AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jessica A. Emerton

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jessica A. Emerton   Sam 26 Nov - 15:44



Jessica Alicia Emerton
starring Nelly Furtado


IDENTITÉ

NOM : Emerton
PRÉNOM(s) : Jessica Alicia
AGE : 27 ans
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 16 Décembre 1985 à Springfield
HABITE : Elisabethtown






MÉTIER ET RANG

J’ai étudié durant des années l’ingénierie mécanique et l’électronique, exploitant par là ma passion plutôt étrange pour tout ce qui touche a la mécanique ou a tout ce qu’il est possible de tripoter, de faire fonctionner, d’améliorer. Enfant, il n’était pas rare que l’on me trouve en train de démonter ou remonter un vélo, l’améliorant parfois, le détruisant souvent du fait de mon enthousiasme. En grandissant, j’en ai fait un atout, il n’était pas rare que l’on me réclame un coup de main pour une voiture en panne. Aujourd’hui, alors que mes études sont depuis longtemps finies, que la technologie n’existe plus, je m’occupe des installations électrique de la ville, réparant le générateur connecté a la rivière lorsque c’est nécessaire. Je suis en charge de son bon fonctionnement et, croyez le ou non, c’est un rôle d’importance puisque de moi dépend l’alimentation électrique. De plus, je me charge aussi des diverses réparations a faire du moment que cela touche au fonctionnement mécanique. Avouez que c’est très…féminin n’est ce pas ?


PHYSIQUE

Plutôt petite et menue, j’affiche un air de fragilité vite démentit par mon visage aux traits fins mais volontaires. L’éclat de mes yeux bleus est déterminé, éclat encore plus sublimé par la masse de cheveux sombre qui couronne ma tête. C’est sans doute pour cela qu’on ne me prend plus pour une adolescente d’ailleurs. Croiser mon regard vous confirmera que je ne suis en rien une enfant. Mon ossature est fine, délicate mais je cache une force peu commune, il en faut pour soulever des pièces mécaniques ou serrer un boulon. Je suis souvent habillée d’une salopette et il n’est pas rare qu’un foulard carmin maintienne mes cheveux lorsque je travaille. Mes mains sont assez fines pour se glisser n’importe où et il n’a jamais été question de manucure, avouez que se serait d’un ridicule consommé si je passe mon temps a les plonger dans le cambouis et la graisse. Certain pourrait me dire garçon manqué, mais ce n’est pas le cas, je sais être féminine et d’ailleurs, cette féminité se ressent dans mes gestes ou mon sourire qui peut devenir éclatant a la faveur d’une bonne blague. Ou très doux lorsque mon regard se pose sur Lucia.


CARACTÈRE

Volontaire. Je crois que c’est le trait de caractère qui prédomine chez moi. Car il m’a fallut de la volonté pour survivre au milieu du chaos. De la volonté pour me remettre de la mort de mes petits frères et de ma mère. De la volonté pour se reconstruire, difficilement oui, avec les moyens du bord. Ne jamais abandonner même lorsque rien ne semble plus possible, que tout devient noir. Ensuite vient sans doute mon enthousiasme, née de ma volonté, de ma détermination. Me laisser abatre ne fait pas partit de mon vocabulaire, cela dit, petit inconvénient, cela me rend un peu têtue, voir bornée, même si je suis capable de mettre mon intransigeance de coté si l’on me prouve le bienfondé de ce que l’on m’oppose. Avec Lucia, je suis terriblement protectrice, sans doute un peu trop d’ailleurs et l’on m’a apprit a ne pas l’étouffer, elle est encore jeune mais elle a besoin parfois de se construire toute seule. Infiniment tendre avec elle, il n’est pas rare de la voir me suivre partout, essayant avec des gestes maladroits de m’imiter. Cela m’amuse et je la laisse faire. Peut être trop tolérante parfois, signe que je recherchais l’équilibre. Je lui voue un amour sans bornes, combien même elle n’est pas de mon sang, elle est ma fille. Plutôt discrète, je sais m’imposer lorsqu’il le faut, l’habitude de se battre pour me faire accepter dans un monde d’homme principalement. Une femme au milieu de mécanos doit avoir une plus grande bouche qu’eux .
Je me contente souvent de faire ce que l’on me demande avec un sourire. On pourrait me qualifier de serviable et sans doute le suis-je, après tout, l’homme redécouvre la solidarité et peut être en avait il besoin quelque part, dommage qu’il est fallut une catastrophe pour cela.


LIENS



    Lucia Aberlowd
    Lucia était la petite fille de mes voisins, un couple de personnes agés qui avait prit a leur charge cette enfant qui avait déjà perdu ses parents. Enfants unique, je la voyais sourire et grandir entourée de l’amour de ses grands parents. Lorsque la ville fut touchée, elle perdit aussi ses grands parents et c’est moi qui l’ai sortit des décombres de leur maison. Depuis, elle vit avec moi, agée de trois ans, elle est vive et enjouée et je me dis que le temps effacera ces blessures. En attendant, elle cauchemarde beaucoup la nuit mais je suis là pour la rassurer.
    PRÉNOM NOM
    Description lien.
    PRÉNOM NOM
    Description lien.
    PRÉNOM NOM
    Description lien.


HISTOIRE

Springfield. Etats Unis. Une ville qui vit ma naissance un soir enneigé. Mon père faillit même avoir un accident en emmenant ma mère a l’hôpital. Il lui arrivait souvent de me raconter cette nuit là avec du rire dans la voix. Sans doute que sur le coup, il ne devait pas en rire mais par la suite, cela devint un sujet complice et hilarant entre lui et ma mère. Je fus leur seul enfant. Suite a une complication ma mère devait faire son deuil d’une grande famille, mais cela ne la rendit pas aigrie. A aucun moment. Elle fit tout simplement avec, mon père en soutient.

Je ne peux pas dire que mon enfance ai été traumatisante ou autre. C’était une vie normale, une famille aisée. Un pavillon dans la banlieue. Un collège huppé, un lycée bien noté. Non, ma vie était celle de millier d’adolescent américain. La seule différence résidait sans doute dans le fait que je ne passais pas ma vie dans les boutiques, ou obnubilée par la couleur de mon vernis a ongle. Non moi où d’autres filles de mon âge se pliait en quatre pour plaire au héro du lycée, moi…Et bien moi, je réparais sa voiture. Naïve ? Sans doute quelque part, juste que chez un type comme ça, seule sa voiture m’intéressait. De fait, je devins la coqueluche des mecs, non pas pour ma plastique mais pour mes doigts de fée capables de caresser un moteur dans le bon sens. Ma mère ne confiait plus son électroménager a un quelconque réparateur, non, elle me les déposait sur ma table de nuit avec un sourire. Oh, elle m’aurait sans doute préféré plus féminine, plus…intéressée par cela, mais ce n’était pas vraiment ce que je voulais, je n’en avais pas besoin. Je ne suis pas pour autant une sainte nitouche, c’est un fait, mais je n’enchainais pas comme beaucoup. Bref. Enfance tranquille. Adolescence tranquille. Je crois qu’il n’y a rien de vraiment marquant durant ce temps là.

Après mes études, mon diplôme d’ingénieur en poche, je m’exilais a coté de New York, trouvant rapidement du travail, même si le fait d’être une femme pouvait poser quelque problèmes. On ne pouvait pas faire confiance a une femme apparemment, étais je pour autant moins douée qu’un homme ? Non. J’étais même plus habile qu’eux. Mon corps fin et délié me permettait souvent de me glisser là où ils ne le pouvaient pas. Mes doigts étaient sans doute plus délicats, plus…doux. Peu importait réellement. Je dus apprendre a m’imposer, subtilement mais clairement. Je me suis forgée le caractère ainsi, pourrais je dire. Je réussis a faire ma place, creuser mon trou comme on dit et, grâce a un léger esprit écureuil, je réussis a m’offrir une maison a Elisabethtown. Certes, une petite maison mais quand même. J’y passais mes vacances et certains de mes weeks ends. Peu à peu, je m’intégrais, rendant quelque menus services a droite et a gauche, surtout a mes voisins un couple de personne âgé. Lincoln, le grand père, ne pouvant plus se charger seul de certain travaux. Emily, sa femme, me préparait toujours une tarte au pommes. Un délice. Encore maintenant, je me souviens de son gout, fruitée, sucrée, tendres.

Cela faisait deux ans que j’avais acheté cette maison lorsque Lincoln et Emily accueillir chez eux leur petite fille. Ce n’était qu’un bébé. Je m’en souvenais clairement. Un tout petit bébé d’un mois a peine. Une petite merveille, comme aimait a le répéter Emily. Ils venaient de perdre leur fils et Lucia semblait être un bon antidote a leur mal être. Malgré tout, s’occuper d’un bébé était fatiguant, très, surtout pour des personne aussi âgées. Naturellement, je les aidais. Faisant en quelque sorte partie de la famille, comme le disait Lincoln. Ils n’avaient jamais eut de fille après tout. Et moi, éloignée de mes parents, je me prenais d’affection pour eux, les trouvant attendrissants. Ils eurent même un droit de regard lorsque je leur présentais un jour Jake. J’avais cru a l’amour, j’en étais revenue lorsque je l’avais surpris avec Emma. Cruelle désillusion mais le temps permet que l’on s’en remette. Sans doute ais je oublié la douleur de l’instant dans les jours qui s’écoulent mais encore maintenant, je ne peux pas y penser sans sentir une étrange colère m’animer. Alors tant qu’a faire, autant ne plus y penser. J’entends encore la voix d’Emily me disait qu’il n’était pas fait pour moi. Elle avait sans doute eu raison, mais, aveuglée, comme toute femme amoureuse, je n’y ai pas prêter attention. Erreur. Mais cela n’est que la vie parait il, on guérit toujours d’une trahison.

Je l’ai éjecté de ma vie sans regret finalement. Au bout d’un moment, me sentant si bien a Elizabethtown, je fini par ouvrir ma propre boite de dépannage. On ne pouvait pas dire que je gagnais des milles et des cents, mais assez pour vivre, voir un peu plus. J’aimais la proximité des gens, j’aimais nouer des liens avec eux. J’étais ainsi, ouverte. Mais lorsque la guerre éclata…Je crus réellement que la fin du monde, comme ils l’avaient annoncée, venait de commencer. Elisabethtown fut relativement épargnée, relativement seulement. Ma maison fut sauve, pas celle de mes voisins. Je me souviens encore des cris qui ont déchirés la nuit, terreur, horreur. La panique. La même qui m’étreignait alors que je sortais dans la rue, courant sur le trottoir en chemise de nuit, n’ayant qu’une chose en tête, sauver ma vie. C’est dans ces moments là que l’on découvre qui on est vraiment, du moins, c’est mon opinion. J’avais aimé me dire généreuse, altruiste mais pendant que je courait le long de ce trottoir, on ne pouvait que me dire égoïste. Lorsque cette longue nuit se calma, lorsque l’air fut saturé de poussière, je revins, surprise de découvrir ma maison encore debout. Pas intacte mais debout alors que celle de Lincoln et Emily n’était que ruines ou presque.

C’était juste un sanglot, comme ceux qui retentissaient partout dans la ville. Un pleur de plus auquel je n’aurais pas fait attention normalement…

J’ai trouvé Lucia dans l’abri de jardin. Seule. Pleine de poussière. Lincoln et Emily étaient restés sous les décombres. Je ne sais pas exactement comment Lucia fut sauvée, ni même pourquoi, mais une chose était sûre, a partir du moment où je la trouvais blottie entre un râteau et une fourche, elle devint ma fille. Je savais avec certitude que Lincoln et Emily avaient succombé et cette impression fut confirmée lorsqu’on extirpa leur corps des décombres deux jours plus tard. J’ai pleuré, c’est vrai, tenant Lucia contre mon cœur alors qu’on enterrait la seule famille qui lui restait.

Depuis…On s’est reconstruites, toutes les deux. J’ai trouvé ma place a Elisabethtown, une place que j’avais déjà avant. Ma maison est a moitié en ruine mais l’on peut toujours y vivre, Lucia et moi. Depuis peu, nous avons accueillit d’autres survivants et je ne cesse de me demander si cela était le mieux, surtout lorsqu’une vague d’enlèvement, de meurtre secoua la ville. Protectrice, je décuplais ma présence auprès de Lucia…

Finalement, l’église explosa…



HORS-JEU

COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? oula…alors je sais plus @_@
UN PETIT MOT ?
Petit o/





Dernière édition par Jessica A. Emerton le Sam 26 Nov - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liam Marsden
In love with JUDASavatar

Messages : 130
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 38
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Jessica A. Emerton   Sam 26 Nov - 17:09

Bienvenue & bon courage pour ta fiche (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jessica A. Emerton   Sam 26 Nov - 22:21

Merci !



Voilà ! Histoire finie ! Fiche prête a être laminée / Décortiquée / Disséquée / acceptée / Refusée \o/
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Jessica A. Emerton   Dim 27 Nov - 17:02

Ca me va ^^ Mais sinon niveau lien, aucun habitant de ET ? ^^

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jessica A. Emerton   Dim 27 Nov - 17:04

Si, j'étais en train de préparer mes mps pour cela d'ailleurs...il faut dire qu'il y a beaucoup de monde *_*
Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Jessica A. Emerton   Dim 27 Nov - 17:06

Bon bah en cas je te valide pour que tu puisses commencer à jouer et tu fais ta fiche de liens ?

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jessica A. Emerton   Dim 27 Nov - 20:23

Oui madame I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jessica A. Emerton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jessica A. Emerton
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Courrier Vinicole: Qui sera aux "commandes" ?
» James Suckling quitte le Wine Spectator
» Le Pape de la SAQ
» Bannière de deuil
» Cérémonie d'intronisation de Mgr Jessica

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: HERE WE ARE AT THE START :: 
Fiches validées
 :: Citoyens d'Elizabethtown
-
Sauter vers: