AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)

Aller en bas 
AuteurMessage
HAND OF FATE

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 21/06/2011

MessageSujet: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   Jeu 27 Oct - 18:43

GROUPE N°3 :

Ordre de postage : ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE

L'église vient d'exploser, c'est la panique totale dans la petite ville d'Elizabethtown. Voilà pourquoi vous êtes là : gérer la sécurité, et éventuellement découvrir ce qu'il s'est passé.

Petite règle : si un membre du RP tarde trop à répondre, au bout de deux semaines, on peut sauter son tour (:

Intervention du PNJ possible, sur demande ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   Dim 6 Nov - 18:33

Ce type minait ma patience, c'était certain. Il avait une endurance hors du commun et une volonté de fer, je ne pouvais lui enlever ça. Quelque part, j'aurais presque pu éprouver du respect pour cet homme s'il n'avait pas été fou. Et si on n'avait pas tenté d'enlever ma propre fille. J'avais enfin pu éprouver ce qu'avaient vécu Katarina et Ethan et j'avais du me retenir de ne pas fonçer ici pour battre à mort cet enfoiré qui était le complice de ces atrocités. Mais non, le tuer reviendrait à ne jamais savoir, à ne jamais pouvoir se sortir de cette spirale. Heureusement que j'avais pu intervenir et m'occuper de l'homme qui avait osé s'en prendre à ma fille. Gabrielle n'avait pas pu faire grand chose pour lui, mais moi, c'était différent. Ce n'étaient que des rigolos. Dangereux pour les civils... Pas pour Laurence ou moi. J'avais senti mon cœur devenir de plomb quand j'avais vu cet homme avec ma fille dans les bras. Je n'avais pas hésité à le blesser, évitant de le tuer avec Emma dans les parages. Je ne voulais pas traumatiser ma fille, elle l'était suffisamment avec la séparation de ses parents.

Il était mort de ses blessures et même si rationnellement, je me disais que c'était dommage, il aurait peut-être été davantage susceptible de parler. Mais avec mon cœur de père, j'étais heureux que cette crevure soit morte.

Chaque jour, inlassablement, j'interrogeais notre prisonnier, qui était dans un sale état. On le soignait pour le maintenir en vie, du moins les médecins qui se sentaient capables de l'aider. Certains avaient plutôt envie de le voir mort et je faisais attention à ce qu'ils ne cèdent pas à leurs pulsions.

Nous ne cessions de renforcer la sécurité, et la vie à E.T était devenue un vrai goulag, régie par des règles strictes, draconiennes, ce qui mécontentait beaucoup de monde. Surtout que cela n'empêchait pas les incidents de se produire. J'étais désemparé, comme tous ceux qui s'occupaient de la sécurité avec moi. J'avais l'impression d'être un incapable. Ces types n'étaient pas des pros pour réaliser leurs actions, mais pour demeurer insaisissables, là, c'était une autre paire de manches.

J'étais encore avec cet énergumène. Il nous avait lâché quelques informations, mais pas celles que je désirais vraiment : leur but et comment ils faisaient pour pénétrer nos défenses. Ce qui m'aurait permis de palier au problème. Mais non, rien, absolument rien.

Soudain, j'entendis une déflagration et je me figeai, alors que mon prisonnier se mettait à rire, dans un drôle de gargouillis. Difficile de rire quand on souffrait. Je lui lançai un regard mauvais, avant de l'abandonner là, comme le déchet qu'il était et me promettant de lui faire payer son arrogance illusoire plus tard. Quand je sortis du Quartier Général, je fus frappé par l'affolement général, avant d'apercevoir de la fumée. L'Église.... Le clocher n'était plus là. Je courus pour m'approcher et découvris avec horreur le bâtiment effondré. Lieu de culte. Lieu de soin. Qui était à l'intérieur ? Il fallait empêcher les gens de faire n'importe quoi, organiser les secours pour sortir les gens coincés... Encore un coup de cette mystérieuse organisation. L'homme avait ri... Qui avait posé la bombe? Depuis combien de temps était-elle là? Il y avait beaucoup trop de questions, pas de réponses. D'abord, il fallait éviter que les choses ne s'aggravent.

Je cherchais des yeux de l'aide et aperçus Riley, Laurence et Maxim. D'autres nous rejoindraient, mais pour le moment, je n'avais qu'eux sous la main.

- Riley ! Maxim, Laurence ! Il faut contenir les gens, les empêcher de se précipiter à l'intérieur ! Si jamais le bâtiment s'effondre davantage, le bilan des victimes risque d'être encore plus sévère. Il faut rassembler les gens, calmer les esprits et organiser des équipes de secours. Laurence, va chercher les médecins qui sont à l'extérieur, les infirmiers, tous ceux qui peuvent soigner et dis leur de se rassembler!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   Lun 7 Nov - 17:47

Nous n'avions pas pu tirer grand chose de notre prisonnier, et ce malgré les tortures que nous lui avions infligé. Je ne pensais pas que l'on pouvait être si résistant à la douleur. Moi même je n'étais pas une chochotte, mais j'aurais sans doute craqué depuis longtemps à sa place. Il n'avait pratiquement rien révélé, si ce n'était le nom d'une ville et d'autres choses qui ne nous serviraient pas à nous défendre contre ces agressions. Il était coriace, mais j'avais l'impression qu'Alexander l'était beaucoup plus que lui. Il faudrait bien plus pour qu'il abandonne. Ce n'était certainement pas la première personne qu'il torturait pour faire parler, alors il eut été étonnant qu'il laisse tomber si vite. Il devait néanmoins redoubler d'imagination pour faire parler notre prisonnier. Je n'assistais plus aux interrogatoires, ne tenant pas particulièrement à être témoin de cela. J'avais mes limites, comme je l'avais déjà dit à Aaron. Je savais que nous n'avions pas le choix, que nous devions le faire pour notre propre sécurité, mais lâchement, je ne voulais pas me salir les mains et le faire moi même. Torturer, ce n'était pas frapper. C'était une toute autre chose, et je n'avais pas assez de nerfs pour cela. Je n'étais pas taillé pour, au contraire d'Alexander. J'admirais sa patience et son self-control, d'ailleurs. Cet homme n'aurait pas vécu bien longtemps si il s'était retrouvé dans d'autres mains. Et nous aurions là perdu notre seule source d'informations, quand bien même celle ci semblait à moitié muette. Mais tout homme avait des limites, n'est-ce pas ? Quand Alexander l'aurait forcé à les atteindre, peut-être nous dirait-il enfin ce que nous voulions savoir.

Nous ne savions toujours pas comment ils s'introduisaient chez nous, et c'était notre plus grand problème. Un beau matin, nous avions eu la désagréable surprise de découvrir des menaces taguées sur les façades de nos maisons. Charmants messages, qui terrorisaient encore davantage la population d'Elizabethtown, déjà plus que nerveuse. Bien qu'inquiets, nous nous étions tous mis à nettoyer les façades de nos maisons, ou à les repeindre pour certains. L'angoisse était montée d'un cran, nous étions sur nos gardes car nous redoutions une nouvelle attaque très prochainement : les messages avaient au moins le mérite d'être clairs à ce sujet là.

Alexander avait décidé de renforcer la sécurité, encore. J'étais volontiers d'accord avec lui, mais j'avais toujours cette même impression d'inefficacité. C'était comme essayer d'attraper une anguille. Peu importe ce que vous faites, elle vous glisse toujours entre les doigts. Ces gens là étaient des champions de l'adaptation. Ils déjouaient chacun de nos pièges, comme si rien n'était plus facile. C'était absolument rageant, et en plus de cela, légèrement terrifiant. Nous ne combattions tout de même pas des fantômes, si ? Ni des ninjas, tout de même... ? Quoiqu'au point où nous en étions, j'étais presque prêt à envisager n'importe quelle éventualité, pourvu que nous ayons un début d'explication. Tout ce que nous avions pour le moment c'était un groupe de gens effrayés.

J'étais chaque jour un peu plus nerveux, et à raison. J'attendais une attaque, qui (mal)heureusement ne venait pas. Je ne savais pas si je devais en être heureux ou non. Devais-je être heureux qu'il ne nous arrive rien ou craindre que chaque jour ne nous rapproche plus d'une échéance inconnue ? C'était comme jouer à la roulette russe. Ce n'était un jeu que personne ne semblait apprécier.

En milieu de journée, j'étais censé aller prendre mon tour de garde, ce que je faisais toujours avec un merveilleux entrain (ironie...). Cependant, je n'en eux guère le temps. J'étais sur le chemin, quand j'étais surpris par une explosion. Et pas une petite. Le son me rappela parfaitement celui que faisaient les bombes lors des bombardements de New-York. Pendant quelques secondes, je crus être devenu sourd, à cause du bruit de la déflagration. J'eus le réflexe de fermer les yeux et de me les couvrir alors qu'un nuage de poussière m'arrivait en plein visage. J'attendis plusieurs secondes qu'il passe, avant de me redresser, toussant comme si j'allais cracher mes poumons, et de rouvrir les yeux. Au milieu des gens qui hurlaient et se précipitaient, je vis... Ou plutôt je ne vis plus l'église. Je restai totalement incrédule pendant un moment, me demandant si je ne rêvais pas, si c'était bien l'église qui venait d'exploser, de s'effondrer, peu importait.

Je fus sorti de ma torpeur par Alexander, qui avait besoin de mon aide pour contenir les gens, et les empêcher de paniquer davantage. C'était une bon plan, ça. Demander à un paniqué de calmer les autres paniqués. Génial. Je me contentai d'acquiescer bêtement. Je ne savais pas ce que j'allais faire, j'étais moi même encore trop sonné. Finalement, et sans réfléchir davantage, je me suis précipité vers l'église, au moins pour voir à quel point c'était grave, pour me faire une idée de la situation. C'était pire que ce que j'avais imaginé. La moitié du bâtiment avait été soufflé, et ce qu'il restait menaçait de s'écrouler à son tour, et semblait vaciller légèrement. Je hurlai aux gens qui ne faisaient que regarder de reculer, car ils n'arrangeaient rien. Parmi les cris de la foule, il me semblant discerner celle de Katarina qui appelait à l'aide. À travers la poussière je l'aperçus, serrant quelqu'un contre elle. Je préférai ne pas y prêter trop d'attention, elle avait déjà de l'aide, et je ne serai pas plus utile. Cela faisait déjà un de nos médecins hors course, et j'entendis quelqu'un dire que Jackson était certainement sous les décombres. Vivant ou non, telle était la question. Et il devait y avoir Isaïah, tous ceux qui participaient au groupe de parole de ce dernier. Autant dire un paquet de gens, dont la moitié ne devait malheureusement plus être en vie. Aussi crispante soit cette éventualité, je fis demi tour, pour rejoindre Alexander, Laurence et Maxim.

« La moitié de l'église s'est écroulée, et le reste n'en est pas loin. Tout le groupe de parole d'Isaïah est coincé sous les décombres, ainsi que Jackson. Il y a certainement d'autres personnes, il faut faire une liste des personnes manquantes. Katarina et Ethan sous hors course, mais apparemment ils n'étaient pas à l'intérieur. »

Ce qui ne faisait pas d'eux des chanceux pour autant.

« Il va falloir qu'on improvise une infirmerie quelque part, le plus rapidement possible. N'importe quelle maison vite ou peu remplie ferait l'affaire. Il y a certainement des morts, mais aucun corps n'a encore été sorti. Il faut qu'on se dépêche de sortir les gens de là dessous, avant que le reste ne s'effondre et que le bilan ne s'alourdisse davantage. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   Dim 20 Nov - 11:13


    Ca faisait longtemps que je n’avais pas entendu une explosion pareille. Ce bruit avait du avoir des répercussions jusqu’à New-York. Je m’étais précipité dans la rue après avoir jeté par terre le livre que je lisais. A l’extérieur, ca sentait le brulé. Pas vraiment étonnant. Une fumée épaisse s’élevait dans le ciel et embrumait une partie de la ville. Il ne me fallait que tourner un peu la tête vers la gauche pour découvrir la disparition du clocher de l’église derrière les flammes. Pas besoin de chercher plus loin. Je me mis à courir dans cette direction et découvrais vite le carnage. L’église était en flammes, le monde autour était en peine panique. Alex était arrivé en même temps que moi, il m’appela pour que je l’aide.

    C’était une de ces très rares fois où je ne me sentais pas un étranger ici. Je voyais ce qu’il se passait autour de moi, je regardais ça avec mon œil extérieur de « bien fait pour ces américains », mais à la place je ne pensais qu’à tous ceux que je connaissais et qui me prenais plus ou moins pour un de leurs amis, ou au moins un allié. Aujourd’hui plus que jamais j’étais Maxim Osten et non Maksimilian Petrov.

    Je courrais vers Alexander sans attendre, rejoint rapidement par Riley. Ils parlent… Ils disent ce qu’il faudrait faire… Ils parlent… Au milieu des mots j’avais entendu celui de Katarina, suivi par « pas à l’intérieur », ça me suffisait pour ne pas relever.

    - Riley, organise l’infirmerie. Alexander, viens avec moi, il y a surement quelque chose à faire.


    Ils me semblaient tous deux doués pour ne pas agir. J’avais conscience que c’était moi qui agissait dans la précipitation et que ce n’était pas la meilleure des idées. Mais il fallait pouvoir sauver ceux qui pouvaient l’être. Alex était un soldat, comme moi, il avait surement déjà été confronté à ce genre de situation, alors à nous de jouer. Vu sa position dans la communauté et son discours juste avant, il y avait fort à parier qu’il ne me suivrait pas, mais je ne pouvais pas rester là à écouter des bavardages alors que des gens mourraient dedans.

    Sans plus attendre, j’approchais des flammes, mon bras devant mes yeux. J’enlevais mon pull en laine, pour ne garder que mon tee-shirt. J’avançais un pas après l’autre, espérant entendre un semblant de voix prouver qu’il y avait au moins une personne en vie. Il n’y avait pas beaucoup d’accès, alors j’évitais de trop réfléchir, et m’approchais de l’entrée principale.

    - Allez chercher de l’eau, on doit pouvoir se frayer un chemin !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   Dim 20 Nov - 18:35

Laurence se sentait inutile dans la ville, il ne trouvait plus sa place qui pourtant semblait évidente au début, quand ils sont arrivés. Néanmoins, jamais il ne quitterait le village, ou abandonnerait son poste : il accomplirait sa mission jusqu'à son dernier souffle. Un des kidnappeurs à été interrogé, torturé, pendant des jours. Laurence y avait en partie participer avec Alexander qui est peut-être un des seuls de la bande avec qu'il serait prêt à s'allier. Tout les deux d'anciens militaires : ils pouvaient se comprendre, ils peuvent s'entre aider enfin ils n'en ont jamais parler. Laurence n'est pas le genre d'homme à se mettre en avant, à faire le paon pour séduire le public. Non lui il préférait agir dans l'ombre au diable la gloire ou la reconnaissance du moment que la ville était en sécurité.
La pression, tension qui régnait ces dernières semaines dans le ville ne faiblissait pas et semblait même empirer avec le temps. Les ravisseurs ne faisaient rien pour épargner les habitants en continuant leur menace et ce même avec les tours de gardes renforcer. Laurence ne dormait plus, son arbre était devenu sa seconde maison : il ne laisserait plus un seul enfant se faire enlever. Et pourtant il ne pouvait rien faire, il mettait en pratique tout ce qu'on lui avait apprit mais cela ne suffisait pas : ils arrivaient quand même à passer !
L'ex-militaire avait aider à repeindre chacune des maisons, à rassurer les mères de familles, ce n'était que des mots, des paroles en l'air car même lui n'était plus sûr de rien. La ville était sous SA responsabilité : la voir se détruire petit à petit était insoutenable car il n'avait plus de famille si ce n'est les citoyens d'ElizabethTown.

Comme toujours depuis maintenant 1 mois, Laurence était sur son arbre, l'œil sur la visée : il surveillait les bois mais aussi chaque recoin de la ville pour la simple et bonne raison qu'il connaissait maintenant tout les habitants et s'il y avait un visage étranger : alors ça serait un des kidnappeurs. L'ex-militaire était arrivé au niveau de l'église lorsqu'il vit ce qu'il attendait depuis le début : des visages inconnus. Ils étaient quatre dans l'ombre de l'église, ils installaient quelques choses : quoi ? Laurence ne le savait pas car ces derniers cachaient bien ce qu'ils avaient dans les mains. Ce n'est pas pour autant qu'il n'allait pas tirer. Il tira sur ceux qui n'avaient plus rien dans les mains. C'est lorsqu'il les vit partir - en laissant leurs deux potes blessés au sol - que le tireur d'élite compris : c'était des explosifs ! Sans même chercher à comprendre, il mit la sécurité sur son arme, la mit en bandoulière avant de descendre rapidement de son poste d'observation et de courir vers l'église : « L'EGLISE VA EXPLOSER ! » Mais ses paroles furent couvertes par l'explosion. Non... Non ce n'est pas possible ! Il avait déjà vécut ça... Une mosquée en Afghanistan où des femmes et des enfants étaient emprisonnés à cause des gravats. Il n'y avait eut qu'une dizaine de survivants pour 150 morts, Laurence avait enlever les cadavres des femmes, des enfants, il se revoyait sortir des décombres les petits corps. Durant les explosions il avait dût faire la même chose et après ça avait prier pour ne plus jamais avoir à faire à ce genre de situation ! C'est pourquoi il resta figer, comme pétrifié : la panique commençait à la gagner en entendant les cris. Il ne savait pas d'où ils venaient mais cela ne fit que le replonger dans un de ses nombreux cauchemars. Lorsque la voix d'Alexander se fit entendre, Laurence se reprit en main, il retrouva son sang-froid immédiatement et écouta le plan du leader des survivants avant de s'exprimer lui aussi : « Alexander dès que tout cela sera finit nous devrons parler. » Sans dire un mot de plus, il sprinta vers les maisons des docs mais ces derniers étaient déjà dehors, les habitants allaient les voir pour demander ce qui ce passait, il éleva sa voix pour surpasser celles ses habitants qui étaient paniquer mais aussi capter leur attention : « Que tout ceux qui savent soigner, panser, recoudre me suive immédiatement. Garder votre calme : vous serez plus efficace et vous aurez plus d'énergie. » Laurence coupa le groupe en deux avant de retourner voir Alexander et Riley ainsi que Maxim lui aussi était militaire il savait donc quoi faire. Il avait entendu le nom de Jackson mais aussi Isaïah et tout ces amis... Et merde ! Il n'avait pas envie d'être seul de nouveau. Il fallait s'organiser, Maxim avait penser au même plan que Laurence. « L'équipe n°1 sera superviser par Alexander et Maxim vous vous chargez d'organiser les extractions : les docs eut trierons les blesser pour nous envoyer les plus graves. L'équipe n°2 viendra avec Riley et moi : nous allons établir un centre de soins, le QG sera notre infirmerie provisoire : quand au produits médicaux je vais aller les chercher avec Riley. Let's go les gars ! » Laurence prit l'équipe médical n°2 et se dirigea vers le QG en laissant les docteurs faire de la place avant de courir vers sa maison : « Ce que je vais te montrer tu ne devras en parler à personne d'accord ? » Il entra en trombe chez lui, ouvrit la porte du placard pour dévoiler l'escalier qui menait au grenier. Il alluma la lumière ce qui dévoila à son protégé les réserves d'armes et de produits médicaux. Il donna à Riley des bandages, des compresses, de la morphine : bref tout ce dont les docs auront besoins : « Ne me demande pas où j'ai eut tout ça, je t'expliquerai plus tard. Prêt ? Il va falloir agir vite ça va aller ? » Riley n'était pas un militaire et Laurence voulait savoir si son « poulain » allait tenir, la pression était quelque chose de stressant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   Ven 25 Nov - 21:18

Cette spirale infernale semblait ne jamais vouloir connaître de fin. Il y avait eu les enlèvements, les meurtres... Après l'attaque de New-York, nous avions vraiment pensé trouver un refuge ici, mais nous nous étions trompés, la violence nous suivant pas à pas. Nous avions eu quelques mois de répit, juste le temps de penser que nous étions tranquilles et pouvions vivre normalement, juste le temps d'avoir de l'espoir... Qui se brisait à nouveau, en même temps que l'Église s'effondrait en un vacarme assourdissant. l'Eglise... C'était une insulte suprême, l'attaque d'un symbole, un pied de nez à Dieu et toutes nos croyances. la maison du Seigneur allait se révéler être un tombeau. Sans compter qu'il y avait l'infirmerie là bas également, peut-être mêmes des patients... Mon dieu, combien de morts, combien de blessés?

Il fallait absolument empêcher la panique de se propager. On ne faisait que du sale boulot en étant paniqués et nous avions besoin d'organisation, c'était vital. Que chaque personne ici présente se cantonne à une tâche bien précise, qu'on organise et coordonne les secours et les actions. Il fallait garder la tête froide et quoi de mieux que des militaires pour gérer cette situation? je n'étais pas le seul dans le coin, il y avait Maxim, il y avait Laurence. Riley nous écouterait et se montrerait efficace. Je n'avais aucune idée d'où se trouvaient Aaron et Ethan.

Alors que nous nous retrouvions tous les 4, je demandai, ou plutôt, ordonnai à Laurence de s'occuper de rassembler les médecins, il nous fallait une infirmerie de secours, dés que nous sortirions les blessés de là. Le jeune homme me regarda avant de me dire qu'il faudrait que nous parlions, plus tard. Je hochai simplement la tête. Plus tard, quand nous serions sortis de l'enfer. Quand nous aurions pleuré nos morts... Riley dressa rapidement un bilan de la situation. Les gens coincés, Ethan et Katarina hors courses, mais qui n'étaient pas coincés sous l'église. Une bonne nouvelle, au moins une. Dresser la liste des habitants manquants... Il allait falloir rassembler la population, les contenir et leur demander qui manquait dans leur famille.

- Il faut se dépêcher oui, mais ne pas alourdir le bilan en se précipitant... Il ne manquerait plus que les secouristes se retrouvent piégés aussi.

Et cela s'était malheureusement déjà vu. Maxim prit la parole, demandant à Riley d'organiser l'infirmerie, avant de m'indiquer de le suivre. Oui, il y avait quelque chose à faire. Nous devions travailler en bonne intelligence. Il n'y avait plus de chef unique, mais plusieurs têtes pensantes qui s'unissaient pour agir au mieux. Maxim semblait davantage dans l'action que la réflexion et fonça vers l'église écroulée. Je le suivis, pas forcément ravi de son plan. Nous risquions de finir ensevelis nous ausis et qui les aiderait alors, hein? Il s'arrêta alors devant l'entrée, réclamant de l'eau.

- Maxim, je sais que tu veux les sauver et moi aussi, n'en doute pas, mais nous ne pouvons pas nous permettre de nous planter et d'aggraver encore la situation... Si jamais cela s'écroule de nouveau...

Enfin, Laurence revint sur ces entrefaites, répartissant les tâches et nous confiant à Maxim et moi, l'extraction des gens. OK. De l'eau donc, pour les flammes. Je m'époumonai donc pour ramener un peu de calme autour de nous, la population apeurée se tournant vers Maxim et moi.

- Vous l'avez entendu ? Allez, de l'eau vite.

Déjà, certaines personnes revenaient, ayant entendu Maxim parler la première fois. Il fallait se protéger des flammes. J'analysai le reste des constructions, pas encore effondré, cherchant le meilleur moyen de ne pas nous faire écraser à notre tour.

- Ça me rappelle l'Afghanistan... j'ai toujours détesté les attentats...

Nous éteignions les flammes, nous frayant un chemin, repoussant les gravats, attentifs aux plus petits bruits sinistres, annonçant un nouvel effondrement. Je ne pouvais pas me permettre de mourir, j'avais une fille.

- J'entends un gémissement, par là...

Je me figeai, écoutant, avant d'identifier le bruit, avançant avec précaution. Les pierres étaient lourdes et l'aide de Maxim n'était pas de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   Dim 27 Nov - 15:56

La panique me faisait trembler légèrement. L'adrénaline faisait battre mon cœur à toute vitesse. Je n'avais pas la moindre idée de ce que je devais réellement faire. Je me sentais de trop au milieu de ces leaders. Je ne savais pas quoi faire, à part suivre des ordres. Sauf que des ordres, j'avais l'impression que tous essayaient de m'en donner, alors du coup je ne savais absolument pas à qui obéir. J'avais totalement l'impression de me retrouver au milieu de New York sous les bombardements. C'était absolument le même genre d'ambiance. Les gens paniquaient, hurlaient, et parmi eux il y en avait toujours qui essayaient d'aider, de prendre le contrôle de la situation... Et il y en avaient d'autres comme moi, qui restaient plantés là comme des imbéciles, à essayer de se servir de leur cerveau. J'avais eu un éclair de génie en allant voir l'état de la situation, et maintenant je ne savais absolument plus quoi faire. Je me suis contenté d'acquiescer comme un idiot quand Maxim m'a demandé d'organiser l'infirmerie. J'ai acquiescé, puis je me suis rendu compte que je ne savais pas du tout comment j'allais m'y prendre. Organiser une infirmerie, oui, mais avec quoi ? Tout ce qui pouvait nous servir à soigner les blessés se trouvait dans l'église. Qui venait d'exploser ! Alors à moins de trouver par MIRACLE une cave remplie de matériel médical, je doutais sincèrement que nous ayons réellement de quoi nous occuper des blessés. Il faudrait improviser, et je n'étais pas bon en improvisation. Ce n'était vraiment pas mon truc. Et là, on me demandait tout simplement de prendre en charge le truc le plus important ? Ah ah. Non, vraiment, le rôle de leader, ce n'était pas fait pour moi. Ça m'apprendrait à donner un coup de main ! Si je foirais l'organisation de cette infirmerie de fortune, tout me retomberait dessus, à coup sûr.

Fort heureusement, quelqu'un finit par se rendre compte que je n'y arriverais pas tout seul : Laurence. Il eut la merveilleuse idée de nous séparer en deux groupes. Alexander et Maxim se chargeraient de la sécurité et iraient aider les blessés, tandis que Laurence et moi irions organiser l'infirmerie. Soudain plus sûr de moi, j'ai suivi Laurence. Je pensais que nous irions tout d'abord au QG pour débarrasser les lieux, mais au lieu de cela nous allâmes d'abord chez Laurence. Je fus étonné, mais je ne dis rien. Si nous allions chez lui, c'était qu'il devait avoir une assez bonne raison. Je le suivis jusqu'au grenier, où je découvris des choses que je n'aurais pas penser trouver dans un grenier, et encore moins dans celui de Laurence. Je restai bouche bée quand il me mis des cartons de médicaments dans les bras. Mais ce n'était pas tant le matériel médical qui me surprenait, c'était plus l'incroyable stock d'armes que Laurence cachait dans son grenier. J'allais lui demander où il avait eu tout ça mais il me prit de vitesse en me disant qu'il m'expliquerait plus tard. J'ai acquiescé bêtement, encore une fois. Oui, bon, je supposais qu'il avait une plutôt bonne explication. Mais j'étais tout de même surpris qu'il me demande de n'en parler à personne. Cela voulait donc dire que personne ne connaissait cette réserve secrète ? Vraisemblablement, non.

Nous sommes sortis rapidement de chez Laurence, et nous nous sommes dirigés vers le QG. J'ai ouvert la porte avec mon pied, ayant les mains prises, et je posai les cartons dans un coin. Je fis le plus de place possible, repoussant les meubles contre les murs pour libérer un espace au centre de la pièce. Nous n'allions certainement pas tarder à voir arriver Mathilda, qui serait (je ne le savais pas encore à ce moment là) notre seul médecin en état de remplir ses fonctions. Durant un bref moment de lucidité, je me suis souvenu que notre prisonnier se trouvait dans le bâtiment. J'ai lancé un regard à Laurence, avant de m'engager dans les escaliers menant à l'étage, là où notre ami était gardé au chaud, là où il était interrogé inlassablement par Alexander.

« Je dois vérifier quelque chose, je reviens ! »

Il me semblait que comme Isaïah, Laurence ignorait que nous avions gardé un prisonnier ici. J'ouvris la porte de la pièce où il était enfermé, et dès que je vis qu'il était toujours bien attaché, je refermai la porte, que bien sûr je verrouillais de nouveau derrière moi. Je redescendis rapidement au rez de chaussée, où Laurence m'attendait, tout en organisant un minimum les lieux.

« Alexander et Maxim vont nous ramener une montagne de blessés... Et de morts. Je ne sais pas comment nous allons pouvoir soigner tout le monde. Les trois-quart du matériel médical se trouvent dans l'infirmerie de l'église... Je ne sais pas toi, mais moi, je suis très, très, très mauvais en situation de crise. »
Revenir en haut Aller en bas
HAND OF FATE

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 21/06/2011

MessageSujet: Re: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   Lun 9 Jan - 23:19

L'église vient d'exploser et c'est la panique. Les habitants indemnes cèdent à l'effroi, certains se précipitent vers les décombres au mépris de toute sécurité et la pagaille règne en maîtresse. Alexander, Riley, Maxim et Laurence organisent les secours et tentent de faire régner l'ordre comme ils peuvent, essayant de limiter les dégâts et d'assurer un semblant de cohésion pour un maximum d'efficacité.
Maxim se précipite vers les décombres, rattrapé par un Alexander mécontent de cette impulsivité mais bientôt, les gémissements des blessés leur parviennent.
Riley et Laurence sont partis chercher de quoi soigner les blessés, dans la cache secrète de Laurence. Ils coordonnent un hôpital de fortune, tandis que Maxim et Alexander organisent l'extraction des blessés et leur acheminement vers le camp de soins.

Vous pensiez avoir connu le pire ? Que vous pouviez sauver vos proches au mépris de toute prudence ?

Et bien, vous aviez tort. Les hurlements des victimes, les gémissements, les pleurs et les appels à l'aide ne suffisent pas à masquer longtemps les sinistres grincements qui résonnent dans la carcasse branlante de l'église. De nouveau, l'enfer s'abat sur le lieu saint alors qu'un pan de mur s'écroule dans un bruit de tonnerre, d'apocalypse.
Pierres, gravats, bois, tuileries, tout s'effondre provoquant un nuage de poussière qui vous couvre la vue, vous étouffe.

Peut-être avez-vous eu la chance d'échapper aux lourdes pierres et aux poutres imposantes. Dans ce cas, ne perdez pas une minute et sauvez-vous, sauvez ceux qui peuvent l'être et quittez cette scène de cauchemar.
Si vous êtes à votre tour enseveli... Priez, espérez et que Dieu vous vienne en aide, lui qui semble vous avoir abandonné...

(Alex et Maxim sont trop proches des décombres pour ne pas être pris dans l'éboulement, sous les yeux horrifiés de Laurence et Riley. Le délai de deux semaines étant largement dépassé, on peut sauter le tour de Maxim Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Explosion de l'église - SUJET N°3 (ALEXANDER - RILEY - MAXIM - LAURENCE)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Hors sujet] Humour.com
» BIEN CREER SON SUJET a la GALLERIE ELLOWYNE :)
» [Hors-Sujet] Parodie Star Wars de Pigrelin
» [Hors sujet] Vos plus grands exploits !
» [RESOLU] Comment envoyer, aux objets et avec PHP, un mail contenant des accents dans le sujet ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: ElizabethTown-
Sauter vers: