AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jo Marcin

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jo Marcin   Mar 31 Jan - 15:46



Jonathan Marcin
starring Tom Hardy


IDENTITÉ

NOM :Marcin
PRÉNOM: Jonathan
AGE :33 ans
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Lyon, France, le 14 Février 1980
HABITE : New York






MÉTIER ET RANG

Jo n’a pas vraiment fait d’études, il n’a pas eu son bac et n’a pas cherché plus loin. Il a attendu d’avoir seize pour pousser sa passion en métier, boxer. Il a rapidement grimper les échelons jusqu’à devenir professionnel et entrer dans la cour des grands, avant de se faire arrêter pour homicide involontaire et condamné à cinq ans de prison du fait qu’il soit boxeur. Durant son emprisonnement il n’a pas eu l’occasion de travailler ni depuis qu’il a quitté rykers island. Il ne sait pas vraiment ce qu’il fera une fois qu’il aura rejoint le groupe de survivants, il ne sait se servir que de ses poings, peut-être une sorte de garde pour le groupe ou un truc du genre.


PHYSIQUE

Son physique est celui d’un boxeur, le vrai, celui des films, d’autant que son temps en prison fut bien rempli par le « poussage de fonte », malgré qu’il ne soit particulièrement grand puisqu’il dépasse à peine le mètre quatre-vingt de trois centimètres. Son visage est un peu abimé par les coups qu’il a pris, son nez a les traces des différentes fractures qu’il a vécu. Son menton recouvert la plupart du temps d’une courte barbe à défaut de pouvoir se raser est fier et solide, il semble incassable et n’a d’égal que la dureté de son regard de saphir. Quelques fines cicatrices se rajoute sur ce visage qui garde cependant quelque chose de captivant, mélange de force brute et de tendresse enfouie. Sa musculature générale est imposante et pourtant gracieuse, bien répartie, bien proportionnée. Elle ne laisse aucun doute de la puissance qu’elle recèle malgré des gestes souples et vifs qui l’entraine, une démarche virile, lourde et pourtant souple, une démarche d’ours en quelques sortes. Ses grandes mains semblent habituées aux chocs, ses bras et ses épaules montrent de magnifiques tatouages tribaux qui n’ont de significations que pour lui .Il cache pourtant tout cela sous plusieurs couches de vêtements, non par honte ou par pudeur mais uniquement pour se protéger du froid.


CARACTÈRE

S’il était quelqu’un de fêtard et d’enjoué, il n’a pas complètement changé. Bien sur le changement du monde l’a rendu méfiant et un peu plus agressif, mais il aime la compagnie, discuter, s’amuser et pourquoi pas une bonne bringue. Comme il fut en prison quand la guerre éclata il ne la connu pas vraiment, et n’ayant pas vraiment de famille ou d’amis avant celle-ci, personne ne lui a été pris, il a donc tendance à se montrer orgueilleux et provocateur, il est bagarreur et également assez cynique. Il n’a jamais eu personne pour être fier de lui, et malgré un esprit assez vif il est très peu cultiver et la seule chose avec laquelle il a pu s’imposer ce fut sa violence. Malgré ça, il très serviable et généreux et n’aime pas l’inégalité, le pouvoir du plus fort sur le plus faible, et prendra systématiquement le parti du plus faible. Il est également, malgré son orgueil et son impudence un bon compagnon qui aime beaucoup discuter et s’amuser, un peu trop d’ailleurs car il est, en quelques sortes, un peu soupe au lait et comme il est très bagarreur et si quelqu’un veut jouer au dur ou se montre irrespectueux il n’hésitera pas un instant à lui échauffer les oreilles façon grosses mandales dans la tronche.



LIENS

    PRÉNOM NOM
    Ne connait personne pour le moment.


HISTOIRE


Naissance : 20 000 vieux sous la mère…

Certains disent se souvenirs de leurs naissances, moi je me souviens même de ma conception… Je sais que ce n’est pas possible, mais je trouverais ça sympa comme intro, j’aime ne pas écrire, et ce stupide toubib aride me demande de mettre ma vie sur papier. Je sens que le séjour dans ce trou pourri va être long. Et en plus il a fallu qu’ils me plantent avec les fous à l’AMKC.
Bref, je ne sais pas d’où je viens, ma mère était pute à Gerland à c’qu’on m’a dit. Elle aurait vécu dans un petit camion à bougie. Un jour alors qu’elle entamer son quarantième ride de la journée, (c’est comme ça que je le vois, la vérité personne s’en souviens), la capote a dut péter ou alors c’est son « protecteur » qui a voulu un peu plus, bref, neuf mois plus tard, voilà un petit bébé laissé à l’assistance. Imaginez, être l’enfant d’une pute et naitre pour la saint valentin, il y a comme une merde sur le tableau. Ce que je sais c’est qu’on m’a donné le nom du toubib qui m’a fait naitre, Marcin, le reste…

Enfance : Dur dur d’être un bâtard…

On m’a foutu dans un orphelinat, ce n’était pas trop mal, pas comme ces orphelinats dans les films, pourris ou les mômes sont battus, torturés ou violés, non nous les adultes étaient sympas, c’était entre nous que le problème était. Il y avait ceux qui avaient des parents, les gosses de cons que les parents battaient ou étaient en taules ou encore ne pouvaient pas s’occuper d’eux, pis y’avait nous, les bâtards, ce qu’on pas d’parents, orphelins et fils d’inconnus, on s’tapait sur la gueule toute la journée c’était marrant. Puis un jour ça a changé, ils nous ont séparés dans deux bâtiments et on avait plus que la télé pour se distraire.
J’devais avoir douze ou treize ans quand je l’ai vu, c’était un reportage sur les nouveaux sports de combats, un nouveau truc, j’en bavais, je ne pouvais plus décoller mes yeux de l’écran, je voyais ce ring octogonal et ce sumo un black d’au moins deux cents kilos de plus que son adversaire qui se faisait latter par un petit karatéka. Des jours et des jours durant j’y repensais et je voulais faire ce genre de sport, les meilleurs qui s’affrontent, ouaaaaaah. A l’orphelinat on pouvait faire du sport, tout le monde faisait foot bien sûr, mais y’avait plein de trucs. Par contre pas de sports de combats à proprement parler, le truc qui s’en approchait le plus c’était la lutte, et même si le prof avait un regard de pervers en voyant les jeunes garçons se trainer au sol dans des tenus moulantes je me décidais à en faire. J’en ai fait en fait jusqu’à ce que je m’en aille de l’orphelinat. En plus de çà à partir de mes quatorze ans j’ai bossé les week-ends dans une épicerie pour gagner un peu de sous, je me faisais aussi payer par mes camarades en faisant un peu le garde du corps maintenant que je me musclé un peu plus grâce au sport. Le jour même de mes seize ans, je pris mon argent, mes fringues et je me suis barrer dans un pays ou ce sport, le MMA était autorisé, le reste…

Violence : t’as d’beaux bleus tu sais…

J’me rappelle ce que disais un copain, le meilleur truc pour cogner c’est la boxe thaï, y’a pas plus violent, et comme en Thaïlande le MMA était légal, bah j’suis allé en Thaïlande. Ça m’a presque tout couté ce que j’avais, surtout qu’il fallait des vaccins et plein de trucs… Bref, j’ai dut en plus d’apprendre leurs langues bosser dans plein de p’tits trucs plus ou moins sordides comme videur pour payer mes cours du sport de là-bas, le muay-thai, c’est vrai que c’est violent, mais ça me plaisait pas. Le seul souci c’est que comme je n’avais pas d’argent, bah j’étais coincé, après deux ans en Thaïlande non seulement je parlais bien la langue mais j’arrivais à vivre des combats, je m’étais même fait une petite réputation, quarante combats, trente-huit victoire dont trente-cinq par KO. C’est là que ma vie à changer. Un américain, un vrai, un gros en costard qui transpirait trop et puait l’argent à cent kilomètres. Il m’a obtenu une carte verte, un logement et toute une équipe pour combattre pour lui, pas à l’UFC non, dans des petits combats d’abord, de petites fédérations certaines plus ou moins légales. J’ai signé pour cinq ans chez lui, combats, fêtes, drogues, sexe et alcool plus que je ne pouvais en imaginer. Cinq ans de débauche notoire et de pins, ma masse musculaire a doublée, voire triplée, j’ai appris d’autres styles de combats et ai approfondi la lutte que j’avais faite quand j’étais minot. Au bout de cinq ans je me suis barrer, j’ai rejoint une petite salle à Long Island et là, j’me suis entrainé pour l’UFC, j’avais pas mal d’argent de côté et malgré les relance de mon « ancien coach » je restais là. J’me suis entrainer et en un an je combattais avec l’élite, mon ancien coach lui ne me relançait plus qu’à coup de procès et de médias mais je m’en foutais je réalisais mon rêve. Un soir, alors que je fêtais mon cinquantième combat en trois ans de combats pro dans un bar avec des amis, six hommes sont venus me chercher, ils ont essayé de m’emmener de force, çà a dégénérer, l’un d’eux est mort sur le coup, le reste…

Pénitence : Allez directement en prison, ne passez par la case justice ne r’voyez plus vos dollars.

Mon procès ne fut pas très long, en effet, je suis combattant professionnel et il est illégal pour moi de combattre en dehors du ring. Même si six hommes essayent de m’enlever je ne dois pas me défendre en utilisant mon corps… Mes soi-disant amis ne témoignant pas, pour cause ils avaient disparu chacun avec beaucoup d’argent apparu miraculeusement sur son compte. Personne ne témoigna en ma faveur, on admit qu’ils étaient six, mais pas de légitime défense, le combat était presque équitable selon le procureur, j’écopais de cinq ans ferme pour homicide involontaire avec circonstance aggravante et dépendance à la violence, je ne savais même pas que ça existait. Bref, je fus envoyé à rikers island, au Anna M. Cross Center pour ma soi-disant dépendance à la violence. Et voilà maintenant que j’y suis depuis trois ans, tout ce que je fais de mes journées c’est m’entrainer et faire de la muscu, ma demande de passage en appel a été refusé, mais mon comportement devrais me faire libérer dans un an, je ne pourrais plus jamais combattre dans le cercle pro, de toute façon avec le bordel qu’il y a en ce moment chez les politiques, çà évitera les problèmes.
Tiens, j’viens de r’trouver ce carnet, en même temps ça fait deux ans que je n’ai pas vu, le toubib qui m’a demandé de la remplir. Lui comme la plupart des médecins de la prison ont été mutés ailleurs dès le début de la guerre, y’a quasiment plus de personnel ici les prisonniers règnent en maitres. Perso je vis dans une des cellules d’isolement, oh je ne suis plus prisonnier mais ici il y a tellement de mauvais souvenirs que les autres détenus ne viennent pas. Je ne sors que pour aller me laver et me nourrir, et comme ils savent que je suis là pour avoir tué un homme je suis plutôt tranquille, le reste…

Survivance ? Jeu, set et baffes

La guerre semble fini depuis un bout de temps, il n’y a plus grand monde dans la prison alors je me suis décider à partir, d’autant qu’il n’y a plus ni eau ni bouffe sur l’ile. Je garde ce petit carnet avec moi, finalement j’aime bien écrire dedans, on ne sait jamais si le monde reviens à la normale, je pourrais trouver un écrivain qui en fera un bon livre. J’ai entendu parler d’un groupe de survivants, je vais voir si je pourrais me joindre à eux. J’ai trouvé un magasin encore un peu en état, il s’est fait piller mais il restait quelques fringues à ma taille, on verra ce que je pourrais en faire. J’ai également rencontré des mecs qui voulaient me voler, tant pis pour eux, mais j’ai drôlement reçut quand même, espérons que chez ces survivant il y aura un docteur parce que là j’en aurais bien besoin, j’ose même plus tousser, je crois que j’ai deux ou trois côtes cassées. Bref, je pourrais sans doute leurs filer un coup de main, on verra. Ce que je souhaite là, c’est me soigner, manger un morceau et surtout prendre une bonne douche, le reste…



HORS-JEU

COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ?tour de jeu
UN PETIT MOT ? mot :p



Revenir en haut Aller en bas
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Jo Marcin   Mar 31 Jan - 22:30

Bienvenue à toi =D Je m'occupe de ta fiche demain, promis I love you

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 38
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: Jo Marcin   Mer 1 Fév - 0:24

Bienvenue à toi Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: Jo Marcin   Mer 1 Fév - 12:59

Bon, eh bien je n'ai rien à dire de négatif, très bonne fiche ! Je valide monsieur le boxeur sans aucun souci ! (:
Bon jeu parmi nous ! (:

PS : n'oublie pas de remettre ton avatar à la bonne taille Razz

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jo Marcin   Mer 1 Fév - 13:44

Merci à vous deux^^

Me reste plus qu'à harceler un ou une survivant(e) pour mon premier rp, pis ce sera nickel^^

voilà pour le vava c'est corrigé^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jo Marcin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jo Marcin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York survivants-
Sauter vers: