AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur la route de Washington

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sur la route de Washington   Mar 13 Sep - 8:49


    ==> Le QG des HLL

    Un tee-shirt moulant, une petite veste en jean, et un pantalon taille basse. A ma ceinture j’avais glissé 2 poignards, 1 flingue dans ma poche revolver. J’avais planqué d'autres armes à mes chevilles, des aiguilles dans mes cheveux, et tout ce qui pouvait me servir d'armes sans en avoir l'air. Je n'étais pas vulgaire, juste un peu sexy et parée à toute éventualité. Staten Island était au sud de la ville, donc sur mon chemin pour me diriger vers Washington DC. Ma mission était simple : trouver des mecs et les tuer. La difficulté, c’était que je ne savais pas qui je cherchais, ni où je devais vraiment les chercher. Une rumeur parlait de la route de Washington DC, mais les rumeurs et moi on ne faisait pas bon ménage. La rumeur en elle-même était dangereuse, l’intérêt c’était le point de départ. Comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu. Mais on ne l’avait que très rarement ou après une enquête approfondie. Et vu comment les hommes de Venezzio tombaient comme des mouches, j’avais intérêt à ne pas trop trainer si je voulais encore avoir des collègues.

    Je ne m’inquiétais pas pour moi. J’avais vu pire dans ma vie. J’espérais être attaquée et avoir ma dose de sang quotidienne. Une bonne bagarre ca me manquait. Surtout si j’avais plusieurs agresseurs. Les petites frappes dont je m’occupais jusqu’à lors commençaient à m’ennuyer. J’avais envie de trouver un adversaire à ma hauteur, un ou deux… Voire trois ou quatre… De quoi le défouler un bon coup. Parceque pour le moment j’étais quand même un peu frustrée, il fallait bien l’avouer. Quand on a connu les missions des forces spéciales, les débris new-yorkais faisaient quand même pale figure.

    Je m’étais pointée ici, mais je ne savais même pas si j’allais y trouver quelque chose. J’étais à pied, et je devais bien avouer que mes chaussures n’étaient pas faites pour les longues traversées. Je m’asseyais sur un banc, posant à coté de moi mon sac de voyage. Je l’ouvrais et en sortais une bouteille d’eau. J’étais bien partie pour faire tout le chemin jusqu’à la capitale sans trouver un seul indice. C’était énervant, mais c’était aussi un défi que j’avais envie de relever. Ca allait me changer…

    Je buvais deux gorgées avant de ranger ma bouteille dans mon sac.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sur la route de Washington   Dim 18 Sep - 18:01




On raconte que ..
" De nombreuses personnes suspectes, toujours vêtues de noir ont été vues en bordure de la ville, soit pour y entrer, soit pour en sortir. Quelques personnes téméraires, des Parias le plus souvent, se sont mis en tête de les suivre. Chose étonnante, toutes ces personnes semblaient venir du même endroit... Toutes sortent de la route menant à Washington, la capitale américaine, située à 328 kilomètres de New York. Doit-on en conclure qu'ils viennent de cette ville ?


Le jour venait de se lever sur New-York City. Ou du moins ce qu'il en restait. Accoudé contre la fenêtre d'un immeuble abandonné, Evan se reposait tranquillement en ouvrant parfois ses petits yeux, puis en les renfermant pour repartir dans ses rêveries. Il n'était pas spécialement en état de faire quoi que ce soit aujourd'hui, et pourtant il s'était promis de se rendre au plus vite à Elizabethtown, située pas très loin de là où il était. D'ailleurs il l'ignorait complètement de l'endroit où il se trouvait : c'était au beau milieu d'un quartier silencieux, et à peu prêt tranquille. Les gens qui y passaient ne restaient pas longtemps non plus, repartant comme si la peste les suivaient de près. Se soulevant lourdement, avec comme des énormes crampes à l'estomac et une douleur vive dans son dos, Evan sortit du bâtiment où il était, se disant qu'il s'épargnera le petit-déjeuner aujourd'hui. Comme tous les autres jours d'ailleurs, puisque rares étaient les fois où il prenait le temps de grignoter quelques choses. Les seul fois où il peut se permettre d'avaler un bout c'est quand il s'est rempli la mission qu'il s'était fixé, se posant sur un banc et mangeant rapidement le peu qu'il s'offre à lui. La plupart des gens se sont habitués à vivre en ne mangeant qu'un repas par jour, pourquoi pas lui ?
Arrivant finalement à destination, les mains dans les poches de sa veste, il observa pour la centième fois les grillages mis à disposition autour de ce qui semblait être une ville reconstruite. Ces derniers temps, on avait beaucoup vu de femmes enlevées, leurs enfants avant elles et beaucoup d'hommes se faisant agressés, réuississant pour certain à rester en vie. On en avait parlé aussi, de ces hommes en noir qui traînaient souvent par là. Ces hommes avaient l'air bien suspect, c'est vrai, et ils semblaient ne pas vouloir trop s'approcher de la ville, comme restant à l'écart. Evan en avait vu un jour, il l'avait suivi discrètement, mais l'homme avait disparu alors qu'ils étaient tout deux dans les rues de New York. Il l'avait cherché longtemps, pour retrouver sa trace, mais il avait fini par abandonner après une heure. Il demanda à nouveau des informations sur ces disparitions à un des leaders, qu'il connaissait assez bien pour toujours être renseigné de tout (je ne cite pas de nom). Apparemment, d'après les dernières rumeurs, ils viendraient de Washington. Evan resta un peu surpris, lui demandant pourquoi ils viendraient ici alors que c'est à plus de 300 kilomètres de là, mais l'homme ne pu lui répondre, lui disant juste qu'on en avait vu beaucoup partir et revenir par la route amenant directement à la ville. Repartant d'Elizabethtown, Arthur -son deuxième prénom- en resta un peu perplexe. Il irait se rendre à Washington, mais s'il y allait à pied, cela lui prendrait surement deux voir trois jours s'il se dépêche. Pas d'autre choix : il allait emprunter une voiture. Ou plutôt voler. Mais encore fallait-il la trouver.. Par chance, il avait remarqué un homme utilisant toujours son 4x4 pour faire de courts trajets, sans jamais aller très loin. Avec un peu de chance, il pourrait lui prendre sa voiture et partir pour Washington. Il se mit rapidement au travail et comme il se l'était imaginé, le 4x4 était bien à un coin de rue près de l'ancien parc, garé à cheval sur la route et le trottoir. Sans trop réfléchir, Evan s'empressa d'entrer dans la bagnole, et trouva les clés à leur place. Il les tourna et un bruit épouvantable se fit entendre. Mieux valait-il se dépêcher avant de se faire prendre se dit-il en appuyant sur l'accélérateur pour partir sur la route. Celle-ci était à quatre voix, donc il pouvait avancer toujours tout droit, il était sûr que ça l'amènerait directement à Washington.

« 300 km. C'est égal à environ trois heures et demi de route si je me dépêche..
Bon sang, que ça va être long .. »


C'est sûr, il n'y était pas rendu pour tout de suite. Par chance, il trouva derrière la voiture un sac plein d'alcool et put alors s'en prendre une bouteille, au moins pour se faire passer cette affreuse envie de boire. Tout en s'endormant au volant, il observa la tête posée contre le volant, le pont de New York, qui s'était effondré depuis bien longtemps, et à côté la statue de la liberté, n'ayant plus sa tête ni son bras. En effet, la liberté c'était foutue ici. C'est tout en roulant à une vitesse moyenne de 100 km/h (humhum) au milieu de la route qu'il passa alors à côté d'un banc. Un simple banc qu'il aurait bien passé sans le remarquer, sauf que quelque chose d'orange, ou de rouge (?) le fit tilter. Il freina violemment, sa voiture manquant de le faire s'éjecter vers le pare-brise. C'était la fatigue, ou il venait de voir quelqu'un posait sur le banc ? C'est peut-être ça après tout, mais il préféra tout de même vérifier, par simple curiosité. C'est donc calmement qu'il fit marche-arrière, pour rouler jusqu'à arriver à quelques mètres de ce fameux banc. Dessus, était assise une jeune femme, qui devait avoir dans la trentaine elle aussi. Il hésita à descendre pour mieux voir qui c'était, mais il préféra rester dans la voiture au cas où ..
À cet instant, il ignorait tout de ce qu'était cette inconnue. Cette femme plutôt belle, mais très intrigante qu'il observait maladroitement, avec très peu de discrétion. Oui car être "garé" à côté d'elle, à seulement quelques mètres, il faudrait être aveugle pour ne pas le remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sur la route de Washington   Sam 24 Sep - 12:01


    Finalement, l’action ne se fit pas attendre plus que ça. A peine avais-je remis ma bouteille dans mon sac, une voiture passa en trombe avant de s’arrêter brusquement. Les pneus crissèrent tant le frein était écrasé. La voiture recula finalement jusqu’à revenir à quelques mètres de moi. Les types que je cherchais ? J’avais du mal à les imaginer dans une voiture aussi pourrie. Je restais assise sur le banc attendant une éventuelle réaction de la part du conducteur. Il était trop loin pour que je puisse voir quoi que ce soit à l’intérieur, lui, par contre, pouvait me voir dans son rétroviseur. Rien ne se passait. Qui cela pouvait-il être ? Pas un pauvre erre cherchant son chemin, il roulait bien trop vite. Me prenait-il pour une prostituée ? Je n’étais pas habillée comme une prostituée, et je ne faisais pas le trottoir, je voulais bien passer pour une pute (mouais, enfin, je me comprends), mais seulement s’il avait dans l’idée de me buter !

    On était bons pour rester comme des cons dans cette rue un moment. Je me décidais donc à faire le premier pas. Je me levais et gardais mon sac à la main. Si je devais me battre, il me gênerait sur mon dos. Je m’approchais de la voiture calmement, jusqu’à atteindre la fenêtre du conducteur. Le jeune homme à l’intérieur n’avait pas l’air d’un type en bure qui bute des putes, il était plutôt agréable à regarder, voire même carrément beau mec… je tapais à la vitre avec l’ongle de mon index, fixant le bonhomme avec un regard pas vraiment rassurant.

    - Je peux vous aider ?

    On se calme, Kas’, t’es en mission, rappelle toi, ce type a peut être des infos…

    Outre le fait que son attitude était des plus étranges, je devais rester dans mon rôle. Quoi qu’il puisse être, il était susceptible, peut-être, de me servir à un moment ou à un autre. Je changeais donc de regard pour me montrer souriante et sympathique, voire un peu aguicheuse. Mieux valait attendre de savoir ce qu’il me voulait avant de l’étriper. Et puis, nous étions dans les terres d’Armando Venezzio, c’était peut être un collègue qui avait entendu parler de moi sans me rencontrer. Le boss perdait assez de sbires en ce moment, sans rajouter des victimes collatérales… hélas…

    - Je ne fais pas le tapin, si c’est ce que vous vous demandez. Et si vous voulez m’agresser, je sais me défendre.

    C’était le moins qu’on puisse dire. Je pouvais même me défendre s’il ne m’agressait pas. Même si, je devais bien l’avouer, c’était le genre de type face auquel je n’avais pas envie de me défendre en cas d’agression. Je m’étais juste reculée un peu pour lui parler, mais sans m’abaisser. A lui de lever la tête ou de sortir de sa caisse. Je remettais mon sac à dos sur un de mes épaules et croisais les bras devant moi. Mes armes étaient bien cachées, il ne risquait pas de se méfier, à moins qu’il ne connaisse vraiment bien le milieu de l’espionnage et du terrorisme.

Revenir en haut Aller en bas
HAND OF FATE

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 21/06/2011

MessageSujet: Re: Sur la route de Washington   Mar 25 Oct - 14:03

Planqué depuis deux jours et deux nuits dans cette ancienne poubelle où aussi bien les rats d’égouts que les mouches à merde affectionnaient visiblement particulièrement, j’observais avec le plus de minutie chaque allée et venue dans le coin.

On avait joué au jeu de la ficelle pour déterminer qui s’y collerait et comme je n’étais pas très chanceux en général, c’était finalement tombé sur moi…Les autres avaient eu plus de chance, ils étaient tombés sur des missions plus intéressantes, plus drôles aussi. Moi j’étais juste chargé de voir ce qu’il se passait dans cette île difficile d’accès et de trouver trace d’enfants en bas-âge pour les ramener aux grands boss. J’aurais franchement préféré qu’on m’assigne aux femmes. Au moins j’aurais pu me faire un petit peu plaisir. Pas que je sois réellement en manque, parce que y’avait toujours quelqu’un sur mon chemin que j’arrivais à convaincre mais la cicatrice sur ma joue gauche mal cicatrisée me rendait pas tellement beau. Déjà qu’avant la guerre, je n’étais pas un tombeur ; là ça n’avait vraiment pas arrangé mes affaires.

Je finis par sentir que la chance avait tournée après toute cette attente. Je vis une jeune femme avec un bébé, mais quand je réussis à m’extirper de ma « cachette », elle fut rejointe par deux hommes et seul je savais que je ne ferais pas l’affaire. J’avais bien une arme mais elle n’était même pas chargée. Elle l’avait été mais je m’en étais servi pour réussir à gagner mon droit de passage et même si je pouvais toujours m’en servir pour faire peur et impressionner, je ferai pas le poids face à deux hommes. Même mon couteau de boucher planqué dans mon long imperméable ne suffirait pas. Il fallait que je trouve quelqu’un d’isolé. Ou que je trouve des munitions…

Une femme seule, vraiment seule cette fois, se tenait pas très loin de là où j’étais et j’allais réussir à m’extirper assez discrètement de tout mon fatras quand une voiture a déboulé et s’est mise à sa hauteur. Je l’aurais tué cet enfoiré. Déjà que les voitures étaient pas trop courantes ces temps-ci, il fallait qu’il trouve ce moment là pour me faire chier. Heureusement que j’étais familier avec l’attente. J’allais attendre qu’il se casse et après j’allais m’arranger pour choper la femme et la ramener. J’avais aucune idée si elle pouvait nous être utile mais on m’avait demandé des femmes non ? C’en était une alors voilà quoi…

Et puis, elle était pas mal roulée derrière tout son espèce d’accoutrement de pute. J’étais sûr qu’elle allait faire une parfaite poule pondeuse. Parce que j’étais pas idiot. Je savais pourquoi on nous avait fait chercher des femmes et des gosses. Après moi tant qu’à la fin j’avais mon pognon je m’en foutais un peu. Vous allez me dire que du pognon sert à rien dans un monde apocalyptique, mais c’est là où vous vous trompez ! Vous croyez qu’on échange de la bouffe, des gonzesses pour quelques heures ou de l’alcool avec des cailloux. Bha c’est que vous êtes bien con !

De là où j’étais, je n’entendais pas très bien ce qu’ils se disaient mais je prenais le temps de bien observer la demoiselle. Et si j’étais bon observateur, c’était pas du mascara ou un miroir qu’elle avait à sa ceinture. Et ça, ça n’arrangeait pas mon affaire…

J’avais plus qu’à la prendre par surprise…Mais pas maintenant…L’attente serait-elle encore longue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sur la route de Washington   Lun 14 Nov - 11:27

    [HJ : Petit post avec l'autorisation d'Ethan]


    La discussion avec ce charmant inconnu fut aussi brève qu’inintéressante. C’était juste un passant intrigué par ma présence. J’aurais bien éternisé un peu la discussion dans d’autres circonstances, mais là j’étais en mission. Je lui fis vite comprendre qu’il pouvait passer son chemin, et il reparti comme il était venu. Je me retrouvais à nouveau seule dans ce quartier mal famé. Mais je m’en fichais, j’étais dans le même camp que les méchants.

    Je pensais retourner sur le banc mais c’était inutile. Je rattrapais mon sac, et reprenais ma route. Les rues étaient désertes. J’avançais doucement mais surement vers le sud, sur la route de Washington. Je me sentais surveillée. Quelque chose me gênait dans l’environnement. Un peu d’action ? Ce n’était pas trop tôt. Je ne me retournais pas, mais j’étais attentive aux bruits autour de moi et prête à me défendre.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la route de Washington   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la route de Washington
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York Hors-la-Loi-
Sauter vers: