AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le temps du changement arrive || LIBRE

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le temps du changement arrive || LIBRE   Sam 12 Nov - 13:52

    « LAURENCE ! TIR BON SANG ! » Mais ce n'était qu'un enfant... Un enfant ! Première mission sur le terrain, il ne savait pas quoi faire : tirer ou ne pas tirer ? L'enfant pointait sur lui une arme : c'était un enfant soldat. Très courant mais Laurence n'en avait jamais vu enore. Pouvait-il vraiment tuer un enfant ? Lui qui à toujours protéger les plus faibles que lui. Finalement c'est son ami qui tira, son meilleur ami : « Qu'est ce qui t'a pris ?! Il allait te tuer... » « C'était un enfant BORDEL ! » « Enfant ou pas on t'a dit que quand on pointait une arme sur toi et que ce n'était pas un allié : tu tires point ! Hey les ordres sont les ordres ! » Ils montèrent tous dans le camion sauf Laurence qui n'avait pas quitter des yeux le corps sans vie de l'enfant. Il s'approcha du corps, à peine à quelques centimètres de ce dernier, l'enfant attrapa le bras de Laurence et lui planta un couteau. Sans hésiter le militaire Emerson prit son arme et tira sur lui pour lui donner le coup de grâce.

    En sueur dans son lit, Laurence se réveilla en sursaut. Il faisait toujours le même cauchemar, un souvenir qu'il aurait préféré oublier. Dès qu'il fermait les yeux c'était pour replonger dans des mauvais souvenirs comme celui qui venait de faire. Sa main gauche était sur son arme qui ne le quittait jamais. Il n'y avait pas un bruit dans la petite maison : en fait il avait pris la plus petite du village pour laisser les plus grandes à ceux qui en avait besoin. De plus elle était à l'entrée de la ville. Bon la vraie raison était que le gouvernement lui avait ordonner de prendre celle-ci et pour cause : à l'étage il avait du matériel militaire et autres éléments pour survivre qui avait été placés avant la guerre. A la base c'était pour ses hommes, les personnes qu'ils allaient sauvés et lui-même. Or étant donné que ses hommes sont tous morts et que la plus parts des gens qu'ils avaient sauvés avaient connut le même destin : il y avait beaucoup plus que prévu. Cela tombait bien : des survivants étaient arrivés du jour au lendemain. Cette étage n'avait pas de fenêtre et l'escalier était caché derrière ses vêtements dans sa penderie. Personne ne savait cette cachette sauf Jackson et Isaiah pour la simple et bonne raison que Laurence avait dû mal à faire confiance aux autres maintenant.
    Le militaire n'était pas en paix en ce moment, il y avait deux fois plus de personnes à protéger et on l'isolait des réunions ! Pourquoi ? Il ne savait pas mais viendrait un jour où il voudra des réponses et là ça allait être terrible ! Il avait écouter Jackson et avait prit une nuit de repos - pour avoir les idées plus claires - même s'il estimait que sa place était dehors à patrouiller mais surtout à être dans son arbre et à scruter les environs avec son fusil pour pouvoir tirer sur l'ennemi. Il n'aurait aucune pitié pour eux, il les abattrait comme les moutons qu'il tuaient durant sa jeunesse.

    Laurence se leva : il savait qu'il ne se rendormirait pas de toute façon. Il enleva son Marcel avant de le balancer dans la panière de linge sale et commença à se mettre en position pour faire des pompes. Il devait entretenir sa condition pour toujours être au top de sa forme. Il était 5h30 du matin, il était régler comme du papier à musique dès qu'il était aux Etats-Unis et ce même après que la troisième guerre mondiale soit passé. Après s'être entraîner physiquement, il alla prendre une douche rapidement, monta dans la cachette pour prendre des munitions et prendre sa lunette qu'il monterait plus tard sur son « bébé » comme il l'appelait. Quand il redescendit en bas, il s'affala dans le canapé et commença à remplir les chargeurs avec des barrettes de munitions qu'il plaça ensuite dans des pochettes adaptés pour ces derniers. Laurence sortit de chez lui, son sac avec quelques bricoles à manger sur le doc et de l'autre côté son fusil : il allait s'entraîner à viser. Il faisait frais à cette époque de l'année, l'ancien militaire était à peine sortit qu'il sentit déjà la chair de poule parcourir son échine. Il frissonna légèrement avant de prendre la direction des bois de l'entrée de la ville. Une fois là-bas, il parcouru la forêt pour poser des cibles mais comme tout bon militaire, il en profita pour voir s'il n'y avait pas des traces des hommes qui semaient la terreur dans sa ville. Soudain il trouva un signe, un signe étrange, qu'il n'avait encore jamais vu. Ce dernier avait été gravé sur un arbre. Il sortit son couteau et découpa l'écorce pour l'analyser de plus près mais surtout pour le montrer à Jackson et à Isaiah. Laurence continua de poser les cibles après avoir mis la nouvelle preuve dans son sac. Finalement il sortit des bois et posa son sac contre un arbre avant de monter la lunette sur son fusil. Laurence aurait sûrement dû aller voir un des chefs des survivants ou d'Elizabethtown mais à cette heure-ci ils ne devaient pas être levé ou encore en patrouille. Alors il prit place sur une pierre et pensait être tranquille pour pouvoir s'entraîner mais apparemment il n'était pas le seul à aimer se lever tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   Mar 6 Déc - 15:11

Lucia dormait toujours très bien. Elle n'avait pas été traumatisée par la guerre. Non. A l'âge où je l'avais recueillis, elle n'avait connu que ce monde en ruine, ces gravas et cette dureté. En vérité, je me félicitais qu'elle n'ai pas connu le monde avant, qu'elle ne puisse pas le regretter. Elle n'avait qu'un an lorsque tout avait éclaté et je savais qu'elle n'en garderait aucun souvenir. En fait, ces seuls souvenirs, c'était moi. Au levé, au couché, au gouté. Juste moi. Avec l'âge, elle comprenait la différence entre sa couleur de peau et la mienne. C'était naturel, mais elle apprendrait aussi que je n'étais pas sa vraie maman, plus tard sans doute. Mais qu'est ce que cela changeait en réalité ? Pas grand chose. Je l'aimais comme sa mère avait pû le faire et elle m'appelait maman sans complexe, même devant les railleries des autres enfants plus âgés. Une famille n'avait pas besoin de sang pour être liée. Voilà ce qu'elle m'avait apprit et c'était sans doute cela que je lui apprendrais a mon tour, lorsqu'elle serait plus âgée.

Je ne sais pas ce qui m'avait réveillée si tôt alors que le silence accueillait l'ouverture de mes paupières. Les ténèbres aussi. Il faisait encore nuit. Je m'étais couchée juste après Lucia, totalement crevée et un coup d'oeil sur son lit m'apprit qu'elle dormait encore, j'entendais sa respiration régulière, profonde, mais moi, je savais que je ne me rendormirais pas. Etrange. Mes cauchemars étaient finis depuis longtemps maintenant. Je n'en faisais plus comme j'avais pu en faire au début, lorsque la peur se faisait encore présente. Mais maintenant que les états n'étaient plus, qu'il n'y avait plus personne pour appuyer sur le bouton rouge...Le calme était revenu. Un calme étrange cependant, non dénué de danger et les événements de ces dernières semaines me le prouvèrent assez.

Je crois que je n'ai jamais entendu autant de coup de feu que ces derniers temps. D'enfants enlevés, ce qui redoublait mon attention sur Lucia, je ne la quittais plus. Ne la laissant même plus a Lizzie. Non, la petite me suivait partout et c'était ainsi, et seulement ainsi, que j'étais rassurée. Pourtant, je n'étais pas taillée pour le combat, je crois que je ne savais même pas me servir d'une arme. Pourtant, j'aurais aimé. Vraiment. Juste pour défendre ma fille. Pour sauver sa vie...

Je me levai, m'étirai en me disant qu'il était trop tôt pour se lever et pourtant je le fis. Silencieusement, je descendis a l'étage, me préparant un café. Longtemps, je tergiversai, pouvais je laisser Lucia toute seule le temps d'une promenade ? Egoïstement, je me rendais compte que j'avais besoin de temps a moi, juste a moi, sans qu'elle ne soit là, sans que je ne doive constamment la surveiller. Etait ce être...Mauvaise que d'avoir ce genre de désir ? Sans doute que non. CHaque mère avait dû connaitre cela un jour. Ce besoin irrépressible de se retrouver seule pour justement se ressourcer...

Mes yeux se portèrent a l'étage. Lucia dormait toujours beaucoup, je savais qu'elle ne s'éveillerait pas avant un moment alors pourquoi ne pas en profiter ? J'étouffai la culpabilité qui me prit alors que je me saisissais de ma veste, le jetant sur mes épaules avant de sortir dans les ténèbres. L'air vif fouetta mon visage et me réveilla totalement. A plein poumons, j'inspirais, laissant le froid pénétrer ma poitrine, un léger sourire aux lèvres. Je n'avais pas de but précis en marchant. Juste marcher, m'aérer. j'en avais besoin je crois. mais je savais que je ne resterais pas longtemps dehors, que mon inquiétude pour Lucia reprendrait le dessus a un moment ou a un autre. En attendant, mes pas, libres, se dirigeaient vers la forêt. Pourtant, je savais que c'était dangereux, on l'avait assez répété., mais d'un autre coté, j'avais besoin d'évasion...

La brume de l'aube s'étendait sur les bois lorsque je pénétrais un genre de clairière, m'arrêtant soudainement en percevant une silhouette. Indécise, je m'apprêtais a rebrousser chemin et prévenir l'espèce de milice qui nous protégeait lorsque je reconnu l'ombre de Laurence.

Je retins un soupir de soulagement avant de m'approcher plus avant, le découvrant assit sur une pierre.

"Salut..."

Avant de baisser les yeux sur ce qu'il tenait entre les mains. je n'aimais pas forcément les armes a feu, mais, soyons honnête, il n'y avait pas mieux pour nous défendre.

"Tu t'entraine aussi tôt le matin ?"

ajoutais je légèrement surprise, surtout qu'avec la brume, on ne voyait rien au delà de mètres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   Mar 27 Déc - 14:44

La fatigue allait le tuer à petit feu, il avait terriblement besoin de dormir mais ne pouvait pas se résigner à se reposer et ainsi perdre son temps. En effet dès qu'il dormait il perdait du temps, chaque seconde qu'il passait à se reposer étaient des secondes où les kidnappeurs pouvaient prendre les enfants. Si les ravisseurs étaient au point, les survivants et les habitants d'Elizabethtown ne l'étaient pas du tout et subissait comme le sable : les attaques dévastatrices de ces vagues humaines. C'est pour ça que Laurence se mettait un point d'honneur à se lever tôt pour s’entraîner à tirer. Il devait toujours être au meilleur de sa forme et ne jamais se laisser aller. Il ne voulait plus entendre les mères, les pères crier quand ils découvrent que leur enfant à disparu. Laurence avait eut sa dose de cri : de ses hommes agonisants dans le désert des balles dans le corps.
Son meilleur ami, son fusil qui le suit depuis des années maintenant, c'est un peu comme son bébé. Lui qui avait toujours voulut construire une famille le voilà réduit à adopter des fusils. Il savait manier ces armes dangereuses pouvant ôter la vie, il n'hésiterait pas à les utiliser pour tuer tout ceux qu'il verrait et qui n'était pas de la communauté. Le faite est qu'il n'y avait plus de place pour la pitié dans le monde actuel. Celui qui tirait en premier raflait la mise. Tel était la vie : ceux qui savaient de battre et tirer devait protéger ceux qui le méritaient mais avait également le devoir de tuer ceux qui étaient nocifs et il y en avait ! Le monde était tellement pourri que Laurence pensait qu'un nouveau monde plus sain remplacerait l'ancien. Des idées utopiques qui s'avérèrent irréalisable. Les gens ne trouveraient jamais un compromis pour faire régner la paix. Mais le militaire avait fait la guerre, il avait vu les horreurs que les hommes pouvaient faire et ne conseillait à personne de vivre ou voir ça. Laurence aimerait tellement protéger les innocents, ceux qui ne savent pas toutes les atrocités que l'on peut faire. Mais il ne le pouvait pas.

Tandis qu'il montait sa lunette pour pouvoir viser et tirer les cibles déjà mises en place, il entendit qu'on le saluait. Laurence releva la tête, sourit et répondit : « Hey, Jess. Comment vas-tu ? Lucia va bien ? » En effet il n'y avait pas la petite avec elle, Laurence inquiet pour tout les enfants depuis le début des enlèvements prenait soin de vérifier si tout les enfants avaient le nécessaire pour vivre, il s'inquiétait de la vie de ces petits êtres qui représentaient l'avenir et le seul moyen pour Laurence de mettre ses idées en place : crée un monde sans guerre. La brume s'était levée sans que Laurence ne s'en rend compte. A la question de Jessica, Laurence perdit un peu son sourire : « Toujours, je ne supporte pas de rester les bras croisés. De plus avec la brume ça corse l'exercice.  » Il se releva et chargea son arme, la sécurité toujours mise, il posa l'arme sur son épaule : « Généralement je ne vois pas beaucoup de monde à cette heure-ci, promenade matinale ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   Ven 30 Déc - 13:09

Laurence prenait son rôle très a coeur, j'avais déjà pu le constater, sans doute l'armée forgeait il un homme, je n'en savais rien en fait. Toujours est il qu'il n'était pas rare de le voir en patrouille, veillant sur chacun des enfants vivants dans la ville, s'assurant qu'aucun ne manquait l'appel alors l'entendre passer rapidement sur Lucia amena un léger sourire sur mes lèvres.

"Je vais bien, Lucia va bien. Aux dernières nouvelles, elle ronflait tranquillement dans son lit."

Je levai une main, anticipant déjà ses conseils de prudence.

"J'ai équipé la maison d'un système d'alarme que tout le monde entendra sur des kilomètres et je veille a l'enclencher dès que je la laisse seule, ce qui n'arrive pas souvent."

Parce que depuis les enlèvements, je veillais sur Lucia comme une lionne sur son petit. Lucia elle même sentait la différence de comportement que j'adoptais et son jeune esprit rebelle semblait parfois en désaccord avec mon instinct de protection. Elle n'avait que trois ans, mais un caractère déjà bien affirmé, une indépendance étrange pour son âge aussi, forgé certainement par l'environnement peu sur et difficile.

Cela dit, je n'oubliais pas être sortie pour m'oxygéner et voir Laurence armé dès le matin était plutôt étrange, surtout par ce temps...Brumeux ? Tiens, le brouillard c'était levé rapidement, constatais je en jetant un coup d'oeil autour de moi avant de revenir sur Laurence.

"J'oublie toujours que tu faisais partit de l'armée..."


Soupirais je en me disant qu'il était normal, en fait, de le voir avec une arme, comme les trois quarts des hommes de la ville. Mais peu savait réellement s'en servir, Laurence et le dénommé McCord étaient sans doute les seuls qui avaient manier les fusils durant leur vie avant la guerre.

"Tu es inquiet ?"

Sur la situation bien entendu, il était sur le qui vive, tout le temps, ne prenant guère de repos, je l'avais déjà remarqué. Finalement, j'eus un léger rire.

"Promenade matinale et besoin de solitude !"

Avant de me reprendre rapidement, ne voulant pas qu'il se méprenne.

"Enfin pas de solitude a proprement parlé, disons que j'ai ressentis le besoin d'avoir un peu de temps a moi. Je ne laisse pas Lucia seule en ce moment, je n'ose même plus la confier a Lizzie...Alors comme je me suis réveillée tot et qu'elle dormait...J'ai voulu m'aérer un peu la tête."

Je désignais l'arme du menton, une petite moue sur le visage.

"Je peux te concocter un système d'alarme, faire joujou avec des faisceaux lasers mais je ne suis pas foutue de me servir de ce truc...Et je me dis que par les temps qui courent..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   Ven 30 Déc - 15:26

    Protéger les autres était sa seule et unique mission mais ça c'était bien avant l'armée. Il avait toujours eut un instinct protecteur avec tout ceux qui l'appréciait. Laurence ne pouvait pas se résigner à laisser tomber ses amis et à continuer de laisser les faire individus qui enlevaient les enfants. Ce n'était pas possible dans sa tête à un tel point qu'il pensait partir à la recherche des enfants perdus, de trouver les bandits qui tyrannisent le village et pourquoi pas les tuer après les avoir torturé ? Oh non il attendrait Alexander et Ethan pour ça ! L'autre n'avait pas durer assez longtemps. Les enfants étaient l'avenir et puis il rêvait d'en avoir mais avoir embrassé sa carrière plutôt que son âme soeur. Que voulez-vous on ne refait une jeune homme qui à reçu une d'éducation militaire.
    Lucia était donc seule ? Connaissance Jessica elle avait dût prendre ses précautions. C'était son bébé et telle une lionne elle le défendrait : Laurence le savait.

    « Je me doute bien, tu n'es pas le genre de femme à ne rien faire pour protéger ceux que tu aimes. »


    Inspection de l'arme, il ne releva pas ls yeux lorsqu'elle se souvenit qu'il était anciennement militaire. Enfin au jour d'aujourd'hui cela ne veux rien dire mais avant cela signifiait qu'il pouvait être amener à partir en guerre. Maintenant que la guerre était dans son pays il n'avait pas à beaucoup voyager. La question qui tue.

    « Je suis inquiet pour les enfants, je n'aurai de cesse de les protéger tant qu'on aura pas retrouver les autres. Les adultes peuvent se protéger plus facilement si je puis dire mais pas les enfants. C'est vraiment lâche de s'attaquer à eux ! »


    Il serra les dents, il détestait ces hommes voir ces femmes qui kidnappaient les gens car cela ne leur servait vraiment à rien ! La solitude sa meilleure amie.

    « Je comprends ne t'en fais pas, ne te justifie surtout pas. Le calme et la solitude ne sont pas un mal. Ca fait du bien et ce même à une super maman. Il faut prendre soin de toit avant de prendre soin des autres alors un peu de solitude ne peut être que bénéfique. Et puis si un jour tu veux te reposer alors que Lucia est levée, tu peut me l'apporter tu sais ? »


    Laurence adorait les enfants et se ferait une joie de s'occuper du bout de chou qu'était Lucia. Mais le sujet dévia sur l'arme qui l'avait entre les mains, il la prit dans ses mains et la regarda :

    « Ce « joujou » comme tu dis m'a sauver la vie plusieurs fois. Elle s'appelle Pandora. »


    Et oui il avait donner un nom à son arme, la première chose qu'on lui à apprit dans ses premières années : l'arme est votre femme, votre enfant, votre bébé, vous dormez avec, vous allez au toilettes avec, vous mangez avec : elle ne doit sous aucun prétexte vous quitter. Le militaire se demanda alors si elle ne voudrait pas apprendre à manier cette arme :

    « Si tu veux je peux t'apprendre, vois-tu j'ai mis des cibles dans la forêt, des faciles et des moins faciles donc si tu veux je peux t'apprendre les bases aujourd'hui ? »


    Laurence esquissa un sourire : il était normal qu'elle veuille savoir manier ce genre d'arme. Avec les temps qui courent mieux valait qu'il y est le plus possible de personne qui sache manier ces armes meutrières. La sécurité prévalait sur tout. Mais il fallait également que les gens prennent conscience que ce n'était pas un « joujou ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   Ven 30 Déc - 21:46

Je soupirai doucement. Oui, c'était lache, plus que lache même. Mais ils attaquaient ls faiblesses et nos talons d'Achille étaient nos enfants.

"Je ne pense pas que nos agresseurs aient ton sens de l'honneur, Laurence."

fis je doucement en secouant la tête. Non, ils ne l'avaient pas, ils attaquaient sans montrer leur visage, dans l'ombre et la nuit, se cachant. Ce n'était pas quelque chose de très courageux, mais par temps de guerre....Y avait il de la place pour l'honneur ? Je me posais parfois la question. Ne valait il mieux pas agir comme eux plutôt que de s'accrocher a un semblant d'humanité ? Je n'en savais rien en fait. Laurence avait vécu mainte guerre et je ne l'avais jamais questionné la dessus, question de pudeur sans doute, mais vu les horreurs que j'avais pu voir, je n'osais imaginer ce que lui avait pu vivre. Alors évitons de réveiller de mauvais souvenirs.

Je ris légèrement a sa proposition avant de lui jeter un coup d'oeil amusé, semblant le jauger de haut en bas avant de croiser les bras et de prendre un air suspicieux.

"Toi ? Soldat des Etats Unis ? Jouer les nounous ? Allez avoue, sous tes airs de pitt bul, tu as un coeur de bisounours hein ?"

Je plaisantais, je savais pouvoir lui confier Lucia les yeux fermés. Je crois qu'il n'y avait pas plus protecteur que lui quelque part. Chaque vie avait une valeur sans nom a ses yeux et je me demandais comment il avait pu un jour...tuer. Je ne me faisais pas d'illusions, il avait du sang sur les mains, comme tout soldat, mais j'avouais ne pas tellement aimer cette image là, je préférais celle du protecteur. Sans doute était ce plus sécurisant.

"Je te taquine, je sais que Lucia ne risquerait rien avec toi, pas même une piqûre d'araignée, mais, honnêtement, tu as tellement a faire et penser que je ne veux pas en rajouter."

Protéger la ville était un travail de chaque instant, comment ferait il si il a une enfant dans les pattes alors que l'on a besoin de lui ailleurs ?

La suite me fit hausser un sourcil de surprise.

"Quoi ? Tu as donné un...prénom a ton fusil ?"

Alors là, j'avouais être un peu sur le derrière. En même temps, n'ayant jamais fait partit de l'armée...Je ne pouvais même pas imaginer les liens qui pouvaient lier un soldat a son arme.

"C'est vrai ?"

A vrai dire, je n'avais pas eu dans l'idée de lui demander mais...

"Je t'avouerais que je ne serais pas contre. Je ne suis pas spécialement fana des armes a feu, elles auraient même tendance a me faire peur...Mais ce que nous vivons en ce moment....Enfin je veux dire...Mis a part balancer un tournevis, je ne serais pas capable de protéger Lucia si on essayait de me l'enlever..."

Je me passai une main un peu nerveuse dans les cheveux avant d'inspirer profondément...

"Alors si tu as du temps a perdre avec moi...Je voudrais bien que tu m'apprennes."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   Sam 31 Déc - 0:32

    L'injustice... La loi du plus fort et du plus faible : bref tout ce que Laurence détestait. Dans les pays du Moyen-Orient l'injustice était partout à la fois et s'infiltrait, grandissait comme les plantes grasses dans les fissures d'un mur. Il avait très vite comprit que le monde était injuste et ce bien avant de partir au combat. Son père était mort en une fraction de seconde à cause d'une mine : si ce n'est pas une mort idiote ? Dieu tue aveuglément ses semblables et Laurence ne croyait plus vraiment en lui et l'évoquait toujours de façon ironique. Que pouvait-il faire d'autre ? Sa foi en Dieu était tombée en même temps que son pays et tout les idéaux qu'il défendait corps et âmes :

    « Alors ce ne sont pas des humains à mes yeux. »


    Il fallait respecter la vie, la vie prévalait sur tout aux yeux de Laurence qui avait défendu des gens mais aussi tuer pour sa survie ou pour la vie des gens qui méritaient de vivre. Certes il était mal placer pour juger mais il ne s'en voulait plus : Dieu rappelle à ses côtés les hommes bons comme les mauvais, pourquoi Laurence ne pourrait-il pas faire la même chose ? Il n'est pas Dieu je vous l'accorde mais quitte à jouer au jeu du hasard : autant avoir aussi les cartes en main. Il avait vu la vrai nature de l'homme bien avant la guerre qui à ravager son pays. Ce n'était pas beau à voir, pas beau du tout et ne souhait à personne de voir cela un jour. Au fond une part de lui était morte avec ses hommes, si aujourd'hui il arrive à exister parfois la tentation de prendre un fusil pour se faire sauter la cervelle le tentait plus que tout.
    Heureusement il y avait toujours les enfants, la joie de vivre de certains survivants et citoyen d'Elizabethtown qui le poussaient à survivre. Maintenant qu'il était dans le système de la ville : il ne pourrait plus les quitter. Il se devait de les protéger quoiqu'il arrive. Jessica détendait l'atmosphère, il dé serra les dents et commença à rire face à la réponse de Jess par rapport à sa proposition :

    « Pourquoi cela t'étonne-t-il ? Avant d'être soldat des Etats-Unis comme tu dis je suis l'aîné de 3 frères et 2 sœurs alors j'ai toujours été la nounou de la famille. J'aurai aimer avoir un enfant... »

    Un regret ? Oui en quelque sorte : s'il ne serait pas parti, il aurait la vie idéale et aurait eut une magnifique petite fille aux boucles brune comme Kate... Laurence se referma un peu sur lui-même, il repensait à tout ça. C'est peut-être pour cela qu'il s'occupait particulièrement des enfants : il sait qu'il n'en aura jamais. Lucia était une petite fille adorable, pleine de vie et qui faisait mille et une bêtise pour rendre sa mère folle. Il aurait pris un réel plaisir à la garder mais elle marquait un point : avoir un enfant dans ses pattes ce n'était pas évident à gérer.

    « Tout est une question d'organisation et puis cela m'obligera à m'arrêter. »


    En effet Laurence ne se reposait que rarement alors avoir une petite fille sous surveillance ne serait certes pas de tout repos mais moins dur que de surveiller toute une ville. Ville qui devra un jour être défendu si jamais il devait y avoir une attaque : plus de personnes sauront manier le fusil, plus la ville sera sécurisé.

    « Bien sûr, c'est ma femme, mon enfant, ma mère. Je sais que je peux compter sur elle pour me tirer des pires situations. »


    Laurence esquissa un beau sourire : l'idée de donner un nom à son fusil pouvait sembler incongru mais c'était courant dans le monde militaire or ayant été élevée ainsi : cela ne le choquait pas du tout.

    « Bien sûr que c'est vrai, je ne rigole pas. Si tu veux apprendre à tirer alors je t'apprends sans problème. »


    On pouvait rire de beaucoup de chose avec lui mais surtout pas des armes à feu, ni même de la sécurité et des moyens mis en place pour protéger la ville. Laurence comprenait parfaitement les arguments de la jeune maman :

    « C'est parce que tu ne sais pas les maîtriser, on à toujours peur de l'inconnu mais c'est l'inconnu qui nous fait grandir. Ce n'est pas du temps perdu, cela pourra te servir par la suite donc ce n'est pas inutile. »


    Il ouvrit la chambre et montra la balle :

    « Contrôle de sécurité : tu dois toujours faire ça avant de donner une arme à quelqu'un pour lui faire savoir qu'elle est chargée et en état de marche. Ca c'est la chambre, quand la balle est ancrée c'est que ton arme est charger. Avant de retirer la sécurité ou autre, il faut contrôler ton chargeur, pour ça tu appui ici, tu tires... »
    Il retira le chargeur : « Et ça vient tout seul. Tu contrôles le ressort... » Il appuya sur les balles qui s’affaissèrent légèrement avant de revenir à leur place initiale : « Et tu remets en place le chargeur et tu devrais entendre un petit clac. » Après le « clac » il tandis l'arme à Jessica en lui mettant la bandoulière autour du cou et posa délicatement ses mains sur l'arme :

    « Ne t'en fais, la sécurité est mise : il ne peut rien t'arriver. Prends ton temps ok ? »


    Laurence lui avait montrer les premiers gestes pour d'une s'assurer que l'arme était bien chargée et de deux pour lui montrer qu'il n'y avait pas de risque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   Sam 31 Déc - 16:43

Que pouvais je répondre a cela ? Pas grand chose. Laurence avait raison. Mille fois raison même. Non, ce n'était pas des humains pour s'en prendre a nos enfants aussi lâchement. Ils nous terrorisait, mettait les hommes de la ville sur des charbons ardents. La tension était palpable dans toutes les rues. Non, il n'y avait définitivement rien d'humain en eux. Rien du tout.

Alors je préférais alléger l'atmosphère, plaisanter et je tapotais doucement l'épaule de Laurence.

"Regarde toi, encore dans la fleur de l'âge ! Il est encore temps d'avoir des enfants tu sais. Le plus dur étant sans doute de trouver la femme pour évidemment."


répondis je dans un rire. Etrangement, je n'avais pas ce genre de désir, sans doute que Lucia avait, sans le savoir, combler ce besoin là. Et puis, autant le dire, j'étais un peu méfiante envers les hommes, je n'étais pas assez stupide pour les mettre tous dans le même panier mais je m'en méfiais tout de même. Un reflexe sans doute. Je penchai légèrement la tête sur le coté, remarquant les cernes qui ombrait les yeux de l'ex militaire.

"Tu as l'air crevé c'est vrai, tu n'arrêtes jamais, je l'ai déjà remarqué, mais tu sais, tu peux prendre une pause de temps en temps, je suis sure que les autres ne t'en voudront pas."


dis je en fronçant légèrement les sourcils et puis, a quoi cela servirait il de tomber d'épuisement ? Cela dit qu'il donne un prénom a son arme me surprise et je ne pus m'empêcher de laisser voir mon étonnement.

"Wow, a ce point là ?"


ris je alors qu'il m'affirmait tout simplement que la dénommée Pandora était tout simplement la femme de sa vie. Une attitude plutôt amusante, je devais bien en convenir. Finalement, je me retrouvai a lui demander de m'apprendre et lui a accepter. Ou alors ce fut le contraire, lui qui se proposa et moi qui accepta, toujours est il que j'eus la joie de me retrouver avec Pandora dans les bras. J'avais attentivement écouté ses conseils. Mon dieu ! C'était bien plus compliqué qu'il n'y paraissait et surtout...

"Bon sang ! Lorsque je te vois avec je me dis que c'est léger et tout et en fait pas du tout. C'est très lourd en fait."


m'exclamais je en soupesant l'arme, la regardant un peu sous toute les coutures.

"Alors...Il faut que je commence comme ça...-J'appuyai donc sur le petit bouton- et après...je tires c'est ça ? - Le chargeur atterrit dans mes mains et je failli même le laisser échapper - Ouf..."

J'effectuai donc tout ce qu'il m'avait dit de faire, avec moins bien de précision et d'habilité bien évidemment avant de sourire, assez fière de moi.

"Alors prof ? c'était comment ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   Jeu 12 Jan - 21:15

    Laurence essayait toujours d'analyser les situations pour savoir quelle était la meilleure façon d'appréhender, de résoudre ce dernier même si parfois il y avait des dommages collatéraux. Il était clair pour le militaire que si pour sauver le village des attaques il devait se sacrifier il le ferait sans hésiter ! Les habitants d'Elizabethtown était sa nouvelle famille. Tout le monde était sur le qui-vive mais cela n'empêchait pas ces brutes de prendre les enfants, de les arracher parfois dans les bras de leur mère qui impuissante ce font assommer voir kidnappé avec. Il n'était pas papa, il ne le serait probablement jamais. Laurence à peur de s'attacher aux autres pour la simple et bonne raison qu'à chaque fois cette personne est blessée ou tuée. Il ne voulait plus que des personnes meurt par sa faute et même si cela voulait dire ne plus dormir, manger rapidement et s'entraîner pour pouvoir tirer une balle entre les deux yeux des hommes qui oseraient encore s'approcher du village pour le terroriser.

    « Je ne suis pas égoïste, je ne ferai pas d'enfant pour qu'il devienne de la chair à canon ou qu'il soit kidnappé pour faire pression sur moi. Je ne veux pas qu'il vive dans le monde actuel où la nature de l'homme est au grand jour. En OPEX j'avais déjà vu ça mais je pensais que ma famille était à l'abri... A croire que je me trompais lourdement. »


    Et bam il re plombait l'ambiance : qu'est-ce qui n'allait pas chez lui ? Décidément il avait le don de tout gâcher... On va dire qu'on ne lui à jamais appris à être tendre même si il aimait par dessus tout ses frères et sa mère qui lui rendaient bien d'ailleurs. Faire une pause ? Non impossible.

    « Je n'aurai pas la conscience tranquille, je préfère être fatigué que de rester les bras croisés chez moi, à me reposer tranquillement alors qu'ils sont là à détruire ce que nous avons mis du temps à construire. Elizabethtown c'est mon bébé, les habitants sont ma famille que je protègerai coûte que coûte. »


    Oh certes une personne n'est pas efficace quand elle ne dort pas, ne se repose pas mais cela ne lui posait pas de problème pour la simple et bonne raison que son mental est de fer. A croire que les atrocités de la guerre avait détruit la part de raison en lui. Laurence était définitivement un être pas raisonnable. Le fait que son arme est un nom en était la pauvre, c'est d'ailleurs ce sujet qui décoinça sa mâchoire serrer.

    « Naturellement, je n'avais plus qu'elle à un moment... »


    Dans le désert après l'attaque, elle était là. A son poste. Elle à connu les tempêtes de sables qui griffaient et écorchaient la peau, les yeux de son maître. En repensant à tout ceci, son visage s'assombrit et un frisson parcourut son échine. Il ne s'était jamais remis de ces blessures qui certes l'avaient forgés mais qui l'avaient également meurtri. Mais une fois de plus ce fût Jesse qui le sortit de ces pensées obscures qui pouvaient le rendre violent, à fleur de peau. Une âme torturer dans un corps saints.

    « C'est une habitude ne t'en fais pas et puis la lunette pèse aussi son poids. »


    Laurence ne s'en rendait plus compte puisqu'il avait fait des randonnées avec son arme chargé, des chargeurs pleins dans sa ceinture et un sac de 15 kg sur le dos. Jessica fit par la suite tout ce que Laurence lui avait montrer. Maintenant il ne restait plus qu'à tirer.

    « Avant de continuer tu es droitière ou gauchère ? Tu permets ? »


    Il s'approcha d'elle pour bien positionner l'arme contre son épaule et posa une de ses mains sur le canon, l'autre sur la crosse :

    « Toujours le doigts hors de la gâchette tant que ton objectif n'est pas dans ta ligne de mire et que tu es prête à tiré. Il faut que garde en tête que si tu frôles ne serait-ce qu'un peu la gâchette la balle part. Par exemple cette cible, ferme ton oeil pour pouvoir regarder dans la visée dès que tu à point la croix dans au centre tu me le dis et je te dirai quoi faire. »


    Il attendit le feu vert avant de glisser son pouce sur celui de Jessica pour enlever la sécurité :

    « Grâce à ton pouce tu peux enlever et remettre la sécurité quand tu veux. Et là tu peux tirer. »


    Laurence s'éloigna pour laisser le feu vert à Jessica, il fallait qu'elle tire quand elle se sentirait prête.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le temps du changement arrive || LIBRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps du changement arrive || LIBRE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maj 2.9
» Une nouvelle classe arrive dans dofus.
» Warhammer fantasy battle, le plus gros changement de tous les temps
» Comment passer fm en un rien de temps, soit en moins de 24H
» [Blog] Important : Changement de nom de domaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: ElizabethTown-
Sauter vers: