AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand rien ne va plus (pv)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quand rien ne va plus (pv)   Mer 23 Juin - 16:39

Ava se trouvait à Central Parc pour y écouler sa came comme d'habitude et elle devait logiquement y voir les même clients que d'habitude. James l'avait donc abandonné pour la laisser faire sa tourner habituelle, lui s'occupant des cas un peu plus complexe et logiquement tout devait bien se passer et il devrait la retrouver plus tard lorsqu'ils auraient fait tous les deux leurs petites affaires.

Ava avait des clients qu'elle connaissait bien, elle les fournissait depuis très longtemps en particulier ceux qui résistaient et à la drogue qu'ils prenaient et aux intempéries et aux maladies, mais chaque fois de nouveaux clients venaient se greffer aux anciens. C'était bon pour les affaires un peu moins pour sa confiance et son assurance personnel, Ava avait de plus en plus de mal avec les nouvelles personnes parce qu'elle avait peur des gens qu'elle ne connaissait pas, donc forcément.

Elle avait donc écoulé pas mal de cam et se rendait dans une petite ruelle ou habituellement elle trouvait une jeune fille et son copain qui lui prenait toujours au moins deux doses, bon pour les affaires, deux clients d'un coup sauf que là aucun des deux n'était présent mais un type totalement inconnu se trouvait là. Ava eut d'abord un mouvement d'arrêt n'étant pas certaine qu'elle pouvait avancer mais le type lui fit signe de la main de venir, donc il devait savoir ce qu'elle voulait. Après tout ils avaient peu être eu un soucis et ne pouvant pas venir avait demander à un ami d'y aller pour eux.
Sauf qu'une fois arrivée devant lui elle se rendit compte à son regard et à sa nervosité qu'il n'était pas clean ce mec il était déjà totalement défoncé et elle voulu faire demie tour mais il l'attrapa par la veste et la plaqua contre le mur.


"Hé !!"


Ava ne su pas quoi dire d'autre tellement la surprise était inattendu.

"Tu vas me donner tout ce que tu as ma belle sinon je te saigne comme une truie !"

Ava voyait déjà la mort s'emparer d'elle et ne savait pas trop quoi faire pour se défaire de son emprise sans le mettre en colère. D'ailleurs elle regretta que James l'ai abandonner une fois de plus.

"D'accord tu me lâches et je te donne tout ce que tu veux."

Seulement voilà étant à la fin de sa tournée il ne lui restait pas grand chose, trois doses grand maximum, qu'elle lui tendit bien entendu.

"C'est tout ! Tu te fou de ma gueule ?"

"Non ! J'ai plus rien, c'est vrai, c'est vrai ! Prend les et laisse moi partir"

Ava tremblait comme une feuille, l'idée de se faire voler passait encore mais comment elle allait expliquer ça au grand patron, elle allait se faire bouffer toute crue si elle revenait sans le fric et sans la drogue.
Le mec la poussa violemment et attrapa son sac pour fouiller dedans et Ava ne pu s'empêcher de crier, comme si cela allait changer quelque chose.

"NON ! Laisse ça, ce qu'il y a dedans se sont des souvenirs. LAISSE CA T'ENTENDS ! REND LE MOI!"

"La ferme !"

Et il lui colla une claque de telle façon qu'elle tomba sur le sol, la lèvre en sang.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand rien ne va plus (pv)   Ven 25 Juin - 20:37

Je commençais habituellement la vente avec les habitués, les clients récurrents, pour enfin finir avec les petits nouveau. Cet ordre était la routine, qui s'était installée au fur et à mesure du temps. Pourquoi dans cet ordre ? Je ne savais pas. C'était comme ça que j'avais commencé, ce sera comme ça que je finirais... Car sortit d'un tel réseau était impossible, mon père me l'avais bien fait comprendre, et ce, dès que j'eus surpris une malheureuse conversation. Mais au moins, grâce à cela, je savais me protéger, et manier bien des techniques de combats, ce qui me rendait solide, forte.

En effet, dire que j'étais fragile aurait été un total contresens. Et, dans le monde actuel, il faut avouer que, savoir se défendre était un avantage de taille. J'en tirais partie, mes "boss" aussi, lorsqu'ils me demandaient de faire les sales boulots. Blesser n'était pas un problème, mais prendre une vie me répugnait. Autant blesser à vie, sans que la personne ne puisse parler ou marcher, mais tuer... Malheureusement, mes supérieurs n'étaient pas de cet avis, et mes propres opinions étaient insignifiant par rapport à eux. Pour quelqu'un qui, comme moi, aimait dire ce qu'il pensait, et appliquer ses mœurs, ces ordres relevaient presque parfois de la torture. Mais tel était le prix de la survie, un prix certes cher, mais qui était nécessaire...

Au bout d'un certain temps, j'arrivais à Central Parc, le centre de NYC. Enfin, des restes de New York. Je scrutais l'horizon, et cherchais "mes" clients. Chacun dans le groupe s'occupait d'un petit panel de personne, et donc on les reconnaissait rapidement, à leur stature, à leur élocution.
Mais, aucune âme qui vive à dans les environs. Je sentais les doses de drogue dans les poches internes de ma veste en cuir - un vestige de mon ancienne vie - et le 9 mm qui ne me quittait jamais dans mon dos. Personne ne me prendrait la drogue, et je prendrais les mesures nécessaires si des gens tentaient le diable tout de même. D'où mon arme, qui ne me quittait plus, dans ces tournées. La défense première, avant de se lancer utilement ou non dans un corps à corps...

Sans trace de vie humaine ( un chat passa à mes côté ), je me dirigeais vers des rues un peu plus éloignées, mais qui restaient dans mon périmètre de "service". Je marchais jusqu'à ce que j'aperçoive une femme se faire frapper devant mes yeux. Je n'étais pas un super-héro, à défendre la femme et l'enfant, mais quelque chose me sembla familier chez la femme, tandis que ce que le visage de l'homme pas du tout. Je m'approchais, en silence déjà, et vis sur le sol étalée la jeune femme, ainsi que le contenue de son sac, que l'homme jetais au fur et à mesure. Elle avait la bouche en sang, et l'homme n'était pas net. Drogué, ou ivre, un des deux. Voire les deux.


-Lâche ça. Immédiatement.

Je disais cela d'une voix forte. Comme je m'y attendais, il ne m'écouta pas. Très bien, il voulait la manière forte, apparemment. Je m'approchais de lui, et le frappa au visage. Il ne s'attendait pas à cela, j'eus l'avantage de la surprise. Aussi continuais-je par un bon coup de coude dans le thorax, et un bon coup dans les jambes. Pas grand chose, mais assez pour qu'il tombe à moitié au sol. Je l'achevais d'un coup dans la tempe. Je gérais ma force pour qu'il ne soit qu'assommé. Je vérifiais bien qu'il ne se réveillerais pas de sitôt, et commençait à ramasser les affaires de la jeune femme, tout en me tournant vers elle.

-Liv Saunders. On se connait de quelque part, non ?

Ma main était un peu douloureuse. Je regardai et vit perler quelques gouttes de sang que j'épongeais à l'aide de mon t shirt, avant de lui tendre la main pour qu'elle se relève. Inutilement, je j'époussetai mon jean. Les combats pouvaient salir, celui là, non. Mais c'était une sorte de "rituel" après chaque affrontement. Qui étaient assez fréquents . Cela pouvait choquer, de voir une femme se battre, mais, c'était ainsi. Les femmes n'étaient pas toujours bien vues, lorsqu'elles se battaient.
D'ailleurs, même les clichés suivaient cela. Les filles se tirent les cheveux, les garçons se donnent des coups de pied, n'est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand rien ne va plus (pv)   Sam 26 Juin - 9:54

Ava se voyait déjà se faire tabasser juste par plaisir, en plus de lui avoir piquer le peu de drogue qui lui restait voilà qu'il fallait aussi qu'il lui prenne ses souvenirs et cette idée lui fit plus mal que le coup qu'elle venait de se prendre. Mais elle se sentait impuissante et puis de toute façon elle l'était impuissante vue sa frêle carrure et sa minceur à faire peur. Elle entendit des éclats de voix et puis des coups, levant les yeux timidement par crainte de se prendre un autre coup elle vit une jeune femme qui se battait avec le type qui venait de la braquer et fronça les sourcils. Elle ne la connaissait pas en tout cas pas de dos mais pourtant sa voix ne lui était pas complètement inconnue non plus, il faut dire qu'il y avait de plus en plus de monde chez les hors la loi et Ava ne pouvait pas tous les connaitre non plus vu qu'elle créchait dans un immeuble à peu à l'écart du QG.

Elle pu voir le mec se faire mettre K.O. et l'idée de pouvoir récupérer tout ce qui lui avait pris la fit légèrement sourire, la douleur la rappela à l'ordre et elle cesse de sourire, se frottant douloureusement la lèvre, essuyant le sang qui s'écoulait. Elle était coupée et en serait pour quelques jours de cicatrisation en espérant qu'elle attraperait pas une infection. Elle vit la main que la jeune femme lui tendait et la prit pour se relever et puis une fois debout elle s'agenouille pour ramasser tout ce qui trainait sur le sol, des souvenirs rien de bien exceptionnel des trucs inutiles même mais Ava y tenait.


"Merci Liv, tu m'as sauvé la vie. Je te suis redevable. Je suis Ava Jossi et je bosse pour Venezzio."

Ava avait finit par reconnaitre la jeune femme, elle en avait entendu parler en tout cas. Une femme qui sait se battre ça fait parler pas mal de mecs en général.

Ava s'approcha du type et fouilla dans sa poche pour récupérer les trois doses qu'il lui avait prit, il n'avait pas payer donc pas de raisons qu'elle les lui laisse, par contre elle devrait forcément payer Liv pour son aide et elle ignorait ce qu'elle lui demanderait en échange.


"Si ça te dérange pas je préfères pas trainer trop longtemps dans le coin, on pourrait aller ailleurs."

Sous entendant ailleurs que là ou ce type se trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand rien ne va plus (pv)   Dim 27 Juin - 20:15

La jeune femme prit ma main, et se releva, pour s'agenouiller ensuite, et ainsi ramasser ses affaires. Qui, après un bref coup d'oeil que je jetais, n'avaient pas l'air d'être très précieuse, d'un point de vu prix. En revanche, les choses les plus insignifiantes en apparences avaient souvent une énorme valeur sentimentale. Elles pouvaient recueillir promesses, souvenirs, sentiments... Ce qui pouvaient, en temps difficiles, être très difficile à garder. Qu'un ivre puisse les prendre, les briser, était une pensée horrible, aussi je comprenais l'empressement qu'avait mon interlocutrice à les ramasser.

Elle se présenta; Ava Jossi ; et me remercia, déclarant qu'elle me devait quelque chose. Je ne relevai pas ce point là. Je n'aimais pas le fait que des gens me doivent quelque chose, mais il était toujours préférable que ce soit quelqu'un qui nous doive quelque chose que l'inverse. Mais, par contre, je ne savais pas comment Ava avait l'intention de payer sa "dette". Si il était possible d'appeler cela ainsi, ce que j'avais fait n'était pas énorme, et ne m'avait rien coûté, mis à part peut être quelques égratignures et deux bleu, qui ne faisaient qu'accompagner les vingtaines d'autres qui apparaissaient ça et là, sur toute la surface de mon corps. Mais si Ava le voulait ainsi, je n'allai pas protester. Des alliés - ou du moins des aides - étaient préférable à des bâtons dans les rouages de ma vie.

Ava ajouta qu'elle travaillai pour Venezzio. Je m'en doutais, au vu des doses qu'elle avait ramassé et aux traits qui me semblaient familiers. Mais vu la taille de la communauté actuelle des hors la loi, il était presque impossible d'avoir parlé à tous, ou du moins de façon assez conséquente pour se souvenir parfaitement du nom et du visage. Bien que celui, assez fragile et presque maigre, de la jeune femme était, à mon avis, plutôt surprenants donc reconnaissables, je pense.


-On se connait donc de là..., murmurais je.

Après avoir tout ramassé et s'être relevée, Ava demanda à aller ailleurs. Je jetais un coup d'oeil au corps inanimé étendu à quelques pas de nous seulement, et comprenait son malaise. Après avoir manqué de se faire tabasser par quelqu'un, on ne pouvait pas apprécier vraiment de le voir. Même s'il était assommé.



-Bien entendu ! Allons nous en ! Ca te dis d'aller plutôt vers le parc... mais ses coins plutôt vert ? Ou alors tu veux directement rentrer au QG ?

Dans tout les cas, il fallait sortir de cette sombre ruelle, aussi, je me dirigeais vers la grande rue qui menait directement à Central Parc, après une distance d'une trentaine de mètre à peine. Les mètres se succédèrent, dans un silence presque de mort. Je n'avais jamais su engager une conversation, sinon par une phrase vraiment idiote. Continuer n'était ensuite pas un problème. Juste le premier mot. C'était un défaut qui me suivait depuis mon adolescence, alors qu'une fois j'avais tenté de parler à un mec. Le bon temps, les bons souvenirs. Et, donc, j'avais dit une bêtise pas possible, qui m'avait ridiculisé non seulement devant lui, mais aussi devant toute sa bande. Cet évènement m'avait marqué au fer rouge et m'empêchais de ne craindre un début de conversation... L'adolescence et ses bloquages qui perduraient...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand rien ne va plus (pv)   Lun 28 Juin - 7:15

Ava était certaine que cette femme était des leur, elle n'était pas sur à cent pour cent de l'avoir déjà vu mais il lui semblait qu'elle ne lui était pas inconnu et sa réponse ne fut qu'une confirmation de ce qu'elle pensait déjà plus ou moins.
Par chance elle réussit à récupérer toutes ses affaires, drogues y compris et cela la soulagea d'un poids parce que sinon elle n'aurait vraiment pas su comment faire pour justifier ce manque à Armando.

Elle avait l'air d'accord pour partir d'ici et Ava ne se fit pas prier, tellement même qu'elle ne répondit pas de suite à sa question préférant d'abord mettre de la distance entre ce type et elle.
Ce n'est qu'une fois sortie de la ruelle qu'elle répondit.


"On se tire de là, peu importe l'endroit ou l'on va."

Ava non plus n'était pas des plus causante et elle sentit le poids de ce silence lui peser d'un coup, déjà qu'elle n'était pas très solide alors si en plus le silence lui pesait elle n'allait pas aller loin. C'est donc elle qui rompit le silence mais ce ne fut pas facile parce qu'elle ne savait pas trop de quoi parler non plus. Liv était une complète inconnue à ses yeux.


"Tu bosses pour les Venezio depuis longtemps ?"

Fallait bien commencer par quelque chose et ce genre de question n'était logiquement pas trop indiscrète.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand rien ne va plus (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand rien ne va plus (pv)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand rien ne va plus: Languedoc terre morte !
» Protestation car je suis bète et je comprend rien
» Mm-Tequila, panda terre 199 hésitant quand à son stuff
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?
» Merci ? Mais de rien...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: Parias-
Sauter vers: