ne le savais pas déjà, espèce d'imbécile ! A sa décharge, le brave homme ne pouvait pas deviner que j'adorais écouter aux portes.

Mon visage devint blême, même la si belle couleur rosée de mes lèvres disparue subitement alors que mes doigts lâchaient carnet et stylo. Je me mis a balbutier avant de me saisir de ma jupe a pleine main, de bousculer ce pauvre erre venu m'apprendre la terrible nouvelle, de courir comme une perdue jusqu'a l'église, d'en ouvrir les portes dans un grands fracas.

Pleurer sur commande est si pratique parfois, songeais je alors que mes joues se maculaient de larmes salées. Je les vis tout de suite, mais je pris garde a ne regarder que Jared. Et bien mon ange, un petit loupé dans ton scénario ? Aurais tu été jusqu'a risquer ta précieuse petite beauté ? Dans ce cas, bien joué.

Mais le spectacle que je donnais était tout autre. Je restais un instant pétrifiée sur le sol, comme foudroyée par ce que je voyais, ce sang sur son corps, son visage si pâle. Puis, je me précipitais, bousculant Riley sans même lui jeter un regard, comme si il n'avait pas été là, prenant sa place auprès de mon amour.

"Jared ! Jared...Parle moi chéri."

La panique et les trémolos mériteraient facilement un 20/20, croyez moi, même les tremblements de mes mains sur ses joues étaient parfaits. Je baissais les yeux sur son épaule avant de réprimer un sanglot.

"Qu'est ce qu'il s'est passé ? Jared ?! Tu m'entends ?! Réponds moi...S'il te plait..."

Et finissons sur un superbe gémissement suppliant, n'ets ce pas tout simplement magnifique ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   Sam 10 Sep - 10:54

J'avais hâte d'en avoir terminé avec cette histoire. J'avais hâte que nous soyons rentrés à Elizabethtown. Pour plusieurs raisons. D'abord, et principalement, pour me débarrasser de Jared. Enfin, le déposer à l'infirmerie, pardon. Il avait besoin de soin, moi je pouvais m'en passer. Au besoin, je demanderais à Mathilda ou Katarina de me faire un pansement et ce serait réglé. Mais Jared, lui, il aurait besoin de Jackson. Ou de n'importe quel autre médecin, ma foi. Son problème était un peu plus sérieux que le mien... Je n'avais pas été dans un tel état quand j'avais pris ma balle. Bon, il faut dire que je n'avais pas mis une journée à rentrer à la communauté pour obtenir des soins. Je n'en revenais pas qu'il ait pu perdre autant de sang et rester conscient, ou simplement en vie. Je n'étais pas salaud au point de souhaiter sa mort tout de même. Et puis après tout, il m'avait plus ou moins sauvé la vie... D'accord, il m'avait sauvé la vie. Je l'en remerciais, mais ce n'était pas pour autant que je l'appréciais. Cela ne changeait en rien l'idée que je me faisais de lui. Enfin, la moindre des choses c'était de le ramener à Elizabethtown à temps. Et du temps, nous n'en avions plus beaucoup devant nous... Je ne savais même plus depuis combien de temps nous marchions.

Je fus plus que soulagé quand les premières maison d'Elizabethtown apparurent. Allez, plus qu'un petit effort. J'avais l'impression que Jared n'était plus qu'à moitié conscient. Cela ne m'étonnait pas vraiment, avec la quantité de sang qu'il avait perdu. Le plus rapidement possible, je nous menai jusqu'à l'entrée de la ville. Voyant que je ramenais un blessé, ceux qui montaient la garde nous laissèrent passer sans se poser trop de questions. Étrangement, les derniers cent mètres furent les plus durs. Sans doute car je sentis la fatigue de ces dernières vingt-quatre heures s'abattre sur moi. Alors inutile de dire que je fus bien heureux lorsqu'un groupe se rassembla autour de nous. Avant même que je n'aie pu savoir qui était autour de moi, on me retira un poids des épaules. Ce poids c'était Jared, et c'était Laurence qui m'en avait délesté. Je soupirai de soulagement, alors qu'une main de posait sur mon épaule. Sans réfléchir plus que cela, je suivis Laurence qui se dirigeait vers l'église, pour amener Jared à l'infirmerie. Je les ai suivi plus pour m'assurer que Jared n'allait pas lui claquer dans les bras. Après les efforts faits pour le garder en vie, ce serait tout de même dommage.

Je regrettai cependant d'avoir mis les pieds dans cette église lorsque la voix de Meredith s'éleva. Évidemment... J'aurais dû m'en douter, quelle idiot je faisais... J'eus envie d'éclater de rire devant sa petite comédie de femme terrifiée pour la vie de son homme. Il fallait bien avouer qu'elle aurait fait une très bonne actrice. Il y avait tout : pâleur, larme, tremblements, balbutiements paniqués... Si je ne la connaissais pas si bien, j'aurais presque pu croire à sa comédie. Mais ce n'était pas le cas. Avec une mine faussement inquiète, je me penchai à côté d'elle.

« Félicitations, j'y croirais presque... »

Secouant légèrement la tête, je me redressai. Sur ces entre faits, Laurence revint avec Jackson. Puisque Jared était maintenant entre de bonnes mains, je n'avais plus aucune raison de rester. C'était sans compter sur Laurence qui voulait absolument savoir ce qu'il s'était passé. J'eus un soupir. Je m'arrangeais néanmoins pour que nous ayons cette conversation à l'extérieur de l'église. En sortant, je lançai un dernier regard moqueur à Meredith, qui en était toujours à pleurnicher sur Jared, rendant le travail de Jackson difficile. Je soupirai, levant les yeux au ciel. Il n'y avait que moi pour trouver cela complètement stupide et absolument incohérent ? Évidemment. Elle s'était taillée une image de sainte ici, alors cela ne m'étonnait qu'à moitié qu'elle passe pour une fiancée désespérée. Seulement, je n'étais pas prêt à me laisser berner. Une fois oui, deux fois, certainement pas.

{Je vous laisse à vos plans machiavéliques xD}
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Good & Bad Boy [ PV Riley Evans]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EDH] Wrexial, UB contrôle good stuff
» N°1604 ★ Good morning, dear cousin
» Mon Gambit Evans.
» [MODERN - AGGRO] 4/5C GOOD STUFF
» and i can escape from the prison you put me in (riley)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: ElizabethTown-
Sauter vers: