AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ivanov Sander [fini]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ivanov Sander

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Ivanov Sander [fini]   Ven 14 Déc - 19:54



Ivanov Andrej Sander
starring Bruce Willis



IDENTITÉ


NOM : Sander
PRÉNOM(s) : Ivanov
AGE :42
DATE ET LIEU DE NAISSANCE :17 Septembre, St Petersbourg
HABITE :à déterminer






MÉTIER ET RANG


A déterminer à l'aide des premiers rp


PHYSIQUE


A vrai dire il n’est pas difficile de reconnaître Ivanov dans la rue. C’est un homme grand, aux épaules larges et aux muscles épais. Du haut de son mètre quatre-vingt neuf, et un poids respectable de 91 kilos, il a une capacité visuelle avancée, ce qui lui permettait, à l’époque, de retrouver une cible dans la foule. Ses cheveux ont aussi la particularité de paraître argentés, quand de près on voit qu’ils sont châtains cendrés. Il lui est arrivé de les teindre, la couleur lui rappelant l’avancement de son âge. Cela fait toujours défaut lorsque l’on craint la vieillesse, puisque dans l’état actuel des choses, vieillir n’est qu’un handicap. En contraste sa peau est rougeâtre au niveau du creux des joues, souvent accentuée par des blessures ou bleus qui arrivent lors de ses mésaventures. Ses yeux fréquemment plissés forment des rides aux coins, et, lors des ses rares sourires honnêtes, sa bouche remonte vers ses joues d’un seul côté de son visage, le déformant légèrement. Cela lui donne un aspect assez ancien, et un faciès mesquin. De couleur verdâtre, ses yeux sont constamment en mouvement.
Question vestimentaire cela fait quelques années qu’Ivanov a un manteau avec des bords en fourrure, le manteau légué par son père. Il est fait de cuir sombre et descend jusqu’au pli du genoux. Il comporte cinq poches, dont l’une intérieure, où il cache ses petits trésors lorsqu’il en a. Lorsqu’il sait qu’une situation va dégénérer, il met ses mitaines plaquées, au cas-où il soit dans l’obligation de se défendre. Sinon il s’habille de ce qu’il a sous la main ; un vieux pantalon militaires, des rangers neuves prises sur un cadavre pendant la guerre, tout lui va.
Il se trouve qu’il a un signe excessivement distinctif, chose qu’il déteste très certainement : une cicatrice. Pas n’importe quelle cicatrice ! Elle est logée sur le côté droit de son front, formant un X grand et profond. Autrement il a diverses petites blessures dû aux combats qu’il a effectué.



CARACTÈRE


En un mot ? Nerveux. Il est probablement l’un des hommes les plus nerveux restants qui demeurent proches du sain. Sain ? Oui, mais pas tout le temps. Lorsque la pression est trop élevée, qu’il sent qu’une bagarre se prépare, il se retrouve submergé de vagues d’adrénalines et se met très soudainement, sans déclanchement précis, à rire. Et qu’est-ce qu’il rit ! Rien ne peut le forcer à s’arrêter d’un coup, volontairement ; il continuera jusqu’à ce qu’il se calme, ce qui prend parfois une dizaine de minutes. Dans ces conditions-là il ne ressent pas vraiment de douleur, et autant affirmer de suite que même si on lui donne une centaine de coups de pieds, il n’arrêtera pas, et rira même peut-être plus fort.
Sinon hors situation stressantes il paraît stoïque, bien qu’excessivement paranoïaque. Outre son air fuyant lorsqu’on lui pose des questions et sa tendance à regarder fréquemment derrière lui, il est quelqu’un de relativement agréable, mais rarement en confiance. Et surtout, si vous ne voulez pas vous attirer des problèmes venant de sa part, vaut mieux ne jamais lui demander ce qu’il cache dans la boîte située dans la poche intérieure de son manteau.
Autrement vous pourrez lui dire tout et n’importe quoi, il écoutera, bien que se demandant si vous n’êtes pas en train de le distraire pour lui prendre quelque chose de valeur. Calme si on ne l’énerve pas, il le restera longtemps tant qu’aucun élément perturbateur ne sera pas venu… eh bien… le perturber. Mentalement sain, il n’est pas des plus lunatiques, ses humeurs variant peut-être plutôt de semaine en semaine… Si vous avez le malheur de le croiser pendant une mauvaise semaine, n’essayez peut-être pas de communiquer avant que celle-ci soit terminée.
Depuis que l’anarchie s’est abattue sur le monde, il est devenu relativement solitaire, bien que n’est jamais trop mécontent de la présence de corps humanoïdes encore chauds et vivants. Avant on aurait pu le dire raciste, froid et cruel, puisque elles étaient des qualités requises de lui pour l’armée, mais à présent que l’on soit américain ou suisse n’a aucune importance. ‘Tous dans la même merde !’, enfin c’est ce qu’il dit.
On ne peut pas attendre de lui une once de caractère enjôleur, puisque comme son pays d’origine, il est froid et distant. Peu bavard, observateur, il n’aime pas être au centre d’attention.



LIENS






    PRÉNOM NOM
    Description lien.



    PRÉNOM NOM
    Description lien.



    PRÉNOM NOM
    Description lien.



    PRÉNOM NOM
    Description lien.




HISTOIRE


Chapitre 1

La salle enfumée était plongée dans une obscurité incertaine. Le temps y semblait figé. Au bar, un seul homme était assit. Une radio grésillait dans un coin de la salle tandis que le barman tentait de la faire fonctionner en cherchant une station. L’homme au bar avait le visage sombre, les yeux fixés sur son verre de vodka. Enfin une station se mit à émir des voix. Au début elles ne furent pas très claires, puis une voix sobre annonça : « Suite à l’attentat dans le district militaire de Moscou datant de la semaine dernière, l’enquête à présenté des preuves de l’implication des Etats-Unis… »
La voix continua mais il en avait assez entendu. Il prit le verre et bu d’un coup le contenu avant de caresser la cicatrice sur son front. De son œil froid il fixa le mur devant lui, un demi sourire mesquin s’affichant sur son visage.

Il traversa les rues froides et humides, l'air sortant en vapeur de sa bouche. Il faisait nuit, plus tôt avec l'approche de l'hiver. Malgré l'obscurité les rues étaient assez peuplées de jeunes gens à l'affût, discutant, chantant parfois avec l'alcool. Il passa inaperçu, ses pas résonnant peu sur les pavés disjoints. Marchant rapidement, après une demi-heure, il arriva dans le vieux quartier, où des grandes maisons siégeaient. Il se souvenait de cet endroit lorsqu'il était jeune... Grand, parfumé magnifiquement avec l'odeur des sapins et des fleurs. C'était étrange de le voir maintenant... Et, intérieurement, son coeur se serra douloureusement. 
Il poussa le portail d'une des maisons et entra. Il se guida à travers la lourde porte et marcha de l'autre côté du hall - il salua au passage l'infirmière postée à l'accueil - jusqu'au jardin. Il y trouva ce qu'il cherchait : une femme était assise, sous une petite lumière. Le grand homme s'approcha et baisa le front de la personne. De suite cette dernière sembla s'illuminer.
"Ivanov! Te voilà enfin! Tu as préparé le rôti pour Nastia? Tu sais qu'elle aime ça."
"-Oui maman, je sais." Murmura-t-il.
Il allait s'asseoir quand elle lui attrapa le poignet, regardant autour d'eux.
"Où est cette chère enfant d'ailleurs? Tu ne me l'as présenté que très tard, et j'ai à lui parler pour le mariage!"
"-Elle... Maman, écoute. Je m'en vais pour un moment."
"Et Nastia vient avec toi?"
Il s'assit, son coeur battant dans ses tympans.
"-Maman..."
"Et ton jeune ami? C'était quoi son nom déjà... Isidore? Il est charmant! Mais cela fait quelques temps que je ne l'ai pas revu."
Il n'osa rien dire, une fraîche image de son ami apparaissant devant ses yeux.
"Il viendra au mariage?"
"-Maman, j'ai besoin que tu écoutes... Le mariage était prévu il y a dix ans, Nastia est morte. Tu te souviens? Et Isidore..."
"Ne dis pas de bêtises Ivanov, j'ai vu Nastia il n'y a pas deux jours!"
Sachant que c'était inutile de persévérer. Il avait tenté plusieurs fois de mettre sa mère face à l'évidence... Mais elle n'aimait pas cette réalité, alors elle l'ignorait.
"Voilà l'infirmière, elle va te mettre au lit. Au revoir, maman."
Il partit, ignorant les dernières paroles de sa mère.

Le jour suivant.

La base militaire était bruyante, préparant un nouvel assaut… Quelques soldats se tournèrent vers lui alors qu’il traversa la piste jusqu’au hangar. Il vit alors l’homme recherché et l’approcha. Ce dernier le vit et lui jeta un œil critique.
« Ivanov Sander… Ca fait quelques années. Je croyais que tu travaillais pour le Consul de Moscou. Que fais-tu là ?
-J’ai donné ma démission, je participe à l’assaut. »
L’homme, sous sa casquette militaire, dressa son nez, l’œil luisant de méfiance. Il était connaissance communique qu’Ivanov n’avait pas eu de travaux très glorieux ces dernières années, et qu’il faisait des choses peu honorables pour le Consul… Il avait, il y a dix ans de cela, travaillé pour l'armée, suite à la mort de sa femme. Ses missions l'avaient mené au coeur de conflits brutaux - après sept ans il avait été embauché par l'Etat.
« Marre d’assassiner des opposants politiques ? »
A cela Ivanov eut un de ses rares demi-sourires et mit les mains dans ses poches, se redressant de toute sa hauteur.
« Marre que les Etats-Unis se croient permis de faire exploser des bombes dans nos villes. »
Le Général l’observa longuement. Il n’avait pas confiance en ce type qui, il le savait très bien, avait fait un sacré boulot lors des derniers conflits avec les autres pays de l’Est… Un sniper réputé.
« Je suppose que je n’ai pas le choix. Guides-toi à l’armurerie, prends ce dont tu as besoin, tu pars avec la prochaine mission. »
Ivanov hocha la tête, ses yeux luisants de détermination.

L’attente fut longue, et Ivanov passa son temps dans ses petits quartiers, lisant un petit journal, dont les feuilles étaient liées par des lacets de cuir. Ses yeux étaient rouges mais aucune larme ne coula sur ses joues. Dans le silence une voix fantomatique lisait les mots dans sa tête ; une voix d’outre tombe, un souvenir…
Il ferma le livre et regarda la quatrième de couverture, caressant l’écriture encrée dedans.
« Isidore Makarov. »
Un souvenir passa devant ses paupières, un jeune homme souriant, vif et plein d’humour. Puis un nouveau souvenir en prit la place : un corps déchiqueté, dévisagé… Il avait vu son corps à la morgue. Du moins, ce qu’il en restait.
Il posa le journal de côté, frottant ses yeux du dos de ses mains. Il allait le venger… Il ferait tout pour lui rendre justice, même trahir les ordres ; car quoi qu’il en était, une fois sur le sol américain, il ne recevrait d’ordres de personne.

A son grand désespoir, peu avant l’assaut, on lui attribua un partenaire. L’idée était pénible, car bien qu’il comptait faire ce qu’il voulait, il n’aimait pas l’idée d’en plus tuer un allié potentiel une fois là bas. Enfin bon. Il fit mine de rien et sourit au jeune homme qui le suivit jusqu’à l’avion comme une mouche attirée par l’excrément frai.
« J’y crois pas ! Disait-il, plus à lui-même qu’autre chose. Le célèbre Ivanov Sander comme partenaire ! »
Ivanov ne dit rien, mais n’en pensa pas moins. Il serait moins content quand il verrait Ivanov partir de son propre côté. Et plus il réfléchissait, plus il contemplait la difficulté de sa mission. Ils étaient très encadrés, et leur arrivée à la base de Cuba était bien organisée… Il lui faudrait sans doute s’échapper à même le territoire ennemi. Il ne dit rien en finissant les derniers préparatifs ; temps durant lequel son partenaire, Sacha, était ravi de converser seul.

En tout et pour tout, le voyage se passa sans incidents, outre l’instant où un autre membre de l’escouade avait failli agresser Sacha, lui hurlant de se taire. C’était étonnant, pour Ivanov, que ces soldats soient nerveux. Ils étaient une centaine par avions de transport, une arrivée assez imposante selon lui… Eux n’étaient pas seuls et sans alliés… Ils étaient jeunes et n’avaient pas connu la terreur. Lui en revanche, savait, mais n’osa rien dire ; pas tous ici l’admiraient comme le faisait Sacha. A deux reprises lorsqu’il marcha le long du couloir pour aller se chercher à boire, on essaya de le faire trébucher. Cette vaine persécution ne fut pas de longue durée : un regard suffit à faire s’excuser lamentablement les coupables.

Et puis ils arrivèrent à Cuba. Ce furent à ce moment-là que les problèmes débutèrent. Ils n’étaient pas aussi bien accepté que prévu ; des événements inattendus avaient fait surface, des attaques fréquentes avaient eu lieu sur de nombreux territoires pendant leur vol… La guerre était enfin officiellement déclarée, et ils n’avaient pas attendu longtemps pour se bombarder.
Ivanov aurait prit la nouvelle comme une bonne chose, si cela ne voulait dire que Cuba se désistait, ne souhaitant pas faire face immédiatement aux forces américaines… Car malgré les armes apportées par les Russes, un affront leur coûterait tout.
Mais, déterminés, les Russes décidèrent de faire le reste sans l’aide de leurs alliés cubains. Ivanov fut invité à une réunion de généraux, afin de décider de leur plan d’action. Se sentant à la fois honoré et agacé, il y assista… Mais eu à faire plus qu’il ne s’y attendait. Il était un militaire et stratège réputé, et ses conseils furent très prisés.

On avait étendu une carte sur une grande table, et de suite, sous les yeux de ses collègues, Ivanov soupira avant d’élever la voix, regardant la carte avec attention.
« On ne peut pas se risquer d’y aller en bateau. Dit-il, sa voix claire. On serait repéré de loin, mais y aller en avion pourrait se voir tout aussi dangereux : nous n’avons pas de bases en territoire ennemi, les aéroports auront des accès limités, et ne parlons pas de leurs bases militaires qui doivent actuellement avoir la gâchette facile. »
Il se frotta le sourcil, fermant les yeux. Il sentait tous les regards de ses collègues sur lui, et il détestait ça. Il pensait qu’il n’aurait qu’à donner son opinion, mais les généraux étaient jeunes et n’avaient aucune véritable expérience de ce qu’était la guerre. Il posa ses deux mains à plat sur la table, fixant la carte, silencieux pendant un moment.
Un plan se dessina dans sa tête, et il lui donna enfin voix.
« Le plus sage serait d’envoyer un ou deux bombardiers dans cette zone. »
Il indiqua une zone sur la carte.
« A-t-on des portes avions en mer à proximité ?
-Il y en a quelques uns sur cette côte, faut-il les faire approcher de cette côte-ci ?
-Oui, mais pas de beaucoup, tout mouvement va paraître suspect… Envoyez tous les porte-avions dans des directions différentes, il faut les rendre confus, incertains. Suite à cela nous aurons l’avantage.
-Mais ils s’attendront à ce que l’attaque vienne de Cuba. Dit l’un des hommes présents. »
A cela Ivanov sourit.
« Elle ne viendra pas de Cuba. »
De suite des yeux curieux se regardèrent entre eux, attendant avec anticipation la suite.
« Contactez la base la plus au Nord du Mexique, dites-leur de préparer leur flotte ; nous frapperons où ils s’y attendront le moins. »

Ivanov n’aimait pas être autre centre de l’attention, et il aima encore moins qu’on lui demanda d’apporter plus de conseils… Des contacts avec Moscou se faisaient constamment ; ils approuvèrent de l’idée, et cela continua, au grand désespoir du sniper. Tout ce qu’il voulait, c’était se trouver en territoire américain, et poursuivre son enquête.
Car malgré tout, il ne se jetait dans la gueule du loup volontairement et sans plan, il n’était pas stupide. A l’aide de ses liens avec les services spéciaux, il pu savoir plus précisément qui était l’auteur de l’attentat. Il savait que le gouvernement américain y était pour quelque chose, mais il ne pouvait pas traverser le pays entier et tuer le président comme ça… Non, il lui fallait être patient…

On annonça alors la suite des préparatifs : Cuba participerait à l’assaut malgré tout, mais avec moins de forces. Lui demanda à assister personnellement à l’action, et d’être le premier homme à terre sur la base ennemie. Leur but était de prendre possession de leur base la plus proche ; il leur fallait du terrain en territoire ennemi, une base était l’endroit idéale, avec les pistes et les armes. Ils feraient beaucoup de mort, mais l’idée ne vint même pas à l’esprit d’Ivanov ; sa vengeance approchait.
Le temps sembla s’étirer interminablement, et il lui semblait qu’il n’arriverait jamais à mettre les pieds aux Etats-Unis… Sacha insista longuement pour le suivre partout. Décidément le gamin avait du mal à se faire à l’idée qu’ils étaient en guerre, qu’il était un soldat, et qu’Ivanov n’avait pas le temps de traîner un chiot derrière lui. Malgré tout les efforts que fit l’homme aux cheveux cendrés, Sacha revenait toujours. Il finit par abandonner, et enfin, après ce qui semblait être des semaines, ils partirent.

Il avait reçu des rapports des bases ; l’assaut avait été lancé durant la nuit, et ils avaient réussi à prendre la base par surprise : alors que les deux bombardiers avançaient lentement, venant du porte-avions, les bombardiers de la base mexicaine les prit par surprise. Que de bonnes nouvelles.

Ils s’installèrent dans la base conquise, du moins ce qu’il en restait : quelques murs, quelques débris. Les tentes se dressèrent rapidement, et de nouveaux avions venaient tous les jours ravitailler le camp avec de nouveaux soldats. L’heure était proche, et Ivanov sentait la hâte monter en lui comme une flamme. Il allait les trahir quelque peu, chose qu’il n’appréciait pas faire, mais sa décision était prise.
C’est alors que tous les contacts cessèrent avec Moscou. Sans aucune raison apparente. Des contacts furent pris avec d’autres villes, et la nouvelle se propagea comme un virus : Moscou gisait en ruines, bombardée par une attaque nucléaire. La haine prit les cœurs, et Ivanov en profita pour fuir : il ne lui restait plus rien ici. Il commença son périple avec une rage qui le poussait en avant.

Chapitre 2

Ivanov essaya faiblement d’ouvrir les yeux, mais n’arriva pas à ouvrir le droit, sentant du sang collé contre sa peau – lorsqu’il plissait les yeux il sentait la couche écaillée tirer douloureusement. Décidément, il était dans de beaux draps. Ses souvenirs lui revinrent petit à petit, et il se sentit sourire. Il avait été capturé après avoir quitté la base militaire C’était gênant, mais il n’était plus à cela près. Une voix retentie alors dans l’ombre. Il était au centre d’une pièce, sous une lampe aveuglante ; un peu cliché tout ça. La voix retenta à nouveau, mais Ivanov n’avait jamais été doué en anglais. C’est alors qu’une voix portant un lourd accent s’éleva : « Qui es-tu ? »
L’accent puait le manque d’entraînement et la fragilité… Il sourit en disant très vite : « Ivanov Andrej Sander, stratège du conseil des généraux, né à St Petersbourg, venu pour assassiner du ricain. »
Il y eut des murmures apologiques puis la première voix, énervée. Le pauvre interprète allait galérer un moment s’il continuait sur cette voie… Ivanov ne put s’empêcher de sourire, et soudainement quelqu’un sortit de l’ombre et le frappa au travers du visage.
Le russe fut surprit de la soudaineté de l’attaque, qui apporta une vague de rire. Il prit un moment à se rendre compte que c’était lui qui riait. L’américain en face le frappa à nouveau, plus fort, et Ivanov ne put s’empêcher et continua à rire, plus fort aussi.
Tout cela continua jusqu’à ce qu’un nouvel interprète soit trouvé. Tout sanglant, l’œil gonflé, la mâchoire décalée, Ivanov regarda alors qu’on posa une table devant lui. Il regarda d’un œil fatigué. Il n’aimait pas particulièrement les interrogatoires qui commençaient avec une table.
« Ivanov, c’est ton nom ? Vint une voix en bon russe. »
Il regarda devant lui alors qu’un autre homme était apparut. Il s’assit en face, une feuille et un stylo dans les mains.
« Ouais. Dit Ivanov, crachant au passage une dent.
-Sais-tu où tu es ?
-En territoire ricain, nul doute. Vous êtes fiers de vous pas vrai… Vous avez réussi à détruire Moscou alors vous voilà Maîtres du monde… »
A cela l’interprète grimaça.
« Tu n’es pas au courant alors ?
-De quoi ?
-Le Gouvernement et l’Etat Majore des Etats-Unis est en ruine. »
Ivanov le fixa droit dans les yeux, cherchant dans ses mots une tromperie.
Malgré son mauvais état actuel, Ivanov se savait bon à savoir entre vérité et mensonge. Cet homme disait la vérité.
Il demeura sans voix, regardant la table devant lui. Ils étaient morts... ?
« Comment ?
-Bombe nucléaire. Il semblerait qu’ils l’aient envoyé l’un sur l’autre en même temps. »
Il resta silencieux un petit instant avant de demander : « Et les alliés ? Vos alliés et les nôtres ?
-Aucune nouvelle. Le monde est silencieux pour la première fois depuis des millénaires il semble.
-Où sommes-nous alors ?
-Quand on a entendu qu’il y avait eu une attaque sur Washington DC, on a immédiatement investi les sous terrains anti-nucléaires, mais ces hommes t’ont trouvé en chemin. »
L’interprète se tourna et regarda dans l’ombre. Maintenant qu’il s’était un peu fait à la lumière, Ivanov pu percevoir la silhouette de l’homme qui l’avait attaqué. L’américain face à lui dit alors quelque chose ne anglais, et l’autre jura. (ça au moins il le comprenait.)
« Qu’est-ce que vous allez faire de moi alors ? Demanda Ivanov, se sentant trembler.
-Rien tant qu’on n’a pas d’ordres. S’ils ne viennent jamais, on ne peut pas faire grand-chose. Nous sommes tous dans la même merde. »

Et cette parole resta vraie jusqu’au bout. Lorsqu’aucune ne fut reçue pendant des semaines, ils ne le tuèrent pas. Plus le temps passa, et moins ils le maltraitaient. Ivanov apprit que l’homme qui l’avait frappé ne l’avait fait que par crise de nerf, mais il ne comptait pas le pardonner malgré cela. L’interprète, il apprit, s’appelait Jason, un type très cultivé pour se trouver chez les militaires. Il prit le temps d’apprendre à Ivanov quelques mots d’anglais, qui reçu les leçons sans méchanceté, s’adaptant à son entourage.
Lorsqu’il fut clair qu’il n’attaquerait personne, on lui détacha les mains, et il put marcher relativement librement dans la base sous terraine.  Avec eux se trouvaient une dizaine de personnes, dont il apprit les noms mais ne s’en souvint pas de tous. Celui qui l’avait frappé s’appelait Ted. Un nom singulièrement étrange pour un russe. Ils vivaient dans un espace assez grand, la taille d’un grand appartement. Il y avait de quoi manger, et même des vieux manuels pour apprendre le russe. Ceci amusa grandement Ivanov, qui regarda les autres essayer de communiquer, les livres en main. Il trouva que Jason était bon professeur, et apprit les bases rapidement.

Puis des nouvelles commencèrent à venir… De part et d’autres du pays, usant du canal d’urgence… Des histoires de terrains vagues là où il y avait eu des villes, des ruines et des morts par milliers.
Lorsque Jason lui traduit, il resta immobile, sans voix. Ce ne pouvait pas être possible, pas vrai ? Il devait y avoir encore quelques villes… Mais plus les nouvelles lui étaient traduites, plus con cœur se figea. Il avait eu sa vengeance, cependant à quoi servait-elle si son propre pays était détruit ?
Il lui fallu quelques jours à se mettre en tête qu’il était aussi fautif que son prochain… Que la bêtise de leurs pays les avait mené au pire assaut qui ait jamais existé. Ils demeurèrent tous silencieux, égaux dans leur désespoir – les familles, les amis… Personne ne savait s’ils étaient vivants. Suite à cela ils ne regardèrent plus Ivanov comme s’il était un étranger : il était comme eux, et peut-être même plus seul encore. Ce qu’ils ne savaient pas, c’était qu’il avait déjà perdu sa famille, et sa patrie, bien qu’éloignée, resterait toujours dans son cœur.
Mais l’incertitude demeurait : que faire à présent ? Les autres débattaient sur leurs choix. La plupart souhaitaient rentrer chez eux, chercher leurs familles et leurs maisons. Personne n’avait imaginé une telle chose. La vanité humaine, pensa Ivanov, c’est d’aller jusqu’au bout en pensant qu’à la sortie on sera le seul vainqueur, et qu’aucun mal nous sera fait. Cette pensée s’était retournée contre eux, car face à l’échec, tous étaient impuissants.
Concrètement ils avaient assez de nourriture pour survivre encore longtemps, mais Ivanov ne se voyait pas passer une minute de plus dans le sous-sol. L’air y devenait trop chaud lorsque le soleil à la surface frappait le sol de toute sa force… Et le soleil lui manquait terriblement. Il arrivait parfois que les autres viennent à se batte aux poings, par rage ou simplement frustration.

Puis enfin, ils décidèrent de partir. On avait donné une arme à Ivanov, qui restait près de Jason, qui était son surveillant désigné. Ensemble ils s’organisèrent, décidant de rester sur la côte Est, pour lentement remonter jusqu’à New York, où la majorité des familles se trouvaient.
Il décida de suivre ; il n’avait plus aucun but, plus aucun objectif, et autour de lui le monde venait de prendre un tournant inattendu, plein de surprises à venir.





HORS-JEU


COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ?
UN PETIT MOT ?




Dernière édition par Ivanov Sander le Dim 30 Juin - 13:49, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aristide Tetropoulos
Εἶς ἀνὴρ οὐδεὶς ἀνὴρ
avatar

Messages : 596
Date d'inscription : 27/06/2010
Age : 33
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Ven 14 Déc - 20:17

PINGUIN PINGUIN PINGUIN !

J'attends avec hâte la suite de ta fiche, bon courage Ballon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Ven 14 Déc - 21:05

Pingouin...MMMMhhh

Bienvenue:) Bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Sander

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Ven 14 Déc - 21:18

Merci bien =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Sam 15 Déc - 7:21

Pinguin ^^

Welcome!

Hâte de lire la suite de ta fiche. Bon courage Very Happy

Oh et si je puis me permettre : BRUCE WILLIIIIIS Bave

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Jeu 27 Déc - 9:54

Est-ce que la fiche est toujours en cours?

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivanov Sander

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Dim 30 Déc - 0:24

oui désolée, avec les fêtes je suis assez occupée! Mais elle sera postée... bientôt bientôt!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McCord
Don't Worry About A Thingavatar

Messages : 504
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Dim 30 Déc - 8:31

Oki doki Smile

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aristide Tetropoulos
Εἶς ἀνὴρ οὐδεὶς ἀνὴρ
avatar

Messages : 596
Date d'inscription : 27/06/2010
Age : 33
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Lun 13 Mai - 11:26

Coucou Ballon

Ta fiche est-elle toujours en cours ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivanov Sander

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Sam 8 Juin - 11:51

Je suis en vie!! Je suis en train de finir ma fiche! Elle sera finalisée avant la fin de la semaine prochaine!! Désolé du retard!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Brimstone
Be good or be gone.
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Dim 9 Juin - 10:07

Ivre

C'est bon de te voir de retour ^^ Ca fait vraiment plaisir Mimi

Par contre, est-ce que tu pourrais juste utiliser le nouveau modèle de présentation de fiche ? (histoire de coller avec les couleurs, tout ça Hello ! )

Merci beaucoup =3

_________________
"Life keeps tumbling your heart in circles till you...
Let go."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivanov Sander

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Mer 12 Juin - 18:11

J'ai fini *agonie des doigts*

It's done! Over! Finished! (j'espère que l'histoire tient debout quand même ._.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aristide Tetropoulos
Εἶς ἀνὴρ οὐδεὶς ἀνὴρ
avatar

Messages : 596
Date d'inscription : 27/06/2010
Age : 33
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Mer 12 Juin - 20:28

Je viens de lire ta fiche et pour être honnête je n'ai pas tout compris. Il semblerait que tu aies intégré une communauté qui n'existe pas ! Razz 

En effet, après les bombardement tu te retrouves avec un groupe de personne à Washington, mais ils ne correspondent pas aux citoyens de Washington vivants dans le Capitole, puis vous allez à New York où il ne reste que quelques parias. Cela ne me dérange pas, mais tu dois rejoindre un des deux groupes (Elizabethtown ou Washington). Après, si tu veux, tu peux jouer ce moment de ton histoire en RP (c'est à dire commencer un rp en tant que paria puis rencontrer quelqu'un qui te ramènera à l'une ou l'autre des communautés), est ce que c'est ce que tu voulais faire ? Si oui, je pense que tu devrais d'ores et déjà choisir pour trouver ensuite un partenaire de Rp qui jouera ce moment avec toi, car sinon je ne saurais tout simplement pas dans quel groupe te mettre pour ta validation ! 

D'autre part, ce serait un peu compliqué de rejoindre une communauté avec le groupe de personnes qui ont kidnappées ton personnage. Est ce que tu pourrais rajouter un passage pour dire que tu t'en sépare et pourquoi ? 

En dehors de ces points problematiques de l'histoire, le personnage et le style d'écriture me plaisent beaucoup. L'idée des attentats est aussi très intéressante. Je regrette juste un peu de ne pas le connaître mieux (son enfance, pourquoi il s'est engagé dans l'armée, est ce qu'il a connu des femmes, est ce qu'il a eu des amitiés importantes..?)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aristide Tetropoulos
Εἶς ἀνὴρ οὐδεὶς ἀνὴρ
avatar

Messages : 596
Date d'inscription : 27/06/2010
Age : 33
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Mer 12 Juin - 20:34

Ah et, j'ai oublié de le dire mais à l'époque actuelle, la guerre à déjà eu lieu il y a trois ans. Je n'ai pas l'impression que ton personnage soit resté trois ans sous terre à Washington, si ? Si oui, il faudrait que ce soit un peu plus évident! Si non, qu'a-t-il fait durant tout ce temps ? 


Voilaaaa I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivanov Sander

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Mer 12 Juin - 21:06

Alors je vais juste rapidement expliquer les points qui ne sont pas clairs : à la base, Ivanov arrive aux Etats-Unis par la Floride. Donc le plus simple pour eux c'est d'aller à New York. 
Or les gens avec qui il est ne font pas partie d'une communauté - je pensais décider entre les deux factions à la suite de rps qui pourraient me laisser le temps de choisir, peser le pour et le contre. (et genre entre temps être un paria) 
Et pour ce qui est des trois ans bah... C'est un paria et plus ou moins un charognard - et puis j'ai envie de dire, les Etats-Unis, c'est grand ._. (d'ailleurs pourquoi y'a que deux communautés...?)

Et son histoire personnelle j'avais plutôt envie de la dévoiler en rp. J'aime pas blablater tout ça dès l'inscription pour ensuite ne rien avoir à divulguer en rp. (un peu de mystère c'est toujours mieux)

Et puis le fait qu'il se soit allié avec les ricains, perso, après ce qu'il s'est passé, ça m'étonne à peine. Supposons que tu saches que ton pays est détruit, que tu aies tout perdu et que tes ennemis aussi; au bout d'un moment, t'auras tendance à n'en n'avoir rien à battre de ce quel camp ils sont (surtout si il faut réussir à survivre! parce que vivre seul dans la nature ça doit pas être de la tarte!)

Mais je vais essayer d'expliciter des trucs, et peut-être vite fait des trucs personnels, mais honnêtement je sais pas vraiment ce que je vais pouvoir améliorer dans le tas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Brimstone
Be good or be gone.
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 35
Localisation : Elizabeth Town

MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   Jeu 13 Juin - 15:38

Je me permets juste de pointer le bout de mon nez pour répondre à ta question sur le fait qu'il n'y ait que deux communautés ^^

On va dire qu'il n'y a que deux communautés connues en fait. Peut-être qu'il en existe d'autres ailleurs mais comme nous situons l'action dans l'Est des U.S.A pour le moment (et encore, avant qu'il y ait Washington c'était centré à N.Y.C), nous n'évoquons que ces deux communautés là. Libre à toi après tout de dire que ton personnage a fait partie d'un groupe à un moment donné, du moment que ça colle bien au reste Smile

J'aime aussi beaucoup ta fiche même si comme Aristide, on a envie d'en savoir plus Twisted Evil

_________________
"Life keeps tumbling your heart in circles till you...
Let go."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ivanov Sander [fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ivanov Sander [fini]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Anegdote avec vos nabz..... On n'a pas fini d'en rire :-D
» Capture Bouftou Royal [Fini]
» [En Cours] L'été est presque fini, sortons les fresques d'automne !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: HERE WE ARE AT THE START :: 
Fiches de présentation
 :: Fiches en cours
-
Sauter vers: