AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All apologies ( PV Riley)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: All apologies ( PV Riley)   Mer 6 Oct - 18:30

J’aurais tellement aimé que les choses se passent autrement. Je m’en voulais terriblement de lui avoir mis tous ces problèmes sur les bras. Je m’en voulais d’avoir cédé à la tentation une première fois de l’approcher. Sans mes sentiments, je n’aurais jamais mis encore plus de pression sur les épaules de Riley. J’avais eu beau expliquer tout ce qu’il s’était passé à Isaac et Aaron pour que je me retrouver en sous vêtements dans la chambre de Riley et qu’ils nous trouvent en train de nous embrasser, ils ne voulaient rien savoir. Et leur entêtement me rendait folle. Même si je ne disais rien, et qu’à nouveau j’avais baissé la tête quand ils m’avaient encore dit qu’ils ne voulaient pas que je m’approche de lui.

J’aurais tant aimé avoir réussi à leur montrer que Riley n’était pas comme ils me le dépeignaient. Riley n’était pas un séducteur qui abuse des jeunes filles. Je ne dis pas qu’il n’avait jamais eu de conquêtes et qu’il ne s’était pas fait d’ennemis au sein de la communauté. Mais je ne regardais pas ce qui sautait aux yeux, j’essayais toujours d’aller plus loin. Finalement, plus le temps passait, plus je me disais que je me serais sans doute trompée de voix en voulant devenir institutrice. C’est psychologue qui m’aurait le mieux convenu.

Je n’aimais pas juger les gens, et j’essayais toujours de trouver d’où venaient leurs failles. Parce que je voulais les aider à aller mieux. Je n’aimais pas voir quelqu’un malheureux. Et je n’aimais pas non plus l’injustice. Et pour moi, tout le monde était injuste avec Riley. Après tout, personne ne semblait s’être intéressé à sa vie d’avant. Nous ne savions rien… Et je trouvais ça dommage qu’il n’ait pas la chance qu’on s’intéresse à lui comme on aurait du.

Amy m’avait posé des questions, des tonnes de questions, mais je n’avais pas voulu lui répondre. Elle m’avait dit que Riley était venu chercher des vêtements pour moi alors que je dormais. Mais je ne voulais pas le mettre dans l’embarras en révélant tout ce qui s’était passé. J’avais besoin de garder ça pour moi. Je devais déjà supporter les regards soupçonneux quand nous étions à table. Aaron et Isaac faisant attention à ce que Riley soit le plus loin possible. Et j’avais l’impression que la communauté toute entière savait qu’il ne fallait pas permettre que nous puissions nous trouver ensemble.

Je savais que tout le monde ne voulait que mon bonheur, et je leur en étais extrêmement reconnaissante. Mais j’avais l’impression qu’on accablait Riley de tous les maux, alors qu’il était juste un homme comme les autres. Et c’était de ma faute si par deux fois nous nous étions embrassés. Il m’avait sauvé dans un sens, et cela personne ne voulait le reconnaitre. Pas plus qu’ils ne reconnaissaient qu’il ait pris une balle pour défendre et ainsi sauver la vie d’Alexander…. Et ça me blessait vraiment au plus profond de moi. Parce que j’aimais Riley… Je l’aimais réellement oui. Et ça n’avait rien d’une simple attirance d’adolescente ou d’un désir physique. Pour autant, je ne savais pas comment l’expliquer… Mon cœur l’avait choisi c’est tout. Et même si je me posais la question très fréquemment : « Est-ce le bon ? »., je savais…

Mais je voyais bien son regard se baisser quand il m’apercevait et ça me crevait le cœur. Je ne doutais pas que mes deux gardes du corps auto attitrés avaient du lui faire peur. Mais de là à ne plus vouloir me regarder… Ca me blessait, et si je ne disais rien et essayait de rester la même Cassandre, ça me touchait. Parce que j’aurais voulu qu’il voie que j’étais désolée. Je m’étais excusée oui, et il avait accepté mes excuses, s’excusant aussi. Mais depuis qu’il avait quitté sa chambre, pour me laisser me changer et affronter Aaron et Isaac, j’étais sûre qu’il m’en voulait. Et dans un sens je ne lui en voulais pas. Comment aurais je pu ? Alors que tout était de ma faute…

Mais je voyais bien qu’il allait mal. Si lui refusait de me regarder. Moi je le regardais, je l’observais. Et s’il ne souriait que très rarement, là j’avais même l’impression qu’il se retenait sans cesse de pleurer. Son masque d’indifférence semblait lui coller à la peau plus que jamais, et je n’aimais pas ça. Parce que je me sentais responsable. Et parce que quand vous aimez une personne, vous n’aimez pas la savoir malheureuse n’est ce pas ? Et bien c’était ce qu’il se passait avec Riley.

Mais je ne savais pas comment faire….

Je savais que si Aaron et Isaac nous tombaient dessus, ils finiraient par faire ce qu’ils avaient promis de faire. Le mettre dehors. Et c’était tout simplement inconcevable. Parce que c’était méchant….et puis parce que dehors c’était dangereux, très dangereux…

J’étais tiraillée entre ce que j’avais promis par la force des choses à tous ceux qui tenaient à moi, et mon envie irrépressible d’aller vers lui. Les baisers que nous avions échangés avaient été si tendres qu’ils semblaient ancrés en moi à jamais. Et même si j’avais envie qu’il me prenne encore dans ses bras, je savais que cela ne se reproduirait certainement plus jamais. Etais-je donc condamnée à l’aimer en silence ? Sans doute…..

Mais ce que je refusais de laisser faire sans rien faire ou sans rien dire, c’était de le voir souffrir.

Je savais que si je me faisais prendre, les choses ne se passeraient pas aussi « bien », mais…il fallait que je lui parle. J’en avais besoin, et lui aussi sans doute. Même s’il devait me détester…

Enfin tout était confus dans ma tête. Ce que je voulais. Ce que je ne voulais pas. Ce que je ressentais…. Tout…j’étais perdue.

Je me suis glissée hors de ma chambre une heure après le couvre-feu. Amy dormait à poings fermés. Je ne voulais pas prendre le risque qu’elle puisse aller avertir qui que ce soit… Si je me faisais prendre dans le couloir, j’inventerais une excuse… Soif…faim….je trouverais bien…. J’avais horreur de mentir, mais je n’avais pas le choix… Fort heureusement, le couloir était désert. Je ne savais pas très bien si j’avais raison, mais je suis allée dans le salon. C’est là que je l’avais retrouvé la première fois, et je me doutais qu’il profiterait certainement du confort de cette pièce quand elle serait déserte. Bien plus qu’avant, Riley semblait chercher la solitude et l’isolement….

J’ai poussé doucement la porte du salon en espérant ne pas me tromper…sinon je sais que j’aurais fini par aller frapper à sa porte, en priant pour qu’il m’ouvre et m’écoute. Enfin…qu’il m’écoute…je ne savais même pas ce que je pourrais lui dire.

Il était là, assis sur le canapé, les jambes posées sur la table basse et il avait le regard fixe. Il n’a pas tourné la tête quand j’ai refermé la porte. Pendant une minute, je ne savais pas si je devais partir ou rester. Et puis…je me suis dit que s’il me demandait de partir, je le ferais. Il en avait le droit…

Je me suis assise en silence à côté de lui, et j’avais la gorge sèche. J’ai toussé avant d’oser lui parler.

-Riley ?

Il n’avait pas bougé d’un cil, et je réfrénais tant bien que mal une envie de me blottir contre lui.

-Je peux te parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Jeu 7 Oct - 17:14

Être odieux, encore et encore. Être désagréable, encore et encore. Être un salaud encore et encore.

Surtout ne pas leur montrer que leurs regards, leur mépris et leurs insultes te blessent. Surtout pas. Rester stoïque en toute situation, ne pas sourire, ne pas rire, ne pas grimacer, ne pas pleurer. Faire comme si ça t'était égal... Prouver en toutes circonstances que tu es bien ce salaud qu'ils méprisent et qu'ils détestent. J'avais pris ma décision. Et je la voulais irrévocable. Je ne voulais pas changer d'avis. J'avais bien vu jusqu'où les choses avaient dégringolé alors que j'avais baissé ma garde. C'était allé trop loin, pour tout le monde. Et puis à quoi bon ? Je me montrais sous mon vrai jour et on me crachait au visage encore plus que lorsque j'étais un autre. Alors autant finir de tuer l'autre moi pour laisser l'autre prendre le dessus une bonne fois pour toutes. J'étais fatigué de les regarder s'affronter jour après jour. Il ne pouvait pas y avoir de demie mesure. Ce devait être l'un ou l'autre, mais certainement pas les deux à la fois. J'avais tenté de revenir à la normale et le résultat avait été merveilleusement catastrophique. De plus, en baissant ma garde j'avais laissé les autres me blesser. Et c'était inacceptable. Alors j'avais fait ce que j'aurais dû faire depuis longtemps. J'avais érigé des barrières encore plus solides que les précédentes et j'avais enfermé mon cœur dans une boite, en prenant soin de jeter la clé aussi loin que possible. J'aurais aimé pouvoir m'arracher le cœur directement. Je me serai beaucoup amusé à le piétiner moi même. Dommage que ce ne soit pas humainement possible. J'étais furieux à chaque fois qu'il s'emballait ou se serrait. J'aurais voulu qu'il fasse son boulot sans broncher, c'est à dire en se contentant de pomper le sang pour l'envoyer dans les artères. Rien de plus, rien de moins. Ce n'était pourtant pas si compliqué, nom de dieu !

Alors pendant presque une semaine je m'étais appliqué à être aussi détestable que possible. Avec tour le monde. Je ne prenais même plus part aux repas. Je n'avais pas envie d'être au milieu des gens. Absolument pas. Je restai cloitré dans ma chambre, refusant de mettre le pied dehors la plupart du temps. Ce n'était pas vraiment que je ne voulais pas voir les gens... C'était que je ne voulais pas la voir ELLE. Je ne devais plus la voir. C'était presque malsain... Je ne voulais pas dire pervers, je ne voulais pas dire qu'il y avait un problème avec moi. C'était qu'elle était trop jeune et que surtout elle m'attirait à m'en faire mal. Et j'étais décidé à ne pas laisser cette attirance prendre le dessus sur moi. J'avais déjà vu les dégâts causés par ce genre d'attirance une première fois, je n'étais pas décidé à laisser l'histoire se répéter. D'autres diraient que la vie nous réserve des surprises et que les choses ne se produisent jamais deux fois... Alors excusez moi, mais c'était du gros n'importe quoi. Prenez la guerre par exemple. Pour qu'il y ait une Troisième Guerre Mondiale, il fallait bien qu'il y en ait eu deux avant, non ? C'était stupide. Et puis de toute façon l'amour n'était pas vraiment fait pour moi. Je n'étais pas assez chanceux. Je ne m'appelais pas Ethan. Ni... ni... En fait à bien y réfléchir, il n'y avait pas grand monde de chanceux dans la Communauté. Alexander avait été trompé et plus ou moins quitté, Aaron n'était pas foutu d'avouer ses sentiments à Mathilda et j'en passe et des meilleures.

Maintenant que j'étais certain qu'on ne risquait plus de m'aimer un tant soit peu, je pouvais reprendre mes vieilles habitudes. C'est à dire trainer après le couvre feu dans le salon, éternellement accompagné d'une charmante bouteille. La seule présence féminine que je m'autorisais. Cependant que j'étais assis dans le divan du salon, je ne la regardais même pas. Je ne savais même pas pourquoi je l'avais prise. Je n'avais finalement pas l'intention d'y toucher... A quoi bon ? Cela n'allait pas arranger les choses. C'était juste histoire d'entretenir mon image... Je fixai le mur sans vraiment le voir, je tentai de me vider la tête en réalité. Fixer un mur me semblait être la meilleure chose à faire pour cela. Il n'y a rien de plus vide qu'un mur. En théorie. Cela devait marcher, puisque je ne bougeai pas lorsque la porte s'ouvrit, ni quand elle se referma. Et malheureusement, je ne réagis pas non plus lorsque quelqu'un s'assit à côté de moi. Je ne réagis pas à mon prénom... Mais quand ELLE prononça une phrase plus longue, je sursautai. Le sang quitta instantanément mon visage tandis que je réalisai que Cassandre était assise juste à côté de moi. Je la dévisageai carrément un instant avant de tourner la tête de nouveau vers le mur.

« Tu peux. »

J'étais froid, distant. Je ne devais pas me laisser emporter par des sentiments que je refusais déjà de voir naitre. Je m'acharnai à les tuer dans l'œuf avant qu'ils ne grandissent. Sans compter que j'avais reçu de nombreux avertissements. Si je m'approchais d'elle, on me jetait dehors. Je me savais parfaitement incapable de m'en sortir seul, je n'avais pas les épaules assez solides. C'était peut-être la solution à tous mes problèmes d'ailleurs. Je n'avais qu'à m'en aller et aller crever sous un arbre dans Central Park. Cela résoudrait absolument tous mes problèmes. Seulement pour le moment j'étais littéralement pétrifié. Je n'osais pas bouger, de peur qu'elle n'entre dans mon champ de vision. Tous les deux nous savions très bien comment les choses s'étaient terminées quand nous nous étions retrouvés seuls précédemment.

Ou plutôt, comment on ne les avait pas laissées se terminer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Ven 8 Oct - 12:53

J’avais peur qu’il me repousse et que je doive faire à cela toute seule. Non pas que je pense qu’il n’ait pas le droit de me repousser, parce qu’il l’avait. Et je savais que je ne lui en voudrais pas. J’avais peur qu’il me repousse parce que j’étais attirée par lui. Pas physiquement. Mais quelque chose me poussait vers lui. Une force invisible me poussait toujours vers Riley. Et c(était selon moi cette même force qui m’avait fait sortir de ma réserve. Et j’étais persuadée qu’inconsciemment j’avais cherché à créer ces moments intimes avec lui, et que j’avais forcé les choses pour qu’il m’embrasse. Il ne m’aurait certainement pas embrassé sinon. Je n’étais pas son genre de fille. Je n’étais pas sûre de moi, je n’attirais pas les regards sur moi, et j’étais timide et maladroite.

Mais ce Riley qui avait pris soin de moi alors que j’étais trempée et en pleine crise panique…ce Riley là était celui pour lequel je voulais exister. Je n’aimais pas le Riley qui évoluait dans la communauté, et qui se faisait haïr de tous. Je voulais retrouver MON Riley. Sans son masque d’indifférence, sans son cynisme, sans tous ces fards. Mais encore, une fois….est ce que je ne me leurrais pas au fond ?

Quand je lui avais demandé si je pouvais lui parler, c’est d’une voix glaciale qu’il m’avait répondu. Il était juste poli, mais il avait été peu bavard. Juste deux mots : « tu peux ». Et même si j’aurais aimé m’enfuir en courant parce que j’étais terrifiée, je suis restée. J’aurais aimé ressentir une petite faille dans laquelle me glisser pour réussir à le toucher, et le faire ôter ce masque. Mais Riley refusait de me regarder, préférant regarder droit devant lui. Ca me blessait. Et pourtant je ne lui en voulais pas.

Oui…..tout étais confus dans ma tête. Je ne savais plus très bien qui était vraiment Riley, ni ce que je voulais au juste en venant ici. J’étais pourtant persuadée d’une chose. Je voulais que les choses s’améliorent entre nous. Mais je ne savais pas comment lui présenter les choses. Nous étions séparés d’un mètre sur le canapé, et j’aurais tant aimé pouvoir me rapprocher de lui, mais j’avais peur. Peur de sa réaction, peur de lui faire peur, peur de souffrir. Et pourtant je savais que si j’étais venue ici, c’était que j’avais fait un choix. Et je devais assumer ce choix. J’avais dix neuf ans, il fallait que je fasse des choix dans ma vie. Mais celui-ci semblait plus dur parce que je savais qu’il était sans doute le plus important de toute ma vie : écouter ceux qui me disaient que Riley était un homme dangereux et qu’il ne ferait que me blesse, ou m’écouter moi. Le choix du cœur et de la raison en somme.

En une seconde j’ai choisi….

-Je voudrais te présenter mes excuses encore une fois. Et je voudrais que tu les accepte vraiment cette fois-ci.

J’avais choisi la voie du cœur. Parce que c’était ainsi que j’étais. C’est ainsi que je voulais toujours être. J’aimais les gens, je n’aimais pas les voir souffrir, ou les savoir blessés par quelque chose que j’aurais dit ou fait. J’espérais vraiment que Riley accepte mes excuses. Je ne sais pas ce qu’il se passerait ensuite. Mais savoir qu’il me pardonnait serait déjà quelque chose de merveilleux.

Et, maintenant, je savais que si quelqu’un nous trouvait ici tous les deux, bravant les interdictions et les menaces proférées par Isaac et Aaron, je m’y opposerais. Cette fois-ci je dirais ce que j’ai à dire. Personne n’avait à m’imposer mes fréquentations et mes décisions. Je ne voulais faire de mal à personne pourtant, et j’aurais aimé essayer de contenter tout le monde. Mais je ne voulais pas tourner le dos à Riley sous prétexte qu’il n’avait pas un passé fameux. Moi je restais persuadé qu’il était prisonnier de quelque chose. Tout comme moi à l’instant, il avait certainement fait des choix. Et il en assumait les conséquences. Et j’aurais aimé pouvoir le soulager.

-Je ne voulais pas te causer des problèmes, je ne voulais vraiment pas ! Je leur ai dit que tu n’étais pas responsable et que tout était de ma faute. Je leur ai dit que tu m’avais trouvée dans la réserve et que sans ton intervention j’aurais certainement piqué une crise de nerfs.

Je leur avais tout raconté, mais ils s’en fichaient. Ils répétaient inlassablement que Riley l’avait fait juste pour pouvoir profiter de moi. Mais je n’arrivais pas à y croire. On est pas aussi gentil si on attend quelque chose en retour. Et je savais que Riley avait agi par pur altruisme. Je ne comprenais pas pourquoi tout le monde lui en voulait autant. Il se faisait plus de mal à lui-même qu’il n’en faisait aux autres. Et personne ne lui avait jamais vraiment tendu la main. A part Alexander en l’invitant ici. Mais depuis…qu’avions nous fait pour Riley ? J’avais l’impression qu’on l’avait abandonné sur la route comme on se débarrasserait d’une bête enragée.

Je voulais qu’il sache que quelqu’un ne l’oubliait pas. Ce n’était pas seulement parce que je l’aimais que je le faisais. Mais parce qu’après tant de mois à me demander comment je pourrais l’aider, il était maintenant temps que je le fasse. De toute façon j’avais tiré un trait sur une possible relation. Même s’il acceptait mes excuses, il ne voudrait certainement pas plus qu’une amitié.

-Je ne t’ai pas remercié pour ce que tu as fait…Merci Riley.

Et j’étais sincère. Mon sourire était sincère. Mais j’avais une folle envie de franchir cette barrière qu’il avait mise entre nous. Plus que ce mètre qui nous séparait et dont j’avais envie de briser les fondations, c’était sa main que je voulais prendre dans la mienne. Une folle envie de lui dire « je suis là ». Mais je suis là pourquoi au fond ? Parce que je m’excusais ? Parce que j’avais besoin de le voir ? Parce que je l’aimais ?

Tout à la fois sans doute.

-Tu…tu...tu ne mérites pas d’être mis à l’écart comme ça.

Personne ne méritait d’être traité ainsi. Nous devions nous entraider. C’était ce que nous avait enseigné cette guerre, ces bombardements et cette vie ou survie. Nous devions être là les uns pour les autres, et cesser de nous entretuer.

Ma voix était mal assurée. Je n’étais pas à l’aise. Riley était froid, distant, sauvage aussi. Et rien ne trahissait qu’il allait me pardonner. Je lui avais fait du mal. Et je ne savais pas comment réparer mes erreurs.

-Si tu veux j’irais leur parler, et je leur dirait qu’ils n’ont pas le droit de te faire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Jeu 14 Oct - 19:52

Je ne pus pas vraiment m'empêcher de me tourner vers elle quand elle me présenta ses excuses. Je secouai la tête avant de reprendre la très intéressante observation du mur. C'était plutôt moi qui aurais dû lui présenter des excuses... Je m'étais mal comporté avec elle, j'en avais parfaitement conscience. J'aurais dû me tenir à l'écart et garder le contrôle. Deux choses que je n'avais pas faites. Alors j'étais certainement celui qui devait lui faire des excuses... Pourtant je suis resté silencieux, je n'ai rien dit de plus. J'avais de toute façon senti qu'elle avait autre chose à me dire. J'aurais simplement voulu qu'elle s'excuse et qu'elle s'en aille, rien de plus... Me tenir assis sans rien faire à côté d'elle était assez difficile. Je luttais contre moi même. Peut-être aurais-je dû me lever et partir, oui. Mais je me disais que si je bougeais j'allais forcément la regarder... Et je n'en avais pas la moindre envie. Parce que justement j'avais trop envie de la regarder. Ce qui, je l'avoue, était assez paradoxal en soi même. J'étais plein de paradoxes. Surtout en ce moment que ma nature profonde avait tendance à se rebeller contre celle que j'avais créé de toutes pièces. Quelle jolie illusion j'avais créée... J'aurais presque pu être fier de moi. J'étais certainement un excellent comédien. Ou peut-être pas. Parce qu'à mon plus grand désespoir, Cassandre s'acharnait à être gentille avec moi et à me défendre aux yeux de tous, certainement parce qu'elle avait entrevue ma vraie personnalité... C'était la première fois que cela m'arrivait et c'était assez dérangeant. Dans le sens où je ne savais absolument pas comment me défendre contre ça. Les armes que j'avais se révèleraient certainement inefficaces en cas de « conflit ». Voilà pourquoi je tenais à tout prix à l'éviter.

« S'ils ne t'ont pas crue quand tu leur a dit que je n'étais pas responsable, c'est parce qu'ils ont de bonne raison. Habituellement je suis celui par lequel viennent les problèmes. »

Voilà que je défendais ceux qui voulaient me faire la peau... N'importe quoi... Encore que je les comprenais. Leur méfiance était plus que légitime. Je n'étais pas tout à fait un gentleman et ma galanterie laissait quelque peu à désirer. Ils essayaient de la protéger comme ils le pouvaient... Et finalement je les en remerciais. Leurs menaces quasi permanentes m'aidaient à rester loin d'elle. Qui savait ce que j'aurais pu continuer à faire sinon...J'étais intimement persuadé que cette histoire allait mal se terminer. Que ce soit elle ou moi, l'un de nous deux finirait mal... Autant que cela soit moi. J'avais déjà bien gâché ma vie de toute façon. Autant ne pas hésiter à finir le travail. Cela pouvait s'apparenter à une espèce de forme de suicide psychologique... Pourquoi pas après tout. Au point où j'en étais... D'autres diraient que c'était le moment de reprendre les choses en main, de tirer un trait sur le passé pour tout recommencer. Je ne tenais pas à tout recommencer. Parce que je ne tenais pas à revivre tout ce que j'avais vécu. Une fois c'était bien assez. Peut-être même était-ce trop. J'eus un petit soupir quand elle me remercia pour ce que j'avais fait. Au fond, qu'est-ce que j'avais fait ? Pas grand chose de bien... J'avais l'impression d'avoir fait tout le contraire même. Je secouai la tête.

« Quelqu'un serait bien venu à ton secours de toute façon. Pas de chance, ça a été moi... »

Pas de chance, en effet. Les sauveurs de demoiselles en détresse c'étaient Alexander, Aaron, Ethan, Matthew... Certainement pas Riley. Jusque là, je veux dire depuis les bombardements, je m'étais comporté en parfait égoïste. Je n'avais réellement aidé personne à s'en sortir... Ici, tout le monde avait plus ou moins déjà sauvé ou été sauvé par quelqu'un. Moi j'étais arrivé ici pat mes propres moyens, sans l'aide de personne et je m'étais contenté de vivre pour moi même ensuite... Je me raidis quand elle me dit que je ne méritais pas d'être à l'écart ainsi. J'eus ensuite un petit rire moqueur. Qu'est-ce que je méritais alors ? D'être entouré d'amour, d'amis, d'avoir une jolie petite famille ? Non, ça c'était définitivement le truc d'Ethan... Le mien c'était l'enfer de la solitude. Dans toute son horreur et dans toute sa splendeur. Je finis par me lever brusquement. Je secouai la tête, mon visage entre mes mains. Je finis par soupirer en me plantant devant elle les mains jointes.

« Arrête ça. S'il te plait. Je ne suis ni quelqu'un de bien, ni quelqu'un qui mérites d'être défendu. Tu ferais mieux d'écouter Aaron et Isaac. Je ne suis pas quelqu'un de bien. Vraiment pas. Tu te fais des illusions à mon sujet. Les types comme moi ne changent pas d'un claquement de doigt tu sais ? Alors même si j'apprécie beaucoup ta compagnie, tu ferais mieux de me laisser avec mes problèmes. C'est moi qui vais finir par t'en causer et tu ne le mérites vraiment pas, Cassandre. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Sam 30 Oct - 12:41

Je n’aimais pas sentir que j’avais fait du mal avec quelqu’un. Même inintentionnellement. J’avais vraiment toujours essayé de contenter tout le monde parce que j’aimais voir les gens qui m’entouraient heureux. J’aimais voir les gens sourire, rire, s’amuser. Et cette guerre fait tant de dégâts. Heureusement qu’au sein de la communauté, nous avions des hommes sur qui compter et qui faisaient tout leur possible pour nous rendre la vie plus facile. Au début, cela n’avait pas été facile. Mais maintenant j’étais contente que tout le monde soit arrivé à considérer cette communauté comme leur nouvelle famille. C’était un peu comme dans le village où j’avais passé tous mes étés. Sauf que….il y avait des gens qu’on tenait à l’écart. Et j’aurais aimé avoir le courage de ramener ceux là vers nous. Personne ne devait être laissé sur le bas côté. Quoique cette personne est fait. Et c’était le cas de Riley. Il avait toujours été mis en marge du petit groupe. Et pourtant il était arrivé au tout début. Comme moi. Il était malheureux, ça avait toujours été une évidence pour moi. Et là encore il l’était. Sauf que cette fois ci c 'était ma faute à moi. Je savais que les choses étaient devenues graves cette fois. Aaron et Isaac étaient vraiment en colère. Et j’aurais aimé être assez forte pour pouvoir leur dire qu’ils n’avaient pas le droit de le menacer de l’exclure de la communauté pour quelque chose qu’il n’avait pas fait. Il avait simplement essayé de m’aider. C’tait mon héros et on le traitait en moins que rien…

Il m’en voulait certainement. Il ne disait rien, et il évitait bien de me regarder. Alors ca ne faisait aucun doute qu’il m’en voulait. Et pourtant j’insistais. Je voyais bien qu’il en avait assez de m’entendre. Il ne m’avait dit que je pouvais lui parler que par politesse. Mais il allait me dire qu’il s’en fichait. Je savais qu’il se fichait bien maintenant de ce que je pourrais dire.

« S'ils ne t'ont pas crue quand tu leur a dit que je n'étais pas responsable, c'est parce qu'ils ont de bonnes raisons. Habituellement je suis celui par lequel viennent les problèmes. »

Je n’aimais pas le ton qu’il avait employé. Riley semblait blessé et désabusé. Et je m’en voulais terriblement. Parce qu’a cause de moi, maintenant il pensait qu’il ne valait rien, et que c’est lui qui créait tous les problèmes au sein de la communauté. Il n’était en rien responsable. Il ne voulait pas faire le mal je le savais. Et cette fois ci on lui en voulait parce que j’avais été trop timide pour prendre sa défense. Il avait juste chercher à m’aider et on le trainait plus bas que terre. Je ne pouvais pas laisser celui que j’aimais plus que n’importe qui souffrir comme ça et être considéré comme un pestiféré. Je voulais que tout le monde le voie comme moi je le voyais. Il méritait qu’on le traite avec respect, et qu’on le félicite pour ce qu’il faisait.
Je voulais qu’il sache que je lui étais reconnaissante de m’avoir tiré de l’eau, et d’avoir pris soin de moi. Je voulais qu’il sache aussi combien jetais désolé de l’avoir entrainé dans tout ça.

« Quelqu'un serait bien venu à ton secours de toute façon. Pas de chance, ça a été moi... »

Mais j’étais blessée dans un sens qu’il ne comprenne pas à quel point je lui étais reconnaissante. J’aurais aimé qu’il me regarde et qu’il voit que je ne le jugeais pas, que je ne pensais pas toutes ces horreurs sur lui. Riley était quelqu’un de bien, et je voulais qu’il puisse voir à quel point j’avais foi en lui. Mais…nous n’étions même pas amis…J’essayais vraiment de tout mon cœur de ne pas m’enfuir en courant. Parce que sa voix était froide, glaciale même. Je réfrénais un sursaut quand je le vis devant moi les mains jointes et un visage fermé et impassible. J’aurais aimé qu’il comprenne à quel point je m’en voulais, et combien je voulais l’aider.

« Arrête ça. S'il te plait. Je ne suis ni quelqu'un de bien, ni quelqu'un qui mérites d'être défendu. Tu ferais mieux d'écouter Aaron et Isaac. Je ne suis pas quelqu'un de bien. Vraiment pas. Tu te fais des illusions à mon sujet. Les types comme moi ne changent pas d'un claquement de doigt tu sais ? Alors même si j'apprécie beaucoup ta compagnie, tu ferais mieux de me laisser avec mes problèmes. C'est moi qui vais finir par t'en causer et tu ne le mérites vraiment pas, Cassandre. »

L’entendre dire qu’il n’était pas quelqu’un de bien était quelque chose que je n’arrivais pas à supporter. Pensait il vraiment qu’il n’était pas un homme bien ? Qu’est ce qui l’avait poussé à penser ça ? Qui l’avait blessé autant pour qu’il ait une telle image de lui ? Oh, Riley si tu savais… Oh Riley, parle-moi.

C’était cela que mon cœur criait. Avant de crier mon amour pour lui, c’était ce besoin de le protéger et de lui dire qu’il n’était pas un homme mauvais. La victime ce n’était pas moi, et ce ne serait jamais moi. Il ne me ferait pas de mal je le savais. Mais il s’en faisait à lui-même et c’est comme s’il devait expier des fautes dont il n’était pas le responsable.

Je voulais l’aider mais il me repoussait. Il s’attendait certainement à ce que je parte, convaincue par ses propos. Mais rien de ce que pourrait dire les gens ne me convaincraient. Riley méritait d’être heureux et qu’on le traite avec respect et égard. Parce que la victime c’était lui !

Alors, après une profonde inspiration, je me suis levée en essayant de rassembler tout le courage qui me faisait défaut jusque là. Et je l’ai défié du regard. Pour ceux qui me connaissaient, jamais je n’avais semblée aussi déterminée.

-Non !

Un simple petit mot. Facile à prononcer pour certains. Mais pour moi, c’était une véritable torture. Je n’aimais pas dire non aux gens. Je n’aimais pas la négativité de ce simple petit mot à trois lettres. Et dire non aux gens, c’était les décevoir. Et c’est bien la dernière chose que j’aimais au monde. Alors oui, j’allai le décevoir et aller a l’encontre de ce qu’il voulait ou disait vouloir, mais c’était la seule façon qu’il comprenne que je ne partirais pas. Jamais… si je devais enfermer mes sentiments dans une petite boite et la refermer à jamais, je le ferais. Tant que j’avais au moins son amitié…

-Non, je ne te laisserai pas tranquille. Non, je ne crois pas que tu sois celui que tu feins d’être devant les autres. Non, Aaron et Isaac n’ont pas raison. Non, tu ne me causeras pas de problèmes.

J’espérais vraiment que tous mes arguments aient raison de lui. Parce que je le pensais vraiment. Riley souffrait, et je n’avais fait que participer à sa chute. C’est comme si j’avais repoussé la pierre qui le retenait, et que j’avais ainsi encouragé les autres à lui donner un coup de pouce pour qu’il tombe dans le ravin. Je n’avais pas dit non autant de fois à quelqu’un en si peu de temps. Et pourtant en une minute à peine, je venais de le prononcer cinq fois…. Et avec celui-ci, j’en étais à six.

-Non !

Sauf que sur celui-là, je n’arrivais plus à sembler aussi déterminée et sure de moi. Parce qu’il ne disait rien, et parce que j’avais un peu honte de le défier comme ça. Mes yeux se sont lentement baissés pour finir par contempler le sol. Je savais que s’il me repoussait encore. Cette fois-ci, je n’arriverais pas à m’opposer à lui. Tout ce que j’avais c’était ma tendresse. Alors, je venais de prendre ma décision. J’ai pris mon cœur et mes sentiments et je les ai enfermés dans cette petite boite. Et pendant que je relevais le regard vers lui, je l’ai jetée au loin.

-Je suis là et je veux être ton amie !

C’est certainement tout ce que j’aurais. Mais je préférais cela à la souffrance de Riley. J’ai posé mes mains sur ses bras et j’ai cherché à ce qu’il me regarde aussi. Ma voix s’était adoucie.

-Enfin…si toi aussi tu le veux bien…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Sam 30 Oct - 17:46

Non ? Je ne pus m'empêcher d'afficher un air de pure surprise quand elle se leva elle aussi à son tour, me défiant clairement. Je haussai un sourcil, surpris. Je me serais attendu à ce qu'elle s'en aille. Peut-être que je n'avais pas été assez convaincant. Je n'avais certainement pas été assez convaincant. Mais qu'aurais dû faire ? Lui hurler dessus, la jeter dehors comme une malpropre ? Non, je ne pouvais pas... Pas avec elle... Elle était trop gentille avec moi, trop douce, trop délicate pour que je l'envoie voir ailleurs si j'y étais. J'aurais dû pourtant. Parce qu'elle devait lâcher prise et cesser de s'accrocher à moi comme elle le faisait. Parce que je savais que si les choses continuaient ainsi, j'allais forcément finir par faire quelque chose de travers, et elle allait souffrir de mes écarts... Peut-être que c'était ce qu'Aaron et Isaac avaient compris avant moi. Quoique je fasse, je ne changerais jamais assez pour devenir quelqu'un de bien. Ou le redevenir plutôt. De toute façon, il avait été décidé que je ne redeviendrais jamais cet homme là. Je ne voulais pas redevenir faible et vulnérable, c'était hors de question. Mais malheureusement pour moi, Cassandre réveillait en moi des sentiments que je m'étais juré de ne plus jamais ressentir, parce que j'avais eu le coeur brisé une fois déjà, et que je ne voulais pas que cela recommence... Encore que je me demandais s'il était réellement possible de briser un coeur qui l'était déjà... Ah non, je ne voulais même pas y penser ! Non, je ne redeviendrais pas celui que j'avais été, et non je ne m'ouvrirais plus jamais comme avant, que le jeu en vaille la chandelle ou non. Je ne voulais plus jouer à ce jeu avec personne...

Mais Cassandre s'accrochait, elle refusait de partir... Non, elle ne me laisserait pas tranquille. Non, elle ne croyait pas à cette fausse identité que j'affichais. Non, Aaron et Isaac n'avaient pas raison. Et non, je ne lui causerais pas de problèmes. Je crois que je suis resté là à la regarder la bouche grande ouverte, à la fois étonné et choqué du cran qu'elle avait. Je ne pensais pas qu'elle soit du genre à défier qui que ce soit... Pourtant c'était bel et bien ce qu'elle faisait avec moi, quand n'importe qui lui aurait dit que c'était une mauvaise idée. J'aurais dû réagir violemment et lui dire d'aller se faire voir, mais j'en étais incapable. J'étais soufflé. Quand elle hurla un dernier « non » je me demandai si elle n'allait pas carrément me faire une crise d'hystérie. Pour le coup, elle avait réussi à me sortir de mon mutisme et de mon air je-me-fiche-de-tout. Bon sang. Mais pourquoi s'acharnait-elle ainsi ? Qu'est-ce qu'elle pouvait bien me vouloir ? Je n'avais rien de particulièrement attirant, si on oubliait mon physique charmant... Je ne comprenais même pas pourquoi elle était venue vers moi au début. Dans la communauté, je ne m'étais jamais montré sous mon meilleur jour et pourtant elle avait pris son courage à deux mains pour venir vers moi... Oh, je n'étais pas idiot. Une petite voix me criait la réponse à cette question, mais je refusais de l'entendre. Parce que l'entendre c'était comme de s'entendre dire « alors qu'est-ce que tu attends pour aller vers elle ? » Et CA, c'était vraiment dangereux. Aussi bien pour elle que pour moi... Non, il ne fallait pas. Je ne voulais pas qu'elle souffre comme j'avais souffert. Parce que la réalité était triste. Après avoir eu le coeur brisé, j'étais devenu à mon tour un véritable briseur de coeurs. Et le coeur de Cassandre semblait fragile...

« Écoute, Cassandre... »

Est-ce que je voulais la laisser être mon amie ? La réponse à cette question était si évidente. Non... Non, je ne voulais pas... J'ai failli avoir un mouvement de recul quand elle a posé ses mains sur mes bras. J'étais partagé entre « repousse la vite avant qu'il ne soit trop tard » et « dépêche toi de saisir cette occasion qui se présente à toi ». Tellement partagé que je ne savais pas quoi faire, à part la regarder avec un air complètement ébahi. J'ai fini par soupirer avant de lever les yeux au ciel. Je n'étais pas foutu de prendre une putain de décision ! Mais qu'est-ce qui m'arrivait ? Qu'est-ce qui m'arrivait ? Oh je le savais très bien... Sans pour autant réussir à l'accepter. Je me suis reculé d'elle, avant de me passer une main dans les cheveux et de secouer la tête.

« Je ne sais pas... Je ne sais plus ce que je veux, Cassandre, je ne sais plus... »

Qui pensais-je tromper ? Elle ? Oh non c'était moi que j'essayais de convaincre de mon indécision... J'étais à deux doigts de partir en courant en claquant la porte. Mais j'étais trop... pétrifié pour cela. Il me fallut une bonne minute avant de me remettre les idées en place. Puis je fis un pas vers Cassandre, me maudissant intérieurement de ne pas faire ce pas vers la porte. Tant pis... Au point où j'en étais de toute façon... Je n'étais plus à un coup de poignard près. J'ai pris son visage entre mes mains et j'ai secoué la tête, avant de soupirer une fois de plus.

« La réponse est non. Non, je ne veux pas que tu sois mon amie. Je ne veux pas que tu ne sois JUSTE mon amie. »

Allez vas-y Riley, vends donc ton âme au diable une seconde fois ! Laisse ton masochisme s'exprimer... Oh puis tiens, tends donc le bâton pour te faire battre ! Mais quel imbécile je faisais... A croire qu'avec elle je ne savais même plus tenir mes « bonnes » résolutions. Comme si j'étais incapable de faire quoi que ce soit pouvant la blesser... Et en général, quand vous vous sentez incapable de blesser quelqu'un, même pour son bien, c'est que... Ah, et merde !

« Écoute, je ne veux pas te faire de mal. Mais je me connais suffisamment pour savoir que si je me laisse aller, c'est ce qui va se passer... Et je ne veux pas. Tu peux comprendre ça, n'est-ce pas ? Je... Je tiens à toi. Et c'est pour ça qu'il ne faut pas que ça arrive, tu comprends ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Sam 30 Oct - 23:53

S’il refusait que nous soyons amis, je savais que ce serait quelque chose qui me ferait mal et me blesserait, mais je comprendrais qu’il ne veuille pas. Après tout, sans moi il n’aurait pas eu par de multiples raisons à se faire sermonner par Aaron et Isaac. D’autant plus que maintenant, je savais qu’ils l’avaient menacé de le mettre dehors s’ils le revoyaient vers moi. Et en venant vers lui, je le mettais quand même en danger. Mais j’étais prête à aller voir Aaron et Isaac et leur dire d’arrêter de s’en prendre à lui. Je voulais son amitié. C’était sans doute tout ce que j’aurais alors….

Et puis si nous devenions amis, je finirais peut être par savoir pourquoi il avait ce masque en permanence... J’étais suspendue à sa décision. Comme je l’étais à ses beaux yeux bleus. Et comme je l’étais à sa voix.

« Écoute, Cassandre... »

Je le regardais dans les yeux et je voulais croire qu’il allait me dire qu’il voulait être mon ami. Mais il semblait chercher ses mots. Alors mon tout petit sourire timide s’est crispé malgré moi. Maintenant je savais qu’il allait me dire que je ne valais pas la peine qu’il s’intéresse à moi ou qu’il passe du temps avec moi. Après tout, nous avions presque dix ans de différence, et je n’étais certainement pas le genre de fille qu’il appréciait. Qui voudrait être l’ami d’une fille qui vous cause des ennuis et menace votre vie ? Je devais voir la vérité en face. J’étais bien trop naïve. Mais je ne regrettais pas d’avoir essayé.

J’ai compris que ce serait non quand il s’est reculé et que mes bras sont tombés le long de mes bras. J’ai dégluti pendant qu’il essayait de ne pas me blesser. Je savais qu’il n’était pas méchant comme le disaient les deux autres. Parce que s’il l’était il aurait éclaté de rire, et il m’aurait laissé là. Mais il a paru un peu ennuyé.

« Je ne sais pas... Je ne sais plus ce que je veux, Cassandre, je ne sais plus... »

J’avais l’impression que j’allais pleurer. Parce que je me rendais compte que je lui avais fait trop de mal. J’avais voulu qu’il soit heureux, et qu’il se débarrasse de ce masque et de cette réputation et j’étais prête à tout pour faire changer les gens d’avis. Mais s’il ne le voulait pas, je ne pourrais pas aller à l’encontre de ce qu’il voulait. Même si je voulais son bien, je n’avais pas le droit de le forcer à être mon ami. J’allais lui dire encore une fois que j’étais désolé et j’allais lui souhaiter une bonne nuit en partant et le laissant seul, quand j’ai senti ses mains entourer mon visage. Je n’osais même pas lever les yeux vers lui. Pas seulement parce que je sentais les larmes monter, mais parce que l’entendre me dire qu’il ne voulait pas être mon ami était déjà suffisamment dur à envisager comme cela.


« La réponse est non. Non, je ne veux pas que tu sois mon amie. Je ne veux pas que tu ne sois JUSTE mon amie. »


Je n’ai pu qu’écarquiller les yeux et ouvrir grand la bouche quand il a dit ça. Sur le moment, je refusais de comprendre ce que cela signifiait. Mon cerveau restait sur « je ne veux pas que tu sois mon amie ». C’était ce que je m’étais attendue à entendre Riley me dire. Le reste n’était pas du tout ce que j’avais pensé. Dans mes plus beaux rêves, je n’avais jamais pensé qu’il puisse me dire une chose pareille. Mes yeux plongés dans les siens, je comprenais enfin ce que ça signifiait. Il ne voulait pas être mon ami parce que…. Oh mon Dieu…
Je devais ressembler à une idiote, à ne pas réagir alors qu’il me disait que je pouvais aller rechercher cette petite boite où j’avais enfermé mon cœur et mes sentiments pour lui.

« Écoute, je ne veux pas te faire de mal. Mais je me connais suffisamment pour savoir que si je me laisse aller, c'est ce qui va se passer... Et je ne veux pas. Tu peux comprendre ça, n'est-ce pas ? Je... Je tiens à toi. Et c'est pour ça qu'il ne faut pas que ça arrive, tu comprends ? »

Je secouais la tête. Non, je n’étais pas d’accord. Il ne m’arriverait rien. Il ne me ferait pas de mal, je le savais. Parce qu’il…il tenait à moi. Il venait de le dire qu’il tenait à moi et…et…il ne voulait pas être juste mon ami. C’était maintenant le vrai Riley que je pensais avoir en face de moi. Je ne m’en étais pas rendu compte, mais il n’avait plus ce masque d’indifférence et narquois qu’il avait en permanence. Et il était tellement beau. Et tellement gentil de s’effacer comme cela. J’avais raison ! J’avais raison ! Riley était quelqu’un de bien.

Il avait laissé glisser ses mains sur mes épaules et il attendait certainement que je lui dise quelque chose. Il attendait que je lui dise que je comprenais qu’il ne voulait pas me faire du mal alors qu’il valait mieux ne pas être amis ou plus que des amis. Mais… Mais…je m’en fichais. Je savais qu’il ne me ferait pas de mal. C’est pour ça que j’ai levé ma main et que je suis allée caresser sa joue doucement. Il avait la peau si douce, et j’aurai passé des heures à le caresser si je n’avais pas eu une envie irrésistible de coller mes lèvres aux siennes. Sur la pointe des pieds, je me suis hissée et je l’ai embrassé un peu fébrilement et timidement. Avant de remettre les pieds sur terre, et de laisser ma main courir sur sa joue.

-Il ne m’arrivera rien d’accord ? Tu ne me feras pas de mal je le sais.

Il ne fallait pas qu’il ait peur de ça. Il ne fallait pas…. Je savais qu’il n’avait pas dit qu’il voulait que nous sortions ensemble ou quoi que ce soit qui puisse me faire penser ça, mais je m’étais enhardie. Et maintenant, je savais que je ne voulais pas qu’il pense que j’allais lui sauter dessus. Oui, nous ne serions peut être pas amis, nous ne nous éviterions peut être pas. Mais nous pouvions peut être y aller en douceur.

-Et puis…même si….on peut y aller en douceur.

Je ne savais pas ce que ses paroles signifiaient, ou mon attitude. Mon baiser furtif et mes caresses ne me garantissaient pas qu’il veuille ça tout de même. Mais j’en avais tellement rêvé que je m’étais laissé emporter par le fait qu’il m’ait dit qu’il ne voulait pas être simplement mon ami.

Mais je ne pouvais pas ignorer la réalité. Et la réalité c’est qu’il avait peur, je le sentais dans sa voix, dans chacun de ses mots. Et certaines personnes n’attendaient qu’un « faux pas » de la part de Riley pour le mettre dehors. Et je ne laisserais personne lui faire du mal ou le chasser. Nous allions prouver à tous que Riley était quelqu’un de bien. Et qu’il ne me prenait pas pour une moins que rien, ou une conquête. Et puis…je voulais qu’on fasse les choses dans les règles. Et cela commençait par apprendre à se connaitre.

-Je veux qu’on fasse les choses doucement Riley. Pour montrer aux autres que tu es quelqu’un de bien, et pour que tu t’en rendes compte. Et puis…on doit apprendre à se connaître avant.

J’ai porté la main à ma bouche. Je venais de me rendre compte que je parlais, et parlais sans le laisser dire quoi que ce soit. Et que c’était peut être mal vu. Et peut être qu’il n’avait pas envie de quoi que ce soit avec moi. Après tout, il n’avait rien dit qui puisse me faire penser que je lui plaise. Enfin…Je ne savais plus.

-Oh, je parle trop. Excuse-moi …

J’ai baissé les yeux, et j’ai reculé un peu. Et j’ai eu ce même reflexe idiot, je me suis mordue la lèvre inferieure et j’ai rougit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Dim 31 Oct - 16:23

Je ne savais pas trop ce que j'attendais d'elle maintenant. Est-ce que j'attendais seulement quelque chose ? Je ne crois pas non... Je n'attendais plus rien de personne. Mais Cassandre me laissait entrevoir des possibilités que je n'avais même pas osé rêver ces dernières années... Un nouveau départ. C'était ce à quoi j'osais à peine penser maintenant. Ma carapace était fendue... Face à elle j'étais faible. Et dieu sait que j'avais une sainte horreur de cela. J'avais peur que tout recommence, peur de revivre la même chose... Même si Cassandre semblait être l'exact opposé de celle qui m'avait détruit, je ne pouvais pourtant pas m'empêcher de rester sur mes gardes. On n'efface pas des années de souffrance d'un claquement de doigts ou d'un baiser. Malheureusement... Il y aurait toujours une part de moi même qui resterait méfiante. Pour combien de temps ? Je n'en avais aucune idée... J'avais été trop touché pour pouvoir tout balayer d'un coup. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que je n'étais certes pas prêt à m'engager dans une nouvelle... Une nouvelle quoi ? Histoire ? Relation ? Rien que ces mots me faisaient froid dans le dos. La dernière histoire que j'avais eue m'avait transformée en véritable briseur de coeurs en en goujat... Même si cela faisait des années. Et même si Cassandre n'était pas Meredith... Cela ne voulait pas dire qu'elle ne se détournerait pas de moi à un moment où à un autre... C'était la première fois depuis longtemps, j'avais presque peur qu'une femme me rejette... Une femme. J'avais presque du mal à associer ce mot à Cassandre. Parce qu'elle n'avait que dix-neuf ans, et que techniquement elle n'était même pas majeure... Cette question de majorité était stupide dans un monde tel que celui d'aujourd'hui. J'avais l'impression que je me cherchais des excuses pour la repousser...

Je suis resté complètement immobile quand elle s'est mise sur la pointe des pieds pour m'embrasser. J'ai été bien incapable de lui rendre son baiser. Je crois que mon cerveau était passé en mode OFF. Je ne savais plus quoi dire, plus quoi faire... Parce que malgré tous mes « efforts » elle ne s'en allait pas, elle restait, elle s'accrochait à moi... Comment avais-je pu ne pas la remarquer pendant tout ce temps ? Si j'avais été moins borné et moins stupide, peut-être que... Et elle, comment avait-elle bien pu faire pour remarquer que je n'étais pas vraiment ce salaud que je prenais plaisir à jouer ? Où était la fausse note ? Quand avait-elle bien pu me démasquer ? Il n'y avait pas trente six mille solutions. Soit elle avait eu vent des mes actions héroïques lors de l'effondrement de la galerie, soit elle avait su que j'avais sauvé Alexander ( ce qui était logique, puisqu'elle m'avait aidé à refaire mon bandage ), soit... Soit elle voyait ce que les autres n'avaient pas su voir, ou n'avaient pas voulu voir... Même s'il faut bien dire que ces derniers temps, j'avais baissé la garde, que ce soit avec Alexander ou Ethan... J'avais presque l'impression que finalement, Ethan et moi nous entendions « bien ». Peut-être même que nous étions en train de devenir amis. Mon monde était à l'envers... Et mon cerveau se retournait avec lui. J'étais largué. Complètement et désespérément largué.

J'ai tout de même eu un petit sourire quand elle m'a dit qu'on pouvait y aller en douceur. En douceur. Je ne savais plus trop ce qu'était la douceur... Mais je savais très bien ce que ces termes signifiaient. Y aller en douceur pour... commencer une relation. Est-ce que j'en avais envie ? Terriblement. Depuis le début je tentais de repousser ces affreux petits scénarios qui me venaient en tête à chaque fois que je la voyais. J'avais envie d'imaginer ma vie autrement, même si ce serait certainement compliqué pour moi au début. Alors peut-être que commencer une nouvelle histoire en douceur était LA bonne idée que je n'avais pas eu jusque là. Après sept ans, il était peut-être temps de redescendre sur terre et de tenter de retrouver une existence normale. Un nouveau départ ? J'avais du mal à mettre un point final à toutes ces années où j'avais été un autre. Toutes ces années à porter un masque. Je n'étais pas idiot, je savais bien que les autres n'accepteraient pas de si tôt le nouveau Riley. J'allais être taxé de salopard, de manipulateur et de je ne sais quoi d'autre... J'ai eu un sourire quand elle a rougi parce qu'elle parlait trop. J'ai caressé sa joue, avant de passer une main dans ses cheveux.

« Peut-être que tu parles trop, oui... »

J'ai souri, puis j'ai pris son visage entre mes mains avant de me pencher pour l'embrasser tendrement. Je pouvais toujours faire ça, non ? Parce que si j'avais bien compris, nous étions... ensemble, c'est ça ? J'avais du mal à faire rentrer cela dans ma tête. De même que j'aurais certainement beaucoup de ma à penser à Cassandre comme j'aurais pensé à ma petite-amie. Parce que c'était bien ce qu'elle venait de devenir, non ? En douceur ou pas, nous venions tous les deux de nous engager dans une relation. Je finis par mettre fi au baiser, mais je restai néanmoins près d'elle, gardant son visage entre mes doigts.

« J'ai peur que tu ne saches pas à quoi tu t'engages avec moi... Je ne suis pas doué pour les histoires d'amour, tu sais ? Séduire est une chose... Mais le reste... Je suis aussi doué à ce jeu là qu'un adolescent de quinze ans. »

J'eus un petit rire, avant de secouer la tête. Ce n'était pas tout à fait faux. Ma seule histoire d'amour n'avait été qu'une jolie illusion, balayée en un clin d'œil. Alors on ne pouvait pas vraiment dire que j'étais très doué. Non, séduire n'avait définitivement rien à voir avec l'amour. C'était très facile de séduire quelqu'un pour coucher avec. Ça l'était beaucoup moins de s'engager avec cette personne pour une vraie histoire, avec un vrai but, et de vrais sentiments. Et même si je savais que je commençais à avoir des sentiments pour Cassandre, je ne devais surtout pas laisser cette petite euphorie m'emporter. Je ne voulais pas lui faire du mal. Elle était la seule à croire en moi, alors je ne voulais pas risquer de la perdre prématurément.

« J'espère pour nous que tu sais déjà ce que tu vas dire à Isaac et Aaron. Parce que j'ai peur qu'ils ne soient pas vraiment d'accord pour que nous ayons ce genre de relation là. Je pense qu'ils ne sont pas d'accord pour que nous ayons une relation tout court, en fait. S'ils me voient avec toi, ils vont me mettre à la porte, je crois bien... »

J'eus un soupir. Si ces deux là me voyaient avec Cassandre, ils m'étriperaient sur place. Mais c'était ma faute. J'avais moi même tendu le bâton pour me faire battre, en construisant soigneusement une image de beau salopard pendant deux ans. Moi même, je les comprenais... Si j'avais su ! J'aurais peut-être dû me contenter de prendre un nouveau départ dans cette vie après la guerre, mais non, je m'étais bien évidemment contenté de conserver ce masque que j'avais créé et j'avais continué à jouer ce rôle que je m'étais composé...

« Tu es définitivement trop gentille avec moi... Et en plus de ça, tu es trop patiente... Je ne mérite pas ton attention, tu sais. Je ne la mérite vraiment pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Sam 6 Nov - 15:01

J’avais peur qu’il ait une mauvaise image de moi en se disant que je n’étais qu’une gamine sans intérêt. Je ne savais pas comment me comporter avec lui parce qu’il m’intimidait quand même un peu. Ce n’était pas seulement la différence d’âge qui nous séparait, c’était qu’il avait une espèce d’aura qui l’entourait et dont il ne se rendait certainement même pas compte. Je n’arrivais plus à relever les yeux pour le regarder dans les yeux même si je n’avais envie que de ça. J’ai sursauté un peu quand j’ai senti sa main se poser sur ma joue. J’ai senti des frissons me parcourir le long de la colonne vertébrale pour aller se perdre dans ma nuque tandis que du bout des doigts il caressait ma joue jusqu’à aller dans mes cheveux. Et même s’il me disait que je parlais effectivement trop, je ne me suis pas sentie vexée.

Peut être parce que tout de suite après j’ai senti ses mains encadrer mon visage et ses lèvres se poser sur les miennes. Un baiser doux, intime, mais terriblement rassurant. Il voulait aussi qu’on soit ensemble. C’était surement sa façon à lui de me dire qu’il était d’accord. Je me suis un peu rapproché pour me coller un peu plus contre lui et j’ai eu une petite grimace quand j’ai senti ses lèvres quitter les miennes. Mais il ne m’a pas lâché pour autant, et c’était tout ce qu’il me fallait.

Il s’inquiétait pour moi, pour nous, pour notre relation. Et j’étais vraiment touchée qu’il se confie à moi. Parce que ça signifiait tellement pour moi, ça voulait dire qu’il me faisait confiance et qu’il mettait des bases à notre relation. Mais si lui avait peur, je n’étais pas en reste. Il essayait de dédramatiser les choses en y mettant de l’humour mais j’avais peur aussi. Même si j’avais foi en nous, j’avais peur et c’était certainement normal. S’investir dans une relation amoureuse est quand même une sacrée chose. Et je n’avais pas beaucoup d’expérience.
Et comme il me le faisait remarquer, le fait que certains voyaient d’un mauvais œil que nous nous côtoyons n »allait pas rendre les choses faciles. Riley savait qu’il aurait beau dire ce qu’il voulait, personne ne l’écouterait. Ce serait à moi d’expliquer les choses à Aaron et Isaac, et de défendre notre choix devant les autres. Et même si j’avais un peu peur, je savais que je le faisais pour nous.


-Je sais exactement ce que je fais Riley. J’ai confiance en toi. Et puis, on apprendra tous les deux d’accord ?


Je ne voulais pas qu’il pense que je me laisserais à nouveau « avoir » par leurs discours sur Riley. Et j’avais confiance en lui, je savais qu’il ne me ferait pas de mal, qu’il était quelqu’un de bien. Si nous nous faisons confiance mutuellement, tout irait bien entre nous. Moi j’avais confiance en lui, et je voulais qu’il me fasse confiance. Je l’aimais alors tout irait bien. J’eus un sourire encourageant même si lui dire ce que je ressentais pour lui me brulait les lèvres , je savais que cela ne ferait que le faire fuir. Et c’était normal, non ?
Ma main s’est levée et s’est posée sur sa joue. Mes gestes étaient encore gauches et hésitants mais j’avais besoin de le toucher.

Mes joues se sont à nouveau empourprées quand il m’a fait tous ces compliments. Je ne m’étais jamais vue comme quelqu’un de gentille ou de patiente. Parce que j’avais toujours été comme ça, et que c’est ainsi que les choses doivent être non ? Au fond, nous étions tous gentils et patients. Et que Riley me fasse tous ces compliments ne faisaient que me rassurer sur sa gentillesse. S’il ne l’était pas il ne me dirait pas toutes ces choses gentilles. Et ca me brisait le cœur de savoir que les gens avaient une image terrible de lui. Il ne méritait pas ça. Pas seulement parce qu’il était l’élu de mon cœur.

-Je leur dirais simplement de me faire confiance. Et puis, je suis majeure tu sais. Ce sont mes décisions. Je ne veux blesser personne, mais c’est à moi de décider ce qui est bien pour moi. Et tu es quelqu’un de bien.

Lui dire que personne ne se mettrait en travers de notre relation était sûrement un bon début. J’y allais à tâtons, parce que je n’avais pas d’expérience et parce que je savais qu’au moindre faux pas, il prendrait peur et partirait en courant. C’était ma plus grande crainte entre nous. Et puis, même si je m’en fichais, il y avait cette différence d’âge entre nous. Dix ans tout de même…Je ne savais pas ce qu’il en pensait mais moi j’avais peur, au fond, qu’il ne me voie comme une enfant. Je préférais éviter le sujet pour le moment. J’avais peu d’expériences mais je savais que poser trop de questions à son petit ami n’est certainement pas la première chose à faire. Parce que….Riley était maintenant mon petit-ami. Le mien. Et….j’étais tellement heureuse. Si fière aussi. Que je lui ai adressé un sourire avant de l’embrasser doucement.


-Je crois en toi tout simplement et j’aimerais que tu croies en toi aussi, Riley.


J’étais sûre que malgré les apparences, Riley n’avais pas confiance en lui. Il faisait simplement semblant de l’être. Toujours ce masque qu’il portait en permanence avec les autres. Mais là, il l’avait enlevé et je voyais bien qu’il se mettait à nu. Alors je ne voulais pas le décevoir, et je voulais qu’il voie à quel point j’avais confiance en lui. J’espérais réussir à lui insuffler la confiance que j’avais en lui. Finalement, en cet instant on oubliait la différence d’âge. Et j’espérais que tout le monde finisse par l’oublier.

-Ca ira bien tu verras. Ca ira bien….

J’espérais apaiser ses doutes et ses peurs, et faire disparaitre cet air anxieux qu’il affichait. Je préférais de loin le voir sourire. Parce qu’il ne se rendait pas compte à quel point son sourire était craquant….

-Et puis j’aime trop te voir sourire, alors tout ira bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   Mar 7 Déc - 20:26

Elle me faisait confiance ? Génial, ça en faisait au moins un de nous deux ! Parce que moi, je ne me faisais absolument pas, ou plus, confiance. Pendant trop d'années j'avais été un salaud, pendant trop d'années j'avais joué avec les sentiments des autres et avec les miens. J'avais peur de ne plus être capable de ne plus jouer la comédie. Ce n'était pas si facile que cela de recommencer à zéro. Surtout quand on a été blessé comme je l'ai été. Je savais bien que Cassandre n'avait rien à voir avec Meredith, mais ce n'était pas d'elle que je doutais. C'était une fille bien ( il fallait l'être pour tenter le diable avec moi ). Mais moi, cela faisait un moment que je n'avais plus été un type bien, si bien sûr on oubliait mes quelques petites actions héroïques et tout à fait impulsives et irréfléchies. Je ne les regrettais pas. Je ne regrettais pas d'avoir aidé Ethan à sauver Katarina, pas plus que je ne regrettais d'avoir sauvé Alexander. Au final, je tenais à toutes ces personnes, même si je ne le montrais pas ou très mal. À croire qu'il était vraiment temps que je fasse mon mea-culpa. Et dieu sait que j'avais beaucoup, beaucoup de choses à me faire pardonner. D'ailleurs, je m'étais décidé à faire de vraies excuses à Ethan et Katarina, parce que mon comportement avait carrément été déplorable avec eux. Foutue jalousie... J'aurais pu faire d'Ethan un ami, j'en avais bêtement fait un ennemi. Et même si les choses étaient en train de s'améliorer entre nous, je doutais sincèrement pouvoir remettre les compteurs à zéro avec lui. Sans être très proche de lui, je le connaissais assez pour savoir qu'il avait la rancœur à la fois tenace et facile. Tiens, ça me rappelait quelqu'un...

L'avantage, avec une jeune fille comme Cassandre, c'était qu'elle était aussi inexpérimentée en amour que je pouvais l'être malgré ma maturité. Au moins, je ne risquais pas de me ridiculiser comme je l'aurais fait avec une autre. Comme quoi... Je savais d'avance que les choses seraient loin d'être faciles. J'allais devoir réapprendre à faire confiance... Aux autres et à moi surtout. J'allais avancer pas à pas, aussi maladroitement qu'un bébé qui marche pour la première fois. Et à l'aveuglette en plus. Mais c'était préférable, je voulais éviter de faire le moindre faux pas. Comme on dit, prudence est mère de sureté. Je n'avais pas envie de faire des erreurs, je ne voulais pas faire de mal à Cassandre. Elle ne méritait pas ça, d'autant plus qu'elle me faisait confiance. Je n'avais pas envie qu'elle se ravise et qu'elle se dise qu'elle s'était trompée. Je savais que je n'aurais qu'une chance. Je ne m'autoriserais qu'à avoir une seule chance. C'était déjà beaucoup pour moi.

Mais pour le moment, le problème ce n'était pas moi, c'était surtout Aaron et Isaac, qui risquaient de ne pas aimer que je « touche » à leur protégée. Ce que je pouvais comprendre, finalement. Depuis que j'étais là, j'avais eu un comportement pourri, déplorable, détestable. Et ils devaient certainement trouver bizarre que du jour au lendemain de m'intéresse à elle, alors que jusque là c'était comme si elle n'existait qu'à moitié... Oui, je l'avoue, d'un point autre que le vu, c'était bizarre, voir carrément louche et suspect. Ils allaient bien évidemment croire que tout ce que je voulais, c'était jouer avec elle. Et avant, ils auraient eu raison. Le problème, c'était que pour eux, il n'y avait pas d'avant et de maintenant. Juste un Riley qui était toujours le même et qui ne changerait jamais. Ou du moins pas pendant le prochain siècle. Je ne pensais même pas à aller plaider ma cause par moi même, c'était peine perdue. Le problème, c'est que je ne pensais pas vraiment que Cassandre s'en sorte mieux que moi avec eux. Parfois ces deux là étaient aussi têtus qu'Ethan. C'est donc dire à quel point.

« Si tu parviens à les convaincre, c'est vraiment que tu leur a exposé des arguments qui m'avaient échappés jusque là... »

J'eus un pauvre sourire, un peu nerveux. Tout irait bien ? Sincèrement, j'aurais aimé pouvoir être aussi optimiste qu'elle. Mon pessimisme de ces dernières années avait un peu de mal à s'effacer. Je glissai une main dans ses cheveux en souriant tandis qu'elle me disait qu'elle aimait mon sourire. J'imagine qu'elle ne parlait pas de mon sourire hypocrite et moqueur, mais de mon sourire sincère et heureux. Celui que je n'avais pas souvent, mais qui avait tendance à se montrer un peu plus souvent ces derniers temps, bien que j'aie essayé de le cacher plusieurs fois.

« Je ne sais pas si je te l'ai déjà dit, mais j'aime beaucoup le tien, de sourire. »

Je me suis penché en avant pour l'embrasser, souriant.

Maintenant je n'avais plus qu'à prier pour que tout aille bien.
Et pour qu'Aaron et Isaac ne me tuent pas dans mon sommeil, accessoirement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: All apologies ( PV Riley)   

Revenir en haut Aller en bas
 
All apologies ( PV Riley)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» and i can escape from the prison you put me in (riley)
» instagram.com/siafernandez
» Linkwitz Riley du 8ème ordre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Is War :: New York survivants-
Sauter vers: