AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Mer 24 Mar - 15:58

Je ne savais vraiment plus par quoi je devais commencer. C’est comme si j’avais perdu momentanément la notion des priorités. Katarina me demandait si je pensais que déménager était la priorité numéro une et je ne savais quoi lui répondre. Alors j’ai continué à m’habiller. Et à tourner autour de moi-même. Bientôt j’en ai eu le vertige.
Katarina me regardait en riant mon manège. Et quand ma vue commençait à se brouiller de tant tournoyer sur place, et que je me suis assis, elle s’est approché de moi au bord du lit.

« Je ne pense pas que porter un ou deux cartons de vêtements ce soit très risqué... Je peux encore bouger tu sais... »

Je l’ai regardé tant bien que mal, complètement stupéfait par ce qu’elle venait de me dire. Et j’ai secoué vivement la tête pour lui faire comprendre que je n’étais pas d’accord. Enfin oui…elle pouvait encore bouger c’était certain. Mais déménager….hors de question. Et si elle tombait hein ? Et si quelque chose lui tombait dessus ? Et si…Il y avait tant de raisons pour qu’elle ne fasse pas ce déménagement. Les cartons et les meubles je m’en chargeais. C’était mon rôle après tout.

-Non non toi tu ne fais rien, Je ne veux pas que tu te fatigues ou que tu ne prennes des risques. Tu me diras juste ce que tu veux et où tu le veux.

Je l’ai regardé en lui demandant ce qu’a son avis je devais commencer par faire. Ce n’est pas que je me reposais à nouveau sur elle. C’est que là j’étais tellement heureux…Et puis si elle voulait que je ramène ses affaires ici avant d’aller faire mon rapport, hé bien je le ferais…

« Tu vas déjà commencer par respirer normalement, parce qu'à ce rythme là, tu vas me faire une syncope. »

Je respirais mal ? Je ne m’en rendais pas compte…Je l’ai regardé se lever et commencer à s’habiller. J’ai bien sur profité du spectacle en souriant comme un enfant devant une vitrine de jouets.

« Ensuite, nous allons aller déjeuner... Et puis tu vas aller faire ton rapport à Alexander et Aaron, avant qu'ils ne te sortent d'ici par la peau des fesses. Pendant ce temps, moi je vais déménager mes affaires tranquillement. Après, on verra bien, rien ne presse, arrête de paniquer. »

Finalement elle avait raison. C’est ce que j’aurais simplement du dire. Sauf que je voulais qu’elle m’attende pour déménager. Je ne voulais pas qu’elle fasse d’efforts…Là ce matin c’est comme si le bonheur m’empêchait de réfléchir dans le bon sens.

-Bon d’accord. On va déjà aller manger. Mais tu ne fais rien sans moi Kat. Attends-moi hein.

Là je n’arrivais pas à faire autre chose que de la regarder, de la contempler. Je me demandais comment j’avais pu lui faire du mal, comment j’avais pu vivre sans elle autant de temps. Elle était toute ma vie et elle le serait à jamais. Elle m’a tendu mon tee shirt et je l’ai pris en souriant. J’avais vraiment énormément de chance…

Je n’ai pas bougé quand elle a ouvert la porte, mais quand je l’ai entendu saluer Aaron, je me suis levé d’un seul bond en me précipitant à la porte.

-A…Aaron…Tu me cherchais ?

-A ton avis…. On t’attend depuis deux heures…

Ha…heu….J’aurais du m’en douter aussi. Je sentais que j’allais me prendre un savon. Mais bon ça en avait valu la peine tout de même.

-Excuse-moi. J’étais…enfin….je dormais. On est rentrés tard avec les gars et…

Et inutile de lui faire un dessin. Il venait et il se trouvait nez a nez avec Katarina en plein milieu de la journée sortant de ma chambre. Et même si je ne savais pas l’heure qu’il était, il avait du faire le rapprochement en la voyant sortir de ma chambre et en ne la voyant pas ce matin ou ce midi à table avec le reste de la communauté.

-Oui c’est bon j’ai compris….Allez, va manger. T’as une demi-heure pour ça. Rendez-vous dans le bureau d’Alexander.
Bon bha au moins je savais dans quel ordre il fallait que je fasse les choses maintenant…

-Ok je me dépêche.

-Dans trente minutes tapantes Ethan !!! Je vais calmer Alexander, et lui expliquer pourquoi tu ne daignais pas venir nous faire un compte-rendu…..

J’ai remercié Aaron timidement avec un petit sourire. Et je me suis tourné vers Katarina en la prenant dans mes bras.

-Bon bha….je me dépêche de manger un morceau avec toi, et je file. Je ne sais pas pour combien de temps j’en ai mon ange. Mais attends-moi pour déplacer des choses hein ?

J’avais peur qu’elle se fatigue trop et que ça nuise à Lena….Et puis je me sentais responsable d’elles. J’ai alors pris sa main dans la mienne et je l’ai entraine.

-Allez on y va…. Je n’ai pas beaucoup de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Mer 24 Mar - 17:56

J'ai soupiré et j'ai levé les yeux au ciel. C'était presque fatiguant... Je n'étais pas à l'article de la mort, je pouvais bien porter UN carton de vêtements, ce n'était pas ça qui allait me tuer ! Je n'avais pas envie de me retrouver à rien faire. La dernière dont j'avais envie, c'était d'être traitée comme une incapable ou comme une privilégiée. Ce n'était pas parce que j'étais enceinte que je ne devais plus rien faire. J'allais avoir du mal à coller ça dans le crane d'Ethan... Quelque chose me disait que ce n'était pas gagné, pour la simple et bonne raison qu'il avait décidé de prendre soin à l'extrême. Non pas que cela me déplaise, au contraire. Mais de là à considérer que je ne pouvais plus soulever la moindre petite chose... Oui j'étais fragile, mais pas autant que ce qu'il croyait, d'autant plus que je n'en étais encore qu'à quatre mois. Je préférais ne pas imaginer dans quel état de panique il serait quand je serais à terme. J'allais devoir lui apprendre à rester calme et détendu. Parce qu'au final, c'était lui qui me stressait à courir dans les sens et à me dire quoi faire et ne pas faire. J'avoue qu'il me donnait le vertige. Sans compter qu'il devait se le donner tout seul en plus.

J'ai fait oui de la tête quand il m'a demandé de l'attendre pour déménager mes affaires. Je savais déjà que j'allais me débrouiller autrement, mais je préférais lui dire oui, pour qu'il se détende. À ce rythme là il allait me faire une attaque... Je souriais encore quand j'ai ouvert la porte pour trouver Aaron, avec un air assez impatient. En moins de temps qu'il n'en faut pour dire ouf, Ethan était déjà à côté de moi. Je n'ai pas pu m'empêcher de pouffer quand il lui a demandé s'il le cherchait. Ça paraissait plutôt évident. Aaron a levé les yeux au ciel. J'étais amusée par Ethan qui essayait de justifier son retard comme il pouvait. Mais Aaron n'était pas né de la dernière pluie et il savait parfaitement que si je me trouvais dans la chambre d'Ethan à une heure pareille avec Ethan, c'était que nous n'avions pas dormi comme des enfants sages. C'est donc gracieusement qu'il l'autorisé à aller manger. Trop aimable. J'ai eu une petite grimace. Alexander n'était pas très content selon Aaron. Je voulais quand même récupérer Ethan entier, si possible...

J'ai attrapé mon pull avant qu'Ethan ne me prenne dans ses bras. J'ai entendu Aaron soupirer derrière nous. Il commençait à s'impatienter. J'ai encore répondu d'un hochement de tête positif à Ethan. Non, je n'allais rien déplacer de trop gros ou trop lourd... Je me suis laissée entrainer par Ethan, et j'ai refermé la porte derrière nous. Aaron nous a accompagné jusqu'à la cuisine, avant de filer rejoindre Alexander. Par réflexe, je me suis encore servi un bol de céréales. Il fallait vraiment que je trouve autre chose à manger, moi...

« Tu sais que les enfants vont finir par me détester ? Je leur pique leur petit déjeuner... »

Je suis restée adossée au mur, mon bol à la main. J'ai jeté un coup d'oeil à la pendule de la cuisine et je suis restée bête un petit moment. Il était quatorze heures. Ah oui... Quand même. Pas étonnant qu'Aaron soit venu le chercher. Et à mon avis, ils allaient le garder un moment avec eux. Ils devaient avoir des tas de choses intéressantes à se dire. Moi je passerais certainement voir Mathilda, qui devait se demander ce qui m'était arrivé. À moins qu'Aaron ne soit passé la voir. C'était possible. Probable, même. Nous avons mangé tranquillement. Trop peut-être. Au bout d'un moment, j'ai dû mettre Ethan dehors, et l'accompagner presque jusqu'au bureau d'Alexander, tandis qu'il me faisait une énième recommandation. Je ne savais presque plus comment le rassurer. Si bien que j'ai eu un petit soupir quand la porte du bureau s'est refermée sur lui.

Je suis passée voir Mathilda rapidement, avant d'aller à ma chambre. Bon... Peut-être qu'on ne déplacerait pas tous les meubles... J'ai ouvert mon armoire et j'ai réfléchi une seconde. J'ai attrapé les cartons pliés que j'avais rangé au fond de l'armoire et j'ai commencé à jeter mes vêtements dedans, de façon assez désordonnée je l'avoue. Je me retrouvais avec deux cartons pleins. Pour une fille, ce n'était pas grand chose... Dans un autre carton, j'ai rangé les quelques affaires auxquelles je tenais, rapidement. Puis je suis restée bête devant mes cartons. Au final, je n'osais même pas porter un carton. Il avait réussi à me coller son idée en tête. Et zut. J'étais assise bêtement devant mes cartons quand Lilly a passé la tête par la porte. Je lui ai dit d'entrer et elle s'est littéralement précipitée pour me faire un câlin. Ah... Elle avait l'air contente. Très contente. Nous avons "discuté" un moment toutes les deux, comme de vraies filles avant qu'elle ne me demande si je voulais qu'elle m'aide à porter mes cartons. Ah oui, c'était plutôt une bonne idée. Elle s'est chargée de porter mes deux plus gros cartons, tandis que je me contentais de porter mon tout petit carton de vêtements. À peine sommes nous entrés dans la chambre d'Ethan que le fond de mon carton a cédé. Et pouf, tous mes sous vêtements se sont retrouvés par terre. Je n'ai pas pu m'empêcher d'éclater de rire, tandis que Lilly se pliait en deux, morte de rire elle aussi. Ça, c'était fait... Les autres cartons se sont retrouvés au pied du lit, je préférais attendre Ethan pour ranger mes affaires. Lilly et moi nous sommes assises sur le lit, et nous avons recommencé à discuter. Au bout d'un moment, je ne sais plus trop pour quoi, j'ai sorti mon album photo et nous avons passé un moment à le feuilleter. Pile à l'instant où elle s'apprêtait à aller chercher ses photos à elle, Ethan est entré. Il a semblé surpris de se retrouver en face de deux filles en pleine discussion.

Lilly s'est empressée de se jeter à son cou pour l'embrasser avant de filer discrètement. Quelque chose me disait qu'elle n'allait pas revenir, finalement. Je me suis levée et je suis allée embrasser Ethan, qui déjà jetait un regard contrit aux cartons posés par terre.

« Ne crie pas, c'est Lilly qui les a porté. Promis, je me suis contentée du petit paquet ridicule. »

J'ai passé mes bras autour de lui et j'ai posé ma tête contre lui, en soupirant tout doucement.

« Alexander et Aaron t'ont gardé bien longtemps... Tu avais tant de choses que ça à leur dire ? »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Jeu 25 Mar - 19:02

Aaron nous a accompagné jusqu’à la cuisine. Nous avons échangé quelques phrases. Mais je savais que devant Katarina il n’osait pas trop en dire. Et je l’en remerciais sincèrement. Déjà qu’elle s’inquiétait énormément…Pourtant nous savions tous les deux que les prochains mois allaient être cruciaux pour la communauté. D’un côté nous ne pouvions refuser à des gens de se joindre à nous. Alexander avait créé cette communauté pour rassembler des gens qui en avaient assez d’essayer de survivre seuls. Mais d’un autre côté, plus nous étions nombreux, plus les problèmes étaient importants. Ce n’était pas seulement un manque de nourriture. Il y avait tout un tas de choses….la santé de certains inquiétaient beaucoup Aaron et Alexander ; et moi par la même occasion. Et puis plus nous étions nombreux, plus il fallait composer avec le caractère de chacun. Et ca ce n’était que l’iceberg….Je sentais que notre petit débriefing allait encore une fois tourner en rond. Alexander devait accepter qu’on fasse quelque chose. J’avais proposé ma solution, mais pour le moment il ne semblait pas vouloir en entendre parler.

Aaron nous a laissés devant la cuisine, et Katarina s’est précipité sur un bol et s’est servi des céréales. Je l’ai regardé avec un sourire bienveillant avant qu’elle ne me dise :

« Tu sais que les enfants vont finir par me détester ? Je leur pique leur petit déjeuner... »

Elle mangeait ses céréales comme une bienheureuse debout, contre un mur. Et je l’ai regardé manger avec des yeux qui pétillent. J’ai pris un morceau de…cake ? …et je me suis assis sur une chaise en allongeant mes jambes sur celle d’en face.

-Tu ne voles rien à personne Katarina. Les céréales sont à tout le monde, et de toute façon ils n’en mangent presque pas. Alors ne culpabilise pas.

Les céréales étaient sans doute ce que nous avions en plus grande quantité d’ailleurs. Parce que c’est sans doute ce qui coutait le moins cher au marché noir…allez savoir pourquoi. Et puis parce que contrairement a ce que disait Katarina, les enfants ne se précipitaient pas dessus. Ils préféraient de loin les gâteaux…. Et puis j’avais ramené trois ou quatre paquets rien que pour elle. Des céréales qu’on n’avait pas ici….au moins ca varierait un peu…

La demi-heure est passée à une vitesse folle. Sans doute parce que j’aimais profiter d’un peu de temps avec Katarina. Elle m’a accompagné jusqu’au bureau d’Alexander. Et elle a soupire plusieurs fois quand je lui ai dit de faire attention a tout un tas de choses. Je ne savais pas combien de temps ça me prendrait cette petite réunion improvisée, mais vu qu’on avait tout un tas de choses à régler et qu’à 18 heures, il faudrait participer au premier service du diner….Je sentais que je n’allais pas beaucoup déménager les affaires de Katarina aujourd’hui, et ca me rendait dingue. J’aurais aimé qu’elle soit déjà installée dans ma chambre, enfin notre chambre…

Alexander m’a accueilli en souriant. J’ai baissé la tête comme un repentant, et ca a fini de déclencher les rires de mes deux amis. Apparemment il ne m’en voulait plus. Je ne doute pas qu’il devait être ravi et soulagé que je ne sois pas venu avant… même si je ne doutais pas qu’il aurait aimé que je lui raconte tout ce matin. Mais de toute façon les choses étaient faites alors…

Je leur ai raconté où nous étions allés, Alexander a pris des notes. Et puis on est venu à parler de leurs comportements face au danger, face à nos intermédiaires. J’ai fait part à Aaron et Alexander de mes doutes concernant Andrew, leur parlant de ma blessure causée par le stress de ce dernier.

Trois longues heures….pourtant j’avoue ne pas avoir vu le temps passer. Et puis quand on a eu fini, on s’est donnés rendez vous le lendemain matin pour faire un débriefing avec les gars. Je sentais qu’on allait refuser à Andrew de sortir. Nous trouvions ça vraiment trop dangereux. Il n’était pas fait pour ça.

J’ai presque couru dans les couloirs pour aller rejoindre Katarina. Je savais que je la retrouverais dans ma chambre. Enfin je n’ai même pas pensé à aller ailleurs. Je m’attendais à voir Katarina seule mais je suis resté interdit quelques instants en la voyant en la compagnie de ma chère Lilly. J’avoue que j’étais ravi de les voir aussi complices à nouveau.

Lilly m’a sauté au cou en m’embrassant sur la joue avant de partir en souriant. J’ai regardé Katarina qui a tout de suite imité Lilly. Elle m’a embrassé longuement. Et je ne sais pas pourquoi mais mon regard s’est rapidement dirigé vers des cartons posés prés du lit.

« Ne crie pas, c'est Lilly qui les a porté. Promis, je me suis contentée du petit paquet ridicule. »

Elle se défendait bien vite mais soit…de toute façon quand elle passait ses bras autour de mon cou et qu’elle se calait contre moi, je ne savais pas lui résister bien longtemps.

-Je t’avais dit de ne rien porter tout de même…j’espère que tu vas un peu plus faire cas de ce que je te dis. Fais –le pour Lena si tu ne le fais pas pour toi ou pour moi.

J’espérais qu’elle finisse par m’écouter un peu. J’avais vraiment peur qu’il lui arrive quoi que ce soit. J’aurais sans doute été plus serein si elle avait pu être suivi par un gynécologue, par une sage-femme, si elle avait pu profiter de toutes les technologies modernes…mais ce n’était pas le cas…alors j’avais très peur…. Je savais que ce serait bien pire quand elle accoucherait…

« Alexander et Aaron t'ont gardé bien longtemps... Tu avais tant de choses que ça à leur dire ? »

Oh oui…. J’aurais bien aimé lui parler de ce qui se passait. Mais je savais que ca allait l’inquiéter. Et dans son état ce n’était pas recommandable. Et Katarina était assez intelligente pour savoir que les choses n’allaient pas si bien que ca. D’autant plus qu’elle était un des deux médecins de la communauté…

-Oui, j’avais pas mal de choses à leur dire. Et puis on a pris une ou deux décisions.

Enfin la solution la plus importante, c’était de ne pas laisser Andrew s’aventurer dehors. Il était trop nerveux, et puis sa capacité de concentration était assez réduite…

Mais pour le moment je voulais profiter de ma charmante femme. Bon elle n’était pas officiellement ma femme, mais pour moi elle était ma femme. J’ai repensé à la scène dont j’avais été l’heureux spectateur quelques minutes auparavant. J’ai resserré mon étreinte sur Katarina, en essayant quand même de ne pas l’écraser.

-Vous aviez l’air de bien rire….Je suis contente que vous vous entendiez à nouveau si bien. Lilly représente beaucoup à mes yeux. Elle est un peu comme ma Lilly, la sœur que je n’ai pas eue…

Parfois il m’arrivait de penser à Lilly, la sœur que j’aurais du avoir si mes parents n’avaient pas eu ce stupide accident. Quel âge aurait-elle aujourd’hui ? Sept ans…Je ne l’avais jamais rencontré. Seuls mes parents l’avaient vu, mais j’avais vu sa photo, j’avais vu des vidéos…et elle était superbe. Un magnifique bébé brun à la peau hâlée, de grands yeux verts et un visage d’ange….

J’ai secoué la tête….penser à elle me donnait toujours envie de pleurer. De toute façon, quoi que je fasse, je ne pouvais rien pour elle-même si elle était en vie. Et maintenant il fallait que je pense à mon avenir, à notre avenir.

Et ca commençait par déménager les affaires de Katarina dans ma chambre.

-Bon on commence par quoi mon ange ? J’ai ramené deux ou trois choses de chez moi…. Et puis…il faudra qu’on trouve un berceau pour Lena aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Jeu 25 Mar - 20:15

Je me suis dépêchée de me justifier, quand il a vu les cartons que j'avais déjà ramené. Pas de panique, je n'avais pas porté les plus lourds... Lilly s'était acquittée de cette tâche bien volontiers, trop contente de voir qu'Ethan et moi nous étions remis ensemble, pour de bon. Et j'avoue que j'étais au moins aussi contente qu'elle. Et puis aussi, j'appréciais le fait qu'elle ne soit plus là à me hurler dessus ou à me lancer des regards assassins. Elle s'était rangée du côté d'Ethan, dans notre petite guerre... Mais tout ça c'était fini, terminé. Il n'était plus question que nous nous disputions. Plus question que nous ne nous séparions. Ça sonnait bizarre. Nos disputes étaient devenues tellement quotidiennes... J'ai affiché un grand sourire, pendue à son cou. Il ne pouvait pas résister à un sourire pareil, n'est-ce pas ? J'ai ensuite affiché une petite moue désolée. Mais je n'avais rien porté de lourd... Rien du tout. Et puis ce n'étaient que des petits cartons de vêtements... Ce n'était pas comme si j'avais déplacé mon armoire toute seule comme une grande, non ? J'ai eu un petit sourire.

« Mais je ne suis pas en sucre, Ethan... Je sais bien que je suis fragile, mais de là à croire que je ne peux pas porter le moindre petit carton... Je te jure que je fais attention. Mais s'il te plait, ne me considère pas comme une petite chose fragile... »

Je me suis hissée sur la pointe des pieds et je l'ai enlacé avant de l'embrasser tendrement. Maintenant je pourrais l'embrasser encore et encore, sans culpabiliser ne serait-ce qu'une seule seconde. L'air de rien, cela me soulageait. J'avais encore un peu de mal à réaliser que tout allait bien maintenant. Tout allait bien ! Ça sonnait tellement... tellement bien ! Et c'était très agréable de se dire que nous allions enfin être tous les deux, vivre tous les deux, pour de bon. J'allais libérer ma chambre pour investir la sienne. Une chambre de plus, ce ne serait pas du luxe, étant donné que de nouvelles personnes arrivaient sans arrêt... Il faudrait aussi faire un coin pour le bébé. Ce ne serait jamais aussi bien qu'une chambre pour bébé, mais j'étais certaine qu'Ethan saurait faire un petit coin parfait pour lui. J'avais l'impression qu'il serait capable de décrocher la lune pour cet enfant. Ce qui était une bonne chose. Il ne faisait pas parti de ces hommes complètement désintéressés de la grossesse ou de leur bébé...

Je suis retombée sur mes pieds doucement. Je me doutais bien qu'il avait eu des tas de choses à dire à Alexander et à Aaron. Des choses que je n'avais pas le droit de savoir, ou qu'il ne voulait pas me dire... Mais je savais parfaitement que les choses n'allaient pas pour le mieux. Nous commencions déjà à manquer de médicaments, alors que nous avions refait nos stocks il y a peu... Mathilda parfait déjà de rationnement. Ce qui était assez... inquiétant. Avec un petit sourire, je me suis serrée contre lui, alors qu'il me serrait dans ses bras. Il ne pourrait plus faire ça très longtemps... Il y avait déjà mon ventre entre nous. Un petit ventre, certes, mais un ventre quand même.

« Lilly est vraiment très contente de voir que tu vas mieux... Très contente de savoir que tu vas être papa. Mais elle exige déjà d'avoir des droits de visite sur le bébé... »

J'ai eu un petit rire. J'étais quasiment certaine qu'Ethan serait surprotecteur avec le bébé et très possessif... Il serait comme il était avec moi, puissance mille... Je ne me suis pas permise de faire de commentaire par rapport à la petite sœur qu'il aurait dû avoir, avant que ses parents ne meurent. Je savais qu'il souffrait d'un manque un peu particulier à cause de ça... Même si Lilly s'acharnait à combler ce manque. Elle ne se débrouillait pas si mal que cela, d'ailleurs. Je me suis écartée de lui, et j'ai croisé mes bras sous sa poitrine, sagement. J'ai eu un soupir en regardant autour de moi. Par où commencer ? J'ai eu une petite grimace.

« Un berceau ? Je ne sais pas où nous allons pouvoir trouver ça... Mais il lui faudra un berceau, oui... »

Je suis allée m'asseoir en tailleur sur le lit et j'ai tapoté la place à côté de la mienne. J'ai attrapé mon album photo, je l'a refermé et mis sur mes genoux.

« Tu vas commencer par me montrer ta blessure, pour voir si je dois arracher les yeux d'Andrew ou non... Après, tu vas me montrer tout ce que tu as ramené, à commencer par les photos. Ensuite, on pourra s'occuper de déménager le reste de mes affaires... C'est un bon programme, non ? »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Dim 28 Mar - 10:19

Katarina s’est légèrement écartée quand je lui ai demandé dans un long soupir que je ne savais pas par où commencer. Disons que nous avions beaucoup de choses à faire je le savais. Et que la réunion m’avait fatigué psychologiquement. Prendre tant de décisions, réfléchir à tant de choses avait eu raison de ma capacité à réfléchir. Je savais que je n’aurais pas d, j’avais promis de ne plus le faire, mais là j’avais besoin de me reposer un instant sur Katarina. J’avais besoin qu’elle me guide ce soir.

Et puis quand je pensais à Lena, je savais qu’il lui faudrait un berceau. Il fallait que nous ne mettions pas tout un tas de choses dans la chambre, parce que Lena avait besoin d’un coin à elle. Katarina a grimacé pour le berceau. J’ai pensé que peut être elle avait eu une autre idée. Mais non… Elle s’inquiétait seulement de savoir où en trouver un. Et elle avait raison…

Bon bien sûr j’avais quelques idées. Mais cela incluait sortir à l’extérieur. Et ca c’était totalement exclu. J’avais promis à Katarina que je ne sortirais plus. Alors il faudrait que je trouve une nouvelle idée. Une idée venait de me sauter à l’esprit. Mais je me demandais vraiment comment faire…

-Je peux toujours en fabriquer un… Ca doit pas être si difficile que ça….

Je pourrais toujours me faire aider… Bien sur je n’étais pas très bricoleur mais je n’allais pas non plus construire une maison. Un berceau ca ne devait pas être si difficile que ça non ?

Katarina est allée s’asseoir sur le lit en tailleur et elle m’a demandé de la rejoindre. Ce que j’ai fait après avoir ôté mes chaussures. Elle s’est penché pour attraper son album photo posé un peu plus loin et l’a posé sur ses genoux après l’avoir refermé.

« Tu vas commencer par me montrer ta blessure, pour voir si je dois arracher les yeux d'Andrew ou non... Après, tu vas me montrer tout ce que tu as ramené, à commencer par les photos. Ensuite, on pourra s'occuper de déménager le reste de mes affaires... C'est un bon programme, non ? »

Heu….j’avoue que ça ne me déplaisait pas de commencer par prendre du temps pour tous les deux, mais il était déjà 17 heures quand j’avais quitté le bureau d’Alexander, alors que le repas serait servi vers 19H30 et qu’a 21heures le couvre feu officieux aurait sonné. Et je ne voulais pas ennuyer les autres, et si nous déménagions, il faudrait allumer les néons des « couloirs » pendant plus longtemps que prévu… Et je savais que nous devions faire des économies….. Alors j’allais proposer un nouveau programme à Katarina…

-Tu préfères pas qu’on s’occupe de tes affaires avant ? Je me vois mal faire tout ça alors que le couvre-feu aura commencé…. Ou alors on s’occupe de tout ça demain. Je suis tout à toi demain pour la journée entière. Vu l’heure qu’il est ça me paraît plus raisonnable….

Mais je m’en voulais un peu. Je lui avais demandé de m’aider à déterminer un programme, et je lui proposais tout autre chose. Je ne voulais pas qu’elle puisse penser que je me fichais bien de son avis. Ce n’était pas du tout ça…seulement….je pensais aussi à la communauté.

Je n’avais pas le choix de penser à la communauté. Même si j’aurais voulu n’avoir qu’à penser et prendre soin de ma femme et de ma fille. J’ai posé la main sur son ventre et j’ai caressé tendrement son ventre.

Et puis après tout, si nous ne commencions que demain, je pourrais trouver de l’aide. Et cela serait bienvenu étant donné qu’il nous faudrait ramener sans doute deux ou trois choses. Et il fallait libérer la chambre, alors il faudrait faire le ménage. Et je refusais que Katarina s’en charge….Je ne voulais pas qu’elle se fatigue. Pourtant je savais que ca devait l’agacer alors j’ai préféré lui expliquer mon point de vue.

-Et….je ne te considère pas comme une chose fragile. Seulement….tu es enceinte…et s’il vous arrive quelque chose à toi ou à Lena…on pourra rien faire. On a rien….Regarde on peut même pas s’assurer que Lena va bien…Donc je t’en supplie ne prends aucun risque…. Si je vous perds…je m’en remettrai pas mon ange. Jamais…

Avant, j’aurais sans doute peiné pour trouver mes mots. Mais là je m’étonnais moi-même de la facilité avec laquelle j’arrivais à lui expliquer les choses. J’espérais qu’elle comprenne enfin pourquoi j’agissais comme ca. Et si elle comprenait mes peurs, elle les prendrait surement en compte.

J’ai commencé à ôter mon tee shirt pour lui montrer ma blessure. Je ne savais pas comment elle serait, mais je préférais prendre les devants.

-Ne crie pas, ne va pas te précipiter pour tuer Andrew d’accord ? Ce n’est rien, et je n’ai presque aucune douleur.

Bon je mentais un peu, quand je bougeais le bras, je ressentais quelques douleurs qui me lançaient… Mais je préférais minimiser les choses. Je connaissais Katarina…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Dim 28 Mar - 12:10

J'ai eu un petit sourire, suivi d'un haussement d'épaules. Oui, au pire nous pourrions toujours nous débrouiller pour fabriquer un berceau. Comme il disait, cela ne devait pas être si difficile que cela. Et puis il y aurait toujours moyen de trouver de l'aide... Parmi toute la la communauté, il devait bien y avoir quelqu'un ayant des talents de bricoleurs. Non pas que je doute de ceux d'Ethan, mais... un petit tout de même ? Remarquez, il semblait capable de faire n'importe quoi pour le bébé... J'espérais tout de même qu'il n'essaierait pas de lui décrocher la lune. Il fallait rester raisonnable... Mais Ethan n'était jamais raisonnable, quand il s'agissait de moi ou du bébé. Il était et resterait très excessif à ce niveau là. Je suis allée m'asseoir sur le lit, en tailleur et j'ai attendu qu'il me rejoigne. Je souriais comme une bienheureuse. Ce que j'étais, finalement. Je me sentais bien, merveilleusement bien. Depuis quand est-ce que je ne m'étais pas sentie merveilleusement bien ?

J'ai dû faire une drôle de tête quand il m'a demandé si je ne préférais pas déménager mes affaires maintenant. Eh bien... Je n'en avais pas très envie, et c'était peu de le dire. J'avais déménagé le plus important pour le moment, c'est à dire mes vêtements et mes objets personnels. Déplacer les meubles... J'ai soupiré. Mais c'est vrai que le faire pendant le couvre feu... Alexander ne serait pas très content, et la communauté non plus. Peut-être qu'il valait mieux faire tout cela demain, oui... Nous aurions tout notre temps, si Alexander n'avait pas besoin d'Ethan. Et puis rien ne pressait vraiment... Ce n'étaient pas deux ou trois meubles qui allaient nous embêter, non ? Je me suis tournée vers Ethan avec un petit sourire.

« Tu as raison, il vaut mieux faire cela demain tranquillement... Là, nous n'aurons jamais le temps de tout faire. Et puis rien ne presse, ce n'est pas urgent. L'essentiel, c'est que moi je sois là, non ? Peu importe si mon armoire ne me suit pas tout de suite. »

J'ai eu un petit rire, et je me suis décalée vers lui. J'ai posé ma tête contre son épaule avec un petit soupir de bien être. J'ai fermé les yeux une seconde. Quand je les ai rouvert, il avait posé sa main sur mon ventre, qu'il caressait doucement. J'ai relevé les yeux vers lui, avant d'afficher une petite mine légèrement coupable. J'ai fini par grimacer. Je devais bien admettre qu'il avait raison, du moins en partie. Mieux valait que je ne prenne aucun risque, étant donné que nous ne pouvions pas vérifier si le bébé allait bien. Il n'y avait visiblement aucun problème... Mais qui sait ? J'aurais bien aimé pouvoir faire une échographie, pour en être sûre... Je me suis redressée légèrement et j'ai passé mes bras autour de lui, comme pour le rassurer.

« Je fais attention, Ethan. Ne t'en fais pas, je connais mes limites et jamais je n'oserais mettre en danger ma santé, ou celle du bébé. Mais tu sais, ce n'est pas très agréable de ne pouvoir rien faire. J'ai l'impression d'être une privilégiée et je me sens inutile... »

Je n'avais pas envie qu'on me regarde différemment simplement parce que j'étais enceinte. Je n'étais pas non plus la huitième merveille du monde. Et je n'étais pas la première femme enceinte au monde non plus...Même si Ethan en était intiment persuadée. J'ai fini par soupirer, avant de rendre les armes. J'abdiquais et je lui donnais raison.

« Je resterai tranquille, c'est promis. Mais attends toi à devoir essuyer mes sautes d'humeur de femme enceinte ! »

Il avait déjà dû en gérer une. Et il ne s'était pas mal débrouillé, en me forçant à me calmer. Il n'avait plus qu'à espérer que je sois une femme faisant peu de crises... Il faudrait que je demande à Gabrielle comment elle s'en était sortie de ce côté là... Je me suis écartée de lui tandis qu'il retirait son tee-shirt pour me montrer sa blessure. À peine ai-je posé les yeux dessus que j'ai juré. Je me suis penchée dessus et je l'ai touché du bout des doigts. Ce n'était pas très joli... Pas joli du tout même. La plaie n'était pas très importante, mais elle avait l'air assez profonde.

« Si ça, ça ne te fait pas mal, moi je suis la reine d'Angleterre. À la limite, il aurait mieux fallu que tu te prennes cette balle pour de bon... Mathilda ne t'a pas dit qu'il faudrait recoudre et désinfecter en permanence ? Je suis prête à parier que tu n'es même pas passé la voir aujourd'hui... »

J'ai soupiré avant de me lever doucement.

« Ne bouge pas, je vais chercher de quoi arranger ça. »

Je suis allée rapidement à l'infirmerie. Mathilda était là, en train de discuter tranquillement avec Isaac. Je les ai salués rapidement avant de prendre tout ce dont j'avais besoin. Fil, aiguille, antiseptique, compresses, bandages... J'allais jouer les infirmières... Je n'avais pas pris de morphine ou de calmants. J'avais trop peur que son corps ne se réhabitue trop vite à ces drogues. Je suis retournée dans la chambre, et puis je me suis installée à côté de lui.

« Il va falloir serrer les dents... Tu sais que je ne peux pas te donner de calmants... Je vais devoir recoudre à vif et cela risque de ne pas être très agréable pour toi. »

J'ai inspiré à fond et puis j'ai désinfecté la plaie. J'imagine que cela devait le bruler légèrement. J'ai ensuite enfilé le fil dans l'aiguille. J'ai inspiré à fond... Et j'ai commencé à le recoudre. En faisant très attention, pour ne pas lui faire plus mal encore.

« Si tu as mal dis le moi et j'arrêterai un moment. »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Lun 29 Mar - 18:53

Fort heureusement Katarina semblait d’accord avec moi. Nous déménagerions vraiment toutes les affaires de Katarina demain. Je prendrais le temps qu’il faudrait pour faire tout ça. Même si j’avais du travail, je ferais en sorte de faire tout ça demain. Mais pour le moment elle avait raison, elle avait tout ce dont elle avait besoin pour le moment. Et puis j’avais encore un peu de temps pour aménager un coin pour Lena. J’ai soupiré d’aise quand elle a posé sa tête sur mon épaule.
Et quand elle m’a enlacé, j’ai souri un peu plus largement. Je m’inquiétais mais elle me rassurait comme elle pouvait.

« Je fais attention, Ethan. Ne t'en fais pas, je connais mes limites et jamais je n'oserais mettre en danger ma santé, ou celle du bébé. Mais tu sais, ce n'est pas très agréable de ne pouvoir rien faire. J'ai l'impression d'être une privilégiée et je me sens inutile... »

Elle me disait de ne pas se mettre en danger, ni de mettre Lena en danger. Mais je savais que c’était vite fait. Il suffisait d’une petite chose anodine pour peut être les mettre en danger. J’avoue que quand il s’agissait de Katarina ou de Lena j’avais peur de tout. Je n’y connaissais pas grand-chose en matière de grossesse. Mais je savais qu’une grossesse mal suivie pouvait être fatale. Et nous étions dépourvus de tout. Alors j’étais mortifié. Je ne voulais pas qu’elle ait le moindre problème.
Mais je pouvais comprendre qu’elle se sente inutile, bien que je ne trouve pas qu’elle le soit. J’aurais pensé qu’elle soit contente que nous prenions tous soin d’elle, que je fasse attention à elle. Je ne voulais que son bonheur elle le savait…

« Je resterai tranquille, c'est promis. Mais attends-toi à devoir essuyer mes sautes d'humeur de femme enceinte ! »

Elle a réussi à m’arracher un sourire. Au moins elle promettait de rester tranquille. C’est tout ce que je demandais. Et puis ce n’était l’affaire que de quelques mois. Pour que tout se passe bien, pour que je sois rassuré. Je supporterais ses sautes s’humeurs s’il le fallait. De toute façon je l’aimais tant que je savais que je lui pardonnerais tout. Et je savais qu’elle ferait tout pour ne pas me faire tourner en bourrique. Katarina n’était pas ce genre de femmes.
Pour unique réponse je l’ai serré un peu plus contre moi. Avant de relâcher la pression, quand j’ai repensé que peut être cela pouvait lui faire mal. Bientôt je ne pourrais plus la serrer contre moi comme ca. Quand Lena aurait pris encore plus ses aises.

Je l’ai vu grimacer et faire la moue quand j’ai retiré mon tee shirt pour lui montrer ma blessure. Elle a touché du bout des doigts et elle s’est exclamée :

« Si ça, ça ne te fait pas mal, moi je suis la reine d'Angleterre. À la limite, il aurait mieux fallu que tu te prennes cette balle pour de bon... Mathilda ne t'a pas dit qu'il faudrait recoudre et désinfecter en permanence ? Je suis prête à parier que tu n'es même pas passé la voir aujourd'hui... »

J’avoue que ça me lançait un peu…Mais j’essayais de ne pas y penser. J’étais persuadé que la douleur se passe beaucoup dans la tête. Et puis je préférais minimiser les choses.
Je réfléchissais a ce que Mathilda avait bien pu me dire la nuit dernière, mais je ne me souvenais de rien. J’étais tellement fatigué que je m’étais presque endormi quand Mathilda m’avait soigné. Et puis je l’avais réveillée, alors peut être qu’elle n’avait pas pensé à me le dire.
Je savais que je l’agaçais pas mal, mais je savais que c’était un bon médecin. Elle ne m’aurait pas fait ca sciemment. Alors je ne voulais pas que Katarina puisse lui en vouloir. Elles étaient amies tout de même, même si Mathilda semblait se défendre d’être amie avec qui que ce soit. Je savais qu’elle aimait énormément Katarina.

-Bha heu…je ne me souviens pas qu’elle m’ai dit quoi que ce soit… Tu sais on était tous les due fatigués… Et puis, Je n’ai pas eu le temps….Après ma réunion avec Alexander et Aaron, je suis venu directement ici. Je n’y ai pas pensé….

« Ne bouge pas, je vais chercher de quoi arranger ça. »

Elle a quitté la chambre et j’ai pris un miroir pour regarder et toucher moi aussi. J’avoue que ce n’était pas très joli à voir. Et quand j’ai appuyé dessus je n’ai pu retenir un cri de douleur. Je sentais que j’allais devoir résister à l’envie de crier quand Katarina viendrait me soigner. Je ne voulais pas qu’elle s’inquiète pour moi.
Elle est revenue rapidement, et je lui ai souri. Elle avait tout un tas de choses dans les bras, et elle a tout déposé sur le lit avant de s’associer a coté de moi.

« Il va falloir serrer les dents... Tu sais que je ne peux pas te donner de calmants... Je vais devoir recoudre à vif et cela risque de ne pas être très agréable pour toi. »

Je pouvais le faire. Je veux dire serrer les dents. Et puis elle avait raison pour les calmants. Mieux ne valait pas tenter le diable. Apres tout, ils étaient nombreux les hommes à être aussi blessé que moi, voire plus et qu’on doive recoudre sans anesthésie aucune. Alors s’ils avaient survécu je pouvais aussi non ?

-Je sais…et je n’en aurai pas voulu.

Pas seulement parce que j’avais peur de m’y réhabituer. Mais aussi parce que je préférais qu’on conserve notre stock pour des choses plus importantes.

Elle a commencé à s’affairer autour de moi, et j’ai serré les poings quand elle m’a désinfecté. Bon ça allait encore….Je pouvais gérer.

-Ne t’inquiète pas je n’ai pas si mal que ça…

Par contre quand j’ai senti l’aiguille rentrer dans ma chair et qu’elle a commencé à recoudre, j’ai eu beau serrer les poings, les mâchoires, j’avais mal….

« Si tu as mal dis le moi et j'arrêterai un moment. »

Haha la bonne blague….J’ai posé ma main sur la sienne pendant qu’elle me recousait, et je l’ai regardé avec un sourire contrits.

-Finalement….je retire ce que j’ai dit… J’ai mal….

Et pas qu’un peu…. Pourtant j’ai attendu qu’elle finisse. Dés qu’elle a eu fini j’ai déposé un baiser sur sa joue.

-Excuse-moi j’ai besoin de m’allonger…

Et je me suis allongé. J’avais une terrible nausée là subitement. Et je sentais que tout tournait autour de moi. Même les yeux fermés…

Je suis allé poser ma main sur son ventre à l’aveugle et j’ai parlé à Lena.

-Ma princesse…j’espère que tu seras plus courageuse que Papa.

Et je me suis adressé à Katarina en posant une main sur ma bouche.

-Une bassine s’il te plait. Envie…. Vomir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Lun 29 Mar - 19:47

J'ai eu un petit soupir. Je ne savais pas à quelle heure il avait réveillé Mathilda, mais pour qu'elle oublie de lui dire qu'il aurait besoin de quelques points... Il devait vraiment être très tard. Enfin, ce n'était pas comme si je n'étais pas capable d'arranger ça. Malgré ma courte expérience d'interne, je savais faire les sutures. C'était au moins quelque chose que je pouvais me vanter de savoir faire... Mais j'espérais ne pas être trop distraite parce qu'il s'agissait d'Ethan. Il suffisait que je le fixe une petite minute pour tout rater. Et autant réussir à recoudre cette vilaine plaie d'un coup. Je n'avais pas envie de laisser trainer ça. Vu sa chance monumentale, cela risquait de s'infecter et là ce serait encore moins joli. Ce qui m'embêtait, c'était de ne pas pouvoir lui donner de calmants, ou encore de morphine. Je savais qu'il allait avoir mal. Vraiment mal. Et cela ne me plaisait guère. Mais nous n'avions pas le choix. C'était plus fort que moi, j'avais peur qu'il replonge tête la première dans l'enfer de la drogue. Je craignais de ne jamais pouvoir de débarrasser de cette foutue crainte.

Première étape : désinfecter la plaie. Mathilda l'avait déjà fait, mais mieux valait recommencer. Il a eu une petite grimace quand j'ai désinfecté. Effectivement, l'alcool à 90° sur une plaie pareille, cela devait piquer légèrement. Quel abruti cet Andrew... Sincèrement, combien y avait-il de chances pour que cette balle effleure son épaule. Pas beaucoup. Et cela avait été pour lui, forcément. J'ai eu un petit sourire quand il m'a dit qu'il n'avait pas si mal que cela. Je n'étais pas sûre qu'il me tienne le même discours dans cinq minutes. Il allait passer un sale quart d'heure... J'avais beau prendre toutes les précautions du monde, au fur et à mesure que je recousais la plaie, je le voyais qui pâlissait de plus en plus. Oh oh. Il n'allait pas me faire un malaise tout de même ? Dans le doute, je lui ai demandé de me prévenir si jamais la douleur était insupportable. Il a posé sa main sur la mienne, avant de me sourire. Oh, le joli sourire forcé...

« J'ai presque fini... Sois gentil, ne tombe pas dans les pommes maintenant... »

J'ai fait tout mon possible pour terminer rapidement. Dès que j'ai eu fini, je me suis dépêchée de désinfecter une fois encore ( on est jamais trop prudent ) et de faire un bandage bien propre. J'étais encore en train de vérifier que tout allait bien quand il a déposé un baiser sur ma joue, avant de s'allonger sur le lit rapidement. J'ai posé ma main sur sa joue que j'ai caressé doucement, avant d'avoir un petit rire, légèrement moqueur.

« Petite nature, va... »

J'ai souri en secouant la tête doucement. Au moins il avait tenu le coup jusqu'à ce que j'ai fini. L'air de rien, un tas de types auraient tourné de l'œil bien avant lui. L'air de rien, les hommes étaient beaucoup plus douillets que les femmes... Il était quand même drôlement pâle. À ben voilà, à faire l'homme qui n'a pas mal... J'ai eu un petit soupir en passant ma main dans ses cheveux. J'ai souri quand il a posé sa main sur mon ventre, avant de s'adresser au bébé.

« Mais papa est très courageux quand il veut... Mais à faire la forte tête, le voilà en train de faire un malaise à maman... Tu n'es qu'une tête de mule, mon amour. »

S'il m'avait demandé de le laisser reprendre son souffle, je l'aurais fait. J'aurais pu patienter une petite minute, le temps qu'il reprenne ses esprits... Il a levé les yeux vers moi et j'ai immédiatement perdu mon sourire. D'accord, là il n'avait vraiment pas l'air bien. J'ai bondi sur mes pieds quand il m'a dit qu'il avait envie de vomir. Je me suis précipitée à l'infirmerie pour aller chercher la dite bassine et quelque chose pour faire passer cette envie gênante. Dès que je suis revenue, je lui ai tendu la bassine, ainsi qu'un verre d'eau et des cachets. Là, j'ai eu une vision d'horreur. Mes mains étaient toutes pleines de sang. Ce n'était rien, mais j'ai dû faire une drôle de tête. Son sang sur mes mains, cela ne me plaisait pas du tout. Du tout. Moi aussi je suis devenue toute blanche. J'ai eu un petit rire nerveux, tandis que je cherchais à m'appuyer sur la table de nuit.

« Si tu pouvais attendre juste une petite une minute avant de me faire un malaise... Moi d'abord... Je crois... Je crois que je vais tomber dans les pommes... Oh là... »

Et hop ! Aussitôt dit, aussitôt fait. Et une Katarina par terre, une !
Foutue sensibilité.

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Mar 30 Mar - 18:57

J’avais vraiment envie de vomir. La nausée me reprenait par saccades mais j’arrivais pour le moment à ne pas vomir en posant ma main contre ma bouche et en pensant a tout autre chose. Katarina s’est levée d’un seul coup et est partie en courant. Deux minutes plus tard, elle me tendait une bassine et immédiatement je me suis détourné et j’ai vomi en un seul jet dans la bassine. J’ai posé la bassine au loin. Et je me suis adossé au mur en respirant fort. Bon j’allais devoir aller nettoyer la bassine et surtout me brosser les dents pour retirer cette sensation désagréable. Mais quand j’ai ouvert les yeux, j’ai vu Katarina se retenir à la table de nuit et me parler d’une toute petite voix avant de s’effondrer au sol.

« Si tu pouvais attendre juste une petite une minute avant de me faire un malaise... Moi d'abord... Je crois... Je crois que je vais tomber dans les pommes... Oh là... »

Je n’ai pas eu le temps de la retenir, elle était tombée surs ses fesses au sol. Je me suis alors précipité en hurlant presque.

-Katarina !!!!

Je l’ai serré contre moi en lui parlant doucement, mais ma voix semblait sans doute plus paniquée que jamais. J’avais peur qu’elle n’ait perdu connaissance. C’est sans doute la première chose à laquelle j’ai pensé. Si elle avait perdu connaissance. Je ne savais pas ce que je devais faire. L’allonger sur le lit oui. Mais ensuite ? je ne pouvais pas la laisser seule pour aller chercher Mathilda. Qui sait ce qui pouvait se passer. Et à cette heure ci personne ne trainait dans les couloirs….

Je l’ai embrassé un peu partout, en gémissant un peu malgré moi.

-Mon ange, tu m’entends ?

Je l’ai entendu murmurer, mais c’était vraiment léger. J’avais tellement peur de ce qui pouvait leur arriver a toutes les deux, que je ne m’en suis pas arrêté là. J’ai collé mon oreille contre sa bouche pour entendre sa respiration, et j’ai vérifié fébrilement qu’elle soit toujours consciente.

-Dis-moi que tu m’entends mon ange. Si j’avais su que tu ferais un malaise, je ne t’aurais pas laissé me soigner.

Et si j’avais provoqué un malaise fatal pour Lena ? Je m’en voulais terriblement. Forcément ma blessure n’était pas belle à voir, elle avait du se retenir en voyant les dégâts, et puis peut être que la grossesse altérait ses sensations olfactives. Peut être que l’odeur de l’alcool modifié lui était monté à la tête. Je n’avais pas vu ce qui s’était passé. Quand elle était revenue avec une bassine, j’avais tellement envie de vomir que je n’ai pas fait attention a elle. Quand j’ai fait attention a nouveau à Katarina elle tombait dans les pommes.

J’ai pris Katarina dans mes bras tant bien que mal et je l’ai posé sur le lit en repoussant du pied les couvertures. Je l’ai posé délicatement et j’ai remonté les couvertures sur elle pour la couvrir entièrement. J’ai passé une main fébrile sur son front.

-Reste tranquille, ne te lève pas. Je vais aller chercher Mathilda. Ne te lève pas mon ange hein….Repose-toi.

Je ne savais pas si Mathilda pouvait faire quoi que ce soit, mais je savais qu’elle pouvait au moins l’ausculter…C’est tout ce que je demandais. Et puis nous saurions rapidement si Lena allait bien. Si elle faisait a nouveau des galipettes dans le ventre de Katarina c’est qu’elle allait bien. Et je serais rassuré. Enfin nous le serions tous les deux.

La porte était restée ouverte, et j’ai vu quelqu’un passer. Je me suis précipité dans le couloir en criant.

-Matthew s’il te plait !

Il s’est retourné, et je lui ai parlé d’un seul trait.

-Tu peux surveiller Katarina pendant 5 minutes je reviens.

Et sans lui laisser le temps de réfléchir, je l’ai poussé dans la chambre et je suis parti comme une furie vers l’infirmerie. J’ai ouvert la porte comme un fou, ne prenant pas de gants. J’étais juste très inquiet en réalité . Cela devait se voir…

-Mathilda, viens vite s’il te plait. Katarina a fait un malaise.

Je ne lui ai pas laissé non plus le temps de répondre. Et de toute façon dés que je lui ai dit, elle s’est levée rapidement. Et nous avons couru tous les deux jusqu'à ma chambre. Katarina était allongée, et Matthew était assis sur une chaise ne sachant sans doute pas trop quoi faire. Dés qu’il nous a vus il a pris la poudre d’escampette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Mar 30 Mar - 19:55

Non mais, franchement... Il fallait que cela m'arrive à moi. Maintenant. Forcément. Ce n'était pas drôle, sinon. Je n'aurais jamais pensé faire un malaise, simplement à cause d'une vision d'horreur. J'en avais vu des horreurs pourtant ! Je crois simplement que l'idée d'avoir le sang d'Ethan sur mes mains ne m'avait pas plu. Et ça, mêlé à l'odeur des médicaments qui m'était montée à la tête... J'ai eu un semblant de réflexe en tombant. J'ai mis mes mains en arrière pour amortir ma chute. Je suis quand même tombée sur les fesses, mais pas fort. Avec un peu de chance, le bébé ne serait pas trop secoué... Je luttais pour ne pas perdre conscience. J'avais la tête qui tournait et des étoiles dansaient devant mes yeux. Je n'aimais pas ça du tout. Je n'aimais pas perdre le contrôle... Ce devait être la première fois que je faisais un malaise devant Ethan. Et cela n'a pas loupé. Il a paniqué. Si j'avais été en état, j'aurais soupiré et levé les yeux au ciel. Je me suis contentée de cligner des yeux pour chasser ces foutues étoiles. Il avait une tête de... de... Disons qu'il semblait légèrement stressé.

J'ai eu un petit vertige quand il m'a serré dans ses bras soudainement. Doucement ! Je détestais quand il paniquait. Ethan qui panique, ça vous fait paniquer. Obligatoirement. Il avait toujours un peu de mal à se raisonner et à rester calme... J'essayais doucement de le repousser tandis qu'il me serrait dans ses bras. Mais j'allais bien, ce n'était rien... Un petit malaise de rien du tout...

« Ça va... Tu peux me lâcher, Ethan, ça va... »

Je n'ai pas trop compris pourquoi il m'embrassait. À croire que le stress lui faisait perdre la tête... J'aurais pu être à deux doigts d'accoucher qu'il n'aurait pas réagi autrement. Quoique... Ce jour là promettait d'être riche en émotions. C'était à se demander qui allait avoir un bébé... J'ai dû avoir un petit rire, très nerveux. De toute façon, j'aurais fait ma tête de mule et je l'aurais soigné de toute façon. Je pouvais bien jouer les infirmières de temps en temps. Et puis ce n'était pas comme si je n'avais pas l'habitude, avec lui...J'ai eu un petit sursaut quand il m'a prit dans ses bras pour m'allonger sur le lit. En moins de deux, je me suis retrouvée allongée, sous les couvertures. Et zut. On aurait dit que j'étais à l'article de la mort. Mais je pouvais comprendre son angoisse... Je pouvais imaginer sans trop de mal ce qu'il pensait. Que mon malaise pourrait peut-être avoir des effets sur le bébé, que je pourrais peut-être faire une fausse couche tardive... Ce genre de pensées devaient se bousculer dans sa tête... J'allais vraiment devoir lui trouver un bouquin sur la grossesse. Si une femme enceinte était aussi fragile qu'il le pensait, il n'y en aurait pas beaucoup...

« Non ! Ne va pas chercher... Mathilda. »

Trop tard, il était parti en courant. J'ai soupiré en plaquant ma main sur mon front. J'ai fermé les yeux une seconde. Quand je les ai rouvert, il y avait là Matthew, qui me regardait avec un drôle d'air. J'ai soupiré. Comme si je ne pouvais pas rester seule cinq minutes ! Finalement, il me voyait bel et bien comme une petite chose fragile. Je n'aimais pas ça... Je me suis rassise doucement quand il est revenu avec Mathilda. Elle s'est empressée d'attraper mon poignet, certainement pour prendre mon pouls. J'ai retiré ma main en levant les yeux au ciel.

« -Je vais bien ! C'est juste l'odeur du sang mêlée à celle de l'alcool qui m'a fait tourner de l'œil. Je vais bien, pas la peine de paniquer !
- Pas de douleur dans le bas ventre ?
- Non...
- Pas de contractions ?
- Non !
- Pas de...
- Mathilda ! »

Elle a levé les yeux au ciel en se demandant ce qui n'allait pas chez moi. Elle s'est ensuite tournée vers Ethan.

« Pas de panique super papa, elle est en pleine forme. Des malaises comme ça elle va t'en faire à la pelle, alors commence à t'habituer tout de suite. »

Ah ah... Elle a tapoté l'épaule d'Ethan avec un air compatissant, avant de nous laisser. À peine était-elle sortie que j'écartais les couvertures et bondissais sur mes pieds. Enfin, façon de parler... J'ai attrapé sa main et je l'ai collé sur mon ventre, avec un petit air contrarié.

« Tu sens ? Elle bouge. Je vais bien, elle va bien. Ce n'était rien du tout, Ethan. Ne t'inquiète pas pour si peu, j'ai vu bien pire. Et puis tu as plus mauvaise mine que moi en plus. »

J'ai eu un petit rire.

« Tout va bien, c'est promis. »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Mer 31 Mar - 18:04

J’ai laissé Mathilda faire son travail. Mais je faisais les cent pas, alerte tout de même a ce qu’elle faisait à Katarina et à ce qu’elle lui disait. J’avais l’impression de devenir dingue. Je m’en voulais d’avoir provoqué un malaise à Kat. Et si ce malaise causait des soucis à Lena ? J’aurais du aller voir Mathilda pour qu’elle me soigne, je n’aurais pas du laisser Katarina dans son état soigner ma blessure. A quoi avais je pensé franchement ? J’étais vraiment un idiot.

Mathilda auscultait Katarina, recherchant le moindre problème. Mais Katarina ne se laissait pas faire. J’aurais du m’en douter. Elle m’avait pourtant dit qu’elle détestait se sentir une petite chose fragile a nos yeux. Mais pour moi elle l’était. Davantage puisqu’elle était enceinte. Je pensais lui avoir fait comprendre pourquoi j’agissais ainsi. Mais visiblement c’était mal connaitre Katarina…elle était têtue…plus que moi si c’est possible…

J’ai fini par prendre une chaise et attendre que Mathilda finisse. Elle a fini par me regarder en souriant.

« Pas de panique super papa, elle est en pleine forme. Des malaises comme ça elle va t'en faire à la pelle, alors commence à t'habituer tout de suite. »

En pleine forme, en pleine forme, c’était vite dit. Elle avait quand même fait un malaise. Mais a écouter Mathilda, ce ne serait pas le premier, ni le dernier. Super… J’allais juste mourir tout un tas de fois je le sentais. Mon cœur s’était serré quand je l’avais vue au sol.

-M..Merci Mathilda.

Et puis elle est sortie nous laissant seuls. Quand elle a eu refermé la porte derrière elle, je me suis assis sur le bord du lit, et Katarina a pris ma main. Elle l’a posé sur son ventre. Je n’osais pas la regarder dans les yeux. Mon regard s’était posé là où elle avait mis ma main. J’avais réellement eu très peur. Et elle semblait fâchée…


« Tu sens ? Elle bouge. Je vais bien, elle va bien. Ce n'était rien du tout, Ethan. Ne t'inquiète pas pour si peu, j'ai vu bien pire. Et puis tu as plus mauvaise mine que moi en plus. »


Elle a ri légèrement. Mais pour moi elle minimisait les choses. Bien sur Lena bougeait, mais elle avait peut être été choqué… J’avais peur oui…C’était sans doute pour ca que j’avais mauvaise mine. §Je sentais que les prochains mois allaient être rudes en émotions, et dans un certain sens je ne me sentais pas prêt. J’avais peur qu’il leur arrive quelque chose.


« Tout va bien, c'est promis. »

J’ai fait une espèce de grimace en dirigeant mon regard de son ventre à son visage. Ma main elle n’avait pas bougé. Elle caressait tendrement le ventre rebondi de celle qui a mes yeux était ma femme. J’ai été sans doute un peu sec, mais c’était l’angoisse qui parlait à ma place

-Oui….Ce n’était rien, ce n’était rien. Tu es tombé dans les pommes quand même. Et si ça avait été grave hein ?

D’accord, elle n’était pas tombée dans une mauvaise posture, elle n’avait pas perdu connaissance….Mais ca aurait pu être le cas. Et ca j’avais du mal à le digérer. Il faudrait qu’elle m’e coute un peu plus à l’ avenir. Déjà que Mathilda m’avait promis de nouveaux malaises, je ne voulais pas qu’ils soient graves. Autant les rendre le moins fréquent et le moins violent possible non.

-Tu vois raison de plus pour que tu m’écoute et que tu ralentisses le rythme !!! Mathilda a bien dit que tu allais en faire encore non ?

Elle n’en était qu’a la moitie de sa grossesse, mais je me doutais que plus Lena s’installerait, plus les choses seraient « précaires ». La santé de l’une dépendait de celle de l’autre, et inversement. Alors je serais là, toujours derrière elle…. Et elle allait m’écouter. J’étais le père de son enfant, j’avais mon mot à dire quant à la gestion de sa grossesse tout de même.

-Alors dés demain, je ne veux plus que tu passes toute ta journée à l’infirmerie. L’après midi je veux que tu fasses une sieste et que tu en profites pour te reposer et te détendre.

J’ai soutenu son regard et j’étais sérieux. Je ne lui demandais pas d’abandonner son poste. Mais un ralentissement de ses activités « professionnelles » me semblait adapté. Elle avait besoin de repos.

-Je ne veux pas d’objections Katarina ! C’est comme ça et je ne changerais pas d’avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Mer 31 Mar - 19:14

J'ai levé les yeux au ciel. Je pourrais bien faire n'importe quoi, je sentais qu'il ne se rangerait pas de mon côté... Mais pourquoi croyait-il toujours que j'allais mourir au moindre petit malaise ? Ce n'était pas grave... Je le savais très bien, Mathilda le savait très bien. Mais lui... Lui, il refuserait d'admettre les choses. Je le connaissais bien. Il s'était collé une idée dans la tête, et il n'allait pas s'en débarrasser comme ça. Il caressait mon ventre doucement, et je voyais très nettement que son angoisse ne l'avait pas quitté. J'ai retenu un soupir. Quelque chose me disait que pour les prochains mois, Ethan allait me coller l'étiquette «fragile» sur le front. Et soit j'allais m'y habituer... Soit cela allait me monter à la tête et j'allais l'envoyer voir ailleurs... Il allait se vexer, nous allions nous disputer... Merveilleux. Vraiment merveilleux. Je n'ai pas pu m'empêcher de lever les yeux au ciel.

« Ce n'était pas grave, Ethan. Si une femme enceinte était si fragile que ça, tu crois vraiment qu'elle supporterait neuf mois de grossesse ? Je ne suis pas la première femme enceinte au monde, Ethan. Et je te rappelle que j'en sais plus que toi à ce sujet. »


J'ai croisé mes bras sous ma poitrine et j'ai secoué la tête doucement. Combien de fois devrais-je lui dire que ce n'était rien ? Je ne m'étais pas évanouie, je n'étais pas tombée sur le ventre non plus... Il était déjà sur-protecteur avec moi avant, mais là c'était presque trop. J'avais de plus en plus l'impression qu'il me voyait comme une petite poupée fragile. Ah et puis Mathilda qui en rajoutait une couche en disant que risquais d'en faire d'autres... C'était certain, maintenant il n'allait plus me lâcher une seule seconde. Je ne pourrais plus faire un pas tranquillement. Je sentais que cela allait me rendre folle. Au moins, je ne pouvais plus dire qu'il ne prenait pas soin de moins... Mais c'était trop, beaucoup trop. J'allais finir par me sentir véritablement incapable. L'idée ne me plaisait pas. D'autant plus que je n'en étais qu'à la moitié de ma grossesse... Qui se présentait très bien !

J'ai haussé un sourcil, avec un air profondément sceptique.

« Mathilda dit beaucoup choses. Elle disait que tu serais incapable de te sevrer de la drogue et pourtant ça fait presque un an que tu ne t'es pas drogué. Elle a dit ça pour te faire peur... Jusque là j'ai toujours eu une santé de fer, je ne vois pas pourquoi cela changerait simplement parce que je suis enceinte. »

Il n'y avait pas de raison ! Et puis je n'étais pas folle, je n'allais pas prendre de risques volontairement. J'ai secoué la tête tout doucement, avant de me lever doucement. J'ai fait quelques pas dans la pièce, les deux mains posés sur mon ventre. Je me suis plantée devant lui avec un petit sourire qui se voulait rassurant. Je ne savais plus quoi faire pour qu'il se calme... J'ai ouvert de grands yeux quand il m'a dit qu'il ne voulait plus que je passe toute la journée à l'infirmerie... Qu'il voulait que je me repose et que je me détende. J'ai serré la mâchoire une seconde, avant de soupirer.

« Alors là tu rêves. Tu n'as pas d'ordre à me donner. Tu n'es pas mon père, je te signale. Et même si tu es celui du bébé, pour le moment c'est moi qui le portes et je suis encore libre de faire ce que je veux ! »

Avec une mine boudeuse, je me suis laissée retomber à côté de lui sur le lit.

« Qu'est-ce que tu ferais, toi, si je te disais que je ne veux pas que tu travailles trop dur ? Que je veux que tu restes assis sagement, tout seul dans ton coin ? Je n'ai pas envie de devenir inutile. Mathilda a besoin de mon aide. Gabrielle ne passait pas ses journées à se reposer, elle. Elle s'est occupée des enfants jusqu'à la fin. Et c'est autrement plus difficile que rester assise à trier des papiers et des médicaments. »

Je l'ai littéralement fusillé du regard.

« Je suis juste enceinte, Ethan. Juste enceinte. Je refuse d'être le poids que tu vas devoir trainer pendant encore cinq mois. J'ai besoin de me sentir utile, tu comprends ? »

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Ethan Jones
I'm forever blindavatar

Messages : 1559
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 37
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Sam 3 Avr - 13:53

Nous nous sommes défiés du regard pendant quelques instants. J’ai vu sa mâchoire se serrer comme lorsqu’elle se sentait contrariée. Je savais bien que ce que venais de lui dire la contrariait. Elle aimait aider les autres, et son travail à l’infirmerie la faisait sans doute se sentir utile et appréciée. Mais elle était enceinte !!! Et passé un certain seuil il est nécessaire pour le bien de la mère et de l’enfant de ralentir le rythme non. D’autant plus quand vous n’avez aucun moyen d’arranger les choses si un problème survient. Je préférais être le plus prudent possible.

Quand Katarina a soupiré j’ai vraiment pensé qu’elle abdiquait, qu’elle se rangeait à ma décision. Et j’en étais soulagé. J’allais presque sourire timidement quand elle a mis fin à mes espoirs si rapidement nés.

« Alors là tu rêves. Tu n'as pas d'ordre à me donner. Tu n'es pas mon père, je te signale. Et même si tu es celui du bébé, pour le moment c'est moi qui le porte et je suis encore libre de faire ce que je veux ! »

Je l’ai regardé comme un humain regarde un fantôme. Les bras m’en sont tombés. Je suis resté coi quelques instants alors qu’elle se laissait choir sur le lit à mes côtés. Je venais de recevoir un véritable coup de massue, doublé d’un coup de poignard. Ce n’était pas seulement le fait qu’elle refuse de m’écouter et de ralentir la cadence. C’était ce qu’elle venait de me dire : elle portait le bébé alors je n’avais pas mon mot à dire. Je ne m’étais pas senti aussi blesser depuis très très longtemps.

Je me suis levé comme si rester assis comme ça m’était intolérable et j’ai failli hurler mais je me suis ravisé. Je me suis retourné pour la regarder et je lui ai lancé froidement en plein visage :

-Alors c’est comme ça ? C’est toi qui porte le bébé, alors c’est toi qui décide de tout ? Et tu me diras ça aussi quand elle sera là ? « C’est moi qui l’ait portée alors tu n’as rien à dire » ? Mais si je pouvais je la porterais bon sang. Mais je peux pas !!!

Sur la fin je n’ai pas réussi à contrôler mes émotions. Je souffrais et je ne pouvais le lui cacher bien longtemps. Elle venait réellement de me blesser. J’en ai eu presque les larmes aux yeux.

« Qu'est-ce que tu ferais, toi, si je te disais que je ne veux pas que tu travailles trop dur ? Que je veux que tu restes assis sagement, tout seul dans ton coin ? Je n'ai pas envie de devenir inutile. Mathilda a besoin de mon aide. Gabrielle ne passait pas ses journées à se reposer, elle. Elle s'est occupée des enfants jusqu'à la fin. Et c'est autrement plus difficile que rester assise à trier des papiers et des médicaments. »

Et à nouveau nous nous sommes fusillés du regard. Je comprenais ce qu’elle voulait dire, mais j’étais en colère contre elle. Parce qu’elle m’avait déjà demandé de rester tranquille, de me reposer… Et cela elle l’avait vite oublié. Et pourtant je ne lui en avais pas voulu. Il y a un moment ou vous devez admettre que la santé passe avant tout le reste. Surtout dans des temps comme les nôtres. Et puis… Gabrielle n’étais pas un bon exemple. Elle avait failli y laisser sa peau dans cet accouchement. Je refusais de faire vivre à ca à Kat. Je ne voulais pas prendre le risque de la prendre. Pour tout l’or du monde je ne voulais pas la perdre.

-Je te signale que pendant un moment tu n’as pas voulu que je travaille, alors arrête de te victimiser Katarina. Je me fiche de ce que les autres ont fait !! Tu peux comprendre non ? Si Alexander a laissé Gabrielle travailler jusqu’à la fin c’est bien… mais je ne suis pas Alexander. Je suis Ethan !!! Tu n’es pas Gabrielle !!Tu es Katarina !!

J’avais élevé la voix malgré moi. Mais je voulais qu’elle comprenne. Elle n’était pas Gabrielle. Je n’étais pas Alexander. Jamais je ne prendrais le risque de perdre ma femme et ma fille pour les autres. Je ne dis pas qu’Alexander n’avait pas pensé à elle. Mais pour moi, ces deux êtres représentaient toute ma vie. Et je serais prêt à tout pour les protéger.

« Je suis juste enceinte, Ethan. Juste enceinte. Je refuse d'être le poids que tu vas devoir trainer pendant encore cinq mois. J'ai besoin de me sentir utile, tu comprends ? »

Elle m’usait….Je ne lui demandais pas de ne plus rien faire. Et pourtant elle le comprenait ainsi. Je voulais juste qu’elle ralentisse. Je ne demandais tout de même pas la lune quand même. Juste qu’elle freine un peu. Pour se reposer, pour profiter de sa grossesse.

Ma voix s’est soudain presque éteinte, je me suis rassis à ses côtés en lui prenant la main.

-Je ne te demande pas de ne plus travailler bon sang !!! Je veux simplement que tu ralentisses le rythme ! Ra-len-tis !!

Elle pouvait aller travailler le matin, je ne lui interdisais pas. Mais l’après midi je voulais qu’elle dorme un peu, qu’elle se repose devant un livre si elle voulait, qu’elle profite de sa meilleure amie, de Lilly, de tout….Mais qu’elle ne travaille pas.

J’ai reposé sa main sur sa cuisse et je me suis levé à nouveau en me dirigeant vers la porte.

-Et puis je sais pas pourquoi on discute de ça. Dés demain tu fais une sieste tous les après midi. Et maintenant on va aller manger.

Mon ton avait été ferme, sans appel….je ne changerais pas d’avis. Elle allait m’écouter un peu plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina K. Jones
In the shadow of your heart.
avatar

Messages : 1762
Date d'inscription : 30/12/2009
Age : 26
Localisation : Elizabethtown

MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   Sam 3 Avr - 14:36

Magnifique. Merveilleux. Vraiment merveilleux. J'avais presque l'impression de me disputer avec mon père. En pire. Je regardais le mur tandis que je le sentais bouillir doucement à côté de moi. Mais qu'est-ce qu'il croyait ? Que j'allais dire oui à tout ce qu'il disait sans rechigner ? C'était mal me connaître ! Je n'étais pas du genre à me laisser faire. Je n'avais pas envie de me retrouver clouée au lit simplement parce que j'étais enceinte. C'était presque déprimant... Voilà que je me retrouvais avec une salle étiquette sur le front. Comme s'il avait oublié tous ces mois durant lesquels je l'avais porté, protégé... Alors là oui, on pouvait vraiment dire que les rôles étaient inversés. Mais encore une fois, le côté excessif d'Ethan ressortait. C'était presque pire que de l'excès même... Il m'a lancé un regard tellement froid que je me suis sentie pâlir. J'étais clouée sur place.

J'ai ouvert la bouche pour protester face à ses accusations, mais je suis restée muette de stupéfaction. J'ai essayé de dire quelque chose mais les mots ne sortaient pas. Comment pouvait-il me dire une chose pareille ? Comment pouvait-il croire que j'avais l'intention de tout décider quant au bébé ? Alors là, j'étais blessée. J'ai inspiré à fond et j'ai baissé les yeux. Je savais que la colère faisait dire de vilaines choses, mais tout de même... Mes doigts se sont crispés sur le rebord du lit. Je n'osais plus rien dire. J'étais mortifiée. J'ai soupiré. D'accord, prendre Gabrielle comme exemple, ce n'était peut-être pas une très bonne idée... Lui n'allait voir que le fait que Gabrielle avait failli mourir pendant son accouchement... Mais qu'est-ce qu'il croyait ? Que le repos allait forcément me garantir un accouchement rapide, sans douleurs et sans risques ? Cela n'avait absolument aucun rapport. Mais ça, il ne l'accepterait probablement pas. Je me suis mordue la lèvre, pour m'empêcher de dire quelque chose que je pourrais regretter.

J'ai réprimé un mouvement de recul quand il s'est assis à côté de moi pour prendre ma main. Mais je ne le regardais toujours pas. J'ai eu un soupir, presque résigné.

« Ralentis, ralentis... Tu es drôle... On ne gère pas des malades en ralentissant... »

J'ai secoué la tête doucement. J'avais presque envie de le coller à l'infirmerie pendant toute une journée pour qu'il voit de quoi je parlais. J'allais retenir l'idée. Ce serait très certainement une bonne expérience pour cette espèce de tête de mule... J'ai levé les yeux au ciel quand il m'a informé d'un ton très sec que c'était l'heure d'aller manger. Je me suis levée, et j'ai remis un peu d'ordre dans me tenue, avant de me diriger vers la porte à mon tour.

« Tu sais quoi ? Je vais faire ce que tu dis. Pas parce que j'en ai envie, mais parce que je n'ai pas envie que nous nous disputions tous les jours pour des bêtises pareilles. »

J'ai tendu la main pour caresser son visage tout doucement. J'ai fini par soupirer. Là, j'abdiquais complètement. Pour lui faire plaisir. Simplement pour lui faire plaisir.

« On a dit qu'on allait arrêter de se faire du mal, non ? Ça commence par cesser de se disputer. »

J'ai eu un petit sourire timide, presque désolé. Je n'avais définitivement plus envie de passer mon temps à me disputer avec lui... J'avais donné et très franchement je n'aspirais qu'à un peu de paix. J'ai passé mon bras autour de lui et j'ai ouvert la porte de la chambre doucement.

« Allons manger et oublions toutes ces bêtises, d'accord ? »

Il ne pouvait qu'être content et d'accord avec moi, non ?

_________________
« AND HE TOOK HER IN HIS ARMS AND KISSED HER UNDER THE SUNLIT SKY,
AND HE CARED NOT THAT THEY STOOD UPON THE WALLS IN THE SIGHT OF MANY. »

— J.R.R. Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisiswar.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !   

Revenir en haut Aller en bas
 
All that’s done’s forgiven { Ethan Jones } - 18 !
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [nouvelle] Indimosa Jones et la tentation des ténèbres
» M.I Ethan Hunt
» [Medicom] RAH Mission Impossible 3 - Ethan Hunt teaser
» Octobre 2013 : Taeyang Ethan
» collection de sculpteurfou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York survivants-
Sauter vers: